Archives du mot-clé économie

Venezuela: l’économie repart à la croissance

30.08.2022

A l’heure des événements contemporains, les pays ayant démontré leur capacité à faire face aux sanctions unilatérales occidentales constituent des exemples fortement intéressants, y compris pour des Etats qui ont débuté ou pensent sérieusement à le faire – le processus d’éloignement vis-à-vis de l’Occident collectif. En ce sens et à l’instar d’autres nations, le Venezuela fait partie de ces exemples.

L’économie vénézuélienne a progressé de 17,04% en termes de glissement annuel au premier trimestre 2022, a déclaré récemment le président de la banque centrale du pays et repris par Reuters.Représentant à l’heure actuelle la croissance la plus élevée parmi les pays d’Amérique latine.

Le président de la banque centrale vénézuélienne, Calixto Ortega, avait également indiqué que l’économie de la République bolivarienne avait connu une hausse de 19,07% au quatrième trimestre 2021 par rapport à la même période en 2020. Pour rappel, le pays était plongé dans une grave récession depuis 2014, ainsi que faisant face à une inflation élevée, dues notamment aux sanctions US qui visaient à asphyxier l’économie du Venezuela, des sanctions se comptabilisant en plusieurs centaines de positions et visant notamment son secteur pétrolier, stratégique pour l’économie et le budget de Caracas.

S’il est vrai que le manque de diversification des secteurs de l’économie vénézuélienne avait accentué les problèmes, il n’en demeure pas moins que l’agression économique US avait joué un rôle crucial dans les défis auxquels ont dû faire face les autorités et la population. A cela s’ajoutent les multiples tentatives de coup d’Etat à l’encontre du leadership vénézuélien, et les actions néfastes des sous-traitants washingtoniens, parmi lesquels le régime britannique ou ceux issus de l’Europe bruxelloise. Le vol de plusieurs dizaines de tonnes d’or du Venezuela par la Banque d’Angleterre ne fait d’ailleurs que largement le confirmer

Il est vrai que durant cette période difficile, le Venezuela a pu compter sur le soutien de nombreux pays alliés et partenaires stratégiques avec lesquels les relations ont été renforcées dans plusieurs domaines: Cuba, Russie, Iran, Chine, Turquie, entre autres. Et au final une résistance qui a payé: mettant le principal déstabilisateur du pays en position de faiblesse

Car au-delà des nouvelles opportunités qui se sont ouvertes à Caracas dans la flambée actuelle des prix des hydrocarbures, le fait est que c’est désormais l’establishment occidental qui cherche une sortie la moins humiliante possible de sa posture vis-à-vis de la République bolivarienne, à l’heure de la crise énergétique sans précédent que l’Occident subit déjà, et qui l’attend encore à l’avenir.

Pour conclure, il serait bon de rappeler que les innombrables tentatives de Washington et de ses suiveurs de faire tomber le pouvoir bolivarien à travers l’implication d’éléments extrémistes ou encore l’asphyxie de l’économie vénézuélienne, avaient un objectif encore plus global: stopper le renforcement de l’axe progressiste latino-américain hostile à la politique atlantiste étasunienne. Les récents événements dans la région et fort certainement à venir démontrent parfaitement l’énième échec de cette politique de l’extrême minorité mondiale, qui refuse obstinément de s’adapter à la multipolarité. Et en ce sens, si même des erreurs avaient été commises dans le passé par le leadership vénézuélien, notamment dans le manque de diversification des secteurs économiques nationaux, les principaux choix stratégiques du Venezuela auront largement démontré quant à eux toute leur justesse.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=4187

Pour le FMI – l’Ukraine a besoin de dons et non pas de prêts

Les structures affiliées à l’Occident font preuve d’une «solidarité» presque sans limite vis-à-vis du régime kiévien. Les Etats européens, pourtant faisant face à de nombreux défis économiques, ne seront pas épargnés par l’action de générosité réclamée par Kiev et ses principaux parrains. D’autant plus que vraisemblablement, l’Ukraine ne sera pas en mesure de rembourser quoi que ce soit.

Pour rappel, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait récemment indiqué que son pays a besoin de 7 milliards de dollars mensuels pour pouvoir continuer à faire fonctionner son économie, et surtout de continuer à remplir les responsabilités sociales pour le paiement des salaires et des retraites. En passant – des obligations sociales, dont les retraites, que ledit régime ne paie plus à «ses citoyens» du Donbass depuis maintenant de longues années, et d’autres territoires suspectés d’être aujourd’hui en faveur de la Russie, comme la région de Kherson.

