Archives du mot-clé DNR

Crimes de guerre dans le Donbass: la responsabilité de Kiev évidente

Au moment où le régime kiévien active les préparations en vue d’une fort possible nouvelle agression à grande échelle contre le Donbass, les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk continuent de réunir toutes les preuves des massacres à l’encontre des civils commis par l’armée ukrainienne et les bataillons punitifs d’obédience néonazie.

Plus d’un millier de sépultures anonymes des victimes de l’agression ukrainienne dans le Donbass se trouvent aujourd’hui sur le territoire contrôlé par Kiev. Les premiers résultats des travaux de la commission mixte des républiques autoproclamées du Donbass (RPD et RPL) sur la recherche des personnes disparues ont été annoncés lors de la conférence «Mémoire brûlée du Donbass: crimes de guerre de l’armée ukrainienne et nouvelles données sur les massacres de la population civile».

Depuis l’été et jusqu’à aujourd’hui, une recherche active se poursuit des victimes des agissements de l’armée ukrainienne et des bataillons punitifs extrémistes néonazis – aussi bien du côté de Donetsk, que de Lougansk. Ce travail se fait notamment dans le cadre d’exhumations et de recherche de charniers de civils. A cet effet, une structure spéciale a été mise en place, qui comprend des représentants des deux républiques autoproclamées, des enquêteurs, des équipes de recherche, ainsi que des experts médico-légaux.

L’ampleur et la complexité des tâches n’ont pas affecté le rythme des travaux de la commission. Outre la recherche de nombreux charniers éparpillés sur tout le territoire des républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, ainsi que l’exhumation, se déroulent également des procédures complexes d’identification des victimes civiles, des enquêtes approfondies des circonstances de leur mort, la collecte et l’analyse comparative des tests ADN, et la poursuite des recherches des personnes portées disparues. En parallèle, une base unifiée des disparus et de leurs proches est en cours de création. Après identification et documentation des circonstances des décès, les restes des civils tués par l’agression ukrainienne seront remis à leurs proches pour être inhumés.

Il est à noter que les leaderships des républiques populaires autoproclamées du Donbass prennent toutes les mesures nécessaires pour que la justice internationale puisse être interpellée face aux agissements criminels du régime de Kiev vis-à-vis de la population civile. A Donetsk, comme à Lougansk, le mot d’ordre est le même: l’Ukraine devra répondre pour ses crimes contre les civils.

Ceci étant dit et lorsqu’on observe les attaques politico-médiatiques coordonnées qui émanent de Kiev, mais également de ses alliés occidentaux, il est à croire que la justice réclamée par les responsables et les habitants du Donbass aura de très nombreux obstacles sur son chemin. Tout porte aujourd’hui à croire que les accusations portées par Washington et nombre de régimes occidentaux à l’encontre d’une prétendue «agression» russe qui viserait l’Ukraine ne cherchent qu’à tenter de voiler la véritable agression qui se prépare à grande échelle contre le Donbass et ses habitants – par les forces ukrainiennes et leurs alliés otanesques.

Une chose demeure néanmoins sûre. Si ce dernier scénario se confirmera – la justice se fera alors d’elle-même. Car faut-il le rappeler – l’opposition aux agissements kiéviens et de ses parrains occidentaux est loin de se limiter aux républiques populaires autoproclamées du Donbass. Autre rappel: en août 2008, un autre régime pro-occidental soutenu par l’OTAN avait tenté d’écraser par la force les populations civiles d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie. Tout le monde connait le résultat qui s’en est suivi. Que l’establishment occidental en prenne bonne note avant de cautionner une quelconque nouvelle agression du régime assujetti kiévien.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3374

https://t.me/axe_afrique_russie/298

https://web.facebook.com/mikhail.egorov.5/posts/10224870696968025

Donbass & Ukraine: aucune chance pour la réconciliation

Le régime kiévien semble incapable de comprendre que toute éventualité de pouvoir récupérer par la force les républiques populaires autoproclamées du Donbass est vouée à l’échec non seulement du point de vue des capacités de résistance des dites républiques, mais également et peut-être surtout au vue du rejet de cette idée par la large partie de la population concernée.

Une chose semble aujourd’hui assez sûre dans les agissements kiéviens, c’est que la population du Donbass est presque ouvertement considérée comme une cible à abattre, au même titre que les forces armées des Républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk (RPD, RPL).

