Archives du mot-clé Cuba

Cuba, Vietnam, Egypte : relance des bases militaires russes

Afficher l'image d'origine

Le monde multipolaire s’impose à grands pas. Après les nombreuses manœuvres militaires conjointes, notamment les récentes manœuvres entre la Chine et la Russie, place à la suite.

Le ministère russe de la Défense via le vice-ministre Nikolaï Pankov a récemment déclaré que la Russie travaille sur l’éventualité de retour sur les anciennes bases militaires soviétiques au Vietnam et à Cuba. Plus récemment, la Russie a également confirmé avoir lancé des pourparlers avec l’Egypte pour la réutilisation de l’ex-base soviétique de Sidi-Barrani. Toujours d’après le ministère les pourparlers vont bon train et les accords seront certainement trouvés.

Maintenant parlons comme à notre habitude des perspectives de cette nouvelle donne et notamment du choix des pays. Tout d’abord en ce qui concerne l’Egypte. Selon les experts militaires russes, notamment le colonel à la retraite Viktor Litovkine, le choix est stratégique pour trois raisons: la première c’est la lutte contre le terrorisme. Depuis les aventures guerrières occidentales et notamment la destruction de l’Etat libyen, pays prospère dans le passé, la région est devenue confrontée à une menace terroriste extrême, avec l’afflux massif et le renforcement d’extrémistes de tout bord, y compris liés à Daech et Al-Qaïda. Deuxièmement, la présence en mer Méditerranée doit être rééquilibrée. Jusque-là, les Etasuniens s’y comportaient en maitres et se permettent à partir de là de faire des entrées provocatrices en mer Noire. Il faut donc être toujours à leur proximité y compris justement pour leur rappeler de garder la distance. Et enfin troisième raison — notre retour au Proche-Orient et en Afrique. Selon M. Litovkine, la Russie se doit d’avoir des bases militaires pour soutenir les pays-alliés, contrôler la mer Rouge, et résoudre les nombreux défis existants.

Passons au cas du Vietnam. Le pays ayant infligé l’une des plus grandes gifles de l’histoire à la machine de guerre étasunienne. Faudrait le rappeler au prix d’1,2 million de morts, pour la plupart civils. Un crime pour lequel les USA ne comptent d’ailleurs toujours pas s’excuser mais cela rentre parfaitement dans leurs habitudes. Le choix est lui aussi stratégique dans une région où la présence étasunienne est également très importante. Et au vu des tensions existantes actuellement en mer de Chine, ce positionnement (ou repositionnement) russe rentrerait parfaitement dans un cadre de rééquilibrage. Surtout au moment où l’alliance militaire russo-chinoise se renforce comme en témoignent les récentes impressionnantes manœuvres militaires des deux pays en mer de Chine méridionale. Et aussi au moment d’une possibilité de revirement d’un autre pays de la région en la qualité des Philippines dont le président Rodrigo Duterte semble vouloir « couper le cordon ombilical » avec les USA. Faudrait-il le rappeler que les Philippines ont durant des décennies étaient associés comme étant l’un des principaux satellites US en Asie du Sud-Est. Donc avoir une base russe dans cette région également stratégique, notamment du point de vue économique, et côte à côte des bases militaires étasuniennes, ne serait qu’un point très positif.

Et bien évidemment Cuba. Ici, plusieurs raisons rentrent en jeu. D’abord la fière île de la Liberté comme est affectueusement surnommé ce pays est un allié de longue date de la Russie, depuis l’URSS. Un pays qui grâce à sa brave résistance n’a toujours pas cédé aux énormes pressions US, y compris économiques, et où les valeurs véritables de la dignité ne sont pas des vains mots. La relance d’une base russe à Cuba permettrait d’une part de renforcer la sécurité de Cuba elle-même. Et du côté russe comme je disais depuis assez longtemps retrouver un équilibre très nécessaire: alors que les bases de l’OTAN se trouvent déjà aux portes de la Russie et que les missiles US visent le territoire russe, la réponse de la Russie de viser en retour les satellites US est-européens en la figure des pays baltes, de la Pologne, de la Roumanie et d’autres pays membres otanesques n’est guère suffisante. C’est d’ailleurs la stratégie étasunienne depuis des décennies: mettre ses satellites sous le coup d’actions de rétorsion éventuelle, tout en restant soi-même bien loin et en sécurité. Cela ne pouvait plus se passer ainsi indéfiniment. Le plein retour russe à Cuba est donc primordial, sachant d’ailleurs que ce retour est soutenu par tout un nombre d’autres pays latino-américains, dont le Nicaragua, le Venezuela, la Bolivie ou encore l’Equateur.

