Archives du mot-clé ingérence

L’Afrique a soif de sa souveraineté

Les événements récents observés sur le continent africain auront démontré plusieurs choses essentielles. Le principal étant que l’Afrique dans sa majorité souhaite pouvoir choisir librement sa voie de développement, de même que ses partenariats extérieurs. Et devenir par la même occasion un bloc important du monde multipolaire.

L’année 2020, malgré les nombreux défis qui l’ont caractérisé, et ce aussi bien sur le plan épidémiologique, économique, sécuritaire que géopolitique, aura eu le mérite de renforcer l’idée que dans le cadre du concept multipolaire mondial – les nations du monde sont pour une large partie d’entre elles largement attachées au souverainisme qui tient compte de leurs traditions et valeurs ancestrales, sans pour autant renier les projets d’intégration régionaux ou continentaux.

Dans le cas des pays africains, cette idée s’est renforcée avec une opposition nette aux tentatives d’interférence dans les affaires intérieures de la part de certaines puissances n’appartenant pas au continent, notamment au niveau de la grande partie de la société civile africaine. Une société civile qui n’a pas besoin d’être sponsorisée ou dirigée par les différentes ONG occidentales, étant parfaitement capables de s’organiser, analyser et d’affirmer sa volonté. Une volonté désormais de plus en plus écoutée et reconnue par nombre de chefs d’Etat africains.

Si le soutien au souverainisme africain, de même qu’aux idées panafricaines, ainsi que l’opposition aux pratiques néocoloniales, parmi les populations d’Afrique – n’ont trouvé d’écho au sein des élites occidentales que dans l’optique d’accuser les puissances non-occidentales d’attiser ces sentiments – ce qui s’en traduit c’est surtout la colère et l’impuissance de ces mêmes élites à pouvoir stopper les dits processus, et ce malgré un énorme arsenal à leur disposition. Allant de la mainmise financière et du chantage politico-diplomatico-militaire jusqu’aux instruments médiatiques – ces derniers ayant tellement longtemps dominé le paysage informationnel africain.

Les tentatives de déstabilisation, voire de coups d’Etat, trouvent elles aussi moins de «succès» qu’auparavant. Et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord et c’est encore aux Africains eux-mêmes qu’en revient le mérite, ce n’est autre que l’éveil des consciences devenu évident. Y compris grâce à la popularité montante de grands médias continentaux indépendants de l’Occident, comme la chaine de télévision panafricaine Afrique Média.

D’autre part, l’Afrique peut aujourd’hui compter de plus en plus sur le soutien et l’assistance de puissances non-occidentales, partisanes de la multipolarité, qui se sont affirmées sur la scène internationale comme des acteurs incontournables. Des puissances qui s’opposent à l’unilatéralisme occidental hérité de la fin de l’URSS – un concept unipolaire désormais totalement dépassé, bien que nombre de nostalgiques refusent encore de l’admettre complètement.

Enfin, le désir d’une réelle intégration panafricaine, promue aussi bien par la véritable société civile des pays du continent que par nombre de chefs d’Etat africains, semble aller dans le sens d’une prise d’ampleur évidente, et ce malgré les obstacles se trouvant sur le chemin. Les récents événements en République centrafricaine peuvent d’ailleurs être vus comme caractéristiques de ce combat entre ceux qui désirent assumer pleinement leur souveraineté, leur développement dans un cadre continental panafricain et avoir le libre choix de diversifier les partenariats extérieurs – y compris extracontinentaux. Et ceux qui appliquent ou sous-traitent des schémas établis et promus par ceux qui refusent à ce jour de voir une Afrique pleinement libre, indépendante et souveraine – tout en maintenant des méthodes de déstabilisation néocoloniale, ne devant plus avoir de place dans le monde contemporain.

Une chose est sûre: le chemin est encore long. Et face justement aux obstacles existants ou pouvant apparaitre à tout moment, il faudra s’armer de patience pour arriver à l’objectif recherché. Il n’empêche que les événements en cours démontrent la ferme capacité des peuples africains à pouvoir arracher une souveraineté qui ne serait pas négociable. Une souveraineté effectivement nécessaire afin de se positionner en tant que bloc puissant et à part entière du monde multipolaire. Les Africains en ont l’entière légitimité.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/718

Syrie et Donbass, quand l’ingérence US se grippe

Donbass

Le chaos est un instrument de prédilection de certaines élites occidentales, notamment étasuniennes. La seule différence entre les années 90 et maintenant, c’est qu’aujourd’hui la résistance est plus déterminée que jamais. Les exemples de la Syrie et de l’Ukraine l’illustrent parfaitement.

Certains diront que le conflit dans l’Est ukrainien, plus précisément dans le Donbass et en Syrie sont deux moins différentes qu’il n’y paraît de prime abord. Si les régions, les mentalités, les rapports ethnico-religieux n’ont effectivement rien à voir, on y retrouve pourtant beaucoup de similarité. Parlons-en.

