Archives du mot-clé Nord Stream 2

Nord Stream 2: le bon sens l’emportera sur les pressions

Berlin s’est prononcé en faveur de la poursuite immédiate de la construction du gazoduc Nord Stream 2 sur un tronçon de deux kilomètres dans la zone économique exclusive allemande. Le pragmatisme économique l’emporterait-il sur les pressions géopolitiques d’outre-Atlantique?

L’annonce de l’autorisation quant à la poursuite des travaux a été rapportée dans le communiqué de l’Agence fédérale maritime et hydrographique de l’Allemagne (BSH). Pour rappel, la construction du gazoduc avait été auparavant suspendue jusqu’à la fin du mois de mai après l’appel des écologistes allemands.

Cette énième tentative de bloquer, ou du moins à retarder la finalisation du projet s’ajoutait alors aux innombrables pressions émanant de Washington sur ses partenaires européens en vue d’empêcher ladite finalisation.

Si jusqu’à maintenant l’establishment US continue d’insister que le gazoduc Nord Stream 2 représente un danger pour l’indépendance énergétique européenne, d’où sa vive opposition à ce projet, il a bien souvent omis de mentionner que le défi principal pour Washington dans ce dossier n’est autre que la promotion de ses intérêts géopolitiques et géoéconomiques.

Géoéconomiques – dans le sens de la vive inquiétude washingtonienne de pouvoir perdre des débouchés pour ses exportations de gaz de schiste. Surtout que le produit étasunien est déjà clairement en défaveur par rapport au concurrent russe, sur le plan du rapport prix / sécurité logistique. Géopolitiques – à savoir que l’establishment à Washington souhaite par tous les moyens à maintenir l’Europe bruxelloise sous son plein contrôle. En ce sens, toute marge de manœuvre, aussi réduite soit elle en termes de souveraineté – est automatiquement considérée comme une menace de premier plan pour les intérêts des USA.

En ce sens, Washington a toujours pu compter sur ses alliés les plus dociles dans l’espace européen: Pologne, pays baltes, Ukraine. Cette dernière, au-delà de participer à toutes les campagnes russophobes en concert avec les Etats-Unis, est également apeurée de voir perdre un revenu majeur en qualité du transit gazier russe via son territoire. Une logique d’ailleurs totalement paradoxale de la part de Kiev et de ses mentors occidentaux: la Russie est constamment traitée d’agresseur de l’Ukraine, mais lorsqu’il s’agit de maintenir à flot l’économie ukrainienne, cette même Russie doit en porter le poids financier.

Dans la vieille Europe, Paris représente également un pôle de lobbying contre Nord Stream 2. En ce sens, tous ces acteurs cités ne cessent, sous coordination US, à tenter de convaincre l’Allemagne – la première économie de l’UE – à abandonner le projet.

La position allemande est pour autant loin d’être d’une quelconque façon pro-russe. Connaissant d’ailleurs le positionnement clairement pro-atlantiste de Berlin, il serait beaucoup plus juste de dire le contraire. Les seules raisons qui poussent le pouvoir allemand à maintenir pour le moment une position allant dans le sens à soutenir la finalisation de la construction du gazoduc Nord Stream 2 – n’étant que purement les intérêts pragmatiques du pays. Sans oublier les intérêts des opérateurs économiques nationaux impliqués, pour qui la finalisation du projet doit absolument avoir lieu.

D’autant plus qu’en cas de non-réalisation d’un projet finalisé à plus de 95 %, l’Allemagne devra faire face à d’importantes compensations financières, cela sans même parler des pertes en matière de réputation en qualité de partenaire économique sur la scène internationale. Des pertes et des factures éventuelles que Washington ne réglera certainement pas à la place de Berlin.

Au final dans ce dossier, le pragmatisme économique allemand aura-i-il désormais le dessus sur le manque évident de souveraineté des pays européens vis-à-vis des Etats-Unis? Selon plusieurs sources allemandes, le projet sera finalisé. Les prochains mois seront déterminants.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2736

https://t.me/observateur_continental/1161

Nord Stream 2: la patience russe n’est pas éternelle

L’Allemagne encourt non seulement d’importantes pertes financières, mais également énergétiques et politiques, si le gazoduc Nord Stream 2 ne sera pas finalisé et mis en exploitation. C’est l’avis de nombre d’analystes, y compris européens.

Les pays de l’Union européenne, et surtout sa première économie en la qualité de l’Allemagne, se retrouvent de nouveau devant un choix stratégique: soit avoir accès à un approvisionnement énergétique fiable et à moindre coût, soit de nouveau céder aux pressions washingtoniennes qui cherchent à asseoir définitivement sur l’Europe bruxelloise leur mainmise non seulement géopolitique et militaire, mais également géoéconomique. La question actuelle à se poser est la suivante: est-ce que Washington prendra de nouveau le dessus sur la prétendue souveraineté européenne?

