Archives du mot-clé diplomatie chinoise

La diplomatie chinoise tacle de nouveau les USA

La Chine a reproché aux Etats-Unis de former des clans selon des valeurs idéologiques, tout en trahissant le principe même de la démocratie, que Washington prétend défendre. Pékin n’a également pas manqué de rappeler aux responsables étasuniens la nécessité d’abandonner la mentalité de la Guerre froide.

Le fait que les Etats-Unis obligent d’autres pays à accepter leurs normes démocratiques et forment des clans en distinguant les pays en fonction de valeurs idéologiques – est une pure trahison de la démocratie, a déclaré mercredi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, cité par l’agence de presse Xinhua.

Il est à noter que Washington poursuit sa rhétorique agressive à l’encontre de la Chine. Lors d’un point de presse par visioconférence, le secrétaire d’Etat adjoint des Etats-Unis chargé des affaires de l’Asie de l’Est et du Pacifique a indiqué que lors de la quatrième réunion de rang ministériel des ministres des Affaires étrangères du Dialogue quadrilatéral pour la sécurité (QUAD) qui aura lieu en Australie et qui verra la participation du chef de la diplomatie US Antony Blinken – une partie de la discussion portera «sur les défis que la Chine représente pour les valeurs démocratiques et l’ordre international».

On peut évidemment se demander à quel «ordre international» fait référence le responsable étasunien dans la réalité multipolaire actuelle, il n’empêche que cette énième déclaration hostile à la Chine n’a pas manqué de faire réagir le haut responsable diplomatique chinois. «La démocratie est une valeur commune de l’humanité, non pas un monopole d’un certain nombre de pays. Il appartient au peuple d’un pays de décider si ce pays est démocratique ou non», a souligné Zhao Lijian.

Il a également ajouté qu’en dépit de leur réputation démocratique ruinée, les USA continuent de forcer d’autres nations à accepter leurs normes en formant des clans en distinguant les pays en fonction de valeurs idéologiques, ce qui est une pure trahison de la démocratie. Et que les Etats-Unis, ainsi que certains autres pays doivent saisir la tendance de l’époque, adopter un esprit approprié et abandonner la mentalité issue de la Guerre froide.

Si ce nouvel rappel à l’ordre de la part de la Chine à l’encontre de Washington est une fois de plus parfaitement justifié, il serait certainement correct de rappeler également qu’au-delà du fait que les régimes occidentaux n’ont aucun droit moral à pouvoir prétendre parler au nom d’une quelconque démocratie – ne pouvant en être effectivement des propriétaires, et même au-delà du fait que de nombreux Etats du monde considérés comme démocratiques n’adhèrent pas à la vision simpliste occidentale de la question, le plus important encore étant les résultats macabres obtenus pour de nombreux peuples à travers les tentatives occidentales d’exporter leur vision de la prétendue démocratie.

Et ce à travers d’innombrables agressions aux quatre coins de la planète, apportant d’énormes souffrances et destructions pour les peuples qui ont eu à les subir. En ce sens, la meilleure caractéristique qui revient aux USA est certainement celle qui lui avait déjà été donnée: celle d’être des faux apôtres de la démocratie.

Enfin, les tentatives des nostalgiques de l’unipolarité, Washington en tête, de tenter à créer de nouveaux blocs pour contrer les partisans de l’ordre multipolaire international actuel – ne mèneront certainement à rien. Et cela non pas seulement en raison de la détermination des principaux défenseurs de la multipolarité, parmi lesquels évidemment la Chine et la Russie et leurs alliés respectifs dans la majorité des régions du monde, mais également et tout simplement car nous assistons aujourd’hui à un processus d’observation active des processus en cours de la part des pays qui étaient traditionnellement considérés comme des partisans du bloc occidental.

Le fait pour ces pays de se détourner progressivement des donneurs d’ordre, tout en se rapprochant d’une manière de plus en plus stratégique avec l’axe de la multipolarité, confirme cette notion parfaitement pragmatique que le monde post-occidental est effectivement une réalité. Une fois de plus, il ne faut aucunement voir dans ce schéma une volonté de mettre à l’écart de la communauté internationale les pays et peuples occidentaux – car bien qu’étant une minorité planétaire, cela n’est pas un objectif en soi. Mais en ce qui concerne l’establishment concerné et ses supplétifs, il n’y a vraisemblablement pas d’autre issue.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/axe_afrique_russie/379

Diplomatie chinoise: l’ère de l’impunité pour les USA est terminée

La Chine continue de hausser le ton face aux nostalgiques du système unipolaire. Les récentes déclarations de la diplomatie chinoise ont été vues par de nombreux analystes comme un sérieux avertissement vis-à-vis de Washington et de ses supplétifs. Mais aussi et peut-être surtout comme une mise au point définitive quant à l’avenir des affaires internationales.