Non, la Russie ne recherche pas une troisième guerre mondiale. Tout au contraire. Mais sachant que certaines têtes chaudes à Washington et chez les suiveurs sont tellement désespérées et refusent toujours d’accepter la chute du monde unipolaire révolu, il est grand temps de créer un équilibre nécessaire additionnel qui leur permettra de garder un minimum de raison. Pour que justement puisse être évité un grand conflit d’ordre international, voire mondial. Un équilibre comme au beau vieux temps. L’humanité toute entière ne s’en portera que mieux.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201610101028120855-cuba-vietnam-egypte-bases-militaires-russes/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

Publicités

Rapprochement Cuba-USA illusoire

drapeau cubain sur leur nouvelle ambassade à Washington

Les médias occidentaux ont consacré depuis plusieurs mois une grande attention au soi-disant rapprochement entre Cuba et les Etats-Unis. L’accent était bien évidemment mis sur la « bonne volonté » du leadership étasunien à passer le cap de relations difficiles, datant de plus d’un demi-siècle.

C’est aussi le message que tentait de faire passer les représentants de la Maison-Blanche depuis Washington.

L’ambassade US a même rouvert ses portes dans la capitale cubaine, La Havane. Et l’ambassade cubaine en terre étasunienne. Même si, des deux côtés, la rhétorique du désaccord sur plusieurs points des relations bilatérales n’a jamais disparu, néanmoins les médias mainstrimois ont tout fait pour présenter ladite situation comme une nouvelle page révolutionnaire dans l’histoire des relations entre les deux pays.

De notre côté, dès le départ on comprenait que le coup « amical » des USA était surtout stratégique. D’un côté, il fallait reprendre pied dans un petit pays courageux, qui résiste à des sanctions arbitraires depuis plus de cinquante ans et qui n’a toujours pas fléchi. D’un autre, à l’heure de la guerre des sanctions visant la Russie, il fallait réduire le nombre de « fronts » (la question du nucléaire iranien peut-être vue également dans cette optique). Last but not least, les USA (qui adorent utiliser la rhétorique de l’isolation vis-à-vis des nations n’étant pas sous leur diktat), avaient (enfin) compris que dans l’espace américain (dans le grand sens du terme), c’est eux qui se retrouvaient ouvertement isolés. Le dernier sommet des Amériques à Panama en avril dernier en était la preuve nette. Obama était attaqué de tous les côtés par les critiques des dirigeants latino-américains, en arrivant même à être obligé de se justifier et de faire son mea culpa, pour lui et son pays: un comble pour un président US devant les dirigeants de pays que Washington aimerait tellement continuer à considérer comme son pré-carré.

En effet, du leader vénézuélien à la présidente brésilienne, des présidents bolivien et équatorien à la chef de l’Etat argentin, Obama a passé un moment fort difficile et son petit sourire ne pouvait aucunement cacher le stress et la pression subie. Les USA ont donc essayé de jouer la carte cubaine. Cuba a répondu favorablement pour la simple et bonne raison que l’île de la liberté n’a jamais été opposée au dialogue. Après tout, ce n’est pas Cuba qui avait tenté à maintes reprises de faire tomber le gouvernement étasunien, mais bien le contraire. Mais ce que les médias US et consorts avaient fortement « oublié » de mentionner, et qui était confirmé à notre niveau par les journalistes et experts cubains, c’est que Cuba ne se faisait aucune illusion quant à la bienveillance étasunienne. Pour les Cubains, ce n’était rien d’autre qu’une nouvelle bataille remportée. Car malgré tous les « pronostics » qui annonçaient la fin de pouvoir socialiste à Cuba après la chute de l’URSS, celui-ci ne s’est non seulement pas affaibli mais est devenu au contraire l’allié par excellence et l’inspiration pour la grande partie des Etats d’Amérique latine.

Maintenant pour revenir à l’actualité. Hier, l’Assemblée générale de l’ONU a une fois encore réclamé, à une écrasante majorité de membres, la fin de l’embargo étasunien contre Cuba. Sur 193 votants, 191 ont soutenu la résolution, dont l’allié russe de Cuba avec une belle allocution de Vitali Tchourkine, représentant permanent de la Fédération de Russie auprès de l’ONU, qui n’a pas manqué de rappeler toute l’illégitimité des actions étasuniennes à l’encontre de Cuba.

