Archives du mot-clé Golfe Persique

Gesticulations israéliennes à l’encontre de l’Iran: bluff de poker?

Plusieurs médias occidentaux et israéliens agitent de nouveau les menaces à l’encontre de la République islamique d’Iran. Mais pourquoi plus que jamais l’hystérie anti-iranienne de l’Etat sioniste ressemble beaucoup plus à des manœuvres en vue de donner l’impression de contrôler la situation sur la scène régionale et sur le front intérieur?

A l’approche de la reprise des pourparlers sur le dossier du nucléaire iranien, il y a bien un acteur qui fait nettement preuve d’agitation particulière : c’est bien évidemment Tel-Aviv. Et dans l’hostilité qu’il maintient vis-à-vis de la République islamique, l’espace médiatique n’est pas mis de côté, avec l’implication des médias israéliens, comme occidentaux.

«Risque d’une prochaine frappe israélienne contre l’Iran en cas d’échec diplomatique?», titre l’hebdomadaire français Courrier international. En mentionnant notamment les récentes manœuvres militaires de l’Etat sioniste avec ses alliés arabes du Golfe persique. Du côté de plusieurs médias israéliens, le ton est résolument menaçant à l’encontre de Téhéran.

Ton alarmiste également du côté de New York Times. En bref, que du «beau monde». Maintenant et en parlant des perspectives sur une éventuelle attaque d’Israël contre l’Iran, il est à penser que les actives gesticulations israéliennes resteront principalement dans la rhétorique, sans qu’une action de grande envergure puisse être vraisemblablement lancée. Et ce bien au-delà du fait que les messages alarmistes des médias israéliens et occidentaux ressemblent fortement aux annonces d’une chute «imminente» du président syrien Bachar al-Assad, il y a plusieurs années de cela.

Il est vrai que l’Etat sioniste s’est spécialisé depuis de longues années dans les assassinats ciblés et des frappes sporadiques contre des cibles pro-iraniennes en territoire syrien – faut-il le rappeler sur ce dernier point depuis maintenant plusieurs années via l’espace aérien libanais, sans oser s’aventurer dans celui de la Syrie. Mais ouvrir un conflit de grande envergure contre une grande puissance régionale, désormais pouvant même être considérée comme l’un des principaux acteurs de la scène internationale, notamment dans le cadre pro-multipolaire, est une toute autre affaire. Et Tel-Aviv le comprend parfaitement.

Faut-il aussi le rappeler: Israël peut compter sur quelques régimes arabes dont les capacités militaires restent pour le moins médiocres en dépit des larges sommes dépensées, les capacités iraniennes de riposte au niveau régional dépassent toutes les possibles alliances entre l’Etat sioniste et certains Etats arabes. La gifle infligée en 2006 à la puissance militaire israélienne par le Hezbollah libanais en représente un exemple net.

Cela sans oublier qu’Israël aura énormément de mal à pouvoir maitriser dans une éventuelle agression un territoire aussi vaste que celui de l’Iran, à la grande différence de son propre territoire – lorsque ne serait-ce que quelques frappes d’envergure mettront tout le pays dans le chaos le plus total. Quant aux territoires palestiniens occupés, une telle situation ne pourra que réactiver les forces de la résistance, créant ainsi un front intérieur supplémentaire.

Last but not least, dans le classement des principales puissances militaires pour l’année 2021 du site spécialisé Global Fire Power – la République islamique d’Iran est classée comme la 14ème puissance militaire mondiale. L’Etat sioniste étant lui 20ème. Ce qui révèle également une évolution évidente des rapports de force dans la région.

Mais encore une fois et au-delà d’une capacité de riposte iranienne en cas d’agression israélienne qui n’est pas à démontrer, la capacité des alliés de l’Iran à lancer des contre-offensives rapides et efficaces sur le sol israélien sera équivalent à un large encerclement, tout en continuant à subir des frappes de la puissance militaire iranienne.

Ainsi, il est fort peu probable que Tel-Aviv pourra se permettre à s’aventurer dans une campagne militaire anti-iranienne de grande envergure. A moins de créer un énorme risque existentiel pour soi-même. Et pour dire vrai, le comportement des responsables israéliens ressemble de plus en plus à celui du grand frère étasunien, à savoir peut-être de bons joueurs de poker, mais certainement pas d’échecs. Ces derniers étant beaucoup plus propres aux grandes civilisations.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3344

https://t.me/axe_afrique_russie/291

https://web.facebook.com/mikhail.egorov.5/posts/10224831598710593

L’Iran ouvert au dialogue avec ses voisins du golfe Persique

Téhéran se déclare prêt à des négociations avec les Etats voisins du golfe Persique en vue de résoudre les différends dans la région. La position iranienne est confortée par des efforts de nombre d’autres Etats souhaitant qu’un tel dialogue prenne place au plus vite.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Djavad Zarif a déclaré que « l’Iran était toujours prêt à renforcer le dialogue avec les pays de la région du golfe Persique, en soulignant que la région et sa sécurité appartiennent à toutes les nations régionales. Il a également noté que pour cette raison, l’Iran avait accepté la proposition du Qatar de faciliter les dites négociations pour pouvoir résoudre les différends régionaux.

