Archives mensuelles : décembre 2015

La Crimée : vers l’indépendance énergétique à grands pas

Ligne à haute tension. Crimée.

Depuis le ralliement historique de la Crimée à la Russie, l’un des problèmes majeurs de la péninsule restait sa dépendance en matière de livraisons d’électricité par l’Ukraine.

Il fallait de toute manière s’attendre à ce que les extrémistes ukrainiens tentent par tous les moyens de faire payer à la Crimée son choix historique. C’est ce qui va arriver. Ils pensaient avoir réussi. Coup raté: la Crimée a tenu bon et la Russie a pris les mesures efficaces en un laps de temps réduit.

Petit rappel des faits. Le 22 novembre dernier, des groupes ukrainiens de mouvance néonazie et ultra-nationaliste, font exploser des lignes à haute tension, faisant ainsi couper l’approvisionnement en électricité pour la péninsule criméenne. En d’autres termes: un acte terroriste. Sur le coup, ce ne sera d’ailleurs pas seulement la Crimée qui sera touchée, mais aussi certaines régions ukrainiennes voisines (notamment la région de Kherson).
Les services ukrainiens régionaux compétents tentent d’intervenir pour faire réparer les dégâts. Mais les extrémistes leur bloquent l’accès, en les laissant uniquement réparer les lignes approvisionnant les régions ukrainiennes. La Crimée plonge dans le blackout électrique pour près de deux semaines. Les extrémistes poursuivent alors le blocus en empêchant tout accès aux lignes électriques concernées.

Ravis de leur action, ils pensaient pouvoir mettre la péninsule criméenne en position de faiblesse et poursuivre sans vergogne leur chantage. D’autant plus ayant le soutien affiché des autorités kiéviennes. Plus que cela, Piotr Porochenko en personne soutiendra ouvertement « l’initiative des patriotes ukrainiens ». A l’instar d’une autre « initiative », initiée un peu plus tôt avec un nom fort révélateur: le « blocus alimentaire », dont le but devait être la « restauration de la souveraineté ukrainienne », selon les dires du même Porochenko (approche effectivement « intéressante » et surtout très « humaniste ») en empêchant tout camion transportant des produits alimentaires depuis le territoire ukrainien d’entrer en Crimée. Un blocus pour rappel n’ayant rien donné puisque la Crimée est entièrement autosuffisante en livraisons alimentaires depuis la Russie continentale, les seuls perdants ayant été les producteurs ukrainiens privés de la possibilité de faire vendre leurs produits en terre criméenne. Kiev a préféré donc passer à l’étape « supérieure »: faire vivre les habitants de la Crimée dans le noir en espérant que cela puisse durer. Seul bémol: les Criméens n’ont une fois de plus pas fléchi et les autorités russes ont intensifié l’organisation de l’indépendance énergétique de la presqu’île.

En effet, un pont énergétique reliant la péninsule à la Russie continentale a été mis en place en un temps pratiquement record. Pour la Crimée, cette nouvelle victoire était surtout celle de l’acquisition d’une indépendante énergétique tant attendue. Dès l’annonce du retour de l’électricité dans les foyers criméens et l’arrivée du président russe en personne pour suivre le processus, sentant le fiasco évident (une fois de plus), le gouvernement de Porochenko déclare depuis Kiev la reprise des livraisons d’électricité en Crimée… Sauf que Poutine rétorque: « Moscou ne doit avoir aucun contrat en vigueur avec Kiev lorsque le pont énergétique sera complètement opérationnel ». Point à la ligne.

Il est vrai que les derniers temps, l’Ukraine fait bien peu parler d’elle. Le monde aujourd’hui l’a un petit peu oublié, y compris les « alliés » occidentaux. Tout est donc bon pour faire parler de soi, d’autant plus lorsque cela peut frapper des gens ayant refusé catégoriquement de vivre au sein de cette « nouvelle » Ukraine pseudo-démocratique, fascisante et pro-occidentale. Mais une fois encore fiasco évident. Quant aux habitants de la Crimée, l’épreuve « électrique » qu’ils ont vécue n’a fait que renforcer encore plus le bons sens de leur décision de mars 2014, ainsi que le sentiment d’être protégés par leur pays, la Russie. L’Ukraine elle perd sur tous les fronts: non seulement elle se ridiculise une fois de plus, mais elle perd par la même occasion une énième source de revenue, et non des moindres… Sans oublier que la banqueroute arrive à grands pas. Pauvre Ukraine.

