Archives du mot-clé interview

Exclusif: Crimes contre l’humanité au Burundi? L’ambassadeur démonte le rapport de l’Onu

Edouard Bizimana

La Commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi a publié un rapport qui demande à la Cour pénale internationale (CPI) d’enquêter «sans délai» sur les «possibles crimes contre l’humanité» dans ce pays d’Afrique de l’Est. Dans un entretien exclusif accordé à Sputnik, Edouard Bizimana, ambassadeur du Burundi en Russie, réagit.

Sputnik: M. l’ambassadeur, quelle est votre réaction à la lecture du rapport de la Commission d’enquête des Nations unies sur le Burundi?

Edouard Bizimana: D’emblée, je dirais que ce n’est pas un rapport, car le document souffre de beaucoup de lacunes, tant au niveau du contenu qu’au niveau de la méthodologie utilisée. C’est un document rempli de contrevérités et de contradictions. Il est étonnant de lire des affirmations comme quoi il existe des attaques «généralisées et systématiques contre la population civile», comme pour dire que le Burundi brûlerait.

Ce n’est pas le cas actuellement, mais on comprend bien ces affirmations gratuites d’une part parce que ces «experts» n’ont pas mis les pieds sur le territoire burundais et d’autre part parce qu’ils veulent se venger contre les autorités burundaises, qui leur ont refusé l’accès au territoire. Vengeance aussi de la Cour pénale internationale et des autres puissances occidentales, qui cherchent à utiliser cette cour pour atteindre leurs objectifs. En effet, le Burundi reste le seul pays qui a confirmé son retrait du Statut de Rome et cela constitue un précédent très préjudiciable à la Cour et aux puissances occidentales qui la financent et l’utilisent.

Un document truffé de contradictions: le point 40 du rapport parle du fait que les «experts n’ont pas visité le Burundi», mais affirment qu’ils ont trouvé des détentions arbitraires. Le point 97 est contredit par le point 108: au moment où la commission semble ignorer totalement le principe de complémentarité, elle recommande aux Nations unies de fournir une assistance technique aux autorités burundaises afin de mener des enquêtes crédibles et indépendantes.

Les points 86 et 99 se contredisent: dans ces points, la commission demande aux autorités burundaises d’enquêter sur les violations des droits de l’homme et au même moment, elle demande à la Cour pénale internationale d’ouvrir une enquête dans les plus brefs délais sur les crimes commis au Burundi.

La commission affirme avoir recueilli des informations sur des attaques ciblées des groupes armés contre des postes de police et de l’armée (point 28) et sur des attaques d’envergures en juillet 2015 et décembre 2015, mais la commission n’a pas été en mesure de recueillir des informations sur des attaques contre les civils par les groupes organisés et se justifie en évoquant le fait qu’elle n’a pas été autorisée à se rendre au Burundi: il faut dire que de tels arguments prouvent à suffisance que la commission n’est pas auteur du «rapport». Elle est là pour condamner une partie et blanchir l’autre et ça, ne devrait pas être la mission d’une commission. Les groupes qui ont attaqué le Burundi n’étaient pas sans armes et ont fait des victimes. Les grenades lancées dans les bars, dans les marchés, dans les lieux publics, des personnes brûlées vives sont l’œuvre de ces groupes. Comment alors la commission a-t-elle pu avoir des informations sur une partie sans se rendre sur le terrain et ne pas en avoir sur l’autre partie?

Au moment où la commission affirme que «dans certains cas, des agents de police auraient agi à la suite d’actes de violence de manifestants ayant entraîné la mort de policiers et de membres du parti au pouvoir» (point 29), elle ne trouve pas opportun de documenter ces crimes (que la commission qualifie d’actes de violence) et se contente seulement de condamner les forces de l’ordre et de sécurité, qui apparemment n’ont même pas le droit de se défendre quand elles sont attaquées.

Les points 31 et 36 démontrent bien le côté penchant et la volonté de la commission de diviser les Burundais: au point 31, la commission attribue avec certitude l’assassinat d‘un officier supérieur aux services de l’État pour semer la division au sein des forces de défense, mais quand il s’agit des crimes qui ont visé les membres du gouvernement ou des personnes supposées être «proches du pouvoir», la commission reste dubitative (point 36).

Enfin, le «rapport» souffre d’une globalisation qui cache mal une volonté de la commission de nuire au peuple burundais (point 44). La commission parle toujours dans la globalité quand elle parle des imbonerakure, des membres du service de renseignement, de magistrats et des policiers. Elle ne parvient pas à coller des noms sur des actes alors que l’on sait que plusieurs policiers responsables d’actes répréhensibles par la loi ont été emprisonnés et même radiés de la police.

Bref, le rapport n’a aucune crédibilité et semble avoir été rédigé par l’opposition et non par des experts. La commission s’efforce de couvrir les crimes commis par l’opposition et les groupes armés tout en condamnant d’avance le gouvernement burundais et ses services, ce qui justifie son appel lancé à la CPI d’ouvrir une enquête sur le Burundi.

Sputnik: Que compte entreprendre le gouvernement de votre pays pour répondre aux accusations émises par les rapporteurs onusiens?

Edouard Bizimana: L’opinion et les Nations unies doivent savoir que la protection des droits de l’homme reste une priorité du gouvernement du Burundi. C’est pour cela que les personnes qui se sont rendues coupables d’une quelconque violation de ces droits ont été traduites devant la justice. J’ai évoqué des cas d’agents des forces de défense et de sécurité et d’autres citoyens qui sont aux mains de la justice.

Le gouvernement du Burundi reste disposé à œuvrer dans le sens de protéger davantage les droits de l’homme, de collaborer avec les Nations unies et ses agences, mais dans le strict respect de la loi et de la souveraineté du Burundi. Le Burundi n’est pas un État voyou, mais un État respectueux des droits de l’homme et du droit international. Dans ce sens, il a des droits et des obligations en tant qu’État souverain et son engagement dans la lutte contre le terrorisme s’inscrit dans cette perspective.

En termes de collaboration, le procureur Fatou Bensouda a demandé au gouvernement burundais des informations dans le cadre de l’examen préliminaire ouvert par la CPI. Le gouvernement burundais lui a transmis, le 1er juin 2017, toutes les informations demandées. Et comme l’a clairement exprimé le procureur général de la République du Burundi, l’ouverture d’une enquête sur le Burundi dans les conditions actuelles par la CPI violerait le principe de la complémentarité, un principe fondateur du Statut de Rome. Le Gouvernement du Burundi a manifesté sa volonté de documenter les crimes commis, de poursuivre leurs auteurs et de les juger.

Le 31 août 2017, l’assemblée nationale a adopté à l’unanimité la résolution portant création d’une commission spéciale de vérification du contenu du rapport de la commission d’enquête sur le Burundi mis en place par le conseil des Droits de l’homme des Nations unies. Tous ces efforts montrent bien que les institutions burundaises prennent la question des droits de l’homme très au sérieux et sont prêtes à collaborer avec les Nations unies, mais dans le strict respect de la souveraineté nationale, c’est-à-dire, sans pression, sans menace et sans intimidation de qui que ce soit. Toute action qui serait entreprise sans concertation n’aura pas d’effet, car le peuple burundais n’est pas prêt à renoncer à sa dignité et à sa souveraineté.

Sputnik: Le Burundi ne reconnaît de facto plus, depuis l’annonce faite en octobre 2016 sur le retrait de la CPI, l’autorité de cette instance. De ce fait, que peut entreprendre cet organisme à l’encontre du Burundi? Et quelles seraient les mesures de rétorsion éventuelles de votre part?

Edouard Bizimana: Le Burundi n’est plus membre de la CPI depuis octobre 2016 et toute action que la Cour engagera contre le Burundi en dehors des règles qui régissent le droit international sera sans effet.

Sous pression de certaines puissances occidentales, qui financent la Cour et qui veulent provoquer le chaos au Burundi et dans la région, comme cela a été le cas en Libye, la CPI peut se lancer dans une aventure contre le Burundi. Mais cette aventure aura des conséquences fâcheuses sur ce qui reste de sa crédibilité. Le Burundi étant le seul pays qui a confirmé son retrait du Statut de Rome, la Cour pourrait se sentir humiliée par cette décision et pourrait être poussée à se venger contre les autorités burundaises en ouvrant une enquête contre le Burundi.

La Cour pourrait aussi, en complicité avec certains leaders de la société burundaise, ceux-là mêmes qui ont poussé les gens dans la rue dans des manifestations violentes, ainsi que certains membres de l’opposition, fabriquer des rapports farfelus contre le Burundi. Mais tout cela ne ferait que décrédibiliser la Cour.

