Archives du mot-clé Mike Pompeo

Sanctions US contre la Turquie: uniquement pour les S-400?

Les Etats-Unis ont mis leurs menaces visant la Turquie à exécution. Cette annonce de sanctions visant Ankara pour l’acquisition du système russe de défense antimissile S-400 est-elle cependant la seule raison pour cette étape ultime de pression sur la Turquie? Rien n’est moins sûr.

Washington a effectivement annoncé des sanctions contre la Turquie pour son acquisition du système de défense aérienne russe S-400, interdisant tout nouveau permis d’exportation d’armes à l’agence gouvernementale turque en charge des achats d’armement. 

Du point de vue pratique, cela signifie que les USA interdisent désormais l’attribution de tout nouveau permis d’exportation d’armes à l’agence gouvernementale turque en charge des achats d’armement (SSB), et interdisent l’entrée sur le territoire étasunien à ses dirigeants, dont le chef du SSB – Ismail Demir. C’est ce qui a été annoncé par l’actuel chef de la diplomatie US Mike Pompeo.

«Les mesures prises signalent clairement que les Etats-Unis ne tolèreront pas de transactions significatives avec les secteurs russes de la défense et du renseignement», a précisé le secrétaire d’Etat étasunien.

Du point de vue des perspectives, il s’agit évidemment d’une première dans la relation entre alliés de l’Otan. Plus exactement – entre la première et la deuxième force en termes d’effectifs de l’organisation atlantiste.

La Turquie n’a de son côté pas manqué de réagir. Et une fois de plus – ne compte vraisemblablement pas reculer sur ledit dossier. A ce titre, Ismail Demir, visé par ces sanctions, a déclaré que son pays est déterminé à parvenir à une industrie de la défense totalement indépendante sous la direction du président Recep Tayyip Erdogan. 

«Aucune décision prise à l’étranger envers moi-même ou notre institution ne changera ma position ou celle de mon équipe», a déclaré Ismail Demir dans un tweet. En ajoutant que «les sanctions ne pourront en aucun cas entraver l’industrie de la défense turque».

Un son de cloche similaire du côté d’autres hauts responsables de la Turquie, que ce soit de la présidence, de sa diplomatie ou encore de ses parlementaires – issus aussi bien du parti au pouvoir, que de l’opposition. En d’autres termes – la souveraineté turque, et ce malgré l’appartenance otanesque, reste non-négociable pour son élite. Plusieurs de ses membres ont même appelé à l’accélération d’une pleine utilisation des S-400 par la Turquie.

Pour le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov – les sanctions étasuniennes visant la Turquie sur les S-400 n’ont pas été une surprise, il s’agit d’une énième manifestation d’une attitude arrogante envers le droit international, ainsi que des mesures tout simplement illégales. Une solidarité partagée par le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Djavad Zarif, qui a fermement condamné de son côté les sanctions US imposées à la Turquie, évoquant un «mépris du droit international». 

«Nous condamnons fermement les récentes sanctions américaines contre la Turquie et nous nous tenons aux côtés de son peuple et de son gouvernement», a publié dans un tweet le chef de la diplomatie iranienne.

Pour nombre d’experts, les actions étasuniennes à l’encontre d’Ankara ne feront certainement pas fléchir cette dernière. Néanmoins, il s’agit très certainement d’un signal pour d’autres clients potentiels de l’armement russe. Si des pays comme la Chine, l’Inde, l’Algérie, l’Iran, la Turquie, ainsi qu’un certain nombre de nations eurasiennes et latino-américaines, n’ont pas été impressionnés jusqu’à maintenant par la menace des dites sanctions, il n’empêche que des Etats entretenant des relations fortes avec Washington pourraient abandonner leur intérêt pour les systèmes russes sous la pression washingtonienne. Difficile pour les Etats-Unis d’assumer une concurrence loyale et digne face à une production compétitive, sophistiquée et avec un bien meilleur rapport qualité/prix. Ceci étant dit, cela ne pourra nuire de façon considérable aux intérêts de Moscou sur le marché international de l’armement.

