Archives mensuelles : août 2017

Syrie: un tournant dans la lutte antiterroriste a été marqué, selon les forces russes

« Grâce au travail des forces aérospatiales de Russie, un tournant a été marqué en Syrie, l’armée gouvernementale y a signé des succès considérables. L’extermination des terroristes et la libération de territoires est en cours. D’après mes estimations, le terrorisme sera très prochainement échiné et la Syrie retrouvera une vie paisible.

Depuis le tout premier jour du déploiement de nos avions et hélicoptères en Syrie, nous avons examiné et étudié minutieusement ce qui demandait des mises au point. Les conditions météorologiques y sont extrêmement dures, la température s’élève à plus de 50 degrés Celsius. C’est une épreuve aussi bien pour le personnel que pour les appareils. […] Les constructeurs ont alors remis à niveau les appareils ainsi que les systèmes d’orientation ».

Viktor Bondarev, Commandant en chef des Forces aérospatiales de Russie

https://fr.sputniknews.com/international/201708261032797815-syrie-aviation-russe/

« La Russie et la Syrie ont mis en place un système unifié de défense antiaérienne en République arabe syrienne. Ce système sera en mesure de prendre pour cibles toutes les cibles aériennes dans un rayon allant jusqu’à 400 kilomètres et des altitudes allant jusqu’à 35 km ». Sergey Meshcheryakov, Général-major, Commandant-adjoint des Forces aériennes du commandement principal des Forces aérospatiales de Russie

Pourquoi Israël ne peut pas être un partenaire de confiance de la Russie?

Benjamín Netanyahu

Nouvelle visite de Netanyahu en Russie est une nouvelle tentative de convaincre le leadership russe de changer de cap géopolitique. Pourquoi probablement en vain ?

Avant de rentrer dans les détails des cartes contemporaines, il est essentielde rappeler brièvement l’historique des relations entre l’URSS et l’État sioniste. Le principal à retenir étant que depuis l’apparition de l’État d’Israël et dans le contexte de la Guerre froide, les relations diplomatiques entre l’État sioniste et l’URSS se remarquaient surtout par leur absence. L’opposition était nette: les USA soutenant Israël (qui est encore leur principal allié à ce jour dans la région et l’un des principaux en général), l’URSS ayant au contraire toujours soutenu la cause des pays arabes opposés à Israël.

Mais les tensions existantes ne se limitaient pas à l’absence des relations diplomatiques. Il est en effet important de rappeler que plusieurs attaques visant des représentations soviétiques à différents endroits du monde et imputées aux extrémistes radicaux sionistes ont eu lieu durant cette période. Les relations diplomatiques n’ont été officiellement rétablies qu’à l’éclatement de l’Union soviétique, avec l’arrivée dans la Russie post-soviétique d’une équipe dirigeante ouvertement libérale et orientée vers l’Occident. Depuis lors tout semblait aller bien dans ces relations bilatérales mais qu’en était-il vraiment? Et surtout qu’en est-il aujourd’hui?

Si la Russie tente de garder un maximum de contacts avec les citoyens israéliens russophones, c’est effectivement dans le cadre du concept de « Monde russe » visant à garder un maximum de liens avec les personnes parlant la langue russe où qu’ils soient, tout en assurant la promotion de la langue et de la culture russes dans divers endroits du monde. Mais politiquement parlant, les relations russo-israéliennes étaient-elles si « appaisées », notamment à partir des années 2000 — période à partir de laquelle la Russie commence, progressivement, à récupérer la place qui lui revient dans l’arène internationale? Pas vraiment. Ne serait-ce que pour la raison que la Russie continue d’insister sur la création d’un État palestinien en bonne et due forme, avec Jérusalem-Est pour capitale. Et les nombreux votes à ce sujet au niveau de l’Organisation des Nations Unies, comme les nombreux rappels de la diplomatie russe à ce sujet ne font que le confirmer. Et même les représentants du lobby pro-israélien basés à Moscou n’ont pas réussi à faire abandonner à la Russie cette position que ce soit au niveau politique ou diplomatique.

Tout s’accélère avec la crise en Syrie, la République arabe syrienne étant un allié de Moscou depuis des dizaines d’années. C’est dans le cadre de cette alliance que la Russie intervient militairement en Syrie à la demande officielle du gouvernement légitime de Damas afin de l’aider à lutter contre les groupes terroristes présents sur son territoire. Israël, de son côté, faisait partie dès le départ de ce conflit de la «coalition» de pays souhaitant faire tomber le président al-Assad (ennemi de longue date de Tel-Aviv), mais aussi faire perdurer le chaos autant que possible. Sachant d’autant plus que la République syrienne a le soutien (en plus de celui de la Russie) de l’Iran et du Hezbollah libanais — ennemis jurés de l’État sioniste.

