Archives du mot-clé Hong Kong

Chine-USA: l’arrogance étasunienne ne diminue pas

Les tensions sino-étasuniennes, revues sérieusement à la hausse sous l’administration Trump, laissaient présager pour certains analystes une amélioration à venir sous la présidence Biden. Rien n’est moins sûr – le ton washingtonien vis-à-vis de Pékin, propre à une époque désormais révolue, ne présage pas de nettes améliorations dans ces relations.

La conversation téléphonique récente entre le nouveau secrétaire d’Etat US Antony Blinken avec le haut diplomate chinois Yang Jiechi était vue comme une occasion d’aller dans le sens d’une diminution de tensions courantes entre Washington et Pékin. Pour autant et au vu du communiqué qui s’en est suivi du côté du département d’Etat étasunien – tout laisse à supposer que les USA maintiendront une vision radicalement unipolaire et arrogante vis-à-vis de la première puissance économique mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat.

Ainsi, comme le rapporte l’agence Reuters, le secrétaire d’Etat US Antony Blinken a déclaré vendredi lors de l’appel téléphonique avec le haut diplomate chinois Yang Jiechi «que les Etats-Unis continueront à défendre les droits de l’homme et les valeurs démocratiques au Xinjiang, Tibet et à Hong-Kong». Blinken a également exhorté la Chine «à condamner le coup d’Etat militaire au Myanmar, et a réaffirmé que Washington continuera de travailler avec ses alliés pour tenir la Chine responsable des efforts visant à menacer la stabilité dans l’Indo-Pacifique», toujours selon le communiqué du département d’Etat étasunien.

Du côté chinois, parallèlement à l’appel de développer des relations bilatérales stables et constructives, Pékin n’a pas manqué de faire quelques rappels méritant l’attention envers l’homologue US. Notamment de sa ferme position sur la question de Taiwan, et aussi que les questions liées à Hong-Kong, Xinjiang et le Tibet, constituant des affaires intérieures de la Chine – dans lesquelles les forces extérieures n’ont pas à interférer, comme cela est rappelé dans l’article de Hu Xijin – rédacteur en chef du quotidien Global Times.

L’auteur rajoute d’ailleurs qu’objectivement parlant, la stratégie étasunienne de contenir la Chine a montré une tendance vers un sérieux échec. Et qu’il est évident pour le monde que le développement de la RPC est imparable. Tout en rappelant que peu importe ce que les responsables US diront au peuple américain, la Chine espère que les actions réelles pourront ramener la politique chinoise des Etats-Unis du « nuage de la fantaisie à un terrain pragmatique ».

Dans un autre éditorial de Global Times, «la performance réelle des Etats-Unis est médiocre et le pays ne maintient le haut niveau que dans la prédication idéologique, tandis que la Chine a quant à elle assumé les responsabilités d’une grande puissance sur de nombreuses questions». En ajoutant «que la tromperie étasunienne ne peut pas durer longtemps et les faits parlent finalement plus que les mot ».

Les éditorialistes chinois vont plus loin encore en mettant l’accent sur la responsabilité des élites politiques occidentales: «Les différences de valeurs entre la Chine et l’Occident ne sont pas si sérieuses de ce qui pourrait être pensé en Occident. Ce sont les Etats-Unis et leurs principaux alliés qui radicalisent la question. La mentalité chinoise de l’harmonie dans la diversité est plus conforme aux valeurs communes de la plupart des gens dans le monde». Des lignes fortement révélatrices qui d’une part soulignent la différence entre les peuples des pays occidentaux et leurs élites. De l’autre le concept multipolaire promu entre autres par la Chine. Et enfin que de nombreuses personnes y compris même en Occident se retrouvent dans cette vision multipolaire. Difficile en effet de mieux résumer la chose.

Quoiqu’il en soit, cet échange d’opinions démontre plusieurs choses. La première est que les USA, quelle que soit l’administration en place, sont incapables d’engager un dialogue honnête, respectueux et qui tient compte des intérêts réciproques – bien que l’establishment étasunien en place ait rappelé être prêt à dialoguer avec Pékin et Moscou sur des questions ayant un intérêt pour Washington. Le souci de cette philosophie est que les deux premiers cités feront tout simplement de même vis-à-vis des USA. Comme cela a été d’ailleurs dit récemment par plusieurs hauts responsables chinois et russes.

La deuxième chose à noter, est que Pékin continuera à défendre ses intérêts nationaux et à promouvoir la réalité multipolaire mondiale – sans se soucier de ce qu’en pensent les représentants de l’establishment étasunien, et occidental de façon générale.