Le rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH), dont les principaux points ont été d’ailleurs relayés par Observateur Continental en dit long sur les véritables motivations de l’Ukraine dans sa version actuelle.

Au-delà de continuer à viser les infrastructures civiles, allant de sites d’approvisionnement en électricité jusqu’aux établissements scolaires, la population elle-même du Donbass continue de représenter tout simplement une cible pour l’armée ukrainienne et les nombreux bataillons punitifs d’obédience néo-nazie. Femmes, enfants, personnes âgées – personne n’est épargnée des crimes commis par le régime de Kiev.

D’ailleurs, le projet de loi ukrainien sur «la période de transition» pour le Donbass (évidemment dans le cas où il serait repris par Kiev) en dit long sur le calvaire que voudrait faire endurer le pouvoir ukrainien à la population des républiques populaires de l’ex-Est ukrainien. En d’autres termes – toute la population du Donbass risque de devenir la cible d’une campagne de représailles pour «collaboration» avec l’ennemi. Ce qui équivaut à dire que tous ceux qui ont refusé de reconnaitre le coup d’Etat de 2014 en Ukraine sont considérés comme des ennemis dudit Etat et seront, d’une façon ou d’une autre, poursuivis.

Il devient aujourd’hui assez évident que le régime kiévien ne recherche aucune réconciliation, d’aucune nature que ce soit, avec les habitants qu’il souhaite «retrouver». Ce qu’il souhaite par contre c’est d’anéantir toute liberté de pensée qui va en opposition avec la politique pro-occidentale de ce régime post-Maïdan et des mouvements néonazis qui ont un pouvoir dans les rues des villes ukrainiennes toujours aussi important – et dont on ne trouvera probablement pas d’équivalent à d’autres endroits du monde.

Dans ces conditions – tout retour, sous quelque forme que ce soit des républiques autoproclamées du Donbass au sein de l’Etat ukrainien (si on peut encore parler d’Etat) relève de l’impossible. L’Ukraine pro-occidentale ne souhaite pas, comme certains pays dans le monde l’ont fait en période de conflit ou post-conflit, chercher la réconciliation nationale. Ce qu’elle veut, et peut-être aussi et surtout ses mentors occidentaux ayant des pouvoirs décisionnels qui ne sont plus à présenter, c’est l’anéantissement pur et simple de ces républiques. Et si nécessaire – de la population qui y vit.

Ce que ces personnages, qui seront évidemment passagers car l’Ukraine saura retrouver la voie de la raison à un moment ou un autre, oublient – c’est que la capacité de résistance du Donbass n’est plus à présenter elle aussi. Et si ce n’est pas en 2014, 2015 ou 2016 que cette résistance ait pu être brisée, ce ne sera certainement pas aujourd’hui ou dans un avenir quelconque. La meilleure chose par contre que peuvent déjà entrevoir les citoyens ukrainiens – c’est de se préparer à la période post-marasme de leur pays. Un pays pour rappel devenu l’un des deux plus pauvres d’Europe. Avec pas moins de 4,5 millions de migrants ukrainiens se trouvant en dehors des frontières de leur pays – sur une population totale d’un peu plus de 40 millions d’habitants.

Le régime kiévien joue également avec le feu sur un autre aspect, et non des moindres. Si les voix dissidentes ont été effectivement écrasées dans certaines régions ukrainiennes où les sentiments anti-Maïdan étaient largement répandus, ce n’est pas une raison pour croire qu’elles ne puissent pas être ravivées. Surtout si une contre-offensive des républiques du Donbass devait avoir lieu face à une quelconque nouvelle tentative d’agression. Avec tout ce que cela implique.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3275

https://t.me/axe_afrique_russie/272

https://web.facebook.com/mikhail.egorov.5/posts/10224689760084716

Donbass: l’Ukraine poursuit ses exactions

Le récent regain de violence dans les républiques populaires du Donbass se poursuit à travers les agissements de Kiev. Des actions que ne se presse pas de condamner fermement l’OSCE, confirmant par la même occasion une influence pratiquement absente de cette structure sur les agissements du régime ukrainien.

Les violations des accords de Minsk II se poursuivent du côté ukrainien, démontrant plusieurs choses. Tout d’abord que Kiev ne souhaite pas résoudre le conflit dans le Donbass par une voie pacifique, ni à entendre les revendications des habitants des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk (DNR-LNR) – des républiques formées suite aux événements ayant suivi le coup d’Etat de 2014 dans la capitale ukrainienne avec la destitution du président Viktor Ianoukovitch et le refus de la population du Donbass de reconnaitre la légitimité dudit coup d’Etat.

