Archives mensuelles : novembre 2019

Trois membres des BRICS organisent des exercices militaires conjoints

Si les exercices bilatéraux entre membres des BRICS s’organisent de manière régulière, pour la première fois on assiste à une opération trilatérale entre membres de cette organisation, dans la partie sud du continent africain.

En effet, il s’agit d’une première. Les forces navales chinoises, russes et sud-africaines organisent en ce moment même des exercices conjoints dans la région du cap de Bonne-Espérance, dans le sud de l’océan Atlantique. Les manœuvres se dérouleront jusqu’au 30 novembre. Prennent part à l’exercice trilatéral le croiseur russe antimissile Marshal Ustinov, la frégate chinoise Weifang et l’Amatola sud-africaine. Des navires de soutien de la marine russe et sud-africaine participent également à l’opération.

Selon le communiqué de la marine du pays de Nelson Mandela, cité par l’agence de presse chinoise Xinhua, cet exercice vise aussi à démontrer une «volonté multinationale d’assurer la paix, la sécurité et la stabilité maritimes régionales». Les trois premiers jours de l’exercice porteront sur la finalisation de la planification d’un programme maritime ainsi que sur des activités sociales et culturelles militaires. Ils seront suivis d’un programme en mer qui concentrera sur des exercices de tir en surface, des appontages croisés d’hélicoptères, des opérations d’arraisonnement ainsi que des exercices de prévention des catastrophes http://french.xinhuanet.com/afrique/2019-11/26/c_138582941.htm

Comme mentionné ci-haut, des exercices bilatéraux entre membres des BRICS ont lieu régulièrement, à titre d’exemple les nombreuses manœuvres des diverses composantes des forces armées Chine-Russie, ou encore Russie-Inde. Mais jusqu’ici aucune manœuvre trilatérale n’avait eu lieu. Désormais, c’est chose faite. Le tout après le récent 11ème Sommet des BRICS qui s’est déroulé au Brésil, ce mois-ci.

En termes de perspectives, que cela représente-t-il ? Eh bien plusieurs choses. Tout d’abord, qu’un nouveau paradigme militaro-technique se forme dans le monde contemporain et multipolaire. Et ce paradigme n’est pas celui voulu par l’Otan et consorts. D’autre part, cela confirme, une fois encore, que les BRICS représentent beaucoup plus qu’un «simple club de rencontres», souvent illustré comme tel dans les médias mainstream. C’est également plus qu’une union géoéconomique – et cela se traduit aussi bien dans le cadre politico-diplomatique, avec le duo sino-russe au Conseil de sécurité de l’ONU, partageant une vision commune ou très proche sur la plupart des dossiers internationaux, cela sans oublier la solidarité de la diplomatie sud-africaine, accordée au duo Pékin-Moscou sur nombre de dossiers, dont celui du Venezuela. Ainsi que dans le cadre désormais de plus en plus affiché de la coopération militaro-technique.

Certes, dans cette approche multilatérale qui s’élargit au volet militaire, on ne peut pour le moment y joindre le Brésil – pas seulement en raison du leadership actuel qui tout en étant ouvert à l’interaction avec les BRICS, reste proche des intérêts de Washington, mais également dû au fait qu’une partie importante de l’élite militaire brésilienne soit liée aux intérêts étasuniens. Ceci étant dit, il faut garder à l’esprit que tout peut évoluer rapidement dans les prochaines années. Mais mis à part cette puissance sud-américaine, le fait est que les quatre autres pays de l’alliance poursuivent le renforcement et l’approfondissement de leur interaction. L’Inde et la Chine étant par ailleurs parmi les principaux clients de l’armement russe. L’Afrique du Sud, elle, dont l’élite actuelle a été activement soutenue durant la lutte contre l’apartheid par Cuba et l’URSS, n’a pas la mémoire courte. Evidemment, cela déplait fortement aux représentants de l’élite occidentale, qui tout en ayant chanté de façon purement hypocrite leurs «louanges» au leader sud-africain Nelson Mandela (les mêmes qui le taxaient à une autre époque de «terroriste»), aujourd’hui observent avec vive inquiétude le rapprochement sans précédent de Pretoria avec Pékin et Moscou.

