Archives mensuelles : janvier 2018

Pour l’Afrique, la coopération russe est un modèle. Entretien avec Lebel N’Goran

Lebel N'Goran

Mondialisation, terrorisme, relations avec les anciennes puissances coloniales, crises politiques… l’Afrique subsaharienne fait face à de nombreux défis, qu’analysent pour Sputnik Lebel N’Goran, spécialiste en stratégie et consultant en sécurité. Pour y répondre, nombreux sont les Africains qui misent sur une coopération renforcée avec la Russie.

Lebel N’Goran est analyste politique ivoirien. Il est spécialiste des questions stratégiques internationales, notamment en lien avec l’Afrique et est par ailleurs le représentant pour l’Afrique de l’Ouest de l’entreprise russe Global Security.

Sputnik: En qualité de citoyen de Côte d’Ivoire, comment évaluez-vous en tant qu’analyste la situation politique et économique de votre pays, ainsi que de l’Afrique de l’Ouest en général?

Lebel N’Goran: Merci pour l’occasion que vous me donnez de partager mon point de vue sur mon pays, la Côte d’Ivoire et l’Afrique. Depuis 2011, la Cote d’Ivoire est politiquement en arrêt. Une majorité issue de deux partis anciennement adversaires (PDCI et RDR) se partagent le pouvoir sans réelle vision politique et de développement. L’opposition, divisée et inconséquente, est inexistante ou pire carrément en déconfiture programmée. L’après-guerre présente une fracture politique due à une justice absolument incompréhensible, à une réconciliation en panne ou non voulue. Politiquement, ce pays est en arrêt. Économiquement, la croissance de 8% annoncée n’est pas ressentie par les Ivoiriens. Une croissance non inclusive dit le gouvernement. Un concept qui signifie que le pays avance, mais personne n’en voit les retombées. Nous sommes dans un poker menteur. C’est triste.

En Afrique de l’Ouest, la bande sahélienne est menacée par le terrorisme, tout comme le nord du Nigeria. Il y a eu des attentats au Burkina et en Côte d’Ivoire, une grande première. Le Togo vit une situation embarrassante politiquement avec un président contesté, le Liberia donne des lueurs d’espoir avec l’élection de George Weah. Le Ghana poursuit une bonne tradition démocratique et développe surtout une économie locale structurée. Elle a gagné le procès contre la Côte d’Ivoire dans le golfe de Guinée et avec les réserves de pétrole, elle va être un pays qui compte.

Le Nigeria a du mal à suivre les réformes de l’administration Buhari. L’inflation fait mal à l’économie et ce géant a toujours du mal à se stabiliser. Globalement, l’Afrique de l’Ouest est statique économiquement et politiquement depuis 5 ans. L’économie est tributaire de la politique, c’est un cercle vicieux. On a toujours les mêmes élans des instances internationales: FMI, BAD, BM… mais la réalité est toute autre. Nous faisons du surplace.

Sputnik: Nombre d’activistes africains, surtout d’obédience panafricaniste, crient au manque d’indépendance et de souveraineté de plusieurs de pays de votre région. Pour autant, les solutions proposées pour y remédier diffèrent d’un acteur à l’autre. Quelle est votre vision sur cette question?

Lebel N’Goran: Les indépendances sont de façade depuis 1960. Il faut être clair. Nous avons encore des bases militaires étrangères (françaises) en 2018. Une monnaie qui dépend du trésor français. Oui, nous ne sommes ni indépendants ni souverains. Nous sommes de facto des banlieues, ou des sous-préfectures. La faute est partagée. Nos leaders n’ont aucune vision stratégique, politique et, pire, sollicitent l’ancienne puissance coloniale dans la gestion des choses de l’État. Nous sommes des pays, mais pas des nations, ni des républiques puisque les lois sont toujours subordonnées à la violence dans bien de cas.

