Archives du mot-clé Bamako

Mali-France: en instance de divorce?

Après l’investiture du colonel Assimi Goïta en qualité de chef d’Etat de la République du Mali et de leader de la transition, plusieurs éléments indiquent l’exacerbation des relations entre Bamako et Paris. La suite des événements permettra-t-elle d’entrevoir la fin de la présence militaire française au Mali?

Lundi dernier, la France était la grande absente du discours du nouveau président malien, comme l’indique la radio France Info. Le même média rappelle d’ailleurs que depuis les dernières semaines les relations entre le Mali et la France sont «tendues».

Un autre média hexagonal, connu lui aussi pour des positions proches avec l’establishment politique français, le quotidien La Croix, avait un peu plus tôt également tiré la sonnette d’alarme quant à l’hostilité de l’opinion publique malienne vis-à-vis de la politique de Paris, et notamment de sa présence militaire sur le sol du Mali.

Cette reconnaissance des faits se fait évidemment sans le moindre plaisir côté hexagonal, qui ne fait qu’admettre des faits qui étaient déjà largement connus, et pas seulement depuis les dernières semaines ou les derniers mois, mais depuis plusieurs années déjà. Aujourd’hui, de nombreux analystes observent la situation afin d’entrevoir la suite de ce désamour évident entre le Mali et l’ancienne métropole coloniale.

Pendant ce temps, de nombreux experts – africains comme étrangers – affirment avec certitude la popularité du nouvel homme fort de l’Etat malien, le colonel Assimi Goïta, auprès d’une large part des citoyens du Mali, et notamment au sein de la jeunesse. D’ailleurs, le désormais chef d’Etat malien n’a pas manqué de s’adresser récemment à cette jeunesse du pays avec des mots forts: «Je suis jeune au même titre que vous. Et si j’échoue, c’est toute la jeunesse malienne qui a échoué».

Maintenant pour revenir aux relations du Mali avec Paris, ou plus particulièrement l’Elysée, si la suite demeure encore incertaine, il n’en demeure pas moins que plusieurs aspects sont à considérer. Tout d’abord, la présence militaire française sur le sol malien qui comptabilise près de 5500 hommes, dans le cadre de l’opération Barkhane – censée combattre les groupes djihadistes et qui dure depuis bientôt sept ans. Une opération justement largement critiquée par la société civile malienne, qui pour une large part d’entre elle ne la voit pas comme une solution mais bien comme l’une des principales sources de problèmes, y compris sécuritaires.

Et bien que le président français Macron ait récemment déclaré l’éventualité de retirer les troupes du Mali – c’est un secret de polichinelle que de savoir que ce serait la dernière des choses dont souhaiterait Paris. A l’heure d’une chute d’influence sans précédent sur le continent africain, y compris au sein de ce qu’il continue de considérer comme son «pré-carré», le départ de la présence militaire du Mali sonnerait comme une nouvelle défaite pour l’establishment hexagonal.

Surtout en cas d’une arrivée de nouveaux acteurs internationaux sur le sol malien, à condition évidemment que cela soit voulu par les autorités actuelles du Mali. Sachant que c’est ce que demande avec insistance une large part de la société civile malienne.

L’autre question qui intéresse de nombreux experts et observateurs du dossier malien, c’est l’éventualité pour Paris à tenter de jouer un coup de force dans une situation qui semble de plus en plus lui échapper. Surtout lorsqu’on se rappelle de cette force militaire de plusieurs milliers d’hommes présente sur place.

Pour répondre à cette question, il faudrait certainement dire que l’Elysée aurait déjà donné le feu vert à cela si l’époque avait été différente. Après tout, la violation des souverainetés nationales africaines – datant aussi bien de plusieurs dizaines d’années que du passé assez récent, ne fait que le confirmer. Mais le souci désormais pour les représentants des élites hexagonales, c’est justement à devoir faire face à plusieurs fronts: une mobilisation africaine sans précédent, ralliant des personnes de couches sociales diverses, des médias africains qui possèdent des lignes éditoriales indépendantes et qui ne travaillent pas sous la dictée de l’establishment élyséen, sans oublier une part non négligeable de l’opinion publique interne en France qui est opposée aux pratiques néocoloniales d’un autre temps.