Quoiqu’il en soit, cela n’est qu’une confirmation de plus que le monde imposé à la chute de l’Union soviétique, n’est plus. Une bonne partie de l’establishment occidental a beau prétendre ne pas se rendre compte des changements sans précédent opérés depuis les dernières années sur l’arène mondiale, cela n’empêchera guère à la nouvelle réalité de poursuivre sa marche en avant. Les exercices conjoints sino-russo-sud-africains, entre autres, le confirment pleinement.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1252

L’Organisation de coopération de Shanghai: un instrument efficace face aux défis mondiaux?

A l’heure des nombreux défis sur la scène internationale, notamment liés au terrorisme et à l’extrémisme, le monde est toujours à la recherche d’instruments pour pouvoir y faire face efficacement. Surtout à un moment où il est devenu évident que les «options» proposées par les puissances occidentales, toutes confondues, ont apporté beaucoup plus de déstabilisations, que de solutions.

Il y a quelques jours, le représentant permanant de la République populaire de Chine à l’ONU, Zhang Jun, a appelé au renforcement de la coopération entre l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et l’ONU dans la lutte contre «les trois forces du mal», pour l’Empire du Milieu les trois forces en question étant le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme. Cité par l’agence de presse chinoise Xinhua, le haut diplomate chinois a souligné que l’objectif de cette unification est de parvenir à la paix, la stabilité et le développement en commun.

Cette déclaration de Zhang Jun s’est faite en marge de la réunion de haut niveau portant sur le thème «La coopération ONU-OCS». Le représentant permanent de Pékin aux Nations unies a également tenu à souligner que depuis plusieurs années, les pays de l’OCS appliquaient le concept de sécurité collective et contribuaient ainsi de manière significative au renforcement de la stabilité régionale.

En effet, l’Organisation de coopération de Shanghai est par essence une grande organisation régionale regroupant les nations eurasiennes (Chine, Russie, Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizistan, Tadjikistan, et plus récemment l’Inde et le Pakistan). Comptant également des Etats comme la Biélorussie, l’Iran, la Mongolie et l’Afghanistan en qualité de pays-observateurs, ou encore, entre autres, la Turquie en tant que partenaire de dialogue de l’organisation. Aujourd’hui, il apparait clairement que le rôle constructif joué par les membres de l’OCS dépasse celui du seul cadre régional.

Et ce malgré le «pessimisme» propagé au sein de plusieurs think-tanks pro-atlantistes. En effet, nombre d’analystes occidentaux – issus du monde anglo-saxon, francophone ou encore germanophone, avaient à plusieurs reprises voulu réduire les capacités d’action de ladite organisation. Pour certains parlant ouvertement de «bluff politique» et d’incapacité à pouvoir défier l’ordre unipolaire étasunien et otanesque. Il n’empêche qu’en observant les événements en cours sur l’arène internationale et les crises régionales aux quatre coins du monde, il apparait de façon évidente que c’est justement cette structure, dont les nations-membres partagent un regard multipolaire sur le monde, qui doit être placée sur le devant de la scène pour proposer des solutions non pas dans les paroles, mais bien dans les actes aux différentes crises internationales.

De façon générale, il serait grand temps aux experts autoproclamés de se regarder plutôt de façon objective dans le miroir, et de comprendre que si il y a bien de la place pour du pessimisme, c’est surtout vis-à-vis de leur propre vision et de leurs actions de par le monde. Après des années de présence en Afghanistan, les USA ont-ils réussi à faire quoi que ce soit qui nous permette de parler d’une issue positive à la situation, au point où de bien nombreux Afghans parlent avec nostalgie de la présence soviétique ? Qu’en est-il de la présence française en Afrique, et notamment au Sahel, où malgré l’impressionnante présence de soldats hexagonaux, les défis sécuritaires n’ont non seulement pas baissé, mais au contraire on assiste à une recrudescence de la violence, du Mali jusqu’au Burkina Faso, en passant par le Niger. Et que dire de la situation en Libye, pays plongé dans le chaos depuis l’intervention de l’Otan et ne pouvant depuis tourner la page de la violence, de l’extrémisme et du terrorisme – devenant par la même occasion une plaque tournante majeure du terrorisme international. Ces trois exemples, à eux seuls, illustrent l’incapacité occidentale à apporter des solutions aux problèmes mondiaux.

