Archives mensuelles : janvier 2018

Poutine : Kim Jong-un a «gagné cette partie»

« Je considère que Kim Jong-un a sans doute gagné cette partie. Il a accompli sa mission stratégique: il dispose désormais d’une charge nucléaire et d’un missile d’une portée mondiale — jusqu’à 13.000 km, capable d’atteindre n’importe quel point du globe, en tout cas n’importe quel point du territoire de son ennemi potentiel (…). Kim Jong-un est désormais intéressé à calmer la situation. Il est un homme politique absolument professionnel et mûr ».

Vladimir Poutine

Kim Jong-un

https://fr.sputniknews.com/international/201801111034705456-poutine-kim-victoire-nucleaire/

Publicités

Le Pakistan renonce à la coopération militaro-technique avec Washington, son principal allié.

Amen.

P.S. Le Pakistan est depuis peu membre à part entière de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) – l’une des principales alliances voulues par la Russie et la Chine. Sans oublier qu’Islamabad entretient des relations économiques étroites avec Pékin. Enfin s’ajoutent à cela une population de plus de 200 millions d’habitants et le fait d’être une puissance nucléaire.

Aucun texte alternatif disponible.

Aucun texte alternatif disponible.https://fr.sputniknews.com/presse/201801111034697743-usa-pakistan-trump/

Russie-Chine, nouvel axe majeur du monde multipolaire en 2018

Tandem russo-chinois

Économie, diplomatie, géopolitique, mais aussi culture ou médias: 2017 aura été l’année du grand rapprochement entre la Chine et la Russie et du renforcement de leurs positions respectives dans les affaires mondiales. Une tendance qui devrait se poursuivre en 2018, au plus grand bénéfice de la multipolarité.

L’année 2018 sera sans aucun doute celle de la poursuite des relations d’alliance russo-chinoises. Une perspective qui ne devrait que ravir les partisans du monde multipolaire, concept dans lequel les deux nations jouent un rôle-clé.

Plus généralement, il est aujourd’hui admis aussi bien à Moscou que Pékin que les relations russo-chinoises sont stratégiques pour les deux nations. Et ce tout d’abord dans la sphère économico-commerciale, avec un volume d’échanges entre les deux puissances qui ne cessent d’augmenter. Il représente l’équivalent de plus de 66 milliards de dollars en 2016, tandis que pour les seuls quatre premiers mois de 2017 il avait déjà atteint l’équivalent de 24,5 milliards de dollars, soit une augmentation de 37% par rapport à la même période de l’année précédente. L’objectif des deux pays est d’atteindre le niveau de 200 milliards de dollars d’échanges commerciaux d’ici 2020, en privilégiant d’ailleurs activement les échanges en monnaies nationales.

Les deux nations convergent également beaucoup aussi dans le domaine énergétique, sachant que la Chine et la Russie figurent respectivement parmi les plus importants consommateurs et fournisseurs. En outre, la Russie appuie fermement le projet chinois de la Nouvelle route de la soie, qui rejoint pleinement l’initiative de Moscou sur le grand espace eurasien. Ajoutez à cela le fonds commun de placement créé l’été dernier entre le Fonds russe d’investissements directs et la Banque de développement de Chine, les projets conjoints qui verront le jour grâce à la Nouvelle banque de développement des BRICS dont le siège est à Shanghai, et vous comprendrez pourquoi l’Occident n’a plus le monopole sur les affaires mondiales, y compris économiques. Surtout lorsqu’on sait que les cinq pays des BRICS représentant à eux seuls plus de 35% du PIB mondial, un chiffre appelé à augmenter dans les prochaines années, sans même compter les nombreux pays du monde qui convergent dans cette approche multilatérale.

Passons maintenant aux affaires politiques et géopolitiques. La Chine n’a cessé d’appuyer la position russe sur la Syrie. Une alliance au sein du Conseil de sécurité de l’ONU qui s’opposait nettement au trio occidental USA —Royaume-Uni- France —qui représentent au passage démographiquement parlant moins d’un tiers de la population des deux premiers.