Il faut que les Africains prennent en mains leur destin, définissent leurs priorités, agissent exclusivement pour le bien de leurs populations. Il faut arrêter la politique de la main tendue, se mettre au travail avec des nations exemplaires et modèles. Les Africains doivent comprendre que la charité n’existe pas dans les relations internationales. On doit s’unir et travailler à rattraper notre énorme retard. Il faut penser l’Afrique de demain ensemble, entre Africains. Et bien sûr accepter le concours des nations amies, véritablement amies.

Sputnik: L’un des principaux défis du monde contemporain est celui du terrorisme. La lutte contre ce fléau est aujourd’hui la priorité d’un grand nombre de pays, pratiquement sur tous les continents. Surtout lorsqu’on sait que certains pays pensent que l’utilisation des groupes extrémistes afin d’atteindre des objectifs géopolitiques et géoéconomiques est amplement justifiée.
Depuis les événements en Syrie, la Russie est vue comme une sorte d’avant-garde de la lutte antiterroriste, surtout depuis l’anéantissement à plus de 95% de Daech en terre syrienne —dans lequel la Russie a joué un rôle de premier plan. Comment entrevoyez-vous la coopération Russie-Afrique subsaharienne dans ce domaine, sachant par exemple que certains pays d’Afrique du Nord collaborent déjà très activement avec la Russie sur cette question?

Lebel N’Goran: Les dispositifs antiterroristes sont encore trop lourds en Afrique. Face à une action terroriste légère, rapide et dévastatrice, il faut une réponse adaptée. C’est une guerre différente, donc elle doit procéder avec un dispositif différent. Tant qu’il y aura de bons et de mauvais terroristes comme au Mali, tant qu’il y aura des forces étrangères occidentales positionnées dans nos États, le terrorisme va grandir et se renforcer. Nous allons assister à une radicalisation des actions terroristes. Nous importons de fait une guerre dans laquelle nous n’avons aucun intérêt, où nous ne sommes que protagonistes par défaut. C’est une erreur stratégique que de laisser de développer ce cancer et ces bases militaires étrangères. Nous allons reproduire délibérément un écosystème propice du terrorisme en Afrique.

A contrario, la coopération russe est un modèle du genre. Elle donne de l’autonomie et de la compétence aux forces nationales. Il ne s’agit nullement d’implanter des bases à tout va, mais de permettre aux forces locales de monter en puissance et de gérer les situations en toute indépendance. C’est cela, une coopération efficace. Les Africains doivent gérer leur sécurité en toute autonomie.

Sputnik: Professionnellement parlant, vous représentez en Afrique de l’Ouest une société russe spécialisée dans les questions de sécurité. Localement, quels sont vos principaux domaines d’activité? L’expérience russe est-elle nécessaire dans le domaine des livraisons de technologies et celui de la formation? Entrevoyez-vous aussi de faire venir des spécialistes russes sur place pour des stages de qualification, si cela ne se fait pas déjà?

Lebel N’Goran: Global Security (Global’naya Bezopasnost») intervient dans tous les domaines militaires, sauf pour les questions d’armement et munitions. Nos domaines d’activité sont le contre-terrorisme, la surveillance électronique et spatiale (scanner, détection, drones..), la fourniture de véhicules blindés militaires et civils, les transmissions cryptées, le matériel opérationnel pour les forces spéciales et les unités d’intervention, les matériels volants et navigants, les hôpitaux militaires de campagne… et surtout la formation en gestion des forces armées, police, dans tous les composantes de leurs missions.

Nous aurons cette année des visites d’experts venant de Moscou. Il s’agit de voir les forces en présence, de comprendre les problématiques sur places et d’offrir des services à la carte. Le domaine sécuritaire demande une offre très solide et complète, car les enjeux sont très sensibles.

Il y a déjà des contacts sur lesquels je ne peux pas m’étendre pour des questions de confidentialité.