Tout d’abord, la Syrie et l’Ukraine, à laquelle appartenait dans un passé encore récent le Donbass, son poumon industriel et économique, ont connu des tentatives non voilées de destitution violente des dirigeants légitimes, reconnus par la communauté internationale. Les instigateurs de ces tentatives sont bien connus : États-Unis et leurs soutiens.

En Syrie, l’objectif n’a pas été atteint, malgré un pays à feu et à sang et un très grand nombre de victimes, militaires comme civiles. En Ukraine, par contre, la fameuse « révolution du Maїdan » a fonctionné : Viktor Ianoukovitch, le président démocratiquement élu, a été écarté du pouvoir par un coup d’État armé, réalisé principalement par des forces extrémistes, néonazies et ultra-nationalistes. Ianoukovitch a évité de peu l’élimination physique pure et simple, d’où son exil en Russie.

Les fameuses révolutions de couleur sont devenues, de notoriété publique, une spécialité étasunienne. Un certain nombre d’organismes américains prennent une part active dans ce processus malsain : département d’Etat, CIA, Fondation Soros, entre autres.

Selon le propre aveu de l’ex porte-parole du département d’État, Victoria Nuland, (la même qui avait « envoyé l’UE se faire foutre » à propos de la crise ukrainienne), les USA ont déboursé 5 milliards de dollars pour que l’Ukraine choisisse « la bonne voie », en d’autres termes pour organiser le coup d’Etat.

En ce sens, qu’il s’agisse de la Syrie, de l’Ukraine ou plus récemment du Venezuela, les étasuniens adoptent à peu près les mêmes méthodes, en les adaptant au contexte local.
Qu’en est-il de la Russie, que tout ou presque oppose aujourd’hui aux Etats-Unis, y compris en Syrie ou dans le Donbass ?

Moscou a soutenu le gouvernement légitime syrien et a répondu favorablement à l’appel lancé par ce dernier pour l’aider à mener la lutte antiterroriste, notamment contre des sectes salafistes telles que Daech ou Al-Qaida. Une intervention qui a permis de stopper l’avancée des groupes terroristes et de rendre l’initiative aux forces gouvernementales.

Dans le Donbass, les chancelleries occidentales et le mainstream médiatique affirment voir une « présence russe » aux côtés des « séparatistes pro-russes », selon leurs termes. Pourtant, ni les uns ni les autres n’ont à ce jour présenté la moindre preuve de l’implication russe dans les combats en faveur des républiques populaires de Donetsk & Lougansk. On attend toujours. La Russie accorde par contre effectivement un soutien humanitaire et diplomatique à ces régions, ce qui est peu surprenant, compte tenu du fait que la population concernée est russophone et très généralement prorusse.

On le voit, dans un cas comme dans l’autre, le leitmotiv étasunien consiste essentiellement à semer le chaos pour déstabiliser des pays insoumis. Examinons maintenant des différences.

En Syrie, l’Occident, USA en tête, mais aussi plusieurs régimes du Golfe et Israël, soutiennent ouvertement ceux qu’ils appellent « l’opposition modérée ». Pourtant, depuis le début de la guerre civile, la plupart de leurs pupilles ont montré qu’ils n’avaient rien de modéré. Exécutions sommaires, massacres des populations soutenant le pouvoir syrien, exécutions barbares filmées, décapitation des militaires syriens et… attaques terroristes, visant aussi bien l’armée gouvernementale que les civils. En ce sens, les prétendus « opposants » que l’Occident soutient ouvertement, n’ont souvent rien à envier en termes de cruauté et de barbarie à leurs collègues de Daech ou d’Al-Qaida.

A l’inverse, les Résistants, désormais forces armées officielles, des républiques populaires du Donbass se distinguent par leur retenue. A ce jour, ils n’ont commis aucune attaque terroriste contre des civils dans les parties ukrainiennes plus ou moins pro-Maїdan. Pourtant, pratiquement tous les territoires sous contrôle de Kiev comprennent de nombreux sympathisants de la DNR et LNR (les abréviations des deux républiques du Donbass), qui auraient pu déraper. Car en face, l’armée ukrainienne putschiste et des bataillons « punitifs » néonazis et ultra-nationalistes ont, eux, commis de nombreux massacres contre la population civile du Donbass. La réponse de Donetsk et de Lougansk a toujours visé uniquement les adversaires au front.

Quand j’ai posé cette question aux représentants du Donbass, leur réponse a été simple : « Malgré la guerre, malgré les atrocités subies, nous ne voulons pas devenir comme eux. Nous défendons et allons continuer à défendre notre terre. Les séparatistes, ce sont eux (le pouvoir kiévien, ndlr). Ceux qui ont réalisé le coup d’Etat, pour diviser la population sur une base ethnique et linguistique, sous les ordres des atlantistes. Et à chacune de leur attaque, y compris aux actes terroristes, nous répondrons par des victoires au front ».

Telle était leur réponse.

Et c’est pourquoi, que ce soit en Syrie ou dans le Donbass, les forces obscures finiront certainement par perdre. Et avec elles — leurs maîtres.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201705221031479749-donbass-ingerence/

Mikhail Gamandiy-Egorov