Seuls deux pays se sont (sans surprise) opposés à ladite résolution: les USA et Israël. L’ambassadeur adjoint des Etats-Unis à l’ONU, se sentant clairement isolé et voyant la délégation cubaine aux grands sourires, n’a pas manqué de se justifier en affirmant que « le texte de la résolution est loin de refléter les mesures importantes qui ont été prises et l’esprit d’engagement que le président Obama a défendu »… En d’autres termes, « nous sommes gentils (comme toujours) et vous nous attaquez ». Si seulement c’était vrai.

En tout cas, cela n’a fait que confirmer une fois encore que Cuba ne compte nullement reculer et renoncer à ses principes. Et que d’autre part, le rapprochement annoncé en grande pompe par les relais de l’impérialisme est encore loin. Comment d’ailleurs un tel rapprochement serait possible entre une nation défendant ses valeurs anticolonialistes et une autre se croyant toujours « exceptionnelle et unique » pouvant dicter sa volonté néocoloniale à tous. Illusions, illusions…

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20151029/1019172208/cuba-etats-unis-relations.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Sommet des Amériques à Panama : claque à Obama et aux USA

Barack Obama au sommet des Amériques

Le sourire d’Obama et ses tentatives de faire semblant de maîtriser la situation ne lui ont pas permis de cacher la triste réalité pour lui et son pays : les USA se rapprochent d’un isolement évident dans le cadre des pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

Qui aurait pu croire il y a encore 10-15 ans de cela que le pays dit « exceptionnel », se permettant encore à l’heure d’aujourd’hui de parler en porte-parole (autoproclamé) de la communauté internationale et agir en qualité de « gendarme » pouvant « isoler » qui que ce soit, arriver à la situation où c’est lui qui se retrouve clairement isolé, et ce dans ce qu’il considérait (et aimerait considérer encore) comme son arrière-cour?

En effet, c’est un bien triste constat pour la diplomatie étasunienne: les USA n’impressionnent plus. Leurs visions unipolaires du monde sont complètement hors-sujet dans le cadre du monde actuel. La très grande majorité des leaders d’Amérique latine n’ont à ce titre pas manqué d’afficher clairement leur unité face au souriant (nerveusement?) Barack Obama…

Les critiques de la politique US étaient explicites et sans langue de bois. Le président de la « nation exceptionnelle » ne pouvait en retour que continuer à sourire ou à faire semblant de ne pas entendre toutes les critiques le visant lui et plus généralement la politique de son pays, se trouvant encore psychologiquement dans une époque aujourd’hui révolue.

Mais à un moment ou un autre, il faut bien se rendre un minimum à l’évidence. Les USA faisaient bien lors de ce sommet figure d’un pays isolé. Plus encore, les quelques tentatives de manifestations pro-US de certains « dissidents cubains », ou plutôt d’agents de la CIA dans les rues panaméennes, ont rapidement dû faire face à de jeunes cubains et vénézuéliens venus soutenir leurs gouvernements avec des slogans ouvertement anti-étasuniens.

Ces images étaient d’ailleurs très symboliques: de vieux « dissidents » manipulés et contrôlés par le département d’Etat des USA, travaillant pour certains depuis des décennies contre les intérêts de « leurs pays » en face d’une jeunesse au sang neuf, fière, patriotique et déterminée d’aller jusqu’au bout, pas moins que leurs dignes dirigeants, devenus des symboles pour tout un continent et même pour le monde. On pense à Fidel Castro, Che Guevara, Hugo Chavez. L’opposition entre le vieux monde unipolaire et la jeune et fraîche multipolarité, enfin devenue réalité. Ce qui est sûr, c’est que la relève est bien assurée. Et cela ne peut que ravir.