En ce qui concerne justement l’appel de Doha, c’est à travers le chef de la diplomatie qatarie Cheikh Mohammed Abderrahmane Al-Thani qu’il a été proposé aux autres pays arabes du golfe Persique à tenir des discussions avec Téhéran. Toujours selon lui, « c’est aussi un désir d’autres pays du Conseil de coopération du Golfe » (composé du Qatar, de l’Arabie saoudite, du Bahreïn, des Emirats arabes unis, de l’Oman et du Koweït). Bien qu’il n’ait pas précisé les autres pays intéressés par un tel dialogue, il faudrait certainement penser entre autres au sultanat d’Oman qui au-delà d’entretenir des relations diplomatiques et économiques avec l’Iran, ne le considère pas comme étant une menace pour les Etats arabes du Golfe.

Les puissances internationales comme la Russie et la Chine, intéressées par une région stable et sécurisée, soutiennent un tel dialogue et plus généralement une normalisation des relations entre la puissance perse et les pays arabes du golfe Persique. A ce titre, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de sa récente rencontre à Moscou avec son homologue saoudien avait fait un appel en ce sens. Auquel Riyad semble pour le moment réticent.

Parmi les raisons d’une telle réticence, plusieurs faits devraient être pris en compte. Tout d’abord, c’est effectivement l’Etat wahhabite qui s’était placé à la tête de la coalition arabe hostile à Téhéran. Mais au-delà des ambitions personnelles de l’establishment saoudien et de l’animosité qu’il puisse avoir en direction de l’Iran, il y a deux facteurs qui jouent dans le blocage de toute normalisation, même relative, entre Téhéran et Riyad. A savoir les USA et Israël.

Le dernier ne cache pas le fait qu’il voit en la République islamique le principal « danger » pour sa sécurité. Quant à Washington, il applique (et continuera certainement d’appliquer) une politique qui place Tel-Aviv non seulement comme une priorité dans sa politique au Proche-Orient, mais de façon générale sur l’arène internationale. Les récentes normalisations entre l’Etat sioniste et certains pays arabes sous la médiation washingtonienne le confirment d’ailleurs pleinement.

Le souci pour l’axe Washington-Tel-Aviv, c’est que le monde actuel n’est plus celui des années 1990, ni du début des années 2000. La preuve de cela, est qu’au-delà de la montée en force des puissances internationales reconnues comme telles, en premier lieu la Russie et la Chine, étant par ailleurs membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, une nation comme l’Iran – formant d’ailleurs un triumvirat avec les deux premiers cités, n’a probablement jamais eu autant d’influence sur la scène régionale et internationale dans son histoire contemporaine. Et ce malgré les innombrables pressions économico-politiques, agressions et intimidations la visant. Confirmant par la même occasion que le grand espace eurasien constitue le fer de lance du monde multipolaire actuel. Et qui d’ailleurs renforce chaque jour un peu plus l’idée que la vraie communauté internationale se trouve dans le camp eurasiatique.

Pour autant, il est pratiquement inconcevable que les représentants étasuniens et israéliens puissent s’adapter, de façon civilisée, à cette réalité mondiale. Et continueront sans aucun doute à défendre avec nostalgie le concept unipolaire définitivement révolu. Quant aux pays arabes qui restent des alliés de cet axe pro-unipolaire et néocolonial, il serait probablement légitime de poser la question s’ils ne seront tout simplement pas retardataires, avec tout ce que cela implique, vis-à-vis du train multipolaire roulant à grande allure.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/798

Embargo sur les armes à l’Iran: les USA isolés

Les Etats-Unis ont échoué à faire prolonger l’embargo sur les ventes d’armes à l’Iran. Et ce après des mois de travaux intensifs de lobbying politico-diplomatiques. Une fois de plus, les USA se retrouvent isolés.

