Archives pour la catégorie société

Guinée équatoriale, l’exemple d’une souveraineté bien assumée

Guinée équatoriale, l’exemple d’une souveraineté bien assumée

Leader du continent africain en termes de revenu moyen par habitant, la Guinée équatoriale fait partie de ces pays africains qui ont pris depuis longtemps leur destin en main. Un exemple qui fait des jaloux, mais qui explique surtout pourquoi ce pays est si critiqué par l’establishment occidental.

Alors que la Russie et la Chine sont de plus en plus présentes en Afrique et font pièce à l’influence occidentale sur le continent, qui mine les souverainetés des pays africains, intéressons-nous à ces États qui ont misé sur la défense de leur indépendance jusqu’au bout. La Guinée équatoriale fait incontestablement partie de ces nations.

Lorsqu’on se trouve à Malabo, la capitale équato-guinéenne, plusieurs choses impressionnent: des infrastructures et des routes de qualité, la propreté, un niveau de vie décent, le tout allié à une population fière, mais aussi accueillante. Oui, on se trouve bel et bien en Afrique et non pas dans la capitale d’un pays occidental.

Et si la Guinée équatoriale est loin d’être la seule nation africaine disposant de ressources naturelles conséquentes —dans son cas, c’est principalement le pétrole (troisième producteur en Afrique subsaharienne), il s’agit néanmoins de l’un des pays à avoir préservé sa souveraineté sur ses ressources nationales, permettant à la population d’en ressentir les retombées et les avantages.
Autre caractéristique de ce pays: une population qui n’immigre pas, si ce n’est parfois des jeunes qui vont faire des études à l’étranger, mais au contraire un pays qui peut se permettre d’accueillir des migrants d’autres pays africains, mais aussi d’Asie et d’Europe, notamment en provenance d’Espagne.

Car, faut-il le rappeler, la Guinée équatoriale fut un temps une colonie espagnole. Et ce n’est d’ailleurs certainement pas grâce à cette dernière que l’on peut aujourd’hui parler de miracle équato-guinéen. À son accession à l’indépendance, le pays manquait de toute infrastructure digne de ce nom, à commencer par les routes. Et c’est justement durant la période qui a suivi que grâce à la manne pétrolière, le pays a pu se doter d’infrastructures dont beaucoup d’États africains ne disposent pas à ce jour, construites principalement par des entreprises chinoises, actives dans le pays.

Et tout comme l’Angola, dont les citoyens n’immigrent pas ou peu et qui accueille un grand nombre de citoyens de l’ex-métropole coloniale portugaise, la Guinée équatoriale, elle, en fait de même avec des ressortissants espagnols venant chercher une vie meilleure sur le continent africain. Pour autant, croire que Madrid serait un ami honnête de Malabo serait une erreur: critiques constantes du gouvernement équato-guinéen dans les médias, financement des «opposants», plusieurs tentatives de déstabilisation. Une attitude qui est loin de se limiter à l’Espagne, puisque Paris n’est pas en reste. Plusieurs sources bien informées affirment que le cerveau de la dernière tentative de coup d’État, heureusement ratée, se trouverait justement dans l’Hexagone.

Mais pourquoi un tel déferlement contre ce pays, pourtant pacifique, ouvert aux échanges dans différents domaines? Au-delà d’avoir des ressources naturelles abondantes, le fait d’en préserver la souveraineté pose «problème». En effet, la part des revenus du pétrole qui reste dans le pays est incomparablement plus conséquente que dans les États africains sous mainmise occidentale, dont ceux qui appartiennent encore à la fameuse «Françafrique». Chez ces derniers, l’État en reçoit des miettes alors que l’establishment néocolonial continue de s’enrichir, avec toutes les conséquences qui en découlent pour les populations.

Faites un tour dans les pays de transit migratoire à destination de l’Europe, que ce soit le Maroc, l’Algérie ou la Tunisie, et demandez la nationalité des candidats à l’immigration —bien souvent au risque de leur vie- issus d’Afrique subsaharienne. Nombreux sont les Sénégalais, les Maliens, les Ivoiriens, les Guinéens de Conakry, mais vous n’y rencontrerez pas d’Équato-Guinéens ou d’Angolais. Libre à chacun d’en tirer les conclusions qu’il jugera les meilleures.

À ceux qui objecteront que la comparaison avec la Guinée équatoriale n’est pas tout à fait justifiée au vu de la taille relativement réduite de la population, rappelons que la superficie de ce pays —d’à peine 28.051 km2, tout comme le volume de ses ressources naturelles, sont justement proportionnels à sa population. Et puisque l’on a également mentionné l’Angola, qui avait arraché en son temps et au prix de nombreux sacrifices sa pleine souveraineté avec l’aide cubaine et soviétique, il faudrait rappeler que sa population est quant à elle supérieure à celle des nombreux pays d’Afrique francophone sources de migrations, pourtant très riches eux aussi sur le plan des ressources naturelles. Il y a donc un sérieux problème de partenaires et de système établi. C’est d’ailleurs certainement ce qui fait si peur à la France et à d’autres, si mécontents de voir la Russie revenir sur ce beau continent africain.