Je ne parlerais pas de mesure de rétorsion, car le Burundi ne cherche de confrontation avec personne. Le Burundi défendra sa souveraineté et sa dignité dans le strict respect du droit international et de ses engagements internationaux.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201709131033024529-burundi-crimes-contre-humanite-onu-rapport/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Pétition pour la libération de Laurent Gbagbo. Entretien exclusif avec Alphonse Douati

Alphonse Douati

Né en 1955, Alphonse Douati est un homme politique ivoirien. Secrétaire général du FPI (Front populaire ivoirien), parti politique fondé et dirigé par le président Laurent Gbagbo, il a occupé différents postes ministériels d’octobre 2000 à novembre 2010 en Côte d’Ivoire.

Il est aujourd’hui le coordonnateur de la pétition internationale pour la libération de Laurent Gbagbo, incarcéré à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

Sputnik: Vous êtes le coordonnateur de la pétition internationale pour la libération de Laurent Gbagbo. Pouvez-vous expliquer en quoi consiste votre projet? Et quel est l’objectif visé?

Alphonse Douati : Avant tout propos, je voudrais vous exprimer mes remerciements et ma reconnaissance pour l’opportunité et le privilège qui me sont accordés à travers cet entretien. Une pétition est l’expression d’une liberté d’opinion utilisée par tout citoyen et tout démocrate pour faire connaître sa position sur une thématique qui concerne la société. Elle a aussi une valeur interpellatrice dont dispose les populations pour s’adresser aux décideurs. La présente pétition répond à cette double attente. Mais au-delà, il s’agit de mettre en lumière aux yeux de l’opinion publique nationale et internationale et par ricochet de la communauté internationale, l’ampleur du plus grand scandale politique de ce début du 21ème siècle que représente la détention de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé à la CPI (La Haye), de l’incarcération de Simone Gbagbo (épouse du premier cité), de centaines de citoyens ivoiriens emprisonnés au seul motif qu’ils sont adeptes des idées de Laurent Gbagbo. Ainsi que l’exil forcé de 100.000 Ivoiriens. De par les signataires, l’opinion se fera entendre pour obtenir la libération du président Laurent Gbagbo.

Sputnik: Combien de signatures avez-vous recueilli jusqu’à maintenant? Et quel est la géographie des signataires?

Alphonse Douati: La pétition est l’initiative de l’écrivain patriarche Bernard Binlin Dadié et de l’ex-Premier ministre togolais Joseph Koffigoh à qui est réservée la primeur des résultats. Pour le moment, je n’en dirai pas plus. Mais sachez que l’engouement est grand partout en Côte d’Ivoire, dans plusieurs pays africains, européens et américains.

Sputnik : Vous êtes basé en Côte d’Ivoire. Durant votre campagne, avez-vous subi des pressions, aussi bien sur le plan intérieur qu’extérieur?

Alphonse Douati: Les pressions voire les empêchements ne nous ont pas été rapportés des pays étrangers. Mais en Côte d’Ivoire, c’est à un véritable parcours de combattant qui nous est servi: saisie de fiches de pétition vierges, destruction de 500 000 fiches signées, brimades, bastonnades, arrestations et incarcérations sont servies au quotidien. 3 jeunes gens ont été incarcérés à la prison centrale d’Abidjan pour cause de pétition et libérés après une semaine pour délit non constitué. Mais malgré tous ces obstacles, la pétition crée de l’enthousiasme dans tout le pays.

Sputnik : Vous suivez certainement le procès en cours actuellement à la Cour pénale internationale de La Haye contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Comment voyez-vous la suite de ce procès? Et pensez-vous que des pétitions comme la vôtre auront un effet sur cette suite?

Alphonse Douati : Comme tout le monde et en particulier comme adepte de la vision politique du président Laurent Gbagbo, je suis avec beaucoup d’intérêt et d’assiduité le procès conjoint du président Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé devant la CPI. Au plan de la formation des preuves, le passage de 12 témoins à charge n’a pas permis de donner la moindre preuve de la culpabilité des co-accusés. Au contraire, tout montre leur innocence et tout….les réhabilite. Sur le plan procédure, le procureur peine à construire son accusation. Il est souvent désolant de voir la cour privilégier le huis clos perturbant la publicité des débats, gage d’équité et de transparence. Or, il faut un débat à la fois contradictoire et public pour que la vérité soit connue de l’opinion publique pour l’honorabilité des co-accusés. Malgré ces vices que nous condamnons, je demeure serein et optimiste pour au moins deux raisons: la principale est que les preuves n’existent point et ne sauraient s’inventer, secundo, l’observation politique et sociale de la Côte d’Ivoire à elle seule rétablit la vérité et disculpe Laurent Gbagbo et son co-accusé. La pétition comme instrument de pression populaire et démocratique mais aussi comme outil de sondage finira par interpeller les pays membres du Conseil de sécurité comme la Russie pour soutenir une action qui concourra à la libération du président Laurent Gbagbo, de même que de tous les 400 prisonniers politiques et le retour apaisé, sécurisé et digne des 100.000 exilés en Côte d’Ivoire sans oublier la restitution des biens illégalement confisqués notamment les maisons, plantations et les terres comme à l’ouest par les partisans de l’actuel pouvoir en place en Côte d’Ivoire.

Sputnik : Quel avenir entretenez-vous pour votre pays la Cote d’Ivoire? Et voyez-vous Laurent Gbagbo faire partir de cet avenir?

Alphonse Douati : L’avenir de mon pays, la Côte d’Ivoire, demeure ancré dans la réconciliation et la paix. Dans cette dynamique, le président Laurent Gbagbo demeure le moteur de cette réconciliation et donc le Levin de cet avenir. Il ne peut en être autrement. Penser le contraire, c’est se tromper de chemin. Laurent Gbagbo doit revenir dans son pays pour le réconcilier afin que ce pays se réhabilite et se reconstruise.

Sputnik : Quelle serait selon vous la solution dans la protection des leaders patriotes et souverainistes africains?

Alphonse Douati : La protection des leaders patriotes et souverainistes africains passe avant tout par le renforcement de la démocratie en Afrique, le renforcement de la solidarité des peuples autour de ces leaders mais aussi la diversification du partenariat politique, économique et culturel avec les autres peuples du monde dans un esprit d’équité et de respect réciproque, en un mot un partenariat gagnant-gagnant, ouvert et libre.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201608051027173449-cote-d-ivoire-petition-liberation-laurent-gbagbo/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Novorossia, Syrie, Mistral, coopération Afrique-Russie : Entretien avec Igor Korotchenko (Partie 2)

Novorossia, Syrie, Mistral, coopération Afrique-Russie : Entretien avec Igor Korotchenko (Partie 2)

Igor Korotchenko est un expert militaire, rédacteur en chef du magazine mensuel russeNacional’naya oborona (Défense nationale), directeur du Centre d’analyse du commerce mondial de l’armement et membre du Conseil public du ministère de la Défense de la Fédération de Russie. (Suite de la première partie de l’entretien).

LVdlR : Autre thème dont on parle assez souvent ces temps-ci, c’est celui de la livraison ou non par la France à la Russie des navires porte-hélicoptères Mistral. On y voit beaucoup de manipulation et même du chantage. La France subit une grande pression extérieure, en premier lieu des USA et de l’OTAN, à laquelle elle cède depuis plusieurs années déjà. Désormais on nous donne des « conditions » selon lesquelles la livraison pourrait avoir lieu bien que vraisemblablement la France soit plus gagnante que la Russie dans cette histoire. Néanmoins, en tant que grand expert militaire, que pensez-vous de cette situation ?

Igor Korotchenko : La Russie a adopté une position très calme sur le sujet. Le contrat est signé, l’argent est payé. Le contrat se doit donc d’être exécuté. Si Paris et l’Elysée annulent la transaction, la France devra déjà rembourser en intégralité l’argent qu’elle a reçu pour ce contrat et en plus payer une grande pénalité. Quant à nous, nous réagissons calmement, sans excès.

LVdlR : La France serait donc la perdante dans cette histoire en cas de non livraison ? A-t-on vraiment besoin de ces Mistral ?

Igor Korotchenko : Tout d’abord, pour la France ce sera un coup très dur pour son image et sa réputation en tant que pays-fournisseur dans le domaine. D’autre part, les Mistral qui ont été construits pour la Russie, ont été spécialement conçus selon les exigences russes, selon le cahier des charges de la Russie. Ce ne sont pas les mêmes Mistral que la France utilise pour effectuer ses missions expéditives en Afrique. Le Mistral pour la Russie n’a pas la même taille du pont d’envol, des hangars… En premier lieu des hangars car cela a été conçu pour les hélicoptères russes Ka-52. La fonction brise-glace est également propre à nos exigences. Nos systèmes y sont par ailleurs intégrés. Paris aura donc beaucoup de mal à vendre ces bateaux à d’autres qu’à la Russie. Autre point important, le refus d’exécuter le contrat amènera la crise dans l’industrie de la construction navale française. Les syndicats ont déjà exprimé ouvertement qu’ils n’accepteront pas l’annulation du contrat. Le président français Hollande qui même sans cette histoire a perdu et continue de perdre tellement de points politiques, pourrait donc désormais devenir le politicien ayant ouvertement trahi les intérêts nationaux de la France. Les électeurs français ne le lui pardonneront pas. De même qu’ils ne pardonneront pas les forces politiques liées à Hollande. Le refus éventuel donc d’exécuter ledit contrat fera que la France perdra bien plus qu’elle ne recueillera. Quant à la Russie, elle se concentrera sur ses propres moyens. Pour nous, il n’y aura aucune tragédie.