Mais concernant la Turquie plus particulièrement, les actions hostiles des USA sont-elles dues uniquement au dossier des S-400? Rien n’est moins sûr. En effet, plusieurs raisons peuvent également avoir largement contribué à cette énième attaque à sanctions des Etats-Unis contre un pays souverain. Tout d’abord, l’establishment US n’aime pas avoir des partenaires qu’il doit traiter en égal. A ce titre, il préfère bien plus la relation de dictant à sous-traitant.

D’autre part, les actions turques des dernières années ont confirmé l’indépendance de sa politique extérieure aussi bien vis-à-vis de Washington, que du siège otanesque Bruxelles. Par ailleurs, l’hypocrisie occidentale est caractérisée également par une autre forte contradiction: Washington et nombre d’autres capitales occidentales parlent «d’actions déstabilisantes» de la Turquie dans divers régions du monde. Bizarre, ces condamnations étaient totalement absentes du langage des élites atlantistes lorsque la Turquie participait à la déstabilisation de la République arabe syrienne et de son gouvernement, de concert avec les Occidentaux. Notamment durant la première phase du conflit syrien.

Et là aussi ce n’est pas tout. La capacité d’Ankara de trouver des accords et des compromis dans des dossiers régionaux et internationaux, notamment avec Moscou et Téhéran, y compris en ayant des intérêts parfois divergents – le tout sans y inclure les puissances occidentales, et surtout les USA, semble confirmer la colère de l’élite US, et atlantiste de façon générale.

Si en Syrie, cela a été atteint avec le processus d’Astana, le dossier récent du Haut-Karabakh – où l’accord de paix a été négocié sans la participation de Washington et de Paris qui souhaitaient vivement être impliqués, peut avoir été la goutte de trop.

Le souci pour les élites étasuniennes, et plus généralement occidentalo-atlantistes, c’est que ces mécanismes du concept multipolaire du monde semblent désormais en phase active. Quant aux sanctions, elles ne pourront pas stopper la chute confirmée de l’unilatéralisme occidental. Mais tel un patient inguérissable – l’establishment occidental semble rejeter tous les traitements – par la même occasion accélérant sa propre chute.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/677

Que faut-il attendre des relations USA-Afrique?

Plusieurs des principaux médias étasuniens affirment avec certitude que Joe Biden est le vainqueur de l’élection présidentielle US. Bien que tout semble ne pas être encore terminé dans ce processus de la prétendue démocratie américaine et nombre d’actions sont encore possibles du côté du camp de Donald Trump, notamment d’ordre juridique, il est néanmoins intéressant d’avoir certaines idées sur les éventuelles relations des Etats-Unis, Biden à leur tête, avec le continent africain.

Tout d’abord et pour répondre à la problématique posée, il faudrait certainement rappeler non seulement les principales orientations de Biden, mais également les cercles auxquels il appartient. Cela est connu – Joe Biden est soutenu par l’Etat profond étasunien, communément appelé Deep State. Les méthodes de déstabilisation visant les Etats souverains récalcitrants vis-à-vis de Washington sont également bien connues et étudiées. Notamment en ce qui concerne les révolutions de couleur.

Ce qui signifie que les Etats africains ayant une politique indépendante et souveraine risquent tous d’être dans le viseur des déstabilisations des stratèges politiques étasuniens. D’autant plus si ces Etats africains sont des alliés des adversaires géopolitiques de Washington. C’est une orientation de la politique US à prendre avec le plus grand sérieux.

Autre point également révélateur. Il est connu que Biden a été fort activement soutenu par le lobby LGBT. D’ailleurs, il ne s’en cache pas, bien au contraire. Cette réalité doit elle aussi être sérieusement analysée car elle dépasse largement le cadre des préférences dans cette orientation. Si ce lobby a pris une position fortement puissante dans pratiquement tous les pays occidentaux, il est fort bien connu que la grande majorité des pays, et des peuples, du monde sont fermement opposés à sa montée en puissance chez eux. Surtout lorsque ce lobby tente, souvent de façon agressive, à venir dicter sa loi dans les pays souverains. Bien souvent avec le soutien actif de l’establishment politique étasunien, et plus généralement occidental.

