Archives du mot-clé Occident

Esclavage en Libye : que les vrais responsables assument leurs actes !

Des réfugiés, le port de Benghazi, Libye. Photo d'archive

L’Occident se rend à l’évidence: le chaos qu’il a créé en Libye par son intervention militaire de 2011 a les pires conséquences: trafic d’esclaves et développement de l’islamisme radical. Si l’on constate un début de prise de conscience, elle restera insuffisante tant que les vrais responsables de cette tragédie ne répondront pas de leurs actes.

Le cas de la Libye est désormais un cas d’école —d’école néocoloniale, faut-il le préciser?— . Il s’agit d’un échec occidental considérable.

En mars 2011, l’Otan lance une intervention militaire contre la Jamahiriya libyenne de Mouammar Kadhafi. Un viol de la souveraineté d’un pays, outrepassant le mandat onusien accordé sous prétexte «d’intervention humanitaire» qui aboutira à l’assassinat sauvage de Kadhafi, de milliers de Libyens et d’autres Africains. Ce pays était l’un des plus prospères sur le continent africain: il accueillait un grand nombre de migrants d’Afrique et même de l’UE et pratiquait une politique sociale assez unique.

Tout cela est du passé.

Il est maintenant détruit et connaît l’une des pires formes de «somalisation» qui puissent être. La Libye actuelle, si on peut encore parler de Libye, est devenue une plaque tournante de trafics en tout genre, notamment d’êtres humains. Et l’un des hauts lieux du terrorisme salafiste international. Un pays que chaos, racisme et extrémisme caractérisent, comme le démontrent les dernières révélations des médias mainstream.

Tout récemment, ce qui se disait déjà depuis longtemps dans les médias alternatifs a été confirmé par la chaîne étasunienne CNN, probablement car l’évidence était devenue impossible à cacher: l’existence d’un sinistre système de marchés d’esclaves sur le territoire libyen. En effet, des ressortissants d’Afrique subsaharienne transitant par la Libye pour tenter d’arriver en Europe et y trouver une vie meilleure, venant le plus souvent de pays se trouvant toujours sous mandat occidental, car vous n’y trouverez pas de Sud-Africains, d’Angolais ou de Namibiens (ceux que l’URSS avait soutenus en son temps), sont vendus quelques centaines de dollars par des extrémistes salafistes —les mêmes sur lesquels l’Otan s’est appuyés pour éliminer Kadhafi.

C’est une honte. Pour ne pas revenir sur des sujets précédemment traités, à savoir que la Russie et certains autres pays responsables ne permettront certainement plus au Far-West d’agir impunément, parlons justement de responsabilité.

Un millier de personnes est descendu dans les rues de Paris pour manifester; notamment devant l’ambassade de Libye. C’est bien, mais est-ce suffisant? Probablement pas. Car tous les responsables de la tragédie libyenne doivent rendre des comptes et notamment l’ex-président Nicolas Sarkozy ou encore le «philosophe» de guerre Henri-Levy, alias BHL (persona non grata en Russie), tous deux de grands «artisans» de la guerre contre la Libye.

Car même si ces fameux représentants de l’establishment occidental pensent encore être intouchables, ils doivent bien garder une chose en tête: dans ce Nouveau Monde et le système qui l’accompagne, il n’y a plus «d’élus». Ce qui signifie que d’une façon ou d’une autre, il va falloir rendre des comptes. D’autant plus que ces élites occidentales refusent de faire leur mea culpa. Et lorsqu’ils le feront, il sera déjà trop tard, sans aucune possibilité de pardon.

Et ce n’est pas à La Haye qu’ils seront jugés, mais bien dans l’un de ces pays ayant souffert de cette arrogance occidentale. Ils ne manquent pas, tant il est vrai que l’histoire de l’Occident se répète ad nauseam: possédant peu de ressources naturelles, l’objectif a toujours été de les chercher et de les trouver ailleurs, même si pour cela il fallait massacrer les populations locales.

Et même aujourd’hui, en ce XXIe siècle, l’Occident arrogant ne souhaite toujours pas accepter une autre réalité: celle d’une concurrence loyale où chacun pourrait présenter au mieux ses atouts, dans une optique gagnant-gagnant. Cette logique ne rentre évidemment aucunement dans la mentalité des élites occidentales, pour qui seule la force paie.