D’autre part, les événements récents confirment la complicité des capitales occidentales et de l’Otan dans les crimes commis par les forces kiéviennes vis-à-vis des forces de défense de la DNR et la LNR, ainsi qu’à l’encontre de la population civile. Enfin, une structure comme l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) démontre son incapacité, si ce n’est tout simplement son manque de volonté, d’exercer une influence digne de ce nom sur Kiev en lien avec les violations en question.

En effet, les derniers jours ont été témoins de nouvelles attaques de la part des forces ukrainiennes et des bataillons d’obédience néo-nazie : ainsi, dans la matinée du 21 juin, trois militaires de la République populaire de Donetsk ont été tués à la suite d’une attaque au mortier. Un autre a été grièvement blessé. Cela ne s’est d’ailleurs pas arrêté là, puisque l’armée ukrainienne a également ouvert le feu sur une ambulance qui devait évacuer les corps des personnes tuées – en résultat de quoi un autre défenseur du Donbass a été assassiné et plusieurs personnes ont été blessées.

La Milice populaire de la DNR a déclaré qu’il s’agit d’une violation flagrante du droit international humanitaire et que désormais personne n’aura confiance quant au respect de la sécurité des groupes d’évacuation, même si un régime de silence est décrété, comme c’était le cas dans ladite situation. En outre, Donetsk n’exclut pas que le but de cette agression est de provoquer une riposte des unités de la milice populaire, afin de les accuser par la suite de violation des accords de Minsk.

Un peu plus tôt, une autre agression s’était produite, cette fois-ci en République populaire de Lougansk, où des saboteurs ukrainiens avaient infiltré des positions et tué cinq militaires de la milice populaire, le tout toujours en violation de l’application du cessez-le-feu officiellement en vigueur. A noter que le 17 juin dernier, la Russie avait attiré l’attention sur cette tragédie lors de consultations à huis clos au Conseil de sécurité de l’ONU. Attirant par la même occasion l’attention que parmi les victimes plusieurs n’étaient pas des soldats professionnels et que l’un des tués n’a servi dans la milice populaire que depuis un jour et demi.

Moscou avait également exhorté l’OSCE à exercer de son influence sur Kiev par rapport aux agissements de cette dernière dans le Donbass. A ce titre, le ministère russe des Affaires étrangères a noté que Kiev sabotait la mise en œuvre de l’ensemble des mesures prises dans le cadre des accords de Minsk, tout en ignorant le dialogue avec Donetsk et Lougansk.

En ce qui concerne l’activité de l’OSCE, la Russie a également pointé du doigt le fait que les observateurs travaillant pour le compte de cette organisation ne se pressent pas de confirmer les données sur les victimes et les dommages causés aux biens civils dans le Donbass, tout en se gardant ces derniers temps à indiquer la partie responsable des attaques qui sont menées.

Evidemment, un point spécial méritant l’attention concerne les activités de l’Otan. Le représentant permanent de la Russie auprès de l’OSCE, Alexandre Loukachevitch, avait en ce sens fait remarquer que la structure atlantiste, sous couvert d’exercices militaires, pompe l’Ukraine avec des armes diverses – des armes qui par la suite sont utilisées par Kiev dans ses attaques dans le Donbass.

Evidemment, c’est un secret de polichinelle de savoir que les armes utilisées contre les habitants et les forces de défense des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, proviennent des principaux parrains occidentaux de Kiev. Et que donc les crimes commis, y compris à l’encontre des civils, sont aussi de la responsabilité des dirigeants politiques et militaires de l’axe atlantiste.

Quant à l’OSCE, ladite structure montre aujourd’hui une capacité fortement limitée de pouvoir influer sur les agissements du régime kiévien, ce qui laisse penser ce dernier que ses actes d’agression contre le Donbass peuvent se poursuivre impunément. Mais ce qu’oublient les représentants de ce régime, ainsi que les mentors concernés au sein du bloc atlantiste, c’est que le Donbass a déjà fermement démontré toute sa capacité à pouvoir poursuivre la résistance, et si nécessaire – d’aller à la contre-offensive, avec toutes les conséquences qui en découlent. Jusqu’à maintenant, la DNR et la LNR font preuve d’un extrême sang-froid. Mais si les agressions kiéviennes se poursuivent avec la «bienveillance» occidentale, la riposte se fera sentir, et peut-être même au-delà du territoire des républiques populaires du Donbass.