Et là encore, ce n’est pas tout. La Guinée équatoriale se positionne depuis plusieurs années comme le nouveau porte-flambeau du Panafricanisme, surtout après l’assassinat barbare de Mouammar Kadhafi et la destruction de la Jamahiriya libyenne par l’Otan et ses alliés salafistes. Une raison supplémentaire de s’attirer les foudres de ceux qui continuent de plaider pour un monde unipolaire totalement révolu et de faire avancer par la même occasion les intérêts néocolonialistes —une approche à laquelle s’opposent des pays comme la Russie et la Chine.

Pour finir et puisque l’on évoque la Russie, on retrouve plusieurs similitudes assez frappantes entre elle et la Guinée équatoriale. Les années sombres des deux pays ont été applaudies et célébrées par les Occidentaux, les années de relèvement pour l’un, de développement rapide pour l’autre, ont au contraire été largement diabolisées. C’est d’ailleurs le message qui transparaît lorsqu’on se trouve à Malabo et que l’on échange avec les représentants de cette belle nation.

Une chose est pour autant certaine: ni Moscou ni Malabo ne comptent perdre du temps à écouter les bavardages de ceux qui pratiquent depuis des siècles des politiques néocoloniales et qui s’autoproclament porte-parole d’une « communauté internationale» ne représentant pas plus de 10% de la population terrestre. Quant aux tentatives de déstabilisations, le temps de la duperie est bel et bien terminé. Et l’opinion publique africaine actuelle le confirme pleinement.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201806191036862738-guinee-equatoriale-souverainete/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

La voix du peuple, c’est la voix de Dieu : entretien avec Francis Mvemba

La voix du peuple, c'est la voix de Dieu : entretien avec Francis Mvemba

La République démocratique du Congo, le pays francophone le plus peuplé, se relève lentement des multiples guerres et crises qui l’ont secoué. C’est dans ce contexte difficile que Francis Mvemba a lancé son parti politique. Entre redressement national et insertion de la RDC dans un monde multipolaire, il détaille pour Sputnik son programme.

Francis Mvemba, jeune entrepreneur à succès originaire de la République démocratique du Congo, a lancé il y a un an un nouveau parti politique dans son pays. Nous en avons discuté dans un entretien. Désireux de donner un nouvel élan à sa nation, extrêmement riche en termes de ressources naturelles, mais longtemps déchirée en raison d’interventions bien souvent extérieures, où en est-il aujourd’hui?

Sputnik: Lors de notre entretien d’il y a un an, vous avez annoncé le lancement de votre parti politique en RDC —le PEC (Parti Émergence du Congo). À ce titre, quelles ont été vos réalisations au cours de l’année écoulée?

Francis Mvemba: Notre parti a su fédérer nombre de Congolais tant au pays que dans la diaspora résidant à l’étranger. Notre programme majeur est de redonner leur fierté aux Congolais et un nouvel élan au pays. Une plateforme en ligne est en préparation afin de répondre à toutes ces adhésions. En se joignant au PEC, les Congolais nous prouvent qu’ils sont prêts à voir un nouveau visage dans le paysage politique.

Sputnik: L’élection présidentielle a été fixée pour fin décembre 2018 par la Commission électorale (CENI). Êtes-vous candidat? Et si oui, pourquoi cette décision? Comment estimez-vous vos chances?

Francis Mvemba: Je suis très fier d’être citoyen congolais, je suis président d’un parti politique enregistré au Congo, je suis libre de tout engagement et je remplis toutes les conditions pour être éligible et concourir à l’élection présidentielle. Donc sur le papier, je suis présidentiable. Maintenant, vous m’avez demandé si j’ai pris la décision d’être candidat, je vous répondrais que cette décision est en train de mûrir. Je suis un patriote et si c’est la meilleure alternative pour un Congo émergent, alors je prendrais mes responsabilités le moment venu. En ce qui concerne mes chances, seul le peuple congolais est apte à en juger. Comme j’aime tant dire, «la voix du peuple c’est la voix de Dieu».

Sputnik: Dans le programme que vous avez relayé, vous insistez sur la nécessité de modifier le système judiciaire de la RDC sur de nombreux points. Pourquoi une attention si importante à cet aspect?

Francis Mvemba: La justice est l’un des fondements, l’un des piliers de l’État. Un État sans justice n’est pas une démocratie. Il serait donc illégitime et ne pourrait être reconnu sur le plan national et international. Dans le volet justice de mon programme politique, je souhaite que l’on donne au peuple le choix d’une justice équitable.

Notre seconde priorité est de redonner au Congo les moyens de sa souveraineté. Nous devons garantir la sécurité à tous les Congolais sur l’ensemble du territoire, car sans un État stable il n’y a pas d’émergence ni d’industrialisation possible.

Le troisième pilier de notre programme, c’est le Travail. L’État qui crée les conditions idéales pour les investisseurs et l’émergence économique et industrielle que nous venons d’aborder doit également valoriser l’emploi et la formation pour les jeunes congolais. Nous avions plus de 3.000 industries après la colonisation, il n’en reste qu’environ 200 aujourd’hui. C’est cette jeunesse qui va faire la force de l’émergence et de l’industrialisation du Congo.

