Archives du mot-clé géoéconomie

Chine: l’écart de mentalité entre les acteurs occidentaux du monde politique et celui des affaires

Au moment où l’establishment politique de l’Occident, en perte évidente de vitesse dans les affaires internationales, tente de sauver la face en misant sur des actes typiques pour la guerre froide à l’encontre de ses principaux adversaires géopolitiques, l’approche des représentants du monde des affaires et de l’entreprenariat occidental se refuse pour nombre d’entre eux à suivre la démarche des élites politiques.

Les grandes entreprises occidentales, tout comme les PME, ne souhaitent vraisemblablement pas perdre les opportunités d’affaires existantes dans les pays considérés comme les principaux adversaires géopolitiques des élites politiques de l’Occident. Ce paradigme représente en soi un casse-tête supplémentaire, et non des moindres, pour l’establishment occidental, nostalgique résolu de l’ère unipolaire – totalement dépassée par la réalité multipolaire.

Le cas de la Chine en représente d’ailleurs un parfait exemple. La première puissance économique mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat (PIB-PPA), représente non plus seulement le centre des grandes chaines de production à l’échelle mondiale, mais également et aussi un énorme marché pour les entreprises qui offrent leurs technologies et savoir-faire. La démographie alliée à un pouvoir d’achat qui n’a cessé d’aller fortement à la hausse au cours de toutes ces années constituent des éléments évidents et qui ne sont plus à démontrer.

Ainsi, et en ne souhaitant absolument pas perdre ces opportunités existantes, les entreprises occidentales, y compris des géants comme Apple, ont d’ores et déjà investi des multi-milliards de dollars en Chine, en échange du maintien de l’accès au marché local. Ceci d’ailleurs étant dit, le géant IT est aujourd’hui loin d’être la seule entreprise occidentale qui ne suit pas les appels des autorités US pour un désengagement avec Pékin.

Le tout au moment où l’establishment étasunien et occidental continue de nommer expressément la Chine et son renforcement international continu – comme une menace inconditionnelle pour les positions des USA dans le monde. Il faut également reconnaitre qu’il est en cela largement suivi par les médias occidentaux appelés dans le temps « mainstream ».

Au-delà des Etats-Unis, l’Union européenne n’est pas en reste. D’un côté, les politiciens bruxellois soutiennent pour une large part d’entre eux la rhétorique de l’allié (donneur d’ordre ?) étasunien, mais de l’autre Pékin est déjà devenu le principal partenaire économico-commercial de l’UE, ayant dépassé les USA. Et les opérateurs économiques issus de l’Europe bruxelloise qui travaillent avec la Chine ne souhaitent vraisemblablement pas participer à une quelconque hystérie anti-chinoise. Le plus souvent – bien au contraire.

De façon plus générale, les entreprises étasuniennes comme européennes qui possèdent un chiffre d’affaires important dans leur travail en Chine ou avec la Chine – sont justement celles qui bien souvent présentent les meilleurs indicateurs de rentabilité et de taux de dividende par rapport à leurs concurrents qui ignorent ou boycottent le marché chinois, en suivant la ligne des élites politico-médiatiques occidentales.

Pour beaucoup de ces entreprises occidentales, une dépendance s’est d’ailleurs créée vis-à-vis du marché chinois. Y compris parmi les géants internationaux. En supplément d’Apple déjà cité, Microsoft a installé son plus grand centre de R&D à l’étranger dans la capitale chinoise Pékin. Le leader du secteur des équipements réseaux Cisco avait investi 10 milliards de dollars dans ses projets en terre chinoise. On peut également citer Intel ou encore Dell – l’un des principaux fournisseurs US d’ordinateurs portables, qui avait annoncé un investissement de 125 milliards de dollars sur le marché informatique chinois, sur une période de cinq ans.

Evidemment, nombre des entreprises chinoises, y compris dans le secteur des nouvelles technologies, deviennent aujourd’hui de forts sérieux concurrents pour les entreprises occidentales à l’échelle internationale. Mais cela ne décourage vraisemblablement pas ces dernières à vouloir faire des affaires rentables avec l’énorme marché chinois – un marché de production, de recherches et de réalisations, et de consommation par la même occasion. Privilégiant une notion simple: business is business.

