Archives du mot-clé daech

Daech anéanti par l’armée syrienne et ses alliés. À qui le tour?

La ville d'Abou Kamal

Fin septembre 2015, la Russie intervient dans la lutte antiterroriste en Syrie à la demande du gouvernement légitime de ce pays, sous le feu des critiques occidentales. Alors que l’opération touche à sa fin, ses résultats parlent d’eux-mêmes.

C’est fait. La Syrie et ses alliés ont vaincu Daech et ses soutiens. La ville d’Abou Kamal, ville syrienne frontalière avec l’Irak, dans la province de Deir ez-Zor, a été reprise par les forces gouvernementales syriennes, avec le soutien de ses alliés.

Au-delà d’une grande victoire stratégique et de l’anéantissement de Daech en tant que «califat» qui s’était imposé en terre syrienne, rappelons plusieurs points importants:

Premièrement, le gouvernement syrien sort bel et bien vainqueur de cette terrible guerre, qui a été imposée à la Syrie par une large coalition, qui souhaitait réaliser des projets malsains aussi bien pour ce pays millénaire, que pour une région déjà tellement martyrisée. La secte rétrograde de Daech est vaincue. La population se trouvant en territoire sous contrôle gouvernemental dépasse les 90%.

S’ajoute à cela le retour de plus en plus visible des réfugiés syriens qui ont fui leur pays à cause du terrorisme et non pas «à cause d’Assad», comme le prétendaient les grands titres de la presse mainstream ces dernières années. Plus d’un demi-million de personnes sont déjà rentrées chez elle, a confirmé l’ONU.

Deuxièmement, le monde entier a été témoin des paroles et des actes des protagonistes de cette tragédie. Étant Russe, appartenant à la dernière génération née en URSS, ayant grandi à l’étranger et entendu tellement de fois que mon pays n’allait jamais se relever, je ne cache pas le malin plaisir de voir les russophobes de service se faire tout petits. Car il n’y a en effet pas grand-chose à dire: en deux années d’intervention en Syrie, dans un cadre strictement légal et respectueux de la souveraineté syrienne, la Russie a fait ce qu’une large «coalition» de pays, États-Unis à leur tête, n’ont pas fait en plus de trois ans, même en petite partie.

Deux questions en ressortent logiquement. Les USA et leurs alliés ne seraient-ils donc pas si forts et invincibles —comme le prétendaient leurs médias depuis la fin de l’URSS- que cela? Ou est-il simplement devenu flagrant que lesdites forces sont prêtes à utiliser des extrémistes de la pire espèce, massacrant des milliers d’êtres humains, dans le seul but d’arriver à réaliser leurs objectifs géopolitiques, en tentant d’éliminer une nation assumant pleinement sa souveraineté et refusant l’asservissement, d’où leur manque évident de volonté de combattre le terrorisme? Personnellement, j’opte pour les deux réponses. À chacun de tirer ses propres conclusions.

Une chose est néanmoins certaine: le monde entier a été témoin de l’efficacité des armes russes, ainsi que de la détermination de Moscou à briser la colonne vertébrale du terrorisme international, selon les termes employés par l’ex-chef des Forces aérospatiales de Russie Viktor Bondarev, désormais sénateur.

De plus, l’intervention russe a donné aux yeux de tous la vraie signification du terme «allié». Être un allié n’a absolument rien à voir avec les «valeurs» néocoloniales de certains, en vue d’imposer leur volonté sous le noble prétexte «d’intervention humanitaire». À bon entendeur… La conséquence à moyen terme de cette démonstration est que le nombre de pays de la région —et même bien au-delà- désireux de bâtir des relations fortes avec la Russie ne fera qu’augmenter.

Et si certains ont besoin de cours particuliers sur la façon d’anéantir une secte rétrograde et terroriste, armée jusqu’aux dents et ayant occupé plus de 70% du territoire d’un pays, ils peuvent s’adresser à la Syrie et ses alliés.

Et maintenant, à qui donc le tour? En Syrie, ce sont les derniers éléments d’Al-Qaida, eux aussi largement épargnés par la coalition occidentale, qui sont désormais dans le collimateur.

Car le néocolonialisme occidental, qui a vu l’un de ses bras armés en Syrie amputé, continue d’exister. Et c’est pourquoi la confrontation est loin d’être finie.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201711101033821581-daech-syrie/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Syrie: la fin de ce «califat» en stade terminal

Syrie: la fin de ce «califat» en stade terminal

Un virus dangereux devrait généralement demander des mesures efficaces et coordonnées. Mais lorsque certains manquent cruellement à l’appel, voire contribuaient à développer ledit virus dans le but d’atteindre des résultats purement égoïstes et très mal intentionnés, il est évident que quelqu’un devait y mettre un point.