Quant à la Libye, personne ne peut aujourd’hui dire quand est-ce qu’elle pourra retrouver ne serait-ce qu’une partie de sa stabilité d’antan. Personne. De plus en plus de Libyens regardent de nouveau en direction de Moscou, mais aussi de Pékin pour tenter de sauver la situation de leur pays. Rien n’est à exclure.

Mais pour commencer, il faudra déjà éliminer les intérêts occidentaux responsables de ce chaos et les extrémistes salafistes, alliés par excellence de cet Occident politico-médiatique irresponsable.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201711201033961981-libye-esclavage/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Quand la Russie dame le pion à l’Occident dans le Maghreb

Quand la Russie dame le pion à l’Occident dans le Maghreb

Personne n’est irremplaçable. Y compris ceux qui pensaient l’être des décennies et même des siècles durant. Le train avance, et beaucoup le voient filer.

Coopération renforcée avec Alger, multiplication des conventions avec Rabat, dont un spectaculaire accord de libre-échange entre la Russie et le Maroc, la tournée de Medvedev en Afrique du Nord se solde par un succès. Une fois encore, Moscou et les tenants de la multipolarité bousculent les positions de l’Occident.

Dmitri Medvedev revient di Maghreb les mains pleines. Le Premier ministre russe a en effet marqué des points importants au Maroc, qui était vu jusqu’à présent comme un allié occidental solide. En Algérie, moins de surprises, puisque l’alliance stratégique entre Moscou et Alger date de plusieurs dizaines d’années. Elle sort néanmoins renforcée de la visite de Medvedev, avec des promesses de diversification des secteurs d’interaction.

Le monde change, la réalité géoéconomique et géopolitique aussi. Alger comme Rabat font partie des principaux partenaires de la Russie en Afrique et dans le monde arabe. Si avec la première, cette relation s’est forgée durant la lutte d’indépendance et dans les premières années de son obtention, dans le cas du Maroc le partenariat stratégique a commencé son chemin à partir du début des années 2000.

L’Algérie fait partie du Top 3 des principaux partenaires de la Russie dans le secteur de la Défense, derrière l’Inde et la Chine. Pour la seule année 2016, Alger a commandé à Moscou pour 924 millions de dollars d’armements contre 1,2 milliard pour New Delhi et 959 millions de la part de Pékin. Mais l’interaction ne s’arrête pas là. Les deux pays partagent grand nombre de visions communes ou similaires au niveau politique et de l’actualité internationale.

Leurs intérêts communs concernent également le secteur énergétique, les deux pays étant de grands producteurs de pétrole et de gaz. Plusieurs projets dans l’industrie agroalimentaire sont en cours de négociation, l’Algérie s’ouvrant potentiellement le marché russe. Une chose est certaine: l’Algérie était, reste et restera un partenaire privilégié de la Russie, et ce à plusieurs niveaux.

Dans le cas du Maroc, les échanges avec la Russie sont également à un niveau stratégique. Rabat est un important fournisseur de produits agroalimentaires sur le marché russe. Ainsi, la Russie est-elle le principal débouché des agrumes marocains avec 45% de la production destinée à l’export, contre 30% pour l’UE et 20% pour l’Amérique du Nord. Une part de marché qui pourrait encore croître, la Russie s’étant dernièrement déclarée prête à augmenter ses achats d’agrumes en provenance du Maroc. «La part actuelle du Maroc sur le marché russe au niveau des agrumes est de 26%, nous sommes prêts à ce qu’elle atteigne 50%», a fait savoir le ministre russe de l’Agriculture Alexandre Tkatchev.

Dans le domaine de l’énergie, la Russie est prête à participer à la construction au Maroc de centrales électriques à gaz. En outre, la pêche, l’industrie et le tourisme représentent quant à eux des secteurs appelés à connaître également une hausse conséquente.

Toutes ces annonces sont toutefois éclipsées par celle de la création d’une zone de libre-échange entre la Russie et le Maroc d’ici un an au maximum.

En passant, les producteurs européens peuvent «remercier» une fois de plus leurs dirigeants: au moment où la Russie est arrivée à une autosuffisance complète sur plusieurs secteurs de l’industrie agroalimentaire, en augmentant au passage ses exportations, ne serait-ce qu’au niveau du blé, des pays non occidentaux renforcent sans complexe leurs positions sur ce grand marché qu’est la Russie.

Cela confirme une fois de plus ce que nous avons déjà annoncé à plusieurs reprises: les produits agroalimentaires de l’UE, actuellement bannis de Russie en raison des contre-sanctions, auront les plus grandes difficultés à revenir sur ce marché, si jamais ils y parviennent un jour.