LVdlR : Le dernier thème que je voulais aborder avec vous concerne l’Afrique, un continent qui m’est cher. Ce continent attend notre retour depuis suffisamment longtemps. Depuis un certain temps, la Russie a également exprimé son désir de retour. Aujourd’hui, on observe les premiers résultats. Cette coopération russo-africaine est fortement liée entre autres au domaine de partenariat militaro-technique. De même qu’à d’autres secteurs du domaine économique et commercial. Selon vous, les conditions sont-elles désormais toutes réunies pour un grand retour de la Russie en Afrique et le renforcement du partenariat Afrique-Russie ?

Igor Korotchenko : Il est vrai et c’est malheureux que durant 20 années nous avons regardé l’Afrique comme un continent où nous n’avons pas ou très peu d’intérêts. Entre autres, nos positions ont été occupées par les USA. La Chine s’y est aussi très fortement implantée. Aujourd’hui effectivement on y retourne. Si l’on parle du thème de l’armement, nous avons signé une nouvelle série de contrats avec l’Egypte. Nous allons à ce titre moderniser et perfectionner le système égyptien de défense antiaérienne. De nouveaux contrats ont également été signés avec l’Angola pour la livraison de véhicules militaires blindés et d’avions de chasse Soukhoï Su-30. De nombreux pays africains achètent l’armement russe, en premier lieu l’Algérie. L’Ouganda a signé récemment un contrat fort important avec nous, également pour des avions de chasse Su-30. Nous faisons par ailleurs activement la promotion de nos hélicoptères. J’étais récemment en République sud-africaine où non loin de la ville de Pretoria s’est déroulée une grande exposition de l’armement. La Russie y était représentée par nos plus grandes entreprises du domaine : Almaz-Antei, Vysokotochnye kompleksy, Vertolety Rossii (« Hélicoptères russes »), Rosoboronexport. Globalement tout le monde comprend aujourd’hui que nous devons travailler activement avec l’Afrique. Mais je soulignerai une fois encore qu’on va devoir travailler dans les conditions d’une concurrence extrême. La Chine est très active. Les USA de même ainsi que les autres acteurs. Notre valeur ajoutée est que nous pouvons donner des garanties que les pays occidentaux, eux, ne peuvent pas. Des garanties politiques qui confirmeraient que la coopération se poursuivra en dépit de toute force majeure éventuelle. Alors que les USA utilisent l’embargo quand bon leur semble et lorsque cela les arrange, en refusant notamment le service après-vente, ou encore la fourniture de pièces de rechange. L’armement moderne a une longue durée d’exploitation : 20 ans et plus. Ainsi, le pays-acheteur, en choisissant tel ou tel système d’armement, attend du pays-fournisseur que celui-ci assure ses obligations tout au long de cette période du cycle de vie de l’armement en question. La Russie possède une très bonne image sur ce plan-là, en tant que partenaire fiable et prévisible. Plus la Russie renforcera ses positions et plus elle sera libre politiquement, y compris en ayant des sanctions à son encontre, cela peut sembler paradoxal mais le nombre de pays désireux d’acquérir l’armement russe ne fera que croître. C’est ce qu’on voit déjà aujourd’hui. Une position forte et indépendante aux côtés de très bonnes caractéristiques de nos systèmes de défense, tout cela attira les acheteurs étrangers, y compris en Afrique.

LVdlR : Dernière question. Selon vous doit-on renforcer nos liens avec les pays africains qui désirent coopérer au plus haut niveau avec la Russie, tout en étant sous très forte pression occidentale, de la part de leurs ex-colonisateurs et des USA ? Je fais notamment allusion aux pays d’Afrique francophone.

Igor Korotchenko : Bien sûr. Prenons l’exemple du Mali qui achète notre armement. Surtout que sur certaines positions, il n’y a pas d’alternative. Nous devons forcément renforcer nos positions avec ces pays. Mais je dois souligner un point important que mis à part la coopération militaro-technique, globalement notre business lui aussi doit devenir beaucoup plus actif sur le continent africain. Regardez à quel point sont actives les entreprises chinoises opérant en Afrique, et ce dans toutes les sphères économiques du continent. Nous avons par exemple des intérêts à participer dans des projets du domaine de l’industrie minière et de l’extraction des ressources naturelles. Notre capital, nos investissements, notre armement, doivent se compléter mutuellement. Dans le monde moderne, les affaires et la vente d’armes s’accompagnent car ils permettent de faire avancer les intérêts stratégiques du pays. Sans aucun doute, nous devons regarder l’Afrique dans les yeux. Longtemps, elle a été sous-estimée en tant que partenaire. C’est pour cela que nous devons absolument élargir notre partenariat.

LVdlR : Merci pour toutes ces précisions.

http://french.ruvr.ru/2014_10_15/Novorossia-Syrie-Mistral-cooperation-Afrique-Russie-Entretien-avec-Igor-Korotchenko-Partie-2-7186/

Mikhail Gamandiy-Egorov

 

Novorossia, Syrie, Mistral, coopération Afrique-Russie : entretien avec Igor Korotchenko (Partie 1)

Novorossia, Syrie, Mistral, coopération Afrique-Russie : entretien avec Igor Korotchenko (Partie 1)

Igor Korotchenko est un expert militaire, rédacteur en chef du magazine mensuel russeNacional’naya oborona (Défense nationale), directeur du Centre d’analyse du commerce mondial de l’armement et membre du Conseil public du ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

Mikhail Gamandiy-Egorov, La Voix de la Russie : M. Korotchenko, bonjour ! Ma première question concernera Novorossia, étant probablement le thème le plus discuté en ce moment en Russie. On observe aujourd’hui un cessez-le-feu fragile entre les forces de Novorossia et les forces ukrainiennes. Un cessez-le-feu constamment violé puisque Donetsk et d’autres localités continuent d’être bombardées par l’artillerie lourde ukrainienne. Selon vous, quelles sont les perspectives dans un avenir proche ? Reprise des combats d’envergure, ou le cessez-le-feu très fragile que nous voyons aujourd’hui sera encore d’actualité ?

Igor Korotchenko : Il y a beaucoup de risques que le cessez-le-feu actuel laissera la place à une nouvelle guerre. L’Ukraine poursuit ses provocations. Les villes du Donbass continuent d’être bombardées par les militaires ukrainiens. Sans oublier que plusieurs bataillons sous les ordres de Kiev ne respectent tout simplement pas ledit cessez-le-feu. Dans ces conditions et de façon objective, le risque d’une nouvelle guerre est très important. D’autant plus qu’après les élections de la Rada ukrainienne, lorsque beaucoup de postes seront occupés par des chefs de guerre locaux ayant participé aux combats dans le Donbass, il y aura globalement une radicalisation encore plus importante des positions de Kiev. Par ailleurs, une forte pression pourrait être exercée sur Porochenko afin que d’une manière ou d’une autre, la partie ukrainienne reprenne les combats.

LVdlR : Si cela devait arriver, comme voyez-vous la suite des événements tout en sachant qu’il est très difficile de faire des prévisions. Néanmoins, quelles seront selon vous les mesures prises par les forces armées de Novorossia ? Et que devra faire la Russie à son niveau ?

Igor Korotchenko : Politiquement, la Russie va soutenir les résistants. C’est évident, nous ne pourrons pas fermer les yeux sur les atrocités et les massacres commis à l’encontre de la population de Novorossia, de nos compatriotes russes. Plus globalement, je dirais que l’Ukraine en tant qu’Etat unitaire vit ses derniers jours. Aujourd’hui déjà, c’est un pays complètement divisé. La voie optimale serait la création du projet global de Novorossia afin qu’elle soit rejointe par toutes les régions du Sud-Est, où les sentiments pro-russes sont très importants. Une Novorossia d’Odessa jusqu’au Donbass. Un couloir de sortie serait formé vers la République moldave du Dniestr. L’Ukraine de Kiev perdrait alors l’accès à la mer et les régions les plus développées du point de vue économique et industriel. Cela rappellerait d’une certaine manière la situation de deux Allemagnes. Ici, on aurait affaire à deux Ukraines, de l’Ouest et de l’Est. Cela répondrait d’une manière optimale à l’équilibre des forces que nous observons actuellement. C’est une réalité géopolitique objective. Je répèterai encore, il n’y a aujourd’hui plus d’Ukraine unie et unitaire, elle vit ses derniers jours. Et il n’y en aura jamais plus.

LVdlR : Et Novorossia dans ce format plus large, ce sera à moyen ou à long terme ?