Cela signifiant une chose simple: tous les Etats ayant une vision traditionnelle en termes des notions sur la famille, le mariage et les enfants, seront dans le viseur des attaques du lobby LGBT. Et l’Afrique – bien évidemment aussi. Plus que cela, le chantage qui pourra viser nombre de pays africains sur ledit sujet pourra fort possiblement monter en flèche. A savoir si tel ou tel Etat africain refusera de libéraliser sa juridiction intérieure en lien avec le sujet LGBT – il pourra faire face à des sanctions économiques et des pressions politiques. Et connaissant la position de l’écrasante majorité des pays africains sur ce fameux sujet, comme d’ailleurs de la grande majorité des pays du monde, il est évident que les tensions avec Washington pour ces pays ne seront qu’à la hausse.

De façon générale, s’il est vrai que le principal intérêt déclaré en direction de l’Afrique de l’administration Trump – notamment via son secrétaire d’Etat Mike Pompeo – était de combattre l’influence grandissante de Pékin et de Moscou sur le continent – désormais tout en maintenant cette orientation pro-unipolaire, il faudra s’attendre à encore une plus grande agressivité émanant des adversaires confirmés de la multipolarité.

Au-delà des pressions probables mentionnées ci-haut, les USA pourront également tenter à recourir à la fameuse arme des interventions militaires dites «humanitaires». Souvent sous la bannière de la protection des droits de l’homme, avec comme base des intérêts purement géopolitiques ou géoéconomiques, et surtout néocolonialistes.

Ceci étant dit, compte tenu des divisions plus que jamais visibles au sein de la société étasunienne – pouvant par la même occasion faire augmenter les tensions internes à un niveau supérieur, il se peut à cet effet que les plans des multiples interférences US visant les Etats souverains soient un peu retardés. Mais plus important que cela encore – et cela devrait être sérieusement compris par le camp Biden s’il sortira effectivement «vainqueur» de cette bataille présidentielle, c’est que le monde actuel, résolument multipolaire, ne saura tolérer les agissements propres au passé plus ou moins récent. Les capacités de riposte sont bel et bien fixées. Evidemment peu de chances que cela soit compris par l’establishment étasunien – mais cela ne change pas la détermination des partisans de la multipolarité. 

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/548

Le populisme des Etats-Unis dans les relations internationales

Déniant toujours, ou faisant mine à dénier, la réalité multipolaire du monde, Washington semble de plus en plus à aller dans le sens d’un populisme pur et simple dans les relations internationales. C’est certainement ainsi qu’il faut entrevoir les nouvelles déclarations du secrétaire d’Etat US Pompeo visant l’Iran et les alliés internationaux de la république islamique.

Quelques jours après l’appel du ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, vis-à-vis des USA à accepter le monde multipolaire, la rhétorique du côté washingtonien semble confirmer la thèse d’un problème bel et bien réel d’appréhension de la réalité mondiale au sein des élites étasuniennes, et plus généralement atlantistes. Précisons bien – au niveau des élites de l’Occident, et non pas des peuples.

En effet, ce 15 septembre, le chef de la diplomatie US Mike Pompeo, a déclaré sur France Inter «que les Etats-Unis empêcheraient l’Iran à obtenir des armes chinoises et russes». Pour rappel, l’embargo international sur les armes visant l’Iran arrive à échéance le 18 octobre prochain. Et qu’il ne pourra pas être prolongé compte tenu du récent blocage sino-russe au Conseil de sécurité de l’ONU, avec en prime l’abstention des alliés européens de Washington. 

Si la rhétorique hostile émanant des USA contre Téhéran est tout sauf nouvelle, désormais les propos de Pompeo visent clairement Pékin et Moscou – les deux soutiens de poids de l’Iran sur l’arène internationale. Ceci étant dit, et c’est là que se trouve justement tout le populisme dans de telles déclarations, comment Washington prévoit-il de s’y prendre pour bloquer de très possibles nouveaux accords de Défense entre Téhéran, Pékin et Moscou?

