Archives du mot-clé Idlib

Syrie: la plateforme d’Astana reprend ses travaux à Sotchi

La 15ème rencontre internationale du processus d’Astana sur la Syrie a repris ses travaux dans la ville russe de Sotchi. Malgré les critiques existantes dudit processus de la part de certains acteurs, notamment occidentaux – cette formule reste jusqu’à maintenant la plus efficace sur le plan d’actions concrètes pour la République arabe.

Le règlement politique en Syrie et le sort du Comité constitutionnel sont devenus les principaux sujets des premières négociations depuis plus d’un an dans le cadre du «format d’Astana», qui ont été déplacées du Kazakhstan dans la cité balnéaire russe de Sotchi en raison de la pandémie du Covid-19. Si jusqu’à présent, la mission principale de la plateforme d’Astana était de résoudre les questions sur le terrain, désormais les accents ont connu une certaine évolution.

Pour rappel, les pays garants de ces négociations entre le gouvernement syrien et les représentants de l’opposition dite modérée sont la Russie, l’Iran et la Turquie. Avec le Liban, l’Irak et la Jordanie qui participent aux travaux en qualité d’observateurs. La délégation onusienne participe également aux rencontres de la plateforme.

Avant le début de cette 15ème rencontre internationale du processus d’Astana, le représentant spécial du président russe pour la Syrie Aleksandre Lavrentiev a noté que les participants «comptent donner une certaine impulsion – non pas au travail du processus d’Astana en tant que tel, mais plutôt au processus de règlement syrien».

Si la situation sur le terrain a effectivement radicalement évolué au cours des dernières années – avec une reprise sous contrôle de la grande partie du territoire syrien par le gouvernement et la destruction des principales forces terroristes, les défis se maintiennent dans la République arabe, et ce pour plusieurs raisons. L’une d’elles étant la province d’Idlib, dont une partie échappe encore au contrôle du gouvernement. Mais plus que cela encore, ladite zone continue d’abriter un nombre assez important d’éléments terroristes, notamment affiliés à Al-Qaida (bien que leur affiliation ne soit plus aussi «officielle» qu’auparavant). A ce sujet, le principal problème pour Moscou reste la démarcation entre l’opposition armée syrienne modérée et ces groupes terroristes, présents côte à côte.

Les responsabilités sur cette démarcation et l’élimination à Idlib de ces éléments terroristes incombent justement à l’opposition armée syrienne représentée dans les pourparlers d’Astana, ainsi qu’à leur soutien turc. Il faut reconnaitre que jusqu’à maintenant pratiquement rien n’a été fait en ce sens et les dits éléments continuent de «cohabiter» dans la partie d’Idlib n’ayant pas encore été reprise par Damas.

Mais ce n’est pas tout. Les autres problèmes majeurs étant la présence étasunienne illégale sur le sol syrien, en alliance avec une partie des représentants kurdes. Ainsi que l’exploitation des gisements pétroliers dans cette zone par des compagnies US – là aussi en totale illégalité. Sans oublier la base étasunienne d’al-Tanf dans le sud du pays – une zone qui a connu une certaine activation récente des éléments de Daech.

Enfin les sanctions washingtoniennes à l’encontre de Damas continuent de fragiliser la situation humanitaire et le plein lancement de la reconstruction du pays. Bien que cela ne soit aucunement une surprise – l’objectif initial des USA en Syrie n’a jamais été la stabilisation du pays, mais bien la tentative (échouée) de faire tomber le gouvernement légal, y compris si cela devait se produire par une multiplication du chaos et du terrorisme – aussi bien en Syrie, que dans toute la région concernée.

La vision de Damas et de Moscou est également partagée par l’Iran, l’autre principal allié de la République arabe. D’ailleurs et dans le cadre des travaux à Sotchi, la délégation de la Syrie, présidée par Aymane Soussane, ministre adjoint des Affaires étrangères et des Expatriés, a tenu une réunion avec la délégation iranienne présidée par le haut assistant du ministre des Affaires étrangères pour les affaires politiques spéciales, Ali Asghar Khaji.

