Archives du mot-clé libération

Syrie : le grand tournant de la guerre a bien eu lieu

Syrie : le grand tournant de la guerre a bien eu lieu

Alep, Alep. Cette ville était à la une de l’actualité depuis plusieurs semaines. L’élite politico-médiatique occidentale faisait tout pour faire retarder la victoire. Mais rien n’y fait, la victoire a bien eu lieu. Alep est libre.

Avant-hier dans la soirée plusieurs sources indiquaient que l’armée arabe syrienne mène l’opération de libération des tout derniers quartiers sous contrôle terroriste. Des terroristes que les médias du mainstream continuent incessamment d’appeler « rebelles » ou « insurgés », désireux simplement avec l’appui occidental et des régimes du Golfe, d’installer la charia dans un pays multiethnique et multiconfessionnel. Puis cette confirmation tant attendue est arrivée: les dernières résistances terroristes ont été anéanties.

La joie est palpable à Alep en premier lieu. Malgré toutes les souffrances que les habitants de cette deuxième ville de Syrie ont dû endurer: exécutions, utilisation en tant que boucliers humains par les groupes terroristes, extorsions, aujourd’hui cette page est tournée. Les habitants d’Alep en liesse célébraient la reprise totale de la ville par l’armée gouvernementale.

En passant et avec la reprise d’Alep-Est, le gouvernement syrien contrôle désormais les cinq plus grandes villes du pays: la capitale Damas, Alep, Homs, Lattaquié, Hama. D’ailleurs, c’est ce que le journal Le Monde a été forcé lui aussi d’avouer (évidemment sans plaisir).

Mais le travail n’est pas terminé. Beaucoup d’entre nous ont bien sûr les yeux rivés sur Palmyre, la cité antique et martyre, qui a été réoccupée tout récemment par la secte takfiriste de Daech, profitant de l’attention autour d’Alep et de l’arrêt des bombardements de la « coalition » US sur leurs positions à Raqqa, la capitale autoproclamée de la secte. Des experts syriens et russes y ont vu une complicité presque non voilée: voyant la chute imminente de leurs protégés terroristes à Alep et comprenant que les ruses diplomatiques ne marcheront plus, l’élite occidentale a contribué à ce que le joyau de la culture syrienne et mondiale, Palmyre, retombe aux mains des barbares de Daech, que beaucoup voient comme un allié non-reconnu de l’élite occidentale et de certains acteurs régionaux.

Mais pas pour longtemps. D’intenses combats sont menés en ce moment même aux abords de la ville, d’autant plus que l’armée gouvernementale syrienne se retrouvant face à un déluge de terroristes de plusieurs fois supérieurs en nombre (un millier d’hommes contre plus de 5000 extrémistes), a néanmoins réussi à évacuer la très grande majorité des civils de cette petite ville. Ce qui facilite largement la tâche, les terroristes n’auront pas la possibilité d’utiliser les civils en tant que boucliers humains comme l’avaient fait leurs homologues à Alep. Et au vu des déclarations toutes récentes aussi bien des leaderships syrien que russe, les terroristes de Daech vont vivre des moments d’extrême difficulté. Car l’objectif est clairement annoncé: libérer Palmyre dans les plus brefs délais. On peut donc imaginer le calvaire que vont vivre les extrémistes sous peu. D’autant plus que c’est désormais aussi l’occasion d’en éliminer un très grand nombre d’entre eux lorsqu’ils seront forcés de reculer, le tout dans un milieu désertique où ils n’auront pas l’occasion de se cacher entre multiples bâtiments, comme ce fut également le cas à Alep. Palmyre sera certainement donc l’une des grandes priorités du moment.

Mais le travail ne compte nullement s’arrêter là. Il reste évidemment Idlib, « capitale » autoproclamée de l’ex-Front al-Nosra (désormais Front Fatah al-Cham, la filiale d’Al-Qaïda en Syrie), tout comme Raqqa, « capitale » de l’autre secte takfiriste Daech. Sans oublier évidemment la province de Deraa, au sud-ouest du pays, qu’il faudra également nettoyer de la présence terroriste.

Une chose est sûre. Le tournant tant espéré dans cette guerre imposée à la Syrie par le néocolonialisme en alliance avec les groupes extrémistes, a bien eu lieu. Et à l’instar de Stalingrad qui avait sonné la défaite future de la peste brune nazie, Alep sonne pour beaucoup, et je suis d’accord avec eux, la fin définitive de l’ancien monde. Un monde qui fut bâti sur des principes d’injustice, et dans lequel il y aurait soi-disant des « élus », des « exceptionnels », et les autres en la qualité de l’écrasante majorité de l’humanité, censée obéir aux gendarmes autoproclamés du monde. C’est fini. Avec Alep commence une nouvelle partie de l’histoire contemporaine. Et c’est l’une des plus grandes victoires du monde multipolaire sur les vestiges de l’unipolarité.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201612141029165277-syrie-alep-guerre-tournant/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

Pétition pour la libération de Laurent Gbagbo. Entretien exclusif avec Alphonse Douati

Alphonse Douati

Né en 1955, Alphonse Douati est un homme politique ivoirien. Secrétaire général du FPI (Front populaire ivoirien), parti politique fondé et dirigé par le président Laurent Gbagbo, il a occupé différents postes ministériels d’octobre 2000 à novembre 2010 en Côte d’Ivoire.

Il est aujourd’hui le coordonnateur de la pétition internationale pour la libération de Laurent Gbagbo, incarcéré à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.