Dans le cadre d’une intervention armée? Bien peu probable compte tenu des capacités de riposte des trois concernés – considérés officiellement par l’establishment US comme étant les principaux adversaires géopolitiques de Washington. Par de nouvelles sanctions économiques? Si tel sera le cas, les trois nations ont d’ores et déjà fermement démontré leur capacité d’adaptation à de telles pressions. Que ce soit l’Iran, qui malgré les mesures restrictives étasuniennes le visant, y compris sur le plan économique et énergétique, n’a non seulement toujours pas fléchi, mais n’a probablement jamais eu une telle influence internationale dans le cadre de son histoire contemporaine – dépassant d’ailleurs le cadre régional, que les deux autres concernés.

Effectivement, si l’influence de Téhéran au Moyen-Orient – et ce malgré nombre de forces lui étant hostiles – et plus généralement dans le grand espace eurasien – est indéniable, aujourd’hui il est probablement de plus en plus possible de parler de la république islamique comme d’une puissance internationale, et non plus seulement régionale. Preuve à l’appui: ses interactions intenses avec nombre de pays n’appartenant pas à sa région, notamment d’Amérique latine. D’ailleurs les échanges actifs avec le Venezuela – lui aussi visé par des sanctions US – le confirment pleinement. 

Dans le cas de la Russie, les sanctions occidentales la visant ont eu un mérite indéniable. Celui de rendre l’économie russe beaucoup plus autosuffisante sur le plan intérieur et compétitive sur l’extérieur. Notamment dans le cadre d’une diversification active de ses échanges économico-commerciaux à l’international, et ce allant de l’agroalimentaire jusqu’au domaine high-tech. En passant et selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI) pour l’année 2020, la Russie deviendra la cinquième puissance économique mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat (PPA), et ce en tenant compte des effets négatifs liés à la propagation dans le monde du Covid-19. Dépassant par la même occasion l’Allemagne – première économie de l’UE – qui passera, elle, à la sixième place du classement mondial. Et dire que l’ex-président US Obama avait promis il y a quelques années «d’anéantir l’économie russe».

Dans le cas de la Chine, la première économie du monde en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat, ayant réussi à traverser nombre de conséquences néfastes liées au Covid-19 avec une efficacité indéniable, et malgré les limitations économico-commerciales émanant de Washington, l’influence internationale du pays est plus que jamais importante. Surtout compte tenu de l’implacable solidarité de Pékin et de Moscou sur l’arène internationale, y compris au niveau du CS onusien.

Tout cela pour dire que les déclarations de l’establishment US dans son ensemble semblent de plus en plus s’éloigner de la réalité. Y compris en ce qui concerne les nouvelles menaces visant Téhéran, Pékin et Moscou. Plus généralement, l’obstination des élites occidentales / atlantistes, à se prendre pour des êtres exclusifs, ayant le droit de vie et de mort sur les nations du monde, au final ne mènera qu’à un renforcement supplémentaire des partisans de la multipolarité, et fera voler en éclats toute idée d’un retour à l’unipolarité tellement voulu par ses nostalgiques-révisionnistes.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/362

Tensions maximales entre Pékin et Washington en mer de Chine

Les tensions politico-diplomatiques, économiques et militaires s’accentuent entre les Etats-Unis et la Chine. Dernier exemple en date: l’establishment étasunien s’attaque de nouveau dans sa rhétorique aux positions chinoises en mer de Chine et en y dépêchant deux-portes avions US. Le leadership chinois, de son côté, ne prévoit pas de céder.

Dans un communiqué, le secrétaire d’Etat étasunien Mike Pompeo a déclaré que «les Etats-Unis défendent l’idée d’une région indo-pacifique libre et ouverte». En ajoutant «qu’ils renforceront la politique des USA dans une zone vitale et disputée de cette région : la mer de Chine méridionale», considérant par la même occasion que les revendications territoriales de Pékin dans cette zone comme étant illégales.

L’establishment US ne s’est pas limité à une rhétorique hostile vis-à-vis de la Chine – par ailleurs loin d’être nouvelle, et a également envoyé deux porte-avions sur place. Faisant monter les tensions au maximum depuis 2014.

