Archives du mot-clé BRICS

Russie-Chine, nouvel axe majeur du monde multipolaire en 2018

Tandem russo-chinois

Économie, diplomatie, géopolitique, mais aussi culture ou médias: 2017 aura été l’année du grand rapprochement entre la Chine et la Russie et du renforcement de leurs positions respectives dans les affaires mondiales. Une tendance qui devrait se poursuivre en 2018, au plus grand bénéfice de la multipolarité.

L’année 2018 sera sans aucun doute celle de la poursuite des relations d’alliance russo-chinoises. Une perspective qui ne devrait que ravir les partisans du monde multipolaire, concept dans lequel les deux nations jouent un rôle-clé.

Plus généralement, il est aujourd’hui admis aussi bien à Moscou que Pékin que les relations russo-chinoises sont stratégiques pour les deux nations. Et ce tout d’abord dans la sphère économico-commerciale, avec un volume d’échanges entre les deux puissances qui ne cessent d’augmenter. Il représente l’équivalent de plus de 66 milliards de dollars en 2016, tandis que pour les seuls quatre premiers mois de 2017 il avait déjà atteint l’équivalent de 24,5 milliards de dollars, soit une augmentation de 37% par rapport à la même période de l’année précédente. L’objectif des deux pays est d’atteindre le niveau de 200 milliards de dollars d’échanges commerciaux d’ici 2020, en privilégiant d’ailleurs activement les échanges en monnaies nationales.

Les deux nations convergent également beaucoup aussi dans le domaine énergétique, sachant que la Chine et la Russie figurent respectivement parmi les plus importants consommateurs et fournisseurs. En outre, la Russie appuie fermement le projet chinois de la Nouvelle route de la soie, qui rejoint pleinement l’initiative de Moscou sur le grand espace eurasien. Ajoutez à cela le fonds commun de placement créé l’été dernier entre le Fonds russe d’investissements directs et la Banque de développement de Chine, les projets conjoints qui verront le jour grâce à la Nouvelle banque de développement des BRICS dont le siège est à Shanghai, et vous comprendrez pourquoi l’Occident n’a plus le monopole sur les affaires mondiales, y compris économiques. Surtout lorsqu’on sait que les cinq pays des BRICS représentant à eux seuls plus de 35% du PIB mondial, un chiffre appelé à augmenter dans les prochaines années, sans même compter les nombreux pays du monde qui convergent dans cette approche multilatérale.

Passons maintenant aux affaires politiques et géopolitiques. La Chine n’a cessé d’appuyer la position russe sur la Syrie. Une alliance au sein du Conseil de sécurité de l’ONU qui s’opposait nettement au trio occidental USA —Royaume-Uni- France —qui représentent au passage démographiquement parlant moins d’un tiers de la population des deux premiers.

Mais l’accord entre Pékin et Moscou ne s’arrête pas à la Syrie. L’unité russo-chinoise au sein du Conseil de sécurité de l’ONU s’est concrétisée également dans le soutien à la souveraineté du Burundi, ce pays d’Afrique de l’Est, lui aussi dans le viseur des puissances occidentales et plus récemment encore sur les manifestations en Iran, où les USA, comme sur la question de Jérusalem, se sont clairement retrouvés isolés, au point que même France 24 a parlé d’isolation des USA au Conseil de sécurité onusien.

Justement, lors de leur dernière rencontre en été 2017, le leader chinois Xi Jinping avait déclaré à Poutine: «En mars 2013, juste après mon élection au poste de Président de la République populaire de Chine, la Russie a été le premier pays étranger que j’ai visité […]. Depuis lors, nous nous sommes rencontrés 22 fois, selon mes calculs. Ainsi, la Russie est-elle devenue le pays que j’ai visité le plus souvent et parmi les dirigeants étrangers, c’est avec vous, M. Poutine, que je maintiens les contacts et les relations les plus étroits».

Après cela, certains sont-ils encore surpris de cette convergence Russie-Chine, qui permet au monde entier de retrouver une dynamique de stabilité et d’équité face à un diktat unipolaire appartenant désormais au passé? Et c’est aussi grâce à cette convergence d’approche appelant au dialogue et au respect mutuel, promue tellement de fois par Moscou et Pékin, que l’on observe l’espoir d’un dialogue direct entre Pyongyang et Séoul, après des mois de crise —où le leadership étasunien ne cessait de mettre de l’huile sur le feu.

Les relations entre les deux pays sont donc de premier ordre dans le domaine politique et géopolitique, y compris grâce à des organisations telles que les BRICS ou l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Mais elles sont également très poussées sur le plan militaire, la Chine étant le second principal acheteur de l’armement russe au niveau mondial et les deux pays organisant régulièrement des exercices conjoints, médiatique —les deux nations ayant signé l’été dernier un accord sur l’interaction dans la sphère médiatique, mais aussi culturelle: la Russie est en effet devenue l’une des principales destinations pour les touristes chinois et les Russes comptent parmi les principaux visiteurs de l’Empire du Milieu.

Et malgré tout cela, le plein potentiel des relations russo-chinoises est encore loin d’être atteint, le meilleur reste à venir. Les partisans de la multipolarité s’en félicitent.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201801091034674386-russie-chine-monde-multipolaire/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

La nouvelle Route de la soie, la multipolarité économique en marche

Caravane sur la Route de la soie

Plus le temps passe et plus la multipolarité gagne du terrain. Au-delà des changements de grande envergure qui s’opèrent au niveau de la politique internationale, le volet économique n’est pas en reste, comme le démontre le projet de nouvelle Route de la soie.

L’OCS, les BRICS, l’Union économique eurasiatique, tous ces projets ont déjà confirmé leur solvabilité. Les puissances que les Occidentaux avaient tendance à appeler émergentes, pèsent de plus en plus sur l’économie internationale. Selon plusieurs cabinets et centres d’analyse occidentaux importants, à l’horizon 2040-2050, 6 des 10 principales économies mondiales seront celles de pays non-occidentaux (Chine, Inde, Russie, Brésil, Indonésie, Mexique), à condition que l’on mette le Japon dans le « camp occidental », car membre du G7.