A l’heure où l’establishment occidental, plus particulièrement anglo-saxon et affilié, maintient le cap de livraisons d’armements au régime kiévien, la réalité fait que les armes aussi massives soient-elles ne pourront évidemment pas répondre aux besoins de simples citoyens ukrainiens. Tout le paradoxe d’ailleurs du régime de Kiev réside dans l’aspect promu par ses conseillers étasuniens, à savoir que le régime kiévien réclame plus d’aide à l’Occident, et particulièrement à l’Europe, adopte un ton qui dicte aux Européens de ne plus commercer avec la Russie, tout en continuant à percevoir les paiements pour le transit du gaz russe à destination de l’UE, et en obtenant le chauffage dans les foyers ukrainiens – en provenance de la «méchante» Russie.

Mais peu importe – paradoxe ou non, l’Europe doit suivre ce que réclame Kiev, ainsi que ses parrains de Washington et Londres. La dignité n’étant pas le point fort des cités depuis un long moment. Pour ce qui est du Fonds monétaire international (FMI), et plus particulièrement sa directrice générale Kristalina Georgieva, l’appel est tel que les besoins financiers de l’Ukraine et la manière de les combler «doit passer le plus possible par des donations plutôt que des prêts».

En d’autres termes – Kiev ne sera vraisemblablement pas capable de rembourser ses créanciers. Car au-delà du fait qu’un conflit armé soit en cours, par rapport auquel d’ailleurs nombreux observateurs se posent la question légitime du pourquoi d’une telle générosité vis-à-vis du régime kiévien à la différence de nombreux autres pays passés par des situations de guerre – mais surtout au niveau de corruption systématique de l’Etat ukrainien que le coup d’Etat pro-occidental de 2014 n’a tout sauf amélioré. Faisant depuis ledit coup d’Etat de l’Ukraine l’un des deux Etats les plus pauvres d’Europe.

Evidemment, certains comptent bien remporter la mise, en obtenant par exemple des livraisons de produits alimentaires stratégiques en provenance de l’Ukraine en échange d’avoir apporté, ou simplement trouvé des financements pour le compte kiévien. En d’autres termes – parfois et tout simplement des intermédiaires de certains «cabinets» et lobbies occidentaux. D’autres, notamment plusieurs pays européens, apporteront tout simplement des fonds des contribuables des pays respectifs sans aucun retour sur «investissement».

Peut-être évidemment que les responsables européistes justifieront cela par la nécessité de soutenir une «démocratie» et une prétendue «résistance» de l’Etat ukrainien post-Maïdan face au méchant ours russe. Dans tous les cas – nombreux sont les contribuables justement qui ne souhaitent guère subir des pertes économiques importantes de leurs Etats avec des conséquences directes pour leur vie quotidienne, le tout pour le compte d’un régime qui ne leur apportera rien en échange. Et plus que cela, continuera à tenter de dicter les actions à suivre pour ces mêmes pays en question.

Il est évident que dans ce schéma, les élites washingtoniennes et plus généralement anglo-saxonnes ne subiront pas de pertes comparables à l’Europe continentale. Mais après tout, c’est pour «la bonne cause», diront les responsables atlantistes. Quant aux populations respectives, elles n’auront que leurs yeux pour constater les effets de cette politique appliquée par leurs élus.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Média chinois: Les «sept péchés» des systèmes politiques occidentaux défectueux

Les systèmes politiques occidentaux deviennent de plus en plus rigides, inefficaces et en déclin. Pour le quotidien chinois Global Times, ces régimes ont un besoin urgent d’une réforme systématique profonde.

Dans son éditorial, l’important média de Chine publié en chinois et en anglais, revient sur ce qu’il appelle les «sept péchés» des systèmes politiques occidentaux défectueux. Pour les analystes chinois, l’évidence est que l’Occident fait face à de nombreux problèmes – que les systèmes établis peuvent difficilement surmonter.

Tout d’abord, Global Times note que la dynamique de développement interne en Occident se trouve en déclin. Et ce n’est aucunement en raison d’avoir atteint son apogée en termes de développement économique et social. Les auteurs rappellent par ailleurs le nombre important de personnes vivant dans la pauvreté dans les pays occidentaux, particulièrement aux Etats-Unis. Et la nature du capital à but purement lucratif (libéral en d’autres termes) – a sévèrement limité ce pays en termes d’investissements de ressources dans des activités économiques qui favorisent le bénéfice pour l’ensemble de la société. C’est l’un des échecs des systèmes occidentaux.

Deuxièmement, les analystes chinois soulignent l’inefficacité et une réalité obsolète pour l’architecture politique occidentale. Pour eux – la démocratie à l’occidentale a, dans une certaine mesure, conduit au désordre politique. La confrontation entre diverses forces continue de provoquer un grave clivage social, ce qui à son tour entrave le fonctionnement normal de la société. De nombreux de ces pays occidentaux sont depuis longtemps confrontés à d’importants problèmes – sans être en mesure de trouver une solution.