Igor Korotchenko : Difficile de parler en termes de délais dans cette situation. Nous devons déjà attendre et voir ce qui va se passer en Ukraine, en particulier cet hiver. Une crise majeure se profile. Et quelle sera la sortie à cette crise ? L’une des solutions serait la création d’une grande Novorossia. D’autres options sont également possibles. On attendra et puis on verra le déroulement des choses, d’autant plus qu’il ne reste pas longtemps à attendre.

LVdlR : J’aimerais maintenant passer au thème de la Syrie. De nouveau, elle inquiète beaucoup d’observateurs. La dite coalition aux ordres des USA bombarde aujourd’hui une partie du territoire syrien, le tout sans l’accord du gouvernement légitime de la Syrie et sans l’aval de l’ONU. De fait, cette coalition bombarde ses anciens alliés. Mais le principal étant qu’il existe un risque sérieux que cette dite coalition commence à bombarder les positions de l’Armée arabe syrienne. Selon vous, ce risque est-il effectivement important ? Un tel scénario est-il réaliste ?

Igor Korotchenko : Oui, tout à fait. En commençant par les bombardements du dit Etat islamique, il est possible de passer très rapidement aux bombardements de Damas. Les USA n’ont toujours pas écarté leur objectif de renverser Bachar al-Assad. En ce qui concerne l’activation récente de l’EI, cela est la conséquence directe de l’échec des calculs de la politique extérieure étasunienne. Les USA ont armé ces terroristes, les avaient entrainé, leur fournissaient d’importants moyens financiers et comptaient sur eux pour renverser le leader syrien. Mais ledit Etat islamique, voyant la lutte acharnée des forces gouvernementales syriennes, a opté pour une autre tactique. Ses troupes sont passées de la Syrie à l’Irak en attaquant et en forçant à reculer les forces gouvernementales de Bagdad. Et aujourd’hui en bombardant leur ancien allié, les USA essaient de forcer leur djinn à revenir dans leur bouteille alors que ce sont ces mêmes USA qui les en ont fait sortir. Il y a bien peu de chances qu’ils y arrivent. En ce qui concerne le fait que ladite opération se déroule sans l’aval du Conseil de sécurité de l’ONU, cela est bien évidemment très négatif. Surtout que le gouvernement syrien devait en premier lieu donner son autorisation pour que soient supprimés les foyers des intégristes islamistes sur son territoire. Sur le territoire de la République arabe syrienne. Puis devait s’en suivre la décision du Conseil de sécurité de l’ONU avec un mandat clair et des objectifs prédéfinis, afin que les USA ne puissent pas interpréter comme bon leur semble le mandat et agir comme ils ont en l’habitude, en gendarme du monde.

LVdlR : Si un tel scénario chaotique devait arriver, quelles devraient être les actions des pays et mouvements qui étaient dès le départ contre un tel scénario, à savoir la Russie, la Chine, l’Iran et le mouvement libanais Hezbollah ?

Igor Konotchenko : En ce qui nous concerne, nous allons agir sur le plan politique. C’est ce que nous faisons déjà en rappelant à chaque fois qu’aucune action ne peut être entreprise sans l’aval du Conseil de sécurité de l’ONU. La même position est adoptée par la Chine. Donc politiquement, nous agissons déjà à l’heure actuelle. En ce qui concerne l’Iran et les actions qu’il pourrait entreprendre, je pense que l’Iran contribuera directement et élargira son aide sur le plan militaro-technique en faveur de Damas, dans le cas d’un tel scénario. Et ce sera selon moi une décision souveraine et tout à fait juste de la part de Téhéran. L’Iran a ses intérêts nationaux. Un renversement éventuel du président Bachar al-Assad constituerait un coup pour les positions de l’Iran dans la région. Et effectivement l’Iran a la possibilité de coordonner ses actions avec les mouvements concernés, afin de faire reconfigurer par la suite la situation au détriment des USA et de leurs alliés.

Suite dans la seconde partie de l’entretien

http://french.ruvr.ru/2014_10_13/Novorossia-Syrie-Mistral-cooperation-Afrique-Russie-entretien-avec-Igor-Korotchenko-Partie-1-7197/

Mikhail Gamandiy-Egorov

« Les habitants de Novorossia attendent notre victoire ! ». Entretien avec Alan Mamiev, volontaire-résistant du bataillon « Vostok »

« Les habitants de Novorossia attendent notre victoire ! ». Entretien avec Alan Mamiev, volontaire-résistant du bataillon « Vostok »

Novorossia résiste. Elle ne tombe pas. Depuis que la junte de Kiev ait décidé d’éliminer la population du Sud-Est d’un Etat qui jadis s’appelait l’Ukraine, la résistance y a joué un rôle clé et ce malgré le fait que les troupes fascistes envoyés par Kiev ont tout de même « réussi » à commettre un très grand nombre de crimes contre les civils du Donbass. Entretien aujourd’hui avec l’un de ces résistants, Alan Mamiev, volontaire au sein du bataillon « Vostok » (l’Est), originaire d’Ossétie.

Mikhail Gamandiy-Egorov, La Voix de la Russie : Alan, bonjour ! Pourriez-vous si possible brièvement vous présenter à nos lecteurs francophones ?

Alan Mamiev : Je m’appelle Alan (surnom « Koba »), je fais partie des volontaires du bataillon « Vostok ». Je suis originaire d’Ossétie et je suis arrivé ici en tant que volontaire pour combattre le néofascisme. Car je considère que les banderovtsy (partisans du collabo nazi Stepan Bandera et membres d’organisations néonazies et ultra-nationalistes, ndlr) qui ont pris le pouvoir à Kiev doivent être combattus. J’insisterai sur un fait, je ne parle aucunement du peuple ukrainien car la junte qui a pris le pouvoir à Kiev ne représente pas tout le peuple ukrainien. Il s’agit d’un groupe de personnages minoritaire. Lorsqu’on parle par exemple du nazisme en Allemagne, fait-on allusion à tout le peuple allemand ? Jamais. Donc ceux qui représentent nos ennemis sont ces groupes de néofascistes contre lesquels moi et mes camarades sommes venus lutter. Mais j’insiste : aucunement contre le peuple ukrainien. Nous luttons contre cette peste néonazie des partisans de Bandera.

LVdlR : Cela fait combien de temps que vous êtes à Novorossia ?

Alan Mamiev : En ce qui me concerne, cela fait deux mois. Depuis que les combats d’envergure aient commencé.

LVdlR : Comment décririez-vous la situation actuelle ?

Alan Mamiev : Il y a une guerre de positions. Sur certains endroits du front, nous avons dû reculer, sur d’autres nous avons avancé. Mais j’aimerai porter votre attention sur un point très important. Nous représentons à la base des unités d’auto-défense, l’armée insurrectionnelle, et nous devons faire face aussi bien à l’armée régulière ukrainienne qu’aux différents groupes d’extrémistes. En face de nous, nous avons affaire à une armée importante et avec tous les moyens qui en découlent. Donc évidemment nous nous trouvons dans des conditions totalement inégales. Que ce soit sur le plan quantitatif des effectifs armés, qu’en termes de matériel militaire, ainsi que dans les autres domaines. Mais nous résistons malgré tout.

LVdlR : A ma connaissance le bataillon « Vostok » est très international. Quelles nationalités sont représentées parmi les volontaires ?

Alan Mamiev : En effet. Une vraie brigade internationale. Au sein de « Vostok », nous avons des représentants de pratiquement tous les peuples de l’ex-URSS. Du Caucase notamment car nous avons des combattants nord et sud-ossètes, arméniens, géorgiens, ainsi que d’autres régions comme par exemple de Bouriatie. En ce qui concerne les volontaires venus en dehors de l’ex-URSS, nous avons des citoyens français, britanniques, un citoyen allemand, des volontaires antifascistes espagnols… Un vrai groupe international.

LVdlR : Si je comprends bien, toutes ces personnes sont unies par l’antifascisme ?

Alan Mamiev : Oui, exactement. Nous luttons tous contre le néofascisme. J’imagine que certaines personnes en Occident et notamment en Europe, ne connaissent pas ou ne comprennent pas ce qui se passe vraiment ici. Car ce qui se passe ici c’est justement la renaissance du fascisme, dans les pires formes qui soient. D’une certaine manière, cela ressemble à ce qui s’est passé en Espagne avant la Seconde guerre mondiale (Guerre civile espagnole qui opposa de 1936 à 1939 les profascistes aux républicains, ndlr).

LVdlR : Savez-vous que les médias occidentaux décrivent le tout d’une manière trop souvent différente ?

Alan Mamiev : Oui et cela n’est guère surprenant. Lors de la montée au pouvoir d’Hitler, les médias occidentaux avaient longtemps donné une image de lui fort positive.

LVdlR : Il y a par ailleurs un mythe souvent propagé par ces mêmes médias du mainstream, qui affirme qu’au Donbass ce ne sont majoritairement pas des habitants locaux qui combattent contre la junte kiévienne, mais des citoyens russes et autres. Qu’en est-il vraiment ?