Il ne restait donc à Obama qu’à affirmer, presque en se justifiant, que « la nouvelle politique des USA envers les Etats d’Amérique latine et des Caraïbes ne sera plus jamais la même ». Et plus que cela (c’est d’ailleurs sur cet aspect que les médias du mainstream ont accentué leur « attention »), le président US est allé à des rencontres privées avec les leaders cubain et vénézuélien, Raul Castro et Nicolas Maduro. Les pays donc les plus visés, dans le cadre des Amériques, par les agressions & tentatives de déstabilisation US récentes et moins récentes. Des pays aujourd’hui devenus des exemples de résistance au néocolonialisme Made in USA et de la défense absolue de la souveraineté pour grand nombre d’autres pays de la région, du continent et bien au-delà. Des nations qui ont beaucoup inspiré d’autres. Et malgré un certain optimisme diplomatique affiché suite à ces entretiens où vraisemblablement le franc-parler était maître (ne serait-ce qu’au niveau de Castro et de Maduro, pour Obama on peut en douter), les USA sortent véritablement perdants de ce sommet avec pour résultat une preuve supplémentaire qu’ils ne sont plus en capacité de poursuivre leur diktat. Quoi de mieux donc que de reprendre les principales citations de plusieurs chefs d’Etats lors de ce sommet:

« Je vous respecte mais je ne vous fais pas confiance, M. Obama ». Nicolas Maduro, président de la République bolivarienne du Venezuela.

« Nos peuples n’accepteront plus jamais la tutelle, l’ingérence et l’interventionnisme dans nos affaires intérieures ». Rafael Correa, président de la République de l’Equateur.

« L’époque actuelle ne peut plus permettre et tolérer des mesures unilatérales et des politiques visant à isoler ou sanctionner tel ou tel pays. C’est pourquoi nous rejetons l’adoption des sanctions US contre le Venezuela ». Dilma Rousseff, présidente de la République fédérative du Brésil.

« C’est tout simplement absurde de considérer l’un d’entre nous — pays d’Amérique latine — comme une menace ». Cristina Fernandez de Kirchner, présidente de la République argentine, faisant allusion elle aussi aux sanctions US visant Caracas.

« Les USA doivent cesser de transformer le monde en un champ de bataille. Les Etats-Unis continuent de considérer l’Amérique latine et les Caraïbes comme leur arrière-cour et les habitants de nos pays comme leurs esclaves »… Evo Morales, président de l’Etat plurinational de Bolivie.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150413/1015633071.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Rafael Correa en Russie : une visite symbolique

Rafael Correa en Russie : une visite symbolique

La très récente visite officielle du président équatorien Rafael Correa en Russie a été non seulement très productive, mais a confirmé une nouvelle fois les relations stratégiques qu’entretiennent désormais la Russie et la grande majorité des Etats d’Amérique latine.

A la mort du leader vénézuélien et chef de file de la révolution bolivarienne Hugo Chavez, certains analystes se sont pressés d’annoncer que le Venezuela et toute l’Amérique latine allaient subir de grands bouleversements, notamment ce qui concerne la politique extérieure. Hugo Chavez était effectivement un grand ami de la Russie et c’est sous sa présidence que la Russie et le Venezuela sont devenus des alliés indéniables. Ce partenariat stratégique s’est rapidement répandu à toute l’Amérique latine pour laquelle la Russie est devenue un partenaire clé.

Le successeur d’Hugo Chavez à la présidence vénézuélienne Nicolas Maduro a rapidement déchanté tous ceux qui promettaient des « changements radicaux »à la région et s’est au contraire fortement engagé sur la même ligne politique que son illustre prédécesseur, y compris en ce qui concerne la politique étrangère. Le partenariat stratégique entre la Russie et la République bolivarienne n’a donc pas bougé d’un poil.

Mis à part le Venezuela, la Russie est vue comme un pays ami par bon nombre des pays de la région : que ce soit la Bolivie d’Evo Morales, l’Equateur de Rafael Correa, l’Argentine de Cristina Fernandez de Kirchner, le Brésil de Dilma Rousseff ou encore le Nicaragua de Daniel Ortega, sans oublier bien évidemment Cuba de Raul Castro, un allié de longue date.

La visite de Rafael Correa, président de l’Equateur, n’avait donc rien d’anodin mais était bien le signe supplémentaire des relations très privilégiées entre désormais la Russie et les pays latino-américains. D’ailleurs, en parlant du leader équatorien, il s’agit d’une personnalité très intéressante. Economiste de formation, il a suivi une partie de son cursus en Occident, à l’Université catholique de Louvain (Belgique) puis à l’Université de l’Illinois (Etats-Unis). Patriote engagé, fervent partisan de la souveraineté de son pays et de toute l’Amérique latine, il se qualifie lui-même comme étant un homme politique de gauche, un humaniste et un chrétien catholique.