N’est-ce pas l’Occident politique et médiatique qui annonçait en grande pompe de grands problèmes à venir pour l’économie russe après l’adoption de sanctions occidentales? Et qui est perdant au final? Les producteurs de l’UE n’ont jamais réussi à compenser leurs pertes se chiffrant en dizaines de milliards d’euros et en dizaines de milliers d’emplois perdus, ni même à trouver des marchés de remplacement.

La Russie, de son côté, a réussi non seulement à donner une chance unique à ses producteurs, mais aussi à diversifier très largement ses relations extérieures. Moscou aurait certainement dû lancer ce processus bien avant, comme l’a fait la Chine, et ne pas attendre les tensions avec l’Occident, mais mieux vaut tard que jamais.

Le processus suit son cours et il n’y aura certainement pas de retour en arrière. Aux élites européennes de réfléchir un minimum pour ne pas perdre leurs positions économiques encore existantes en Russie, leur rapportant des sommes plus que considérables, au risque de voir les pertes se multiplier de plusieurs fois. En ce qui concerne les pays africains, les exemples de pays comme l’Algérie, le Maroc, l’Afrique du Sud, l’Angola et certains autres encore démontrent qu’assumer sa souveraineté est tout à fait possible: non, il n’y a pas de peuples «élus» et «moins élus». Tous égaux. C’est cela la multipolarité.

Aux pays sous emprise encore des partisans de l’unipolarité d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201710131033444094-russie-occident-maghreb/

Mikhail Gamandiy-Egorov

La multipolarité, c’est aussi en économie!

La multipolarité, c’est aussi en économie!

L’Occident, par ses sanctions, a finalement accéléré un processus qui a bénéficié à Moscou: l’économie russe a gagné en attractivité, en diversité et en dynamisme. Raison pour laquelle de nombreux pays se tournent désormais vers la Russie, sonnant le glas de certaines positions hégémoniques des USA.

Nous vivons dans un monde de concurrence. Et plus la multipolarité du système régissant les relations internationales continuera de se renforcer, plus la concurrence augmentera entre les différents acteurs du monde. Dans ce contexte, ceux qui s’étaient habitués à avoir des positions quasi-hégémoniques dans certains secteurs et certaines zones géographiques vont devoir assez rapidement revoir leur enthousiasme à la baisse.

Une chose est néanmoins assez sûre: les relations entre la Russie et l’Occident ne seront probablement plus jamais les mêmes. Cela est d’ailleurs de plus en plus admis par le gouvernement russe, même de la part de ceux qui ont toujours cherché à développer ces relations. Au-delà d’avoir boosté (malgré eux) l’économie russe dans plusieurs secteurs d’activités, il y a d’autres points importants qu’il faut noter en ce qui concerne l’avenir des relations avec nos «partenaires» de l’Occident.

Tout d’abord, même ceux qui aujourd’hui en Russie ont longtemps regardé en direction de l’Ouest, regardent désormais, ne serait-ce que par pragmatisme, vers l’Est et vers le Sud. Quant aux parts de marché perdues par un certain nombre de sociétés occidentales en Russie du fait des contre-sanctions russes, elles ne seront probablement jamais retrouvées.

Mais c’est loin d’être tout. Les pays occidentaux ont poussé la Russie à l’autosuffisance dans plusieurs domaines avec le régime de sanctions adoptées à son encontre. C’est, notamment le cas dans le secteur agricole, qui a connu un développement sans précédent, de l’aveu même des médias mainstream. Ensuite, l’Occident a aussi permis, à son corps défendant, à des pays non-occidentaux d’occuper rapidement la niche fermée aux produits en provenance des pays ayant lancé les sanctions antirusses et d’élargir en conséquence leur présence sur ce grand marché.

Enfin, ces pays vont avoir la Russie comme sérieux concurrent dans des domaines et des zones géographiques où les élites occidentales pensaient s’être imposées à jamais, surtout depuis l’éclatement de l’URSS.

À tort, car le plus intéressant ne fait que commencer.

En effet, la Russie ne se limitera pas à continuer sur la voie de l’autosuffisance et de la diminution de sa dépendance aux technologies occidentales pour sa production intérieure. Elle compte bien devenir un concurrent de premier plan pour les intérêts occidentaux dans des domaines où l’Occident avait l’habitude de dominer. Une démarche qui ne concerne pas que l’industrie de l’armement, qui depuis sa modernisation sous l’ère Poutine et la démonstration de ses capacités en Syrie a le vent en poupe aux quatre coins du monde.

