Archives pour la catégorie religion

Un contingent eurasien en Syrie?

Damas

Dans le monde multipolaire qui se dessine pour le XXIe siècle, l’Eurasie fera entendre sa voix. Le projet de faire intervenir des contingents kazakhs et kirghiz dans le cadre d’une mission de maintien de la paix en Syrie va dans ce sens. S’il se concrétise, ce projet prouvera que le monde se passe très bien de l’occident pour régler ses conflits.

La Russie aurait suggéré d’envoyer des contingents kazakhs et kirghizs en Syrie.

Une proposition qui s’inscrit dans le cadre de la préparation du nouveau round des pourparlers d’Astana sur la Syrie, qui devrait avoir lieu début juillet. C’est Ibrahim Kalin, porte-parole du président turc, qui a révélé cette proposition, émise lors des échanges préparatoires russo-turcs.

Les troupes kazakh et kirghiz viendraient en appui de celles que la Russie, l’Iran et la Turquie ont prévu lors du précédent round d’Astana d’envoyer dans les zones de désescalade, sous réserve d’un accord de Damas.

Pour le moment, il ne s’agit que d’une proposition qui doit être encore discutée avec toutes les parties intéressées. Si la proposition devait aboutir, ce serait effectivement une mini-révolution. Les autorités du Kirghizistan, dont le président vient de terminer une visite en Russie, ont confirmé que cette idée d’envoyer des militaires en Syrie avait été discutée lors du Conseil permanent de l’OTSC (Organisation du traité de sécurité collective, composée de la Russie, du Kazakhstan, de la Biélorussie, du Kirghizistan, de l’Arménie et du Tadjikistan). Ce pays ex-soviétique d’Asie centrale voit en effet d’un œil favorable cette possible mission du maintien de la paix.

Mettons maintenant cette proposition en perspective et dans son contexte.

Relevons tout d’abord que le Kazakhstan et le Kirghizistan font, de notoriété publique, partie des principaux alliés de la Russie. Les deux nations sont également membres de toutes les organisations dans lesquelles la Russie joue un rôle de premier plan: l’Union économique eurasiatique, l’OTSC, l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), la CEI.

D’autre part, ces deux pays turcophones d’ex-URSS ont de bonnes relations avec la Turquie, un des trois pays garants du processus d’Astana, avec la Russie et l’Iran. Avec ce dernier, les relations sont également cordiales. Enfin, et c’est tout aussi important, les deux États soutiennent l’approche multipolaire des relations internationales et le respect de la souveraineté des nations, ce qui signifie que le gouvernement syrien ne sera certainement pas opposé à voir des troupes kazakhs et kirghiz sur son territoire.

Enfin, les Kazakhs comme les Kirghizes sont majoritairement musulmans sunnites, à l’instar de la majorité de la population syrienne. Ce qui est indéniablement un facteur positif, comme le démontre l’accueil très favorable que la population locale a réservé à la police militaire russe en Syrie, composée majoritairement de Russes-Tchétchènes sunnites, et qui assure notamment la sécurité dans la ville d’Alep.

L’idée est donc excellente. Surtout qu’elle renforcera dans les faits la notion d’Eurasisme. L’Eurasie est amplement capable de résoudre les principaux conflits régionaux et internationaux sans la participation de ceux qui «pensent» toujours qu’ils sont irremplaçables… suivez mon regard.

Nous restons évidemment prudents en attendant que cette initiative se concrétise, mais si tel était le cas, elle serait sans aucun doute à saluer. Au moment où l’armée gouvernementale syrienne et ses alliés sont en train de venir à bout des terroristes sur le sol syrien, provoquant une hystérie totale des Américains et de leurs alliés, qui comprennent que le chaos en Syrie touche à sa fin et que leurs objectifs géopolitiques ne seront pas atteints, nous devons dès à présent anticiper le retour effectif à la paix et la reconstruction du pays. En ce sens, la solidarité de la famille eurasienne est plus qu’une nécessité.

Que les atlantistes notent bien que nous sommes en 2017, pas en 1992, et qu’il est possible de régler les principales questions internationales sans la participation des élites atlantistes.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201706231031959072-conflits-kazakhs-kirghizs-syrie/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

La crise du Qatar et ses enjeux régionaux

Doha, Qatar

Les meilleurs amis d’hier deviennent du jour au lendemain des ennemis. Les principaux sponsors de plusieurs groupes terroristes et grands amis des Etats-Unis s’accusent mutuellement. Que se passe-t-il vraiment entre le Qatar et l’Arabie saoudite ?

