Archives du mot-clé Michel Djotodia

République centrafricaine : promouvoir la réconciliation au plus vite

République centrafricaine : promouvoir la réconciliation au plus vite

A l’heure où la République centrafricaine continue de vivre de nouvelles péripéties, l’avenir du pays reste toujours indécis y compris après la formation d’un gouvernement de transition en la personne de Catherine Samba-Panza, qui a succédé à tête de l’Etat à Michel Djotodia.

Aux dernières informations, la France enverra 400 militaires supplémentaires en RCA. Le contingent français passera ainsi de 1600 à 2000 soldats. L’Union européenne prévoit d’envoyer de son côté un millier d’hommes, soit 500 de plus que prévu au départ. Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, en visite il y a quelques jours dans la capitale centrafricaine Bangui, a déclaré pour sa part que vraisemblablement « l’intervention française sera plus longue que prévue ».

Pendant ce temps les exactions se poursuivent. Et les exemples, fort malheureusement, ne manquent pas. Que ce soit le lynchage d’un homme par des militaires centrafricains, suspecté d’appartenir à la coalition Seleka (composée majoritairement de combattants musulmans), le tout devant des dizaines de témoins. Ou encore la découverte de 13 cadavres non-identifiés dans une citerne vide située dans un camp de Bangui, où sont cantonnés des combattants issus de l’ex-Seleka. Pour info et à l’heure actuelle, la capitale Bangui a été vidée de près de 75 % de sa population musulmane. Dans d’autres localités, le chiffre tourne autour de 90-100 %.

Les milices anti-balaka (balaka signifiant « machette » en langue sango) sont souvent pointées du doigt quant à la responsabilité de ces tueries. Une milice au départ composée majoritairement d’animistes mais suite au conflit intercommunautaire qui a débuté en septembre 2013, un certain nombre de combattants se revendiquant chrétiens et opposés à la coalition Seleka (également responsable de crimes et massacres, en premier lieu de populations chrétiennes) rejoindra ladite milice. A en croire les différents représentants de ces milices anti-balaka, leur nombre serait compris entre 55 et 70 000 hommes, dont environ la moitié serait basée à Bangui. Selon certaines sources, les anti-balaka se divisent entre modérés et extrémistes, ces derniers étant le plus souvent responsables des massacres récents en RCA.

Le problème qui se pose aujourd’hui est effectivement celui du désarmement de ces milices. Car à l’image de la Seleka que le président Djotodia avait tenté de désarmer en vain, ainsi que de mettre fin entièrement aux exactions, de la même manière se pose aujourd’hui le problème avec les anti-balaka, qui ne comptent pas déposer les armes pour le moment. La présidente centrafricaine de transition, Catherine Samba Panza, a déclaré il y a quelques jours qu’elle compte de son côté s’attaquer aux miliciens anti-balaka : « Les anti-balaka, on va aller en guerre contre eux. Ils pensent que parce que je suis une femme je suis faible. Mais maintenant ceux qui voudront tuer seront traqués », a-t-elle déclaré. « Déclarer la guerre aux anti-balaka, c’est déclarer la guerre à la population centrafricaine », aurait rétorqué Richard Bejouane, l’un des chefs auto-proclamés des anti-balaka devant une centaine de miliciens.

Du côté des ONG, Amnesty International parle elle de nettoyage ethnique. Quant à Peter Bouckaert de Human Rights Watch, il n’a pas hésité à parler d’échec en ce qui concerne l’opération de l’armée française Sangaris et a critiqué ouvertement l’immobilisme des troupes françaises. Il est vrai que lorsqu’il était question de destituer un chef d’Etat légitime, comme ce fut le cas en Côte d’Ivoire, l’armée française a su se montrer beaucoup plus « efficace », bien que ce mot ne soit aucunement approprié. Mais visiblement en Centrafrique, où la situation est véritablement critique et où il y a une nécessité pressante de sauver des vies humaines, il y a vraisemblablement de la place à un immobilisme pour le moins incompréhensible.

L’ONU quant à elle redoute le risque d’une partition de la RCA. Un avis partagé par un certain nombre de spécialistes. La violence a engendré la violence et personne ne peut prédire la tournure exacte des événements. Près de 30 % de la population centrafricaine est aujourd’hui déplacée. L’économie du pays tourne au ralenti (compte tenu notamment du fait qu’un nombre conséquent de commerces appartiennent aux Centrafricains musulmans). Une pénurie sur un certain nombre de produits est déjà à observer et le risque d’une très sérieuse crise alimentaire plane lui aussi.

Une chose reste sûre dans cette tragédie, c’est que sans une réconciliation rapide de toutes les composantes du pays, les conséquences éventuelles seraient des plus tragiques. A notre niveau, nous ne pouvons que souhaiter à tous les Centrafricains de retrouver la sagesse, de prendre leur destin en main, de trouver la voie du pardon et du dialogue, ainsi que de permettre une véritable réconciliation nationale au plus vite.

http://french.ruvr.ru/2014_02_18/Republique-centrafricaine-promouvoir-la-reconciliation-au-plus-vite-7311/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Intervention française en RCA : engagement humanitaire ou énième tentative de contrer la Chine ?

