Archives mensuelles : octobre 2015

Opinion personnelle & Côte d’Ivoire

Opinion personnelle en ce qui concerne la Côte d’Ivoire en tant qu’observateur, puisque nombreux de mes amis sont Ivoiriens et c’est un sujet que je traite depuis plusieurs années.

Sans même prendre partie en faveur d’un des camps (même si vous connaissez bien ma position), j’aimerais faire remarquer plusieurs points à ceux qui soutiennent Alassane Ouattara (pour des raisons bien plus souvent ethniques ou religieuses qu’idéologiques).

– Ouattara est un pur produit des élites occidentales, et plus particulièrement de la finance occidentale. C’est un fait admis et reconnu.
– Mais le plus choquant ce n’est même pas cela (même si le point précédent est lui aussi essentiel). Le plus choquant c’est que ses partisans font mine d’oublier qu’il a été installé à la tête de son « pays » par des forces étrangères et par les armes. La Côte d’Ivoire est un pays indépendant et souverain, juste pour rappel et au cas où. C’est cela le plus choquant et inadmissible. Sans l’intervention directe des forces françaises, jamais ce monsieur ne serait à la tête de la Côte d’Ivoire. Lui même, ainsi que son entourage le savent parfaitement.
– Dernier point pour faire un parallèle entre la politique russe et occidentale. En août 2008, lorsque un autre agent du néocolonialisme US, le géorgien Saakachvili a attaqué l’Ossétie du Sud, la Russie avait tous les moyens pour venir déloger ce sale type de la présidence (et beaucoup en Russie le souhaitaient). La Russie ne l’a pas fait et s’est limitée au fait d’avoir sauvé le peuple ossète d’un génocide que les Occidentaux soutenaient.

Aujourd’hui, alors que l’Ukraine voisine est occupée par une junte néonazie pro-occidentale (Porochenko à sa tête), la Russie avait aussi amplement les moyens d’en découdre. Mais il en est rien. Car on estime que les peuples sont capables de choisir eux-mêmes leur destin et de se débarasser eux-mêmes s’il le faut d’un leadership qui ne les arrange pas. Même des ultimatums, il y en a pas eu côté russe.

En Côte d’Ivoire, c’est des puissances étrangères qui ont choisi le destin de ce pays à la place du peuple du pays (faut-il rappeler encore les ultimatums occidentaux, dont celui de Sarkozy et d’Obama afin que Gbagbo « quitte le pouvoir d’ici la fin de la semaine »). C’est honteux. Et les pro-Ouattara n’ont absolument rien à dire sur ce point.

P.S. Passé & présent. La Russie bien que n’ayant pas été suffisamment active en Côte d’Ivoire, puis en Libye en 2011, n’a en tout cas jamais soutenu ces actes. Preuve à cela, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait demandé des explications à la France et l’ONU sur les actes qui ont amené à la destitution armée de Laurent Gbagbo en violant la neutralité déclarée des forces en question. Et les erreurs du passé nous ont ramené à la situation responsable d’aujourd’hui. Beaucoup pensent à raison à la Syrie. Mais il y a aussi eu le Burundi en Afrique. Pays qui a évité récemment un scénario ivoirien, grâce à la diplomatie russe et chinoise. Les Burundais en savent quelque chose.

Publicités

« En Afrique, on salue avec satisfaction la politique actuelle de la Russie »

Simplice Zokohi Zadi est un historien, spécialiste des relations internationales et militant politique ivoirien. Partisan du Front populaire ivoirien (FPI), parti historique de Laurent Gbagbo. Il est aujourd’hui exilé au Maroc. On parlera de l’actualité ivoirienne, africaine et plus globalement internationale.

Sputnik : La Côte d’Ivoire a connu il y a peu des élections présidentielles. Alassane Ouattara, soutenu par les Occidentaux, garde le pouvoir. Une forte abstention était l’une des principales caractéristiques de ces élections. Votre avis?