Pire que cela, l’Occident politique n’a toujours rien appris de ses erreurs. Et au lieu d’ajuster son approche conformément à la nouvelle donne multipolaire, il s’obsède dans la poursuite de se considérer comme étant le « porte-parole » de la communauté prétendument « internationale », le tout avec des résultats pour le moins… médiocres. Mais au-delà de cette incapacité à apprendre de ses propres erreurs et de changer sa mentalité toujours néocoloniale, l’Occident continue par la même occasion d’essayer d’instrumentaliser des éléments extrémistes, pensant qu’il peut dans ce puzzle complexe et dangereux sortir gagnant dans la promotion de ses intérêts géopolitiques et géoéconomiques. Il n’en est rien – car le résultat est tel que les éléments extrémistes instrumentalisés finissent toujours, à un moment ou un autre, à tenter de réaliser leur propre agenda, avec comme résultat une menace sécuritaire de premier degré pour les pays occidentaux eux-mêmes. La Syrie en est un exemple, parmi d’autres.

Pendant ce temps, les pays membres de l’OCS ont quant à eux déjà démontré des succès indéniables dans la lutte et la prévention de l’extrémisme. Que ce soit dans le cadre intérieur, régional ou international. En parlant toujours de la Syrie, ce pays que beaucoup pensaient anéanti, retrouve progressivement la paix, sachant que des dizaines de milliers de terroristes y ont été anéantis. Des dizaines de milliers de terroristes qui d’ailleurs, à défaut d’avoir été éliminés, ne se seraient nullement limités à la Syrie seule et planifiaient déjà à l’époque toute récente leur conquête internationale. Evidemment, les éléments extrémistes ne baissent pas les bras et gardent espoir de pouvoir reconstruire leur pseudo-califat à un autre endroit, il n’empêche qu’ils ont dû sérieusement revoir leurs projets à la baisse, après avoir perdu ces dizaines de milliers d’éléments en terre syrienne.

Et compte tenu de l’importance de l’Organisation de coopération de Shanghai dans la politique des deux membres permanents non-occidentaux du Conseil de sécurité onusien, ayant déjà démontré de façon plus que significative l’efficacité de leur approche sur le plan politico-militaire et diplomatique, les moqueries des experts occidentaux peuvent évidemment se poursuivre, le résultat est que ces mêmes moqueurs ont fini par se ridiculiser. Et continueront certainement encore.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1243

Julian Assange: victime d’un complot occidental?

000000005099977-

L’Occident politico-médiatique est tout de même une entité bien particulière. Une machine qui d’une part peut créer des prétendus «héros» de la société civile dans les pays menant une politique souveraine et indépendante, tout en adoptant une approche de sourd-muet, voire stigmatisant tout simplement l’activité de personnes ayant réellement révélé au monde la face obscure de cette même machine.

Dans le cas précis de Julian Assange, ce cybermilitant australien connu particulièrement pour être le fondateur, rédacteur en chef et porte-parole de l’organisation mondialement célèbre WikiLeaks, le complot est visible pratiquement à l’œil nu. D’un côté, les USA – principal intéressé dans cette affaire, qui veulent à tout prix et depuis des années punir Assange pour avoir permis au monde de découvrir le véritable visage de l’élite étasunienne, et de sa politique à l’échelle mondiale. D’un autre côté, le Royaume-Uni et la Suède, en bons élèves de Washington, jouent les rôles de sous-traitants des intérêts washingtoniens. Enfin, l’Australie – pays de citoyenneté d’Assange, censée au moins faire semblant de défendre son citoyen, mais n’ayant jusqu’à maintenant entrepris aucune action digne de ce nom.

