Archives pour la catégorie défense

Syrie: la fin de ce «califat» en stade terminal

Syrie: la fin de ce «califat» en stade terminal

Un virus dangereux devrait généralement demander des mesures efficaces et coordonnées. Mais lorsque certains manquent cruellement à l’appel, voire contribuaient à développer ledit virus dans le but d’atteindre des résultats purement égoïstes et très mal intentionnés, il est évident que quelqu’un devait y mettre un point.

Et ce point sera mis sous peu. La ville-martyre syrienne de Deir ez-Zor, sous le joug des terroristes de Daech depuis maintenant trois ans, retrouvera sous peu la pleine liberté. En effet, l’encerclement imposé par les terroristes takfiristes aux civils et aux troupes d’élite de l’armée syrienne, qui résistaient dans une partie de la ville depuis toutes ces années, est désormais rompu. Les choses se sont accélérées plus rapidement que prévu. L’Armée arabe syrienne et ses alliés vont donc non seulement poursuivre le nettoyage anti-terroriste aux abords et à l’intérieur de la ville (capitale de l’Est syrien), mais plus généralement dans toute la province éponyme (riche en hydrocarbures).

Question: où sont-ils, tous ces «braves» experts qui prétendaient depuis le début de l’opération antiterroriste russe en Syrie que la Russie et le gouvernement syrien ne combattaient pas Daech, mais «l’opposition» prétendument «modérée»? Où sont-ils aujourd’hui? Heureusement (ou dommage?) que la honte ne tue pas. Une chose est néanmoins certaine: ces personnes ont perdu toute légitimité à commenter les questions d’actualité internationale. Toute leur propagande du mainstream accusatoire visant aussi bien le leadership syrien que ses alliés, dont évidemment la Russie, en traitant par la même occasion toutes les informations alternatives de «vulgaire propagande» s’est écroulée comme un château de cartes face à la réalité sur le terrain. Dans un précédent article, nous avions posé la question de savoir comment se faisait-il que la prétendue coalition des USA & consorts, qui agissait illégitimement en Syrie sous prétexte de combattre Daech et en ayant à sa disposition bien plus d’armements que la Russie (qui n’a commencé à agir que fin septembre 2015, suite à la demande officielle du gouvernement syrien), n’ait obtenu aucun résultat notable dans cette prétendue guerre que ladite coalition aurait soi-disant déclaré au terrorisme. Évidemment, nous n’aurons probablement jamais de réponse digne de ce nom de la part des instigateurs de tout ce chaos, qui adorent s’autoproclamer «communauté internationale», n’étant par la même occasion que la communauté occidentale (moins de 10% de la planète), et de certains suiveurs qui souvent malgré eux sont forcés de se conformer aux prérogatives néocoloniales de ce cercle vicieux.

Mais, au final, a-t-on réellement besoin de leur réponse? Il est probablement à penser que non. L’essentiel étant que le prétendu califat de Daech vit ses derniers jours en terre syrienne. Bien sûr et malheureusement le terrorisme ne disparaîtra pas avec l’élimination de Daech en Syrie. Mais le virus en question a perdu une vigueur plus que notable dans cette guerre face aux forces qui ont pris leurs responsabilités non seulement pour protéger leurs propres foyers, mais aussi ceux de l’écrasante majorité de l’humanité. C’est ce que retiendra l’histoire et c’est l’essentiel.

Quant aux forces «jouant» avec les terroristes et instigatrices de chaos à divers endroits de la planète, il faudrait probablement qu’elles retiennent deux points. La nouvelle réalité mondiale n’est plus un rêve ou un mythe, c’est une réalité indiscutable. Et d’autre part, le temps de l’impunité arrive à son terme. Ce qui signifie la chose suivante: le mal que certains avaient voulu (de loin pas la première fois) utiliser pour atteindre leurs objectifs géopolitiques et géoéconomiques se retourne déjà activement contre ses créateurs, avec les conséquences qui en découlent. Et les responsables de ces injustices et du chaos au niveau planétaire risquent bien de finir par rendre des comptes, aussi bien à leurs propres citoyens, qu’au reste de l’humanité qu’ils ont si longtemps méprisé. Game over, «partners».