Du côté de Pékin, la situation dans la mer de Chine méridionale, sans l’interventionnisme étasunien, reste pacifique et continue de s’améliorer. Selon les diplomates chinois «les Etats-Unis ne sont pas un pays directement impliqué dans les différends existants (en mer de Chine, ndlr). Cependant, ils continuer à interférer dans le problème. Sous prétexte de maintenir la stabilité, ils jouent avec les muscles, provoquant des tensions et fomentant la confrontation dans la région».

Il est par ailleurs important de rappeler que les USA interférent effectivement dans une région à laquelle ils n’appartiennent pas. Mais cela au même temps est propre à la mentalité des élites US – pour qui la notion de leur pays et du monde équivaut au signe d’égalité, sans forcément toujours connaitre les particularités historiques et les traditions des régions concernées.

Malgré cette montée des tensions, de l’avis de nombreux experts maitrisant ce dossier, notamment issus de l’espace eurasien, le risque d’une confrontation militaire au plus haut point reste assez peu probable – car les Américains n’ont tout simplement pas assez de force pour cela. La Chine ayant commencé le programme de développement intense de sa flotte maritime dès 2005 et le poursuit avec succès. Sans oublier un autre point important: le nombre de navires de surface et de sous-marins chinois dans la région dépasse les capacités de toutes les flottes présentes dans les océans Indien et Pacifique.

Du côté politico-diplomatique, Pékin également ne prévoit pas de reculer et pourra certainement s’appuyer sur le soutien de son allié russe, notamment au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU. La question principale à se poser: combien de temps encore Washington se considérera être le gendarme de la planète toute entière, avec une mentalité purement néocoloniale et une arrogance sans limite justifiant ses interférences dans les affaires mondiales et des pays souverains?

Pour répondre à cette question peut-être qu’il faudrait faire un parallèle avec l’histoire du pays en question. Au-delà d’être un assez jeune Etat, toute l’histoire tumultueuse de sa formation en dit long. De l’immigration de représentants, souvent marginaux, de la société anglo-saxonne, jusqu’aux massacres de masse des autochtones et la traite esclavagiste, sans oublier des lois raciales discriminatoires jusqu’à la deuxième moitié du XXème siècle. Le souci – c’est que vraisemblablement le désir des héritiers des élites étasuniennes de l’époque – en la qualité de l’establishment actuel c’est d’appliquer les méthodes d’extrême agressivité utilisées durant la formation de leur Etat à la planète entière.

A la chute de l’URSS, cela semblait marcher – les multiples interventions, bien souvent en violation flagrante du droit international et de la souveraineté des Etats, le confirment. Le souci, et c’est ce que l’establishment étasunien n’arrive toujours pas à accepter, est que cette époque assez récente est désormais révolue. Et qu’il n’y aura pas de retour en arrière.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1788

https://t.me/observateur_continental/112

Après l’Afrique du Sud, Pompeo s’attaque à la Chine

2-69

Suite aux récentes déclarations visant l’Afrique du Sud http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1406 , ayant provoqué un tollé au sein de la population de la puissance africaine et membre des BRICS, le secrétaire d’Etat étasunien Mike Pompeo est passé à de nouvelles accusations, cette fois-ci contre la Chine. Pékin n’a pas manqué d’y réagir vivement.

Ainsi, la Chine a exprimé, mercredi, son fort mécontentement et sa ferme opposition face aux accusations infondées du secrétaire d’Etat US, Mike Pompeo, à l’encontre du travail de prévention et de contrôle de la Chine face au nouveau coronavirus (COVID-19) et a exhorté la partie américaine à abandonner son biais idéologique et à cesser de saper la confiance et la coopération mutuelle, annonce l’agence de presse nationale chinoise Xinhua.

Pompeo est allé à proférer des accusations à l’encontre de Pékin suite à l’expulsion du territoire chinois des journalistes de Wall Street Journal (WSJ). Une expulsion qui selon lui «exposait les problèmes dans la réponse de la Chine au COVID-19» et que «si la Chine permettait à ses propres journalistes et aux journalistes étrangers de parler librement, la Chine et les autres pays seraient beaucoup mieux préparés pour relever ce défi».