 

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20151216/1020316425/crimee-energie-electricite-russie-ukraine.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Sport & politique internationale russe

Le combat de notre compatriote Roy Jones Jr est à l’image de notre politique internationale. On avait largement les moyens d’acheter ce combat. Mais Roy et nous tous avons opté pour un combat juste. C’est cela notre approche. On sait perdre dignement. Sauf que la prochaine fois on cassera amplement nos adversaires et ça va faire vraiment mal. D’autre part, les nôtres sont les nôtres. Good night à tous!

Бой нашего земляка Роя Джонса младшего в принципе очень схож с нашей международной политикой. Мы имели все возможности купить данный бой. Но ни Рой, ни все мы, не выбрали данную опцию. Это наш подход. Мы умеем достойно проигрывать. Только в следующий раз мы сломаем соперников и это будет реально больно. Кроме этого, наши есть наши. Всем спокойной ночи!

Merci Roy ! Спасибо, Рой!

La légende Roy Jones Jr a malheureusement perdu. L’adversaire italo-britannique de 11 ans son cadet (Roy a 46 ans) était bien rapide et un adversaire digne. Mais l’essentiel n’est pas là.

L’essentiel est que je suis très fier Roy que tu sois désormais des nôtres. Très fier que l’on porte le même passeport à l’aige bicéphale russe. La Russie est ton pays. Je pense que c’est un sentiment partagé par la grande majorité de Russes. T’avoir vu aujourd’hui sous le drapeau et l’hymne russe est un sentiment inoubliable. Merci !

Легенда Рой Джонс младший к сожалению, проиграл. Итальяно-британский соперник, на 11 лет младше Роя (Рою 46 лет) был очень быстр и достойным соперником. Но это не главное.

Главное в том, что я очень горд что ты Рой теперь из наших. Очень горжусь тем, что у нас паспорт с двуглавым орлом. Россия – твоя страна. И думаю, что это чувство разделяет большая часть граждан России. Видеть тебя сегодня под флагом и гимном России – незабываемое чувство. Спасибо!

Ce soir combat en direct depuis Moscou entre le légendaire Roy Jones Jr sous le drapeau de la Fédération de Russie et le britannique Enzo Maccarinelli, pour le titre de champion du monde WBA (Super) de poids lourds-légers. Début du direct à partir de 23 heures (heure de Moscou), 21 heures (heure de Paris), 20 heures (heure d’Abidjan). Lien pour suivre le direct ci-dessous.

http://stream.1tv.ru/live/

Sommet Chine-Afrique à Johannesburg : l’alliance renforcée

Le sommet Chine-Afrique ,Johannesburg

Le sommet Chine-Afrique s’est clôturé dans la ville de Johannesburg, en République d’Afrique du Sud. Que dire d’autre si ce n’est que l’Empire du Milieu renforce l’étroite collaboration, ou plutôt son alliance stratégique avec le continent africain.

Il est déjà connu que la Chine représente aujourd’hui le principal partenaire économique et commercial de l’Afrique, ayant dépassé les anciennes métropoles coloniales européennes, ainsi que les USA, au grand dam de ces derniers. Les élites occidentales n’ont depuis cessé de lancer des campagnes de diffamation visant les intérêts chinois dans les pays africains, les accusant tantôt de « néocolonialisme » (qui parle de colonialisme?), tantôt de concurrence déloyale, et autres accusations sans fondement. Bien que certains représentants de la cinquième colonne africaine pro-occidentale ait suivi les ordres de leurs chefs et malgré les moyens investis, les intérêts chinois sont restés pratiquement intacts.

Raison à cela? Un soutien assez évident d’une très large partie de la population africaine à la présence chinoise. D’ailleurs aussi bien de la part de la société civile, que des cercles politiques et d’affaires, surtout dans les pays ayant assumé (ou en phase de le faire) leur souveraineté. Pourquoi ce soutien? Car quoiqu’en disent les médias du mainstream, la Chine et l’Afrique arrivent à travailler dans la fameuse logique du partenariat gagnant-gagnant. Une notion tellement belle mais si rarement applicable. Mais dans le cas sino-africain, il faut avouer que cette notion arrive globalement à se réaliser.

