Côte d’Ivoire: «Le boycott, ça suffit, combattons aussi Ouattara et la CPI dans les urnes»

Toussaint Alain

Entretien avec Toussaint Alain, ex-conseiller et ancien porte-parole du président ivoirien Laurent Gbagbo pour l’Union européenne entre 2001 et 2011. Il évoque les prochaines législatives où l’opposition se présente pour la première fois depuis 2011, le retrait des pays africains de la CPI et le procès de Laurent Gbagbo.

Sputnik: Des élections législatives sont prévues le 18 décembre en Côte d’Ivoire. Pourquoi l’opposition a-t-elle décidé d’y participer?

Toussaint Alain: Je salue la décision des responsables du Front populaire ivoirien (FPI), de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), d’autres partis et des centaines d’indépendants d’y aller. Les élections revêtent toujours une importante signification: elles sont l’expression démocratique des attentes qu’a le peuple envers les élites politiques et du verdict populaire sur les gouvernements et les gouvernants.

Les élections se sont enracinées dans la logique politique de la Côte d’Ivoire au cours des vingt-cinq dernières années. Seulement, dès avril 2011, Alassane Ouattara avait tout mis en œuvre pour marginaliser les partisans du président Laurent Gbagbo afin de les contraindre psychologiquement à ne pas participer à la vie sociale, économique et politique de la nation: gel des comptes bancaires, arrestations arbitraires, détentions illégales, chantage à l’emploi public avec le licenciement de centaines de fonctionnaires et agents de l’État, etc.

Ces procédés d’intimidation et ces menaces ont eu pour conséquence de braquer certains opposants, les obligeant au boycott de plusieurs rendez-vous électoraux entre 2011 et 2015. Cette orchestration de la terreur s’est atténuée au fil du temps. La présidentielle d’octobre 2015 a été un premier tournant, marquant le retour de l’opposition dans l’arène politique nationale. En octobre 2016, la forte mobilisation contre le référendum a apporté la preuve que celle-ci pouvait se rassembler autour de l’essentiel afin de se poser en alternative crédible à un régime qui a échoué à trouver des solutions aux problèmes des Ivoiriens.

C’est notre responsabilité de ne pas tourner le dos à nos concitoyens. Comme en 2011, je rejette donc toute idée de boycotter des élections. Nous devons aussi combattre Alassane Ouattara dans les urnes. Cinq années de boycott électoral ont été improductives, stériles. La politique de la chaise vide n’a rien apporté. Le régime actuel a fait voter une Constitution sans concertation. La dynamique de pression née lors de la séquence référendaire va se poursuivre au cœur des institutions de la République, à l’Assemblée nationale, par exemple.

Sputnik: Justement, quelles sont les chances de l’opposition démocratique d’être représentée dans le futur Parlement?

Toussaint Alain: Ces législatives restent ouvertes. L’heure du bilan a sonné pour Ouattara qui doit être sévèrement sanctionné. C’est l’occasion pour les électeurs d’exprimer clairement leur refus de la politique actuelle. Le gouvernement est affaibli par son piètre bilan économique et social, avec un fort chômage qui frappe des millions de jeunes. Outre la forte baisse du pouvoir d’achat des ménages, l’insécurité est devenue endémique avec la violence d’adolescents endoctrinés, sans oublier le niveau de corruption trop élevé. Des menaces sérieuses pèsent sur le régime de retraite des fonctionnaires, la liberté syndicale est menacée, les instituteurs sont régulièrement en grève, l’Université est paralysée, etc.

À ce tableau peu reluisant s’ajoutent les tensions internes à la coalition au pouvoir, avec les limogeages de deux ministres alliés et les déchirures nées des investitures aux législatives. Des centaines de candidats indépendants sont issus de ses rangs. D’autre part, le retour d’une opposition significative dans le jeu électoral complique singulièrement les pronostics de M. Ouattara qui rêvait sans doute d’un parlement à sa main, à l’image de l’Assemblée sortante, une simple chambre d’enregistrement.

Enfin, certains de nos amis motivent leur appel au boycott par la non-transparence de la Commission électorale indépendante (CEI). Je les comprends. Mais les législatives sont des scrutins locaux. Les candidats exerceront eux-mêmes un contrôle renforcé en amont et en aval, en particulier durant le vote et lors du dépouillement afin de limiter toute velléité de fraude, notamment les bourrages d’urnes. Chaque candidat doit faire la police afin de préserver ses intérêts et les suffrages portés sur son nom.

La donne peut donc changer. L’autre enjeu est aussi stratégique: l’entrée de l’opposition au Parlement permettrait à celle-ci de contrôler l’action du gouvernement. La Troisième République est née d’un fourre-tout constitutionnel qui concentre trop de pouvoirs entre les mains d’Alassane Ouattara. Les débats auxquels Ouattara espérait se soustraire auront bien lieu.