La réponse du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian ne s’est pas fait attendre. En voici les points essentiels:

«Au moment où le peuple chinois met tout en œuvre pour lutter contre l’épidémie, M. Pompeo profère encore une fois des accusations infondées contre la Chine. Cela est odieux, et nous nous y opposons fermement»;

«Quant à l’article du WSJ avec son titre insultant, il ne s’agit pas d’une question de liberté d’expression et de la presse. Toutes les personnes, tant qu’elles ont une conscience et une ligne rouge, doivent rejeter et résister à ces paroles et actions racistes et injustifiées»;

«Même le WSJ a admis son erreur et a appris quelques leçons. Comment se fait-il que M. Pompeo, au mépris total de l’opinion publique de la communauté internationale, ait une nouvelle fois tenté de soutenir le WSJ en dénigrant la Chine ? On est en droit de se demander si le WSJ est une agence du département d’État américain»;

«Nous exhortons M. Pompeo à renoncer à son biais idéologique contre la Chine, à rejeter la mentalité de la Guerre froide et l’état d’esprit du jeu à somme nulle, à agir d’une manière qui convient à son statut, à cesser de saper la confiance mutuelle et la coopération entre la Chine et les Etats-Unis et à ne plus tenter de semer la discorde entre le Parti, le gouvernement chinois et le peuple chinois».

Maintenant pour parler perspectives, au-delà du fait qu’il est effectivement intéressant de se pencher sur la complicité entre les élites politiques et médiatiques étasuniennes, et plus généralement occidentales, notamment lorsqu’il s’agit d’attaquer les principaux adversaires géopolitiques et géoéconomiques de l’establishment US, bien que cela ne soit qu’un secret de polichinelle – la pseudo liberté d’expression dans les médias mainstream n’existe que pour ceux qui veulent encore y croire, ou font semblant d’y croire. Le fait est que du moment que l’establishment politique de l’Occident s’attaque aux intérêts de ses adversaires admis et déclarés, les médias mainstream ne manquent jamais l’occasion de le suivre au pays.

Maintenant et en ce qui concerne plus concrètement les récentes déclarations de Pompeo en tant que telles, rien de surprenant, ni de véritablement nouveau à l’horizon. S’attendre à une solidarité de la part d’un pays, qui souhaite se voir toujours comme le maître planétaire, vis-à-vis d’une grande nation qui fait de son mieux dans la gestion du fléau sanitaire actuel, ne relève tout simplement pas du sens réaliste. Au contraire, chaque défi qui concerne les nations indépendantes de la planète, y compris lorsque cela concerne un grand nombre de vies humaines, ne représente pour les élites occidentales, étasuniennes en tête, qu’une «opportunité» supplémentaire à pouvoir mettre de la pression sur les dites nations. Pour l’establishment US il y a quelques temps ce fut la Russie et la Chine – les deux principaux adversaires officiels et déclarés comme tels par Washington, puis ce fut le tour à l’Iran, la Syrie, plus récemment l’Afrique du Sud, et là nouvelle offensive contre Pékin. En effet, rien de nouveau à l’horizon.

Enfin et sans vouloir rentrer dans des thèses complotistes, néanmoins il est tout de même assez surprenant pourquoi à l’heure actuelle c’est la Chine et l’Iran qui subissent de plein fouet les conséquences du COVID-19, alors que l’obscurité continue de planer sur l’origine dudit virus, surtout lorsqu’on connait le haut niveau des médecines respectives de ces pays. Avouez tout de même qu’il y a de quoi se poser quelques questions. D’autant plus, que les seuls pays ayant exprimé véritablement leur solidarité avec la Chine dans cette situation ne sont autres que ses alliés: Russie, Iran, Cuba et nombre d’autres pays d’Amérique latine, ainsi que plusieurs pays africains. On arrive presque à croire que les malheurs humains en terre chinoise enchantent les élites occidentales. Peut-être même que si le virus ne se propageait pas au-delà des frontières chinoises, y compris maintenant en terre européenne, l’inquiétude sur leurs visages serait totalement inexistante.