Au cours de sa visite en Russie, Rafael Correa s’est bien évidemment entretenu avec le président russe Vladimir Poutine. Au programme figurait également la signature d’accords sur le partenariat bilatéral des deux pays sur le plan économique, commercial, culturel et humanitaire. La lutte commune contre le terrorisme et son financement était elle aussi au menu.

Avant de se rendre dans la capitale russe, le président de l’Equateur a visité Saint-Pétersbourg où il a notamment rencontré le gouverneur de la ville Gueorgui Poltavtchenko. A l’issue de son passage par la capitale des tsars, Rafael Correa a formulé un grand désir d’échanges entre les deux pays dans le domaine de l’enseignement et de la recherche. Quant à Moscou, le président Correa y a visité le centre de recherche et de développement Skolkovo, considéré comme la « Silicon Valley russe », ainsi que l’Université russe de l’Amitié des Peuples où le titre honorifique de docteur honoris causa lui a été attribué.

 Pour revenir à la partie diplomatique, les deux pays partagent des points de vus communs sur bon nombre de questions liées aux relations internationales, à la défense de la souveraineté et au respect du droit international. Les deux parties, aussi bien russe qu’équatorienne, ont jugé cette visite comme étant très fructueuse. « Nous avons eu une importante réunion à Moscou avec le président russe. Le président de la Russie est un homme politique très efficace,a déclaré Rafael Correa. Avant d’ajouter que les rencontres furent très productives et qu’elles se sont déroulées dans une atmosphère très positive ».

De notre côté, nous ne pouvons que souhaiter que cette alliance stratégique entre la Russie et l’Equateur, ainsi que l’Amérique latine en général puisse résister à toutes les tentatives des forces ennemies qui veulent y mettre fin, ou du moins tenter de la déstabiliser. Du moment que les Etats Sud-américains seront dirigés par des chefs d’Etats dignes et responsables comme Rafael Correa, nous avons toutes les raisons d’être optimistes. Souhaitons également que ce partenariat puisse devenir un exemple et une importante source d’inspiration pour d’autres, notamment pour les relations entre l’Afrique et la Russie.

http://french.ruvr.ru/2013_10_31/Rafael-Correa-en-Russie-une-visite-symbolique-9149/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Cuba : 60ème anniversaire de la révolution qui inspira le monde

кубинский флаг куба флаг

Les Cubains célèbrent le 60e anniversaire de la révolution castriste. Un événement qui a non seulement changé l’histoire de la digne et fière île de Сuba, mais également de toute l’Amérique latine. Retour sur une révolution ayant changé le cours de l’histoire et qui continue d’être aujourd’hui un exemple et une inspiration pour de nombreux pays.

 Le point de départ est considéré être le 26 juillet 1953, date à laquelle une centaine de guérilleros ont attaqué la caserne de Moncada, à Santiago de Cuba, en lançant ainsi le soulèvement contre le régime dictatorial et pro-étasunien de Fulgencio Batista. Tout commence par un échec : un grand nombre de combattants sont tués, d’autres capturés, y compris Fidel et Raul Castro, qui deviendront les figures clés de cette révolution. Puis aura lieu leur procès durant lequel Fidel Castro déclarera : « peu importe que je sois condamné, l’Histoire m’acquittera ». Suivra alors l’emprisonnement jusqu’en 1955, mais ils seront libérés sous la pression de la société civile, de l’opposition et des religieux jésuites qui avaient d’ailleurs pris part à la formation de Fidel Castro. Après cela : l’exil au Mexique. C’est durant cette période que les frères Castro rencontreront le légendaire Ernesto « Che » Guevara, qui se joindra à la révolution cubaine.

 C’est en 1959 que la révolution s’achève par une victoire des révolutionnaires progressistes. Une révolution qui connaitra la sympathie d’une écrasante majorité de la population, lassée par la dictature et le marasme du régime mafieux de Batista. Ceux qui aujourd’hui, en Occident et ailleurs, critiquent le gouvernement cubain, oublient bien souvent ce qu’était Cuba avant la révolution : un pays sous contrôle des gangs nord-américains, la moitié des terres productives qui se trouvaient aux mains des étrangers, les sociétés étasuniennes qui contrôlaient alors 80% des services publics, 50% des chemins de fer et la totalité des ressources pétrolières. Les plantations de sucre de canne, l’une des principales ressources du pays, appartenaient également aux Nord-Américains. Cuba était alors une véritable république bananière, où les intérêts étrangers prédominaient, l’inégalité était criante, une grande partie de la population souffrait de sous-alimentation, les écoles et les hôpitaux étaient pratiquement absents en zone rurale. D’autre part, La Havane, capitale cubaine, était également à l’époque la capitale latino-américaine de la prostitution, plusieurs centaines de touristes sexuels étasuniens y affluaient chaque année, et son surnom n’était autre que « le bordel de l’Amérique ».