Pour le journaliste croate D. Marjanović, si Berlin allait à renoncer au gazoduc Nord Stream 2, la Russie le prendra comme un signal clair pour une réponse ferme. Toujours selon l’auteur, l’Allemagne est désormais confrontée à un choix difficile, et même impossible, à savoir comment faire en sorte de faire terminer les travaux et mettre en service Nord Stream 2 et parallèlement être en mesure de rétablir les relations avec les Etats-Unis, endommagées sous l’administration Trump.

Le journaliste croate dans son éditorial se pose également la question de savoir si l’Allemagne «n’essaie pas de s’asseoir sur deux chaises en même temps». En ajoutant que si Berlin pouvait choisir, il sera « le plus ardent des alliés des USA en public, tout en restant un partenaire loyal des Russes dans les coulisses ». Toujours selon lui, la Russie peut accepter une telle équation.

D. Marjanović ajoute également que sur l’exemple de la Turquie, l’Allemagne a compris que les Etats-Unis restaient implacables sur leurs positions, et que s’il fallait comparer le lien avec la Russie via le nouveau gazoduc dans le cas allemand avec l’acquisition de systèmes russes anti-missiles dans le cas turc, le premier étant un «péché» plus important.  

Evidemment et à ce sujet, il serait juste de rajouter ce que l’auteur croate n’a pas mentionné dans son article, à savoir que la politique de la Turquie reste incomparablement plus indépendante et souveraine, aussi bien dans ses relations avec la Russie que le reste du monde, que celle des élites européistes. Et cela se traduit aussi bien dans le dossier des S-400, que sur le plan énergétique également. Après tout, le gazoduc TurkStream, reliant la Russie à la Turquie par la mer Noire est lui bel et bien opérationnel, et ce depuis l’année dernière déjà.

D’autre part, et cela a été rappelé par le leadership russe, c’est que Washington et ses principaux alliés atlantistes veulent maintenir leur projet géopolitique réalisé en Ukraine grâce au budget russe. A savoir maintenir à tout prix le transit du gaz russe à destination de l’UE par le territoire ukrainien. En d’autres termes – maintenir la politique russophobe de Kiev depuis le coup d’Etat de 2014, en maintenant à flot l’économie ukrainienne non pas avec les fonds occidentaux, mais bel et bien avec les finances de Moscou.

Néanmoins, ce dont l’éditorialiste croate voit juste, c’est qu’en cas de non finalisation du gazoduc Nord Stream 2, la Russie ripostera, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Et si cette option devra être activée, cette riposte sera multiple. Sur le plan financier, l’Allemagne devra compenser les importants investissements du projet. Mais ce ne sera pas tout – Moscou pourra également revoir ses approvisionnements énergétiques à destination de l’Europe bruxelloise, tout en sachant que si l’UE pouvait effectivement se passer des livraisons gazières russes – elle l’aurait fait depuis un bon moment. Mais elle ne le peut pas. Ainsi est la puissance énergétique de l’Etat russe.

L’auteur D. Marjanović se pose à juste titre la question: «Et si les Russes se fâchent et ferment les vannes? Qui fournira de l’énergie à l’Allemagne? Les Etats-Unis? Oui, certainement les USA «s’occuperont» de l’Europe de la même manière qu’ils l’ont fait par la mise à disposition du vaccin contre le coronavirus (il y a des données qui indiquent que l’UE n’a pas reçu les doses commandées, car les Etats-Unis ont payé les groupes pharmaceutiques une somme plus importante, et ce malgré le fait que des accords avec l’Union européenne pour ces livraisons étaient déjà signés».

En résumé, si l’auteur croate mentionne plusieurs faits à très juste titre, il n’empêche que la décision que l’Allemagne devra prendre quant à l’avenir du gazoduc Nord Stream 2 – n’est pas si compliquée que cela. Reste à savoir si le pragmatisme économique traditionnel des Allemands aura une chance à s’en sortir face à l’absence d’une souveraineté digne de ce nom. Mais si à la différence de la Turquie, la première économie de l’UE optera pour le renoncement audit projet, elle devra effectivement faire face aux conséquences financières, énergétiques, voire même économico-commerciales, sachant que le business allemand et européiste de façon générale reste toujours fortement implanté sur le marché russe. Et rien n’empêchera Moscou en cas de nécessité d’élargir ses contre-sanctions visant les intérêts occidentaux.

Mais il y a un point tout aussi important. Si les Européens céderont de nouveaux aux prérogatives washingtoniennes, alors l’UE n’aura qu’un rôle d’extrême nain sur l’arène internationale, dans le cadre du monde multipolaire. Après tout, peut-être que les élites européistes ne soient pas opposées à un tel avenir. Quant aux peuples concernés, ils pourront alors en juger de l’efficacité de leurs prétendus représentants.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2512

https://t.me/observateur_continental/928