Le président russe a récemment déclaré deux choses importantes. La première est qu’il faut mettre l’accent sur le développement des nouvelles technologies en utilisant au maximum le potentiel des cerveaux russes, qui ne manquent heureusement pas. Et que d’autre part, le temps était venu de diminuer largement la part des technologies produites à l’étranger pour les remplacer par celles créées justement par ces cerveaux, de plus en plus jeunes d’ailleurs.

Cela signifie qu’il ne faudrait pas s’étonner de voir, dans un avenir proche, la Russie exceller non seulement dans les exportations d’armements sophistiqués, mais aussi par exemple de produits IT, comme d’ailleurs le fait déjà avec grand succès une entreprise de portée mondiale comme Kaspersky Lab.

La Russie s’éloigne donc résolument de son précédent modèle économique, basé sur l’exportation de pétrole et de gaz et l’importation de pratiquement tout le reste, pour adopter une diversification de sa production et de ses exportations. Une diversification qui est aussi géographique. Si dans les premières années de la Russie post-soviétique et jusqu’au début des années 2000, les relations extérieures «prioritaires» étaient très principalement axées sur l’étranger dit «proche», à savoir les voisins de l’ex-URSS et le développement des relations avec l’Occident, on assiste depuis à une véritable révolution en ce sens.

Certains d’ailleurs y voient le retour aux meilleures années de la Guerre froide. Mais la question n’est même pas là. La réalité est simplement qu’un grand nombre de pays asiatiques, latino-américains ou africains souhaitent renforcer largement leurs relations avec Moscou. C’est un fait aujourd’hui qu’il serait absurde de nier. Un souhait partagé par Moscou et qui ne se limite plus à une zone particulière, bien que l’espace eurasiatique représente évidemment un axe prioritaire.

La Russie adopte une approche véritablement globale sur les affaires du monde, qu’ils soient d’ordre politique ou économique.

En ce sens, certains pays vont devoir rapidement oublier qu’il existe des «pré-carrés». Car les nations du monde, surtout celles longtemps exploitées et non-respectées par les Occidentaux, iront indéniablement dans le sens de la prise en main de leur destin, vers le renforcement de leur souveraineté et le soutien au monde multipolaire. Et pour cela, ils sauront choisir les partenaires qu’ils leur conviendront le mieux. Nous avons déjà notre petite idée.

Après tout, cela est d’ailleurs logique et juste: un espace représentant moins de 10% de la population mondiale ne pourra tout simplement plus dicter au reste de l’humanité la façon dont celui-ci doit vivre et penser, surtout compte tenu des nouvelles réalités. Une page de plusieurs siècles sera alors définitivement tournée. Le processus, lui, a déjà été lancé et suit son cours naturel.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201709211033151621-economie-multipolarite/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Syrie : le grand tournant de la guerre a bien eu lieu

Syrie : le grand tournant de la guerre a bien eu lieu

Alep, Alep. Cette ville était à la une de l’actualité depuis plusieurs semaines. L’élite politico-médiatique occidentale faisait tout pour faire retarder la victoire. Mais rien n’y fait, la victoire a bien eu lieu. Alep est libre.

Avant-hier dans la soirée plusieurs sources indiquaient que l’armée arabe syrienne mène l’opération de libération des tout derniers quartiers sous contrôle terroriste. Des terroristes que les médias du mainstream continuent incessamment d’appeler « rebelles » ou « insurgés », désireux simplement avec l’appui occidental et des régimes du Golfe, d’installer la charia dans un pays multiethnique et multiconfessionnel. Puis cette confirmation tant attendue est arrivée: les dernières résistances terroristes ont été anéanties.

La joie est palpable à Alep en premier lieu. Malgré toutes les souffrances que les habitants de cette deuxième ville de Syrie ont dû endurer: exécutions, utilisation en tant que boucliers humains par les groupes terroristes, extorsions, aujourd’hui cette page est tournée. Les habitants d’Alep en liesse célébraient la reprise totale de la ville par l’armée gouvernementale.

En passant et avec la reprise d’Alep-Est, le gouvernement syrien contrôle désormais les cinq plus grandes villes du pays: la capitale Damas, Alep, Homs, Lattaquié, Hama. D’ailleurs, c’est ce que le journal Le Monde a été forcé lui aussi d’avouer (évidemment sans plaisir).