«Justice, Paix et Travail», c’est notre programme, mais c’est également la devise de l’emblème national…

Sputnik: Parlons de votre programme international. Quels sont les fondements et les priorités du point de vue de la politique extérieure congolaise que vous souhaitez mettre en avant?

Francis Mvemba: De tout ce qui se passe en ce moment dans le monde et depuis les dernières années, nous avons tiré les leçons: il n’y a pas d’avenir pacifique entre les nations sans un monde multipolaire qui respecte les acteurs régionaux. Je suis attaché à l’idée de nous rapprocher tout d’abord de nos voisins africains et de redonner un élan dans les relations internationales du Congo à travers le monde. Tous les accords politiques internationaux pérennes se sont construits sur des échanges d’idées et sur des décisions politiques dans lesquelles toutes les parties se sont senties respectées et dans une dynamique de partage. La contrainte, même dans l’intérêt du plus grand nombre, n’est pas une bonne solution.

Sputnik: Vous avez justement dit plusieurs fois vouloir axer la politique extérieure de la RDC sur le développement des relations avec des pays comme la Russie. Est-ce que pour vous la Russie est la bienvenue en RDC? Et comment entrevoyez-vous le fait que des puissances étrangères ayant longtemps interféré dans les affaires intérieures congolaises, notamment depuis l’assassinat de Patrice Lumumba, puissent réagir face à une telle perspective?

Francis Mvemba: Le Congo est une terre idéale pour accueillir à la fois les partenaires historiques, ainsi que les nouveaux pays émergents qui souhaitent y investir. Depuis quelques années, la Chine et l’Inde, par exemple, sont devenues des partenaires stratégiques du Congo. Alors bien sûr, la Russie est la bienvenue. Nous ne sommes pas les seuls en Afrique à choisir l’équilibre des forces et l’ouverture à toutes les puissances mondiales. Regardez l’Afrique du Sud, le Maroc, et d’autres encore… Notre politique extérieure sera pragmatique et pacifique, dans le seul but de favoriser le développement du Congo.

Sputnik: Comment les événements dans le monde, et notamment en Syrie, ont selon vous bouleversé la vision sur les affaires internationales de nombreux Congolais et Africains?

Francis Mvemba: Tout comme la Syrie, le Congo ou d’autres pays africains, nous avons trop connu les atrocités et la destruction qu’amène la guerre. Cela ne doit plus arriver pour les générations futures. La guerre n’a jamais rien construit. C’est dans la paix et dans la sécurité qu’on émerge.

Sputnik: Toujours dans votre programme, vous accordez une attention particulière à la défense des intérêts économiques, et notamment miniers, de votre pays. Pensez-vous que la RDC puisse justement retrouver la pleine souveraineté sur ses ressources naturelles, tellement convoitées?

Francis Mvemba: La souveraineté du Congo sur son sol, sa sécurité et ses richesses font partie de mes priorités. La protection de nos ressources naturelles en est un élément majeur. Stopper le pillage de notre sous-sol pourrait-il être une des solutions? Je le pense, car ces revenus manquants dans les caisses de l’État congolais sont autant de financements en moins utiles au développement de notre pays pour nos générations futures, tels que la santé, l’éducation, les infrastructures publiques, etc. Transformons ces activités illégales en activités transparentes et rémunératrices pour tous.

Sputnik: dernière question. Vous avez rencontré le 26 novembre M. Kirsan Ilioumjinov, le Président de la Fédération internationale d’échecs et membre du Conseil de la Fédération de Russie (notre photo), ex-président de la République de Kalmoukie (1993-2010). Dans quel but?

Francis Mvemba: Je me suis entretenu longuement sur la situation du Congo avec le Président Kirsan Ilioumjinov. Nous avons évoqué plusieurs projets, notamment la possibilité de promouvoir les jeux d’échecs auprès des Congolais.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201712131034312485-congo-francis-mvemba-entretien/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Sommet de Kazan, prochain point d’orgue des relations Russie-Monde musulman

Kazan

La Russie entretient des liens privilégiés avec le monde musulman, une situation due aussi bien aux relations harmonieuses entre chrétiens et musulmans dans le pays qu’aux rapports équilibrés que Moscou entretient avec nombre de pays à majorité musulmane.

Un état de fait qui devrait se traduire lors du prochain sommet Russie-Monde musulman de Kazan.

La superbe ville de Kazan, capitale de la République du Tatarstan et troisième capitale officielle de Russie (après Moscou et Saint-Pétersbourg), accueillera du 18 au 21 mai prochain un important sommet économique international: « Russie-Monde musulman ». Plus de 2 000 visiteurs venant de 50 pays y sont attendus.

Le sommet est organisé avec le soutien du Conseil de la Fédération de Russie (chambre haute du Parlement russe) et des autorités de la République du Tatarstan. Le but dudit sommet est de renforcer les liens économico-commerciaux, scientifico-techniques et culturels entre la Russie et les pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). Plus de 1 500 personnes ont participé au sommet de 2016: des représentants de l’élite politique, économique, diplomatique, scientifique de 51 pays du monde musulman.