Et ce point sera mis sous peu. La ville-martyre syrienne de Deir ez-Zor, sous le joug des terroristes de Daech depuis maintenant trois ans, retrouvera sous peu la pleine liberté. En effet, l’encerclement imposé par les terroristes takfiristes aux civils et aux troupes d’élite de l’armée syrienne, qui résistaient dans une partie de la ville depuis toutes ces années, est désormais rompu. Les choses se sont accélérées plus rapidement que prévu. L’Armée arabe syrienne et ses alliés vont donc non seulement poursuivre le nettoyage anti-terroriste aux abords et à l’intérieur de la ville (capitale de l’Est syrien), mais plus généralement dans toute la province éponyme (riche en hydrocarbures).

Question: où sont-ils, tous ces «braves» experts qui prétendaient depuis le début de l’opération antiterroriste russe en Syrie que la Russie et le gouvernement syrien ne combattaient pas Daech, mais «l’opposition» prétendument «modérée»? Où sont-ils aujourd’hui? Heureusement (ou dommage?) que la honte ne tue pas. Une chose est néanmoins certaine: ces personnes ont perdu toute légitimité à commenter les questions d’actualité internationale. Toute leur propagande du mainstream accusatoire visant aussi bien le leadership syrien que ses alliés, dont évidemment la Russie, en traitant par la même occasion toutes les informations alternatives de «vulgaire propagande» s’est écroulée comme un château de cartes face à la réalité sur le terrain. Dans un précédent article, nous avions posé la question de savoir comment se faisait-il que la prétendue coalition des USA & consorts, qui agissait illégitimement en Syrie sous prétexte de combattre Daech et en ayant à sa disposition bien plus d’armements que la Russie (qui n’a commencé à agir que fin septembre 2015, suite à la demande officielle du gouvernement syrien), n’ait obtenu aucun résultat notable dans cette prétendue guerre que ladite coalition aurait soi-disant déclaré au terrorisme. Évidemment, nous n’aurons probablement jamais de réponse digne de ce nom de la part des instigateurs de tout ce chaos, qui adorent s’autoproclamer «communauté internationale», n’étant par la même occasion que la communauté occidentale (moins de 10% de la planète), et de certains suiveurs qui souvent malgré eux sont forcés de se conformer aux prérogatives néocoloniales de ce cercle vicieux.

Mais, au final, a-t-on réellement besoin de leur réponse? Il est probablement à penser que non. L’essentiel étant que le prétendu califat de Daech vit ses derniers jours en terre syrienne. Bien sûr et malheureusement le terrorisme ne disparaîtra pas avec l’élimination de Daech en Syrie. Mais le virus en question a perdu une vigueur plus que notable dans cette guerre face aux forces qui ont pris leurs responsabilités non seulement pour protéger leurs propres foyers, mais aussi ceux de l’écrasante majorité de l’humanité. C’est ce que retiendra l’histoire et c’est l’essentiel.

Quant aux forces «jouant» avec les terroristes et instigatrices de chaos à divers endroits de la planète, il faudrait probablement qu’elles retiennent deux points. La nouvelle réalité mondiale n’est plus un rêve ou un mythe, c’est une réalité indiscutable. Et d’autre part, le temps de l’impunité arrive à son terme. Ce qui signifie la chose suivante: le mal que certains avaient voulu (de loin pas la première fois) utiliser pour atteindre leurs objectifs géopolitiques et géoéconomiques se retourne déjà activement contre ses créateurs, avec les conséquences qui en découlent. Et les responsables de ces injustices et du chaos au niveau planétaire risquent bien de finir par rendre des comptes, aussi bien à leurs propres citoyens, qu’au reste de l’humanité qu’ils ont si longtemps méprisé. Game over, «partners».

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201709051032926411-syrie-daech-deir-ez-zor/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Ayrault & Co. ou la vassalisation désormais totale de la France

Situation en Syrie

Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a récemment appelé la Russie et l’Iran «à faire preuve de responsabilité» en Syrie. Dans le cas contraire et toujours selon le «brave» monsieur, les deux pays «seront complices des crimes de guerre commis à Alep».

Un « commentaire » pas si étonnant que cela lorsqu’on connait l’état des lieux des élites françaises actuelles et lorsqu’on se souvient aussi des déclarations inacceptables d’autres responsables français : un certain Manuel Valls qui traitait le président syrien Bachar al-Assad de « boucher » ou l’ex-ministre des Affaires étrangères Fabius qui avait déclaré « qu’Assad ne méritait pas de vivre sur Terre » et que le Front al-Nosra (désormais Front Fatah al-Cham, filiale d’Al-Qaïda en Syrie) « faisait du bon boulot ». Sauf que désormais cette fois-ci l’attaque des mots du ministre Ayrault vise ouvertement deux pays, alliés de la Syrie, en la qualité de l’Iran et de la Russie.

Sans trop s’attarder même sur ce énième exemple de la vassalisation pure et simple des élites françaises à celles de Washington, il serait certainement bon de rappeler l’opinion du président syrien à ce sujet, dans une interview qu’il avait accordé à la chaine TV France 2, en avril 2015 en répondant justement au fait d’avoir été traité de « boucher » par Valls, Premier ministre français : « Je vais être franc avec vous. Personne ne prend plus au sérieux les déclarations des responsables français. Pour une simple raison : c’est que la France est devenue un satellite de la politique étasunienne dans la région. Elle n’est pas indépendante, et n’a aucun poids. Elle n’a plus aucune crédibilité ». Difficile, même très difficile, de dire mieux ou d’y ajouter quelque chose.