Mais le travail n’est pas terminé. Beaucoup d’entre nous ont bien sûr les yeux rivés sur Palmyre, la cité antique et martyre, qui a été réoccupée tout récemment par la secte takfiriste de Daech, profitant de l’attention autour d’Alep et de l’arrêt des bombardements de la « coalition » US sur leurs positions à Raqqa, la capitale autoproclamée de la secte. Des experts syriens et russes y ont vu une complicité presque non voilée: voyant la chute imminente de leurs protégés terroristes à Alep et comprenant que les ruses diplomatiques ne marcheront plus, l’élite occidentale a contribué à ce que le joyau de la culture syrienne et mondiale, Palmyre, retombe aux mains des barbares de Daech, que beaucoup voient comme un allié non-reconnu de l’élite occidentale et de certains acteurs régionaux.

Mais pas pour longtemps. D’intenses combats sont menés en ce moment même aux abords de la ville, d’autant plus que l’armée gouvernementale syrienne se retrouvant face à un déluge de terroristes de plusieurs fois supérieurs en nombre (un millier d’hommes contre plus de 5000 extrémistes), a néanmoins réussi à évacuer la très grande majorité des civils de cette petite ville. Ce qui facilite largement la tâche, les terroristes n’auront pas la possibilité d’utiliser les civils en tant que boucliers humains comme l’avaient fait leurs homologues à Alep. Et au vu des déclarations toutes récentes aussi bien des leaderships syrien que russe, les terroristes de Daech vont vivre des moments d’extrême difficulté. Car l’objectif est clairement annoncé: libérer Palmyre dans les plus brefs délais. On peut donc imaginer le calvaire que vont vivre les extrémistes sous peu. D’autant plus que c’est désormais aussi l’occasion d’en éliminer un très grand nombre d’entre eux lorsqu’ils seront forcés de reculer, le tout dans un milieu désertique où ils n’auront pas l’occasion de se cacher entre multiples bâtiments, comme ce fut également le cas à Alep. Palmyre sera certainement donc l’une des grandes priorités du moment.

Mais le travail ne compte nullement s’arrêter là. Il reste évidemment Idlib, « capitale » autoproclamée de l’ex-Front al-Nosra (désormais Front Fatah al-Cham, la filiale d’Al-Qaïda en Syrie), tout comme Raqqa, « capitale » de l’autre secte takfiriste Daech. Sans oublier évidemment la province de Deraa, au sud-ouest du pays, qu’il faudra également nettoyer de la présence terroriste.

Une chose est sûre. Le tournant tant espéré dans cette guerre imposée à la Syrie par le néocolonialisme en alliance avec les groupes extrémistes, a bien eu lieu. Et à l’instar de Stalingrad qui avait sonné la défaite future de la peste brune nazie, Alep sonne pour beaucoup, et je suis d’accord avec eux, la fin définitive de l’ancien monde. Un monde qui fut bâti sur des principes d’injustice, et dans lequel il y aurait soi-disant des « élus », des « exceptionnels », et les autres en la qualité de l’écrasante majorité de l’humanité, censée obéir aux gendarmes autoproclamés du monde. C’est fini. Avec Alep commence une nouvelle partie de l’histoire contemporaine. Et c’est l’une des plus grandes victoires du monde multipolaire sur les vestiges de l’unipolarité.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201612141029165277-syrie-alep-guerre-tournant/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

De quel droit les élites occidentales s’autoproclament «communauté internationale»?

De quel droit les élites occidentales s’autoproclament «communauté internationale»?

Fait assez incroyable et pourtant si l’on suit les nombreuses sorties en rapport avec l’actualité internationale, y compris syrienne, aussi bien des élites politiques comme médiatiques de l’Occident, on les entend constamment parler d’eux-mêmes à titre de « communauté internationale »… On se demande sur quelle base ?

En effet à chaque fois qu’il est question de tenter de réaffirmer le diktat occidental s’approchant de sa fin irrémédiable, les dirigeants à Washington, Londres ou Paris ressortent la, ou plutôt leur, notion de communauté dite internationale. Vraisemblablement les habitudes coloniales ont vraiment du mal à disparaitre.