Cette année, plusieurs représentants gouvernementaux ont confirmé leur participation, notamment de Turquie, de Tunisie ou encore des Émirats arabes unis. La classe politique russe sera également bien représentée à ce sommet. Qu’est-ce qui les attire tous à ce sommet?

Rappelons tout d’abord que la Russie, bien qu’étant un pays majoritairement chrétien, est aussi le pays d’un grand nombre de musulmans — des citoyens russes à part entière. Sur une population totale d’un peu plus de 146 millions d’habitants, 14,5 millions se revendiquent de l’islam, soit 10 % de la population totale. Soulignons que nous parlons bien de citoyens russes musulmans et non de migrants en provenance de pays à majorité musulmane, lesquels sont par ailleurs nombreux, notamment en provenance des anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale.

L’expérience russe est effectivement unique en ce sens, car chrétiens et musulmans russes vivent en harmonie depuis de longs siècles. Et malgré les défis liés au terrorisme et à l’extrémisme religieux que traverse aujourd’hui le monde — Russie y compris —, c’est un fait reconnu qu’en Russie il n’y a pas de tensions majeures entre les représentants des différentes confessions religieuses. Au contraire, l’écrasante majorité des musulmans de Russie, qu’ils soient Tatars, Tchétchènes, Ingouches, Bachkirs ou autres, revendiquent haut et fort leur appartenance à l’État russe, et leurs sentiments patriotiques n’ont rien à envier à ceux des autres citoyens du pays.

Une expérience caractéristique de la Russie et de certains pays d’ex-URSS, notamment d’Asie centrale à majorité musulmane, qui a perduré depuis la période impériale jusqu’à ce jour. Elle a également permis de bâtir une relation de confiance avec plusieurs États musulmans non issus de l’Empire russe ou de l’ex-URSS, qu’il s’agisse de l’Iran, de la Turquie ou de plusieurs États dans le monde arabe.

Si les relations russo-iraniennes datent de plusieurs siècles, évoquons l’alliance avec la Syrie, vieille de plusieurs décennies ou les relations avec l’Égypte, le principal partenaire économico-commercial de la Russie dans le monde arabe. Moscou entretient par ailleurs des relations suivies avec les pays du Maghreb — Algérie, Maroc et Tunisie — et cultive un partenariat stratégique avec la Turquie, dont la population fait majoritairement plus confiance à la Russie qu’à « l’allié » étasunien, à en croire un récent sondage Gallup. Une confiance qui fait fi des nombreuses guerres russo-turques dans l’histoire et de l’appartenance d’Ankara à l’OTAN, une organisation à priori anti-russe, ou encore malgré plusieurs désaccords évidents, toujours d’actualité, notamment sur la situation en Syrie.

Et c’est loin d’être une exception. Une chose saute aux yeux: les populations musulmanes, notamment arabes, font généralement bien plus confiance à la Russie qu’à l’Occident, ce qui n’est pas forcément le cas de leurs élites politiques. Et d’après certains de mes collègues, russes et étrangers, vivant et travaillant dans certains pays arabes dont les leaders sont des alliés déclarés des États-Unis et du bloc occidental, les sentiments de la population sont bien souvent à l’opposé. C’est un signe avant-coureur.

Est-ce si étonnant? Pas tant que cela. Car malgré toute la propagande russophobe propagée par le mainstream, les populations en question ont maintes fois pu analyser qui avaient le plus de respect envers leurs souverainetés nationales, mais aussi envers la souveraineté sur leurs ressources. Et dans ces deux cas, pas besoin d’être un expert en géopolitique ou en géoéconomie pour y voir clair.

Une chose est certaine. La présence américaine, et plus globalement occidentale, est de plus en plus contestée dans le monde musulman, notamment au Proche et au Moyen-Orient. La vive inquiétude et même l’hystérie qui caractérisent aujourd’hui les élites politiques, financières et médiatiques occidentales sont entre autres dues à cela. Elles savent que plus le temps passe et plus de pays, y compris leurs proches « alliés », leur montreront la porte. C’est une question de temps. D’ici là, la Russie ne se presse pas. Elle attend. Tout en défendant avec ardeur ses alliés et ses partenaires stratégiques, de même que ses intérêts — chaque pays en possède. Le tout dans un cadre une fois encore multipolaire.

Et c’est pourquoi le Sommet Russie-Monde musulman 2017 de Kazan sera sans aucun doute un succès, peut-être sans précédent.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201704181030958268-kazan-sommet-relations/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Elections législatives en Russie : la souveraineté russe pas négociable

Elections législatives en Russie

Les élections législatives russes ont bien eu lieu. Le comptage des voix est pratiquement fini. Analysons les résultats provisoires et les perspectives.

Le taux de participation à ces élections était de près de 48 %. 97,3 % des voix ont été traitées jusque-là.

Le parti Russie unie de Vladimir Poutine arrive largement en tête avec 54,17 % des voix.

Le parti communiste est deuxième avec 13,42 %. Le parti libéral-démocrate (populiste, nationaliste) obtient 13,24 %. Le parti Russie juste (social-démocrate) arrive quatrième avec 6,18 %.