Mikhail Gamandiy-Egorov 

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2853

https://t.me/axe_afrique_russie/120

Donetsk-Lougansk, un match de foot pour la paix

Donetsk-Lougansk, un match de foot pour la paix

Les populations des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, habituées à être constamment sous le feu et à devoir être prêtes à la défense de leur terre, ainsi qu’à la sauvegarde de leurs vies et ceux de leurs proches, ont eu finalement droit à un moment de détente, dans un cadre sportif.

En effet, un match amical réunissant pour la première fois les équipes nationales des Républiques de Donetsk (DNR) et de Lougansk (LNR) ensemble, a eu lieu dans la capitale de la première. Sans campagne promotionnelle importante, le stade Metalurg de Donetsk a réuni des tribunes pourtant pleines.

Pour Denis Pouchiline, représentant permanent de la DNR, cette rencontre sportive représente la renaissance du sport dans le Donbass. Plus encore, le match symbolisait également un espoir de paix au moment où les deux républiques populaires vivent toujours en état de guerre avec la junte de Kiev.

Ce match historique était donc significatif pour plusieurs raisons. Premier match commun des équipes nationales de deux Etats désormais indépendants, ayant constitué dans le passé récent le poumon économique et industriel de l’Etat ukrainien. Et ayant décidé de le quitter après le putsch armé pro-occidental du Maïdan. D’autre part, ladite rencontre a permis de redonner l’espoir aux populations concernées qu’un retour à la vie normale reste possible et ce malgré l’état de guerre quasi-permanent.

Bien que le match ait été amical, la rencontre a montré une véritable bataille sportive. Au final, la DNR a remporté le match sur le score de 4 buts à 1. A noter la présence au sein de l’équipe nationale de la République populaire de Donetsk d’un joueur d’origine africaine, Peres Adongo. Originaire du Nigeria, ayant joué de nombreuses saisons dans les pays du Golfe, il vit depuis plusieurs années à Donetsk, a épousé une native de la ville et se considère pleinement comme étant un citoyen de la DNR. Cet avis est d’ailleurs entièrement partagé par ses collègues et ses nombreux amis.

Durant la rencontre, les supporteurs présents scandaient « Donetsk, Lougansk, unis », ou encore « Novorossia, Russie! ». Des messages fortement symboliques. Pour le printemps de l’année prochaine, les autorités de la DNR entendent même lancer la première coupe républicaine, voire même réutiliser Donbass Arena, stade ayant notamment accueilli des matchs de l’Euro 2012 (y compris la demi-finale) et pouvant accueillir plus de 60 000 personnes, même si pour le moment cela est impossible, car il est fortement endommagé par les bombardements putschistes.

En tout cas et ce qui est certain, c’est que le temps d’un match de football, les habitants du Donbass ont pu retrouver un semblant de vie normale. Le Donbass revit même si tellement de défis doivent encore être résolus, le premier étant la défense de l’indépendance. En effet, les forces putschistes kiéviennes et leurs mentors occidentaux n’ont toujours pas accepté l’idée d’un Donbass libre et indépendant. Et bien sûr travailleur comme il l’a toujours été.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150810/1017451519.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

« Le Donbass ne refera jamais partie de l’Ukraine ». Entretien avec Konstantin Dolgov.

Konstantin Dolgov est co-président du Front populaire de Novorossia

Konstantin Dolgov est co-président du Front populaire de Novorossia.

Mikhail Gamandiy-Egorov, Sputnik France: Vous venez d’arriver de Donetsk. Comment se déroule la vie de la population depuis les accords de Minsk-2? Et globalement quelles sont les nouvelles?

Konstantin Dolgov: Le principal point positif de la trêve que l’on observe depuis les accords de Minsk 2 est que la population civile ne soit pas tuée. Néanmoins, la partie ukrainienne continue de violer l’accord de cessez-le-feu même si et il faut le dire cela se passe généralement sur la ligne de contact des forces ukrainiennes et de nos troupes. En ce qui concerne Donetsk, la ville est en train de revivre. On voit la réapparition d’embouteillages sur les routes. Et pour la première fois depuis le début de la guerre, on observe sur les points de contrôle des files d’attente de gens qui rentrent chez eux en République populaire de Donetsk depuis la Fédération de Russie.

