Archives du mot-clé Minsk

Vraisemblable échec de la révolution de couleur en Biélorussie

Alors que la Biélorussie faisait partie des priorités récentes en matière de déstabilisation visant l’espace eurasien par les instigateurs occidentaux, la situation actuelle semble confirmer la thèse de l’échec de ce scénario.

Le fait que l’Etat biélorusse faisait partie des principales priorités de l’establishment US et plus généralement atlantiste en termes de déstabilisation de la situation ne laisse aucun doute. Et ce non seulement dans l’objectif de se débarrasser d’un leader mal aimé des Occidentaux, mais également et peut-être surtout de tenter à ralentir la montée en puissance sans précédent de l’espace eurasien dans le cadre multipolaire du monde, ainsi que des principaux adversaires géopolitiques du camp atlantiste, qui partagent des relations d’alliance avec Minsk.

Mais malgré des semaines de manifestations soutenues par les principales capitales occidentales, ainsi que le refus par ces dernières de reconnaitre la légitimité de la réélection du président Loukachenko, tout semble désormais confirmer la thèse de l’échec du scénario voulu et calculé par le camp atlantiste.

Plusieurs faits le démontrent assez clairement. Premièrement, le fait que les principaux alliés de Minsk aient affiché leur solidarité avec le pouvoir légitime n’a laissé aucun doute. Effectivement, l’opposition nette à une interférence extérieure s’est même traduite par l’éventualité déclarée d’une implication de l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), à laquelle la Biélorussie appartient. Faisant comprendre aux élites occidentales tout le sérieux de la motivation des alliés de Minsk.

Deuxièmement, les sanctions annoncées par l’Union européenne vis-à-vis de nombre de responsables biélorusses – sans pour autant y inclure Alexandre Loukachenko – a également mis en lumière que malgré le refus de cette UE à reconnaitre la légitimité des résultats de l’élection présidentielle biélorusse et la rhétorique hostile – l’incapacité des Occidentaux à dépasser certaines lignes rouges. Qui auraient été dépassées si l’Occident politique avait effectivement cherché à interférer encore plus dans les affaires intérieures de la Biélorussie.

Troisièmement, et cela est tout aussi important – c’est l’échec, un peu comme à l’image du Venezuela, de se placer pour les élites occidentales en porte-paroles de la communauté internationale. En effet, la voix d’une minorité mondiale ne peut aucunement parler au nom d’une communauté internationale au véritable sens du terme. Le fait que les résultats des élections biélorusses aient été reconnus rapidement par plusieurs grandes puissances internationales et régionales (Chine, Russie, Iran, Syrie, Turquie), sans oublier les autres pays de l’espace eurasien, notamment membres de l’Union économique eurasiatique, ainsi que nombre de pays d’Amérique latine et d’Afrique, a clairement mis en exergue que la véritable notion de communauté internationale est tout sauf celle présentée par les Occidentaux.

Quatrièmement, la tentative des élites occidentales de faire de l’opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa une sorte de leader parallèle, un peu comme à l’image du Venezuela, à savoir présenter un candidat perdant de l’élection comme leader autoproclamé par un groupe limité de pays, le tout dans une totale incapacité d’influer sur les décisions prises au niveau étatique du pays concerné, ne fait confirmer un peu plus tout le ridicule d’une telle approche.

Dernièrement, et cela est peut-être même le plus important car cela concerne les citoyens biélorusses et leur pays. Le refus de soutenir les manifestations par une majorité de la population du pays et l’essoufflement progressif observé au niveau des partisans de l’opposition ont clairement démontré que les instigateurs de la tentative de déstabilisation en Biélorussie peuvent déjà commencer à faire une sorte de bilan de leur échec. Et pourquoi pas par la même occasion faire état des finances parties dans le vent à cet effet.

En effet et selon les sources se trouvant sur place, les manifestations ont non seulement diminué en intensité de par le nombre des participants, mais désormais c’est principalement en week-end qu’elles se déroulent. Les autres jours étant ouvrables – les opposants au président Loukachenko se sont donc rendus à l’évidence qu’il faut reprendre le cours normal des choses – à savoir travailler à l’instar des partisans du gouvernement. Après tout, ce n’est ni Washington, ni Bruxelles, ni toute autre capitale occidentale qui paieront les salaires à la fin du mois.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/433

L’Union économique eurasiatique est désormais un fait réel

L’Union économique eurasiatique est désormais un fait réel

C’est fait. C’est officiel. L’Union économique eurasiatique n’est désormais plus juste un projet ambitieux mais bien une réalité. Une réalité que personne ne pourra remettre en cause.