Plusieurs points qui doivent être soulignés. Les élections législatives sont loin de susciter un intérêt aussi important que les élections présidentielles en Russie, néanmoins le taux de participation à ces élections dépasse celui de nombreux pays européens. Autre point tout aussi important. La popularité du président Poutine dépasse bien sérieusement celui du parti Russie unie. On pourrait d’ailleurs à ce titre faire un parallèle avec l’Afrique du Sud où le parti au pouvoir l’ANC (Congrès national africain), le parti historique du grand Nelson Mandela, domine la vie politique du pays bien que le parti lui-même et certains de ses membres soient sérieusement critiqués.

En Russie la situation est plus ou moins semblable dans le sens que le taux de popularité du président Poutine dépasse les 80 %, tandis que le parti au pouvoir est en dessous de ces chiffres. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que plusieurs politiciens du niveau local ou municipal, issus du parti Russie unie, sont loin de faire toujours l’objet d’avis positifs de la part des citoyens dépendant de la localité/municipalité en question. Manque de professionnalisme, lacunes de gestion, promesses non tenues,… telles sont les accusations qui visent certains de ces responsables attachés au principal parti du pays. Et le pouvoir comprend parfaitement que c’est un défi auquel il faut faire face. C’est d’ailleurs aussi à cela que sert la démocratie.

Autre fait important caractéristique de la société russe, est que sont nombreux ceux ou celles qui soutiennent Vladimir Poutine mais sont d’horizons politiques différents. On peut notamment penser aux personnes qui sympathisent aux idées de gauche et qui durant les législatives votent en faveur du parti social-démocrate Russie juste, sans pour autant remettre en cause leur soutien à la politique présidentielle. Ou encore ceux qui votent en faveur du parti patriotique Rodina (Patrie) là aussi tout en accordant parallèlement le soutien à la politique actuelle de l’Etat russe, dans bien nombreux domaines. Les autres exemples ne manquent pas eux aussi.

Fait important et révélateur : le parti ultra-libéral et ouvertement pro-occidental Parnas, dirigé par un certain Mikhail Kassianov, associé pour l’écrasante majorité des Russes aux périodes tumultueuses de l’ère Eltsine et aux oligarques ayant massivement pillé « leur » peuple, ayant le soutien direct, dont financier, avec plusieurs structures étasuniennes, notamment étatiques, n’a obtenu que 0,72 %. Le même parti qui « pense » que la Russie doit se conformer aux prérogatives étasuniennes et de l’OTAN, afin de rejoindre par la suite cette structure… Le score obtenu en dit long sur sa « popularité » auprès des citoyens russes.

Conclusion : la souveraineté russe n’est effectivement pas à négocier. Le peuple russe l’a une fois de plus démontré, tout en respectant les principes démocratiques du pays. Par ailleurs, la Russie confirme de nouveau que la notion de démocratie souveraine n’est pas une notion illusoire mais bien une réalité. En passant, pratiquement pas de violations ont été observées durant ces élections, de l’avis même des observateurs internationaux, y compris ceux de l’OSCE qui ont également pris part à l’observation. Le scrutin est donc entièrement valide.

Quant à certains représentants des élites occidentales qui continuent de rêver pour voir un coup d’Etat en Russie, ce ne sera certainement pas pour demain, ni pour après-demain. L’indépendance et la souveraineté de la Russie ne se vendent pas. Et le peuple multiethnique de Russie veille.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201609191027817708-russie-elections-souverainete/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

Les Karaïmes, peuple criméen riche de traditions.

Les Karaïmes, peuple criméen riche de traditions

La Crimée est on le sait une terre fort riche en cultures et traditions. Ce qui fait aussi indéniablement sa richesse c’est sa composition multiethnique et multiconfessionnelle, à l’instar du reste de la Russie.

Retour aujourd’hui sur le peuple des Karaïmes. Ce nom veut dit certainement peu de choses. Pourtant il s’agit de l’un des peuples de souche de la Crimée. Peuple turcophone, professant un courant du judaïsme rejetant le talmud (loi orale) et n’observant que les prescriptions de la loi écrite de la torah. A ce titre, leur courant religieux est souvent considéré comme « protestant » du judaïsme.

 

Ce qui caractérise aussi ce peuple c’est leur loyauté envers la Russie depuis des siècles. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que tous les empereurs russes, ainsi que leurs familles, durant leurs séjours en Crimée étaient toujours reçus par les représentants karaïmes, qui assuraient aussi leur sécurité. Plus que cela, lors de chaque arrivée impériale sur la péninsule, la première visite se faisait toujours et traditionnellement dans une Kenesa karaïme (centre de prières et de rencontres de la communauté). Tout un symbole. Depuis le XVIIIe siècle, lorsque la Crimée intégra l’Empire russe, les Karaïmes ont su parfaitement conserver leur culture authentique, de même que leur religion, tout en profitant des mêmes droits que tous les citoyens de l’empire. De leur côté, les Karaïmes étaient en effet toujours caractérisés par la loyauté envers l’Etat russe. C’est d’ailleurs certainement l’une des raisons de la grande confiance des empereurs de Russie envers eux.