Mais l’accord entre Pékin et Moscou ne s’arrête pas à la Syrie. L’unité russo-chinoise au sein du Conseil de sécurité de l’ONU s’est concrétisée également dans le soutien à la souveraineté du Burundi, ce pays d’Afrique de l’Est, lui aussi dans le viseur des puissances occidentales et plus récemment encore sur les manifestations en Iran, où les USA, comme sur la question de Jérusalem, se sont clairement retrouvés isolés, au point que même France 24 a parlé d’isolation des USA au Conseil de sécurité onusien.

Justement, lors de leur dernière rencontre en été 2017, le leader chinois Xi Jinping avait déclaré à Poutine: «En mars 2013, juste après mon élection au poste de Président de la République populaire de Chine, la Russie a été le premier pays étranger que j’ai visité […]. Depuis lors, nous nous sommes rencontrés 22 fois, selon mes calculs. Ainsi, la Russie est-elle devenue le pays que j’ai visité le plus souvent et parmi les dirigeants étrangers, c’est avec vous, M. Poutine, que je maintiens les contacts et les relations les plus étroits».

Après cela, certains sont-ils encore surpris de cette convergence Russie-Chine, qui permet au monde entier de retrouver une dynamique de stabilité et d’équité face à un diktat unipolaire appartenant désormais au passé? Et c’est aussi grâce à cette convergence d’approche appelant au dialogue et au respect mutuel, promue tellement de fois par Moscou et Pékin, que l’on observe l’espoir d’un dialogue direct entre Pyongyang et Séoul, après des mois de crise —où le leadership étasunien ne cessait de mettre de l’huile sur le feu.

Les relations entre les deux pays sont donc de premier ordre dans le domaine politique et géopolitique, y compris grâce à des organisations telles que les BRICS ou l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Mais elles sont également très poussées sur le plan militaire, la Chine étant le second principal acheteur de l’armement russe au niveau mondial et les deux pays organisant régulièrement des exercices conjoints, médiatique —les deux nations ayant signé l’été dernier un accord sur l’interaction dans la sphère médiatique, mais aussi culturelle: la Russie est en effet devenue l’une des principales destinations pour les touristes chinois et les Russes comptent parmi les principaux visiteurs de l’Empire du Milieu.

Et malgré tout cela, le plein potentiel des relations russo-chinoises est encore loin d’être atteint, le meilleur reste à venir. Les partisans de la multipolarité s’en félicitent.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201801091034674386-russie-chine-monde-multipolaire/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Manifestations en Iran : le Conseil de sécurité de l’ONU isole les États-Unis

La position russo-chinoise de soutien à l’Iran également soutenue par la Bolivie, l’Ethiopie et la Guinée équatoriale. La Turquie a aussi appuyé l’Iran. Et c’est France 24 qui le dit 🙂

Goodbye, USA… Your time is over.

http://www.france24.com/fr/20180106-conseil-securite-onu-russie-etats-unis-divisions-iran-manifestations

Petite dédicace à la Police militaire russe qui joue un rôle fort important dans la sauvegarde de la sécurité dans les territoires syriens libérés des terroristes et plus généralement dans la stabilisation actuelle de la Syrie.

Une partie importante de ladite structure est composée d’excellents combattants tchétchènes – issues des troupes d’élite de Ramzan Kadyrov, mais plus généralement des personnes d’origines ethnique et religieuse différentes y travaillent ensemble : chrétiens, musulmans, bouddhistes,… de Russie.

Je suis presque certain qu’elle sera appelée à jouer un rôle stabilisateur et de protection de la souveraineté nationale à d’autres endroits du monde. De même que dans la formation des cadres locaux.

Bref passage dans la très belle ville d’Oran, République algérienne démocratique et populaire.

Краткосрочное посещение очень красивого города – Оран – до независимости Алжира являлся одним из излюбленных мест отдыха французской богемы. Также именно тут ловили вдохновение многие французские интеллектуалы, в частности Альбер Камю.

https://web.facebook.com/mikhail.egorov.5/posts/10214034987122051