La dispute saoudo-qatarie n’en finit pas de faire du bruit. En effet, les principaux donateurs financiers de plusieurs groupes terroristes, opérant notamment en Syrie, et satellites déclarés de la politique étasunienne au Moyen-Orient, en sont arrivés à une crise sans précédent, allant jusqu’à la rupture diplomatique et à un blocus commercial.

Pour beaucoup, l’effet de surprise fut effectivement grand à l’annonce de l’Arabie saoudite et de plusieurs autres pays arabes de rompre les liens diplomatiques avec Doha, l’accusant d’être un soutien du terrorisme et de participer à des déstabilisations diverses. Ainsi, le 5 juin dernier, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, le Bahreïn et l’Egypte ont annoncé la rupture des relations diplomatiques avec le Qatar. Ils seront rapidement rejoints par une partie de la Libye (gouvernement d’al-Beïda contrôlant l’est du pays) et une partie du Yémen (gouvernement de Hadi contrôlant une partie du centre et l’est du pays). Ce ne sera pas tout: les Maldives, la Mauritanie, les Comores ont eux aussi annoncédans la foulée la rupture de leurs relations avec Doha. Le Djibouti et la Jordanie ont abaissé le niveau des relations diplomatiques, tandis que le Sénégal, le Niger et le Tchad ont rappelé leurs ambassadeurs.

Ce faisant, on parle d’une des plus sérieuses crises dans le monde musulman sunnite. Tout en sachant qu’il est très difficile de considérer les Saoudiens comme membres du clergé sunnite, étant wahhabites. Mais ceci est une autre histoire. En outre, la crise entre le clan wahhabite (saoudien) et les Frères musulmans (qatari) est également mentionnée comme l’une des raisons à cette dispute. Parallèlement à ces événements, la Turquie, considérée à juste titre comme l’une des principales puissances du monde musulman sunnite, prend fait et cause pour le Qatar en critiquant ouvertement la ligne menée par les initiateurs de la crise à l’égard de Doha. En outre, la Turquie assure désormais d’importantes livraisons alimentaires à l’émirat qui fait face au blocus des livraisons décidé par Riyad et Abu Dhabi. L’Iran, grande puissance régionale et leader admis du monde musulman chiite, a profité lui aussi de la détérioration « fraternelle » saoudo-qatarie pour offrir son soutien au Qatar, à travers des livraisons alimentaires.

En parlant justement de l’Iran, considéré comme l’une des causes des manœuvres punitives des Saoudiens en direction des Qataris (ces derniers étant accusés de privilégier un rapprochement avec la République islamique), il en sort évidement gagnant et renforcé. Rappelons à ce titre toutes les tentatives, le plus souvent vaines, de Riyad d’isoler Téhéran au sein du monde musulman. Pour autant, non seulement ces tentatives n’ont pas apporté au leadership saoudien (et bien sûr américain) le résultat escompté, mais au contraire le rôle prédominant de l’Iran ne cesse d’augmenter dans les affaires régionales, que ce soit en Syrie, au Yémen ou dans le cadre du processus d’Astana (en coordination avec la Russie et la Turquie). De plus, cette main tendue de Téhéran envers Doha a sérieusement renforcé les sentiments pro-iraniens à l’intérieur même du Qatar.

Du côté de la Russie, la position est plus nuancée. Moscou n’ayant pas pris fait et cause pour l’un des deux groupes de belligérants, en appelant uniquement au dialogue et en maintenant le contact avec toutes les parties du « conflit ». En ce sens, le chef de la diplomatie qatarie s’est même rendu en visite à Moscou il y a quelques jours. La position russe diffère en ce sens considérablement des Etats-Unis, qui vraisemblablement ont donné le feu vert à Riyad pour ses actions anti-qataries, tout en se gardant de prendre des mesures radicales vis-à-vis de Doha — sachant que la plus grande base US du Moyen-Orient se trouve précisément au Qatar.

Dans ce casse-tête évident pour certains, le tableau est grosso modo le suivant. La Turquie confirme qu’elle souhaite jouer sa propre politique, tout en étant un membre clé de l’OTAN (et donc « allié » des USA). L’Iran renforce ses cartes sur la scène régionale en donnant un camouflet supplémentaire à l’Arabie saoudite, et en jouant sur les dissensions entre les alliés d’hier. Enfin, la Russie se positionne clairement comme un médiateur d’envergure globale, confortant ainsi sa position retrouvée en tant que l’une des principales puissances mondiales, dont la politique ne cesse de monter en popularité dans pratiquement tout le monde musulman. Le Moyen-Orient n’étant pas une exception, tout au contraire.