Aujourd’hui, le principal centre de vie des Karaïmes est toujours en Crimée, plus précisément dans la ville d’Evpatoria, importante station balnéaire de la péninsule. Ils ont, dans l’écrasante majorité, soutenu le ralliement de la Crimée à la Russie lors du référendum de mars 2014. Aujourd’hui, la communauté karaïme fait un travail remarquable dans la sauvegarde de leur patrimoine culturel, y compris à destination de leurs plus jeunes représentants. La communauté a d’ailleurs récemment remporté le concours visant à récompenser les meilleures propositions d’itinéraires touristiques en Crimée, dans la catégorie du meilleur itinéraire ethnographique.

 

La semaine dernière, la Grande-duchesse Maria Vladimirovna Romanova, chef de la Maison impériale de Russie, ainsi que son fils le Tsarevitch Gueorgui Mikhaïlovitch Romanov, se sont rendus en Crimée pour une visite officielle, de même que pour prendre part à la cérémonie d’ouverture du monument en l’honneur du dernier empereur de Russie, Nicolas II. La tradition n’a pas été rompue et cette fois-ci aussi les représentants de la famille impériale russe ont dédié leur première visite aux représentants de la communauté karaïme. Les représentants karaïmes honorés ont d’ailleurs accompagné la délégation impériale tout au long des cérémonies officielles qui s’en ont suivi.

Comme quoi et une fois de plus, la Crimée sauvegarde avec jalousie sa capacité exemplaire à faire vivre un grand nombre de peuples, de différentes confessions religieuses, ensemble sur un même territoire. C’est certainement d’ailleurs la raison, en plus de celle liée à la justice historique et à la conjoncture d’il y a deux ans, lorsque cette multiethnicité était sérieusement menacée par des extrémistes néonazis et ultra-nationalistes, que la presqu’île criméenne ait retrouvé la Russie. Cette expérience unique de pouvoir faire vivre non seulement ensemble mais aussi en harmonie différents groupes ethniques et religieux, est propre à la Russie. Les Karaïmes, qui ont su à l’instar de tellement d’autres peuples, sauvegarder leurs traditions et leur patrimoine culturel-religieux ancien en savent quelque chose. Heureusement loin de « l’expérience US » où la population de souche amérindienne sombre dans l’alcoolisme, la perte de son identité (pour beaucoup déjà perdue) et fait face à une politique ouvertement discriminatoire. Une différence de traditions, d’expériences et d’approches simplement évidente.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201605231025220592-crimee-karaimes-traditions/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Heureusement que l’Euroligue n’est pas l’Eurovision

Le CSKA Moscou de Nando De Colo a remporté l'Euroligue

Deux grands événements continentaux viennent de se clôturer. Concours Eurovision de la chanson et l’Euroligue de basketball, la plus prestigieuse compétition de ce sport au niveau des clubs européens.

Si dans le deuxième cas on a eu droit à une saison fantastique, notamment au niveau du Final 4 (carré final des quatre meilleures équipes de la saison) qui s’est déroulé ce week-end et où l’aspect fair-play du sport a bien été au rendez-vous, on ne peut malheureusement pas en dire autant de l’Eurovision.
A vrai dire, ce qui s’est passé au niveau du concours de l’Eurovision n’est même pas très digne de commentaire. Mais lorsque la politique antirusse en arrive à rentrer au niveau d’un concours qui prétend « promouvoir les valeurs de paix et de tolérance en Europe et au-delà », il devient impossible de ne pas commenter.

 

Pour résumer: le représentant russe Sergueï Lazarev, qui était d’ailleurs le favori annoncé du concours, remporte le vote du public européen. Mais le vote du « jury », si on peut parler de jury, lui est tout autre. Au final, c’est la représentante ukrainienne qui remporte le concours alors qu’elle n’a pas gagnée ni au niveau du public, ni même au niveau de ce fameux jury (deuxième dans les deux cas) avec une chanson ouvertement politisée.

Une « victoire » donc tirée par les cheveux et arrangée vraisemblablement par ceux désireux « récompenser » les élites ukrainiennes pour leur bon « travail » dans l’intégration atlantiste. D’autre part et pour revenir à la politisation de la chanson, les organisateurs de l’Eurovision ont donc violé une autre règle du concours: celui de l’interdiction de chansons politiquement engagées. Ces organisateurs affirment pourtant n’avoir pas vu de « message politique ». Suivant cette logique, si l’année prochaine une chanson sera dédiée aux milliers de victimes du Donbass, on ose alors espérer que les organisateurs ne la bloqueront pas? D’autant plus que ce n’est pas politique: c’est la simple et triste réalité.

On se demande d’ailleurs si la Russie devrait encore participer à des événements « européens » de ce type. A méditer. Mais heureusement qu’il existe encore des compétitions où le fair-play n’est pas une vaine notion et où la victoire est obtenue au mérite et non pour servir des intérêts ouvertement politiques. La finale de l’Euroligue de basketball, tout comme les demi-finales, l’ont prouvé une fois de plus.
La finale opposait le CSKA Moscou au club turc de Fenerbahçe Ülker Istanbul, dans la capitale allemande Berlin, ce qui favorisait évidemment le club stambouliote compte tenu de la très importante diaspora turque, qui s’est fait entendre tout au long du match. Bien que nombreux ont fait le parallèle dans cette opposition sportive aux problèmes politiques actuels entre les deux pays, et cela a été en partie confirmé par quelques provocations côté turc dans les tribunes qui ont résulté à des affrontements aussi bien au sein des supporters qu’au niveau des loges VIP, néanmoins et sur le terrain la bataille était purement sportive.

