Archives du mot-clé Moyen-Orient

Coalition US-Arabie saoudite & Co. : les masques tombent définitivement ?

L’Arabie saoudite, l’un des principaux alliés des USA au Moyen-Orient et au niveau global, s’est une fois de plus démarquée au moment où elle aurait mieux fait de se tenir à l’écart.

Le royaume wahhabite n’a vraisemblablement pas apprécié, en plus de ses revers évidents au Yémen, l’avancée offensive sur tous les axes du territoire national de l’armée gouvernementale syrienne. Sans oublier les récents succès au niveau diplomatique et économique de l’Iran, ennemi juré.

En effet, l’Armée arabe syrienne est à l’offensive aussi bien au nord du pays, dont l’objectif est de prendre le contrôle de la frontière turco-syrienne, qu’au sud dans la région de Deraa et la frontière syro-jordanienne, ainsi qu’à l’est du pays où se trouvent justement les principaux bastions des terroristes de Daech. Devant cette avancée victorieuse et la débâcle des groupes takfiristes, dont ceux soutenus ouvertement par l’Arabie saoudite et le Qatar, l’heure n’est pas à la joie côté occidental et golfiste. 

Riyad a donc annoncé l’éventualité d’envoyer des troupes terrestres en Syrie. Une annonce similaire s’en est ensuite suivie de la part des Emirats arabes unis (pays pour rappel ayant participé en 2011 aux côtés de l’OTAN aux bombardements contre la Jamahiriya libyenne). Censés donc par ces manœuvres d’avouer que ceux sur qui ils sont misés en Syrie (y compris les plus « modérés » mais désireux quand même d’établir la charia dans toute la Syrie), sont en train de perdre.

La réaction syrienne ne s’est pas fait attendre. Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a prévenu: « ceux qui rentreront en Syrie sans autorisation reviendront chez eux dans des cercueils », fin de la citation. Ceci étant parallèle au moment où l’état-major du ministère russe de la Défense a annoncé que la Turquie aussi mobilise ses troupes et matériel militaire à sa frontière avec la Syrie (Erdogan étant un autre mécontent des défaites subies par les groupes terroristes soutenus par Riyad, Doha et Ankara).

Riyad prêt à envoyer ses forces spéciales en Syrie
© REUTERS/ FAISAL AL NASSER/FILES

Reste bien sûr le rôle décisif de Washington, sans l’accord de qui il est peu probable que l’Arabie saoudite puisse se lancer dans une opération militaire terrestre en Syrie. D’ailleurs côté saoudien et émirati, les déclarations faisaient directement comprendre qu’ils attendent le feu vert étasunien. Maintenant pour parler des perspectives. Nous avons mentionné précédemment que l’Arabie saoudite aurait beaucoup plus à perdre qu’à gagner en cas d’un conflit sérieux avec l’Iran. Et si l’Arabie saoudite décidait d’envoyer des troupes en Syrie (bien que la déclaration officielle affirme que « c’est pour combattre Daech »), ce sera bien évidemment pour au contraire tenter de sauver ce qu’il reste de leurs substituts takfiristes face à l’armée syrienne. Et si elle le faisait, elle devrait vite faire face en plus des militaires syriens, aux combattants d’élite iraniens et du Hezbollah libanais (dont la présence avec les forces aérospatiales russes est légitime car validée par Damas). Les forces des Saoud n’y tiendront pas longtemps. 

Plus que cela, le moment serait extrêmement mal choisi pour la principale concernée: sa campagne contre les combattants houthis au Yémen est déjà au plus mal, ces derniers ne reculent pas et menacent constamment la partie sud du territoire saoudien ayant déjà subi des attaques armées directes. S’enliser donc dans un conflit encore plus radical et en face de forces en présence contre lesquelles elle n’aurait pas beaucoup de chances de tenir, ce serait catastrophique pour l’Etat wahhabite, devant en plus gérer les mécontentements internes, notamment de la minorité chiite.

Il est vrai qu’il sera bien difficile à Riyad et Doha de reconnaitre leur défaite en Syrie après avoir investi des sommes faramineuses dans différents groupes extrémistes. De même qu’il est fort difficile de faire de même aux élites occidentales. Mais reste à savoir s’ils préfèreront s’en limiter là, après avoir tout de même énormément martyrisé la nation syrienne, ou opteront-ils pour un prolongement du conflit en s’embourbant avec les conséquences qui iront avec. On suivra avec attention.

En tout cas et ce qui est certain, c’est qu’effectivement les masques tombent un à un au sein de cette fameuse coalition US et consorts. Leur objectif n’a jamais été de lutter contre le terrorisme, l’objectif était de détruire un pays arabe multiethnique et multiconfessionnel laïc, y compris en utilisant à ces fins les groupes terroristes coupeurs de têtes. Depuis que ces plans tombent progressivement à l’eau et surtout depuis l’intervention des forces aérospatiales russes, ils ne savent plus à quel diable se vouer (ou damner).