Globalement, la situation reste très compliquée. L’un des principaux problèmes est que les retraités continuent de ne pas pouvoir toucher leurs retraites et ce depuis le mois de juillet de l’année dernière. Depuis le moment que Kiev ait tout simplement volé les retraites des gens. La position de la partie ukrainienne se résume au fait que puisque les habitants de Donetsk ont choisi la voie de l’indépendance, Kiev refuse donc de leur payer leurs retraites. C’est une approche véritablement hypocrite puisque tous ces gens durant de bien longues années avaient cotisé aussi bien au sein de la République socialiste soviétique d’Ukraine, puis au sein de l’Ukraine dite indépendante. De leurs salaires ils cotisaient au fonds de pension. L’argent du fonds de pension se trouve à Kiev. En conséquence de quoi, cet argent dû de plein droit aux habitants est tout simplement volé par Kiev et les personnes touchées ne peuvent jusqu’à présent pas toucher leurs retraites. Cette situation peut être caractérisée comme une catastrophe humanitaire. Nous avons à l’heure d’aujourd’hui environ 1,5 million de retraités qui se trouvent toujours sans retraites. Tout récemment nous avons commencé à payer les salaires aux employés de l’Etat, aux professeurs, médecins mais il y a encore un manque sérieux d’argent, en premier lieu cela concerne la masse monétaire. C’est ce qui a poussé le leadership de la république à déclarer que nous devenons une zone multi-devises où le rouble russe, l’euro ou le dollar ont tous une libre circulation au même titre que la hryvnia ukrainienne.

A Donetsk, comme dans nos autres villes, l’écho de la guerre se fait beaucoup ressentir. Beaucoup de gens ont été victimes dans ce qu’on appelle désormais l’ex-Sud-Est ukrainien. Et on le voit ne serait-ce qu’au niveau de notre fondation caritative Belaya kniga (« Livre blanc »), que je dirige. Tous les jours nous recevons des dizaines, et parfois même des centaines, de demandes d’aide. Directement de la part des personnes, ou via leurs proches, qui ont été blessés lors des attaques ukrainiennes. Certaines de ces personnes sont aujourd’hui handicapées. Ou encore de la part de personnes ayant perdu leur foyer après les bombardements ukrainiens. Notamment le village de Peski se trouvant non loin de Donetsk, qui a été tout simplement détruit et rasé. Les vétérans de la Grande guerre patriotique à l’instar des autres retraités ne touchent également pas ce qui leur revient de droit. Ce dont Kiev a l’obligation de payer mais qu’il refuse. Les orphelinats aussi se trouvent dans une situation très délicate, notamment au niveau de l’approvisionnement en produits de base, telle que la nourriture. Il y a des orphelinats aussi qui ont des problèmes de chauffage et d’approvisionnement en eau. En ce qui concerne les personnes devenues handicapées, bien souvent ils ont besoin de prothèses ou d’opérations couteuses. Des centaines de personnes juste à Donetsk.

Sputnik France: Tous ces problèmes que vous venez de mentionner, vont-ils pouvoir être réglés dans un avenir prévisible?

Konstantin Dolgov: Ils vont être réglés mais il faut bien comprendre que nous nous trouvons toujours en situation de guerre. Bien que la trêve soit globalement respectée, ce n’est un secret pour personne que l’Ukraine se prépare de nouveau à attaquer le Donbass. Vraisemblablement ils utilisent l’expérience du massacre opéré par la Croatie en République serbe de Krajina. Cette dernière était devenue un Etat à part entière mais la Croatie avec le soutien des instructeurs étasuniens et de sociétés privées appartenant également à de hauts gradés militaires américains, s’était alors préparée à la reconquête en mobilisant et en modernisant ses forces armées. Et au cours d’un « blitzkrieg » elle avait écrasé ce qu’ils appelaient « le foyer du séparatisme ». Kiev vraisemblablement prépare le même type de scénario et nous recevons bon nombre d’information confirmant cette thèse. Kiev mobilise ses citoyens. Bientôt leurs forces armées atteindront le chiffre de 500 000 personnes: l’armée ukrainienne, les soi-disant « bataillons territoriaux », la « garde nationale ». D’autre part, de sérieuses discussions sont menées sur les livraisons d’armes à l’Ukraine par les USA. Mais de fait les armes américaines s’y trouvent déjà et nous le savons. Lorsque nous avons libéré l’aéroport de Donetsk, nous y avons trouvé les armes Made in USA. D’autre part encore, l’Ukraine continue d’appliquer ce qu’ils appellent l’impôt militaire ou selon les termes officiels « l’impôt pour l’opération anti-terroriste » (1,5% de prélèvement sur les salaires et revenus ukrainiens, ndlr). De nouveaux véhicules blindés et autres armements sont envoyés à différents endroits, notamment dans les directions de Kharkov-Izium, Izium-Slaviansk et d’autres. Tout cela certainement pas pour appliquer les accords de Minsk.

