Visite de Poutine en Chine : l’alliance russo-chinoise confirmée

Visite de Poutine en Chine : l’alliance russo-chinoise confirmée

Les forces hostiles à l’amitié russo-chinoise ont tout fait pour saboter les très nombreux accords prévus à la signature lors de la toute récente visite du président russe en Chine. Mais rien n’y fait, l’alliance russo-chinoise, dans un monde multipolaire, a été confirmée une fois de plus et de quelle manière !

Comme quoi dans la vie, on a toujours le choix. La rhétorique des « sanctions » ne fera rien contre la Russie version 2014 si ce ne n’est que de la renforcer encore plus et lui faire prendre définitivement des choix stratégiques envers ses partenaires, honnêtes et moins honnêtes.

Lors de cette nouvelle visite en Chine, que l’on peut appeler historique, le président russe a non seulement rencontré son homologue chinois Xi Jinping, mais s’est également entretenu avec le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, ainsi que les chefs d’Etat de l’Iran, de l’Afghanistan et de la Mongolie, avec lesquels Vladimir Poutine s’est mis d’accord sur le développement accéléré de partenariats, et ce dans plusieurs domaines.

Visite historique pour plusieurs raisons. Tout d’abord car elle a permis de confirmer les excellentes relations économiques et commerciales entre la Russie et la Chine. Mais bien plus que cela, cette visite a été une confirmation nette de l’alliance russo-chinoise sur le plan politique et militaire, dans un monde désormais multipolaire. Cette idée d’alliance ne date pas d’hier, loin de là. Mais bon nombre de « spécialistes », occidentaux et autres, ont toujours tout fait pour la remettre en question et soi-disant « douter » quant à son efficacité et à sa réalité.

Aujourd’hui, personne ne peut plus remettre en doute quoique ce soit. Car mis à part la signature d’un très large éventail d’accords dans le domaine du partenariat commercial, économique et humanitaire, ainsi que dans le domaine des nouvelles technologies (un total de près de 50 documents), y compris le développement des régions frontalières, le résultat principal étant bien évidemment la signature de l’accord gazier entre les deux pays. Ledit contrat entre le géant gazier russe Gazprom et la société d’Etat chinoise CNPC, pour un montant total de 400 milliards de dollars, est tout simplement le plus grand accord gazier dans l’histoire de la Russie et prévoit l’approvisionnement en gaz naturel en provenance de Russie vers la Chine pour une période de 30 ans…

A l’heure où certains leaders occidentaux parlaient activement de la « nécessité » de diversifier les sources d’approvisionnement énergétiques et remettaient en cause la dépendance par rapport à la Russie (sans proposer des mesures concrètes et réalisables), la Russie, elle, a préféré passer à l’acte pour concrétiser l’alliance avec l’Empire du Milieu et diminuer par la même occasion la « dépendance » vis-à-vis de l’Union européenne.

D’autre part, la visite de Vladimir Poutine en Chine, a été donc également l’occasion de confirmer l’alliance militaro-technique entre les deux nations, notamment via l’organisation d’importants exercices navals conjoints, auxquels ont assisté les deux présidents. Pour rappel, la République populaire de Chine est le second principal acheteur au niveau mondial de l’armement russe, derrière l’Inde.

En général et pour finir, il serait bon de dire que l’amitié russo-chinoise a réussi à prouver une bonne fois pour toute que ce n’est nullement un mythe, mais bien une réalité. Au même titre que la réalité désormais du monde multipolaire et dans lequel les pays des BRICS joueront un rôle majeur, si ce n’est dire : un rôle clé. Et malgré toutes les tentatives de miner cette coopération russo-chinoise, les deux pays et les deux nations ont réussi brillamment à dépasser tous les obstacles sur leur chemin.

On ne peut pas en dire autant quant aux relations entre la Russie et l’Europe (ou plutôt l’UE), peut-être pour la simple et bonne raison que tant que l’Europe version Bruxelles restera un sous-traitant de la politique étasunienne, il sera impossible d’avoir des relations honnêtes et bénéfiques pour tous. Tant que l’Europe dans sa version UE adoptera la même rhétorique de « menaces » à laquelle nous sommes parfaitement habitués, la Russie continuera à confirmer ses alliances dans les pays, régions et continents où elle est appréciée et soutenue. Et aujourd’hui, ces pays, régions et continents ne manquent aucunement. On se demande aussi qui finira « isolé »… Bienvenue dans la nouvelle réalité !

http://french.ruvr.ru/2014_05_27/Visite-de-Poutine-en-Chine-l-alliance-russo-chinoise-confirmee-0951/

Mikhail Gamandiy-Egorov

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s