Les points de vue des deux parties étaient identiques quant à la nécessité de poursuivre l’action conjointe à tous les niveaux, notamment celui de la lutte contre le terrorisme – jusqu’à son élimination de tout le territoire syrien. Les deux responsables ont par ailleurs mis l’accent sur la responsabilité de la communauté internationale de mettre fin à la politique d’imposition des mesures coercitives unilatérales, suivie par certains pays occidentaux et qui visent les peuples, ainsi que sur la nécessité de ne pas politiser le dossier des aides humanitaires et ne pas permettre en même temps l’accès de ces aides aux réseaux terroristes. Les représentants syrien et iranien ont également insisté sur l’importance du respect des références de ce processus, notamment en ce qui concerne le refus de toute intervention étrangère ou la fixation des calendriers fabriqués.

Dans toute cette situation, une chose demeure certaine: la détermination de Damas, comme de Moscou et Téhéran de trouver des solutions pour la pleine relance de l’économie syrienne et la reconstruction du pays, ainsi que l’élimination des derniers éléments terroristes encore présents sur le sol syrien. Si la Turquie ne partage pas pleinement le même agenda et continue de retarder, entre autres, la résolution des problèmes dans la province d’Idlib, sa participation dans le processus d’Astana reste certainement justifiée. En ce sens en qualité de garants dudit processus, le trio Russie-Iran-Turquie a été jusqu’à présent indéniablement plus efficace que toutes les autres plateformes promues par les pays occidentaux et affiliés. Confirmant par la même occasion que l’interaction eurasienne reste sans aucun doute la meilleure des options dans la résolution de nombreuses crises régionales et internationales.

Pour ce qui est des USA et de leurs alliés occidentaux, il serait certainement juste de dire que leur rôle jusqu’à maintenant a été surtout d’entraver les processus en cours. Et ce pour deux raisons principales – la première étant l’échec du projet géopolitique initial de faire tomber le gouvernement officiel syrien. La seconde étant le fait d’avoir été écartés des questions majeures visant le règlement en Syrie. Mais malgré les obstacles mis sur le chemin des partisans de la multipolarité – les choses se poursuivent au détriment des nostalgiques de l’unipolarité révolue. Certes, plus longuement que cela aurait été possible. Mais il demeure peu probable que l’Occident politique puisse faire quoi que ce soit dans la défaite évidente subie dans le cadre du scénario si souhaité au départ par l’establishment occidental en terre syrienne.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2459

https://t.me/observateur_continental/873

La base d’al-Tanf, protectrice de terroristes en Syrie?

Les quelques éléments terroristes encore présents dans la zone désertique de la Syrie ont récemment attaqué des convois de civils et militaires syriens. Face à cette activation de terroristes, y compris affiliés à Daech, quel est le rôle de la base étasunienne d’al-Tanf?

La base militaire US d’al-Tanf, se trouvant dans le sud syrien, le long de la frontière entre l’Irak, la Jordanie et la Syrie, est depuis son implantation une source non seulement d’instabilité car abritant une présence militaire étrangère illégale, mais représente également un terrain fertile pour les derniers éléments de la secte terroriste de Daech en terre syrienne.

En effet, les autorités syriennes, ainsi que la Russie et l’Iran, ont maintes fois pointé du doigt l’illégalité de cette présence étasunienne – sachant que les Etats-Unis ne disposent ni d’une invitation officielle du gouvernement syrien, ni d’un mandat onusien. Mais si cette violation US du cadre international est loin d’être nouvelle, ayant toujours du mal à accepter la nouvelle réalité mondiale multipolaire, l’autre côté obscur de cette implantation n’est autre que les cellules dormantes de Daech dans le désert de Syrie. Des cellules qui ont commis récemment un certain nombre d’attaques sporadiques visant des civils et des militaires syriens.

