Archives mensuelles : octobre 2016

Petite dédicace à toutes ces braves femmes syriennes qui ont pris les armes pour combattre aux côtés des hommes la vermine salafiste et le néocolonialisme occidental. Le tout pour défendre la terre de civilisation qu’est la Syrie, ainsi que l’humanité entière. La victoire n’est plus loin.

Publicités

L’axe Moscou-Damas-Téhéran ne cèdera pas

Le Kremlin de Moscou

Une rencontre vient d’avoir lieu à Moscou entre les chefs des diplomaties russe, syrienne et iranienne. Les positions communes exprimées ont été sans équivoque. L’axe syro-irano-russe poursuivra la lutte conjointe contre le terrorisme.

Le message de la rencontre a été en effet bien clair : la Russie, la Syrie et l’Iran restent unis dans leurs positions sur la résolution de la crise syrienne. Le timing lui aussi a certainement été bien choisi : au moment où sur le front syrien se déroule la bataille décisive d’Alep, considérée comme le Stalingrad syrien, afin de faire libérer les derniers retranchements des terroristes dans cette deuxième ville de Syrie, et sur le front irakien la bataille de Mossoul.

Walid Mouallem, ministre syrien des Affaires étrangères et des Expatriés a déclaré durant la conférence de presse conjointe à l’issue de la rencontre avec ses collègues que « la Syrie est convaincue de la sincérité de l’orientation russe et iranienne dans le soutien pour l’éradication du terrorisme ». Il a en outre ajouté que « ceux qui avaient conspiré contre la Syrie depuis cinq ans sont les mêmes qui mènent actuellement la campagne de propagande aussi bien contre l’Etat syrien que russe ». Mais que malgré cette propagande qui atteint aujourd’hui le summum, « elle ne nous obligera point à ne pas poursuivre la lutte contre le terrorisme ». M. Mouallem a fait savoir que la Syrie, qui insiste sur la libération de ses territoires du terrorisme, apprécie les efforts déployés par la Russie et l’Iran, soulignant que la coordination entre les trois pays se poursuit d’une manière quasi-quotidienne, car les objectifs sont communs. Enfin il a transmis au président Vladimir Poutine ainsi qu’au peuple russe les remerciements du président Bachar al-Assad, du gouvernement et du peuple de Syrie pour leur contribution efficace à la lutte contre le terrorisme.

De son côté le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a insisté sur le fait que la crise en Syrie doit être résolue par la voie politique et la poursuite de la lutte contre les groupes terroristes. Il a par ailleurs regretté l’insistance de certains pays à faire poursuivre la guerre en Syrie. On comprend à ce titre qui est visé, aussi bien les acteurs régionaux qu’extrarégionaux. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a souligné « l’importance des contacts entre Moscou et Damas pour garantir l’exécution ferme des résolutions onusiennes relatives à la crise syrienne. Il a assuré que la Russie continuera de déployer tous les efforts nécessaires afin de soutenir le peuple syrien dans sa lutte contre le terrorisme et le retour à la vie normale de la population. A ce titre et en plus des mesures de lutte commune contre le terrorisme et le soutien humanitaire, il a été question des mesures économiques qui viseront à permettre la reconstruction de l’infrastructure du pays. On se souvient d’ailleurs que les pays BRICS comptent prendre une part très active dans cette mission, comme cela a été confirmé lors du récent sommet de l’alliance à Goa, en Inde.

Enfin et pour un peu résumer cette rencontre moscovite entre les représentants russe, syrien et iranien, il serait bon de reprendre une citation de Sergueï Lavrov qui a été plus qu’explicite : « Nous sommes déterminés à achever les terroristes. Si les partenaires occidentaux sont engagés uniquement au niveau des paroles, à notre niveau nous sommes déterminés à le faire dans la pratique », fin de la citation.

Comme quoi, l’axe Moscou-Damas-Téhéran ne compte aucunement céder, ni reculer. Un axe d’ailleurs auquel on peut certainement ajouter aussi Pékin, qui bien que n’ayant pas pris part directement dans la lutte antiterroriste en Syrie, a néanmoins toujours poursuivi son soutien aux autorités syriennes au niveau diplomatique, y compris au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU en coordination avec la Russie. Sans oublier le fait que la Chine compte désormais prendre part à la formation des militaires de l’armée syrienne et aussi participer à la reconstruction du pays.

Evidemment cette alliance multipolaire a encore bon nombre de défis devant elle, aussi bien en Syrie qu’ailleurs, en sachant que ceux qui rêvent encore de nous faire revenir à l’ère unipolaire ne comptent pas (encore) totalement reculer et utilisent toujours les mêmes méthodes de déstabilisation en semant le chaos partout où cela leur est possible. Et c’est aussi pour cette raison que les alliés de la Syrie poursuivront activement les efforts afin d’éliminer le terrorisme du sol syrien et remporter ensemble une victoire qu’une très large partie de l’humanité attend. Avec la victoire tant attendue et tant nécessaire en Syrie, le monde ne sera jamais plus comme avant. Et cela, les ennemis du monde multipolaire seront forcés d’accepter.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201610311028455217-moscou-damas-teheran-lutte-conjointe-terrorisme/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

Voici le type de dictature que soutient la France, pays de la « démocratie et des droits de l’homme », et plus généralement tout l’Occident politique, donneur de leçons.

Toute l’énorme contradiction est là : un manifestant sans armes, tabassé par une dizaine de représentants des « forces de l’ordre ». Cela est « juste » selon les Occidentaux. Mais lorsque c’étaient des « manifestants » armés en Ukraine ou en Syrie, les forces de l’ordre n’avaient pas le droit de réagir, toujours selon les mêmes élites occidentales. Aujourd’hui il est devenu définitivement clair qui soutient des régimes dictatoriaux dans ce monde et sème le chaos d’un côté, et ceux qui luttent contre le terrorisme et pour la liberté de l’autre.

Soutien total de ma part à mes frères résistants en Côte d’Ivoire et partout en Afrique. Le combat ne fait que commencer.

Ma nouvelle participation au débat sur Press TV Français en compagnie du présentateur Ahmad Nokhostine (au studio à Téhéran) et de Ayssar Midani, analyste franco-syrienne des questions internationales, depuis Damas, Syrie. Thème du débat : tension actuelle accrue entre la Russie et l’OTAN.

Мое очередное участие в дискуссии на Press TV Français совместно с ведущим Ахмадом Нохостином (Тегеран) и Айссар Мидани, франко-сирийской специалисткой по международным вопросам из Дамаска, Сирия. Тема дискуссии – повышенная текущая напряженность между Россией и НАТО.