Mais plusieurs projets en cours ont pour objectif d’accélérer encore plus les choses. Il s’agit évidemment de la nouvelle Route de la soie, nommée aussi « Ceinture », « La Route » ou encore « Le pont terrestre eurasiatique ». Il s’agit d’un plan de très grande envergure voulu par la Chine et à portée ouvertement eurasienne, puisque c’est bel et bien l’Eurasie qui y jouera un rôle clé, comme dans un passé lointain.

Son principal axe? Une liaison de fret ferroviaire qui part de la Chine, passe par le Kazakhstan, la Russie et la Biélorussie (les trois pays membres-fondateurs de l’Union économique eurasiatique) pour arriver en Europe centrale et occidentale (les consommateurs finaux). Les trois pays cités jouent ainsi un rôle de hub commercial majeur. La route s’inscrit aussi dans l’objectif de sécuriser les approvisionnements de gaz russe en direction de la Chine, dont la consommation ne cesse de croître.

D’autres voies additionnelles devraient s’y ajouter, notamment le réseau routier, qui devrait permettre à d’autres pays de l’espace eurasien de contribuer au projet, à savoir le Kirghizistan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Turkménistan, ainsi que l’Iran et la Turquie. Sans surprise, les pays cités y voient de grandes opportunités économico-commerciales.

Qu’en est-il des autres, notamment des pays occidentaux?

Washington y voit une façon pour Pékin d’augmenter considérablement un poids sur l’économie mondiale déjà très important, ce qui évidemment ne peut la ravir. D’autre part via ce projet, la Chine diminuera non seulement ses coûts de transport, mais en plus réduira considérablement les risques liés à d’éventuelles tensions en mer avec les USA, qui pourraient évidemment affecter ses approvisionnements.

Quant à Bruxelles, elle n’est pas ravie d’être réduite au rôle d’observateur ou de consommateur final. Et selon la dernière information relayée par RFI, les six pays de l’UE qui participent en ce moment même au Sommet international sur les nouvelles routes de la soie à Pékin (Allemagne, France, Grèce, Portugal, Royaume-Uni et Estonie) n’ont pas souhaité signer le communiqué commun sur le commerce. Elles prétendent que Pékin « ne prend pas en compte ce que l’Union européenne réclame depuis longtemps, à savoir que la Chine accorde un accès plus libre à son propre marché ».

Il est pour autant peu probable que l’Europe bruxelloise puisse faire quoi que ce soit contre le grand projet eurasiatique face à une Chine, deuxième puissance économique mondiale, extrêmement déterminée et ouvertement soutenue par des pays partisans de l’ordre multipolaire. Et ce d’autant moins que les pays de l’UE ont eux aussi clairement besoin du marché chinois pour écouler de leurs produits et services. Pour rappel, le coût total du projet s’élèverait à plusieurs trillions de dollars et, selon CNN, englobera à terme 68 pays, représentant 4,4 milliards d’habitants et 62 % du PIB mondial, justifiant une fois de plus la détermination chinoise et eurasienne.

Le cas intéressant est celui de l’Ukraine, qui se retrouve de plus en plus isolée. En effet, de l’aveu même des élites ukrainiennes issues du coup d’État de février 2014, le gazoduc Turkish Stream fermera la page qui avait fait de ce pays un important hub gazier entre la Russie et l’Union européenne. Mais Kiev semble aussi être hors-jeu dans le projet de nouvelle Route de la soie, puisqu’après le Kazakhstan et la Russie, c’est la Biélorussie qui sera vraisemblablement privilégiée.

Tout cela pour dire que les énormes problèmes économiques actuels de la « new Ukraine » ne sont pas prêts d’être résolus. Restera alors pour Kiev à compter sur une aide économique que l’Occident est de plus en plus réticent à fournir, ainsi que tenter de profiter du régime sans-visa qui a été validé le 11 mai dernier par l’UE, régime qui ne donne pour autant pas droit de résider, ni de travailler dans l’Europe de Bruxelles. Mais cela est une autre histoire et il sera difficile aux élites de Bruxelles d’expliquer aux millions de citoyens ukrainiens du Centre et de l’Ouest du pays, ayant soutenu le Maidan, que ce qu’ils avaient espéré n’est pas exactement ce qu’ils auront obtenu, avec les conséquences migratoires qui en découlent.

Après tout, la meilleure analyse se fait après expérience personnelle. Un peu comme dans la Moldavie voisine, où après sept années de pouvoir pro-occidental, un président résolument prorusse a pris le pouvoir via des élections démocratiques, sans coup d’État. Chaque chose en son temps.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201705161031400522-route-de-la-soie/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Rohani à Moscou scelle l’alliance russo-iranienne

Vladimir Poutine et Hassan Rohani

L’Iran et la Russie partagent de nombreuses positions communes. Lutte antiterroriste, défense des souverainetés nationales, soutien du monde multipolaire, la liste n’est pas exhaustive et la coopération entre les deux pays s’est encore renforcée depuis le voyage de Rohani à Moscou.

Hassan Rohani, le président iranien, s’est rendu à Moscou pour une visite qui s’est révélée capitale à plusieurs niveaux. Il a tout d’abord rencontré le Premier ministre Medvedev, avec lequel il a échangé sur des questions d’ordre économico-commercial. Puis il s’est entretenu avec Vladimit Poutine, vraisemblablement à propos du renforcement de la coordination géopolitique entre les deux pays.

En effet, faut-il rappeler que l’Iran et la Russie appuient les autorités légitimes syriennes et accordent un soutien important dans la lutte antiterroriste sur le sol syrien. Un soutien qui a permis de bouleverser la situation, à un moment où les élites occidentales et les groupes terroristes pensaient que les jours du président Assad étaient comptés. Plus que cela et au-delà des succès militaires, les deux pays jouent un rôle-clé dans le processus de résolution de la crise syrienne, qui dure maintenant depuis six ans. Ce processus s’appelle Astana. Un processus auquel s’est également jointe la Turquie, sans oublier le Kazakhstan, pays-hôte de ladite plateforme, l’un des principaux alliés de la Russie et un important centre du monde eurasiatique.