Simplice Zokohi Zadi: Merci de l’opportunité que vous me donnez de m’exprimer sur l’actualité brûlante de la Côte d’ivoire, mon pays, en ce qui est convenu d’appeler élection présidentielle du 25 octobre 2015. Au vu de la réalité du terrain et des différents protagonistes, nous ne sommes pas surpris des résultats. Celui qui devrait être proclamé vainqueur, à savoir Alassane Ouattara, le protégé de la communauté occidentale, s’est taillé la part du lion avec 83,66% des suffrages exprimés contre 16,44% pour les autres candidats qu’il a lui-même choisi pour l’accompagner. Pour nous autres qui n’étions pas partie prenante à cette « élection » nous ne sommes guère surpris des résultats. Pour notre part, nous tirons une grande satisfaction parce que l’enjeu était le taux de participation et de ce côté-là record absolu jamais enregistré pour une élection de cette envergure, ni dans ce pays, ni dans d’autres pays d’Afrique: 80% de taux d’abstention. Oui sur ce plan ma satisfaction est grande. Je fais partie de ceux qui ont appelé au boycott massif du scrutin. Cet objectif est donc largement atteint.

Sputnik : Vous qui surveillez la politique ivoirienne et plus généralement africaine, comment était vue cette élection à l’intérieur, ainsi que dans d’autres pays africains, notamment voisins?

Simplice Zokohi Zadi: Sur le plan local cette élection n’était pas du goût des Ivoiriens. La preuve, le fort taux d’abstention. Si nous analysons cela, il y a beaucoup de leçons à tirer. Mais pour répondre à votre question, il faut noter que sur le plan interne, les Ivoiriens avaient d’autres priorités que cette soi-disant élection car ils ont besoin de paix et de réconciliation. Sur le plan sous régional, certains pays de la CEDEAO voulaient que Ouattara qu’ils ont contribué à installer dans la violence en 2011, se maintienne au pouvoir pour faire de la Côte d’ivoire un territoire conquis. Donc pour eux en envoyant des observateurs, ils approuvaient cette élection que les Ivoiriens dans leur ensemble ont rejetée.

Sputnik : Beaucoup admettent, y compris en Occident, qu’il n’y a pas en Côte d’Ivoire de réconciliation nationale, après la crise de 2010-avril 2011. D’autres rappellent qu’Alassane Ouattara a été tout simplement installé à la tête du pays par les armes d’une puissance étrangère occidentale, en violant la souveraineté nationale d’un pays souverain. Comment voyez-vous l’avenir de votre pays?

Simplice Zokohi Zadi: Merci pour cette question capitale. L’histoire de la Côte d’ivoire depuis ces vingt dernières années est douloureuse.En effet ce pays, jadis, vitrine de la sous-région ouest africaine est meurtri par une crise politique, militaire et sociale depuis 1993, l’année de la mort du premier président Félix Houphouet-Boigny qui avait réussi, par le parti unique à imposer un semblant de stabilité et de paix relatives. Malheureusement, l’Occident, surtout la France dont il était l’agent n’avait pas intérêt à ce que notre pays s’émancipe après son décès. Elle avait vu en son successeur, en l’occurrence Konan Bédié, un digne continuateur de la politique de défense et de monopole des intérêts français dans la région. Mais ce dernier ne se montra pas apte pour a mission à lui confiée comme agent de l’impérialisme français. Ainsi, ils ont choisi, Ouattara Alassane, agent aussi des intérêts américains. La France et Ouattara organisèrent un coup d’Etat militaire en décembre 1999, pour évincer, l’inapte et incompétent Bédié. Malheureusement, le général Guéi choisi pour faire écran et cacher le jeu des Français, se montra patriote et sous la surveillance, la vigilance du peuple et des partis démocratiques comme le FPI de Laurent Gbagbo, amena le pays à une élection démocratique après une transition de 10 mois. Et c’est Laurent Gbagbo, qui incarnait au mieux les aspirations du peuple, qui sortira vainqueur de la présidentielle en octobre 2000.

Dès son élection et jusqu’en 2011, son pouvoir ne connut véritablement de répit, attaqué constamment et permanemment par une rébellion conçue par Ouattara, parrainée par la France et des intérêts néocolonialistes.

Pour arriver à la paix, Laurent Gbagbo, accepta de dépecer son pouvoir par les accords de Marcoussis (signés en 2003 entre la rébellion et le pouvoir) en faisant de Ouattara, inéligible de par la constitution en son article 35, un candidat pour la seule élection de 2010. Les Ivoiriens choisirent Laurent Gbagbo, comme président. Ouattara, sûr de ses soutiens françafricains, étasuniens et européens créa alors une violente et grave crise post-électorale en se déclarant vainqueur parallèlement au Conseil Constitutionnel. La France qui attendait en embuscade, saisit l’occasion pour faire la guerre à la Côte d’Ivoire ouvertement en bombardant le palais présidentiel. La suite on la connait. Ouattara fut installé au pouvoir.

