Archives mensuelles : septembre 2016

Mali : la société civile se mobilise pour un partenariat solide avec la Russie

Mali

Dans un monde où la multipolarité se renforce de jour en jour, les changements importants des systèmes préétablis précédemment se poursuivront certainement.

Dans le cas des relations entre la Russie et l’Afrique francophone, les choses intéressantes suivent leurs cours également. Après le Burundi, avec lequel une nouvelle page s’est ouverte récemment dans son partenariat avec la Russie, les voix se font entendre désormais à d’autres endroits, y compris considérés comme partie intégrante du système de la «  Françafrique  ».

En effet, on a appris qu’hier le Groupement patriotique du Mali, a organisé un sit-in, jeudi 22 septembre, devant l’ambassade de la Russie à Bamako. L’objectif était de demander « l’implication » du Kremlin dans la résolution de la crise malienne, lit-on sur Mali7.net, portail malien d’information.

On y apprend également qu’une pétition signée par plus deux millions de citoyens maliens a été transmise à l’ambassade de Russie à Bamako. L’un des organisateurs de ce sit-in et président du Groupement patriotique du Mali, Fodé Sidibé, a ainsi déclaré : «  Nous demandons l’aide de la Russie au regard de la coopération entre les deux pays au temps du président Modibo Keita… Nous voulons qu’elle s’implique dans la formation et l’armement de nos forces de défense  ». Avant qu’un de ses collègues ne rajoute : «  Les forces étrangères présentes actuellement au Mali ont prouvé leur incapacité à aider le pays à se stabiliser  ». Allusion directe à la présence de l’armée française dans le pays.

Le représentant de l’ambassade russe au Mali a confirmé que Moscou prêterait à la pétition une «  oreille attentive  » bien que le gouvernement malien n’a jamais sollicité l’aide de la Russie depuis plus de cinq ans que dure la crise au Mali. Quoiqu’il en soit, le premier conseiller de la mission diplomatique russe a assuré le groupement d’associations que la Russie restera toujours aux côtés du Mali.

Maintenant parlons de la réalité et des perspectives, et notamment de l’implication de la France dans la crise malienne. La France fait en effet ouvertement figure d’un pompier pyromane. Rappel des faits. La crise qu’a connue le Mali fut le résultat direct de la chute de la Jamahiriya libyenne de feu Mouammar Kadhafi. Cette destruction de l’Etat libyen et le chaos qui s’en est suivi sont la responsabilité directe des élites occidentales, et en grande partie françaises puisque on se souvient tous que c’est la France de Sarkozy qui a joué un rôle de «  premier plan  » dans l’attaque de l’OTAN et de certains pays arabes contre la Libye de Kadhafi.

La destruction de la Libye par les élites occidentales & golfistes a eu un effet dévastateur sur plusieurs plans : multiplication des groupes terroristes takfiristes, crise des migrants et sérieux défis sécuritaires pour les Etats voisins. Le Mali en fait partie. Le chaos dans lequel a été plongé la Libye, dont il ne reste aujourd’hui que le nom, a contribué entre autres au transfert massif d’armes aux terroristes et au renforcement de leur implantation en terre malienne. Puis la France est intervenue pour sécuriser ses intérêts en jouant justement au pompier pyromane mais la crise au Mali est toujours loin d’être réglée. En passant, il est effectivement presque révoltant d’entendre le président français Hollande parler à la tribune de l’ONU en accusant le leadership syrien «  d’effusion de sang  », lorsqu’on sait justement que l’Elysée est responsable de crimes contre de nombreux pays : Côte d’Ivoire, Libye, Mali, Centrafrique, en Syrie aussi d’ailleurs bien que le plan pour cette dernière ne s’est pas déroulée comme prévu, notamment grâce au soutien des alliés de la Syrie, en la qualité de la Russie et de l’Iran. En réalité et en plus de l’assujettissement pur et simple de la France actuelle aux intérêts des USA, on observe bien une continuité de crimes. A l’instar des USA avec Bush-Obama (  non, le sourire du dernier n’a aucunement assuré les attentes ), la France avec Sarkozy-Hollande fait aussi de la continuité dans la politique criminelle en politique extérieure et n’a fait que renforcer sa vassalisation aux intérêts atlantistes.

