Le ridicule au summum des USA à l’encontre de Cuba

L’administration sortante étasunienne a placé Cuba sur sa liste noire des «Etats soutenant le terrorisme». Une décision dénouée de sens connaissant l’essence même de la politique internationale menée par La Havane, depuis des dizaines d’années et à ce jour.

Selon l’administration de Donald Trump, dont le mandat à la tête des Etats-Unis, vient de s’achever, cette décision datant d’il y a un peu plus d’une semaine, aurait été justifiée pour la raison que Cuba «ait apporté son soutien de manière répétée à des actes de terrorisme international et en donnant refuge à des terroristes». C’est ce qui a été annoncé par le chef de la diplomatie de l’administration étasunienne sortante Mike Pompeo.

La Havane avait réagi à travers son ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez, en dénonçant l’opportunisme politique de l’administration Trump, reconnu par tous ceux qui se soucient avec honnêteté du fléau du terrorisme et de ses victimes. Mais le plus ridicule dans toute cette énième attaque washingtonienne contre Cuba, c’est que l’establishment US pense encore et toujours que l’opinion publique internationale est incapable de dissocier le vrai du faux. En l’occurrence ici – le faux total. Ou fake tout simplement pour reprendre le mot si apprécié au sein des élites atlantistes.

En parlant justement de terrorisme, quelques questions légitimes s’imposent. Est-ce Cuba qui avait, en toute illégalité internationale, détruit un pays comme l’Irak, pour y laisser se propager le virus du terrorisme, dont on voit aujourd’hui les résultats non seulement dans la région du Moyen-Orient mais également à d’autres endroits du monde? Est-ce Cuba qui a détruit un pays africain tantôt prospère, en l’occurrence la Libye de Mouammar Kadhafi, afin que le chaos et le terrorisme deviennent parties intégrantes du quotidien des Libyens depuis l’intervention de l’Otan – là aussi en violant le mandat onusien concerné?  

Ou encore en Syrie – est-ce La Havane qui en tentant à faire tomber un gouvernement d’un Etat souverain, y a laissé prospérer le pire du terrorisme international, sans en prendre aucune mesure digne de ce nom, si ce n’est quelques gestes symboliques lors de la fin de vie des nébuleuses terroristes dans ce pays? Des commentaires supplémentaires seraient probablement inutiles.

Par contre ce que Cuba a effectivement fait, et c’est là peut-être aussi l’une des sources du problème, c’est qu’au-delà d’avoir apporté un large soutien médical à ses alliés progressistes d’Amérique latine et de d’autres régions du monde, notamment durant la propagation du Covid-19, elle a apporté son aide y compris à nombre de pays occidentaux – sans rien attendre en retour. A l’image de sa politique traditionnelle humaniste.

Si cette décision de l’administration Trump ne peut effectivement qu’être considérée comme étant complètement insensée et ridicule, elle a au moins le mérite de remettre à l’ordre du jour ce que Washington a toujours souhaité vis-à-vis de La Havane. A savoir avoir un Etat soumis, corrompu jusqu’aux os, et dont l’écrasante majorité de la population ne pourrait avoir accès ni à l’éducation, ni aux soins médicaux dignes de ce nom. Tout l’inverse de ce qu’a apporté la révolution cubaine.

D’ailleurs Trump n’avait jamais caché son animosité vis-à-vis de Cuba, et ce dès les premiers jours de sa prise de pouvoir. Au même titre que vis-à-vis d’autres pays d’Amérique latine, menant une politique souverainiste et progressiste et d’autres nations considérées comme des adversaires à la politique US. Cette politique a mis d’ailleurs à mal le rôle d’anti-système que certains auraient voulu accorder à Trump.

Pour autant faut-il s’attendre à une amélioration des relations sous l’administration Biden? Bien que les méthodes puissent changer, la réponse est très certainement non. Cuba restera dans le viseur de Washington comme la référence et la source d’inspiration non seulement pour de nombreux Etats d’Amérique latine, mais également à d’autres endroits du monde. D’ailleurs et à Cuba – personne ne s’en fait d’illusions.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/795

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s