Alan Mamiev : Si on parle en termes de pourcentage, au sein des forces de résistance les habitants locaux constituent 95-96% du nombre total des combattants. Le reste étant des volontaires comme moi et mes camarades.

LVdlR : Comme vous l’avez noté précédemment, mis à part le fait que devez faire face aux différents groupes néonazis et ultra-nationalistes issus majoritairement d’Ukraine de l’ouest, vous devez également résister à l’armée régulière. Quelles sont les perspectives de la résistance ? Etes-vous optimiste quant à la victoire ?

Alan Mamiev : Vous savez le temps travaille en notre faveur. Mis à part les problèmes militaires, le fait que la junte de Kiev ne réussit pas à écraser la résistance de Novorossia, d’ici très peu de temps, la junte aura d’autres très grands problèmes. En premier lieu économiques. Chute de la production industrielle qui se trouve très majoritairement au Donbass. Chute de la production agricole. Et vraisemblablement de très sérieux problèmes avec la réception du gaz. Donc tous ces problèmes économiques feront exploser la junte de l’intérieur. D’ici probablement l’automne, la junte sera confrontée à énormément de problèmes internes, au sein même des territoires occupés ukrainiens qu’elle contrôle pour le moment. La très grave crise économique qui est déjà en cours sera encore plus aggravée d’ici l’automne. Nous, notre objectif est de tenir jusque-là.

LVdlR : Pensez-vous qu’alors la junte sera forcée de reconnaitre le fait que Novorossia est une réalité qui ne peut être remise en question ?

Alan Mamiev : Après tous les crimes qui ont été commis par la junte néofasciste contre la population de Novorossia, leur « reconnaissance » ne vaudrait pratiquement rien. Ce n’est aucunement suffisant. Ils vont devoir répondre pour tous les crimes et massacres commis. On se souvient tous de la tragédie d’Odessa. Chaque jour je vois des civils qui se font tuer par les troupes de la junte kiévienne. Ils bombardent la population civile avec des systèmes de lance-roquettes Grad, Smerch, Ouragan. Des utilisations complètement inadmissibles lorsqu’elles sont utilisées dans des conditions urbaines et contre la population civile. Eux, ils l’utilisent. Fort heureusement encore que l’Ukraine durant les années 1990 s’était débarrassée de l’arme nucléaire. Sinon, je n’ai pratiquement aucun doute qu’ils auraient utilisé contre les habitants du Donbass. D’autant plus qu’on se souvient tous des déclarations de Ioulia Timochenko qui avait exprimé un vif désir d’éradiquer toute la population du Donbass avec des armes nucléaires. Très fort heureusement ils ne les ont pas. Mais cela ne les empêche nullement de perpétrer des massacres massifs contre la population civile. Leurs cibles préférées étant les hôpitaux, les écoles, les bâtiments résidentiels. Devant nos yeux, des bâtiments de neufs étages ont été entièrement détruits après des bombardements par l’artillerie lourde.

LVdlR : La situation humanitaire est donc très difficile pour les habitants du Donbass ?

Alan Mamiev : Extrêmement difficile. Ici, à Iassinovataïa où je me trouve, la ville est coupée en eau et en électricité. Le gaz est resté présent seulement dans quelques foyers. Il n’y a plus de produits alimentaires de base, tel que le pain. Les résistants font en sorte de préparer avec les moyens du bord le pain afin de le distribuer gratuitement aux habitants. La ville de Donetsk se trouve également dans une situation humanitaire très difficile. Personnellement, j’ai vraiment l’impression que la junte de Kiev combat ouvertement la population civile du Donbass. Pas autant la résistance que la population civile. A chaque fois qu’ils ont des affrontements directs avec nous, ils subissent de bien grosses pertes. Evidemment, il est donc beaucoup plus facile de viser les civils de loin comme cibles avec de l’armement lourd.

LVdlR : Abordons un autre thème que le mainstream occidental préfère éviter. Selon vous, en cas d’absence d’une résistance féroce à Donbass contre la junte kiévienne, l’option du génocide contre la population de Novorossia serait d’actualité ?

Alan Mamiev : Je pense que oui. Car l’idéologie de ceux qui ont pris le pouvoir à Kiev est justement celle qui se base sur l’idée de création d’un Etat mononational. Une seule langue, une seule version admise de l’histoire, un seul peuple ethnique. Tous ceux qui refusent cette idéologie dans ce que la junte appelle « l’espace culturel ukrainien », devront soit quitter leur territoire, soit être exterminés. C’était l’objectif de Stepan Bandera. C’est l’objectif des nouveaux banderovsty aujourd’hui. « L’Ukraine pour les Ukrainiens ethniques ! », voici leur slogan. Les autres doivent être selon eux écrasés et supprimés.

LVdlR : Y compris les habitants ethniquement ukrainiens qui refusent cette idéologie ?

Alan Mamiev : Exactement ! Les mêmes idées de base et objectifs que ceux de l’Allemagne nazie. Dans un pays multiethnique et de plusieurs langues courantes, ce genre d’idéologie amène inévitablement la guerre civile. C’est le cas aujourd’hui. Comme c’était d’ailleurs le cas lorsque les nazis ukrainiens de Stepan Bandera avaient durant la Seconde guerre mondiale massivement massacré les Russes, Polonais, Juifs, ainsi que d’autres Ukrainiens qui ne partageaient pas leur vision. L’histoire se répète. Et dans cette situation, soit il faut se soumettre, soit résister et combattre. Novorossia a fait le choix de la seconde option.

LVdlR : Autre question pour le futur plus ou moins proche. Comment Novorossia pourra coexister avec un Etat ukrainien dirigé par la junte actuelle et avec l’idéologie qui en ressort ?

Alan Mamiev : Selon moi, cette coexistence est impossible. Mais je pense que la junte ne pourra pas rester bien longtemps au pouvoir. Surtout avec les énormes problèmes économiques qui sont déjà d’actualité et qui le sauront encore beaucoup plus d’ici peu de temps. Les mêmes personnes qui avaient soutenu ce qu’il appelle la « révolution du Maïdan » se retourneront contre ceux qu’ils ont portés au pouvoir. La junte le comprend parfaitement et se prépare déjà à cela. Les représentants de la junte qui travaillent pour des intérêts extra-ukrainiens et dont les familles majoritairement vivent déjà en Occident, leurs comptes bancaires et intérêts y sont également, partiront le moment venu aussi. Ils laisseront leur pays dans le chaos qu’ils ont eux-mêmes créé. Les USA qui sont les principaux instigateurs de ce chaos comprennent aujourd’hui parfaitement qu’ils n’ont pas les moyens d’établir durablement leur nouvel ordre mondial, y compris les moyens économiques. Leur objectif est donc désormais de créer le nouvel désordre mondial, ou en d’autres termes la stratégie du chaos contrôlé. Qu’est-ce que cela signifie ? Lorsque tout le monde fait la guerre à tout le monde, sauf les instigateurs de ce chaos qui gardent le contrôle. Ainsi, les ressources financières continueront à venir massivement aux USA, puisque de nouveau ils représenteront le signe de la « paix et la prospérité ». C’est l’objectif de ladite stratégie. Ils ont créé ce chaos au Moyen-Orient. Ils veulent maintenant le créer ici, aux frontières russes. Ils veulent certainement faire de même en Asie centrale.

LVdlR : Et lorsque le chaos cesse d’être contrôlé, il devient incontrôlable ?

Alan Mamiev : Les USA ne s’en soucient guère. Ils se trouvent de l’autre côté de l’Atlantique. Ils savent parfaitement que les hordes de criminels de guerre très mal éduqués auront de toute façon beaucoup de mal à traverser l’Atlantique pour débarquer chez eux, et que ces groupes extrémistes continueront de semer le chaos ailleurs. En Europe, ces hordes peuvent débarquer à tout moment. D’ailleurs elle n’est aucunement à l’abri d’un tel scénario. Les USA, eux, se trouvent pour le moment bien épargnés. Je ne sais pas si les Européens ont besoin d’un tel scénario de guerre et de chaos total chez eux, j’espère qu’il y a suffisamment de gens qui comprennent ce qui se passe vraiment dans le monde aujourd’hui. Le seul intérêt de l’Europe est en coordonnant les mesures avec la Russie, tenter de mettre fin à ce chaos.

LVdlR : De plus en plus de citoyens européens comprennent la réalité des choses. Mais les élites politiques, financières et médiatiques participent activement au jeu des USA.

Alan Mamiev : Les élites d’Europe occidentale sont autant américanisés que celle de l’Ukraine actuelle. Il faut être aveugle pour ne pas voir et comprendre que toutes les décisions sont prises à Washington. Mis à part le Moyen-Orient, les USA continueront de semer le chaos partout ailleurs. L’un de leurs objectifs étant évidemment de stopper la Russie et la Chine. D’ailleurs les provocations à l’encontre de la Chine se poursuivront également, comme contre la Russie. Les USA n’oseront pas affronter directement la Chine et la Russie. Alors ils continueront de les attaquer différemment, par diverses tentatives de déstabilisation.