Ce rapprochement russo-iranien sans précédent, puisqu’on parle bel et bien « d’alliance stratégique », aussi bien côté de Téhéran que de Moscou, inquiète sérieusement les capitales occidentales, mais aussi certains pays du Golfe, en premier lieu l’Arabie saoudite et le Qatar, sans oublier Tel-Aviv. En effet, les responsables israéliens ont plusieurs fois affiché leur vive « inquiétude » face à l’axe Russie-Iran.

Qu’est-ce qui accentue cette peur? Au-delà du fait que l’Iran (avec le Hezbollah libanais) est considéré comme « l’ennemi N° 1 » de l’État sioniste, il y a une nette fracture dans cette région qui devient de plus en plus évidente. Et cette division n’est pas, comme certains voudraient le croire, d’ordre religieux, entre chiites et sunnites, ou idéologique. C’est le concept et la vision même de l’avenir du monde qui sont diamétralement différents. Si des pays comme l’Arabie Saoudite, le Qatar, Israël, sont bel et bien des alliés (ou des satellites) des E.U. et donc des partisans déclarés de l’unipolarité, l’Iran ne cache pas son soutien au monde multipolaire voulu par la Russie et la Chine.
Un monde multipolaire devenu réalité malgré les défis auxquels il est aujourd’hui obligé de faire face et le refus des élites citées plus haut de reconnaître l’avènement de cette réalité récente (chaque chose en son temps).

En parlant des relations économico-commerciales, le volume des échanges entre les deux pays monte de façon impressionnante, bien que de l’aveu des dirigeants russes et iraniens, le potentiel est beaucoup plus grand pour ces relations. C’est aussi l’une des raisons de la visite du Président iranien en Russie, qui cherche à renforcer les échanges bilatéraux et à discuter de la possibilité du lancement d’une zone de libre-échange entre l’Iran et l’Union économique eurasiatique. Si ce projet venait à se réaliser, il s’agirait en effet d’opportunités réellement grandioses, aussi bien dans le cadre russo-iranien, qu’eurasiatique en général.

Gardons également à l’esprit que l’Iran devrait dans un avenir proche passer d’observateur à membre de plein droit de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Son entrée dans le club des BRICS est également pertinente. La République islamique d’Iran y a toute sa place, tant des points de vue démographique, économique, politique que sur le plan essentiel des valeurs que l’Iran partage avec les pays de cette union, dont bien sûr la Chine et la Russie.
Une chose est sûre: les relations russo-iraniennes ont un bel avenir. Et très peu probable que ceux qui s’y opposent pourront faire quoi que ce soit pour mettre à mal cette alliance stratégique.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201703291030673648-rohani-moscou-alliance-russo-iranienne/

Mikhail Gamandiy-Egorov

De BRICS à BRICS+ ?

BRICS

L’alliance des BRICS ne se contente pas de tenir, en dépit des oiseaux de mauvais augure, elle se renforce. En plus de la coopération économique, les cinq pays émergents collaborent en effet de plus en plus sur le plan politique. De plus, un élargissement de l’alliance se dessine, au profit des partisans de la multipolarité.

Malgré toutes les « réserves » émises par nombre d’experts, principalement occidentaux, sur la capacité de l’alliance des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) à subsister sur le long terme, ladite union continue à se renforcer et même peut-être bientôt à s’élargir. En effet, il suffit de lire ou de relire différentes analyses écrites au cours des dernières années pour se rendre compte à quel point leurs auteurs s’étaient trompés. Beaucoup d’entre eux considéraient l’alliance des BRICS comme une union de quelques années, qui allait se dissoudre d’elle-même tant « les pays membres sont différents sur le plan culturel et des réalités politiques ». Pourtant et justement, les pays membres ont fait de cette différence l’un de leurs principaux atouts, en donnant au passage une valorisation supplémentaire à l’idée même de la multipolarité.

Aujourd’hui et vu que les BRICS n’ont toujours pas pu être brisés par leurs adversaires, l’alliance est désormais accusée par certains économistes occidentaux d’être devenue une organisation non seulement économique de puissances émergentes, mais aussi une structure politique qui conteste activement la domination de l’Occident. Question: pourquoi ces prétendus experts ont-ils pensé que les pays des BRICS se limiteraient au volet économique de leur relation, au moment où le monde multipolaire a plus que jamais besoin d’en finir avec les vestiges de l’unipolarité?
Il suffit d’ailleurs de relire nos analyses passées en ce sens pour se rendre compte que les BRICS étaient justement destinés à devenir plus qu’une union économique, à l’instar d’autres structures comme l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Le lancement de la banque des BRICS, la Nouvelle banque de développement (NDB BRICS), avec son siège principal à Shanghai et son siège régional à Johannesburg, a confirmé l’ambition, déjà annoncée de devenir une véritable alternative au G7, au FMI et à la Banque mondiale. Son objectif, entre autres, sera de financer des projets dans les pays en voie de développement. Une réalité qui est loin de plaire à nombre de partisans de l’unipolarité, mais qu’il sera aujourd’hui difficile de stopper.

L’autre fait qui déplaît beaucoup aux élites occidentales (et qui confirment nos prévisions), c’est que justement au-delà de la collaboration économique, on observe la solidarité politique et géopolitique de l’alliance. En effet, et sur plusieurs dossiers, les cinq pays de l’alliance ont montré leur solidarité et leur approche commune. Ce fut le cas lors du soutien affiché à la Russie par les quatre autres pays BRICS sur le dossier syrien. Un soutien qui s’est également traduit dans l’opposition aux sanctions occidentales contre la Russie. De son côté, la Chine, a également pu bénéficier du soutien déclaré de ses partenaires, en premier lieu de la Russie, sur des dossiers comme la situation en mer de Chine méridionale, zone dans laquelle elle fait face aux tensions avec les E.U.