 

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20160209/1021601052/us-arabie-saoudite.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Le système de domination unipolaire touche-t-il à sa fin?

Légion

Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a été fort explicite en annonçant tout récemment que la domination politique et économique de l’Occident sur le monde touche à sa fin.

Cette annonce a été faite lors du forum international Terra Scientia, sur les rives de la rivière russe Kliazma, le tout devant un grand nombre de jeunes participants. « Aujourd’hui, le centre d’intérêts de la politique extérieure, comme le centre d’intérêts de chacun de vous, est directement lié à la lutte des idées. Cette lutte consiste notamment à choisir ou à imposer son choix sur les modèles de développement et des valeurs. Nous observons la fin d’une très longue époque, celle de la domination économique, financière et politique de l’Occident historique », a déclaré le ministre Lavrov.

Analysons ces dires. Globalement et c’est le principal à noter dans cette déclaration, c’est qu’elle confirme une fois de plus l’avènement de l’ère multipolaire, tant attendue. Après l’éclatement de l’URSS et la fin de la guerre froide, les élites occidentales, principalement étasuniennes, s’étaient autoproclamées gendarmes du monde. Cette domination, une bonne part de l’humanité l’a ressenti et ce à différents endroits de la terre: Balkans, Moyen-Orient, Afrique, Amérique latine. A un moment il fallait bien dire stop. Le chaos créé en Libye suite à l’intervention de l’OTAN en alliance avec les salafistes locaux, a été l’une des gouttes de trop et il a bien fallu que certains pays prennent leurs responsabilités.

Depuis, la Russie et la Chine, soutenues par leurs alliés, ont décidé de bloquer à tout prix les tentatives occidentales, ne serait-ce qu’au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU. Une partie de l’humanité a commencé alors à mieux respirer. D’autre part et il est également important de le noter dans la déclaration de Sergueï Lavrov, c’est lorsqu’il parle de « la fin d’une très longue époque ». Il fait évidemment ici référence non pas seulement à toute cette époque assez récente qui a suivi la fin de l’URSS, mais bien toute celle datant de plusieurs siècles.

Mais tout change et continuera à changer. D’autant plus, et il faut le rappeler aussi, nous ne sommes non seulement plus à une époque unipolaire, révolue et ayant montré toute sa dangerosité pour l’avenir de l’humanité, mais nous ne sommes pas non plus dans une optique bipolaire, comme durant la période ayant suivi la fin de la Seconde guerre mondiale, avec deux superpuissances. Aujourd’hui, la multipolarité confirme la présence de plusieurs blocs, des blocs représentants des pays concrets ou des groupes de pays. On retrouve bien évidemment la Russie et la Chine, deux grandes puissances mondiales et membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU opposés à la nostalgie unipolaire du bloc occidental. Mais aux côtés de l’ours russe et du dragon chinois, on retrouve aussi de grandes puissances régionales, telles que l’Inde, l’Iran, le Brésil et d’autres.

Ou encore le bloc uni et à part entière de la majorité des nations latino-américaines ayant réussi à former ensemble une alliance fermement opposée au néocolonialisme US. On ne peut se permettre de ne pas mentionner aussi d’autres grandes alliances multipolaires comme les BRICS, l’OCS ou encore l’Union eurasiatique, qui portent en eux un grand espoir pour une partie du monde. Ajoutés encore à cela plusieurs pays africains et asiatiques, et on arrive tout simplement à une forte majorité de l’humanité. Sans oublier de prendre en compte le fait que nombre de citoyens de pays occidentaux sont également des partisans assumés du monde multipolaire.

Mais il ne faut pas oublier pour autant que les partisans de l’unipolarité, bien qu’étant clairement minoritaires, feront en sorte de ne pas reconnaitre la nouvelle réalité à l’immédiat. Au contraire, il faudra encore du temps pour que les élites occidentales acceptent, d’une manière ou d’une autre, l’avènement du nouveau monde. Jusque-là, ils continueront à tenter de rassasier cet appétit hégémonique, et c’est ce qui a également été souligné par Sergueï Lavrov: « L’Occident tente de maintenir sa domination de manière artificielle en faisant pression sur les autres pays, au moyen de sanctions et de forces militaires, de violations du droit international et de la Charte des Nations unies, contribuant ainsi au chaos dans les relations internationales ».