 

Les deux équipes avaient réalisé une saison pratiquement sans faute et tout le monde s’attendait à un digne combat. Ce fut le cas. De l’aveu de tous, experts comme supporters, le match fut véritablement haletant. Au final, le CSKA Moscou a remporté le match après prolongation 101 à 96, avec un superbe Nando de Colo, meilleur joueur français et MVP de la saison.

Bien sûr que cela fait bien plaisir de voir le club moscovite champion d’Europe, de même que de savoir un autre club russe parmi les quatre meilleures équipes de la saison. En l’occurrence le Lokomotiv Kouban-Krasnodar (troisième). Mais la principale question n’est pas là: les victoires, qu’elles soient sportives ou artistiques, il faut les obtenir dans la compétition juste et non sur ordre d’intérêts n’ayant rien à avoir ni avec le sport, ni avec la chanson. Peu importe après qui est le vainqueur.Quant à l’Eurovision, le show de cette année rappelle en effet la réalité géopolitique: les populations européennes largement favorables à la Russie, les élites et experts autodéclarés russophobes jusqu’au cou… Pas de soucis, on fait avec et toujours avec le sourire.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201605161025034549-euroligue-eurovision-basket/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Enjeux et perspectives centrafricaines. Entretien avec Sylvie Baipo-Temon (Partie 1)

Sylvie Baipo-Temon

Sylvie Baipo-Temon est une ressortissante centrafricaine. Economiste de formation, cadre au sein de la direction financière d’une banque française, son engagement pour son pays, la République centrafricaine, date de 2003. Un engagement d’abord passif à travers des réflexions et analyses personnelles, puis actif, surtout depuis fin 2014.

De décembre 2014 à juin 2015, elle sera porte-parole du comité ad hoc diaspora pour la paix en RCA. En ce moment, elle travaille sur un blog dont l’objectif serait de faire découvrir la Centrafrique: son histoire, ses maux, ses tares, ses défis, ses enjeux et perspectives.

Sputnik: L’année dernière, la République centrafricaine faisait l’actualité en raison des affrontements inter-religieux. Qu’en est-il aujourd’hui? Quelle est la situation sur le terrain?

Sylvie Baipo-Temon: Les médias occidentaux ont présenté le conflit centrafricain comme étant un conflit inter-religieux. Cela n’est pas exact.

Le conflit centrafricain issu du dernier coup d’Etat mené par la milice Seleka, est né d’une crise politique. D’ailleurs, la Centrafrique depuis son indépendance en 1960 n’a connu que des cycles de violences liés à une instabilité politique chronique. De 1960 à 2015, la Centrafrique n’a connu qu’une seule élection présidentielle libre et transparente. Hormis le régime du défunt président Ange-Félix Patassé, tous les régimes ont été mis en place par un recours systématique à la violence (coup d’Etat).Pour revenir à la crise issue du dernier recours à la force, orchestré par la Seleka et ayant emmené au pouvoir Michel Djotodjia. L’origine de cette crise est politique et elle a glissé, parce qu’aucune solution politique n’a été trouvé par les parties prenantes, en conflit de société à caractère religieux et cela uniquement sur la base de manipulation des hommes politiques.

Pour faire court, à son avènement la Seleka a manipulé la population de religion musulmane pour obtenir à la fois:— un soutien moral: le nord-est du pays a toujours été négligé pour ne pas dire abandonné par les autorités centrafricaines (tout régime confondu).

— un soutien financier: la population de religion musulmane possède la plupart des commerces et est fortement implanté dans l’exploitation du diamant. Elle est donc une maille financière importante. Durant le régime du Général Bozizé, les diamantaires ont été fortement pénalisés par les abus du pouvoir en place.

Politiquement, la Seleka a justifié son coup d’Etat par une révolte de la population du Nord qui a été trop lésé jusqu’à date. Alors qu’il s’agissait uniquement de mercenaires étrangers à 60% (Tchadiens et Soudanais) qui ont rallié par la manipulation politique d’autres mercenaires centrafricains. D’ailleurs, parmi les mercenaires de la Seleka, on retrouve les mêmes mercenaires qui ont appuyé le Général Bozizé lors de son coup d’Etat de 2003. Des mercenaires insatisfaits par le régime qu’ils ont aidé à l’époque à mettre au pouvoir.Notons qu’une guerre ou un conflit ne se passe pas sans répercussions sur la population civile et qu’un mercenaire est un criminel. Dans leur marche vers la prise de pouvoir à Bangui, les Selekas ont volé, violé, pillé, tué la population et majoritairement la population de religion chrétienne. Celle-ci en riposte à ces exactions et abus de la Seleka, a réagi en formant des groupes d’auto-défense qu’ils ont appelés les anti-balles AK. Ils s’agissaient uniquement de paysans usés, fatigués et livrés à eux-mêmes.