Parlons maintenant de l’élargissement. Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, dont le pays présidera l’alliance des BRICS à partir du mois de septembre, a déclaré « plaider pour que d’autres pays rejoignent cette union, et que celle-ci satisfasse les besoins de tous les pays-membres ». À ce titre, on parle déjà de l’acronyme BRICS+, avec la possibilité de participation d’une dizaine d’autres pays aux travaux des cinq pays fondateurs. L’Iran, la Turquie, le Mexique, l’Indonésie, le Vietnam, les Philippines, le Pakistan, le Nigeria, le Bangladesh ou encore la Corée sont mentionnés. Si la possibilité de rejoindre l’union pour certains de ces pays prendrait encore du temps, dans le cas de l’Iran, de la Turquie ou de l’Indonésie, les perspectives sont tout à fait réelles.

Les BRICS, dans l’état actuel de l’alliance, représentent déjà à eux seuls près de la moitié de la population mondiale, 26 % de la surface terrestre et environ 35 % du PIB mondial, un pourcentage qui ne cesse en passant de monter. L’alliance pèse déjà de son poids au sein du G20, de l’aveu même des observateurs occidentaux. Qu’ils s’y habituent, car les BRICS représentent en effet l’une des principales voix du monde multipolaire. Une chose est également certaine: plus les BRICS, tout comme l’OCS, continueront de s’affirmer, plus certains comprendront une bonne fois pour toutes ce que représente véritablement la notion de communauté internationale.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201703151030477670-brics-cooperation-economique-politique/

Mikhail Gamandiy-Egorov

La jeunesse africaine cherche à étendre le partenariat avec la Russie

Francis Mvemba

Entretien avec Francis Mvemba, jeune entrepreneur, originaire de la République démocratique du Congo. Il vit aujourd’hui à Monaco mais prévoit de s’investir dans l’avenir politique de son pays où il vient de lancer un nouveau parti politique qui mise sur le développement des relations avec la Russie et les nations BRICS.

Sputnik : Pourquoi un nouveau parti politique en RDC ?

Francis Mvemba : Mon parcours est celui d’un enfant né au pays, ayant immigré et grandi en Europe et plus particulièrement en France dans des quartiers difficiles, j’en suis sorti grâce au travail et à la persévérance. Aujourd’hui j’ai réussi mes affaires et depuis quelques temps j’ai envie de m’investir pour mon pays. On ne peut pas laisser son pays s’enliser si on a une chance de le tirer vers le haut, c’est cela ma profonde conviction.

J’ai créé le PEC (Parti Emergence du Congo) car je voulais rassembler autour d’un projet les jeunes du pays et de la diaspora, leur montrer que c’est possible, qu’on peut y arriver, que eux aussi ils peuvent prendre leurs responsabilités et émerger. Quand je regarde cette jeunesse congolaise, je vois des jeunes talentueux, plein de capacités, d’intelligence, mais cela fait des générations qu’on nous dit que le succès ce n’est pas pour nous. Cela nous ne voulons plus l’accepter et notre parti a pour objectif de proposer de nouvelles perspectives à cette jeunesse.

Sputnik : Quelle est votre compréhension de la situation au pays ?

Francis Mvemba : C’est une question difficile même pour un Congolais. Le Congo, c’est un empire qui a un potentiel énorme, le monde entier le sait. C’est cette richesse qui fait nos joies mais aussi crée nos tensions. Notre histoire nous a appris que nous ne devons compter que sur nous-même. Je me refuse de rentrer dans le jeu de la politique politicienne. Ce que je comprends c’est que plus nous diversifions et multiplions les relations et les partenariats avec des pays amis et partenaires, plus nous avons de chances de créer en République démocratique du Congo les conditions au développement, à l’emploi des jeunes, à l’émergence du pays tout entier. Le Congo a besoin d’un équilibre, cet équilibre est à mon sens possible tant que notre pays s’ouvre à toutes les forces vives désireuses de soutenir son développement. Je veux bien sur parler des partenaires historiques du pays ( Europe, etc. ) mais aussi les nouvelles puissances émergentes ( BRICS ) sans oublier bien évidemment la Fédération de Russie qui pour grand nombre de Congolais est le pays leader du moment. N’oublions pas que la seule université au monde qui soit liée au nom du grand héros national Patrice Lumumba se trouve à Moscou ( l’Université russe de l’Amitié des Peuples, ndlr ).

Sputnik : Vous parlez de la Russie, quelle est votre opinion ou votre intérêt pour celle-ci ?

Francis Mvemba : Elle est intéressante à plus d’un titre. D’abord, quand on regarde son histoire, on y trouve de nombreux points communs avec le Congo. En 1991, la situation était la suivante: le pays était riche de ressources naturelles mais en quasi-cessation de paiement. Aujourd’hui malgré la dernière crise et les sanctions occidentales qui la visent, elle est de nouveau sur le premier plan, tout au moins une nation incontournable sur le plan du leadership international. Les Russes ont prouvé que c’est possible de se redresser. Nous sommes en 2016, en seulement 25 ans ils ont rebâti le pays, retrouvé l’unité, la fierté…

Ramené à notre dimension congolaise, je souhaite que nous puissions nous aussi émerger grâce à nos richesses naturelles et à nos ressources humaines, le Congo a aussi le droit de rayonner tant dans la sous-région qu’en Afrique ou au niveau international, vous ne pensez pas ?

Sputnik : Vous parlez du rayonnement du Congo dans la Sous-région, au niveau de l’Afrique, et à l’international, avez-vous une vision ou une idée personnelle sur la question ?

Francis Mvemba : Je vous l’ai dit j’ai accepté la mission qui m’a été confiée de représenter mon pays et de tout faire pour y faire venir de l’investissement, du développement, et y créer de l’emploi. Ce qu’il faut d’abord c’est qu’on se mette tous au travail. Je suis persuadé que les cartes du leadership mondial ont changé de main, le vieux système lui-même est en train de montrer ses absurdités et ses limites. Regardez l’Afrique, le monde continue de croire que les Africains ne sont pas assez compétents et responsables pour régler leurs problèmes eux-mêmes au niveau régional. Pourtant, qui de mieux placés que les pays concernés peuvent résoudre un litige ou créer un partenariat gagnant — gagnant entre Etats. Regardez ces dernières années, n’a-t-on pas vu le Maroc amener un nouveau souffle dans le jeu des relations extérieures, et dans la prise de position en faveur de l’Afrique? On vit une époque-clé qui laisse la place aux régionalismes et à l’échelle plus globale la multipolarité, mais c’est tout simplement du bon sens quand un Congolais s’assoit à une table de discussion avec un Centrafricain, un Ougandais, un Burundais et un Congolais de Brazza pour parler de questions régionales.