Pour cela, Israël ne s’est pas seulement limité à une rhétorique hostile à Damas et à un soutien verbal aux terroristes: il l’a confirmé par les faits. En effet, des représentants de plusieurs groupes terroristes ont reçu des soins dans des hôpitaux israéliens, tandis que des armements et des moyens de transport de production israélienne ont été retrouvés au sein de plusieurs groupes terroristes. Enfin, et cela est le comble: l’aviation israélienne a effectué plusieurs frappes en territoire syrien, visant les forces gouvernementales sans jamais (!) s’attaquer à un quelconque groupe terroriste, Daech ou Al-Qaida compris. Évidemment, ces actions ont fait apparaitre au grand jour les tensions existantes entre Moscou et Tel-Aviv.

Et là encore ce n’est pas tout. Alors qu’Israël reste l’allié par excellence de Washington au Proche et au Moyen-Orient (dépassant par la même occasion l’Arabie Saoudite), un rapprochement évident a été observé entre Téhéran et Moscou. Aussi bien en raison d’une vision de facto similaire en ce qui concerne la lutte antiterroriste en Syrie, mais également d’une convergence de points de vue sur plusieurs dossiers régionaux et internationaux. À ce titre, il ne faut pas oublier qu’au-delà de la lutte armée fructueuse contre le terrorisme en terre syrienne, les deux pays jouent (avec la Turquie) un rôle clé dans l’espace diplomatique en charge de résoudre une bonne fois pour toute la crise syrienne dans le cadre des pourparlers d’Astana. D’ailleurs, là aussi les résultats sont plus qu’encourageants.

Tout cela ne plait pas à Israël, qui ne cache pas son opposition à l’accord de cessez-le-feu en Syrie (qui ne concerne évidemment pas Daech, Al-Qaida et affiliés), ce qui revient à dire que Tel-Aviv souhaite tout simplement la poursuite du bain de sang en territoire syrien. Évidemment, sa peur est motivée par plusieurs facteurs: l’alliance russo-iranienne, le renforcement de l’État syrien qui aura lieu après la victoire totale sur les groupes terroristes et la relance de l’économie (avec le soutien des alliés de la Syrie). Mais aussi par le fait que désormais il y aura face à l’État sioniste un Hezbollah encore plus expérimenté et renforcé par l’expérience unique des combats acquise grâce à la lutte contre les terroristes en territoire syrien (d’autant que la douloureuse expérience de 2006 n’est toujours pas oubliée du côté des responsables à Tel-Aviv).

Plus récemment, un autre dossier a ravivé les tensions russo-israéliennes. L’ambassadeur israélien en Russie, Gary Koren, a été convoqué par le ministère russe des Affaires étrangères, suite à la décision de la Pologne de ne pas autoriser la Russie à participer à la construction d’un musée et d’un lieu commémoratif pour les victimes du camp d’extermination de Sobibor. Décision qu’Israël a soutenu. Voici sur ce sujet le commentaire de Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères: « À titre personnel, je refuse d’accepter la position d’Israël. La décision des autorités israéliennes est inacceptable et cynique. Cette position est à la limite d’une trahison historique ». Trahison historique en effet lorsqu’on connait les sacrifices de l’armée rouge et du peuple soviétique pour anéantir la peste brune nazie. Et lorsqu’on sait ce qui aurait pu advenir du peuple juif sans les sacrifices consentis par l’URSS.

Plusieurs choses sont certaines: Israël reste l’un des principaux alliés des États-Unis — dont la Russie reste un adversaire indiscutable et de premier plan. En outre, il est fermement opposé à l’ère multipolaire qui s’ouvre et dans laquelle il voit clairement un danger pour lui (création tant attendue de l’État de Palestine, évolution des alliances et des réalités régionales). Tout cela pour dire que Netanyahou peut faire autant de visites en Russie qu’il le souhaite, Moscou sait ce qu’il a à faire. Les changements au niveau international ne sauront être stoppés, Tel-Aviv doit en prendre bonne note.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201708241032775850-israel-russie-partenaire/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Une Russie qui s’impose au Moyen-Orient :

– Le Qatar projette d’acheter des technologies russes de systèmes de DCA https://fr.sputniknews.com/…/201708241032770824-russie-qat…/

– Moscou et Abou Dabi pourraient signer un contrat de livraison de plusieurs dizaines de Su-35 d’ici la fin de 2017 https://fr.sputniknews.com/…/201708241032771037-russie-emi…/

– Ministre libanais de la Défense : « Nous comptons sur l’aide de la Russie dans la lutte antiterroriste ».
https://fr.sputniknews.com/…/201708241032771219-liban-russ…/

Le monde ne sera plus jamais pareil… Du moins à celui ayant suivi la fin de l’URSS.

J’observe mes collègues/compatriotes/camarades russes avec qui nous sommes en mission en Algérie. Plusieurs desquels, de par leurs compétences, y compris au niveau international, ont reçu des offres alléchantes de vivre et de travailler en Occident, pour mener une « vie paisible ». Non, ils ont choisi de travailler pour les intérêts de leur (notre) pays, la Russie, et en l’occurrence ici : pour les intérêts russo-algériens et partout ailleurs où ce sera nécessaire.