On se pose donc à juste titre la question afin de savoir et de comprendre sur quelle base les élites politiques et médiatiques de l’Occident parlent d’eux-mêmes à ce titre ? Qui les a autoproclamé (si ce n’est eux-mêmes) à se prendre pour la communauté internationale ? Le fait qu’ils représentent d’une certaine manière la communauté occidentale, certes. Tout en sachant quand même que de plus en plus de citoyens des pays occidentaux sont loin d’approuver la politique de leurs « représentants ». La France en est d’ailleurs un cas très représentatif. Mais même à titre de communauté occidental et dans le cadre de l’humanité toute entière, cela ne représente qu’une infime partie de la véritable communauté internationale, de la véritable communauté mondiale.

De quel droit une assemblée très réduite de personnes se prend pour l’unique pouvoir décisionnel au niveau planétaire ? Comme si la Russie, la Chine, l’Inde, l’Iran, les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine n’existaient pas. Il serait bon de rappeler que le monde occidental dans sa définition la plus juste (Europe de l’Ouest, Amérique du Nord, Australie et Nouvelle-Zélande) représente environ 950 millions d’habitants, donc moins d’un milliard. Au moment où la population mondiale tourne aujourd’hui à 7,43 milliards d’habitants (chiffres au premier juillet 2016, selon l’ONU). Donc un peu plus de 10 % de la population terrestre, tout en sachant encore une fois que les populations occidentales sont aujourd’hui bien loin de suivre les actions de leurs gouvernements respectifs, serait la « communauté internationale » ? Incroyable…

Il faudrait quand même aussi rappeler que c’est justement la communauté non-occidentale qui représente aujourd’hui plus des ¾ de l’humanité et qui pèse de plus en plus sur le plan économique, politique, diplomatique, militaire et même culturel. Au moment où au contraire l’influence unipolaire occidentale diminue à grands pas. Il suffit d’ailleurs de prendre l’exemple d’organisations telles que l’OCS ou les BRICS pour comprendre une évidence simple : l’Occident politique ne peut plus dominer. Plus que cela, les actions du bloc non-occidental sont aujourd’hui de plus en plus soudées. Il suffit pour cela d’observer la coordination de la Russie et de la Chine sur plusieurs niveaux, allant des manœuvres militaires conjointes jusqu’à la coordination diplomatique sur nombreuses questions de l’actualité, de la Syrie jusqu’au Burundi. Tout en rappelant aussi qu’ils sont deux des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU.

En parlant d’ailleurs de ce Conseil de sécurité onusien, la Russie et la Chine sont justement ouverts à l’élargissement pour d’autres pays de ce conseil jusqu’ici très fermé. Pourquoi ? Car ni la Russie, ni la Chine, n’ont peur de voir leur influence se réduire dans le cadre du monde multipolaire, tout au contraire des dirigeants occidentaux.

Les élites occidentales sont-elles donc si aveugles ? Aucunement. Mais l’héritage colonial de ces élites est tellement ancrée, qu’il leur est jusqu’à maintenant toujours impossible de se débarrasser une bonne pour toute de cette maladie. Car il s’agit bien de maladie. Et comme toute maladie, elle se soigne. Donc de la même manière que l’on soigne les personnes souffrantes, nous (la vraie communauté internationale), soignerons ensemble les prétendues élites de l’Occident. Le monde multipolaire, dans lequel d’ailleurs l’Occident aura toujours sa place, gagne du terrain chaque jour qui passe. L’unipolarité s’éloigne comme un mauvais rêve ayant duré un peu longtemps. Près de vingt ans pour être exact. Et l’hystérie collective des élites de l’Occident n’y changera rien.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201610141028197609-elites-occidentales-communaute-internationale-droit/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

Incapable d’écarter la Russie des JO, l’Occident se venge sur les paralympiens

Jeux paralympiques

Le feuilleton géopolitique & sport continue. L’Occident, et en particulier sa partie anglo-saxonne, a montré une fois de plus son vrai visage honteux et hypocrite.

Alors que la Russie célèbre le retour de ses sportifs des JO de Rio où ils ont très globalement brillé, les élites occidentales se vengent désormais sur les sportifs handicapés russes qui devaient prendre part aux Jeux paralympiques à partir du 7 septembre prochain, également à Rio.

Pourquoi anglo-saxonne? Car comme par hasard ce sont les structures dirigées par des Britanniques qui adoptent les mesures les plus russophobes. Après l’IAAF dirigé par un russophobe engagé, un certain Sebastian Coe, c’est désormais le Comité international paralympique qui s’engage dans la folie anti-russe, avec à sa tête « sir » Philip Craven, un autre représentant britannique.