Quant au Mali, il faudra effectivement et de plus en plus prêter attention aux revendications légitimes du peuple. A l’instar de tellement d’autres peuples africains qui souhaitent en finir une bonne fois pour toute avec le diktat qui leur est imposé depuis des décennies, si ce n’est des siècles. Dans le cas du partenariat, voire d’alliance avec la Russie, il est clair que jusqu’ici les relations se renforçaient surtout avec les pays d’Afrique subsaharienne anglophone ou lusophone, et beaucoup moins francophone. Mais les choses bougent et le temps est certainement venu pour mettre un point définitif à certains fonctionnements pour en lancer d’autres, dans le respect de la souveraineté des Etats concernés.

https://fr.sputniknews.com/international/201609231027890908-mali-societe-civile-russie/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

 

 

Russie / Afrique francophone. Les choses intéressantes se poursuivent.

Bamako : Un groupement d’associations sollicite l’implication de la Russie dans la résolution de la crise au Mali

Le Groupement patriotique du Mali, a organisé un sit-in, jeudi 22 septembre, devant l’ambassade de la Russie à Bamako. L’objectif était de demander « l’implication » du Kremlin dans la résolution de la crise malienne.

Une pétition, signée par plus de deux millions de personnes a été déposée à l’ambassade de la Russie, ce 22 septembre, jour de la fête nationale du Mali. Selon les organisateurs, il s’agit « d’implorer » le Kremlin à s’impliquer dans la résolution de la crise malienne.

« Nous demandons l’aide de la Russie au regard de la coopération entre les deux pays au temps du président Modibo Keïta…Nous voulons qu’elle s’implique dans la formation et l’armement de nos forces de défense », affirme Fodé Sidibé, président du Groupement patriotique du Mali. Selon lui, au lendemain de l’indépendance du Mali, la Russie a formé et a équipé les forces armées maliennes.

Cette demande s’explique, selon un autre responsable de l’association, par le fait que les forces étrangères présentes actuellement au Mali ont « prouvé leur incapacité » à aider le pays à se stabiliser.

L’oreille attentive de la Russie

Selon nos informations, le Kremlin ne compte pas rester indifférent à l’appel de certains Maliens qui ne partagent plus la lecture de la communauté internationale sur la crise malienne. En avril 2016, le Groupement patriotique du Mali avait déjà déposé une première pétition de 500 000 signatures.

A Moscou, la pétition a été accueillie « d’une oreille attentive ». Son représentant diplomatique au Mali avait même assuré le groupement d’associations que la Russie restera toujours aux côtés du Mali. « Même si l’Etat malien n’a jamais sollicité l’aide de Poutine depuis plus de cinq ans que la crise dure au Mali ».

Jeudi 22 septembre, jour de la fête nationale du Mali, plusieurs manifestants venus des différentes régions étaient en sit-in devant l’ambassade de la Russie à Bamako. Le premier conseiller a réitéré l’engagement de son pays en promettant notamment « d’user de son droit de véto au conseil de sécurité » pour protéger les intérêts du Mali.

Bamako : Un groupement d’associations sollicite l’implication de la Russie dans la résolution de la crise au Mali

Le courage d’un policier russe (du Daghestan, sud de la Russie) face à ses bourreaux.

Magomed Nurbagandov, 31 ans, père de deux enfants, qui étant capturé par des terroristes takfiristes leur tient tête et affronte la mort avec la dignité d’un vrai homme. C’est sûr qu’avec de tels hommes, les ennemis de la Russie ne pourront jamais vaincre notre pays.

Non, ce n’est pas l’Hollywood étasunien. C’est la réalité. RIP héros !

« L’Union européenne reconnait la transparence qui a caractérisé les élections législatives de Russie »…, lit-on au sein du service des relations extérieures de l’UE.

Ah bon ? Tellement évidente désormais la démocratie russe ? 🙂Démocratie souveraine je précise. Le monde multipolaire avance. Les élites occidentales forcées d’avouer que leur propagande ne passe plus.

La vidéo de mon intervention d’hier en direct sur Press TV Français sur le thème « Les Etats-Unis soutiennent les terroristes en Syrie », en compagnie du présentateur Ahmad Nokhostine au studio à Téhéran et de Bruno Guigue, analyste politique français.

Видео моего вчерашнего участия в прямом эфире на Press TV Français (Иран) на тему поддержки со стороны США террористов в Сирии, с ведущим Ахмадом Нохостином и французским политическим аналитиком Брюно Гигом.

Elections législatives en Russie : la souveraineté russe pas négociable

Elections législatives en Russie

Les élections législatives russes ont bien eu lieu. Le comptage des voix est pratiquement fini. Analysons les résultats provisoires et les perspectives.