LVdlR : Cela signifie que tous les pays des BRICS sont visés ?

Alan Mamiev : Bien sûr ! L’objectif des USA est d’éliminer tout pôle de résistance et de tenter de nous faire revenir à l’ère unipolaire. Sinon, cela viendrait à dire qu’ils ont perdu et cela ils ne peuvent pas l’accepter. En tout cas, ils ne sont pas prêts pour le moment.

LVdlR : Novorossia constitue donc aujourd’hui l’un des principaux pôles de résistance ?

Alan Mamiev : Oui ! Il faut savoir que l’objectif étasunien est de créer une multitude d’autres zones chaudes de conflit, aux quatre coins du monde. Mais si nous réussissons à les stopper ici à Novorossia, alors nous pouvons espérer stopper l’hémorragie pour le reste du monde.

LVdlR : La population de Novorossia est-elle globalement optimiste quant à l’avenir ? Sentez-vous le soutien de cette population ?

Alan Mamiev : Bien sûr que nous la sentons ! Les habitants nous soutiennent et nous aident beaucoup, autant qu’ils peuvent. Ils comprennent également parfaitement les répercussions pour eux et leurs familles si la résistance n’aurait pas stoppé les forces néofascistes. On sait ce qui s’est passé à Slaviansk après sa prise par les forces de la junte, où des civils étaient massivement fusillés pour leur soutien à la résistance. Les mères des combattants étaient humiliées d’une façon totalement inhumaine et immorale, y compris conduits en laisse. Vous imaginez ne serait-ce qu’un moment ? Et ça pourrait être pareil ici.

LVdlR : On a noté une approche dans le traitement des prisonniers totalement différente de votre côté et celle de vos ennemis.

Alan Mamiev : Lorsque des résistants étaient aux mains des troupes de la junte néofasciste, ils subissaient des tortures inhumaines. On leur arrachait les doigts, les ongles. Les tortures étaient d’ailleurs souvent filmées. Nous, on ne peut pas tolérer ce genre d’approche. Lors de la Seconde guerre mondiale, les pertes de l’URSS étaient énormes aussi bien en termes de pertes militaires mais également énormes en termes de civils. Car les troupes nazis, parmi lesquels il n’y avait pas que des Allemands d’ailleurs mais bon nombre d’autres nationalités, massacraient la population civile de l’URSS. Lors de la libération de l’Europe de la peste brune nazie par les troupes de l’Armée rouge, il n’en n’était rien. Aucun massacre perpétré par notre armée à l’encontre de la population civile d’Europe. Aujourd’hui pareil. Car si on commençait à appliquer les mêmes méthodes que nos ennemis néofascistes, qu’est ce qui nous rendrait différents d’eux, de ces néofascistes contre lesquels on lutte ?

LVdlR : Ces derniers jours, les forces armées de Novorossia sont passés à la contre-offensive et ont repoussé massivement les forces de la junte. Des combats sont maintenant menés pour la sortie vers la Mer d’Azov. Qu’en est-il ? La coordination des résistants est-elle totale ?

Alan Mamiev : Oui. Au départ, la résistance n’était représentée que par des groupes de partisans. Cela signifiait que nous ne pouvions que nous défendre. Aujourd’hui, les groupes de résistants de Novorossia prennent la forme et la structure de véritables forces armées. Tout est coordonné. Beaucoup de nos combattants n’avaient absolument aucune expérience armée au départ mais avec un peu de temps ont appris les compétences nécessaires. Et ces acquis on les voit aujourd’hui. C’est ce qui permet de passer du stade de la défense pure et simple à l’offensive.

LVdlR : Un dernier mot pour résumer les attentes de la population de Novorossia ?

Alan Mamiev : Que dire d’autre que les habitants attendent notre victoire.

LVdlR : Merci Alan d’avoir répondu aux questions. Succès à vous !

Alan Mamiev : Merci !

http://french.ruvr.ru/2014_08_30/Les-habitants-de-Novorossia-attendent-notre-victoire-Entretien-avec-Alan-Mamiev-volontaire-resistant-du-bataillon-Vostok-9175/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Damas et la résistance de la Syrie Ba’athiste. Entretien avec Luc Michel (Partie 1)

Damas et la résistance de la Syrie Ba’athiste. Entretien avec Luc Michel (Partie 1)

Aujourd’hui, nous nous entretenons de nouveau et depuis Bruxelles avec Luc Michel, grand spécialiste de la géopolitique et notamment de la Libye, qui revient de voyages à Damas, où il a été l’organisateur d’une mission d’observation aux élections présidentielles syriennes, ainsi que de Malabo, la capitale de la Guinée équatoriale, où il était l’invité vedette de quatre grandes émissions spéciales de la RTVGE(télévision d’Etat équato-guinéenne).

La Voix de la Russie : Luc Michel, bonjour de nouveau ! Vous revenez de Syrie et de Guinée équatoriale. Pourriez-vous nous parler de vos missions dans ces deux pays ?

Luc Michel : Je suis allé en Syrie et au Liban du 1er au 13 juin avec une mission d’EODE, notre Ong « Eurasian Observatory for Democracy and Elections », pour le monitoring de l’élection présidentielle en Syrie. Mais j’étais aussi là-bas avec une équipe vidéo d’EODE-TVpour réaliser en partenariat avec AFRIQUE MEDIA TV une série de reportages et d’interviews sur la situation en Syrie, telle qu’elle est réellement et pour démonter les médiamensonges des journalistes occidentaux. J’ai notamment réalisé deux entretiens avec le président (speaker) du Parlement syrien et l’Ambassadeur de Syrie au Liban.

J’ai en effet démarré un nouveau secteur d’activités – une vie de plus – dans le domaine de la Télévision. Avec nos deux structures EODE-TV et PCN-TV et en partenariat avec AFRIQUE MEDIA TV, la plus grande des télévisions panafricaines. En particulier, je produis maintenant des émissions TV.

Je suis allé aussi à Malabo, Guinée Equatoriale, du 23 au 30 juin 2014, pour le XXIIIe Sommet de l’Union Africaine, avec deux équipes de Télévision – AFRIQUE MEDIA TV et EODE-TV. Occasion aussi de contacts et de rencontres de haut niveau pour développer mes réseaux panafricains. A l’invitation de la RTVGE, la TV d’Etat équato-guinéenne. J’ai aussi réalisé une série de reportages et d’analyses exclusives.

Je défends l’héritage de la Jamahiriya et je suis aussi un leader panafricaniste de plus en plus suivi sur tout le continent noir. J’ai été par ailleurs l’invité de 4 émissions spéciales – « Especial XXIII Cumbre de la Union Africa, 2014. Luces y Sombras de la Union Africana » – de la télévision d’Etat, la RTVGE, où j’ai pu développer mes positions géopolitiques devant un public enthousiaste. Le principal mensuel guinéo-équatorien, La Semenia de Guinea Ecuatorial, a également mentionné mes thèses en éditorial.

LVdlR : Parlons d’abord de la Syrie. Quelle est la situation qui prévaut à Damas et dans le reste du pays d’après ce que vous avez pu voir ?

Luc Michel : La situation à Damas et en Syrie, alors que Bachar Al-Assad vient de gagner le pari de la présidentielle contre les manouvres des Occidentaux, est bien différente de l’image que donnent les médias occidentaux de la réalité syrienne Il y a une guerre médiatique pugnace et vicieuse contre Damas. Les occidentaux, et singulièrement les politiciens de l’Union Européenne, n’ont que les mots de « tolérance et multiculturalité » à la bouche. Mais ils veulent détruire ce même modèle de société ouverte en Syrie ba’athiste, qui en est le modèle. La Syrie ba’athiste est une société ouverte, un Etat multi-religieux, multiculturel et pluriethnique. Où est née notre civilisation …

Il y a une grande symbiose entre l’Etat syrien, le peuple syrien et l’Armée arabe syrienne. Comme l’ont révélé les images chocs de la méga-fête des partisans du président Assad à Damas le 4 juin au soir. Cette symbiose est la clé de la résistance efficace du président Assad à l’agression impérialiste

LVdlR : Le fait que les terroristes wahhabites, notamment de l’EIIL, se concentrent désormais majoritairement sur l’Irak voisin, signifie que les forces de l’Armée arabe syrienne aient libéré en grande majorité le pays ? Ou des foyers sérieux de tension subsistent ?

Luc Michel : Les élections se sont déroulées dans toutes les grandes villes syriennes, à l’exception de Raqa, ville martyre entièrement tenue par les djihadistes ultra-radicaux de l’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL), où la population vit un long calvaire. Le scrutin a été organisé dans 50 % du territoire, où vivent 70 % de la population. Les différentes factions islamistes et celles de la pseudo ASL contrôlent, outre Raqa, les zones désertiques du nord-est vers la Jordanie et l’Irak, précisément. Homs et Alep sont en cours de nettoyage complet. Après que l’ait été le Rif de Damas et les villes de la frontière libanaise, al-Qusseir et Qalamoun.Mais la Syrie, en dehors de Damas, où la vie est normale, est un pays détruit, qui attend sa reconstruction.