 Aujourd’hui, la situation est toute autre. Depuis la révolution castriste, le pays est devenu l’un des leaders au niveau mondial en matière d’éducation et dans le domaine de la médecine. Fidel Castro a nationalisé les universités, ainsi que les autres écoles, et ce dès 1961, les rendant entièrement gratuites, sans aucun frais pour les étudiants. En ce qui concerne l’alphabétisation, Cuba est classé aujourd’hui au troisième rang mondial, avec un taux d’alphabétisation de 99,8%, devant le voisin étasunien (93,3%) ! En matière de médecine, le pays est également devenu un des leaders mondiaux avec une sécurité sociale universelle, un personnel médical hyper-qualifié (un des meilleurs du monde), permettant même à Cuba « d’exporter » ses spécialistes médicaux dans les pays-amis en Amérique latine et en Afrique principalement, un taux de mortalité infantile comparable aux pays dits « développés » et des centres de recherche médicale parmi les plus sophistiqués. D’ailleurs, en 2009, le gouvernement du pays a consacré 12% de son PIB au système de santé, soit autant que la France ou l’Allemagne (source : Banque mondiale).

 Malgré l’existence de problèmes sur l’île de la liberté, les ardents critiques du gouvernement cubain oublient très souvent de rappeler que Cuba vit sous embargo économique, commercial et financier, imposé par les USA et ce depuis 1962 ! Il s’agit du plus long embargo commercial de l’époque contemporaine. Aujourd’hui, officiellement, il continue encore d’être imposé par le voisin étasunien. L’Assemblée générale des Nations unies a par ailleurs condamné en 2009 pour la 18e fois ce blocus purement impérialiste. Néanmoins et malgré toute la pression subie par les USA et ses alliés, Cuba tient toujours et beaucoup mieux que ses ennemis l’auraient espéré.

 A la chute de l’URSS, beaucoup avaient prédit le même sort à Cuba et que le gouvernement socialiste cubain était condamné. Pourtant, à l’heure actuelle, non seulement le socialisme cubain est bien vivant mais il a aussi poussé un grand nombre de pays de l’Amérique latine et surtout Sud-Américains, en premier lieu le Venezuela, devenu le chef de file du « Socialisme du XXIe siècle », à reprendre le flambeau. En revenant aux festivités à Cuba, plusieurs chefs d’Etat d’Amérique latine y ont pris part, parmi eux bien évidemment les présidents du Venezuela, de la Bolivie, du Nicaragua, de l’Equateur et de l’Uruguay. Les festivités ont été aussi l’occasion de rendre un grand hommage à Hugo Chavez, décédé tragiquement en mars dernier et qui aurait eu 59 ans en ce 28 juillet…

 Un point essentiel que l’on devrait mentionner et qui fait la force de la révolution cubaine dont s’inspire aujourd’hui pratiquement tout un continent et dans un futur proche certainement au-delà (on pense à l’Afrique) est que cette révolution, à la différence de nombreuses autres (notamment russe), n’a jamais défié ou rejeté les valeurs spirituelles du peuple, et notamment les valeurs religieuses. Au contraire, les révolutionnaires cubains ont su parfaitement s’appuyer sur les valeurs chrétiennes catholiques, tout en se basant sur les points essentiels de la justice sociale. Et il en est de même aujourd’hui au Venezuela, en Bolivie, en Uruguay, au Nicaragua, en Argentine et dans tous ces pays qui prennent exemple, d’une manière ou d’une autre, de cette révolution. C’est ce qui fait indéniablement sa force et nous donne espoir qu’elle poursuivra dignement son chemin, et permettra encore à d’autres pays et d’autres continents de se libérer pleinement de ses oppresseurs, ainsi que de la pensée unique que certains tentent de nous imposer à tous. Hasta siempre !

http://french.ruvr.ru/2013_07_29/Cuba-60eme-anniversaire-de-la-revolution-qui-inspira-le-monde-0764/

Mikhail Gamandiy-Egorov