Sputnik: Vous appartenez à cette jeunesse active africaine résolument tournée vers le concept multipolaire du monde. Que représente concrètement pour vous ce concept? Quel avenir souhaitez-vous pour les relations Afrique-Russie? Et pourquoi selon vous l’exemple russe est de plus en plus cité aujourd’hui comme modèle de développement et d’indépendance au sein de la jeunesse africaine?

Lebel N’Goran: Ces deux dernières décennies nous ont démontré qu’un monde unipolaire est un danger pour la stabilité du monde. Nous avons en exemple l’Irak, la Libye, l’Afghanistan, la Syrie… Le monde multipolaire renvoie à un monde de conciliation, à des décisions collégiales sur la marche du monde. Il ne s’agit plus de faire la guerre à des pays sans mandat, sans tenir compte du droit international ni de la souveraineté. L’exemple de la Syrie est édifiant. Comment peut-on armer des terroristes contre un pays souverain? Et prétendre offrir la liberté et la prospérité?

La Russie revient de loin. Depuis l’époque des Tsars jusqu’à la Révolution d’octobre 1917, de la Seconde guerre mondiale à la chute de l’URSS, le peuple russe a toujours été souverain et fort. La Russie est revenue à sa place à force de travail. La Russie est un exemple de nation qui se bat, qui s’organise, qui s’impose et dit fièrement au monde: nous avons gardé notre héritage de peuple souverain. Je suis personnellement admirateur des maréchaux Gueorgui Joukov et de Vassili Tchouïkov et surtout de la bataille de Stalingrad. On peut vaincre, même quand tout semble perdu.

La Russie est le meilleur exemple historique et récent pour la jeunesse africaine. Le cas de la Syrie est un exemple de loyauté et d’efficacité. La Russie est leader dans de nombreux domaines: technologie, informatique, éducation, agriculture, énergie, aéronautique… L’exemple russe est mieux adapté à notre culture et je le rappelle les Russes n’ont jamais colonisé de pays africain. Logiquement, on ne tombe pas amoureux de ses bourreaux! Nous sortirons du syndrome de Stockholm bien plus vite que certains ne le croient…

Sputnik: Après la chute de l’URSS et une période de reflux de l’influence russe, on assiste dorénavant à un retour de plus en plus évident de la Russie en Afrique. Les élites politico-économico-médiatiques d’un certain nombre de pays le voient d’un bien mauvais œil. En tant que partisan des relations russo-africaines, saurez-vous résister aux pressions qui ressortent logiquement des opposants à ces relations?

Lebel N’Goran: Les temps changent. Les pressions sont effectives, la perception des Russes savamment entretenues, présente un tableau effrayant pour dissuader la connexion. La propagande a atteint ses limites. Personne ne pourra empêcher ces relations. Grâce à Sputnik, RT et autre médias alternatifs, les barrières s’évanouissent. Personne ne pourra empêcher ces relations, la dynamique est lancée.

Il faut que les jeunes Africains et les Africains en général révisent l’histoire. La Russie est certes méconnue, mais elle est un pays avec lequel on peut compter, une nation amie.

Personne ne pourra dicter le choix des amis et des alliés. La Russie a toujours fait preuve de sa fiabilité. Nous irons à la rencontre du peuple russe et des intérêts russes.

Ni shagou nazad: plus un pas en arrière.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201801301034948095-afrique-russie-cooperation-lebel-n-goran/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Les Kurdes face à leurs responsabilités

Kurdes

Déchirés entre ceux qui souhaitent négocier avec le gouvernement syrien le périmètre de leur autonomie et ceux qui jouent la carte jusqu’au-boutiste avec les États-Unis, les Kurdes vont devoir choisir. L’offensive turque dans la région les met face à leurs contradictions, alors que le climat se dégèle entre Damas et Ankara.