Dans le cas de la Russie, l’autre des deux principaux adversaires géopolitiques de l’establishment occidental, on peut clairement observer une approche des cercles d’affaires assez similaire, surtout du côté européen. Pour preuves – les nombreux opérateurs européens engagés dans la réalisation et le lancement du gazoduc Nord Stream 2, y compris dans le financement. A l’heure où les décisions irréfléchies des élites politiques bruxelloises contribuent à accentuer l’actuelle crise gazière hivernale, dans leur suivisme de la politique washingtonienne et étant incapables de défendre au mieux les intérêts des consommateurs et industriels européens.

Cela sans oublier les grands groupes occidentaux présents en Russie: de secteur de la finance à la grande distribution, de l’énergie à l’industrie alimentaire, la liste n’étant pas exhaustive. Et pratiquement aucune de ces entreprises ne souhaite perdre ses positions sur le marché russe, et au pic même des tensions géopolitiques continuent non seulement de s’accrocher à leurs positions, mais souvent passent même à l’extension de leur présence. Tout en sachant, que des opérateurs russes ou issus de pays non-occidentaux seraient pour nombreux ravis de pouvoir prendre leurs places.

Pour conclure, comment peut-on alors comprendre cette différence nette de mentalité et d’approche entre le business et l’entreprenariat des pays occidentaux d’un côté et leurs élites politico-médiatiques? Notamment du côté européen qui paie une facture bien plus large que le maître étasunien. «Valeurs communes» obligent ? Il n’en est rien car bien souvent une bonne partie des élites politiques européistes en fin de carrière deviennent de simples consultants ou orateurs pour le compte d’organisations basées en terre US. Avec des salaires qui leur permettent de maintenir leur mode de vie. Il est donc évident qu’afin de pouvoir espérer un poste payé par les partenaires US bien rémunéré, il faut encore le mériter. Et pour cela, tous les moyens sont bons. Y compris si cela va à l’encontre des intérêts de leurs propres citoyens et opérateurs économiques.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3450

https://t.me/axe_afrique_russie/328

https://web.facebook.com/mikhail.egorov.5/posts/10225025581760048

La géoéconomie des relations Russie-Turquie

Poutine et Erdogan

Lorsque deux pays sont liés par un partenariat stratégique dans la sphère économico-commerciale, les leaders des deux pays en tiennent logiquement compte. Et malgré des divergences sur certains dossiers de l’actualité internationale, le bon sens finit généralement toujours par triompher.

Ce n’est évidemment pas toujours le cas. La preuve : la différence de visions entre d’un côté les entreprises européennes travaillant en Russie et de l’autre l’élite politico-médiatique de ces pays. Mais dans le cas des relations russo-turques, l’heure est effectivement au développement encore plus actif des relations bilatérales stratégiques.

Chiffres tout frais. Pour le seul mois de mai 2017, 505 000 touristes russes ont visité la station balnéaire turque d’Antalya. Représentant par la même occasion près de 50 % du nombre total de touristes étrangers. Ainsi, les touristes russes ayant visité la principale station balnéaire de Turquie ont été de plus de 2 fois plus nombreux que les touristes allemands, 4 fois plus nombreux que les Ukrainiens, 10 fois plus nombreux que les Néerlandais et 23 fois plus nombreux que les Britanniques.

En outre, la Turquie s’attend à ce que cette année le nombre de touristes en provenance de Russie dépasse le chiffre de 3,5 millions de personnes ( un chiffre standard d’avant la crise de novembre-décembre 2015, une crise ayant duré pour rappel près de sept mois ). Certains spécialistes turcs du secteur se disent même encore plus optimistes et attendent près de 5 millions de touristes russes en Turquie pour l’année 2017.