Une opération est depuis en cours, à laquelle participe l’armée gouvernementale syrienne, soutenue par ses alliés russe et iranien, afin de nettoyer définitivement la zone des dites cellules dormantes terroristes. Ceci étant dit, la raison de l’existence de cette base étasunienne n’a jamais vraiment été un secret – y compris des propres aveux de l’establishment américain. A savoir qu’elle est destinée à contrer l’influence syro-russo-iranienne dans la région. En oubliant évidemment que la Syrie est un Etat souverain, tandis que l’Iran et la Russie se trouvent dans la République arabe sur une base légitime. Mais cela est une autre histoire.

Pour revenir à la présence terroriste, selon l’agence de presse syrienne Sana, «les forces d’occupation américaine auraient transporté des dizaines de terroristes appartenant à Daech de plusieurs prisons du gouvernorat de Hassaké vers la base illégale à Tanf sur les frontières syro-jordaniennes».

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que de telles informations soient diffusées au sein des médias de Syrie. Une chose est pour autant certaine – les USA ne prennent aucune mesure digne de ce nom pour lutter contre la nébuleuse terroriste – et ce malgré l’annonce des intentions de lutter contre les restes de Daech.

La réalité est qu’une fois de plus, Washington démontre que la lutte contre Daech, tout comme Al-Qaida, n’a jamais fait partie de ses priorités. Et que l’objectif principal reste effectivement la déstabilisation des forces régionales et de leurs alliés – qui au-delà de se trouver sur une base légale, mènent réellement une lutte sans relâche contre le terrorisme international dans la région. Mais plus que cela encore, les USA à travers cette approche démontrent que les éléments terroristes peuvent être utilisés par l’establishment étasunien – du moment que cela sert leurs intérêts géopolitiques dans la région.

Pour autant, les Etats-Unis sont une fois de plus dans l’erreur dans ces calculs malsains. Daech, tout comme Al-Qaida, bien que continuant à représenter un défi sporadique pour la sécurité syrienne et régionale, le fait est que la colonne vertébrale de ces sectes salafistes a été effectivement cassée. Passant de plusieurs dizaines de milliers de terroristes, issus de plus d’une centaine de pays, à quelques centaines d’extrémistes dans le cas de Daech – présents encore dans le désert syrien sous l’œil plutôt bienveillant de Washington, ou à quelques milliers dans le cas d’Al-Qaida, retranchés dans ce qui reste à libérer dans la province syrienne d’Idlib.

Cela confirme donc une chose relativement simple. Si l’establishment washingtonien espère utiliser les derniers éléments terroristes en Syrie pour ses fins géopolitiques, il sera perdant sur toutes les directions. Tout d’abord car ces terroristes continueront d’être traqués et écrasés. Et que d’autre part, l’opinion publique internationale continuera à observer ce jeu malsain des élites occidentales – pouvant être prêtes à tolérer même la présence du diable, du moment que cela sert leurs intérêts chaotiques et retarde leur défaite totale. Bien peu probable qu’une telle stratégie puisse être couronnée de succès. Ne faisant qu’accélérer un peu plus la chute finale des nostalgiques de l’unipolarité.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/737

Idlib: nécessité cruciale de libérer la province syrienne

2-10

Alors que l’armée gouvernementale syrienne poursuit son offensive dans la province d’Idlib – dernier bastion des djihadistes, principalement liés à Al-Qaida, l’establishment occidental crie de nouveau au scandale. En espérant par la même occasion brouiller l’entente russo-turque. Mais les acteurs non-occidentaux ne l’entendent pas de cette oreille.

Damas ne l’a jamais caché – son objectif étant de libérer tout le territoire national. Si à l’heure actuelle, le gouvernement contrôle près des ¾ du pays, où vit plus de 90% de la population, ce n’est pas pour autant qu’il compte s’arrêter en si bon chemin. Et vu la concentration plus que massive d’extrémistes salafistes dans la province d’Idlib, il n’a jamais été un secret de la nécessité d’en finir avec cette présence. Et ce aussi bien dans le cadre visant à restaurer l’autorité légitime sur tout le territoire national, que de mettre un terme à la présence terroriste sur le sol syrien de façon générale.