Et qu’enfin – rien pour le moment ne peut annoncer une amélioration digne de ce nom dans les relations entre les USA – fervents nostalgiques de l’unipolarité dépassée et les partisans de la multipolarité devenue réalité. Et ce malgré toute la rhétorique hostile des élites occidentales visant aussi bien Pékin, que Moscou et les autres centres majeurs de la véritable communauté internationale.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2429

https://t.me/observateur_continental/841

Comment le mainstream couvre le 20ème anniversaire de la rétrocession de Macao à la Chine

12-39

Alors que la République populaire de Chine observe les festivités célébrant le 20ème anniversaire du retour de Macao dans le giron national, après 400 ans d’administration coloniale portugaise, il est intéressant de se pencher sur ce énième exemple du miracle économique chinois, mais également et surtout sur comment les succès de Pékin continuent d’attiser la jalousie du mainstream occidental.

Macao, considéré comme le dernier comptoir et la dernière colonie européenne en Chine et en Asie, s’est réellement métamorphosé en un espace de temps réduit. Sa population a augmenté de 50%, sa richesse elle a été multipliée par six. Selon une étude publiée par le FMI l’année dernière, le PIB de Macao devrait atteindre l’année prochaine 143 000 dollars par habitant, et dépasser ainsi celui du Qatar – actuel premier mondial. Ce succès économique de la région de Macao est dû principalement à deux facteurs: le tourisme et les jeux d’argent, étant une zone abritant un très grand nombre de casinos. Fait notable: les revenus des casinos de Macao sont trois fois supérieurs à ceux de Las Vegas.

Au-delà de ces succès économiques et de l’importance de ces succès pour Macao et pour la Chine en général, il est intéressant de se pencher sur les différences de couverture médiatique. Si pour les médias gouvernementaux chinois, l’heure est clairement à la célébration  , les grands titres des médias occidentaux mélangent un air de jalousie vis-à-vis des réussites du géant asiatique, et le regret que Macao soit loin de suivre les opinions protestataires de Hong Kong – autre région stratégique pour l’Empire du Milieu, rétrocédée à Pékin en 1997 après avoir été une colonie britannique.

En parlant de la presse française, voici quelques exemples de titres sur le sujet: «Xi Jinping joue Macao contre Hong Kong» (Le Figaro) ou «Macao, l’anti-Hongkong qui plait à Pékin» (Le Monde). Un parallèle ouvertement malsain, mais tellement habituel, du mainstream occidental, souhaitant comme à son habitude chercher et trouver dans le succès de ses concurrents géopolitiques et géoéconomiques des failles et des points faibles.

Pourtant, cette rhétorique habituelle anti-chinoise des «bien-pensants» mainstrimois confirme plusieurs choses, pour beaucoup connues elles aussi. Que d’une part l’establishment politico-médiatique occidental est plus qu’intéressé dans la déstabilisation intérieure en Chine. Et le soutien ouvertement affiché aux manifestants hostiles à Pékin à Hong Kong le confirme pleinement. Ceci étant dit, le leadership chinois a réussi jusqu’à maintenant à gérer cette contestation pro-occidentale avec une approche sage qui lui est propre, tout en défendant au mieux sa souveraineté sur le plan politico-diplomatique.

Mais l’Occident politico-médiatique oublie une autre chose – ce même Occident qui adore accuser les partisans de l’ordre multipolaire d’interférence dans les processus politiques d’un certain nombre de pays, dont occidentaux – à travers cette approche connue et reconnue depuis de longues années, il ne fait que faire découvrir ses véritables intentions et son véritable visage. Et surtout démontrer une fois de plus qui interfère réellement dans les affaires intérieures d’Etats souverains. Imaginons ne serait-ce qu’une seconde, que Pékin, Moscou, Téhéran, Ankara ou Caracas, puissent apporter un soutien déclaré aux Gilets Jaunes en France? Quelle serait alors la réaction des «bien-pensants» du Monde et du Figaro? Probablement très différente.

Après cela, ces mêmes donneurs de leçons se fâchent lorsqu’ils finissent par sortir de leur petit monde et découvrir enfin ce que pensent nombre de leurs concitoyens, ainsi que les citoyens des pays de présence des intérêts de l’Elysée, notamment africains. L’establishment français avait même parlé de larges campagnes anti-françaises en Afrique. Mais la chose que ce même establishment n’a toujours pas réussi à saisir, c’est qu’à l’heure d’aujourd’hui il n’y a plus grand besoin de quelconques campagnes pour condamner quoi que ce soit. A l’heure où l’information s’échange en un espace de temps record et où grand nombre de personnes souhaitent comparer diverses sources informationnelles pour pouvoir soi-même analyser et se faire une opinion, l’approche hypocrite et faussement humaniste des élites politico-médiatiques occidentales est déjà condamnée depuis un bon moment.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1292