Sputnik: À Abidjan, la capitale économique ivoirienne, se poursuit le procès de l’ex-première dame Simone Gbagbo. Comment se déroule-t-il? Comment va Mme Gbagbo?

Toussaint Alain: Le procès aux assises de Simone Gbagbo s’éternise. À plusieurs reprises, ses avocats ont suspendu leur participation parce que la Cour refuse de faire témoigner des personnalités qu’ils souhaitent faire entendre. La défense réclame notamment la comparution de certaines hautes personnalités aujourd’hui dans l’appareil d’État. Il s’agit de Guillaume Soro, l’actuel président de l’Assemblée nationale et ancien chef de la rébellion, de Jeannot Kouadio Ahoussou, ministre d’État auprès de M. Ouattara, de Charles Koffi Diby, président du Conseil économique et social, du directeur général de la police nationale Brindou M’Bia et de l’ex-chef de l’armée, le général Philippe Mangou, actuel ambassadeur au Gabon.

Devant l’intransigeance de la défense à faire respecter son droit fondamental, le procureur a demandé au Bâtonnier de nommer des avocats commis d’office. Je suis ahuri par ces méthodes qui dénient tout droit à la défense, donc à l’accusée. La Cour va certainement poursuivre le procès sans elle et sans sa défense. Je m’interroge sur les réelles motivations de la justice lorsqu’elle agit de la sorte dans une affaire aussi grave. Dans un État de droit digne de ce nom, les audiences judiciaires doivent être empreintes de sérénité et d’équité, gage de la vérité. Depuis l’ouverture du procès fin mai, aucune des accusations portées contre Simone Gbagbo n’a été étayée par des preuves tangibles. C’est un dossier politique, un procès bâclé, avec à la clé, un verdict connu d’avance. Malgré ces obstructions évidentes, Simone Gbagbo, qui est assignée à résidence, demeure digne et confiante. Elle ne mérite vraiment pas de subir un tel traitement.

Sputnik: Le procès du président Laurent Gbagbo et de son ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé se déroule actuellement à la Cour pénale internationale (CPI), à La Haye (Pays-Bas). Plusieurs pays africains quittent la CPI, d’autres se préparent à en faire autant. On se souvient d’ailleurs de votre appel lancé lors notre entretien de septembre 2015 invitant les pays africains à quitter la CPI. C’est désormais le cas et le processus ne fait que commencer. Quel est l’avenir des pays africains au sein de cette institution dite internationale?

Toussaint Alain: Nul ne milite pour l’impunité. Mais la CPI n’est pas une cour de justice, c’est un tribunal politique dont la vocation est de déstabiliser les États africains. Depuis sa création, la liste des personnalités visées par les différentes procédures confirme bien l’acharnement de cette juridiction contre les dirigeants du continent. Autrement, elle aurait déjà entamé des poursuites contre Georges Bush, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy ou encore David Cameron pour les interventions de l’OTAN en Afghanistan, en Irak ou en Libye.

À quoi répond ce double standard, ce deux poids, deux mesures? La CPI est un outil créé par les pays occidentaux, la France en tête, pour dominer l’Afrique. Naturellement, je me réjouis que le Kenya, le Burundi, la Gambie, l’Afrique du Sud et l’Angola aient pris leurs responsabilités. Ce processus doit s’amplifier, car, au total, 34 pays africains ont ratifié le traité fondateur de la CPI.

Malheureusement, nos gouvernants restent divisés. Un consensus me semble indispensable pour se retirer de cette institution dont la crédibilité est largement minée.

Et l’inventaire des « affaires africaines » actuellement instruites par cette Cour néocolonialiste suffit à en relever l’urgence. La CPI aurait pu profiter du procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé pour se laver des soupçons de n’être qu’un tribunal pour les vaincus et d’être instrumentalisée par les Occidentaux, qui choisissent leurs ennemis. Elle préfère réécrire l’histoire récente de la Côte d’Ivoire. Or, tout le monde sait la vérité, sauf la procureure de la CPI qui ne poursuit qu’un seul camp. Depuis septembre 2002, il est de notoriété publique que la rébellion de Guillaume Soro, parrainée par M. Ouattara et la France, s’est rendue coupable des pires crimes contre l’humanité. Étrangement, aucun des combattants rebelles n’est présent dans le box des accusés. C’est une justice bancale.

Sputnik: Après que le Burundi, l’Afrique du Sud et la Gambie ont officiellement lancé la procédure de retrait de la CPI, l’occupant actuel du palais présidentiel à Abidjan, le pro-occidental Alassane Ouattara, en visite à Paris, a appelé les autres pays africains à rester au sein de cette organisation. Pensez-vous que les « anciennes » colonies françaises d’Afrique seront en effet plus enclines à rester membres de la CPI, à la différence des autres nations africaines?