Le taux de participation à ces élections était de près de 48 %. 97,3 % des voix ont été traitées jusque-là.

Le parti Russie unie de Vladimir Poutine arrive largement en tête avec 54,17 % des voix.

Le parti communiste est deuxième avec 13,42 %. Le parti libéral-démocrate (populiste, nationaliste) obtient 13,24 %. Le parti Russie juste (social-démocrate) arrive quatrième avec 6,18 %.

Plusieurs points qui doivent être soulignés. Les élections législatives sont loin de susciter un intérêt aussi important que les élections présidentielles en Russie, néanmoins le taux de participation à ces élections dépasse celui de nombreux pays européens. Autre point tout aussi important. La popularité du président Poutine dépasse bien sérieusement celui du parti Russie unie. On pourrait d’ailleurs à ce titre faire un parallèle avec l’Afrique du Sud où le parti au pouvoir l’ANC (Congrès national africain), le parti historique du grand Nelson Mandela, domine la vie politique du pays bien que le parti lui-même et certains de ses membres soient sérieusement critiqués.

En Russie la situation est plus ou moins semblable dans le sens que le taux de popularité du président Poutine dépasse les 80 %, tandis que le parti au pouvoir est en dessous de ces chiffres. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que plusieurs politiciens du niveau local ou municipal, issus du parti Russie unie, sont loin de faire toujours l’objet d’avis positifs de la part des citoyens dépendant de la localité/municipalité en question. Manque de professionnalisme, lacunes de gestion, promesses non tenues,… telles sont les accusations qui visent certains de ces responsables attachés au principal parti du pays. Et le pouvoir comprend parfaitement que c’est un défi auquel il faut faire face. C’est d’ailleurs aussi à cela que sert la démocratie.

Autre fait important caractéristique de la société russe, est que sont nombreux ceux ou celles qui soutiennent Vladimir Poutine mais sont d’horizons politiques différents. On peut notamment penser aux personnes qui sympathisent aux idées de gauche et qui durant les législatives votent en faveur du parti social-démocrate Russie juste, sans pour autant remettre en cause leur soutien à la politique présidentielle. Ou encore ceux qui votent en faveur du parti patriotique Rodina (Patrie) là aussi tout en accordant parallèlement le soutien à la politique actuelle de l’Etat russe, dans bien nombreux domaines. Les autres exemples ne manquent pas eux aussi.

Fait important et révélateur : le parti ultra-libéral et ouvertement pro-occidental Parnas, dirigé par un certain Mikhail Kassianov, associé pour l’écrasante majorité des Russes aux périodes tumultueuses de l’ère Eltsine et aux oligarques ayant massivement pillé « leur » peuple, ayant le soutien direct, dont financier, avec plusieurs structures étasuniennes, notamment étatiques, n’a obtenu que 0,72 %. Le même parti qui « pense » que la Russie doit se conformer aux prérogatives étasuniennes et de l’OTAN, afin de rejoindre par la suite cette structure… Le score obtenu en dit long sur sa « popularité » auprès des citoyens russes.

Conclusion : la souveraineté russe n’est effectivement pas à négocier. Le peuple russe l’a une fois de plus démontré, tout en respectant les principes démocratiques du pays. Par ailleurs, la Russie confirme de nouveau que la notion de démocratie souveraine n’est pas une notion illusoire mais bien une réalité. En passant, pratiquement pas de violations ont été observées durant ces élections, de l’avis même des observateurs internationaux, y compris ceux de l’OSCE qui ont également pris part à l’observation. Le scrutin est donc entièrement valide.

Quant à certains représentants des élites occidentales qui continuent de rêver pour voir un coup d’Etat en Russie, ce ne sera certainement pas pour demain, ni pour après-demain. L’indépendance et la souveraineté de la Russie ne se vendent pas. Et le peuple multiethnique de Russie veille.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201609191027817708-russie-elections-souverainete/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

URGENT – L’armée syrienne déclare la fin du cessez-le-feu. La Russie soutient.

Pourtant la Syrie et la Russie, et tous leurs alliés, ont tout fait pour que cette trêve puisse durer. Les seuls ayant rempli leurs engagements dès l’entrée en vigueur de l’accord Lavrov-Kerry sont bien l’armée arabe syrienne et ses alliés. Les USA et leurs groupes terroristes n’en ont pas été capables. Résultat donc tout à fait logique.

Les représentants du ministère russe de la Défense ont confirmé qu’il n’y avait aucune raison valable de poursuivre la trêve sachant qu’une seule des parties la respecte.