Archives du mot-clé Haut-Karabakh

La Syrie de l’après-guerre n’a pas besoin de l’Occident

Les élites occidentales, n’ayant toujours pas complètement digéré le fait que leurs plans pour la Syrie soient tombés à l’eau, sur le plan militaire et géopolitique, espèrent vraisemblablement jouer la carte économique et celle en lien avec le retour des réfugiés. Avec comme suite un autre probable échec.

Vraisemblablement, les leçons du monde contemporain ont toujours du mal à être appris au sein de l’establishment de l’Occident – restant dans sa globalité résolument atlantiste et pro-unipolaire. Dans le cas de la Syrie – bien que reconnaissant la victoire du président Bachar al-Assad et de ses alliés sur le terrain, les mêmes espèrent néanmoins que Damas, tout comme Moscou et Téhéran, iront dans le sens de certaines conditions occidentales. Probablement à tort.

Evidemment que la Syrie doit se reconstruire après la guerre de plusieurs années menée contre le terrorisme international et ses parrains extérieurs. Et aujourd’hui, l’heure est effectivement à la discussion et aux préparations pour mettre le plus rapidement possible les mesures nécessaires d’un retour à une vie normale pour le pays et ses citoyens. Et cela passe inévitablement par la reconstruction complète des infrastructures et le retour des réfugiés syriens. Bien que et sur ce dernier point, il serait correct de rappeler que de nombreux réfugiés ayant fui la guerre sont déjà rentrés, ou continuent de le faire. Rayant ainsi la théorie longtemps propagée par l’élite politico-médiatique occidentale – à savoir que les Syriens fuyaient non seulement les terroristes de Daech, mais également le gouvernement de Bachar al-Assad.

Mais pour atteindre ces objectifs – Damas a-t-il réellement besoin de la participation occidentale ? Le tout, en sachant que le président syrien avait maintes fois déclaré qu’il était opposé à toute participation dans le processus de l’après-guerre de la part d’Etats ayant soutenu l’agression terroriste contre son pays. Faisant ainsi une allusion claire aux pays occidentaux et quelques autres. Et ce tout en indiquant que les pays alliés de la République arabe syrienne seront privilégiés dans ledit processus.

A ce titre, ce que les analystes occidentaux oublient – c’est que mis à part Moscou et Téhéran, Damas pourra également compter sur Pékin – soutien actif au niveau politico-diplomatique de la Syrie, y compris en tandem résolu avec la Russie dans le cadre du Conseil de sécurité de l’ONU. Et lorsqu’on dit Chine – on pense évidemment à la puissance économique de premier plan. Le pays étant tout simplement la première puissance économique mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat (PPA). Et les contacts entre les hauts responsables syriens et chinois furent réguliers tout au long des dernières années. Plusieurs pays arabes manifestent également leur intérêt, bien qu’il reste à confirmer leur motivation véritable.

Maintenant pour revenir aux erreurs occidentales. Notamment sur cette conviction suprême des élites concernées que sans leur participation, rien ne peut être fait, ou peu. La guerre en Syrie a montré que sur le plan militaire, ce n’est pas tant les budgets militaires qui comptent – mais bel et bien la détermination d’éradiquer le foyer terroriste. Le tout allié à des armements et équipements efficaces, un personnel qualifié et une capacité analytique certaine. Pouvant utiliser l’art de la diplomatie militaire lorsque cela est nécessaire ou mieux adapté. Chose importante – tout en tenant compte des réalités culturelles et religieuses sur le terrain. En les respectant et en s’y adaptant. 

Mais au-delà de l’art militaire et politico-diplomatique, l’économie n’est certainement plus elle aussi un instrument de la domination occidentale. Y compris pour le fait que sur les dix principales puissances économiques mondiales actuelles en termes de PIB-PPA, aujourd’hui quatre sont des pays occidentaux, donc moins de la moitié. Signifiant par la même occasion une chose simple : dans le monde multipolaire, et à condition de le vouloir, il est toujours possible de trouver une alternative.

Il suffit pour cela de prendre l’exemple de l’Iran. Les sanctions étasuniennes visant la République islamique étaient censées tout simplement anéantir l’économie iranienne. C’était le but recherché et le gouvernement US le déclarait ouvertement. Au final, non seulement la résistance de l’Iran a tenu bon mais les perspectives de la coopération économique entre Téhéran et Pékin ont laissé de nombreux observateurs occidentaux bouche bée. A savoir des centaines de milliards d’équivalent de dollars d’investissements chinois, le tout sur une période d’un quart de siècle. 