Le plus terrible dans cette mascarade est qu’à aucun moment les sportifs paralympiens russes n’ont été mêlés à un quelconque scandale de dopage. Plus que cela, le Comité paralympique russe a déclaré maintes fois que tous les sportifs russes sont prêts à passer autant de contrôles anti-dopage qu’il le faudra, du moment que cela est nécessaire pour prouver leur propreté. La Russie a même proposé un contrôle individuel pour chaque sportif devant prendre part aux Jeux paralympiques. Rien n’y fait connaissant les intérêts largement extra-sportifs et l’hystérie collective occidentale anti-russe que l’on observe depuis une longue période, il fallait donc s’y attendre d’en arriver là. Si le CIO a refusé de se joindre en intégralité aux pressions exercées par des forces non-sportives afin de faire disqualifier la Russie, sir Craven a évidemment choisi la ligne anglo-saxonne profondément russophobe à l’instar de son compatriote Coe.

En parlant d’ailleurs de dopage, il serait fortement intéressant de contrôler massivement les sportifs US & britanniques, ayant participé aux derniers Jeux olympiques à Rio. Mais problème. Peut-on faire confiance à cet effet à l’Agence mondiale antidopage après les nombreuses contradictions dans ses déclarations? Il est à croire que non. Et même à la demande du Comité international olympique, ladite organisation n’a toujours pas été capable de présenter la moindre preuve de ses accusations visant la Russie. Et dans des accusations aussi sérieuses si cela ne restent que des paroles en l’air, alors autant se taire. Mais l’Occident ne peut plus se taire. Comme il ne peut plus reculer. En fait cette hystérie antirusse ressemble véritablement à l’agonie de tout un monde. Et puisque géopolitiquement les élites occidentales n’ont toujours pas été en mesure de stopper l’avancée du monde multipolaire, dans lequel la Russie joue un rôle de premier plan, alors ces mêmes élites se rabaissent au niveau de frapper des personnes handicapées, ayant fait face à d’énormes défis dans leur vie mais qui malgré tout n’ont pas baissé les bras et sont allés de l’avant. En passant les sportifs paralympiques russes se sont classés deuxièmes au tableau des médailles lors des Jeux paralympiques d’été 2012 à Londres et premiers lors de Jeux d’hiver 2014 de Sotchi.

Donc n’ayant pas été capables de punir intégralement les sportifs olympiens russes (se limitant à réduire considérablement la délégation de Russie), les criminels se vengent sur les paralympiens. La Russie doit en prendre note et agir en conséquence. De la même manière que la Russie ne pardonnera pas la disqualification ouvertement injuste et politisée de grands nombres de sportifs russes lors des JO, elle ne pardonnera pas non plus cette tentative ouvertement honteuse de frapper des sportifs handicapés, jamais liés au dopage.

Soyons francs jusqu’au bout. Qu’est ce qui pose problème aujourd’hui à ces dites élites de l’Occident? Ce qui véritablement pose problème c’est une Russie forte, déterminée à défendre la justice dans ce monde où il n’y a plus de place pour l’approche « les élus et les autres »… Une Russie qui défend l’approche de l’égalité (la vraie) pour tous. Une approche de plus en plus suivie et soutenue à divers endroits du monde.

Côté sport, ce qui pose problème ce sont ces sportifs russes victorieux et portant fièrement les couleurs de leur drapeau. Quant aux Coe, Craven et autres personnalités sans foi ni loi, ils finiront par répondre de leurs actions, soyez-en sûrs. Tout comme leurs commanditaires. D’ailleurs cela commence déjà. Car cette interférence géopolitique dans le sport agace déjà plus d’un membre au niveau ne serait-ce que du CIO. Ce qui pourrait déjà faire rejeter la candidature de la ville étasunienne de Los Angeles pour l’organisation des JO 2024, selon plusieurs membres du Comité international olympique. Eh oui, ceux qui se croyaient trop longtemps intouchables devront désormais apprendre à l’être, d’autant plus qu’ils ne souhaitent toujours pas reculer de leurs rêves de retour au diktat unipolaire. Un retour que l’on ne permettra pas. D’ici là qu’ils gardent en mémoire ces visages de paralympiens dont ils ont brisé le rêve, pour le simple fait qu’ils soient Russes…

Rien ne sera oublié, tout devra être payé. Nous ne sommes pas particulièrement rancuniers mais dans votre cas concret, élites de l’Occident, le pardon n’a pas de place.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201608231027412082-paralympiens-politique-russie/

Mikhail Gamandiy-Egorov

L’Organisation de coopération de Shanghai : élargissement à l’horizon

Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Tachkent

Tachkent, la capitale de l’Ouzbékistan vient d’accueillir le Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Plusieurs questions étaient à l’ordre du jour : le développement de l’organisation, lutte contre le terrorisme et les défis liés à la sécurité régionale, élargissement de l’OCS.