Pour ce qui est du secteur du BTP, autre secteur stratégique de l’économie turque qui a été fortement pénalisé par la crise des relations entre les deux pays, l’heure est à l’optimisme, voire à la liesse. Ainsi, le chef de l’Association turque des entreprises de construction Mithat Yenigün, ne cache pas sa joie suite à la levée des restrictions côté russe visant les intérêts turcs, en premier lieu dans ce domaine qui le concerne. En outre, l’expert du domaine a rappelé un chiffre clé : « les entreprises turques du BTP ont réalisé à ce jour des travaux à divers endroits du monde pour des contrats d’une valeur totale de 340 milliards de dollars. Sur ce montant, 65 milliards ont été obtenus grâce aux travaux en Russie ». Ce qui signifie que près de 20 % des travaux de BTP réalisés par des entreprises turques au niveau international ( sachant que les sociétés turques font partie du TOP 3 des meilleures au monde en la matière ) reviennent au seul marché russe. Très révélateur.

Enfin, le secteur de l’export agroalimentaire turc attend lui aussi de décoller depuis la levée des restrictions, mis à part les tomates turques. Cela est dû aux investissements importants qui ont été réalisés par les producteurs nationaux russes ( pendant la période de crise entre les deux pays ) et qui doivent attendre la fin du cycle de production pour récupérer leurs investissements avec profit. Néanmoins, une libéralisation là aussi aura certainement lieu côté russe pour faciliter l’accès des tomates turques sur les étals russes ( sachant qu’avant la crise de novembre-décembre 2015, la part des tomates en provenance de Turquie représentait 65 % des importations russes sur cette position ). Une chose est pratiquement sûre : d’ici 2 à 3 ans il ne restera probablement plus aucune restriction sur les importations agroalimentaires en provenance de Turquie. En attendant, les exportateurs turcs de la filière y trouvent leur compte ( sauf pour les tomates déjà citées ), sachant que le marché russe est pour nombreux d’entre eux de loin le principal.

Clin d’œil en passant aux producteurs de l’Union européenne qui peuvent « remercier » la politique de leurs gouvernements respectifs, en réalisant qu’ils ne pourront probablement jamais retrouver leurs positions d’antan ( même dans une moindre mesure ). Sachant par exemple que la Turquie, qui n’avait pas participé aux sanctions contre la Russie et dont la crise bilatérale avec Moscou n’a duré que sept mois ( la normalisation a commencé après les excuses officielles transmises par la Turquie à la Russie, c’était fin juin 2016 ), il a néanmoins fallu tout de même près d’une année après l’annonce de la normalisation entre les deux pays pour arriver à un accord de levée des restrictions ayant permis de relancer pleinement le partenariat stratégique des deux nations. Evidemment, dans le cas de l’UE, dont les sanctions visant la Russie sont selon Moscou clairement injustifiées, et qui durent depuis déjà plusieurs années, les dirigeants russes ne permettront donc certainement pas un retour rapide des produits occidentaux frappés par les contre-sanctions russes à ce jour.

D’autre part, et de l’aveu de plusieurs analystes internationaux, y compris de l’Onu, la Russie a bien adapté son économie et sa production intérieure en tenant compte des sanctions qui la visent. Et autre point fort important : les producteurs russes ont d’ores et déjà lancé un appel à Poutine lui demandant de ne pas annuler les contre-sanctions russes visant les produits occidentaux, même en cas d’annulation des sanctions occidentales visant la Russie. Poutine leur avait promis d’en tenir compte.

Quant à la Russie et à la Turquie, c’est donc officiellement reparti pour l’objectif annoncé précédemment par les élites des deux côtés, à savoir 100 milliards d’échanges bilatéraux annuels à l’horizon 2020-2023. Cela sans compter le partenariat politique engagé entre les deux pays avec la participation de l’Iran en Syrie. Notamment dans le cadre du processus d’Astana. Voire d’un partenariat dans la sphère de la défense, ce qui serait une première historique dans la relation entre la Russie et un pays lié ( bien que de moins en moins ) à l’Otan. Enfin, et fait tout aussi important, les échanges éducatifs et culturels entre la Russie et la Turquie sont appelés à augmenter considérablement au cours des prochaines années.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201706071031738916-geoconomie-russie-turquie/

Mikhail Gamandiy-Egorov