Quant aux accusations lancées par les pays arabes déjà cités en direction du Qatar, qu’y a-t-il de nouveau par rapport à ce que l’on disait déjà ces derniers mois et années? Rien. Oui, le Qatar faisait jusqu’à maintenant partie des principaux sponsors des terroristes à divers endroits, en premier lieu en Syrie. Nous l’avons dit et répété. Mais les Saoudiens sont-ils bien placés pour accuser leurs cousins de terrorisme, sachant qu’ils font clairement partie de la catégorie « supérieure » des sponsors du terrorisme, notamment sur le territoire syrien? C’est évidemment l’hôpital qui se fout de la charité. D’ailleurs, l’un des rares pays de cette « coalition » anti-qatarie qui a une réelle légitimité à accuser Doha de soutien au terrorisme, c’est bel et bien l’Egypte, clairement visé par le danger takfiriste, notamment sa minorité chrétienne. Et compte tenu des relations positives entre les leaderships russe et égyptien, et une approche beaucoup plus responsable envers le conflit syrien de la part du Caire, il est clair que la Russie n’a pas vraiment intérêt à prendre position en faveur du Qatar. Parallèlement à cela, il est également clair qu’il n’y a absolument aucune raison de prendre position en faveur de l’Etat wahhabite — l’un des principaux satellites étasuniens, l’un des principaux sponsors des groupes terroristes en Syrie, fermement opposé à Assad et à l’Iran (alliés de la Russie).

Ce qui signifie une chose relativement simple. La Russie va devoir poursuivre ses efforts diplomatiques et ses manœuvres afin de maintenir un équilibre dans cette équation (ce que la Russie sait bien faire), tout en pensant évidemment à ses intérêts nationaux, et à ceux de ses alliés. Tout dépendra maintenant aussi de la nouvelle approche qatarie (si elle a lieu). Notamment en direction de la Syrie. Si Doha cesse son soutien massif aux groupes djihadistes en Syrie, ce sera indéniablement un pas fortement positif, en premier lieu pour la Syrie elle-même. Et si cela devait arriver, on pourrait alors entrevoir un rapprochement. D’autre part, le fait que l’Iran renforce ses positions sur la scène régionale ne peut qu’être salué, y compris dans ce dossier. C’est d’ailleurs l’une des raisons de l’inquiétude qui règne à Riyad, Abu Dhabi et évidemment Washington. A ce titre, le leadership saoudien commence déjà à atténuer sa rhétorique anti-qatarie en parlant même de l’éventualité de lever le blocus. Les cousins feront-ils alors la « paix » sous la pression de Washington? Ou la crise montera-t-elle d’un cran? Il conviendra de suivre la situation. Une chose est néanmoins certaine: cette dissension saoudo-qatarie renforce l’axe de la résistance. Et last but not least, l’une des raisons principales de cette dispute Riyad-Doha est évidemment à rechercher dans les victoires de l’armée gouvernementale syrienne et de ses alliés sur le théâtre syrien. Et quand on a déversé des sommes colossales pour réaliser un scénario écrit (faire tomber Assad) et qu’il tombe à l’eau, il arrive souvent que des accusations réciproques entredéchirent une « famille ». Surtout que le grand maître, j’ai nommé les Etats-Unis, est loin d’être ravi de la situation lui aussi. A suivre donc…

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201706151031851854-qatar-crise-enjeux/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Sommet de Kazan, prochain point d’orgue des relations Russie-Monde musulman

Kazan

La Russie entretient des liens privilégiés avec le monde musulman, une situation due aussi bien aux relations harmonieuses entre chrétiens et musulmans dans le pays qu’aux rapports équilibrés que Moscou entretient avec nombre de pays à majorité musulmane.

Un état de fait qui devrait se traduire lors du prochain sommet Russie-Monde musulman de Kazan.

La superbe ville de Kazan, capitale de la République du Tatarstan et troisième capitale officielle de Russie (après Moscou et Saint-Pétersbourg), accueillera du 18 au 21 mai prochain un important sommet économique international: « Russie-Monde musulman ». Plus de 2 000 visiteurs venant de 50 pays y sont attendus.