Nous avions abordé cette question en octobre dernier, alors que certains éléments kurdes de Syrie, se sentant pousser des ailes grâce aux livraisons massives d’armes étasuniennes, s’étaient crus en position de faire du chantage au gouvernement syrien. Une approche condamnée aussi bien par Damas, Moscou, que Téhéran. Sans oublier les dissensions évidentes en Irak voisin, où le gouvernement central avait dû démontrer toute sa détermination, avec le soutien de hauts militaires iraniens, pour forcer les Kurdes irakiens à reculer.

En Syrie —un pays qui, pour mémoire, a massivement accueilli des Kurdes, notamment en provenance d’Irak-, le gouvernement privilégiait jusque-là les négociations, en parlant d’une large autonomie pour la partie nord du pays, peuplée majoritairement de Kurdes. Moscou a également insisté sur la présence de représentants kurdes dans le processus de paix d’Astana, bien qu’Ankara le vît d’un mauvais œil. Certains de ces représentants avaient bien compris l’intérêt de telles négociations, dans le cadre d’une Syrie unie et libérée des terroristes. Mais d’autres ont préféré, un peu comme en Irak, devenir de simples marionnettes de l’establishment étasunien. Ils seront vraisemblablement les grands perdants dans cette situation.

Car après les annonces de la poursuite des livraisons d’armes américaines à ces groupes et à celle de la création par Washington d’une «Force de sécurité» à la frontière turco-syrienne, la Turquie hausse le ton et affirme qu’elle mettra tout en œuvre pour empêcher la création d’une telle «unité terroriste» à sa frontière. Des déclarations qui n’ont pas tardé à se traduire dans les actes avec l’opération «rameau d’olivier» en zone kurde. Une opération coordonnée au préalable avec la Russie, selon l’aveu même du président Erdogan, et confirmée par la visite à Moscou du chef de l’État-major et du chef des services de renseignement turcs.

La Russie a donc choisi de ne pas bloquer la Turquie dans cette opération. Et ce pour une raison simple: le chantage d’une partie des élites kurdes sous pression étasunienne ne passera pas. La main tendue par Damas et Moscou en direction des Kurdes syriens était pourtant claire: une plus large autonomie au sein d’une Syrie unie, défense commune du territoire. Un scénario totalement indésirable pour les faiseurs de guerre étasuniens et donc pour leurs suiveurs locaux. Aucune raison donc d’être surpris des conséquences de leurs prises de position.

Néanmoins, les représentants kurdes ouverts au dialogue sont toujours invités au Congrès des peuples de Syrie, voulu par les représentants syriens, russes, iraniens et turcs, dont les travaux de préparation sont déjà avancés et qui devrait avoir lieu très prochainement. Une étape très importante, peut-être même cruciale, pour la résolution politique de la crise syrienne, après l’anéantissement de Daech, celle d’Al-Qaida étant encore en cours.

Fait important à noter: malgré l’animosité qui persiste dans une certaine mesure entre Damas et Ankara, pour la première fois depuis le début de la crise en Syrie, la Turquie a informé par écrit le gouvernement syrien, au même titre que la Russie, du lancement de son opération militaire «Rameau d’olivier» contre les Kurdes. Ce ne fut pas le cas lors de l’opération «Bouclier de l’Euphrate», qui s’était déroulée dans le Nord syrien entre août 2016 et mars 2017, lors de laquelle les Turcs s’étaient limités à coordonner leurs actions avec la Russie et l’Iran. Là est toute la différence. Ceci confirme une fois de plus que, malgré le manque de confiance évident et pour des raisons légitimes de Damas envers Ankara, on approche le moment où les gouvernements des deux pays devront rediscuter en vue d’une normalisation de leurs relations. Moscou et Téhéran y contribueront indéniablement.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201801251034883244-kurdes-responsabilites/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Deux commentaires du jour.

1) Syrie, question kurde. Lorsque certains représentants kurdes se croient pousser les ailes grâce aux livraisons massives d’armes étasuniennes et deviennent de véritables marionnettes des USA dans la terre qui les a accueilli, en l’occurrence la Syrie, qu’ils ne soient pas surpris des conséquences. Ils ont pourtant été prévenus maintes fois.