Les prochaines semaines et les prochains mois peuvent avoir un rôle déterminant sur les choix stratégiques de l’Etat malien. L’essentiel étant à retenir que le Mali, à l’instar d’autres nations d’Afrique francophone, a le droit de jouir d’une pleine souveraineté indépendamment des vœux de l’establishment occidental, et de déterminer ses orientations stratégiques en étant à l’écoute de ses citoyens – et non pas des forces néocoloniales.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2816

https://t.me/observateur_continental/1245

RCA, Tchad, Mali: Paris dans l’embarras

L’establishment français se retrouve désormais dans une situation délicate sur le continent africain. A l’heure des bouleversements stratégiques en cours et d’une mobilisation de la société civile en Afrique pour la reprise d’une souveraineté véritable, le risque observé réside dans la volonté de l’Elysée d’utiliser des méthodes de déstabilisation pouvant être considérées comme clairement extrémistes.

Parmi ces méthodes, on peut faire mention d’une activation des cellules appartenant au réseau françafricain, pouvant commettre des attaques ciblées contre les leaders africains s’étant libérés ou en phase de le faire vis-à-vis de l’ancienne métropole coloniale, et plus généralement vis-à-vis des forces néocoloniales. L’autre schéma pouvant être promu par ledit réseau réside dans le fait de créer des tensions intra-africaines, comme la tentative actuelle qui vise la Centrafrique et le Tchad.  

En effet, après l’arrestation récente d’un mercenaire français dans la capitale centrafricaine Bangui, en possession d’un fort important arsenal d’armes et de munition, et de la reprise sous contrôle gouvernemental de pratiquement tout le territoire national de la RCA, le tout après des années d’instabilité, Paris semble vouloir jouer le tout pour le tout. Des attaques médiatiques hexagonales visant les pays ayant choisi la souveraineté nationale et le panafricanisme comme bases de leur développement, jusqu’à la création de nouveaux défis sécuritaires pour les pays concernés, comme la promotion de tensions entre pays voisins.

Les tout récents exemples sont là: tout d’abord une explosion dans le nord-ouest de la RCA qui tue deux policiers centrafricains et trois instructeurs russes, puis cette tentative de semer la discorde entre Bangui et N’Djamena.

Si effectivement le Tchad reste un allié officiel à ce jour pour Paris, un très grand nombre de citoyens tchadiens refusent catégoriquement d’être entrainés dans un conflit avec le voisin centrafricain, le tout via une pure instrumentalisation française. Le leadership de la République centrafricaine a en ce sens entrepris également toutes les démarches nécessaires afin que la situation avec le voisin tchadien reste sous contrôle, comme l’indique d’ailleurs le communiqué conjoint signé par la cheffe de la diplomatie centrafricaine Sylvie Baipo-Temon et son homologue tchadien.

La vive inquiétude et la radicalisation des actions de l’Elysée peuvent être vues non seulement dans le contexte de la perte d’influence en RCA – mais également à d’autres endroits dans ce qu’il continue de considérer comme son «pré-carré». Notamment au Mali où la société civile continue de se mobiliser pour demander, entre autres, le départ des troupes françaises.

En termes de perspectives, si la meilleure réponse aux nouvelles tentatives de déstabilisation via un réseau obscur et d’un autre temps – reste sans aucun doute la pleine conscience du leadership et de la société civile d’Afrique, il faut néanmoins prendre ces défis avec le plus grand sérieux. Faut-il le rappeler: l’establishment occidental a déjà démontré à plus d’une fois être capable d’instrumentaliser des éléments extrémistes, et mêmes ouvertement terroristes, notamment comme ce fut le cas en Syrie, dans le but d’atteindre des objectifs géopolitiques. Cette éventualité est d’autant plus plausible lorsque ce même establishment voit ses intérêts datant de dizaines d’années ouvertement menacés.

Une chose est sûre. L’éveil des consciences au sein du continent africain vit une période sans précédent. La réponse médiatique panafricaine, l’analyse personnelle et non dictée depuis l’Occident au sein des populations de l’Afrique, la mobilisation populaire – représentent des éléments indéniables pour une résistance à succès face au schéma qui vise à toujours diviser pour maintenir, ne serait-ce que pour quelque temps, un règne unipolaire totalement dépassé.