Et bien qu’Idlib soit devenu le dernier centre de retranchement de ces éléments extrémistes, il est évident que ce retranchement devait finir à un moment ou un autre. Cela sans oublier le simple fait que les terroristes d’Al-Qaida toujours présents dans cette province de Syrie continuent de représenter un danger majeur pour la population civile syrienne. Ajoutez à cela les innombrables attaques et provocations de ces éléments visant les Forces armées syriennes, il est donc devenu urgent de reprendre l’offensive.

Les derniers jours, l’armée gouvernementale syrienne a enchainé les victoires sur le terrain. Dernier succès en date: la reprise de la ville stratégique de Saraqeb. Plus tôt, les forces syriennes avaient repris le contrôle de la localité de Maarat al-Numan, dans le sud d’Idlib, représentant une étape importante dans la sécurisation de l’axe routier Damas-Alep.

Sur le plan international, cette nouvelle offensive à succès de Damas n’a pas fait seulement les malheurs des élites occidentales, mais a également provoqué le mécontentement de la Turquie, qui soutient plusieurs factions rebelles pro-turques, se trouvant elles aussi dans ladite province. Au point pour le mainstream de parler d’un risque d’affrontement direct entre les forces syriennes et turques, et même d’annoncer que ladite situation peut frapper l’interaction turco-russe, devenue très importante depuis les dernières années.

Pourtant et malgré le fait que Moscou et Ankara continuent d’avoir un regard différent sur leur rapport avec Damas – allié de la première, adversaire de la seconde, il n’empêche qu’il est peu probable que cela puisse nuire aux nombreux projets conjoints engagés par les deux puissances eurasiennes. Et malgré les désaccords existants, il est d’ores et déjà assez clair que la Russie et la Turquie continueront à collaborer au plus haut niveau. C’est d’ailleurs un avis partagé par plusieurs experts et analystes turques, comme russes.

Quant aux rapports turco-syriens, en premier lieu il est plus que souhaitable que le leadership turc puisse accepter une chose simple : laisser le pouvoir syrien rétablir pleinement la légitimité sur son territoire national, conformément à son droit souverain. Il est vrai qu’à la grande différence des Etats du Golfe, ayant eux-aussi en coordination avec les Occidentaux, largement contribué au chaos dans le pays-civilisation qu’est la Syrie, la Turquie ait accueilli un très large nombre de réfugiés syriens fuyant la guerre. C’est un fait.

Mais si Ankara souhaite réellement contribuer à ce que ces personnes puissent rentrer chez eux, elle devrait au contraire changer définitivement de cap et cesser de mettre les bâtons dans les roues de Damas. Le constat est pourtant simple, malgré toute la propagande des médias occidentaux des dernières années, qui criaient haut et fort que les réfugiés syriens fuyaient aussi bien les terroristes que le «régime», la gifle de la réalité fut elle sans équivoque : de bien nombreux réfugiés ont commencé à rentrer au pays, du Liban, de la Jordanie, de la Turquie et d’ailleurs dans les localités justement libérées par l’armée gouvernementale. Et par la même occasion songer sérieusement, à terme, à aller dans le sens de la normalisation de ses relations avec Damas. Pour cela, Moscou s’est déjà dit prête à faciliter une telle normalisation. Une option qui pourrait tout simplement être considérée comme une victoire totale pour les forces eurasiennes. On n’en est pas encore là, mais le temps fait bien les choses. En attendant, la province d’Idlib se doit d’être libérée par le gouvernement syrien. C’est un droit, un devoir et une nécessité.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1364

Syrie: les USA et l’Europe poursuivent leurs accusations contre la Russie

Alors que l’armée gouvernementale syrienne continue d’étendre le contrôle sur le territoire national, les élites occidentales reviennent aux accusations traditionnelles à l’encontre de la Russie et de la Syrie quant aux frappes que ces dernières mènent à l’encontre des positions terroristes, notamment dans la province d’Idlib.

Bien que ces mêmes élites occidentales savent parfaitement qu’ils ont perdu la guerre qu’ils avaient imposé à la République arabe syrienne, il n’empêche que les attaques et pressions se poursuivent à ce jour, aussi bien sur le plan politique qu’informationnel. Les dernières accusations en date concernent des frappes aériennes syriennes et russes prétendument menées à l’encontre de quartiers-généraux d’organisations humanitaires, en vue de nuire à leur activité.