Toussaint Alain: Le problème de l’Afrique francophone, c’est la France qui y maintient sa domination dans les domaines économiques, politiques, culturels, militaires et judiciaires. Comme je l’avais expliqué à l’un des membres de la commission des Affaires étrangères de la Douma (le Parlement russe) lors d’une précédente visite à Moscou, les ex-colonies françaises doivent se libérer. Il est anormal que nos gouvernants soient soumis au diktat de l’ancienne métropole, qui exerce des pressions intolérables sur eux.

La France a joué un rôle important dans la création de la CPI en 1998 puis elle a ratifié le Statut en juin 2000. Paris est même le troisième contributeur au budget annuel de la Cour (environ 112 millions d’euros). Autant dire que cette institution revêt un caractère stratégique pour la France. Je me souviens qu’en 2003, en pleines négociations avec la rébellion ivoirienne que le gouvernement français finançait, assistait diplomatiquement et militairement, Jacques Chirac agitait déjà le chiffon rouge de la CPI en menaçant de traduire « Gbagbo l’insoumis » devant la justice internationale.

Les présidents passent, mais les méthodes de la France demeurent. Ce qui explique la prudence des dirigeants africains francophones à se joindre à leurs homologues anglophones, entrés en dissidence avec la CPI. Le déclic viendra forcément un jour, car aussi longtemps que la CPI concentrera ses enquêtes uniquement sur les seuls leaders du continent, les Africains du sud, du nord, de l’est ou de l’ouest ne se sentiront pas concernés par cette justice prétendument universelle. Nos États devraient œuvrer à rendre opérationnelle la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, une idée lancée en 1998 par l’Union africaine (UA). Au moins, ce tribunal continental serait bien fondé à se mêler de nos affaires.

Sputnik: Dans nos précédents entretiens, nous avons beaucoup parlé de la réconciliation, qui ne serait possible que si Laurent Gbagbo était libéré. Quelle est la situation qui prévaut aujourd’hui en Côte d’Ivoire? Comment voyez-vous l’avenir de votre pays?

Toussaint Alain: La rébellion et la guerre civile ont fracturé et délité notre société. Parvenu aux affaires après un conflit armé, Alassane Ouattara a abandonné le chantier de la réconciliation nationale, qui est au point mort. Il s’est enfermé dans un sectarisme primaire. Cette politique clanique est dangereuse, car elle sape les fondements de la Nation.

Jamais en Côte d’Ivoire ni l’ethnie ni la religion, voire l’appartenance à un parti politique, n’ont été des critères déterminants pour accéder à un emploi public ou une promotion sociale. Aujourd’hui, c’est le règne du clientélisme politico-ethnique sur fond de népotisme. L’heure devrait pourtant être au rassemblement et à la défense de l’intérêt général, fruit d’une réelle volonté politique.

Par ailleurs, il y a encore des civils et des militaires, proches ou sympathisants de Gbagbo, en exil quand ils ne croupissent pas dans les geôles du régime. Environ 228 personnes sont portées disparues tandis que 241 prisonniers restent incarcérés dans des conditions inhumaines, subissant régulièrement des tortures. Sept compatriotes sont aussi emprisonnés au Liberia voisin depuis mars 2012. La justice tarde à se prononcer sur le sort de ces personnes détenues en toute illégalité.

D’autre part, l’équité voudrait que les responsables des violences postélectorales de 2011 du camp Ouattara soient poursuivies par la justice ivoirienne. Ce n’est malheureusement pas le cas. Exactement comme à la CPI. Le règlement politique de la question des prisonniers de la crise postélectorale est une des clés de la réconciliation en Côte d’Ivoire. Tout comme la réhabilitation du président Gbagbo, dont la libération est vivement espérée. Par son engagement politique et syndical, Laurent Gbagbo est devenu, au fil des décennies, le dénominateur commun d’une écrasante majorité d’Ivoiriens. Opposant, il a été de toutes les luttes politiques pour l’avènement du multipartisme et sociales pour une société plus égalitaire.

Au pouvoir en 2000, il a entamé une refondation contrariée dès 2002 par la rébellion. Un tel homme ne peut être voué aux poubelles de l’Histoire. Libre, il sera le véritable moteur de la paix en Côte d’Ivoire, un pays dont l’avenir se conjuguera avec démocratie et État de droit. C’est le sens du combat que nous menons. Certes, le chemin est long et parsemé d’embûches, mais nous y parviendrons.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201612091029084724-toussaint-alain-cpi-legislatives/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s