LVdlR : Comment avez-vous vécu les élections présidentielles en Syrie ? Et quelles sont les perspectives du pays pour les prochaines années à venir ?

L’élection, à Damas où notre mission était déployée, s’est faite dans le calme et la bonne organisation. Mais ensuite ce furent des heures extraordinaires, avec une fête de rues de toute la population toute la soirée et la nuit des 4-5 juin.

Le président syrien Bachar al-Assad, qui a remporté la présidentielle du 3 juin, est convaincu d’avoir sauvé sa Syrie ba’athiste face à une rébellion et à des pays occidentaux comme arabes – qui ont organisé et financé cette même rébellion – exigeant son départ. Il est persuadé que malgré la houle, il est le seul chef d’Etat arabe à être resté à la barre et il a voulu montrer en organisant ce scrutin en temps et en heure (son mandat se terminait en juillet) qu’il est le garant des institutions que ses adversaires veulent détruire. Face à une révolte organisée par les Occidentaux en mars 2011 dans le sillage du scénario US dit du « Printemps arabe », celui qui était un « moderniste » a du mener une guerre épuisante sur tous les fronts. Au fil de cette révolte qui s’est complètement militarisée, et qui a aussi débouché sur un terrorisme sanglant importé de l’étranger, faisant plus 162.000 morts, son caractère fort s’est affirmé. Secrétaire-général du Ba’ath, le Parti de la renaissance arabe, il voit la révolte comme un complot ourdi par l’Occident et les pays du Golfe pour briser la « chaîne de la résistance » contre Israël, dont il est l’un des maillons essentiels.

Il est clair qu’il a consolidé sa position et que ces élections ont eu lieu pour démontrer qu’il tient bien les régions sous son contrôle. Bachar voulait prouver qu’il est l’alternative politique et qu’il est capable de rétablir l’ordre et la légalité. Et il a gagné son pari. Cette élection, théoriquement la première depuis plus d’un demi-siècle, a été qualifiée de « farce » par l’opposition et l’Occident – les mêmes qui ont avalisé la comédie des élections afghanes et libyennes, et le théâtre électoral de Kiev -, et critiquée par le secrétaire général de l’ONU, dont on connaît le tropisme occidental.

LVdlR : Il y a eu aussi un tournant au niveau des réfugiés syriens, qui ont fui la guerre, et qui se comptent par millions ?

Luc Michel : Effectivement ! Les réfugiés syriens étaient censés être des anti-Assad pour les Occidentaux. Alors qu’ils ont fui la guerre et pas le gouvernement Assad. Dans de nombreux pays, ils sont venus massivement voter Assad, sans contrainte évidemment. Devant cette gifle annoncée aux Occidentaux, la France, l’Allemagne et la Belgique, mais aussi la Tunisie, ont interdit le vote dans leur pays, paniquant devant ce qui était incontestablement un plébiscite pour Assad.

Ainsi, Beyrouth a vécu au rythme de l’élection présidentielle syrienne le mercredi 28 mai, journée consacrée au vote des Syriens installés à l’étranger. Dans un phénomène – inattendu dit la presse libanaise -, des milliers de ressortissants syriens ont afflué vers l’ambassade de leur pays, à Yarzé, au sud-est de la capitale libanaise, provoquant un embouteillage monstre, qui a totalement bloqué la circulation (selon RFI).

LVdlR : Est-ce la situation militaire où Assad semble l’emporter qui a permis ce tournant politique ?

Luc MICHEL : Ce scrutin, dénoncé par l’Occident et des pays arabes qui organisent directement la guerre en Syrie, mais appuyé par Moscou et Téhéran, alliés indéfectibles de Damas, a eu lieu effectivement dans une situation militaire plutôt favorable à Damas. Le pouvoir peut aussi se féliciter de la guerre intestine sanglante opposant dans certaines régions l’EIIL au Front al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, ex-alliés dans le combat auprès de la rébellion syrienne.

Sans oublier la rupture intervenue entre ASL et djihadistes (alors alliés) et les forces d’auto-défense kurdes du PYD dès avril 2013. Et celle entre ASL et djihadistes radicaux. Le président syrien a démontré que cette consultation arrivait au bon moment, en expliquant qu’il y a « un tournant dans la crise au niveau militaire ainsi qu’au niveau politique », avec notamment des accords sécuritaires ponctuels entre rebelles non-djihadistes et l’armée.

LVdlR : Derrière la victoire et la résistance d’Assad, vous avez dit qu’il y avait la solidité des “alliances géopolitiques traditionnelles” de la Syrie ba’athiste ?

Luc MICHEL : Oui, c’est la clé de la solidité de la Syrie ba’athiste. Bachar al-Assad a suivi les traces de son père. Il s’est appuyé sur les alliances nouées par le général Hafez avec la Russie (alors l’URSS) dès les années 1970, avec l’Iran dans les années 1980, et avec le puissant mouvement chiite libanais Hezbollah. Aujourd’hui, il récolte les fruits de ces alliances.

 Suite dans la seconde partie de l’entretien

http://french.ruvr.ru/2014_07_24/Damas-et-la-resistance-de-la-Syrie-Ba-athiste-Entretien-avec-Luc-Michel-Partie-1-1550/

Mikhail Gamandiy-Egorov

« La vérité finira par triompher ! ». Entretien avec François Mattei (Partie 1)

« La vérité finira par triompher ! ». Entretien avec François Mattei (Partie 1)

Nous avons appris récemment que la Cour pénale internationale (CPI) a confirmé les charges visant le président de la République de Côte d’Ivoire, M. Laurent Gbagbo. Et ce malgré un désaccord net parmi les trois juges de la Chambre préliminaire I. Aujourd’hui, nous nous entretenons depuis Paris avec M. François Mattei, journaliste, auteur de nombreux ouvrages, mais surtout témoin privilégié ayant suivi les principaux développements de la crise ivoirienne depuis son déclenchement en septembre 2002.

Mikhail Gamandiy-Egorov, La Voix de la Russie : M. Mattei, bonjour ! Vous êtes journaliste et écrivain français. Vous êtes également co-auteur du livre « Pour la vérité et la justice »,le second co-auteur étant le président de la République de Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo. Dans ce livre, on retrouve de nombreuses révélations et confidences, souvent inédites, du président Gbagbo, déchu le 11 avril 2011 suite à l’intervention de l’armée française. Comment s’est déroulée cette collaboration ?

François Mattei : Durant cette période, cela a été sous la forme de visites amicales que je lui ai rendu plus d’une dizaine de fois. Nous avons eu l’occasion ensemble de parler de tout. Comme je le dis dans le prologue du livre, c’est une conversation ininterrompue puisque on se connait depuis plus d’une dizaine d’années. Je l’avais rencontré plusieurs fois à Abidjan. Nous avons continué à nous entretenir quand il était là-bas et moi ici, à Paris, quand il avait le loisir car les dix années de pouvoir qu’il a exercé en Côte d’Ivoire ont été plus qu’agitées. Donc on a une relation qui ne n’est jamais interrompue et je ne voulais pas que l’incarcération, en plus dans ces conditions-là, mette un terme à cette relation. Donc, on a continué à parler et à analyser la situation ensemble.

LVdlR : Vous avez beaucoup côtoyé Laurent Gbagbo, notamment depuis son incarcération en novembre 2011 à la prison de la Cour pénale internationale (CPI), à La Haye. Comment se sent-il ? Physiquement comme moralement.

F.M. : Physiquement, il était encore très atteint par les événements, notamment quand je l’ai rencontré la première fois, c’est-à-dire en juin 2012. Comme on le sait, il avait subi des bombardements dans sa résidence. Des bombardements très violents. Toute la maison a été détruite car il y a eu utilisation de munitions incendiaires. Il y avait donc énormément de fumée, des gaz toxiques qui ont gravement atteint les personnes qui se trouvaient sur place. Car dans la résidence et contrairement à ce qui a été beaucoup dit en France, il n’y avait ni armes lourdes et il y avait très peu de militaires. Il y avait surtout des amis, des parents, des ministres, ainsi que des enfants et notamment des bébés. Ils s’étaient tous réfugiés là croyant être en sécurité en pensant que jamais les troupes françaises n’oseraient bombarder, à cause d’un litige électoral, la résidence d’un président de la république élu auparavant dans des conditions régulières.

LVdlR : Pour vous, en tant que journaliste et en tant que personne qui avait suivi de près la crise ivoirienne, quelle fut la véritable raison de ce qui s’est passé ? Quel rôle le gouvernement français a-t-il joué dans cette affaire ?