Le sommet est organisé avec le soutien du Conseil de la Fédération de Russie (chambre haute du Parlement russe) et des autorités de la République du Tatarstan. Le but dudit sommet est de renforcer les liens économico-commerciaux, scientifico-techniques et culturels entre la Russie et les pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). Plus de 1 500 personnes ont participé au sommet de 2016: des représentants de l’élite politique, économique, diplomatique, scientifique de 51 pays du monde musulman.

Cette année, plusieurs représentants gouvernementaux ont confirmé leur participation, notamment de Turquie, de Tunisie ou encore des Émirats arabes unis. La classe politique russe sera également bien représentée à ce sommet. Qu’est-ce qui les attire tous à ce sommet?

Rappelons tout d’abord que la Russie, bien qu’étant un pays majoritairement chrétien, est aussi le pays d’un grand nombre de musulmans — des citoyens russes à part entière. Sur une population totale d’un peu plus de 146 millions d’habitants, 14,5 millions se revendiquent de l’islam, soit 10 % de la population totale. Soulignons que nous parlons bien de citoyens russes musulmans et non de migrants en provenance de pays à majorité musulmane, lesquels sont par ailleurs nombreux, notamment en provenance des anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale.

L’expérience russe est effectivement unique en ce sens, car chrétiens et musulmans russes vivent en harmonie depuis de longs siècles. Et malgré les défis liés au terrorisme et à l’extrémisme religieux que traverse aujourd’hui le monde — Russie y compris —, c’est un fait reconnu qu’en Russie il n’y a pas de tensions majeures entre les représentants des différentes confessions religieuses. Au contraire, l’écrasante majorité des musulmans de Russie, qu’ils soient Tatars, Tchétchènes, Ingouches, Bachkirs ou autres, revendiquent haut et fort leur appartenance à l’État russe, et leurs sentiments patriotiques n’ont rien à envier à ceux des autres citoyens du pays.

Une expérience caractéristique de la Russie et de certains pays d’ex-URSS, notamment d’Asie centrale à majorité musulmane, qui a perduré depuis la période impériale jusqu’à ce jour. Elle a également permis de bâtir une relation de confiance avec plusieurs États musulmans non issus de l’Empire russe ou de l’ex-URSS, qu’il s’agisse de l’Iran, de la Turquie ou de plusieurs États dans le monde arabe.

Si les relations russo-iraniennes datent de plusieurs siècles, évoquons l’alliance avec la Syrie, vieille de plusieurs décennies ou les relations avec l’Égypte, le principal partenaire économico-commercial de la Russie dans le monde arabe. Moscou entretient par ailleurs des relations suivies avec les pays du Maghreb — Algérie, Maroc et Tunisie — et cultive un partenariat stratégique avec la Turquie, dont la population fait majoritairement plus confiance à la Russie qu’à « l’allié » étasunien, à en croire un récent sondage Gallup. Une confiance qui fait fi des nombreuses guerres russo-turques dans l’histoire et de l’appartenance d’Ankara à l’OTAN, une organisation à priori anti-russe, ou encore malgré plusieurs désaccords évidents, toujours d’actualité, notamment sur la situation en Syrie.

Et c’est loin d’être une exception. Une chose saute aux yeux: les populations musulmanes, notamment arabes, font généralement bien plus confiance à la Russie qu’à l’Occident, ce qui n’est pas forcément le cas de leurs élites politiques. Et d’après certains de mes collègues, russes et étrangers, vivant et travaillant dans certains pays arabes dont les leaders sont des alliés déclarés des États-Unis et du bloc occidental, les sentiments de la population sont bien souvent à l’opposé. C’est un signe avant-coureur.

Est-ce si étonnant? Pas tant que cela. Car malgré toute la propagande russophobe propagée par le mainstream, les populations en question ont maintes fois pu analyser qui avaient le plus de respect envers leurs souverainetés nationales, mais aussi envers la souveraineté sur leurs ressources. Et dans ces deux cas, pas besoin d’être un expert en géopolitique ou en géoéconomie pour y voir clair.