En Russie, mes compatriotes me posent parfois la question du pourquoi de cette soumission des responsables politiques français (si ce n’étaient que les responsables politiques), aux ordres émis depuis l’outre-Atlantique, sachant qu’ils vont bien souvent à l’inverse des intérêts du peuple français, ou en tout cas d’une large partie des citoyens de France. Ma réponse est relativement simple : car ils sont vendus. Un rôle de conférencier-animateur payé des dizaines, voire des centaines de milliers d’euros aux USA par différentes fondations « démocratiques » étasuniennes, dont celles de Soros, est certainement plus motivant pour ces « responsables » que celui d’être des leaders défendant les intérêts du peuple français. Plus que cela, les élites françaises d’aujourd’hui sont aussi bien vendues aux différentes fondations US, qu’aux pétrodollars wahhabites saoudiens ou qataris.

En parlant justement des alliés golfistes de la France actuelle, a-t-on entendu ne serait-ce qu’une fois de la part de ce même Ayrault ou d’un autre condamner les bombardements aveugles saoudiens contre les civils du Yémen ? Des bombardements qui tuent hommes, femmes et enfants quotidiennement. Jamais. Ils préfèrent bien sûr s’attaquer au leadership syrien, ainsi qu’à la Russie et l’Iran, les seuls pays qui luttent réellement et sans figuration contre le terrorisme takfiriste dans cette région. Le tout pour la simple et bonne raison de l’hystérie montante en flèche côté Washington, Riyad et Doha, avec les suiveurs de Londres et Paris, n’arrivant toujours à réaliser leur seul et unique objectif en Syrie : faire tomber le président Bachar al-Assad. Et malgré les dizaines de milliards investis à cette fin, toujours rien. Damas, Moscou et Téhéran ne cèdent pas.

On me pose aussi parfois la question du pourquoi la Russie et l’Iran ont plus de facilité à trouver un langage commun avec Erdogan, le très controversé président turc, qu’avec les représentants des élites de l’Occident, dont de la France. La réponse est également relativement simple : malgré toute la contradiction de la politique turque aux cours de ces dernières années et des actions souvent criminelles du leadership turc qui avait largement contribué au chaos en Syrie, Erdogan reste un politicien attaché à son peuple. Avec sa vision des choses, souvent erronée, mais une chose est sûre, il ne se prépare pas au rôle de conférencier de figuration pour le compte de Washington. A l’énorme différence des Ayrault & Co. Et parler avec des leaders même controversés mais souverains de leurs décisions est malgré tout plus facile qu’avec des marionnettes.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201609281027955336-ayrault-france-russie-iran/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

Reprise de Palmyre et l’hypocrisie des élites occidentales

l’Arc de Triomphe de Palmyre

Le dimanche de la Pâques catholique a été un jour doublement heureux pour nombreuses personnes, chrétiennes comme non chrétiennes, car au matin de ce jour a été confirmée la libération totale de la ville de Palmyre par l’armée arabe syrienne.

En effet, cette ville classée patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1980 et ville martyre, était occupée par les terroristes de Daech depuis mai 2015 jusqu’à sa toute récente libération par l’armée gouvernementale syrienne. Cette victoire est doublement, voire triplement symbolique, ayant eu lieu le jour de Pâques, ayant permis d’une part de sauver tout ce qu’il est encore possible de sauver dans cette cité antique culturellement parlant, et stratégiquement car ouvre la voie à l’armée syrienne pour une vaste offensive à l’Est du territoire syrien, vers Deir ez-Zor qui est tenu courageusement par les forces spéciales syriennes tout en étant encerclés par l’EI depuis de longs mois. Ainsi que vers Raqqa, capitale proclamée de Daech.

Analysons maintenant les réactions à l’international. Le président russe Vladimir Poutine a téléphoné au président syrien Bachar al-Assad pour transmettre ses félicitations après la libération de Palmyre. Un soutien reconfirmé donc de la Russie (dont la position n’a pas changé) à la Syrie dans la lutte antiterroriste et la défense de sa souveraineté nationale. Même enthousiasme côté iranien. L’Iran a en outre ajouté qu’il continuera lui aussi à soutenir la Syrie dans le combat contre les groupes terroristes. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est félicité de la reprise de Palmyre par l’armée syrienne. Certains diront avec moins d’enthousiasme, mais tout de même. 

Mais le plus intéressant était et reste d’observer les réactions au sein des élites occidentales: politiques comme médiatiques. Que dire si ce n’est rien de nouveau à l’horizon. La mauvaise foi a pratiquement toujours été le fer de lance de ces dites « élites ». Le plus triste étant c’est qu’on a bien eu l’impression du regret de certains (bien que maquillé en belles paroles hypocrites) de la libération de la martyre Palmyre des griffes des takfiristes daéchiens.