Un chaos auquel on devra certainement faire face encore un certain temps et que l’on observe en ce moment même à différents endroits de notre planète. Mais du moment que la majorité de l’humanité soutiendra aussi activement que possible cette ère nouvelle, la multipolarité finira bien à anéantir une bonne fois pour toute l’unipolarité n’ayant plus aucune place dans nos vies à tous.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150826/1017793880.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

La Russie et l’Iran contreront ensemble les forces néfastes au Moyen-Orient

Ministre de la Défense de Russie Sergueï Choïgou en Iran

Au moment où les élites occidentales, USA en tête, poursuivent leur cirque, retranchées derrière leur  » exceptionnalisme « , le monde multipolaire poursuit son travail avec des résultats évidents.

Après la tournée du président vénézuélien, Nicolas Maduro, en Chine, en Iran et en Russie, qui a confirmé une fois de plus l’alliance entre ces pays tous partisans de la multipolarité, ce fut au tour du ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, de se rendre en visite officielle à Téhéran.

 

Un accord pratiquement historique a été à ce titre signé entre la Russie et l’Iran. L’accord intergouvernemental en question prévoit notamment l’élargissement des échanges de délégations, la coopération entre les états-majors des deux nations, la participation commune à des exercices militaires et à la formation du personnel, ainsi que l’échange d’expérience dans les activités visant l’instauration de la paix et la lutte contre le terrorisme.

Le principal étant, comme cela a été clairement dit, que la Russie et l’Iran vont lutter ensemble contre les interférences extérieures dans la région du Moyen-Orient. C’est ce qu’a indiqué Hossein Dehghan, le ministre iranien de la Défense. Avant d’ajouter:  » La situation actuelle dans le monde fait que les deux puissances que sont la Russie et l’Iran, devront agir ensemble et promouvoir le renforcement de la sécurité internationale, ainsi que la stabilité régionale « .

Les forces néfastes auxquelles s’opposeront désormais conjointement et officiellement la Russie et l’Iran, ont elles aussi été nommées. A savoir les USA avec leur politique chaotique et destructive pour toute la région moyen-orientale et les organisations terroristes, bras droit des premiers. Cet accord est aussi un  » clin d’œil  » à d’autres satellites étasuniens de cette région, en l’occurrence Israël et l’Arabie saoudite, dont les rôles néfastes ne serait-ce que dans le conflit syrien ont été maintes fois prouvés.

En effet, l’Iran partage avec la Russie et la Chine des positions communes sur le conflit syrien, en opposition totale avec les élites occidentales, qui ont parrainé et soutenu les barbares terroristes massacrant et martyrisant la population civile syrienne, et commis les pires crimes de guerre contre les représentants de l’Armée arabe syrienne. Le tout en pleurnichant sans cesse ces derniers jours sur le vulgaire Charlie Hebdo. Mais l’hypocrisie de l’élite occidentale est un thème que l’on a abordé tellement de fois qu’il n’est point nécessaire d’y revenir ici.

L’Iran a d’ailleurs exprimé il y a déjà un certain temps sa volonté de rejoindre les BRICS, ainsi que les mécanismes financiers de l’alliance. La nation perse est également observatrice auprès de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), dont la Russie et la Chine sont membres fondateurs avec des pays ex-membres de l’URSS d’Asie centrale (Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizistan, Tadjikistan).

Pour finir, il serait juste de rappeler une fois encore qu’à l’heure de la poursuite des inepties occidentales sur le soi-disant  isolement de la Russie et le  rôle exceptionnel des USA pour l’humanité, le monde multipolaire poursuit ardemment sa lutte. Et dans cette lutte, il ne peut que sortir vainqueur, n’ayant tout simplement pas d’autres options. L’unipolarité, retranchée autour des forces néocolonialistes, commence à sentir de plus en plus l’agonie dont elle est victime. Cette agonie la pousse à la folie totale, en refusant ardemment les nouvelles règles qui lui impose chaque jour qui passe notre nouvelle réalité mondiale.

Il y a quelques jours, le ministre canadien des Affaires étrangères a été accueilli par des jets d’œufs en Palestine. Un accueil à l’opposé total des visites de Vladimir Poutine ou de Sergueï Lavrov en terre palestinienne. A en croire qu’à ce rythme, les élites occidentales finiront bien vite par être complètement isolées au niveau de l’humanité, et même au sein de leurs propres peuples. Et comme l’a bien souligné le ministre russe des Affaires étrangères à l’issue de sa dernière conférence de presse à Moscou,  » les prétentions des USA au leadership mondial ne répondent pas aux réalités « .

Le comportement des élites occidentales rappelle celui des schizophrènes. La schizophrénie, elle, se soigne, bien que dans ce cas-ci nous ayons affaire à un cas aigu. Néanmoins, les grands moyens du monde multipolaire sauront certainement avec un peu de temps encore aider nos pauvres malades à se sentir mieux et les aider à retrouver contact avec la réalité.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150128/203506182.html

http://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/