F.M. : Le gouvernement français depuis toujours, ou plutôt depuis ce qu’on appelle l’indépendance des pays francophones d’Afrique, qui est en fait une dépendance organisée, et ce depuis 1960, a été non pas un arbitre mais un acteur principal des crises. En l’occurrence l’armée française qui est présente presque partout en Afrique francophone et ayant les capacités d’intervenir très vite, y compris ramener des renforts. Et depuis que Laurent Gbagbo est apparu sur la scène politique africaine, il n’a jamais été accepté à l’Elysée. Pourquoi ? Parce que l’Elysée avait ses favoris et notamment le successeur et héritier de Houphouët-Boigny, qui a été le premier président de la Côte d’Ivoire en 1960. Houphouët-Boigny était par ailleurs un ancien ministre de la IVème République française et a même participé à l’écriture de la constitution de la Vème République qui est toujours en usage en France. C’était un personnage aimé et connu du personnel politique de droite comme de gauche en France. Il n’a jamais lui-même d’ailleurs voulu l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Donc c’était évidemment un grand ami de la France. Et ensuite ses successeurs, comme M. Bédié, ont voulu suivre ses traces. Quant à M. Ouattara, qui a été formé aux Etats-Unis durant ses études, puis très vite devenu membre du FMI, avait lui aussi ses réseaux, ceux de la grande finance et de la grande politique occidentale. Ils étaient donc les favoris pour les élites occidentales car étant leurs amis. D’autant plus qu’il y avait des relations personnelles, aussi bien dans le cas de M. Bédié mais surtout dans le cas de M. Ouattara. Ce dernier connaissant personnellement les grands chefs d’entreprises français, ainsi que les hommes politiques de France, de droite comme de gauche. Il a donc un relationnel très important. Pour revenir à Laurent Gbagbo et pour parler du fait qu’il n’était pas apprécié à l’Elysée, la meilleure preuve est que dès qu’il a été élu, et personne n’avait absolument rien à lui reprocher, lui qui étant démocrate et qui a lutté pour le multipartisme, étant très francophile d’ailleurs, il lui ait tombé sur la tête un an et demi après l’élection, non seulement une attaque militaire mais aussi une occupation de 60% du territoire du pays, et qui a duré jusqu’à l’élection de 2010. Donc durant huit ans, il a dirigé le pays en contrôlant seulement 40% du territoire. L’autre partie, les 60% du pays, lui échappant totalement.

LVdlR : Donc finalement ce qui s’est passé est lié directement au fait que Laurent Gbagbo n’arrangeait pas les gros intérêts dont vous avez fait mention ?

F.M. : Laurent Gbagbo, il faut le savoir, n’a jamais plu à la classe politique parisienne. C’est une chose. Il a bien évidemment quelques amis à Paris, comme M. Emmanuelli, mais il n’a jamais plu à l’Elysée. Pourquoi ? Parce qu’il y a au fond de cela ce qu’il reste de la Françafrique et que l’opinion publique française ne connait pas. Cela est basé sur des piliers très précis. Après l’indépendance des années 1960, la Françafrique représentait la conservation de la dépendance de ces pays-là vis-à-vis de la France, y compris sur le plan militaire. Des accords de défense ont été conclus permettant à la France d’intervenir à tout moment sous la justification de défense des pays en question. D’autant plus et ce qu’il faut savoir c’est que dans ces accords, il y a également des clauses secrètes, qui garantissent à la France on va dire non pas la propriété du sous-sol mais l’accès prioritaire au sous-sol de tous ces pays. Que ce soit pour l’uranium, or, pétrole, tout ce qui s’y trouve. C’est le premier pilier. Le second étant le Franc CFA. Ce qui signifie que ces pays, 50 ans après leurs indépendances, n’ont pas de monnaie propre. Car la marque de la souveraineté d’un pays, ce n’est pas seulement un drapeau et un territoire, mais c’est également sa monnaie. Et ces pays n’ont pas de monnaie à eux. La monnaie des 14 pays ex-colonies françaises est fabriquée et imprimée en France, à Chamalières, ville d’origine de M. Giscard d’Estaing, mais en plus cette monnaie est garantie par ces pays-là, c’est-à-dire que sur toute leur exportation, que ce soit cacao, pétrole, or, uranium, etc…, on leur prenait 65% des devises qui entraient en Banque de France et aujourd’hui 50% des devises, qui pourtant devraient toutes leur revenir pour leur développement. Ces devises viennent donc en Banque de France et non pas dans leurs pays. Cela est inconnu de l’opinion publique en France aussi. Même chose pour l’or. Plusieurs pays africains étant très riches en or. Il y en a en Côte d’Ivoire mais il y en a encore plus au Mali. Donc pour garantir la monnaie, on prend l’or des pays africains qui se retrouve en Banque de France, à Paris, à quelques kilomètres de chez moi. S’ajoute à cela l’intervention dans les élections, comme on l’a déjà vu en 2010. On peut d’ailleurs prendre le cas assez caricatural du Gabon, qui est on peut dire la propriété privée de France dans le domaine du pétrole. On parle de démocratie en France, c’est très bien. On a basculé M. Gbagbo à cause du fait que soi-disant il n’était pas démocrate, ce qui est faux, et parallèlement dans un pays comme le Gabon, M. Bongo-père a régné pendant 41 ans, qui est par ailleurs un ancien de l’armée française, et aujourd’hui son fils, qui pourtant a été battu aux élections, occupe malgré tout le poste de président du pays, et félicité par nos élites politiques. Dans le cas de la Côte d’Ivoire, M. Gbagbo a, lui, à juste titre dit qu’il a été élu et désigné comme vainqueur par l’institution suprême qu’est le Conseil constitutionnel. En France, on ne remet jamais en cause les décisions du Conseil constitutionnel. Lorsque Nicolas Sarkozy l’a fait à cause de ses comptes de campagnes qui étaient truqués, le président Hollande qui était en voyage à Tunis, a dit des phrases fortes, auxquelles j’adhère sur le fait que dans un pays démocratique il y a une institution juridique suprême, en l’occurrence le Conseil constitutionnel, chargé de trancher les litiges électoraux. Et si on remet en cause cette chose-là, il n’y a plus de démocratie. Il n’y a plus d’Etat. En Côte d’Ivoire, c’est le Conseil constitutionnel, qui a été fait sur le modèle exact du Conseil constitutionnel français, qui a désigné M. Gbagbo vainqueur des élections présidentielles. On accuse M. Gbagbo d’avoir mis quelqu’un en qui il a confiance, à la tête du Conseil constitutionnel. Pourtant, c’est la tradition en France aussi. A l’époque de Mitterrand, c’était Roland Dumas. Sous Chirac, c’était M. Debré. Pourquoi ? Car on met une personne de confiance pour assurer au fond une certaine stabilité de l’Etat.

LVdlR : Selon vous, l’opinion publique française est-elle suffisamment informée de ce qui s’est réellement passé en Côte d’Ivoire depuis la rébellion de 2002 et jusqu’à la chute de Laurent Gbagbo ?

F.M. : Bien entendu non. L’opinion publique française est totalement ignorante de ce qui se passe en Afrique. Il a été dit aux Français que l’Afrique subsaharienne leur coutait très cher alors qu’en réalité elle leur rapporte beaucoup. Si ce n’est pas dire énormément. On leur dit beaucoup de choses, notamment on leur montre des gens qui se coupent en rondelles pour des raisons ethniques ou autres, sans donner toutes les raisons, et en particulier celles qui impliquent notre responsabilité, de leur sous-développement. Cela justifie en tout cas la présence militaire de l’armée française. Ou en d’autres termes, les interventions de ce qu’on appelle la communauté internationale. L’opinion publique française, elle, n’a même pas été tenue au courant par exemple du vote qui s’est passé en France, ce qui était pourtant facile à raconter pour les journalistes : au moment de l’élection présidentielle ivoirienne et compte tenu du fait qu’il y a de nombreux Ivoiriens en France, une communauté importante, les votes des Ivoiriens vivant en France ont été tout simplement annulés. Il y a eu des vandalismes terribles commis par les partisans du RDR (Rassemblement des Républicains, ndlr) d’Alassane Ouattara, qui ont été constatés à tous les coins de rue des grandes villes françaises. Les résultats ont été invalidés totalement. Pourquoi ? Parce que dans un pays qui représente un symbole pour la Côte d’Ivoire : la France, l’ancien colonisateur, Gbagbo avait gagné. J’ai les chiffres et je le dis dans le livre. Non seulement personne n’a enquêté sur ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire pendant le scrutin, où les médias ont simplement suivi ce qui leur a été dit par les canaux officiels, que ce soit le Quai d’Orsay, l’ONU ou l’Elysée, mais surtout, on n’a même pas enquêté au coin de nos propres rues. Que ce soit à Bordeaux, Lyon ou Paris.

 (A suivre)

http://french.ruvr.ru/2014_06_30/La-verite-finira-par-triompher-Entretien-avec-Francois-Mattei-Partie-1-0579/

Mikhail Gamandiy-Egorov