Pour autant, une question ressurgit assez logiquement dans toute cette situation. Sachant que de facto la dernière province syrienne qui échappe encore en partie au contrôle de l’armée syrienne – celle d’Idlib – est en large partie contrôlée par les éléments terroristes affiliés à Al-Qaida, comment se fait-il alors que ces organisations dites «humanitaires» se trouvent côte à côte de ces terroristes, et plus que cela qu’elles y entretiennent des relations tout à fait cordiales avec ces éléments? Aucun média mainstream occidental ou autre ne donne de réponse à cette question.

Sachant d’autant plus que bien souvent les données accusatoires vis-à-vis de Damas, comme de Moscou, ne sont reprises que via l’organisation obscure des Casques blancs, dont plusieurs membres sont soit ouvertement affiliés aux groupes salafistes, dont Al-Qaida, soit en sont des sympathisants semi-déclarés. Il est vrai que la Syrie fait aujourd’hui moins la une de l’actualité des médias mainstream, il n’empêche que les attaques informationnelles resurgissent à chaque fois que les restes terroristes en terre syrienne que l’Occident politique continue de soutenir se retrouvent en difficulté, comme c’est le cas actuellement.

Damas n’a jamais caché son intention de reprendre sous son contrôle l’intégralité du territoire du pays. Avec le soutien de ses alliés, la colonne vertébrale des terroristes a été cassée, la légitimité a pris le dessus. Et sachant que le gouvernement légitime contrôle désormais la grande partie du territoire national, sur lequel vivent plus des ¾ de la population syrienne, le leadership du pays est plus que jamais motivé à en finir avec les restes extrémistes se trouvant encore sur son sol, principalement à Idlib. Une réalité évidemment qui est loin d’être voulue par les capitales occidentales et dans une moindre mesure golfistes – ces dernières activant de plus en plus les contacts avec Damas en vue de la réalité sur le terrain. La Turquie fait également obstruction dans une certaine mesure aux processus en cours, et ce pour une raison simple: plusieurs factions armées pro-Ankara se trouvent elles aussi dans la province d’Idlib. Ceci étant dit et grâce au dialogue tripartite qui existe entre la Russie, la Turquie et l’Iran, Ankara sait parfaitement que la reprise totale par les forces gouvernementales syriennes des quelques territoires qui lui échappent encore n’est uniquement qu’une question de temps.

Quant aux organisations dites humanitaires, occidentales ou autres, il serait peut-être grand temps pour elles déjà de reconnaitre qu’un grand nombre de réfugiés syriens installés à l’étranger retournent sur leur terre, et plus spécifiquement dans les zones sous contrôle gouvernemental. Et qu’au lieu de lancer des accusations ridicules et sans fin en direction de Damas, Moscou ou Téhéran, elles feraient bien mieux de demander aux gouvernements des pays de leur appartenance de cesser de martyriser le peuple syrien, comme ce fut le cas depuis de longues années. Surtout lorsqu’on sait qu’au-delà d’avoir financé les groupes terroristes et d’avoir favorisé l’arrivée d’extrémistes de diverses contrées du monde sur le sol syrien, les régimes occidentaux ont également imposé des sanctions à l’encontre de la Syrie, des sanctions qui frappent justement la population civile du pays. Une population civile que ces mêmes régimes disent vouloir «aider».

La Syrie n’attend pas l’aide à la reconstruction de la part des régimes occidentaux et consorts. Pour cela elle peut compter sur ses alliés. D’autant plus qu’il est question tout simplement de dignité nationale: les destructeurs d’hier ne pourront jamais être les constructeurs de demain. Donc la moindre des choses que ces régimes pourraient faire, c’est soit d’accueillir sur leur propre sol les éléments terroristes en fin de vie en Syrie – une option bien peu probable, soit de ne plus mettre les bâtons dans les roues dans les processus du retour de la paix en terre syrienne. Sachant que de toutes les manières, la Syrie a gagné. Et que les régimes en question ont perdu. Point.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1309