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201709051032926411-syrie-daech-deir-ez-zor/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Le monde arabe se convertit à la multipolarité

Damas

Alors que la Syrie est en passe d’éradiquer la menace terroriste qui menaçait le pouvoir légal et l’intégrité territoriale du pays depuis plusieurs années, des changements évidents s’opèrent dans la région.

Les succès des alliés de la Syrie, notamment de la Russie, replacent celle-ci au centre du jeu moyen-oriental, au plus grand bénéfice de la multipolarité.

L’armée gouvernementale syrienne, appuyée par la Russie, poursuit à rythme élevé son offensive contre la secte Daech, toujours plus à l’est du territoire national, avec l’objectif clairement annoncé: libérer complètement la ville de Deir ez-Zor et la province éponyme. Conséquence de ces offensives: la Syrie retrouve progressivement la paix et la stabilité. Le travail n’est pas encore terminé, comme l’a récemment rappelé le président al-Assad, s’exprimant devant les cadres diplomatiques syriens. Même vaincu, le terrorisme compte poursuivre ses actes à travers des cellules dormantes. C’est un défi global auquel il faut être prêt et prendre les mesures nécessaires, en coordination avec les pays alliés. Une chose est néanmoins certaine: la Syrie n’est pas tombée et ne tombera pas. C’est le résultat direct de la résistance du peuple syrien aussi bien face au terrorisme qu’au néocolonialisme qui voulait abattre la souveraineté de cette ancienne nation.

Les alliés de la Syrie ont évidemment joué aussi un rôle de premier plan dans cette reconquête du territoire national face au terrorisme international. Ces alliés sont connus: Russie, Iran, Hezbollah libanais. Chose surprenante et passée sous silence par les médias mainstream: c’est seulement en deux ans d’intervention de la Russie en Syrie, à la demande du gouvernement syrien, que Daech a commencé à très sérieusement reculer, au point d’être aujourd’hui tout simplement acculé de tous côtés.

Alors comment se fait-il que durant la campagne de la large «coalition» US, qui agit depuis 2014 sans le consentement du gouvernement syrien, Daech n’ait fait qu’avancer et jamais reculer? Comment se fait-il qu’en ayant un nombre de matériels (notamment d’avions de combat) beaucoup plus important que la Russie, que la prétendue coalition ait réalisé plusieurs fois moins de frappes contre les terroristes de Daech que les forces aérospatiales russes?

Les médias occidentaux et consorts se gardent bien de poser ces questions embarrassantes, encore moins d’y répondre. Chacun a déjà ou se fera sa propre opinion. D’ailleurs, leur relatif silence en ce qui concerne les tout derniers succès de l’armée syrienne et de ses alliés face à Daech sont eux aussi fort révélateurs. Observez simplement le fil d’actualité sur la Syrie sur Google pour vous en convaincre, même si certains médias centraux préfèrent avouer malgré eux la vérité, au risque de se ridiculiser.

En tout cas, cette réalité pousse déjà plusieurs pays de la région à réévaluer leur positionnement en matière de politique internationale. Ainsi, la Russie, «isolée» selon les termes pas si lointains de l’administration Obama, accueille pratiquement toutes les semaines des représentants d’un grand nombre de pays venant chercher le soutien, ou du moins le renforcement de ses relations avec Moscou.

Après le maréchal libyen Khalifa Haftar, venu chercher le soutien militaire de la Russie, les représentants d’autres pays arabes, y compris «traditionnellement» plus proches de l’Occident, s’activent pour se rapprocher de Moscou, notamment dans le domaine de la Défense. À ce titre, le Qatar projette d’acheter des technologies russes de systèmes de DCA, les Émirats arabes unis mènent des négociations en vue d’acquérir sous peu plusieurs dizaines de chasseurs russes Su-35 dernier cri. Enfin, le ministre libanais de la Défense, en visite récente à Moscou, n’a pas mâché ses mots en affirmant que «le Liban compte sur l’aide de la Russie dans la lutte antiterroriste».