En parlant de développement, le président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev a parlé de la possibilité de créer une zone de libre-échange dans le cadre de l’OCS. Une proposition qui a trouvé beaucoup d’échos positifs. En parlant d’élargissement et c’est en effet un sujet de grande importance, l’Inde et le Pakistan deviendront vraisemblablement membres à part entière lors du prochain sommet de 2017 qui aura lieu à Astana, la capitale kazakh.

L’Iran qui est observateur au sein de l’organisation a lui aussi de sérieuses chances de devenir membre de plein droit au sein de l’OCS. La candidature de l’Iran est d’ailleurs soutenue aussi bien par la Russie que par la plupart des autres membres, notamment les autres pays d’ex URSS. A ce titre le président kazakh, qui est en outre l’un des principaux initiateurs de l’intégration eurasiatique, a parlé des perspectives dans le cadre d’un tel élargissement: « L’entrée possible à l’avenir de l’Iran au sein de l’OCS élargira les possibilités de notre interaction commune. En tenant compte de l’entrée des nouveaux membres, l’OCS représentera plus de 60% du territoire de l’Eurasie, 45% de la population mondiale, plus de 19% du PIB mondial ».

 

Pour rappel, l’Organisation de coopération de Shanghai réunit en son sein six membres fondateurs: 5 issus de l’ex-URSS, à savoir la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan, ainsi que la Chine. L’Empire du Milieu place d’ailleurs un très grand espoir en l’OCS et n’a pas manqué d’afficher plusieurs fois son attachement à cette organisation qui représente l’une des priorités de la politique extérieure chinoise. Cela a été d’ailleurs été confirmé à maintes reprises dans les principaux médias chinois. L’Inde et le Pakistan deviendront donc eux membres à part entière sous peu. L’Iran a de grandes chances de les suivre. La Biélorussie, la Mongolie et l’Afghanistan sont pour le moment observateurs. Des pays comme la Syrie, l’Egypte ou encore le Bangladesh ont quant à eux exprimé leur volonté de devenir membres-observateurs.

Bref, le monde poursuit son avancée. Et cette avancée n’est plus dictée par l’Occident. En tout cas de moins en moins. Ce qui prouve une fois encore que la multipolarité se renforce de jour en jour. Il était assez drôle d’observer les réactions hystériques de certains politiciens et diplomates occidentaux par rapport au fameux Brexit, en allant même d’accuser ouvertement la Russie et Poutine d’être les « grands gagnants » de cette histoire. Pour répondre à cela, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait parlé de « cas cliniques » et qu’il n’était pas habilité à faire d’autres commentaires car n’ayant pas reçu de formation médicale… Difficile de dire mieux. 

En effet, l’Occident politique s’est tellement obsédé à l’idée de son « exceptionnalisme » et de son « rôle spécial » pour l’humanité, qu’il en devient hystérique à voir qu’à d’autres endroits du monde il ne représente plus un intérêt si important. Le Brexit, le Frexit, ou quoi d’autres encore: tout cela est le choix souverain des Européens. Que nous respectons.

Mais pour autant il serait surtout bon que les Occidentaux comprennent, en premier lieu les élites occidentales, qu’un autre monde a déjà vu le jour. Et ce nouveau monde, c’est cela notre priorité. Le modèle occidental de la vision du monde a montré toutes ses limites, et surtout ses bassesses. Une large partie de l’humanité n’en veut tout simplement plus. Donc il faudra s’y faire à cette réalité. 

Et pendant que les élites washingtoniennes et bruxelloises continueront leurs « débats » sans fin sur l’avenir de l’UE, à notre niveau on poursuivra l’intégration eurasiatique, tout comme celle de l’OCS et des BRICS. A chacun ses priorités.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201606271026187776-ocs-tachkent-elargissement/

Mikhail Gamandiy-Egorov