J’observe et je me dis : quel long chemin nous avons fait depuis notre enfance et notre adolescence. Nous, la dernière génération née en URSS… Adieu, l’Occident !

Coopération Russie-Afrique dans le domaine de la défense: le point sur la situation

Alger, capitale de l'Algéire

Dans le récent classement publié par l’entreprise britannique dans le domaine de la défense Jane’s, la Russie conserve la deuxième place des exportations d’armement au niveau mondial. Dans le top 3 des principaux clients de la Russie, on retrouve un pays africain.

Il s’agit évidemment de l’Algérie, partenaire traditionnel de la Russie dans le domaine depuis des dizaines d’années. Ainsi à l’issue de l’année 2016, l’Algérie a occupé la troisième place (achats d’armements russes pour 924 millions de dollars), derrière des poids-lourds tels que l’Inde (achats pour 1,2 milliard de dollars à la Russie, 19% du volume total des livraisons russes) et la Chine (achats pour 959 millions de dollars), qui sont également des partenaires traditionnels de la Russie dans le domaine de la défense. Et devant le Vietnam (788 M USD) et l’Irak (460 M USD).

Le montant total des ventes d’armes russes s’est élevé, à l’issue de l’année 2016, à 6,34 milliards de dollars. En 2017, ce chiffre devrait augmenter: les experts prédisent un montant de 7,23 milliards. Par ailleurs et comme le note les analystes de Jane’s, «la Russie dispose d’un solide portefeuille de commandes jusqu’en 2020». Un portefeuille qui devrait s’élargir au cours des prochaines années, notamment après la démonstration évidente d’efficacité de l’armement russe dans l’opération antiterroriste en Syrie.

Concernant l’Algérie et mis à part d’être un allié privilégié de la Russie dans la sphère militaro-technique depuis de longues années, l’Algérie est aussi tout simplement la 2e plus puissante armée africaine, juste derrière l’Égypte (selon le site américain spécialisé sur les questions de la défense Global Firepower) et 26e au classement mondial. Le partenariat militaro-technique russo-algérien est fort varié: allant des avions et hélicoptères de combat modernes aux systèmes anti-missiles et aux sous-marins. Si concernant l’Algérie, dont l’amitié avec la Russie date de plusieurs dizaines d’années et se renforce aujourd’hui grâce au partenariat stratégique qui lie les deux nations, tout paraît clair, qu’en est-il des autres pays africains dans leur coopération avec la Russie dans le domaine de la défense?

Si l’Algérie est le leader absolu de cette coopération au niveau africain, il faut bien sûr mentionner l’Angola qui partage également un partenariat stratégique dans cette sphère avec la Russie. Ce qui est d’ailleurs assez logique, compte tenu de l’historique des relations et notamment du soutien important accordé en son temps par l’URSS à la lutte du peuple angolais d’abord pour son indépendance, puis contre l’interférence de la CIA alliée au régime d’apartheid sud-africain de l’époque dans les affaires intérieures du pays. L’Angola avait à ce titre commandé récemment 18 avions de combat multirôle Soukhoi Su-30, sans oublier l’entretien de nombreux équipements militaires datant de l’époque soviétique et la formation des cadres.
Un autre pays africain qui renforce le partenariat dans ce domaine avec la Russie est l’Ouganda, ayant commandé plusieurs dizaines de chars T-90 et huit chasseurs Soukhoi Su-30 (plus précisément la version Su-30MKK). En outre, le renforcement des liens militaires est mené avec le Zimbabwe et l’Afrique du Sud. Plus récemment, le Burundi qui renforce ses liens avec la Russie et la Chine, au moment de tensions évidentes avec l’Occident.

En ce qui concerne les pays francophones, notamment de l’ouest et du centre du continent, la situation avec les pays précédemment cités est clairement différente: manque de souveraineté et pression de l’ancienne métropole coloniale. D’où des relations avec la Russie pour le moment relativement peu notables. Mais connaissant les sentiments régnant de plus en plus au sein des populations concernées, de même qu’au sein de l’intelligentsia de ces pays, et la volonté de la Russie d’accroître ses relations avec cette partie de l’Afrique, il est à croire que des choses intéressantes auront lieu à l’avenir. Et surtout des changements.

Une chose est néanmoins certaine: dans l’industrie de l’armement, la Russie représente incontestablement le meilleur rapport qualité/prix. Que ce soit au niveau du prix unitaire qu’en termes d’entretien. Sans oublier la fiabilité du partenaire et de son respect pour la souveraineté des États, ce qui est probablement tout aussi important. Le reste ne sera qu’une question de travail… et de résultats.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201708211032733379-coopration-russie-afrique-defense/

Mikhail Gamandiy-Egorov