De façon générale, le cadre multipolaire renforce l’idée quant aux capacités de règlement des grands dossiers internationaux avec la participation exclusive des puissances non-occidentales. Le cas récent du Haut-Karabakh n’en est qu’une confirmation supplémentaire. C’était peut-être inimaginable en 1995 ou en 2000. C’est une réalité aujourd’hui. Et au lieu de stigmatiser les adversaires géopolitiques et gesticuler sur l’exceptionnalisme occidental, il serait fort mieux pour les concernés de s’adapter de façon constructive à la nouvelle réalité mondiale.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/567

Le néo-ottomanisme jusqu’au-boutiste d’Erdogan

La Turquie élargit ses fronts d’action à de plus en plus de régions du monde. Cette politique du président Erdogan, qui n’hésite pas à se brouiller avec même ses alliés de l’Otan, est indissociablement liée à ses ambitions personnelles et au rôle auquel il veut être associé dans l’histoire contemporaine turque. Mais ces actions sont bien souvent à double tranchant.

Il est aujourd’hui admis que la Turquie de Recep Tayyip Erdogan a considérablement augmenté son influence au-delà de ses frontières. 13ème puissance économique mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat (PPA), importante puissance régionale eurasienne, avec des ambitions qui dépassent de plus en plus le cadre strictement régional. Les avancées réalisées par la Turquie contemporaine sont dues à plusieurs facteurs. Au-delà de l’aspect erdoganiste, c’est un peuple travailleur et ambitieux qui a beaucoup contribué aux succès du pays, notamment sur le plan économico-commercial.

Mais il faut reconnaitre aussi que la personnalité d’Erdogan est fermement liée à la page historique de cette Turquie contemporaine. Tacticien et stratège brillant, avec une capacité d’adaptation plutôt unique. Menant une politique souveraine, avec une dépendance qui se réduit à vue d’œil de l’Otan – dont la Turquie fut longtemps considérée comme le pilier sud. Provoquant des tensions internes sans fin au sein de la famille otanesque. Et à chaque fois que les relations allaient dans le sens de la détérioration avec l’Occident, Ankara ne manquait pas l’occasion d’un rapprochement avec les grandes puissances non-occidentales, dont la Russie, l’Iran et parfois la Chine.

Mais cette volonté d’indépendance reste aussi fortement liée à la vision néo-ottomane du président turc – s’étant fixé un objectif de devenir une sorte de nouveau calife du monde musulman. Oubliant par la même occasion que nombre de peuples concernés sont loin de partager cette vision. La Syrie en est un exemple. Justement, l’échec sur le front syrien – à savoir la volonté de faire tomber le président Bachar al-Assad et de prendre la main sur ce grand pays du monde arabe, semble jusqu’à aujourd’hui tourmenter Erdogan, notamment dans ses relations avec la Russie et l’Iran. Deux pays dont la Turquie dépend fortement économiquement, mais qui enragent le leadership turc pour ne pas lui avoir laissé réaliser son rêve sur le sol syrien.

Il faut être clair – sans la réalisation des visées néo-ottomanes en Syrie, mais également en Libye, ce fameux rêve restera qu’un concept sans sa finalité. D’où aujourd’hui les tentatives agressives d’Erdogan de tenter à prendre une sorte de revanche dans le Haut-Karabakh. Et ce au moment même où l’espace eurasien – auquel faudrait le rappeler la Turquie appartient aussi – connait nombre de tentatives de déstabilisations extérieures. Comme notamment en Biélorussie.

Et c’est justement là que l’on arrive au double, voire au triple tranchant, de la chose. Au-delà du fait qu’il sera compliqué à la Turquie d’arriver pleinement à ses fins dans le Haut-Karabakh, et ce pour plusieurs raisons, politiques comme militaires, avec comme finalité des négociations dont Ankara ne sortira pas grande gagnante. Plus que cela, l’agressivité de la politique extérieure turque en Transcaucasie poussera les alliés de la Syrie à activer la phase finale de la libération du reste de la province d’Idlib – qui abrite encore nombre d’éléments terroristes, y compris affiliés à Ankara, avec comme résultat leur anéantissement. Sans oublier la Libye, où Ankara a certes sauvé ses alliés tripolitains de la défaite totale, sans pour autant pouvoir leur assurer une victoire digne de ce nom, alors qu’ils continuent de contrôler moins de la moitié du territoire national. Et ce sans perspectives proches à pouvoir espérer plus.

Et plus que cela encore, le risque principal que court la Turquie d’Erdogan, c’est tout simplement de perdre les liens stratégiques avec ses partenaires russes comme iraniens, pour se retrouver en pleine face du mécontentement de ses alliés otanesques, dont la colère de la politique erdoganiste ne cesse d’augmenter. Et si cela arrivera, il lui sera alors beaucoup plus compliqué à pouvoir continuer à mener cette politique d’indépendance tellement souhaitée par Ankara.