Pour conclure et être plus concret, qu’est-ce que Francis Mvemba va faire dès demain matin en rentrant à Kinshasa ?

Ma première mission va être d’aller dans l’est du pays à Beni, pour y distribuer des aides matérielles aux femmes et aux enfants victimes des massacres. Nous avons une fondation : Eufrasia, qui s’occupe de récolter les fonds et de financer des projets humanitaires. On fait peu mais on le fait, dans l’urgence, avec nos moyens.

Pour le reste, on veut s’inscrire dans la durée, sur le long terme. A 34 ans, j’ai déjà compris une chose de la politique: l’énergie et le temps qu’on perd à penser à sa carrière personnelle, on ne l’utilise pas à servir son pays. To Banga Nzambe ( on doit craindre Dieu ).

https://fr.sputniknews.com/interviews/201612151029194206-jeunesse-africaine-russie/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

La CPI continuera de se vider : expert russe

La CPI

Alexandre Mezyaev est l’un des plus éminents experts russes dans le domaine du droit international. Docteur de droit, professeur des universités, chef du département de droit international de l’Université d’administration Tisbi (Kazan, Russie) et professeur associé dans plusieurs universités sud-africaines.

Ami de l’Afrique, M. Mezyaev est familier avec la « justice pénale internationale », notamment dans les versions de la Cour pénale internationale (CPI), ainsi que du Tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie (TPIY).

Sputnik : Première question. Quelles sont pour vous les raisons ayant poussé la Russie à se retirer en intégralité de la CPI ?

Alexandre Mezyaev : La goutte de trop a été le rapport émis par la procureure Fatou Bensouda du 14 novembre 2016 suite aux plaintes transmises par l’Ukraine à la CPI. Il est ici totalement évident que la procureure a pris fait et cause en faveur des autorités illégitimes ukrainiennes ne serait-ce qu’en acceptant de travailler sur ces prétendues plaintes. Car la première règle d’une cour est d’abord de vérifier si elle doit oui ou non répondre à l’appel de telle ou telle demande. Et le fait que la CPI ait répondu favorablement à une demande faite par des personnes arrivées au pouvoir suite à un coup d’Etat, confirme que ladite structure est tout simplement complice de ce coup d’Etat qui a eu lieu en Ukraine. Et tout ce qui a été écrit par la suite dans ce rapport de la procureure n’est que falsification à la faveur des autorités putschistes ukrainiennes, dont le principal est la caractéristique donnée au conflit en Ukraine comme étant soi-disant « international ». Donc la Russie est nommée à titre d’agresseur, la direction choisie pour la suite est évidente. Et en ce sens la seule décision juste est celle qui a été prise par le président russe, à savoir stopper tout contact officiel avec cette institution. Même si et pour ma part je pense que la Russie aurait dû le faire plus tôt, sachant que ce n’était pas la première orientation antirusse de la CPI. Notamment il y a deux ans lorsqu’on a tous vu la ligne adoptée par la CPI envers les événements d’août 2008 (agression du régime de Saakachvili contre l’Ossétie du Sud, ndlr).

Sputnik : La Russie en tant que pays signataire du Statut de Rome qui a officialisé la création de la CPI, sans l’avoir ratifié, aujourd’hui la quitte et coupe tout lien avec cette institution. Quelles en sont les conséquences et les perspectives ?

Alexandre Mezyaev : En effet il est vrai que la Russie n’était pas membre de plein droit de la Cour pénale internationale. Pour autant on ne peut pas dire non plus qu’il n’y avait pas de rapport entre la Russie et la CPI. Il faut savoir qu’il existe la Convention de Vienne sur le droit des traités et plus particulièrement l’article 18 qui stipule des obligations légales pour les Etats ayant signé des traités internationaux, y compris sans les avoir ratifié. Notamment l’obligation de ne pas priver un traité de son objet et de son but. Une formulation donc assez large mais qui peut parfois obliger les Etats, même qui n’ont pas ratifié un accord, de réaliser certaines obligations dudit accord. Donc de fait cette situation n’était pas très normale. Et le fait que la Russie ait fait le pas pour une sortie définitive de la CPI est pour moi très juste du point de vue juridique, de même que politique. Il faut noter aussi qu’à la différence des Etats africains ayant pris la décision de quitter récemment la CPI (le Burundi, l’Afrique du Sud et la Gambie, ndlr), cette décision rentre en vigueur dès réception du courrier officiel de retrait de la CPI transmis au Secrétaire général de l’ONU. Dans le cas des pays africains dont il est question, qui étaient des membres de plein droit de la CPI, leur retrait sera intégralement effectif d’ici un an, selon la règle en vigueur. Quant à la situation du retrait de la Russie, elle est en ce sens similaire aux USA qui avaient été signataires du Statut de Rome sans l’avoir ratifié, et ont par la suite simplement retiré leur signature du statut.

Sputnik : Donc il est vrai que des grandes puissances comme la Chine, les USA, la Russie et l’Inde ne reconnaissent tout simplement pas la compétence de la CPI ?

Alexandre Mezyaev : Oui. Et j’ajouterai d’ailleurs qu’on assiste depuis cette sortie de la Russie à une libération des BRICS vis-à-vis de cette institution. Sur les 5 pays membres de l’alliance (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), seul le Brésil reste encore membre de la CPI.

Sputnik : Parlons de l’Afrique. On sait que la grande majorité des dossiers actuels de la CPI concernent le continent africain. Et on sait également que depuis déjà plusieurs années la CPI est accusée par plusieurs experts et observateurs d’être une cour ouvertement néocoloniale, certains disent même qu’elle est raciste et destinée à juger exclusivement les Africains et surtout les leaders africains qui n’arrangent pas les intérêts des puissances occidentales. Trois pays africains ont récemment confirmé leur retrait de la CPI. D’abord le Burundi, puis l’Afrique du Sud et ensuite la Gambie. D’après vous les autres pays d’Afrique les suivront sous peu ?

