Coopération Russie-Afrique dans le domaine de la défense: le point sur la situation

Alger, capitale de l'Algéire

Dans le récent classement publié par l’entreprise britannique dans le domaine de la défense Jane’s, la Russie conserve la deuxième place des exportations d’armement au niveau mondial. Dans le top 3 des principaux clients de la Russie, on retrouve un pays africain.

Il s’agit évidemment de l’Algérie, partenaire traditionnel de la Russie dans le domaine depuis des dizaines d’années. Ainsi à l’issue de l’année 2016, l’Algérie a occupé la troisième place (achats d’armements russes pour 924 millions de dollars), derrière des poids-lourds tels que l’Inde (achats pour 1,2 milliard de dollars à la Russie, 19% du volume total des livraisons russes) et la Chine (achats pour 959 millions de dollars), qui sont également des partenaires traditionnels de la Russie dans le domaine de la défense. Et devant le Vietnam (788 M USD) et l’Irak (460 M USD).

Le montant total des ventes d’armes russes s’est élevé, à l’issue de l’année 2016, à 6,34 milliards de dollars. En 2017, ce chiffre devrait augmenter: les experts prédisent un montant de 7,23 milliards. Par ailleurs et comme le note les analystes de Jane’s, «la Russie dispose d’un solide portefeuille de commandes jusqu’en 2020». Un portefeuille qui devrait s’élargir au cours des prochaines années, notamment après la démonstration évidente d’efficacité de l’armement russe dans l’opération antiterroriste en Syrie.

Concernant l’Algérie et mis à part d’être un allié privilégié de la Russie dans la sphère militaro-technique depuis de longues années, l’Algérie est aussi tout simplement la 2e plus puissante armée africaine, juste derrière l’Égypte (selon le site américain spécialisé sur les questions de la défense Global Firepower) et 26e au classement mondial. Le partenariat militaro-technique russo-algérien est fort varié: allant des avions et hélicoptères de combat modernes aux systèmes anti-missiles et aux sous-marins. Si concernant l’Algérie, dont l’amitié avec la Russie date de plusieurs dizaines d’années et se renforce aujourd’hui grâce au partenariat stratégique qui lie les deux nations, tout paraît clair, qu’en est-il des autres pays africains dans leur coopération avec la Russie dans le domaine de la défense?

Si l’Algérie est le leader absolu de cette coopération au niveau africain, il faut bien sûr mentionner l’Angola qui partage également un partenariat stratégique dans cette sphère avec la Russie. Ce qui est d’ailleurs assez logique, compte tenu de l’historique des relations et notamment du soutien important accordé en son temps par l’URSS à la lutte du peuple angolais d’abord pour son indépendance, puis contre l’interférence de la CIA alliée au régime d’apartheid sud-africain de l’époque dans les affaires intérieures du pays. L’Angola avait à ce titre commandé récemment 18 avions de combat multirôle Soukhoi Su-30, sans oublier l’entretien de nombreux équipements militaires datant de l’époque soviétique et la formation des cadres.
Un autre pays africain qui renforce le partenariat dans ce domaine avec la Russie est l’Ouganda, ayant commandé plusieurs dizaines de chars T-90 et huit chasseurs Soukhoi Su-30 (plus précisément la version Su-30MKK). En outre, le renforcement des liens militaires est mené avec le Zimbabwe et l’Afrique du Sud. Plus récemment, le Burundi qui renforce ses liens avec la Russie et la Chine, au moment de tensions évidentes avec l’Occident.

En ce qui concerne les pays francophones, notamment de l’ouest et du centre du continent, la situation avec les pays précédemment cités est clairement différente: manque de souveraineté et pression de l’ancienne métropole coloniale. D’où des relations avec la Russie pour le moment relativement peu notables. Mais connaissant les sentiments régnant de plus en plus au sein des populations concernées, de même qu’au sein de l’intelligentsia de ces pays, et la volonté de la Russie d’accroître ses relations avec cette partie de l’Afrique, il est à croire que des choses intéressantes auront lieu à l’avenir. Et surtout des changements.

Une chose est néanmoins certaine: dans l’industrie de l’armement, la Russie représente incontestablement le meilleur rapport qualité/prix. Que ce soit au niveau du prix unitaire qu’en termes d’entretien. Sans oublier la fiabilité du partenaire et de son respect pour la souveraineté des États, ce qui est probablement tout aussi important. Le reste ne sera qu’une question de travail… et de résultats.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201708211032733379-coopration-russie-afrique-defense/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s