Sputnik: Vous êtes le coordonnateur de la pétition internationale pour la libération de Laurent Gbagbo. Pouvez-vous expliquer en quoi consiste votre projet? Et quel est l’objectif visé?

Alphonse Douati : Avant tout propos, je voudrais vous exprimer mes remerciements et ma reconnaissance pour l’opportunité et le privilège qui me sont accordés à travers cet entretien. Une pétition est l’expression d’une liberté d’opinion utilisée par tout citoyen et tout démocrate pour faire connaître sa position sur une thématique qui concerne la société. Elle a aussi une valeur interpellatrice dont dispose les populations pour s’adresser aux décideurs. La présente pétition répond à cette double attente. Mais au-delà, il s’agit de mettre en lumière aux yeux de l’opinion publique nationale et internationale et par ricochet de la communauté internationale, l’ampleur du plus grand scandale politique de ce début du 21ème siècle que représente la détention de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé à la CPI (La Haye), de l’incarcération de Simone Gbagbo (épouse du premier cité), de centaines de citoyens ivoiriens emprisonnés au seul motif qu’ils sont adeptes des idées de Laurent Gbagbo. Ainsi que l’exil forcé de 100.000 Ivoiriens. De par les signataires, l’opinion se fera entendre pour obtenir la libération du président Laurent Gbagbo.

Sputnik: Combien de signatures avez-vous recueilli jusqu’à maintenant? Et quel est la géographie des signataires?

Alphonse Douati: La pétition est l’initiative de l’écrivain patriarche Bernard Binlin Dadié et de l’ex-Premier ministre togolais Joseph Koffigoh à qui est réservée la primeur des résultats. Pour le moment, je n’en dirai pas plus. Mais sachez que l’engouement est grand partout en Côte d’Ivoire, dans plusieurs pays africains, européens et américains.

Sputnik : Vous êtes basé en Côte d’Ivoire. Durant votre campagne, avez-vous subi des pressions, aussi bien sur le plan intérieur qu’extérieur?

Alphonse Douati: Les pressions voire les empêchements ne nous ont pas été rapportés des pays étrangers. Mais en Côte d’Ivoire, c’est à un véritable parcours de combattant qui nous est servi: saisie de fiches de pétition vierges, destruction de 500 000 fiches signées, brimades, bastonnades, arrestations et incarcérations sont servies au quotidien. 3 jeunes gens ont été incarcérés à la prison centrale d’Abidjan pour cause de pétition et libérés après une semaine pour délit non constitué. Mais malgré tous ces obstacles, la pétition crée de l’enthousiasme dans tout le pays.

Sputnik : Vous suivez certainement le procès en cours actuellement à la Cour pénale internationale de La Haye contre Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Comment voyez-vous la suite de ce procès? Et pensez-vous que des pétitions comme la vôtre auront un effet sur cette suite?

Alphonse Douati : Comme tout le monde et en particulier comme adepte de la vision politique du président Laurent Gbagbo, je suis avec beaucoup d’intérêt et d’assiduité le procès conjoint du président Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé devant la CPI. Au plan de la formation des preuves, le passage de 12 témoins à charge n’a pas permis de donner la moindre preuve de la culpabilité des co-accusés. Au contraire, tout montre leur innocence et tout….les réhabilite. Sur le plan procédure, le procureur peine à construire son accusation. Il est souvent désolant de voir la cour privilégier le huis clos perturbant la publicité des débats, gage d’équité et de transparence. Or, il faut un débat à la fois contradictoire et public pour que la vérité soit connue de l’opinion publique pour l’honorabilité des co-accusés. Malgré ces vices que nous condamnons, je demeure serein et optimiste pour au moins deux raisons: la principale est que les preuves n’existent point et ne sauraient s’inventer, secundo, l’observation politique et sociale de la Côte d’Ivoire à elle seule rétablit la vérité et disculpe Laurent Gbagbo et son co-accusé. La pétition comme instrument de pression populaire et démocratique mais aussi comme outil de sondage finira par interpeller les pays membres du Conseil de sécurité comme la Russie pour soutenir une action qui concourra à la libération du président Laurent Gbagbo, de même que de tous les 400 prisonniers politiques et le retour apaisé, sécurisé et digne des 100.000 exilés en Côte d’Ivoire sans oublier la restitution des biens illégalement confisqués notamment les maisons, plantations et les terres comme à l’ouest par les partisans de l’actuel pouvoir en place en Côte d’Ivoire.

Sputnik : Quel avenir entretenez-vous pour votre pays la Cote d’Ivoire? Et voyez-vous Laurent Gbagbo faire partir de cet avenir?

Alphonse Douati : L’avenir de mon pays, la Côte d’Ivoire, demeure ancré dans la réconciliation et la paix. Dans cette dynamique, le président Laurent Gbagbo demeure le moteur de cette réconciliation et donc le Levin de cet avenir. Il ne peut en être autrement. Penser le contraire, c’est se tromper de chemin. Laurent Gbagbo doit revenir dans son pays pour le réconcilier afin que ce pays se réhabilite et se reconstruise.

Sputnik : Quelle serait selon vous la solution dans la protection des leaders patriotes et souverainistes africains?

Alphonse Douati : La protection des leaders patriotes et souverainistes africains passe avant tout par le renforcement de la démocratie en Afrique, le renforcement de la solidarité des peuples autour de ces leaders mais aussi la diversification du partenariat politique, économique et culturel avec les autres peuples du monde dans un esprit d’équité et de respect réciproque, en un mot un partenariat gagnant-gagnant, ouvert et libre.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201608051027173449-cote-d-ivoire-petition-liberation-laurent-gbagbo/

Mikhail Gamandiy-Egorov