2) Lorsque Le Drian affirme dernièrement que la Russie ne pourra pas reconstruire la Syrie seule, qu’il sache plusieurs choses. Tout d’abord c’est le gouvernement légitime de Syrie, basé à Damas, qui décidera. Et en ce sens le président Bachar al-Assad est fermement opposé à toute participation de la France en Syrie. D’autre part, la Russie ne sera pas seule. La reconstruction des infrastructures syriennes, dans divers domaines, se fera aussi bien par des entreprises syriennes, russes, chinoises, iraniennes, libanaises, peut-être une participation turque est à prévoir. L’Occident n’est pas invité. Qu’il commence déjà à mettre de l’ordre en Libye. En Syrie, vous n’êtes pas les bienvenus.

En quoi la coopération russo-algérienne est-elle stratégique?

La visite officielle du Premier ministre russe Dmitri Medvedev en Algérie. Photo d'archive

Coopération datant de plusieurs dizaines d’années, les deux pays convergent aujourd’hui dans nombre de domaines. Défense, commerce, géopolitique, lutte-antiterroriste… les intérêts communs de la Russie et de l’Algérie sont loin de manquer.

Au-delà d’une alliance qui dure, il y a aussi des faits qui confirment une certaine ressemblance entre les deux nations. Une chose est certaine: le plus grand pays du monde et le plus grand d’Afrique en termes de superficie n’ont jamais lésiné sur les moyens lorsqu’il s’agissait de défendre la souveraineté et la sécurité nationale. Grande Guerre patriotique pour la Russie face aux nazis: avec les plus lourds sacrifices au niveau mondial, civils comme militaires. L’Algérie, elle, aura sa longue guerre d’indépendance, acquise au prix d’innombrables victimes.

Puis les fameuses années 1990, chaotiques pour les deux pays. Éclatement de l’URSS, appauvrissement d’une large partie de la population, extrémisme et terrorisme, une grande partie du peuple russe se souvient de cette période avec joie de l’avoir surmontée. Guerre contre le terrorisme salafiste à la même période pour l’Algérie, qui a une fois de plus dû compter les martyrs et faire de son mieux pour surmonter cette page terrible de son histoire contemporaine.

Mais les deux nations se sont relevées. Loin de dire que les défis ne manquent pas, le fait est qu’il est aujourd’hui admis que les deux pays sont en position de force: l’Algérie sur la scène régionale et continentale, la Russie sur la scène mondiale. Les soutiens à la souveraineté nationale des États et au concept multipolaire de la gestion du monde sont également des aspects qui rapprochent considérablement Alger et Moscou.

S’il fallait décrire en un mot la politique internationale algérienne, elle se résumerait certainement par le suivant: indépendance. En effet, la République algérienne se démarque très clairement de plusieurs pays arabes de par son indépendance de l’influence politique occidentale. Et cela se traduit sur plusieurs dossiers. Faut-il d’ailleurs le rappeler, l’Algérie a été l’un des rares pays arabes à avoir adopté une position responsable face à la guerre qui a été orchestrée par l’Otan alliée des salafistes locaux contre la Jamahiriya de Kadhafi. En allant même jusqu’à accorder l’asile à plusieurs membres de la famille Kadhafi et en refusant catégoriquement leur extradition aux nouvelles «autorités» libyennes.

Autre exemple: le refus d’Alger de classer, à la demande insistante de l’Arabie saoudite, le mouvement libanais Hezbollah comme terroriste, en appelant à respecter les affaires intérieures libanaises. Tout comme le refus de se positionner contre l’Iran, toujours sous pression de Riyad. Enfin, sur la Syrie, les autorités algériennes se sont également positionnées dès le départ de la guerre en faveur du respect de la souveraineté syrienne. Et, selon plusieurs sources, ont même tenté de réconcilier Damas et Ankara.