Quant aux partenaires traditionnels de la Russie, comme l’Algérie, dont le partenariat date de plusieurs dizaines d’années, le niveau des relations est non seulement maintenu, mais prend de plus en plus d’ampleur. Les relations russo-égyptiennes s’intensifient également dans différents domaines. Quant au Maroc, qui diversifie actuellement largement ses relations extérieures, il ne cache pas que la Russie figure parmi ses principales priorités. Le gouvernement palestinien, quant à lui, souhaite une participation beaucoup plus importante de la Russie dans la résolution du conflit israélo-palestinien, aux dépens du «rôle» étasunien.

On voit que la campagne militaire russe en Syrie a confirmé plusieurs choses. La Russie en ce XXIe siècle n’a absolument plus rien à avoir avec celle ayant succédé dans la dizaine d’années de la chute de l’URSS. Absolument rien.

L’armement et les spécialistes russes ont démontré toute leur efficacité, y compris dans des conditions extrêmes, ce que mettaient en doute depuis tellement d’années les «experts» occidentaux autoproclamés.

Mais la Russie a aussi prouvé que lorsqu’elle combat le terrorisme, elle le fait sans arrière-pensée, à l’inverse de certains pays qui prétendent combattre ce même terrorisme tout en le promouvant de par leurs interventions purement néocoloniales et en l’utilisant lorsque cela arrange leurs objectifs géopolitiques et géoéconomiques.

Enfin, la Russie a confirmé une fois de plus son respect de la souveraineté des États et du droit international. Et même certains pays, qui au départ jouaient le jeu des terroristes en cherchant la chute du gouvernement légitime de Syrie, sont arrivés progressivement à la conclusion qu’il était préférable de travailler avec des partenaires qui respectaient leur souveraineté, qu’avec ceux qui les feraient chuter lorsque cela serait «nécessaire» à leurs intérêts ou à leurs appétits.

Il en est ainsi du Moyen-Orient, devenu pratiquement l’arrière-cour des USA après les interventions du début des années 2000 de l’administration Bush Jr.: la révolution non seulement arrive à grands pas, mais a déjà commencé. Une grande partie du monde arabe voit en la Russie et dans le concept multipolaire la solution à de nombreux problèmes auxquels elle fait face, qu’ils soient liés aux questions sécuritaires ou au problème d’interférence d’acteurs extrarégionaux dans les affaires intérieures. Toutes ces raisons font que le monde arabe et la Russie retrouvent un niveau de relations tout aussi important qu’à l’époque soviétique, voire le dépassant sur certains aspects.

Et si en plus du monde arabe, on garde en tête que des pays comme l’Iran ou la Turquie, acteurs de premier plan du monde musulman, se trouvent eux-aussi dans un partenariat stratégique avec la Russie, on comprend à quel point la multipolarité prend de l’ampleur.
Un concept dont le succès s’opère aux dépens de ceux qui s’obstinent à promouvoir le concept unipolaire, définitivement révolu- qu’ils le veuillent ou non.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201708301032846891-monde-arabe-multipolarite/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Coopération Russie-Afrique dans le domaine de la défense: le point sur la situation

Alger, capitale de l'Algéire

Dans le récent classement publié par l’entreprise britannique dans le domaine de la défense Jane’s, la Russie conserve la deuxième place des exportations d’armement au niveau mondial. Dans le top 3 des principaux clients de la Russie, on retrouve un pays africain.