Les Africains dans leur large majorité ont soif de la souveraineté véritable pour leur continent. Et s’inspirent aujourd’hui des grands noms du panafricanisme. L’Afrique a aujourd’hui une chance unique de s’affirmer pleinement – dans l’optique de devenir à terme un bloc puissant du monde multipolaire, devenu réalité depuis ces dernières années. Même si cela déplait fortement aux nostalgiques d’un ordre international dépassé par les événements en cours.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2796

https://t.me/observateur_continental/1225

Evènements au Mali et hypocrisie occidentale

Les événements récents à divers endroits du monde ont eu le mérite indéniable de montrer au grand jour et une fois de plus toutes les contradictions caractérisant les élites occidentales. Avec la notion du deux poids, deux mesures comme fondement de base de leur politique.

Au moment même où l’Occident maintient la pression sur la Biélorussie tout en applaudissant les manifestations anti-gouvernementales, dans le cas du Mali l’establishment occidental adopte une toute autre approche. Tout en sachant que les manifestations de la population malienne ont été régulièrement organisées au cours des derniers mois par la société civile de ce pays. Des manifestations qui étaient loin de trouver le même enthousiasme et approbation du côté des capitales occidentales.

Et alors même que ces capitales – se considérant toujours comme étant la prétendue communauté internationale (tout en étant une extrême minorité) appellent ouvertement à un changement de pouvoir à Minsk, dans le cas de Bamako ce sont les condamnations qui sont tombées depuis que le président Ibrahim Boubakar Keïta a été destitué par les militaires maliens en soutien aux revendications populaires.

Les Etats-Unis ont déclaré à travers l’émissaire étasunien pour le Sahel, Peter Pham, «qu’ils s’opposent à tout changement extra-constitutionnel de gouvernement, que ce soit par ceux qui sont dans la rue ou par les forces de défense et de sécurité». Ni plus, ni moins. Washington prend-t-il les observateurs au sérieux sachant qu’en ce qui le concerne c’est tout simplement le champion des organisations de coups d’Etat et de déstabilisations en tout genre de pays souverains. De Belgrade à Bagdad, de Tbilissi à Caracas, de Damas à Kiev, de Sucre à Minsk…

Où sont donc passés les appels au respect des revendications légitimes du peuple? La prétendue défense des droits humains? L’hypocrisie par excellence quand tu nous tiens. Ou c’est tout simplement l’intérêt géopolitique qui prime sur le reste? Si tel est le cas, et c’est vraisemblablement le cas, peut-être que cette prétendue et fausse communauté internationale (précisons occidentale) devrait cesser cette extrême hypocrisie et assumer son vrai visage ?

Un son de cloche similaire du côté de Paris, l’ancienne métropole coloniale que de très nombreux citoyens maliens voient comme la source même des problèmes sécuritaires auxquels le pays fait face et comme une entité n’ayant toujours pas abandonné une approche ouvertement néocoloniale vis-à-vis de leur pays et plus généralement des pays africains francophones.

La réalité est que les événements en cours au Mali, aussi bien avec la participation de la société civile que des militaires du pays, doit apprendre une bonne fois pour toute à l’Occident politico-médiatique que son hypocrisie ouverte et déclarée ne peut plus désormais être voilée. Et que par la même occasion toutes les belles paroles de cet establishment atlantiste ne représentent dans le fond absolument rien.

D’autre part, Washington comme Paris, sans oublier les autres acteurs occidentaux, devraient apprendre à respecter la souveraineté des Etats africains. Car dans ce XXIème siècle, désormais multipolaire, il n’y aura plus de place à terme pour ces pratiques non seulement totalement hypocrites, mais également et purement néocoloniales.

Enfin, il serait bon de savoir que la voix populaire, la vraie, ne s’achète pas. Et les peuples africains qui se mobilisent aujourd’hui le confirment pleinement. Par contre les financements, soutiens politiques, médiatiques, et dans bien de cas armés, d’une minorité radicale active dans nombre de pays souverains, des pays qui se trouvent dans le viseur des élites atlantistes et pro-unipolaires, tentant de donner une impression de masse face à une vraie majorité, non pas passive mais surtout travailleuse, en essayant de voiler tant bien que mal un agenda géopolitique clairement affiché – devront, à un moment ou un autre finir dans les poubelles de l’histoire. Mais connaissant l’incapacité de ces mêmes élites à apprendre et analyser l’histoire, et d’assumer les crimes commis, il est évident que les déstabilisations se poursuivront avec une hypocrisie toujours au summum.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1893

https://t.me/observateur_continental/261