Aussi, et cela n’est pas des moindres: l’Algérie représente-t-elle l’un des principaux partenaires militaires de la Russie au niveau mondial. Plus précisément dans le top 3 actuel des plus grands acheteurs d’armement russe à l’international, avec l’Inde et la Chine. En effet, les hélicoptères de combat, avions de chasse, bombardiers, avions de transport et de ravitaillement, défense anti-aérienne, chars, sous-marins, navires, armements légers… de la 2e plus puissante armée d’Afrique (derrière l’Égypte), et 26e au niveau mondial (selon Global Firepower http://www.huffpostmaghreb.com/2017/01/11/algerie_n_14100866.html), proviennent très majoritairement de Russie. Et qui constitue d’ailleurs un domaine clé de la coopération algéro-russe.

Ces technologies, de même que le savoir-faire qui va avec (sachant qu’une bonne partie de l’élite militaire algérienne a été formée en terre russe), permettent aujourd’hui au pays non seulement de parer aux menaces terroristes qui existent dans la région nord-africaine, mais aussi d’être une force capable de résister efficacement à toute visée néocoloniale de certains. Une chose est aujourd’hui pratiquement évidente: le scénario libyen n’aura pas lieu en terre algérienne. Et même si certains personnages s’aviseraient à tenter de le réaliser, ils feront face à une Algérie qui peut amplement compter sur ses propres moyens en vue de défendre sa souveraineté. Surtout que l’expérience de la résistance ne lui manque pas. D’autre part, l’Algérie sait qu’elle peut compter sur des partenaires de longue date.

Les secteurs énergétique, minier, du nucléaire civil ou encore celui de l’agriculture: telles sont les autres domaines d’interaction des deux pays. Concernant d’ailleurs ce dernier, il est loin d’avoir atteint son apogée. Pourtant, si l’Algérie décidait de booster ledit domaine pour une plus grande part destinée à l’export, il n’y a pas de doute que le vaste marché russe lui sera grand ouvert. Ce qui est sûr c’est que le partenariat stratégique russo-algérien a de beaux jours devant lui. Et c’est tant mieux.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201801201034818440-russie-algerie-cooperation/

Mikhail Gamandiy-Egorov

L’image contient peut-être : arbre, neige, ciel, plein air et nature

Bien rentré à la maison.

J’aimerai remercier tous mes collègues russes avec qui nous avons travaillé ces longs mois en Algérie. Mais aussi nos camarades algériens pour l’excellent accueil qui nous a été réservé. Je suis confiant en l’avenir de l’Algérie : sa souveraineté est entre de bonnes mains. Les relations russo-algériennes sont excellentes et appelées à croitre encore. Il n’y aura PAS de scénario libyen en terre algérienne ! Et si certains auront la mauvaise idée de le tenter, l’Algérie sait sur qui elle peut compter. Merci mes frères !

Дома.

Во-первых, хочу поблагодарить моих российских коллег, с которыми плотно работали на протяжении столь многих месяцев. А также и наших алжирских товарищей за прием, который нам был оказан. Я смотрю на будущее Алжира с оптимизмом – его суверенитет в надежных руках. Российско-алжирские отношения находятся на отличном уровне и есть потенциал для большего роста. На алжирской земле ливийский сценарий НЕ пройдет! А если у некоторых персонажей и возникнет желание попытаться его реализовать, то Алжир знает на кого он может рассчитывать. Спасибо, братья!

Dûr de quitter cette belle terre algérienne. Dûr de quitter les collègues russes et nos camarades algériens. Mais le temps est venu. Une chose est néanmoins certaine : l’Algérie pourra toujours compter sur moi.

Трудно покидать эту замечательную алжирскую землю. Трудно покидать российских коллег и алжирских товарищей. Но время пришло. Одно остается неизменным – Алжир всегда сможет рассчитывать на меня.

L’image contient peut-être : ciel, nuage, crépuscule, arbre, plein air et nature