Quoiqu’il en soit, la réponse du haut diplomate chinois Zhao Lijian à Pompeo est digne d’une grande puissance qui se respecte. Pour le reste, il est à croire que la Chine saura gérer de la meilleure manière qui soit le défi sanitaire du moment, avec l’assistance de ses véritables amis.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1418

L’interférence étasunienne dans les affaires sud-africaines

2-60

Lors de sa récente tournée africaine, le secrétaire d’Etat US Mike Pompeo s’est permis à donner des leçons à l’Afrique du Sud. Notamment sur la question de l’expropriation foncière sans compensation.

C’est ce que rapporte l’agence de presse étasunienne Bloomberg

Selon lui, « l’expropriation foncière sans compensation envisagée par le gouvernement serait catastrophique pour l’économie et plus encore pour le peuple sud-africain », provoquant une vague de colère au sein de la population de la puissance africaine. Sans rentrer dans ce débat – qui concerne une question interne de la République d’Afrique du Sud, Pompeo a vraisemblablement oublié quelques vérités.

S’il est vrai que la question de répartition des terres agraires reste un problème sérieux en Afrique du Sud, c’est au leadership et aux citoyens du pays concerné d’en décider, et certainement pas à Washington. D’autant plus qu’en termes de démocratie, Pretoria aurait bien plus à apprendre aux USA, que le contraire. Il faudrait aussi savoir que les problèmes existants en Afrique du Sud, notamment le taux de criminalité assez élevé, concernent les citoyens sud-africains de façon générale, et non pas un groupe ethnique en particulier. C’est le premier point. Et là aussi lorsqu’on connait l’énorme taux de criminalité en terre étasunienne, le cowboy ambulant ferait bien mieux à commencer de balayer devant sa porte.

Quant à la question pratique de la redistribution des terres – un sujet qui fait polémiquer la nation arc-en-ciel depuis de longues années, il serait probablement bon de rappeler un chiffre : 72% des fermes et exploitations agricoles en Afrique du Sud sont détenues par des fermiers blancs. Pour rappel, les Blancs d’Afrique du Sud représentant 9-10% de la population. Connaissant le haut professionnalisme de ces personnes dans le domaine qui les concerne, mais connaissant aussi de quelle façon ces terres ont été bien souvent obtenues, il est tout à fait normal que le leadership sud-africain cherche une solution qui pourrait satisfaire une majorité de citoyens. En démocratie réelle, c’est la majorité qui décide. Et dans un pays souverain, c’est à l’intérieur que sont prises les décisions, et non pas dans les capitales occidentales.

Mais de façon honnête, est-ce réellement le sort des fermiers blancs et la situation économique sud-africaine (par ailleurs loin d’être morose) qui inquiètent tellement l’establishment étasunien ? Il est à croire que non. Mais bel et bien la politique indépendante, souveraine et pro-multipolaire de Pretoria. Et ce sur de bien nombreux dossiers internationaux. A commencer par les critiques sud-africaines visant Washington d’interférer dans les affaires intérieures d’Etats souverains, y compris dans le cadre d’interventions militaires. Ajoutez à cela le soutien constant à la Palestine, la condamnation de l’assassinat par les USA du général iranien Qassem Soleimani, le soutien ferme au Venezuela et à son gouvernement légitime, l’appartenance et un rôle actif au sein des BRICS, coordination politico-diplomatique importante avec Pékin et Moscou – notamment au niveau onusien, et enfin une coordination militaire et sécuritaire de plus en plus poussée avec les deux derniers.

Le problème est donc avant tout géopolitique. Connaissant le poids de l’Afrique du Sud sur le continent africain, aussi bien sur le plan économique que politique – au moment même où le leader du pays Cyril Ramaphosa ait été élu président de l’Union africaine (UA), il est évident que la puissance africaine et souveraine, assumant pleinement son soutien au monde multipolaire, déplait fortement aux élites washingtoniennes.

Et en passant, lorsqu’on connait aussi le long soutien obscur des USA, et notamment des structures telles que la CIA au régime d’apartheid, la meilleure chose que Pompeo & Co. devrait faire, c’est de se taire. Et se focaliser sur les problèmes intérieurs US – qui ne manquent guère. Le monde ne se porterait que bien mieux.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1406