On peut bien sûr aussi faire mention de l’Equateur, ce petit pays d’Amérique latine, qui durant la présidence de Rafal Correa a pris la courageuse décision d’accorder le refuge à Assange au sein de sa représentation diplomatique de Londres et de lui délivrer la citoyenneté du pays, mais depuis l’arrivée au pouvoir de Lenin Moreno cette prise de position a été détruite – très vraisemblablement dans le cadre d’un « deal » conclu entre ce dernier et les autorités étasuniennes. Au point de déchoir Assange de la citoyenneté équatorienne, accordée durant la présidence de Correa.

Sur le plan pratique, l’heure est grave. Ayant de bien sérieux problèmes de santé – surtout lorsqu’on connait les conditions dans lesquelles le cybermilitant de la vérité a dû vivre au cours de longues années, il risque tout simplement l’extradition en terre US – où il peut encourir une peine de 175 ans ! Si les motivations politiques et géopolitiques des différents pays concernés sont plutôt claires, surtout en ce qui concerne le gendarme autoproclamé du monde et donneur de leçons à la planète entière, il est tout de même difficile de comprendre le mutisme évident des médias occidentaux. Ces mêmes médias, qui adorent faire la promotion de personnages et « mouvements civils » – dont les idées, méthodes et objectifs sont pour le moins discutables. Surtout lorsqu’on prétend appartenir aux idéaux progressistes.

Que ce soit les Casques blancs salafistes en Syrie, le libéral néo-nazi Alexeï Navalny en Russie, ou encore le Front civil des droits de l’homme de Hong-Kong financé par une structure affiliée à la CIA – tout est bon pour promouvoir les prétendus valeurs démocratiques occidentales, même si les personnages choisis en tant « qu’héros » ont de nombreuses tâches grises, ou brunes…

Le plus terrible dans cette hypocrisie évidente de l’establishment occidental est qu’il poursuivra, malgré la honte, à poursuivre et à justifier les actions habituelles. Salafistes ? Oui, mais pas tout à fait. Néo-nazi et appelant à la division ethnique et raciale ? Il fait des efforts. Violents et déstabilisateurs ? Des combattants de la « liberté ». On connait la chanson. Surtout que la liste est loin, très loin, d’être exhaustive.

Evidemment et dans le cas d’Assange, de nombreuses personnes aux quatre coins du monde, se mobilisent pour sa libération. Dont beaucoup dans les pays occidentaux. Mais connaissant la détermination du leadership US, aujourd’hui seul un miracle pourrait sauver cette courageuse personne, grâce à laquelle nous avons pu découvrir énormément de vérités, qui dans d’autres circonstances nous auraient été simplement cachées. Et si aujourd’hui, nous assistons effectivement à un réveil des consciences au niveau mondial dans un monde menant le combat pour un système définitivement multipolaire, c’est entre autres le mérite de Julian Assange et de ses collaborateurs. Juste pour rappel.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1231

#BolivieRésistance

La population de souche de la Bolivie représente 65% de la population totale du pays. C’est le moment de résister et d’en finir avec les héritiers du colonialisme et des agents pro-yankees.

Oui, c’est radical. Mais c’est ainsi qu’il faut agir. Non à l’apartheid pro-US et pro-Israel. Soutien total à l’Amérique latine progressiste.

Plus que cela, il est grand temps de plonger Yankeeland dans le chaos intérieur.

Amérique latine vs USA: tout ne fait que commencer

92

Les Etats-Unis d’Amérique n’ont jamais abandonné l’idée d’un maintien de l’Amérique latine en tant que leur arrière-cour. Cela est connu des experts, et reconnu au plus haut de l’Etat étasunien. Il n’empêche que les événements en cours dans cette partie du monde confirment que l’affrontement entre la principale puissance néocoloniale et les forces progressistes est à peine à son début.