Obama et son « proche ami » Cameron avaient vraisemblablement avalé leur langue. La Grande-Bretagne ayant préféré garder simplement le silence. Les USA, après avoir pris une pause pour retrouver un peu leur esprit, ont fait savoir à travers leur Département d’Etat que « bien que la priorité est de défaire Daech, ils n’avaient pas de préférence ni pour Assad ni pour Daech ». Sans commentaires. Terrible mauvaise foi surtout après les récents nouveaux attentats terroristes, notamment à Bruxelles, et tout en sachant parfaitement que les seuls qui luttent véritablement sur le terrain contre la vermine terroriste sont justement les militaires syriens et leurs alliés (véritables, pas ceux de la fausse coalition), ainsi que les forces kurdes. 

Ou devrait-on peut-être nous aussi être silencieux lorsqu’on voit des attaques terroristes en plein centre de l’Europe? Après tout, c’est bien les élites occidentales qui en portent entière responsabilité (avec leurs « amis » du Golfe, épargnés pour le moment). N’est-ce pas eux qui laissaient sans aucune limitation (si ce n’est de façade) partir des jeunes extrémistes combattre en Syrie « le grand méchant Assad » pour après les laisser revenir lorsque ces mêmes extrémistes subissent des revers évidents mais ayant obtenu une grande expérience de combat et de violence? Evidemment nous ne le ferons jamais. Pour la simple raison que nous faisons bien la différence entre ces mêmes élites occidentales (qu’elles soient politiques ou médiatiques) et les simples citoyens des pays occidentaux, dont beaucoup aujourd’hui réalisent (ou commencent à réaliser) les mensonges de ceux qui les gouvernent.

Il était aussi intéressant de lire les « analyses » de certains « experts » et « bienpensants » médiatiques français. Le Monde, Le Figaro, Libération, bref tout le « beau monde » habituel. Cette même hypocrisie assez typique des médias du mainstream et peut-être même plus extrême encore dans le cas des médias français (si l’on compare avec les médias anglophones). En gros le message passé est le suivant: « Palmyre libérée oui d’accord. Mais cela renforce les positions d’Assad. Donc pas bien ». Comme quoi, la ville patrimoine mondial de l’humanité aurait mieux fait de rester encore martyrisée par des extrémistes, y compris sortis tout droit des cités ouest-européennes, pour qui la notion même de culture est totalement absente, que d’être reprise par l’armée du gouvernement légitime du pays auquel elle appartient.

Vraisemblablement, l’Occident politico-médiatique n’a toujours pas appris les dangereuses leçons de faire joujou avec les terroristes pour arriver à ses fins géopolitiques (dans le cas syrien, se débarrasser d’un leader arabe patriote laïc défendant son pays contre l’interférence néocoloniale et le terrorisme la création duquel ce même néocolonialisme a grandement contribué). Y compris après les attentats contre ses propres citoyens. Une hypocrisie qu’il risque de payer cher. En passant, il était assez alarmant, une fois encore, d’observer le grand buzz des attentats de Bruxelles (et qui a sa place, la question n’est pas là) et le manque presque total de solidarité avec les victimes chrétiennes pakistanaises attaquées justement le jour de Pâques. Mais cela est une autre histoire. 

Dernière chose. Certains « experts », vraisemblablement aussi pour des raisons de haine et de mauvaise foi, affirment que la « reprise de la ville de Raqqa » sera impossible. Notamment un certain Jean-Pierre Filiu, professeur en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences-Po, sur France Info. « Raqqa c’est un quart de million de personnes. On ne peut pas essayer de prendre ces villes avec des forces qui sont ni arabes, ni sunnites. Si le Hezbollah est engagé, si les commandos russes sont là, comment voulez-vous que les habitants de Raqqa se rallient à ces étrangers », nous dit ce « brave » expert. Propagande une fois encore. Si les Russes ne sont effectivement pas Arabes (bien que nous ayons nombre de citoyens russes d’origine arabe), les Libanais du Hezbollah ne sont-ils pas arabes? Ou notre professeur l’aurait-oublié? Quant à l’aspect sunnite et juste pour rappel une fois encore: l’armée arabe syrienne, est à l’instar de la majorité de la population syrienne, une armée composée d’Arabes et majoritairement de musulmans sunnites.

Cette même armée ayant libérée la Perle du désert dimanche dernier. Le tout en « oubliant » également d’indiquer que récemment les habitants de plusieurs quartiers de cette même Raqqa se sont soulevés contre Daech, en arborant des drapeaux nationaux syriens et en scandant des slogans pro-gouvernementaux et pro-armée de Syrie. Juste au cas où. 