Maintenant pour revenir au dernier sommet de Johannesburg. D’abord il faut rappeler que les échanges commerciaux annuels entre Pékin et les Etats africains représentent plus de 200 milliards d’euros d’échange. Un chiffre plus que sérieux. Mais certains s’étaient empressés d’annoncer la fragilisation de ces échanges en raison du ralentissement de la croissance chinoise. Evidemment, l’inquiétude était en partie justifiée puisque au cours des six premiers mois de cette année, les investissements de la Chine en Afrique ont chuté de près de 40%. Evidemment, cette chute concernait directement les achats chinois des matières premières, représentant une partie importante des relations commerciales sino-africaines, faisant perdre des revenus à plusieurs pays du continent, dépendant des exportations de leurs matières premières: Zambie, Afrique du Sud, République démocratique du Congo notamment. Tout cela faisant revenir le thème de l’importance de la diversification des économies africaines.

Mais quand on dit diversification, on parle avant du développement du secteur de transformation sur place des matières premières. Un sujet d’énorme importance pour l’Afrique. Une transformation qui permettra bien évidemment à de très nombreux pays africains de profiter beaucoup mieux de leurs ressources et d’avoir beaucoup plus de poids économiquement parlant sur la scène mondiale, surtout connaissant les énormes ressources dont dispose le continent. La Chine l’a parfaitement compris. Et compte jouer un rôle de premier plan dans cette diversification. Ainsi lors du sommet de Johannesburg, le président chinois Xi Jinping, a annoncé que son pays allait investir 60 milliards de dollars (un chiffre de 74 milliards a été avancé par la suite) dans des projets transcontinentaux en Afrique et pour le développement du continent africain. Il n’a pas non plus manqué de préciser que Pékin souhaite que la relation Chine-Afrique soit et reste équitable. Le leader chinois a détaillé devant plusieurs chefs d’Etats africains un projet de développement du continent en dix points.

« La Chine va mettre en œuvre ces dix plans de coopération au cours des trois prochaines années. Ces plans sont destinés à régler trois problèmes qui retardent le développement de l’Afrique. A savoir des infrastructures inadaptées, le manque de personnel professionnel et qualifié, ainsi que le manque de financement », a-t-il déclaré.

Certains « bien-pensants » diront bien sûr qu’il est à douter de la sincérité chinoise pourtant les résultats parlent d’eux-mêmes: depuis que la Chine a fait de l’Afrique une de ses priorités en matière de politique extérieure, l’infrastructure des pays du continent s’est largement améliorée. C’était d’ailleurs ce qu’avait rappelé le président sud-africain Jacob Zuma lors d’une interview à RT en marge du sommet des BRICS à Oufa, en Russie, en insistant sur le pied d’égalité utilisé par la Chine à l’égard de l’Afrique. Qu’en est-il de l’Occident? Tout le monde connait la réponse.

Comme quoi et malgré les « espoirs » de certains de voir la Chine perdre ses impressionnantes positions en Afrique, qu’ils les remettent à plus tard. La Chine et l’Afrique, ou du moins les pays africains ayant choisi de tourner la page du diktat néocolonial, garderont l’alliance stratégique qui caractérise leur relation. La Chine a parfaitement compris que le fait de ne pas avoir été une puissance coloniale lui donne de sérieux avantages. Mais elle a aussi parfaitement compris que dans le monde contemporain, seule une relation de respect du partenaire, et notamment de sa souveraineté, en y mettant en plus les moyens nécessaires, lui permettra d’être considérée comme un partenaire privilégié. La Chine a misé sur l’Afrique et n’a pas perdu (tout comme les pays africains qui ont fait confiance à la Chine). L’Inde et le Brésil suivent le pas. Un membre des BRICS est lui-même un pays africain. Un autre membre arrive (ou plutôt revient) sous peu.

 

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20151209/1020168337/sommet-chine-afrique.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

L’Iran, à l’instar de la Russie, affirme également disposer de preuves qui confirment l’implication de la Turquie d’Erdogan au trafic illicite de pétrole volé à la Syrie et à l’Irak par Daech & autres groupes salafistes. Des preuves que l’Iran promet de publier sous peu. Иран подтвердил наличие доказательств о торговле, ворованной ИГ нефтью на территории Турции.