Evidemment dans cette situation, il est encore difficile d’assurer une vie normale aux citoyens de la République populaire de Donetsk. Nous sommes obligés de nous préparer à la guerre qui très certainement aura lieu. C’est une question de temps. Nous allons assurer la défense des habitants de Donetsk, Lougansk et de nos autres villes. Cela nécessite évidemment beaucoup d’efforts, aussi bien au niveau du leadership de nos républiques populaires, ainsi que de tous les habitants. Et c’est ce qui rend difficile la reconstruction pacifique qui permettra de retrouver une vie normale. Notre devoir est d’assurer la sécurité de nos citoyens et le faire sans des forces armées efficaces est tout simplement impossible. Si l’Ukraine réussit à réaliser ses plans pour le Donbass et que nous ne puissions pas assurer une défense digne de ce nom, le nombre des victimes se comptera par centaines de milliers. Néanmoins et globalement la situation s’améliore déjà. Et aujourd’hui on peut même dire que dans certains domaines, la DNR et la LNR, dépassent le niveau des territoires ukrainiens, pourtant non touchés par la guerre. En premier lieu cela concerne les services publics. Les bâtiments résidentiels sont chauffés et bien mieux que dans le reste de l’Ukraine. D’autre part, nous avons gelé les prix pour les services publics alors que parallèlement en Ukraine sur certaines positions ils ont été augmentés de sept fois, notamment en ce qui concerne le gaz… Notre objectif est bien évidemment de poursuivre le travail dans cette voie afin que malgré la guerre et l’agression de l’Ukraine contre nos républiques, nous puissions assurer un niveau de vie meilleur dans nos républiques qu’en Ukraine. Il s’agit du meilleur argument possible pour tous les habitants qui se trouvent encore sur les territoires occupés par le pouvoir autoproclamé kiévien. Nous considérons que les 35 millions de citoyens de l’Ukraine qui se trouvent de fait pris en otages par un gang de criminels de guerre basé à Kiev, par les Porochenko, Iatseniouk et autres, représentent le véritable potentiel de développement de Novorossia auquel nous devons penser.

Sputnik France : Donc selon vous la reprise des combats est juste une question de temps, c’est bien cela?

Konstantin Dolgov : Oui. Et d’après les informations que nous possédons, cela peut arriver pratiquement d’un jour à l’autre. L’Ukraine possède toutes les possibilités de passer à l’offensive sur certains endroits du front déjà aujourd’hui. Bien que et il est important de le mentionner, l’application de Minsk 2 à la différence de Minsk 1 est garantie par plusieurs pays de la communauté internationale, dont deux possèdent un statut de puissances nucléaires: la Russie et la France. Mais il faut toujours se rappeler que la décision de violer l’accord Minsk 2 par Porochenko ne va pas être prise par ce même Porochenko, mais bien à Washington. Compte tenu d’une certaine stabilisation économique que l’on observe actuellement en Fédération de Russie: on voit que le rouble se renforce par rapport au dollar, que les sanctions appliquées par les USA et l’UE n’ont pas eu l’effet escompté sur la Russie, il est donc tout à fait probable qu’afin de recréer une situation de déstabilisation aux frontières russes, Washington poussera Porochenko à la reprise de la guerre chez nous dans le Donbass. La météo s’est détériorée en ce moment: un vent très fort, avertissement de tempêtes, à certains endroits fortes pluies et neige. Un moment donc qui n’est pas idéal pour lancer l’offensive. Mais les prévisions météorologiques annoncent que d’ici 10 jours, le temps deviendra ensoleillé. Au Donbass nous avons les steppes, qui sèchent rapidement. Donc toutes les conditions seront réunies du côté ukrainien pour un déplacement « confortable » de leurs véhicules blindés et donc pour attaquer nos villes. A notre niveau ce que je peux dire c’est que nous sommes prêts à contrer les attaques qui nous visent.