Quant à la perspective ou non de la reprise de Raqqa, n’est-ce pas les mêmes qui nous annonçaient depuis plusieurs années la « chute imminente » d’Assad, pour après nuancer leurs propos et déclarer qu’Assad ne pourra sauvegarder que la « Syrie utile » (la capitale Damas et la zone côtière) et qui prennent maintenant une douche bien froide en voyant l’armée syrienne gagner sur tous les axes? On verra donc qui aura raison. Courage à l’armée syrienne et à tous ceux qui luttent contre le terrorisme. Un terrorisme qui ne fait pas de différence que vous soyez Syriens, Irakiens, Belges, Pakistanais ou Nigérians. D’où l’énorme danger de jouer avec lui.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201603291023783613-palmyre-paques-catholique/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Monde multipolaire contre vents et marées

Conférence de presse du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s’est exprimé lors d’une conférence de presse mardi et a notamment répondu aux questions des journalistes, russes comme étrangers.

Les thèmes mentionnés étaient variés. Une attention particulière a été évidemment accordée à la Syrie, Sergueï Lavrov n’ayant pas manqué de rappeler que les actions des Forces aérospatiales russes ont permis d’inverser la situation dans le pays. « Suite à cela, le tableau de ce qui se passe dans le pays est devenu beaucoup plus clair, permettant de voir qui lutte contre les djihadistes, qui les soutient et qui essaie de les utiliser pour atteindre ses objectifs unilatéraux et égoïstes ».

En effet, depuis la participation de l’aviation militaire russe dans la campagne antiterroriste en Syrie, tout le monde a pu noter une intensification pratiquement immédiate de la « lutte » côté coalition étasunienne, ou du moins une tentative de montrer des résultats. Car il est vrai qu’après maintenant un an et demi de « campagne anti-terroriste », la coalition occidentalo-golfiste dirigée par les USA est bien loin des résultats de la coalition Syrie-Russie-Iran-Hezbollah (sans oublier l’Irak qui coordonne activement la lutte avec la dernière), obtenus en un temps bien moins important. D’autre part, ce n’est plus Daech qui avance mais bien l’armée syrienne, et ce sur plusieurs axes du territoire de Syrie. Les terroristes sont forcés de reculer. A certains endroits la débandade est telle qu’ils sont forcés d’utiliser les civils comme boucliers humains. D’autre part, et cela est également un résultat direct de la participation russe, les revenus de Daech issus de la vente illicite de pétrole volé ont été divisés par plus de deux, et continuent de diminuer, forçant les extrémistes takfiristes non invités en Syrie à voir fondre leurs propres revenus journaliers. Côte occidental, il n’est plus fait mention d’un départ du président syrien Bachar el-Assad comme condition obligatoire à tout processus politique, ou en tout cas beaucoup moins ardemment.

Lors de la conférence il a été également fait mention de la Corée du Nord, des relations de la Russie avec la Chine, la Turquie, la Bulgarie, la Grande-Bretagne et les USA (et plus globalement avec l’Occident), le Japon et la liste n’est pas exhaustive… Les journalistes internationaux voulaient avoir l’avis du chef de la diplomatie russe sur pratiquement toutes les questions de l’actualité internationale, ou du moins liées aux relations bilatérales de leurs pays avec la Russie. Assez étonnant pour une « puissance régionale », notion que certains tentent encore d’utiliser lorsqu’ils font mention de la Russie. Non… La Russie est bien une puissance globale et personne ne pourra désormais dire le contraire. En parlant des relations avec l’Occident, le ministre Lavrov a souligné un point fort important: la Russie est ouverte aux relations d’égal à égal avec le monde entier, dont bien sûr les pays occidentaux, mais la Russie ne va pas dépendre des caprices de l’Occident… 

En parlant de caprices, il fallait voir et entendre la question de la correspondante du quotidien espagnol El Pais, qui n’a pas manqué d’humour (bien qu’étant vraisemblablement stressée par la tournure de la conférence) en demandant au ministre russe quand la Russie rendrait la Crimée à l’Ukraine… Sergueï Lavrov, dans le style qui lui est propre, n’est pas lui aussi passé aux émotions, se contentant juste de rappeler que la Crimée fait partie intégrante de la Fédération de Russie à tous les niveaux et que pour s’en rendre compte il faudrait y faire tour, comme l’ont d’ailleurs fait et font plusieurs hommes politiques européens. On peut bien sûr comprendre le ton hautain néocolonial de certains représentants de l’Espagne, pays qui possède jusqu’à aujourd’hui des colonies sur le continent africain, plus précisément en terre marocaine: Ceuta et Melilla (sans oublier les Iles Canaries) et le stress subi par Madrid à l’idée de perdre à terme la Catalogne, le poumon économique du pays, mais faut-il quand même garder un minimum de sérieux. Probablement difficile lorsqu’on a encore des tendances coloniales.

Marie-Christine Dalloz
© AFP 2016 JACQUES DEMARTHON
En tout cas, pour revenir au thème du monde multipolaire dont Sergueï Lavrov a fait également mention aujourd’hui encore, est qu’il est bien une réalité malgré les défis qui lui sont lancés par les restes de l’unipolarité. Nous nous trouvons effectivement dans une période de transition, lorsque les partisans du monde unipolaire et néocolonial veulent à tout prix mettre des obstacles au monde multipolaire, récemment devenu réalité et soutenu par la majorité de l’humanité. 