Si pour certains spécialistes de la question depuis les événements assez récents au Venezuela, le changement de politique du leadership post-Correa en Equateur, sans oublier le départ forcé de Dilma Rousseff du pouvoir au Brésil (avec l’emprisonnement de son allié l’ex-président Lula), le temps de l’axe latino-américain anti-US serait prétendument révolu, il se trouve que lesdits experts se trompent car le véritable combat ne fait réellement que commencer.

Certes, les agents US utilisent aujourd’hui de grands moyens pour atteindre leurs objectifs vis-à-vis des Etats latino-américains hostiles à la politique de Washington. Généreux financement de l’opposition pro-US, infiltration dans les services de défense et de sécurité des pays concernés, larges sanctions économiques et autres embargos, menaces d’une intervention armée…. Les moyens ne manquent effectivement pas chez le régime US.

Et désormais avec le départ forcé d’un autre leader progressiste, en l’occurrence le Bolivien Evo Morales, parti en exil au Mexique, certains sont en train d’applaudir les événements en cours. Mais pas si vite. La réalité est tout de même beaucoup plus têtue que cela. Faisons à cet effet un tour d’horizon de la situation actuelle en Amérique latine.

Si dans le cas de la Bolivie, l’heure est effectivement à l’incertitude, qu’en Equateur le successeur de Correa en la personne de Lenin Moreno semble clairement chavirer dans l’autre camp, et un Brésil ayant à sa tête un président idéologiquement proche du leadership étasunien, il n’empêche que l’axe progressiste ne compte pas reculer davantage. Cuba tient bon, le Nicaragua sandiniste de Daniel Ortega aussi. Le Venezuela, malgré les innombrables pressions de l’extérieur comme de l’intérieur (ce dernier collaborant activement avec le premier), tient lui aussi. D’une part grâce aux partisans chavistes qui restent encore très nombreux dans le pays, mais également à ses forces armées – refusant dans leur grande majorité de céder aux menaces et intimidations washingtoniennes. Sans oublier l’assistance de ses principaux alliés : Cuba, Chine, Russie, Iran – aussi bien sur le plan diplomatique, qu’économique et sécuritaire.

Un autre événement est passé presque inaperçu dans les médias occidentaux: c’est le retour au pouvoir, suite aux toutes récentes élections présidentielles, des partisans assumés du péronisme en Argentine. En l’occurrence il s’agit de l’élection d’Alberto Fernandez qui sera investi le 10 décembre prochain en qualité de président du pays, et de Cristina Fernandez de Kirchner (ayant été présidente du pays de 2007 à 2015) en qualité de Vice-présidente. Cette dernière on s’en souvient bien était une alliée assumée de l’axe progressiste latino-américain et ferme opposante à la politique étasunienne.

Autre événement important: c’est la sortie de prison justement de l’ex-président brésilien Lula, à la grande joie de ses partisans brésiliens et de ses alliés régionaux. Dans le cas de la Bolivie, rien n’est encore perdu aussi. Evo Morales, bien qu’ayant pris la direction d’un exil temporaire au Mexique, ne s’avoue pas vaincu et promet de revenir «avec plus de force et d’énergie».

En passant, les positions du gouvernement mexicain sont également à saluer. Cette importante puissance émergente latino-américaine, se joint de plus en plus à l’alliance progressiste et souverainiste. En effet, le Mexique – à l’instar de plusieurs Etats latino-américains, ainsi que de la Chine, de la Russie, de l’Iran, de la Turquie, de la Syrie ou encore de l’Afrique du Sud – a apporté son soutien au gouvernement légitime vénézuélien en la personne du président Nicolas Maduro. Désormais, Mexico, après avoir proposé, accorde l’exil au leader bolivien Morales.

Et au-delà d’être une puissance montante, ce pays partage une large frontière commune avec son voisin étasunien, sans compter même la très importante diaspora d’origine mexicaine en «terre» anglo-saxonne. Les choses sérieuses ne font que commencer.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1223