Les présidents de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan ont donc signé en ce jeudi 29 mai, à Astana, capitale du Kazakhstan, l’accord en question qui officialise d’un grand pas supplémentaire l’intégration eurasienne.

« Une nouvelle organisation économique a vu le jour sur la scène internationale », a déclaré le président russe Vladimir Poutine. Toujours selon lui, ledit accord « est d’une importance historique. En fait, nous formons désormais le plus important marché unique dans l’espace de la CEI avec un potentiel de production, technologique et scientifique énorme, ainsi qu’avec des ressources naturelles colossales ».

Vraisemblablement et après la nouvelle victoire géopolitique de la Russie d’il y a quelques jours, qui a suivi la signature d’un très grand nombre d’accords en Chine, confirmant ainsi l’alliance russo-chinoise, maintenant c’est au tour du projet eurasiatique de passer à l’étape supérieure dans le monde multipolaire, où nous vivons. Plusieurs pays ont déjà exprimé leur vif intérêt à former des liens privilégiés avec l’Union économique eurasiatique, y compris en formant des zones de libre-échange. Parmi ces pays, on peut citer la Chine, le Vietnam, l’Inde ou encore la Syrie.

A rappeler que l’Union économique eurasiatique de la Russie, de la Biélorussie et du Kazakhstan constituera une forme avancée d’intégration de ces trois pays, qui sont déjà membres de l’Union douanière. Il est également à noter que mis à part les trois pays ayant signé l’accord, de nouveaux membres rejoindront d’ici peu l’union. Tout d’abord l’Arménie. Puis le Kirghizistan. D’autres pays issus de l’ex-URSS expriment également leur désir d’intégration.

En parlant de l’aspect économique et comme l’a bien noté le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, le volume total des économies des trois pays représente à l’heure d’aujourd’hui 2,2 billions de dollars. Quant à la croissance du PIB global, elle pourrait atteindre 900 milliards de dollars d’ici 2030.

Mis à part l’aspect économique qui bien évidemment représente un rôle colossal, il faut tout de même aussi bien noter l’aspect géopolitique, que redoutent tellement les élites occidentales. En effet, on avance à grands pas vers l’Union eurasiatique, qui comprendra au moins six pays de l’ex-Union soviétique : la Russie, la Biélorussie, le Kazakhstan, l’Arménie, le Kirghizistan et le Tadjikistan. Un projet que les élites étasuniennes, dont Hillary Clinton, avait déjà promis de faire échouer…

Mais comme nous le montre l’actualité récente, les paroles sont une chose. Les actes en sont une autre. Le monde a énormément changé. L’Occident politique, financier et médiatique ne détient plus le monopole de la destinée du monde. Cette époque du diktat global est tout simplement révolue et hors-sujet. Les récentes et moins récentes déclarations et gestes de l’élite occidentale rappelle étrangement les actes de désespoir de gens en train de s’accrocher à tout ce qu’ils peuvent dans un bateau qui coule. On se souvient tous du tristement célèbre Titanic, que ses créateurs affirmaient insubmersible. On connait tous la fin tragique de son histoire.

Peut-être donc que les élites occidentales devraient sérieusement commencer à écouter la voix de leurs peuples et se concentrer sur la résolution de leurs problèmes internes plutôt que d’aller « prêcher » la mauvaise parole aux quatre coins du monde. Il est vrai qu’un certain nombre de pays du monde sont encore sous le joug et leurs peuples luttent activement pour arracher la liberté.

Mais au vu des événements des derniers mois, on vit non pas le début mais déjà la première phase active de la nouvelle réalité mondiale, celle du monde multipolaire, à laquelle tant de monde aspirait. Les projets de l’Union eurasiatique, de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), ainsi que bien évidemment des BRICS et de l’Organisation de coopération de Shanghai ne feront que renforcer et étendre cette nouvelle réalité. Le monde et l’humanité commencent enfin à respirer.

http://french.ruvr.ru/2014_05_30/L-Union-economique-eurasiatique-est-desormais-un-fait-reel-4881/

Mikhail Gamandiy-Egorov