Alexandre Mezyaev : Il faut savoir que certains pays africains avaient annoncé leur intention de quitter la CPI avant même les trois cités, notamment la Namibie qui avait même confirmé que la décision est déjà prise au niveau du gouvernement. Pourtant du point de vue du protocole de retrait elle a pris un peu de retard et a été dépassée en termes de timing par les trois premiers pays africains mentionnés.

Personnellement je pense que oui, le processus se poursuivra et d’autres pays africains suivront le pas. Y compris après maintenant la décision de la Russie. Si l’on regarde les résolutions qui ont été adoptées dans le cadre de l’Union africaine, on se rappelle qu’elles étaient très radicales vis-à-vis de la CPI. Et je pense donc que d’autres décisions à l’instar de celles déjà prises suivront certainement. Bien qu’il ne faut pas non plus oublier que l’Union africaine n’est pas encore réellement unie. Nous le voyons parfaitement. Certains pays du continent se trouvent dans une dépendance évidente vis-à-vis des pays occidentaux. Certains leaders mêmes sont tout simplement des protégés de l’Occident. Regardez en ce sens l’approche du Sénégal qui joue de fait le rôle du porte-parole des intérêts occidentaux. Observez aussi les actions entreprises par le Gabon. Ce dernier d’ailleurs en faisant appel à la CPI pour moi s’est fouetté soi-même, comme dans l’œuvre Le Revizor de l’écrivain russe Nicolas Gogol. Donc évidemment que ce sera un processus compliqué car nous connaissons les crédits qui ont été accordés à certains pays sous la condition d’être membres de telle ou telle institution dite internationale. Aujourd’hui la pression exercée sur les Etats africains a augmenté de plusieurs fois. Surtout depuis le retrait de l’Afrique du Sud, du Burundi et de la Gambie. Et cette pression ne va vraisemblablement pas baisser. Donc oui, le processus de retrait des nations africaines de la CPI se poursuivra mais il faut s’attendre aussi à des défis évidents.

Sputnik : Vous avez fait mention du Sénégal et du Gabon. Mais là il s’agit effectivement de l’Afrique francophone, plus que cela des pays considérés comme faisant partie du système de la Françafrique. Certains observateurs pensent en ce sens que les prochains pays qui suivront le pas du Burundi, de l’Afrique du Sud et de la Gambie seront principalement des pays anglophones, lusophones mais dans une bien moindre mesure francophones. Vous partagez cette opinion ?

Alexandre Mezyaev : En grande partie malheureusement oui. En ce sens je me souviens de ce qui a été dit par l’ex-attaché de presse du président ivoirien Laurent Gbagbo, Ahoua Don Mello, lors d’une conférence en Afrique du Sud à laquelle j’ai également participé. Il avait en effet commencé son intervention par une déclaration fortement intéressante en affirmant que son pays, la Côte d’Ivoire, a obtenu son indépendance en 1960 — pour la perdre en 1961. A cet instant beaucoup l’ont regardé avec étonnement. Mais il a bien clarifié ses dires : à savoir que tout cela n’est évidemment pas officiel mais c’est bien en 1961 que la France a obligé la Côte d’Ivoire de signer un accord secret selon lequel le gouvernement ivoirien n’a pas le droit de mener sa politique extérieure sans consultation au préalable avec l’Etat français. Et tout ce qui est arrivé avec Laurent Gbagbo n’est rien d’autre que la punition pour avoir signé un accord avec la Chine sans accord préalable avec la France. Ces dires avaient été une réelle surprise pour de nombreux participants à ce forum sud-africain. Mais il avait bien ajouté une autre chose : à savoir que ce type d’accord est loin de concerner uniquement les relations franco-ivoiriennes. Donc vous avez raison de le noter.

Mais il faut savoir que c’est un problème qui ne concerne pas seulement les pays d’Afrique francophone. Prenez par exemple le Nigeria qui joue également le rôle du défenseur de la CPI. Donc il s’agit de processus effectivement compliqués et qui dépassent parfois le clivage anglophone/francophone et autre.

Sputnik : Compte tenu des processus actuels observés à l’encontre de la CPI. De l’absence des USA, de la Chine, de l’Inde. Le retrait maintenant de la Russie. De même que les pays africains qui sont appelés à quitter massivement cet organisme, quel sera alors l’avenir de la CPI ? Pourra-t-elle alors remplir ses fonctions et pourra-t-elle tout simplement exister ?

Alexandre Mezyaev : Pour répondre à cette question il faut avoir à l’esprit que dès le départ la CPI était conçue pour être un institut du pouvoir global. Donc il continuera à exister même s’il poursuivra à se faire discréditer. Parmi ses objectifs : liquider des chefs d’Etats et leaders, et parfois même aussi les leaders potentiels. Comme ce fut le cas d’ailleurs avec Vojislav Šešelj lorsque ce système lui a barré la route pour devenir président de la Serbie. Un autre exemple est celui de Jean-Pierre Bemba en RDC. Donc il s’agit du rôle premier donné à la CPI. Le second objectif est tout aussi sérieux, c’est la création d’un nouveau droit global. Et pour pouvoir légitimer et imposer ce nouveau droit global, c’est toujours mieux de le faire sous la couverture d’une institution comme la Cour pénale internationale. Donc même si cet organe sera totalement discrédité, il restera malgré tout, notamment à des fins propagandistes. Et n’oublions pas une fois encore que beaucoup de pays, à divers endroits du monde, restent sous pression occidentale, notamment via le chantage économique. Cela est d’ailleurs le cas pour un certain nombre de pays d’Asie, comme d’Afrique. Donc dans ce combat il faut être prêt à des succès mais aussi à des défis variés.

Sputnik : Une réforme du système existant est-elle selon vous possible ?

Alexandre Mezyaev : Je ne crois pas à une quelconque possibilité de réforme. Toute réforme n’est possible que lorsqu’on a en face un système honnête, et que même s’il commet des erreurs, ce sont des erreurs ou des lacunes honnêtes. Ce n’est pas le cas de la CPI puisque il ne s’agit aucunement d’erreurs ou de manque de maturité comme aiment parfois le dire certains de nos collègues liés au droit international. Non, tout ce que fait ou entreprend la CPI rentre parfaitement dans les objectifs qui ont poussé à créer cette institution.