Et à ce sujet, j’aimerai partager une réflexion personnelle du jour:

Le monde multipolaire c’est un peu comme une course de 100 mètres. On peut la courir avec ou sans haies.

Supposons que le monde multipolaire c’est nous (tous ses partisans), le coureur. Quant aux haies, ce sont les obstacles que les élites occidentales placent sur notre chemin.

Mais du moment que le coureur est un bon professionnel et qu’il sait ce qu’il fait, même en ayant des haies en face de lui, il finira la course. Certes, ce ne sera pas aussi rapide que si la piste était sans haies, mais il y arrivera quand même.

La victoire sera à nous!

 

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20160127/1021248721/lavrov-russie-conference-presse.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Russie-Turquie: nouvelle réalité & perspectives

La tragédie qui s'en est suivi avec la mort d'un des deux pilotes de l'avion, le colonel Oleg Pechkov et la marine Alexandre Pozynitch, a choqué grand nombre de personnes

Avant-hier, la Turquie a abattu dans le ciel syrien le bombardier russe Su-24 qui devait revenir à la base militaire de Hmeimim d’une énième mission antiterroriste.

La tragédie qui s’en est suivi avec la mort d’un des deux pilotes de l’avion, le colonel Oleg Pechkov, tué après éjection de l’avion depuis le sol par les terroristes opérant en Syrie, a choqué grand nombre de personnes, aussi bien en Russie que dans beaucoup de pays du monde. 

Le second tué n’est autre que le fantassin de la marine Alexandre Pozynitch, ayant perdu la vie lors de l’opération de sauvetage qui s’en est suivi. Quant au co-pilote du Su-24, le capitaine Konstantin Mourakhtine, dont on n’avait pas de nouvelles officielles durant plusieurs heures et que certains avaient annoncé également tué, il a été finalement récupéré par les forces spéciales syriennes et russes (chapeau pour leur travail). Il est sain et sauf, prêt sous peu à reprendre le travail antiterroriste qu’il mène courageusement en Syrie. Il a été décoré par décision du président russe de l’Ordre du Courage.

Nous avons donc deux héros tombés dans la lutte contre le terrorisme. Le président russe a remis à titre posthume le titre de Héros de Russie au commandant du Su-24, le colonel Oleg Pechkov. Le fantassin de la marine russe, Alexandre Pozynitch, a été décoré de l’Ordre du Courage, également à titre posthume. Paix à leurs âmes. Le plus terrible dans cette tragédie est qu’elle a été provoquée par l’action d’un pays qui était considéré comme un membre de l’alliance antiterroriste. Plus que cela, considéré comme étant un pays ami, compte tenu des relations de bon voisinage observées depuis plusieurs années, ainsi que des relations économico-commerciales intenses développées entre les deux pays, sans oublier les nombreux projets communs en cours. 

Maintenant justement pour revenir aux relations russo-turques qui risquent de connaitre un revers sérieux, ne serait-ce que sur le court-moyen terme. La thèse avancée par Ankara comme quoi l’avion russe aurait violé l’espace aérien turc ne tient pas. D’abord, parce que tout a été enregistré et le ministère russe de la Défense est formel: il n’y a pas eu de violation de l’espace aérien de la Turquie, preuves à l’appui. D’autre part, imaginons même que si l’avion russe aurait été (certaines sources étrangères parlent de moins d’une minute) dans l’espace aérien turc, comment se fait-il alors que l’avion est tombé à 4-5 kilomètres de la frontière, sur le territoire syrien? Franchement, ne pensez-vous que les pilotes russes, de grands professionnels, sachant qu’ils ont été abattus en territoire turc, n’allaient pas s’éjecter en ce même territoire turc, pour la simple raison qu’il y aurait bien plus de chances qu’ils restent en vie, au lieu de se retrouver dans une zone en Syrie remplie de terroristes? Et troisième point.

Depuis le début de l’intervention antiterroriste russe en Syrie, un avion russe avait à un moment effectivement survolé par accident l’espace aérien turc (des raisons météorologiques ont été avancées). Le ministère russe de la Défense avait alors immédiatement confirmé les faits et présenté ses excuses à la Turquie. En ajoutant qu’afin d’éviter dans le futur de tels incidents, une ligne directe sera mise en place entre les états-majors des deux pays. Pourquoi ne pas avoir utilisé cette option si Erdogan affirme que nous avions tort? Donc une fois de plus, il faut cesser les mensonges. Surtout que, et cela est confirmé par plusieurs haut-cadres turcs, dont l’ex-chef du bureau de renseignement à l’état-major général de Turquie, Ismail Hakki Pekin, qui avait indiqué dans un entretien à l’agence Sputnik « qu’abattre un avion engagé dans une opération contre les éléments terroristes était une grossière erreur ». Et d’ajouter que « le Su-24 russe ne constituait aucune menace pour la Turquie et n’affichait pas de comportement hostile ». 