Commença une période d’acier pour le pays où beaucoup d’Ivoiriens moins chanceux ont trouvé la mort, d’autres ont été contraints à l’exil, quand plus de 500 dont des personnalités politiques du FPI, notamment Simone Gbagbo, l’épouse du président renversé, croupissent dans les prisons. En outre, et c’est également important pour les Ivoiriens, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé (ex-ministre de la Jeunesse, ndlr) sont détenus injustement à La Haye où ils attendent un procès le 10 novembre prochain.

Comme on le voit l’avenir du pays est sombre. Les Ivoiriens ne connaissent pas de liberté individuelle et collective du fait d’une dictature. Ils espéraient que Ouattara ayant atteint ses objectifs de prendre le pouvoir allait réaliser la réconciliation nationale. Aussi espéraient ils que cette communauté occidentale qui l’a installé par la violence au palais d’Abidjan allait jouer le jeu pour l’amener à réconcilier les Ivoiriens. Là encore la déception fut grande. Et avec cette parodie d’élection qui donne un semblant de légitimité démocratique à Ouattara l’avenir du pays ne peut qu’être sombre. Mais attendons les jours à venir pour nous prononcer. Pour l’instant, nous ne sommes pas optimistes car nous ne faisons pas confiance au détenteur du pouvoir actuel.

Sputnik : A l’heure actuelle, le monde observe avec grande attention la Syrie, où deux coalitions, voire deux visions s’affrontent, surtout depuis le début des frappes russes contre les terroristes dans ce pays. Votre commentaire?

Simplice Zokohi Zadi : Merci beaucoup pour l’occasion donnée d’exprimer ma position sur ce qui se passe en Syrie.En Afrique, on salue avec beaucoup de satisfaction la politique actuelle ouverte de la Russie en Syrie. Parce qu’en 2011, la Russie n’a pas bien joué son rôle de contrepoids à la politique impérialiste des Occidentaux, ce qui a fait que Kadhafi a été tué par l’OTAN en Libye. C’est parce que la Russie a été attentiste que la France s’est arrogée le droit d’intervenir abusivement en Côte d’Ivoire.

En effet quand il y avait le pacte de Varsovie et que l’équilibre de la terreur était assuré, les Occidentaux faisaient attention. Mais depuis la fin de l’URSS, l’OTAN s’était érigée en gendarme du monde. On peut trouver des circonstances atténuantes à la Russie car depuis 1991 le pays se devait de se reconstruire. Elle était en phase de reconstruction et de stabilisation. Aujourd’hui elle joue pleinement son rôle de grande puissance mondiale à même d’équilibrer la terreur des forces occidentales dans le monde.

Pour la Syrie, au départ les Occidentaux voulaient être toujours maîtres en sortant leur jeu favori: le mensonge distillé par les élites occidentales. Mais la diplomatie russe a pris le dessus en montant au créneau pour faire échec à une intervention de l’OTAN contre le président Assad agressé.

Les Occidentaux voulaient encore prendre prétexte de combattre l’Etat islamique dans la région pour porter l’estocade à Damas en se dissimulant. Mais encore leur jeu a été découvert. Ainsi l’intervention de l’aviation russe a complétement mis en déroute les plans de l’OTAN. C’est une victoire à la fois militaire, politique et diplomatique qui ramène Moscou au premier plan des relations internationales. Aussi c’est une revanche que la Russie prend en renforçant sa position dans une région stratégique.

Sputnik: Vous avez mentionné la Libye. On sait que l’Afrique et beaucoup de gens dans le monde gardent en tête l’intervention de l’OTAN dans ce pays avec les conséquences que l’on connait. Le continent africain peut-il tolérer encore cette optique pour l’avenir?