Une chose est certaine. La présence américaine, et plus globalement occidentale, est de plus en plus contestée dans le monde musulman, notamment au Proche et au Moyen-Orient. La vive inquiétude et même l’hystérie qui caractérisent aujourd’hui les élites politiques, financières et médiatiques occidentales sont entre autres dues à cela. Elles savent que plus le temps passe et plus de pays, y compris leurs proches « alliés », leur montreront la porte. C’est une question de temps. D’ici là, la Russie ne se presse pas. Elle attend. Tout en défendant avec ardeur ses alliés et ses partenaires stratégiques, de même que ses intérêts — chaque pays en possède. Le tout dans un cadre une fois encore multipolaire.

Et c’est pourquoi le Sommet Russie-Monde musulman 2017 de Kazan sera sans aucun doute un succès, peut-être sans précédent.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201704181030958268-kazan-sommet-relations/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les Karaïmes, peuple criméen riche de traditions.

Les Karaïmes, peuple criméen riche de traditions

La Crimée est on le sait une terre fort riche en cultures et traditions. Ce qui fait aussi indéniablement sa richesse c’est sa composition multiethnique et multiconfessionnelle, à l’instar du reste de la Russie.

Retour aujourd’hui sur le peuple des Karaïmes. Ce nom veut dit certainement peu de choses. Pourtant il s’agit de l’un des peuples de souche de la Crimée. Peuple turcophone, professant un courant du judaïsme rejetant le talmud (loi orale) et n’observant que les prescriptions de la loi écrite de la torah. A ce titre, leur courant religieux est souvent considéré comme « protestant » du judaïsme.

 

Ce qui caractérise aussi ce peuple c’est leur loyauté envers la Russie depuis des siècles. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que tous les empereurs russes, ainsi que leurs familles, durant leurs séjours en Crimée étaient toujours reçus par les représentants karaïmes, qui assuraient aussi leur sécurité. Plus que cela, lors de chaque arrivée impériale sur la péninsule, la première visite se faisait toujours et traditionnellement dans une Kenesa karaïme (centre de prières et de rencontres de la communauté). Tout un symbole. Depuis le XVIIIe siècle, lorsque la Crimée intégra l’Empire russe, les Karaïmes ont su parfaitement conserver leur culture authentique, de même que leur religion, tout en profitant des mêmes droits que tous les citoyens de l’empire. De leur côté, les Karaïmes étaient en effet toujours caractérisés par la loyauté envers l’Etat russe. C’est d’ailleurs certainement l’une des raisons de la grande confiance des empereurs de Russie envers eux.

Aujourd’hui, le principal centre de vie des Karaïmes est toujours en Crimée, plus précisément dans la ville d’Evpatoria, importante station balnéaire de la péninsule. Ils ont, dans l’écrasante majorité, soutenu le ralliement de la Crimée à la Russie lors du référendum de mars 2014. Aujourd’hui, la communauté karaïme fait un travail remarquable dans la sauvegarde de leur patrimoine culturel, y compris à destination de leurs plus jeunes représentants. La communauté a d’ailleurs récemment remporté le concours visant à récompenser les meilleures propositions d’itinéraires touristiques en Crimée, dans la catégorie du meilleur itinéraire ethnographique.

 

La semaine dernière, la Grande-duchesse Maria Vladimirovna Romanova, chef de la Maison impériale de Russie, ainsi que son fils le Tsarevitch Gueorgui Mikhaïlovitch Romanov, se sont rendus en Crimée pour une visite officielle, de même que pour prendre part à la cérémonie d’ouverture du monument en l’honneur du dernier empereur de Russie, Nicolas II. La tradition n’a pas été rompue et cette fois-ci aussi les représentants de la famille impériale russe ont dédié leur première visite aux représentants de la communauté karaïme. Les représentants karaïmes honorés ont d’ailleurs accompagné la délégation impériale tout au long des cérémonies officielles qui s’en ont suivi.

Comme quoi et une fois de plus, la Crimée sauvegarde avec jalousie sa capacité exemplaire à faire vivre un grand nombre de peuples, de différentes confessions religieuses, ensemble sur un même territoire. C’est certainement d’ailleurs la raison, en plus de celle liée à la justice historique et à la conjoncture d’il y a deux ans, lorsque cette multiethnicité était sérieusement menacée par des extrémistes néonazis et ultra-nationalistes, que la presqu’île criméenne ait retrouvé la Russie. Cette expérience unique de pouvoir faire vivre non seulement ensemble mais aussi en harmonie différents groupes ethniques et religieux, est propre à la Russie. Les Karaïmes, qui ont su à l’instar de tellement d’autres peuples, sauvegarder leurs traditions et leur patrimoine culturel-religieux ancien en savent quelque chose. Heureusement loin de « l’expérience US » où la population de souche amérindienne sombre dans l’alcoolisme, la perte de son identité (pour beaucoup déjà perdue) et fait face à une politique ouvertement discriminatoire. Une différence de traditions, d’expériences et d’approches simplement évidente.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201605231025220592-crimee-karaimes-traditions/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Rencontre entre le pape François et Vladimir Poutine : un grand symbole

Le pape François (à droite) et Vladimir Poutine

La rencontre entre le pape François et Vladimir Poutine était fort significative. C’était la seconde fois que les deux hommes faisant partie des plus influents du monde se rencontraient au Vatican.