Quelles sont donc les raisons qui auraient pu pousser le leadership turc (ou en tout cas une partie) à cette folie? Certains analystes avancent le fait que depuis l’intervention antiterroriste russe en Syrie aux côtés de l’armée syrienne, les groupes armés recevant le soutien d’Ankara (Front al-Nosra d’Al-Qaida est notamment mentionné) se retrouvent de plus en plus en difficultés. Vraisemblablement donc, le projet tant voulu par Erdogan de faire tomber le président syrien Assad et le remplacer par un régime loyal à Ankara tombe à l’eau. Le but de l’attaque était donc de montrer sa vive opposition au scénario que l’on observe actuellement, à savoir la progression sur différents fronts de l’armée syrienne, avec le soutien de l’aviation militaire russe, ainsi que des Iraniens et des combattants du Hezbollah au sol. Fort possible mais est-ce la seule raison? Selon moi, il est à penser que non.

L’autre raison serait purement économique. Il est connu que la Turquie est devenue le principal marché de vente du pétrole volé en Syrie et Irak par les groupes terroristes. Un pétrole vendu par ces mêmes groupes terroristes à un prix dérisoire aux cercles impliqués dans ce trafic illicite, pour ensuite être revendu bien plus cher et faire de gros bénéfices. Un business qui permet d’une part un financement massif des groupes terroristes, dont Daech, mais qui apporte aussi d’énormes gains aux groupes criminels impliqués dans ce trafic et qui sont principalement turcs. Selon plusieurs sources, des membres de l’élite politique et économique de la Turquie, participent activement à ce sale processus. Mais depuis que l’aviation russe vise et détruit depuis le ciel syrien, en plus des cibles terroristes, un grand nombre de citernes contenant des dizaines de milliers de tonnes de pétrole transportés par ces groupes terroristes à destination de la Turquie, des profits colossaux partent en fumée, aussi bien côté Daech & autres groupes salafistes, que côté ceux qui commercent avec eux. On parle même de certains proches du président turc Erdogan qui seraient partie active dans ce commerce criminel. Donc l’attaque contre le bombardier russe peut aussi être vue dans cette optique. Le problème, c’est que vraisemblablement les instigateurs de cette tragédie n’ont pas pensé que ces intérêts « économiques » malsains peuvent avoir d’énormes répercussions pour les intérêts économiques globales de la Turquie, compte tenu des relations intenses en ce sens avec la Russie. Au vu de ce qui s’est passé, la Russie sera bien forcée de riposter.

Maintenant, parlons de la riposte. Personnellement, je suis opposé à des sanctions qui vont frapper de simples citoyens, de part et d’autre, surtout connaissant les liens intenses qui nous unissent, ainsi que les nombreux liens d’amitié. Les deux économies sont très interdépendantes. La coopération bilatérale se fait dans nombre de secteurs: énergie (60% de la demande turque assurée par la Russie), commerce, tourisme, banques,…. D’autre part, les sentiments pro-russes en Turquie sont importants, aussi bien au sein des entrepreneurs, hommes d’affaires, représentants politiques qu’au sein de simples citoyens. Il serait trop dommage de détruire cela ou en tout cas d’y porter un sérieux coup. Limiter le flux touristique à destination de la Turquie? Oui, peut-être. D’ailleurs cela commence déjà à être le cas. En ce sens, l’Agence fédérale russe du tourisme (Rostourism) a déjà recommandé aux tour-opérateurs et agences de voyages basées en Russie, de ne plus vendre de voyages à destination de la Turquie. Une proposition déjà très largement suivie. A noter que pour la seule année dernière, près de 4,5 millions de touristes russes ont visité la Turquie, faisant de la Russie le second principal marché émetteur de touristes pour la Turquie (derrière l’Allemagne). Mais de loin le plus dépensier (les touristes russes ont dépensé au total 2 fois plus que les touristes allemands, près de 1,5 fois plus que les touristes US et 1,2 fois de plus que les Britanniques. Un coup effectivement très sérieux pour cette industrie touristique, stratégique pour la Turquie et qui assure deux millions d’emplois directs et indirects. Une mesure radicale mais qui malheureusement peut frapper justement ceux qui généralement ont de la sympathie pour la Russie. Sans oublier aussi que mis à part les très nombreux touristes en provenance de Russie, il y a aussi une diaspora russe assez importante en Turquie, notamment au niveau des familles mixtes. Et les 150-200 000 citoyens turcs vivant et travaillant en Russie d’une façon permanente ou saisonnière? Je ne pense pas qu’il faut d’une quelconque façon les punir pour les crimes de ceux qui appuient les terroristes et qui sont loin de représenter toute la Turquie. Surtout après les condamnations et les critiques exprimées par plusieurs responsables politiques turcs, journalistes, experts civils et militaires, ainsi que des représentants de la société civile, qui comprennent d’autant plus le danger actuel de l’attaque contre l’avion russe pour la suite des relations bilatérales.