Les Etats-Unis, leurs alliés occidentaux et certains de leurs supplétifs ont beau prétendre à continuer de s’autoproclamer «communauté internationale», à organiser des pseudo-sommets de la «démocratie» – la réalité multipolaire, elle, ne compte aucunement reculer. Et dans cette réalité, à défaut de l’accepter convenablement – il faudra apprendre à une extrême minorité planétaire à connaitre sa place dans le monde… en qualité d’extrême minorité planétaire.

A ce titre, il serait très intéressant de prêter attention aux toutes récentes déclarations de Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères: «Nous condamnons l’intervention militaire brutale des Etats-Unis en Afghanistan, en Irak, et en Syrie au nom de la « démocratie«  et des « droits de l’homme« . Nous appelons la communauté internationale à enquêter sur les crimes de guerre de l’armée étasunienne consistant à tuer des civils innocents dans le monde et à la tenir responsable de ces crimes».

En ajoutant des éléments très importants: «La justice peut être retardée, mais elle ne sera reniée. L’ère durant laquelle les USA agissaient de façon arbitraire dans le monde sous le prétexte de la prétendue « démocratie«  et des « droits de l’homme«  est terminée. Le jour de rendre des comptes finalement viendra pour l’armée US qui a commis les crimes de tuer des civils innocents dans de nombreux pays».

Maintenant, abordons les perspectives. Tout d’abord, il devient aujourd’hui évident que nos prévisions se sont une fois de plus confirmées. Déjà en février dernier et à l’heure où de nombreux analystes et experts présageaient une amélioration des relations sino-étasuniennes après le départ de l’administration Trump de la Maison-Blanche, Observateur Continental a publié une analyse qui indiquait que rien ne présageait au contraire de nettes améliorations dans ces relations. En rappelant notamment que face à la poursuite de l’arrogance dans la politique étasunienne, Pékin continuera à défendre ses intérêts nationaux et à promouvoir la réalité multipolaire mondiale. Ces prévisions se sont largement confirmées.

D’autre part et au moment où certains pouvaient penser que la Chine – tout en étant une superpuissance économique internationale ne se focalisera pas particulièrement sur le volet géopolitique ont là aussi eu tout faux. La République populaire de Chine a au contraire largement accepté son rôle de superpuissance également géopolitique, et a inlassablement raffermi ses alliances avec les autres principales puissances mondiales non-occidentales, parmi lesquelles la Russie et l’Iran.

Enfin, les déclarations récentes de la haute diplomatie chinoise confirment tout simplement que la Chine est effectivement passée à la contre-offensive. L’appel à faire porter la responsabilité aux USA pour les crimes commis à divers endroits de la planète, ainsi que la mise au point sans équivoque que l’ère de l’injustice unipolaire est bel et bien révolue – ne nécessitent pas de commentaire supplémentaire.

Dans ce paradigme de la réalité internationale contemporaine – l’Occident politique pourra alors poursuivre ses gesticulations «moralisantes» autant qu’il souhaitera. Cela ne changera pourtant aucunement les bouleversements mondiaux: des bouleversements dans lesquels l’establishment occidental et ses acolytes devront apprendre à connaitre la place qui est la leur. Encore une fois – cette place est bien connue. Celle d’une minorité planétaire évidente, avec tout ce que cela implique. Y compris sur le plan économique – à l’heure où le poids de l’Occident dans l’économie mondiale ne cesse d’aller à la baisse. Un processus qui par ailleurs ne fera que s’accélérer dans les prochaines années et décennies.

L’Occident et ses suiveurs les plus radicaux avaient pourtant une chance assez unique de tenter à s’adapter à la nouvelle ère multipolaire. Mais les nombreux appels et rappels des nations partisanes de la multipolarité à l’encontre des nostalgiques de l’ordre unipolaire totalement dépassé – à revoir leur mentalité néocoloniale n’ont donné aucun résultat digne de ce nom. Ayant en face des patients inguérissables, il devient évident qu’une telle perte de temps n’apporte que des retards au véritable développement pour l’humanité.

Et en ce sens – les patients intraitables doivent être mis à l’isolement de l’écrasante majorité planétaire. Sachant d’autant plus qu’au sein de cette large majorité terrestre, on retrouve de nombreux citoyens de pays occidentaux – eux aussi adeptes de la multipolarité. La seule et véritable communauté internationale poursuivra donc sa grande marche en avant.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3413

https://t.me/axe_afrique_russie/311

https://web.facebook.com/mikhail.egorov.5/posts/10224933132408872