Simplice Zokohi Zadi: Comme je l’ai dit précédemment, l’intervention de l’OTAN en Libye ayant occasionné la mort de Mouammar Kadhafi a été mal ressentie par tout Africain digne. Comme je l’ai également dit précédemment, nous regrettons que la Russie et la Chine n’aient pas été aussi actives qu’elles le sont aujourd’hui. Mais heureusement, tout change. Il appartient aux Africains de traiter ouvertement avec la Russie car en relations internationales, on signe ce qu’on appelle des accords. Dès lors qu’il existe des accords bilatéraux entre deux pays, ceux-là jouent automatiquement en cas de besoin. Nous ne pouvons plus rêver en nous basant sur le passé où du temps des guerres de décolonisation et de libération, lorsque l’ex-URSS intervenait automatiquement en Afrique. Non, les données ont changé et la Fédération de Russie traite désormais officiellement avec les gouvernements formellement constitués et légaux. Il appartient donc aux gouvernements africains de sortir de leur esclavage occidental pour regarder aussi du côté de Moscou. Il y aussi de bonnes chose à prendre à Saint Pétersbourg, Rostov, Krasnodar, Sotchi, Vladivostok, Kazan…Yalta, en terme de coopération universitaire, scientifique, militaire, économique et culturelle. Il faut diversifier la coopération si nous ne voulons pas que l’OTAN ou la France nous fasse ce qui s’est passé en Lybie et en Côte d’ivoire en 2011.

Sputnik: Beaucoup de gens dans le monde, et l’Afrique ne fait pas exception, regardent avec espoir en direction de la Russie et des BRICS. Partagez-vous cette vision? Si oui, pourquoi?

Simplice Zokohi Zadi: Oui, je suis de ceux qui ont salué la naissance des BRICS. En effet depuis longtemps, le monde est dominé par les élites occidentales qui ont mis les Etats sous l’éteignoir au nom de leurs intérêts impérialistes. Les Occidentaux font la guerre aux pays moins nantis militairement et économiquement mais plus riches en matières premières énergétiques, agricoles et minières. Pour ces richesses, ces pays sont déstabilisés. La naissance des BRICS peut être une chance en ce sens qu’ils peuvent équilibrer économiquement le monde par la mise en place de nouveaux mécanismes de marchés. Il faut de nouvelles politiques de mise à marchés des produits des pays en développement, ainsi qu’une juste répartition et rémunération de ces produits. Les BRICS sont une chance car leur existence permettra à coup sûr de diversifier la coopération commerciale et économique du monde.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20151031/1019209524/afrique-cote-d-ivoire-ouattara-elections.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Moscou répond à Washington: combattre en Syrie au lieu de commenter

« Selon toute apparence, suite aux bombardements des avions américains, les terroristes restent fascinés et les applaudissent. Et ensuite, ils invitent leurs collègues des quatre coins du monde à apprécier ce spectacle. On comprend alors tout à fait pourquoi, qu’après un an de bombardements américains, les terroristes sont parvenus à saisir et contrôler le gros de la Syrie ».

Igor Konachenkov, major-général, porte-parole du ministère russe de la Défense

http://fr.sputniknews.com/international/20151029/1019184357/moscou-washington-syrie.html

Mon opinion sur la visite de Sarkozy à Moscou ?

Aucune illusion de mon côté. Qui a opté pour l’intégration atlantiste de la France avec les USA et l’OTAN ? Qui a choisi le rôle de sous-traitant de la France auprès des mêmes USA ? Ce même Nicolas Sarkozy. Une politique aujourd’hui largement poursuivie par son « concurrent », un certain Hollande. Et maintenant il vient nous voir pour dire qu’il faut se rapprocher et qu’il n’est pas dans l’intérêt de l’Europe d’écouter les Américains au détriment des intérêts européens ? Perspicacité soudaine ? Il est surtout à penser que Sarkozy sent parfaitement que les pôles changent et la réalité mondiale aussi.

D’autre part, j’oublie pas qui a violé la souveraineté de la Côte d’Ivoire et j’oublie pas qui a activement participé à l’assassinat de Mouammar Kadhafi en Libye, et qui a contribué à l’arrachement du berceau historique de la Serbie, en la qualité du Kosovo. Hypocrite.

Rapprochement Cuba-USA illusoire

drapeau cubain sur leur nouvelle ambassade à Washington

Les médias occidentaux ont consacré depuis plusieurs mois une grande attention au soi-disant rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis. L’accent était bien évidemment mis sur la « bonne volonté » du leadership étasunien à passer le cap de relations difficiles, datant de plus d’un demi-siècle.

C’est aussi le message que tentait de faire passer les représentants de la Maison-Blanche depuis Washington.