«Nous avons perdu aujourd’hui» – c’est ce qu’a déclaré le conseiller de la Maison-Blanche à la sécurité nationale Robert O’Brien. Tout en ajoutant «que ce n’était pas encore fini». En effet, Washington se rend progressivement à l’évidence que ses initiatives font face non seulement au duo implacable Moscou-Pékin, mais également et de en plus en plus au manque de confiance de ses propres alliés occidentaux.

Si le double véto russo-chinois face à la résolution étasunienne était fort prévisible, l’abstention de la France, de l’Allemagne et même de la Grande-Bretagne était pour nombre d’observateurs assez inattendue. D’un autre côté et plus particulièrement dans le cas allemand, le manque de soutien à l’allié otanesque sur le dossier en question serait tout de même moins surprenant. Compte tenu des pressions et menaces exercées par l’establishment US sur les entreprises et personnalités allemandes liées à la construction du gazoduc Nord Stream 2. Berlin étant bien évidemment toujours dans le camp atlantiste, mais toute chose peut avoir des limites – surtout lorsqu’il s’agit d’intérêts économiques importants. D’autant plus en lien avec un domaine stratégique qu’est l’énergie.

Mais malgré la nette opposition de l’Axe Pékin-Moscou, et le manque de solidarité des alliés européens de Washington, il est bien peu probable que ce dernier s’en arrête là. Se sentant isolés, faisant face à la détermination iranienne de ne pas fléchir et du soutien géopolitique évident émanant depuis la Chine et la Russie à destination de l’Iran, les Etats-Unis pourront toujours utiliser la bonne vieille méthode qui leur est propre: celle des provocations armées contre Téhéran et ses intérêts internationaux et la poursuite des tentatives de déstabilisation de toutes sortes. Surtout que les nombreuses sanctions économiques n’aient pas mis la République islamique à genoux.

En ce sens, l’initiative du président russe Vladimir Poutine de convoquer dans un futur proche une réunion devant réunir les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, plus l’Iran et l’Allemagne, dans l’objectif de créer des mécanismes capables de créer un climat de confiance dans la zone du golfe Persique et de faire diminuer les tensions existantes, arrivait pratiquement au même moment que le vote au Conseil de sécurité onusien sur la poursuite de l’embargo sur les armes à l’Iran – où la résolution US a connu une défaite fracassante. Une initiative que pour le moment semble ne pas soutenir le président étasunien Donald Trump – du moins avant la fin de l’élection présidentielle aux USA.

Chose qui était assez prévisible – sachant que le président US avait fait des pressions sur l’Iran l’une de ses principales thèses en termes de politique étrangère. Et vu que cette politique n’a pas donné de résultat escompté – ni du côté iranien, qui refuse d’abdiquer et continue de défendre activement ses intérêts, ni du côté du duo russo-chinois qui accorde un important soutien politico-diplomatique et économique à Téhéran, et désormais même les alliés occidentaux de Washington semblent se montrer de plus en perplexes – tout dialogue prématuré serait considéré comme une défaite évidente et sur tous les plans pour le leadership étasunien.

Encore une fois, la défaite politico-diplomatique étasunienne ne doit aucunement être vue comme une possibilité de baisser les gardes pour l’Axe Pékin-Moscou-Téhéran. Les trois nations continuent d’être officiellement considérées par Washington comme étant ses principaux adversaires géopolitiques. Mais plus que cela encore, les attaques et provocations côté étasunien pourront aller clairement à la hausse. Et ce dans le cas des intérêts des trois pays.

En ce qui concerne plus particulièrement le golfe Persique et la région du Moyen-Orient, il n’est pas à exclure que les USA chercheront de nouveaux moyens de vengeance visant les positions iraniennes. En oubliant par la même occasion que les capacités de riposte côté Téhéran ne sont pas à démontrer. Et qu’une telle riposte serait amplement justifiée dans le cas où, une fois de plus, Washington serait l’initiateur et l’agresseur. Avec des conséquences imprévisibles pour la suite. Evidemment et cela est connu de tous, il y a des parties intéressées au maintien et même au renforcement des attaques visant l’Iran – l’Etat sioniste notamment. Sauf qu’à force de pousser le bouchon un peu loin, les instigateurs d’une telle approche se retrouveront eux-mêmes dans le viseur du feu de riposte. Un feu qui pourrait être bien plus puissant que celui ayant fait suite à l’assassinat du général Qassem Soleimani.

En ce sens, les initiatives politico-diplomatiques de Moscou et de Pékin, dans un cadre pleinement multipolaire, sont certainement à saluer. Le souci c’est que lorsqu’en face il y a ceux qui refuseront encore un bon moment d’accepter la nouvelle réalité mondiale, le risque d’un affrontement majeur restera sérieusement élevé.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1887

https://t.me/observateur_continental/253