Il s’agit évidemment de l’Algérie, partenaire traditionnel de la Russie dans le domaine depuis des dizaines d’années. Ainsi à l’issue de l’année 2016, l’Algérie a occupé la troisième place (achats d’armements russes pour 924 millions de dollars), derrière des poids-lourds tels que l’Inde (achats pour 1,2 milliard de dollars à la Russie, 19% du volume total des livraisons russes) et la Chine (achats pour 959 millions de dollars), qui sont également des partenaires traditionnels de la Russie dans le domaine de la défense. Et devant le Vietnam (788 M USD) et l’Irak (460 M USD).

Le montant total des ventes d’armes russes s’est élevé, à l’issue de l’année 2016, à 6,34 milliards de dollars. En 2017, ce chiffre devrait augmenter: les experts prédisent un montant de 7,23 milliards. Par ailleurs et comme le note les analystes de Jane’s, «la Russie dispose d’un solide portefeuille de commandes jusqu’en 2020». Un portefeuille qui devrait s’élargir au cours des prochaines années, notamment après la démonstration évidente d’efficacité de l’armement russe dans l’opération antiterroriste en Syrie.

Concernant l’Algérie et mis à part d’être un allié privilégié de la Russie dans la sphère militaro-technique depuis de longues années, l’Algérie est aussi tout simplement la 2e plus puissante armée africaine, juste derrière l’Égypte (selon le site américain spécialisé sur les questions de la défense Global Firepower) et 26e au classement mondial. Le partenariat militaro-technique russo-algérien est fort varié: allant des avions et hélicoptères de combat modernes aux systèmes anti-missiles et aux sous-marins. Si concernant l’Algérie, dont l’amitié avec la Russie date de plusieurs dizaines d’années et se renforce aujourd’hui grâce au partenariat stratégique qui lie les deux nations, tout paraît clair, qu’en est-il des autres pays africains dans leur coopération avec la Russie dans le domaine de la défense?

Si l’Algérie est le leader absolu de cette coopération au niveau africain, il faut bien sûr mentionner l’Angola qui partage également un partenariat stratégique dans cette sphère avec la Russie. Ce qui est d’ailleurs assez logique, compte tenu de l’historique des relations et notamment du soutien important accordé en son temps par l’URSS à la lutte du peuple angolais d’abord pour son indépendance, puis contre l’interférence de la CIA alliée au régime d’apartheid sud-africain de l’époque dans les affaires intérieures du pays. L’Angola avait à ce titre commandé récemment 18 avions de combat multirôle Soukhoi Su-30, sans oublier l’entretien de nombreux équipements militaires datant de l’époque soviétique et la formation des cadres.
Un autre pays africain qui renforce le partenariat dans ce domaine avec la Russie est l’Ouganda, ayant commandé plusieurs dizaines de chars T-90 et huit chasseurs Soukhoi Su-30 (plus précisément la version Su-30MKK). En outre, le renforcement des liens militaires est mené avec le Zimbabwe et l’Afrique du Sud. Plus récemment, le Burundi qui renforce ses liens avec la Russie et la Chine, au moment de tensions évidentes avec l’Occident.

En ce qui concerne les pays francophones, notamment de l’ouest et du centre du continent, la situation avec les pays précédemment cités est clairement différente: manque de souveraineté et pression de l’ancienne métropole coloniale. D’où des relations avec la Russie pour le moment relativement peu notables. Mais connaissant les sentiments régnant de plus en plus au sein des populations concernées, de même qu’au sein de l’intelligentsia de ces pays, et la volonté de la Russie d’accroître ses relations avec cette partie de l’Afrique, il est à croire que des choses intéressantes auront lieu à l’avenir. Et surtout des changements.

Une chose est néanmoins certaine: dans l’industrie de l’armement, la Russie représente incontestablement le meilleur rapport qualité/prix. Que ce soit au niveau du prix unitaire qu’en termes d’entretien. Sans oublier la fiabilité du partenaire et de son respect pour la souveraineté des États, ce qui est probablement tout aussi important. Le reste ne sera qu’une question de travail… et de résultats.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201708211032733379-coopration-russie-afrique-defense/

Mikhail Gamandiy-Egorov