Sputnik : Donc en l’occurrence les intérêts néocolonialistes ?

Alexandre Mezyaev : Parfaitement. Lorsque l’objectif est d’établir son pouvoir, sa domination dans le monde et justifier les crimes commis par les autorités globales via des instruments dits juridiques, comment serait-il alors possible de réformer un tel organe ? Et j’avais dit il y a de cela plusieurs années que les pays africains doivent éviter de rentrer dans le jeu de la CPI. Car lorsqu’on joue contre des criminels professionnels et qui commettent leurs crimes depuis des siècles, on sort toujours perdants. C’est comme jouer aux cartes face à des escrocs professionnels, en pensant que vous arriverez à les battre. Donc une fois encore et pour moi toute réforme éventuelle digne de ce nom est simplement impossible car les objectifs réels sont très loin de ceux officiellement annoncés.

Sputnik : Dans le communiqué du ministère russe des Affaires étrangères il est dit que « la CPI n’a pas justifié l’espoir qui a été placé en elle ». Pensez-vous qu’à moyen-long terme on pourrait assister à la création d’une nouvelle institution de justice internationale, y compris grâce à la coordination des pays déçus par la CPI ? Un système alternatif.

Alexandre Mezyaev : Au niveau de l’Afrique un tel système est déjà en train d’être créé avec la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples. Nous connaissons aussi l’expérience des cours régionales, par exemple la Cour économique de la CEI ou la Cour de l’Union économique eurasiatique. Il est vrai que ces dernières sont orientées sur l’aspect économique mais elles pourraient aussi pourquoi pas avoir un caractère pénal. On peut aussi penser éventuellement à la Cour des BRICS, etc… Sachant que le plus important est de mettre les bons objectifs.

Mais d’une façon générale et au départ de l’idée même d’une justice réellement internationale, ainsi que l’espoir que cela suscitait, il était question de pouvoir avoir des personnes impartiales qui y siègeraient. Mais par définition les crimes internationaux sont très principalement d’ordre politique. Et le paradoxe avec des instances de justice dite internationale, c’est que la politisation ne fait qu’augmenter. Et divers intérêts rentrent en jeu. Des intérêts d’Etats, de groupes et d’élites. On ne peut donc pas parler d’impartialité. Donc même en se basant sur un principe idéaliste, personnellement je ne suis pas partisan d’une justice internationale pour les raisons citées. Et connaissant tous les problèmes existants au niveau des justices nationales, je pense que malgré tout c’est là qu’il faut axer le travail. C’est-à-dire garantir les principes de justice au niveau des juridictions nationales. Pour ce faire au niveau d’un système international, cela me parait plus difficile. Mais peut-être que l’avenir me donnera tort. En tout cas et au stade actuel, connaissant les mécanismes existants, cela est encore bien loin. Je reprendrai d’ailleurs les dires de l’ex-président sud-africain Thabo Mbeki qui avait clairement indiqué que la Cour pénale internationale n’a non seulement pas pu remplir le rôle qui lui était confié, mais ne pouvait le faire de par le principe même, puisqu’elle pratiquait la judiciarisation des conflits politiques, tandis que les conflits politiques ne peuvent être résolus que via des moyens politiques. Donc une judiciarisation artificielle ne mène à rien de bon. Et tant que ces contradictions de systèmes ne pourront être résolues, je resterai dans le camp des pessimistes vis-à-vis de la justice internationale.

Sputnik : Deux principaux procès se déroulant actuellement à La Haye : ceux du président ivoirien Laurent Gbagbo et de son ministre de la Jeunesse Charles Blé Goudé. Des procès largement suivis aussi bien par les Ivoiriens que les Africains en général. Connaissant l’absence évidente de preuves des accusations qui sont portées contre eux et du vent des changements actuels, y compris désormais au niveau de l’Afrique, peut-on espérer un jugement juste, à savoir leur libération pure et simple ? Ne serait-ce que pour la CPI de tenter de sauver au minimum la face et pour tenter d’éviter des pertes encore plus importantes.

Alexandre Mezyaev : Difficile évidemment de faire une prévision en ce sens mais disons qu’il faut se rappeler que Laurent Gbagbo a été victime du jeu des élites d’un certain nombre de pays occidentaux, en premier lieu de la France. Ce que vous mentionnez peut avoir lieu et certains éléments laissent à le penser. Mais d’un autre côté je ne pense pas que des événements tels que le retrait massif des pays africains de la CPI pourront forcément influer sur le verdict. Ici ce ne seront pas les juges qui prendront la décision mais bien les élites concernées. D’ailleurs le fait même d’abandonner des charges contre Laurent Gbagbo ne stoppera vraisemblablement pas le processus déjà enclenché, puisque nous savons déjà qu’il est innocent. Aujourd’hui nous avons l’évidence de l’absence des éléments qui pourraient confirmer une quelconque culpabilité de sa part. Les témoins de l’accusation ne cessent de tomber comme des châteaux de cartes. L’accusation, y compris la procureure en personne, ne cesse de se ridiculiser. Mais il faut savoir qu’ils n’ont pas peur du ridicule et même de l’humiliation. Donc disons que pour le moment il est encore tôt de parler de la libération de Gbagbo. Et d’ailleurs j’aimerai porter votre attention sur autre chose aussi qui caractérise ce système de la CPI. Lorsqu’ils arrivent au fait où ils ne peuvent ni condamner ni libérer l’accusé, il arrive aussi qu’il meurt tout simplement. Et nous avons déjà assisté à plusieurs morts de la sorte. On parle bien évidemment ici de morts violentes. Nous avons les exemples de Slobodan Milosevic, Slavko Dokmanovic, Milan Babic, et puis cette année même Zdravko Tolimir. Toujours dans cette même prison puisqu’il faut savoir que la prison du TPIY est la même que celle de la CPI. Ce n’est pas une simple tendance, c’est désormais une règle. Et cela suscite évidemment de très sérieuses inquiétudes.