L’ambassade US a même rouvert ses portes dans la capitale cubaine, La Havane. Et l’ambassade cubaine en terre étasunienne. Même si, des deux côtés, la rhétorique du désaccord sur plusieurs points des relations bilatérales n’a jamais disparu, néanmoins les médias mainstrimois ont tout fait pour présenter ladite situation comme une nouvelle page révolutionnaire dans l’histoire des relations entre les deux pays.

De notre côté, dès le départ on comprenait que le coup « amical » des USA était surtout stratégique. D’un côté, il fallait reprendre pied dans un petit pays courageux, qui résiste à des sanctions arbitraires depuis plus de cinquante ans et qui n’a toujours pas fléchi. D’un autre, à l’heure de la guerre des sanctions visant la Russie, il fallait réduire le nombre de « fronts » (la question du nucléaire iranien peut-être vue également dans cette optique). Last but not least, les USA (qui adorent utiliser la rhétorique de l’isolation vis-à-vis des nations n’étant pas sous leur diktat), avaient (enfin) compris que dans l’espace américain (dans le grand sens du terme), c’est eux qui se retrouvaient ouvertement isolés. Le dernier sommet des Amériques à Panama en avril dernier en était la preuve nette. Obama était attaqué de tous les côtés par les critiques des dirigeants latino-américains, en arrivant même à être obligé de se justifier et de faire son mea culpa, pour lui et son pays: un comble pour un président US devant les dirigeants de pays que Washington aimerait tellement continuer à considérer comme son pré-carré.

En effet, du leader vénézuélien à la présidente brésilienne, des présidents bolivien et équatorien à la chef de l’Etat argentin, Obama a passé un moment fort difficile et son petit sourire ne pouvait aucunement cacher le stress et la pression subie. Les USA ont donc essayé de jouer la carte cubaine. Cuba a répondu favorablement pour la simple et bonne raison que l’île de la liberté n’a jamais été opposée au dialogue. Après tout, ce n’est pas Cuba qui avait tenté à maintes reprises de faire tomber le gouvernement étasunien, mais bien le contraire. Mais ce que les médias US et consorts avaient fortement « oublié » de mentionner, et qui était confirmé à notre niveau par les journalistes et experts cubains, c’est que Cuba ne se faisait aucune illusion quant à la bienveillance étasunienne. Pour les Cubains, ce n’était rien d’autre qu’une nouvelle bataille remportée. Car malgré tous les « pronostics » qui annonçaient la fin de pouvoir socialiste à Cuba après la chute de l’URSS, celui-ci ne s’est non seulement pas affaibli mais est devenu au contraire l’allié par excellence et l’inspiration pour la grande partie des Etats d’Amérique latine.

Maintenant pour revenir à l’actualité. Hier, l’Assemblée générale de l’ONU a une fois encore réclamé, à une écrasante majorité de membres, la fin de l’embargo étasunien contre Cuba. Sur 193 votants, 191 ont soutenu la résolution, dont l’allié russe de Cuba avec une belle allocution de Vitali Tchourkine, représentant permanent de la Fédération de Russie auprès de l’ONU, qui n’a pas manqué de rappeler toute l’illégitimité des actions étasuniennes à l’encontre de Cuba.

Seuls deux pays se sont (sans surprise) opposés à ladite résolution: les USA et Israël. L’ambassadeur adjoint des Etats-Unis à l’ONU, se sentant clairement isolé et voyant la délégation cubaine aux grands sourires, n’a pas manqué de se justifier en affirmant que « le texte de la résolution est loin de refléter les mesures importantes qui ont été prises et l’esprit d’engagement que le président Obama a défendu »… En d’autres termes, « nous sommes gentils (comme toujours) et vous nous attaquez ». Si seulement c’était vrai.

En tout cas, cela n’a fait que confirmer une fois encore que Cuba ne compte nullement reculer et renoncer à ses principes. Et que d’autre part, le rapprochement annoncé en grande pompe par les relais de l’impérialisme est encore loin. Comment d’ailleurs un tel rapprochement serait possible entre une nation défendant ses valeurs anticolonialistes et une autre se croyant toujours « exceptionnelle et unique » pouvant dicter sa volonté néocoloniale à tous. Illusions, illusions…

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20151029/1019172208/cuba-etats-unis-relations.html

Mikhail Gamandiy-Egorov