Sputnik France : En ce moment on observe beaucoup de discussions externes sur l’avenir de la DNR et la LNR. Certains parlent d’une « large autonomie » et qu’en tout cas les républiques populaires vont rester « au sein de l’Ukraine ». Pouvez-vous aujourd’hui répondre à cette question et mettre les points sur les « i »?

Konstantin Dolgov : Ce que je vais dire sera mon opinion personnel. Je parlerai de la tendance générale que j’observe. Cette tendance générale est simple: le Donbass dans tous les cas ne refera plus partie de l’Ukraine. Si c’était l’opposé, les millions de personnes vivant dans nos républiques ne le comprendront tout simplement pas et ne pourront l’accepter. Ils seront alors obligés de partir massivement. Où? Bien évidemment sur le territoire de la Fédération de Russie, le seul pays qui assiste véritablement Novorossia. En premier lieu grâce aux convois humanitaires que la Russie envoie dans le Donbass. Non, le Donbass ne fera pas partie de l’Ukraine. Nos habitants sont catégoriquement opposés à toute idée de retour au sein du pays qui massacrait ses concitoyens d’hier. En parlant d’indépendance, j’aimerai à ce titre faire un retour aux événements du printemps dernier, du printemps 2014 rentré dans l’histoire comme le « Printemps russe ». Nous allons regarder la vérité dans les yeux. Les gens qui sont sortis dans les rues pour manifester ne le faisaient pas pour la DNR et la LNR. Oui, il y avait ceux qui dès le départ réclamaient l’indépendance, il y avait aussi ceux qui prônaient la fédéralisation au sein de l’Ukraine. Ces derniers étaient certes bien minoritaires mais ils y étaient aussi. Le fait principal est que l’écrasante majorité des habitants des régions de l’ex-Sud-Est ukrainien voulaient suivre la même voie que la Crimée. Mais ce qui nous réunissait tous était le fait que nous réclamions la tenue d’un référendum pour déterminer le futur de notre terre dans la mesure où un coup d’Etat anticonstitutionnel venait d’avoir lieu à Kiev. Il n’y a donc plus de pouvoir légitime ukrainien au niveau de l’Etat. Le pouvoir passait au niveau des autorités locales qui devaient déterminer leur futur. Certaines d’entre elles ont préféré faire allégeance au gouvernement putschiste autoproclamé à Kiev. Mais les collectivités territoriales n’ont pas disparu et à ce titre Donetsk, Lougansk, Kharkov, Odessa et les autres régions voulaient qu’une seule chose: un référendum sur leur statut. Ce que je peux dire une fois encore c’est que dans toutes ces régions de l’ex-Sud-Est ukrainien, l’écrasante majorité des habitants souhaitaient suivre la Crimée et rejoindre la Fédération de Russie. Et même lorsqu’on a vu la formation des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk après le référendum du 11 mai dernier qui devait justement valider leurs indépendances, c’était vu par les habitants comme un statut provisoire. Le 8 mai je suis sorti de la prison de Kharkov et j’ai dû quitter le territoire ukrainien pour éviter une autre arrestation par les services spéciaux kiéviens qui se profilait pour me retrouver à Donetsk. Et en observant les sentiments régnants, aussi bien à Donetsk qu’à Lougansk, la création des républiques populaires était perçue comme une étape intermédiaire avant le rattachement à la Fédération de Russie. A ce titre, on se préparait à faire une demande officielle. Puis le 26 mai les premières bombes ukrainiennes sont tombées sur Donetsk. L’aviation ukrainienne a lancé ses bombardements. Et la guerre se poursuit jusqu’à aujourd’hui. Mais à titre personnel, je suis convaincu qu’à un moment ou un autre, la grande partie du territoire appelé Ukraine, à l’exception probablement des cinq oblasts de l’Ouest, va demander à rejoindre la Fédération de Russie, y compris Kiev.

Sputnik France : Donc selon vous le projet Novorossia va s’étendre bien au-delà des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk?

Konstantin Dolgov : Je pense qu’un jour on verra le drapeau de Novorossia en qualité d’un des sujets de la Fédération de Russie, au même titre que celui de la Crimée qui a été rajouté au sein du bâtiment du Conseil de la Fédération regroupant tous les drapeaux de tous les sujets composant la Russie. En fin de compte, on y verra aussi le drapeau de Novorossia.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150402/1015467226.html

Mikhail Gamandiy-Egorov