 

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20151126/1019835710/russe-turquie-su-24.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les victoires syriennes font changer l’opinion publique mondiale

Base aérienne Ham en Syrie

Il était intéressant d’observer les attaques informationnelles visant l’opération aérienne anti-terroriste russe, lancée pour soutenir l’offensive des troupes gouvernementales syriennes.

En Russie on parlait véritablement de provocations pures et simples, créées pour mettre à mal la coalition Syrie-Russie-Iran-Hezbollah. Depuis et voyant les capacités du ministère russe de la Défense à répondre concrètement à n’importe quelle attaque informationnelle injustifiée, les instigateurs de la nouvelle phase de guerre d’information visant la Russie et ses alliés se sont un petit peu calmés.

Plus encore, en suivant les succès récents des forces aérospatiales russes et des troupes de l’Armée arabe syrienne sur le terrain, les principaux médias mainstream étaient obligés de reconnaitre les avancées notables de l’armée syrienne depuis le début de la participation directe de la Russie dans la lutte anti-terroriste dans ce pays. Dernier exemple en date: l’annonce faite par l’AFP et relayée (sans joie) par tous les grands médias occidentaux, anglophones comme francophones, de CNN à BBC, de France 24 au Figaro. « Syrie: l’armée brise le siège de l’EI autour d’un aéroport clé près d’Alep », titrait le site de France 24

Avec les indications plus bas: « KWEIRES (SYRIE) (AFP) —
L’armée syrienne a brisé mardi le siège imposé depuis plus de deux ans par le groupe Etat islamique (EI) à l’aéroport de Kweires, près d’Alep, selon un photographe de l’AFP sur place, une information confirmée par la télévision d’Etat. Les troupes du régime sont entrées mardi en fin d’après-midi dans l’aéroport et des soldats tiraient en l’air en signe de célébration, a indiqué le photographe ». Fin de la citation.

On notera bien que cette victoire importante de l’armée syrienne met fin à un siège de plus de deux ans. Et l’autre point essentiel qu’on y lit: l’Etat islamique… N’est-ce pas les mêmes médias qui relayaient massivement « l’information » selon laquelle la Russie et la Syrie combattent principalement d’autres groupes « rebelles » (les terroristes « modérés » en d’autres termes) et non pas l’EI? Heureusement une fois encore que le ridicule ne tue pas. Passons.

Pendant ce temps, les chaines gouvernementales syriennes ont montré de leur côté (avec bien évidemment plus de joie que ceux qui ne sont que forcés de reconnaitre les faits devenus évidents), les soldats syriens célébrant une nouvelle importante bataille remportée dans la reconquête de leur pays, martyrisé depuis plusieurs années maintenant par le terrorisme international et l’arrogance des élites occidentales. Les militaires syriens n’ont pas manqué de saluer leur président Bachar al-Assad, ainsi que de remercier la Russie pour son aide cruciale dans ce combat.

Donc on progresse. Et ce seulement à peine un peu plus d’un mois depuis le début de l’intervention russe. Vous imaginez bien que si c’était la coalition étasunienne qui était arrivée à des résultats ne seraient-ce que semblables, et même en ayant l’avantage évident du timing (plus d’un an de « participation »), tous les médias du mainstream seraient en train de célébrer le rôle « exceptionnel » de la politique US. D’autre part, et cela est tout aussi important de le noter, ces mêmes médias commencent à reconnaitre que côté russo-syrien, c’est bien Daech qui est combattu, au même titre que toutes les autres sectes terroristes salafistes opérant en Syrie, notamment liées à Al-Qaida.

Dernier point. En lisant les commentaires sur pratiquement tous les médias occidentaux ayant repris l’annonce faite par l’AFP, on voit clairement de quel côté se penche l’opinion publique internationale. Que ce soit au niveau des lecteurs du Figaro, de France 24 ou des médias US, l’avancée des troupes syriennes, soutenue par l’aviation russe, est accueillie positivement. Ce qui ne fait que confirmer une fois de plus que l’opinion publique occidentale est de plus en plus hostile à la propagande russophobe, relayée depuis plusieurs années et plus particulièrement ces derniers temps par leurs principaux médias. Tout en rappelant aussi, que ce n’est qu’une partie de l’opinion publique globale, dans laquelle les sentiments favorables à la Russie sont encore plus importants.

Certains évidemment tenteront de reprendre le refrain habituel que c’est dû à la « propagande russe ». Mais peut-être que simplement les gens aux quatre coins du monde commencent à analyser sérieusement les processus en cours au niveau de la planète et se poser les bonnes questions? Surtout lorsque d’un côté il n’y a constamment que des accusations sans preuves, et de l’autre une argumentation avec faits réels.
P.S.: Aux derniers sondages menés aux USA, près de la moitié des citoyens US interrogés pensent que les actions de la Russie en Syrie et dans cette région sont « fortes et raisonnables ». Comme quoi, même côté outre-Atlantique, la balance commence à pencher vers la raison.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20151112/1019460203/syrie-opinion-publique-attaques-informationnelles.html

Mikhail Gamandiy-Egorov