Deux choses qu’il serait bon de noter. D’une part et encore une pression sans précédent des USA qui se sont permis de donner au Saint-Siège des « recommandations » sur le ton à avoir face au leader russe. Plus encore, la « nation exceptionnelle » via son ambassadeur au Vatican a carrément exprimé son souhait de voir le pape transmettre au président russe ses « sérieuses préoccupations » par rapport à la situation en Ukraine. Question: les USA souhaitaient donc que le pape transmette les préoccupations des USA ou ses préoccupations personnelles? Si c’est le premier cas, alors pourquoi le pape, chef de l’Eglise catholique, devrait transmettre les préoccupations d’un pays qui n’a toujours pas compris que son diktat est bien arrivé à sa fin? Si c’est le second cas, alors de quel droit les Etats-Unis se permettent de parler des préoccupations personnelles du souverain pontife?

En tout cas, le pape François a prouvé une fois encore que c’est un homme fort sage et qui comprend parfaitement les événements dans le monde actuel. Malgré les pressions exercées par Washington, Bruxelles et Kiev, le Vatican n’a pas fléchi.
Le pape François et Poutine ont discuté de tous les principaux problèmes internationaux: Syrie, situation au Moyen-Orient, guerre dans le Donbass et la situation en Ukraine. A la fin de l’entrevue, le président russe a offert au souverain pontife l’icône représentant la Cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou, ainsi que plusieurs tomes de l’encyclopédie orthodoxe russe. Le pape n’a pas manqué lui aussi de remettre un cadeau à Vladimir Poutine (et quel cadeau!): une médaille réalisée par un artisan du siècle dernier représentant l’ange faiseur de paix. « Cette médaille représente l’ange qui apporte la paix, la justice, la solidarité et la protection, ainsi que ce texte, qui apporte une réflexion sur le fait que l’Evangile nous apporte la lumière dans nos vies, et la joie. On y trouve également des réflexions géopolitiques sur nous, sur nos vies »…, a dit le pape. Le pape a également demandé à Poutine de transmettre ses meilleurs vœux au patriarche de l’Eglise orthodoxe russe Kirill et a salué les journalistes présents, qui ont par ailleurs tous reçu des chapelets.

Il est difficile à savoir si le message a été compris par tous. Certains ne le verront pas, d’autres feront semblant dans leur but de propagande russophobe de ne pas le voir. Le fait est qu’il y est. Et cela ne peut que rendre heureux.

Pour rappel, le pape François a été avec Vladimir Poutine l’un des principaux opposants aux volontés des élites politiques occidentales de bombarder la Syrie pour renverser le président Bachar al-Assad. Des bombardements qui paraissaient alors déjà définitivement décidés par Obama et le sous-traitant Hollande. Cette compréhension de la situation a été grandement appréciée par les chrétiens du monde entier, y compris de Russie, et plus globalement par toutes les personnes de bonne volonté. Et aujourd’hui, cette compréhension se poursuit avec la crise ukrainienne dans laquelle le Vatican et le pape personnellement ont refusé d’accuser la Russie d’y être responsable, comme le voulaient tellement les élites politiques d’un certain nombre de pays occidentaux.

La deuxième rencontre donc entre le pape et le président russe était tout aussi symbolique que la première. Et cela nous prouve une fois encore, que le monde occidental (bien qu’il faut le rappeler le pape est argentin, donc d’Amérique latine), ne se limite surtout pas aux élites politiques et médiatiques de l’Occident anti-chrétien. Il y a un autre Occident. Et cet autre Occident est prêt, main dans la main à bâtir le monde tant désiré, où tous seront égaux et auront leur mot à dire. Le monde multipolaire libéré du diktat néocolonialiste qui s’imposera alors une bonne fois pour toute.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150614/1016541813.html

Mikhail Gamandiy-Egorov