D’autant plus qu’une autre grande puissance internationale comme la Chine n’apprécie guère elle aussi les tentatives turques à jouer de façon fort malhonnête sur le prétendu problème ouighour. Restera évidemment toujours la possibilité pour Ankara de compter sur les finances et l’appui qatari – bien qu’il faille se rendre à l’évidence – ce soutien ne permettra jamais à la Turquie de pouvoir jouer un rôle majeur et responsable dans le monde multipolaire. Au leadership turc d’en méditer.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/501

Haut-Karabakh: y-a-t-il de la place pour une implication politique turque?

Les tensions dans le Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont mis en avant plusieurs aspects importants – qui concernent aussi bien le côté militaire que politique du dossier. A ce titre, l’implication turque reste un sujet de vaste discussion.

Si dans le dossier du Haut-Karabakh, la Turquie s’est ouvertement placée comme soutien infaillible de Bakou, et ce aussi bien sur le plan du soutien militaire, que politico-diplomatique, le rôle d’Ankara reste à bien de titres mitigé.

Il est vrai que d’un côté la Turquie d’Erdogan continue d’élargir sa présence dans plusieurs zones conflictuelles du monde, renforçant par la même occasion son poids sur l’arène régionale et internationale. Pour autant, la participation turque dans les campagnes militaires en Syrie, Libye et désormais en Transcaucasie n’a pu être décisive pour le camp auquel elle apportait son soutien. En Syrie, le président Bachar Al-Assad – que la Turquie souhaitait absolument faire tomber au début du conflit, est non seulement toujours au pouvoir, mais plus que cela – contrôle la grande majorité du pays. Et Ankara sait parfaitement aujourd’hui qu’elle doit accepter cette réalité.

Sur le théâtre libyen, bien que l’intervention turque aux côtés du gouvernement tripolitain ait permis de stopper l’offensive sur la capitale du pays de l’Armée nationale libyenne dirigée par Khalifa Haftar et même de reprendre certains territoires, le constat reste également clair: l’allié libyen d’Ankara contrôle toujours moins de la moitié du territoire de la Libye. Avec peu d’espoir que cela puisse changer prochainement.

Dans le Haut-Karabakh, où la Turquie s’est fermement engagée du côté de son allié azerbaïdjanais, la situation à bien d’égards est semblable. En effet et bien que l’Azerbaïdjan possède une économie et une armée plus puissantes que son voisin arménien, notamment grâce à la rente pétrolière et gazière, la victoire sur le terrain n’a pas été enregistrée. Et ce malgré l’appui turc. Bakou – tout en ayant le soutien militaro-politique turc, avec la participation de conseillers militaires envoyés par Ankara, de nombreux équipements – notamment les drones d’attaque comme le Bayraktar TB2, et des mercenaires syriens et libyens parrainés par la Turquie – n’a effectivement pas pu venir à bout de la résistance arménienne dans la région du Haut-Karabakh, que l’Azerbaïdjan continue de considérer comme lui appartenant.

Et fait notable, cela sans même l’implication de l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) – à laquelle l’Arménie appartient – dans le conflit. Au final, l’art diplomatique russe a été bien plus décisif que les émotions turques. A savoir mettre à la table des négociations les représentants des belligérants – avec l’obtention d’un cessez-le-feu et un espoir d’une normalisation progressive de la situation. 

Confirmant par la même occasion non seulement le poids que possède toujours Moscou aussi bien sur Erevan, que Bakou, mais également et justement le fait que parfois la finesse diplomatique est bien plus puissante que les coups de feu des armes.

Un succès diplomatique, bien qu’il reste encore du travail à faire, qui a laissé Ankara bouche bée, surtout à en suivre la presse locale suite à l’annonce dudit cessez-le-feu. Mais une question importante persiste tout de même: la Turquie a-t-elle un rôle politique à jouer dans de quelconques négociations à venir, comme le souhaite le duo Ankara-Bakou?

Pour répondre à cette question, il faut mentionner plusieurs points. Tout d’abord, si Ankara souhaite réellement jouer un rôle positif dans la région, il lui faut oublier sa tactique de mettre en premier lieu de l’huile sur le feu, pour ensuite parler d’une voix plus raisonnable. En ce sens, la raison devrait prévaloir dès le départ, et non pas au milieu ou en fin de processus. D’autre part, si la Turquie prétend pouvoir jouer un rôle constructif dans la région, y compris à la place des puissances n’appartenant pas à la région, il lui faudra compter avec les intérêts de la Russie et de l’Iran, dont l’appartenance à ladite région n’est pas à présenter. Ce schéma de travail a déjà fait ses preuves, notamment lors du processus d’Astana sur la Syrie. Reste à savoir si Ankara en sera prête. Enfin, il serait peut-être grand temps à la Turquie de comprendre que seul un espace eurasien pacifique permettra à l’ensemble de l’Eurasie – à laquelle la Turquie appartient – de consolider les intérêts de tous, dans un cadre multipolaire. C’est la seule approche sérieuse qui prévaudra.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/465