Troisième point – les systèmes occidentaux ont largement toléré l’extrémisme et l’absolutisme – notamment dans la recherche de boucs émissaires de leurs propres échecs. L’éditorial de Global Times note que la compétitivité des pays occidentaux est en baisse – et la raison principale de cela ne réside qu’en eux-mêmes. Cependant, ils arrivent à la conclusion absurde que c’est «la Chine qui a volé leur déjeuner». Aussi, les USA ont subi une grave défaite dans la lutte contre le Covid-19 et reprochent à la Chine d’en être justement la coupable.

Quatrièmement, pour les experts chinois – il est difficile de réformer les systèmes occidentaux. Certains avaient essayé mais ont échoué. Un sentiment de peur et d’impuissance à l’égard de toute idée de réforme s’est ainsi formé. Les dirigeants des Etats-Unis et d’autres pays occidentaux ont placé les intérêts privés de leurs propres partis bien au-dessus des intérêts communs de la société. En conséquence – aucune politique cohérente à long terme ne peut être élaborée et les ressources sont systématiquement gaspillées.

On arrive au cinquième point. Les pays occidentaux sont arrogants et manquent d’autocritique. La polarisation au sein des forces politiques de l’Occident a conduit à leur hésitation à rechercher la vérité dans les faits. Sur ce point, peut-être que devrions-nous tout de même rajouter que c’est plus par manque de volonté que par hésitation, mais le sens est bien compris. Global Times rajoute: ils s’en tiennent à l’autosatisfaction et au déni brutal d’explorer la gouvernance en dehors de l’Occident. Ce point est très juste – l’Occident politique reste autocentré sur lui-même, en oubliant qu’il ne représente qu’une minorité évidente à l’échelle planétaire. Le cinquième point est clôturé par la conclusion que l’esprit d’apprentissage des élites occidentales s’est asséché et leur affirmation de soi s’est transformée en un narcissisme extrême. Sur cette note, fort difficile de rajouter quoi que ce soit d’autre.

Sixièmement, pour le média chinois – les systèmes occidentaux, Etats-Unis à leur tête, deviennent tout simplement barbares, en ignorant les lois et les règles internationales, se détournant de convaincre les gens par la vertu et adorant uniquement la force dure. Les régimes occidentaux ont intensifié leurs ingérences dans les affaires intérieures d’autres pays, tout en faisant preuve de la politique de deux poids deux mesures, et ont menacé la paix mondiale. Global Times rappelle qu’au cours des dernières années, les différentes guerres à travers le monde ont pratiquement toutes été lancées par les USA et plus généralement l’Occident.

Septième et dernier point: l’essence de la démocratie à l’occidentale est constamment dans la compression. De nombreuses personnes en Occident mènent ainsi une vie de misère – sans en pouvoir défendre leurs droits. Pendant ce temps, les étiquettes démocratiques de leurs pays ont en fait protégé et dissimulé un certain nombre de maux. Les règles étant formulées par les couches supérieures de la société. A première vue – l’opinion publique est ouverte, mais les gens ordinaires n’ont pas vraiment le droit de faire valoir leur opinion et leurs droits sont constamment bafoués. En effet – une caractéristique fortement réaliste des régimes occidentaux.

Global Times conclue: ces points peuvent être considérés comme les «sept péchés» des systèmes politiques occidentaux – dans la vie réelle. Selon les analystes chinois, les pays occidentaux doivent rapidement se réformer, et, faire évoluer leurs systèmes centrés sur le capital (le fameux libéralisme occidental) à des systèmes centrés sur les personnes.

Ces sept points constituent sans le moindre doute un tableau très réaliste des régimes occidentaux, nostalgiques résolus de l’unipolarité, et si réfractaires dans l’acceptation en bonne et due forme du concept multipolaire mondial. Les recommandations données par les éditorialistes de Chine sont également à saluer, même si connaissant la mentalité toujours en large partie néocoloniale de l’establishment occidental – il est fort peu probable qu’il soit capable de réformes sérieuses, sur les plans intérieurs comme extérieurs. Au grand détriment de ses propres populations.

Ce qui est néanmoins certain: c’est que l’obstinément des élites composant les régimes occidentaux ne saura arrêter la marche en avant des partisans de la multipolarité. Ce processus étant dans une phase déjà avancée. Et le refus de l’establishment occidental de s’adapter à la réalité contemporaine ne rendra la chute que plus douloureuse.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2641

https://t.me/observateur_continental/1063