Donc je serai d’accord sur le fait que votre hypothèse quant à une éventuelle libération puisse se réaliser mais il est encore tôt de penser que cette libération puisse avoir lieu uniquement parce qu’ils ont peur de la suite du retrait d’autres pays africains de la CPI.

Sputnik : Néanmoins on peut rester optimistes ?

Alexandre Mezyaev : Nous pouvons rester optimistes ne serait-ce que pour la raison qu’il n’y aucune preuve de la culpabilité des détenus Gbagbo et Blé Goudé. Au contraire, ce qui a été présenté par le bureau du procureur mérite d’engager des poursuites contre le bureau du procureur. D’ailleurs un exemple du passé : pratiquement toute l’équipe de défense de Jean-Pierre Bemba a été arrêtée et condamnée pour avoir soi-disant préparée de faux témoins, bien qu’il s’agissait surtout de frapper au moment où la défense était assez efficace. Ou rappelez-vous du premier témoin dans l’affaire Lubanga qui avait fini par dire que tous ses témoignages n’étaient que des mensonges et que c’est le bureau du procureur qui l’a incité à proférer ces mensonges. Quoique dans ce deuxième exemple, la cour a fait comme si rien ne s’était passé. Mais malgré tout cela nous pouvons rester en partie optimistes.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201611211028791865-cour-penale-internationale-expert-russe/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

L’axe Moscou-Damas-Téhéran ne cèdera pas

Le Kremlin de Moscou

Une rencontre vient d’avoir lieu à Moscou entre les chefs des diplomaties russe, syrienne et iranienne. Les positions communes exprimées ont été sans équivoque. L’axe syro-irano-russe poursuivra la lutte conjointe contre le terrorisme.

Le message de la rencontre a été en effet bien clair : la Russie, la Syrie et l’Iran restent unis dans leurs positions sur la résolution de la crise syrienne. Le timing lui aussi a certainement été bien choisi : au moment où sur le front syrien se déroule la bataille décisive d’Alep, considérée comme le Stalingrad syrien, afin de faire libérer les derniers retranchements des terroristes dans cette deuxième ville de Syrie, et sur le front irakien la bataille de Mossoul.

Walid Mouallem, ministre syrien des Affaires étrangères et des Expatriés a déclaré durant la conférence de presse conjointe à l’issue de la rencontre avec ses collègues que « la Syrie est convaincue de la sincérité de l’orientation russe et iranienne dans le soutien pour l’éradication du terrorisme ». Il a en outre ajouté que « ceux qui avaient conspiré contre la Syrie depuis cinq ans sont les mêmes qui mènent actuellement la campagne de propagande aussi bien contre l’Etat syrien que russe ». Mais que malgré cette propagande qui atteint aujourd’hui le summum, « elle ne nous obligera point à ne pas poursuivre la lutte contre le terrorisme ». M. Mouallem a fait savoir que la Syrie, qui insiste sur la libération de ses territoires du terrorisme, apprécie les efforts déployés par la Russie et l’Iran, soulignant que la coordination entre les trois pays se poursuit d’une manière quasi-quotidienne, car les objectifs sont communs. Enfin il a transmis au président Vladimir Poutine ainsi qu’au peuple russe les remerciements du président Bachar al-Assad, du gouvernement et du peuple de Syrie pour leur contribution efficace à la lutte contre le terrorisme.

De son côté le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a insisté sur le fait que la crise en Syrie doit être résolue par la voie politique et la poursuite de la lutte contre les groupes terroristes. Il a par ailleurs regretté l’insistance de certains pays à faire poursuivre la guerre en Syrie. On comprend à ce titre qui est visé, aussi bien les acteurs régionaux qu’extrarégionaux. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a souligné « l’importance des contacts entre Moscou et Damas pour garantir l’exécution ferme des résolutions onusiennes relatives à la crise syrienne. Il a assuré que la Russie continuera de déployer tous les efforts nécessaires afin de soutenir le peuple syrien dans sa lutte contre le terrorisme et le retour à la vie normale de la population. A ce titre et en plus des mesures de lutte commune contre le terrorisme et le soutien humanitaire, il a été question des mesures économiques qui viseront à permettre la reconstruction de l’infrastructure du pays. On se souvient d’ailleurs que les pays BRICS comptent prendre une part très active dans cette mission, comme cela a été confirmé lors du récent sommet de l’alliance à Goa, en Inde.

Enfin et pour un peu résumer cette rencontre moscovite entre les représentants russe, syrien et iranien, il serait bon de reprendre une citation de Sergueï Lavrov qui a été plus qu’explicite : « Nous sommes déterminés à achever les terroristes. Si les partenaires occidentaux sont engagés uniquement au niveau des paroles, à notre niveau nous sommes déterminés à le faire dans la pratique », fin de la citation.

Comme quoi, l’axe Moscou-Damas-Téhéran ne compte aucunement céder, ni reculer. Un axe d’ailleurs auquel on peut certainement ajouter aussi Pékin, qui bien que n’ayant pas pris part directement dans la lutte antiterroriste en Syrie, a néanmoins toujours poursuivi son soutien aux autorités syriennes au niveau diplomatique, y compris au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU en coordination avec la Russie. Sans oublier le fait que la Chine compte désormais prendre part à la formation des militaires de l’armée syrienne et aussi participer à la reconstruction du pays.

Evidemment cette alliance multipolaire a encore bon nombre de défis devant elle, aussi bien en Syrie qu’ailleurs, en sachant que ceux qui rêvent encore de nous faire revenir à l’ère unipolaire ne comptent pas (encore) totalement reculer et utilisent toujours les mêmes méthodes de déstabilisation en semant le chaos partout où cela leur est possible. Et c’est aussi pour cette raison que les alliés de la Syrie poursuivront activement les efforts afin d’éliminer le terrorisme du sol syrien et remporter ensemble une victoire qu’une très large partie de l’humanité attend. Avec la victoire tant attendue et tant nécessaire en Syrie, le monde ne sera jamais plus comme avant. Et cela, les ennemis du monde multipolaire seront forcés d’accepter.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201610311028455217-moscou-damas-teheran-lutte-conjointe-terrorisme/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/