Il y a eu une récupération politique de ces groupes d’auto-défense anti-balles AK qui a donné naissance aux milices Anti-Balakas. Et de là, le conflit politique s’est transformé en conflit de société à caractère religieux.Pourquoi il s’agit d’une manipulation politique? D’abord, dans les différents groupes armés (Selekas et Anti-Balakas), il y a eu des scissions. Et ceux qui continuent à semer les troubles sont ceux qui se revendiquent des deux anciens présidents déchus (Bozizé et Djotodjia), ils sont appelés les Nairobistes (du fait de l’accord signé à Nairobi).

La situation d’aujourd’hui est que les affrontements à caractère religieux sont localisés dans les quartiers à forte concentration des partisans des présidents déchus. Des crimes et exactions sont savamment orchestrés, tout cela pour maintenir une tension tant que les différents groupes armés n’obtiennent pas gain de cause. Il faut garder en mémoire que les accords de Nairobi n’ont rien donné pour les protagonistes.

A aujourd’hui, la population non partisane de ces groupes est prise en otage. Un groupe d’individus, des mercenaires et bandits sèment la terreur et la population non armée subit les exactions des uns et des autres.Nous en avons eu la preuve lors du passage du Saint père (le Pape Fançois), les Centrafricains musulmans et les Centrafricains chrétiens étaient ensemble pour accueillir le Pape.

Lors du référendum qui a eu lieu le dimanche 13 décembre, la population musulmane qui a souhaité faire valoir ses droits et devoirs citoyens a subi les foudres de la fraction Seleka. Le bureau de vote a fait l’objet de tirs faisant 2 morts et des blessés. Encore une preuve que les conflits ne sont pas d’ordre religieux mais uniquement de la manipulation.

Les médias diffusent des informations qui entrainent de la confusion, il est important que chaque Centrafricain et Centrafricaine s’efforce à rétablir la vérité.

Sputnik : On avait beaucoup parlé de la nécessité d’une réconciliation nationale. A-t-elle globalement eu lieu? Si non, quelles seraient les raisons? 

Sylvie Baipo-Temon : Un forum a en effet eu lieu en mai 2015, mais nous ne pouvons pas parler d’un forum de réconciliation nationale. Déjà parce que la réconciliation n’a pas eu lieu. Des affrontements persistent, de manière localisée. Les groupes armés détiennent encore une bonne partie du territoire centrafricain. Récemment, nous avons eu une nouvelle déclaration choc de la fraction Seleka installée au nord du Centrafrique, qui a décrété la partition du pays. De plus, cette même coalition a indiqué qu’elle s’opposerait à l’organisation des élections annoncées pour fin 2015, dans les zones qu’elle occupe.

Ce que nous retenons du forum, c’est qu’il a eu lieu mais son issu a été aussi éphémère et chaotique que son déroulement.

Personnellement, ce n’est pas une surprise car en Centrafrique on organise des dialogues sans vraiment se fixer d’objectifs à atteindre, sans réellement y travailler de manière sérieuse, sans prendre la mesure de la gravité de la situation et surtout sans aucune méthode. Pour mener une démarche de réconciliation, il faudrait en comprendre le sens, comme l’on fait avec succès d’autres pays ayant vécu des situations toutes aussi atroces voire au-delà que celui de la Centrafrique. Il ne s’agit point d’organiser un regroupement de personnes où les gens se retrouvent, se saluent, partagent un café et repartent avec leur perdiem. Non, il s’agit d’entreprendre, de faire un point sur notre histoire, identifier les ennemis, permettre l’expression de tous, pousser à la prise de conscience les auteurs des crimes. Globalement, la volonté du forum aurait dû être celle d’affronter la situation, de parler de ce qui fâche et divise, cela pour arriver à le surmonter ensemble. C’est un pan de notre histoire qu’il nous faudra graver et apprendre à vivre avec. Le Forum ne s’est pas attaché à faire en sorte de ne plus vivre cela, de cesser les incitations au recours à la force comme seul moyen d’accéder au pouvoir.Pour atteindre l’objectif de la réconciliation, il aurait fallu et il faut que la démarche de dialogue soit initiée et réalisée dans un cadre légitime et de confiance, c’est-à-dire pas par les autorités du pays qui sont de fait juges et parties. Pour preuve de l’incohérence entre ce qui est dit et ce qui est fait, la cheffe de la transition avait nommé comme président de ce forum, un ancien chef de rébellion. Comme quoi, en Centrafrique, nous avons encore un long chemin à entreprendre pour marcher sans béquilles.

La démarche doit concerner toute la population et non une partie de celle-ci triée sur le volet. Il aurait fallu aussi opter pour un médiateur neutre et hors de la sous-région.Avant le dialogue, il y a eu ce que les autorités ont appelés des consultations populaires, le résultat de ces consultations a été faussé. Le peuple s’est exprimé mais au final les revendications et souhaits n’ont pas été pris en compte. Pourquoi? Il faut retenir que c’est ainsi qu’on incite à la formation de rebellions et de groupes armés?

Suite dans la seconde partie de l’entretien

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20151218/1020388722/afrique-republique-centrafricaine.html

Mikhail Gamandiy-Egorov