Intervention française en RCA : engagement humanitaire ou énième tentative de contrer la Chine ?

La récente intervention armée de la France en République centrafricaine a ouvert un certain nombre de questions. D’une part, sur les raisons de ce conflit interne qui paraissent encore assez obscurs. Et d’autre part, si le rôle joué par la France dans ce pays serait si « bénéfique » comme le prétend ardemment l’Elysée.

La plupart des médias nous annoncent que le conflit centrafricain s’enlise dans des affrontements inter-religieux avec comme résultat un véritable drame humain. Mais la question qui se pose, c’est le rôle de l’Etat français dans cette crise, présenté par certains comme étant le « sauveteur ». Pourtant, l’intervention actuelle des forces armées françaises ressemble plus à la nécessité de sécuriser une fois de plus ses intérêts que par la volonté « de mettre fin à une situation humanitaire catastrophique ». Sans oublier que l’instabilité que connait la Centrafrique, ainsi que d’autres pays d’Afrique francophone est bien souvent justement due au rôle peu pacifiste de l’élite hexagonale.

A la base, il faut quand même rappeler que la République centrafricaine est un pays ayant connu dans son histoire plus ou moins récente un bon nombre de coups d’Etat dans lesquels l’Elysée ne jouait pas le dernier rôle, bien au contraire. Il faudrait aussi se rappeler que le fameux Jean-Bedel Bokassa qui s’était autoproclamé empereur, était à la base un pur produit du système de la Françafrique.

Aujourd’hui, les principales sociétés françaises contrôlent l’économie du pays et c’est un fait également bien connu : Bolloré, Areva, Total, France Telecom, Castel, CFAO… Tous ont leur part du gâteau. Mais à l’instar des autres pays d’Afrique, y compris francophones, la Chine a commencé sérieusement à nuire aux intérêts français depuis les dernières années. Principalement dans le domaine du pétrole dans lequel l’Empire du milieu a fait une entrée impressionnante. Preuve de ce rapprochement de la RCA avec la Chine, l’entreprise pétrolière d’Etat chinoise CNPC (China National Petroleum Corporation) a obtenu la reprise du permis de recherche, de développement et d’exploitation du site pétrolier de Boromata, situé dans le nord-est du pays.

Ce rapprochement rapide et dans un secteur clé comme le pétrole, entre la RPC et la RCA n’a pas seulement accentué les inquiétudes de Paris, lassé de perdre de plus en plus son influence dans ses « anciennes » colonies, mais aussi de Washington, également peu ravi des positions de force de la Chine sur le continent africain. Les câbles diplomatiques étasuniens sur cette question en sont une preuve nette. D’ailleurs en mars 2013, le désormais déchu Francois Bozizé avait affirmé sur les ondes de Radio France International (RFI) qu’il a été renversé « à cause du pétrole ».Mis à part le pétrole, Bozizé avait également commencé un rapprochement avec Pékin dans le domaine militaire, notamment à travers des programmes grâce auxquels des officiers centrafricains allaient suivre des formations en Chine. Un autre secteur que Paris a l’habitude de contrôler dans ce qu’il considère encore ses possessions.

Selon plusieurs spécialistes, dont le journaliste camerounais Olivier Ndenkop, auteur de l’article « Les raisons cachées de l’intervention française en Centrafrique », les raisons de l’intervention armée française seraient purement d’ordre économique et politique, et aucunement humanitaire comme l’a martelé à plusieurs reprises François Hollande. Ce que l’on peut noter aussi, c’est qu’à part le désir de contrer à tout prix la colossale influence chinoise en Afrique, il s’agit également d’une volonté de limiter l’influence grandissante d’autres acteurs, parmi lesquels l’Inde ou le Brésil. Sans oublier l’Afrique du Sud qui à titre de leader du continent africain est de plus en plus appelée à avoir une participation active dans la résolution des conflits sur le continent. En effet et depuis plusieurs années on pouvait observer l’agacement de l’Elysée de voir Pretoria vouloir jouer un rôle de plus en plus important dans la résolution des conflits, y compris en Afrique francophone.

 Pour revenir à l’intervention française en Centrafrique, elle est loin de faire l’unanimité au sein de la population centrafricaine. Certains affirment même qu’elle ne fait qu’attiser les violences entre les différentes milices et groupes de population. D’ailleurs, une manifestation a eu lieu tout récemment dans la capitale Bangui pour protester contre la présence militaire française, accusée de « partialité » dans le conflit centrafricain. Les protestataires scandaient notamment « Non à la France » et « Hollande criminel ».

Le drame humain centrafricain serait donc vraisemblablement un exemple supplémentaire d’affrontements entre intérêts économiques et géopolitiques opposés. Et une fois de plus, derrière les interventions armées dites « humanitaires » se cache tant bien que mal la volonté de préserver ou d’arracher à tout prix ses dividendes plutôt que de sauver véritablement des vies humaines.

http://french.ruvr.ru/2013_12_24/Intervention-francaise-en-RCA-engagement-humanitaire-ou-enieme-tentative-de-contrer-la-Chine-9856/

Mikhail Gamandiy-Egorov