Archives du mot-clé ONU

La complémentarité sino-russe en Afrique

La Chine et la Russie renforcent leur interaction avec les pays du continent africain. A la différence de ce que certains experts occidentaux auraient pu présager, Pékin comme Moscou, au vu de leur savoir-faire respectif, peuvent beaucoup plus travailler dans un cadre de complémentarité, plutôt que de concurrence.

Le récent plein retour de la Russie sur le continent africain a représenté un véritable casse-tête pour l’establishment occidental – qui déjà mécontent de la puissante présence chinoise sur le continent – se retrouve à devoir faire face à un autre de ses principaux concurrents géopolitiques. Et si certains des représentants de cet establishment avaient espéré voir croitre des contradictions entre la Chine et la Russie, compte tenu du fait que l’Afrique représente l’une des principales orientations de la politique extérieure chinoise et du fait que la présence russe se fait de plus en plus sentir – tout semble indiquer au contraire que les deux grandes puissances non-occidentales soient prêtes à travailler ensemble sur le continent.

L’axe sino-russe dans les affaires internationales se positionne aujourd’hui comme le centre majeur de la promotion et du renforcement du concept multipolaire mondial, ayant en face le bloc atlantiste-occidental – nostalgique de la période unipolaire dans les relations internationales. Cette interaction entre Pékin et Moscou est fortement diversifiée: une solidarité nette depuis plusieurs années au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU, une relation privilégiée et de confiance entre les leaderships des deux pays, qui attachent par ailleurs une importance de premier plan à cette relation, des échanges économico-commerciaux annuels de plus de 100 milliards d’équivalent de dollars, ainsi qu’un partenariat stratégique dans la sphère militaro-technique.

Cela évidemment sans oublier l’interaction des deux pays dans des grandes structures internationales, devenues elles aussi des symboles de première importance du concept multipolaire : l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et les BRICS. Concrètement en ce qui concerne la stratégie commune des deux pays en Afrique, il faut noter que le mois dernier a été publié un rapport de 66 pages, rédigé conjointement par le Conseil russe des Affaires internationales (RIAC) et l’Institut d’études internationales et stratégiques de l’Université de Pékin (ISS).

Pour en savoir plus sur les principaux éléments de cette stratégie, il est possible de se référer au site Afrique du Futur de Sébastien Périmony, auteur du livre Voir l’Afrique avec les yeux du futur, et par ailleurs membre du bureau Afrique de l’Institut Schiller.

Le principal à retenir, c’est que les experts chinois comme russes convergent sur plusieurs orientations dans la relation qui caractérise leurs pays respectifs avec ceux du continent africain. A savoir le respect de la souveraineté des Etats africains, une interaction multilatérale dans l’objectif de contribuer ensemble au renforcement du concept multipolaire, ainsi que de promouvoir activement la voix de l’Afrique dans les affaires internationales.

En ce qui concerne les domaines d’interaction avec les pays africains, la complémentarité sino-russe touche à de nombreux domaines. Si économiquement et commercialement parlant, l’interaction chinoise avec le continent africain ait déjà atteint 200 milliards d’équivalent de dollars – faisant de la Chine en tant qu’Etat le premier partenaire économico-commercial de l’Afrique, dans le cas de la Russie le chiffre est actuellement autour de 20 milliards, sachant que dans le cas de Moscou la montée en puissance dans l’histoire récente post-soviétique des échanges avec les Etats africains est bien plus récente que dans le cas de Pékin.

La Chine, en qualité de première puissance économique mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat, investit beaucoup en Afrique, notamment dans les projets industriels et d’infrastructure. Déjà en 2020, Pékin a participé à la construction dans les pays africains de plus de 6000 km de voies ferrées, 6000 km de routes, 20 ports, 80 grandes centrales électriques, 130 installations médicales et hôpitaux, 45 stades et 170 écoles, cela sans même parler des autres bâtiments publics.

La Russie de son côté apporte son savoir-faire unique dans le domaine sécuritaire et dans le partenariat militaro-technique. Le tout à l’heure où de nombreux pays africains font justement face à des défis sécuritaires importants, notamment dans la lutte antiterroriste. Un domaine dans lequel l’Occident non seulement a fait preuve d’un manque flagrant d’efficacité, mais bien souvent a contribué à faire croitre les problèmes existants, y compris à travers des interférences et des pratiques néocoloniales dans les affaires intérieures africaines.

Cette opinion est d’ailleurs partagée aussi bien par Moscou que Pékin. La Russie développe également un intérêt pour l’exportation de ses services et de ses technologies, que ce soit les solutions numériques, mais également son savoir-faire dans la construction de centrales nucléaires, hydroélectriques, sans oublier les technologies liées au secteur pétrolier et gazier, ainsi que le domaine spatial – notamment dans le cadre de lancement des satellites pour le compte des Etats d’Afrique. Par ailleurs, le marché russe s’ouvre de plus en plus pour les exportations en provenance de pratiquement tout le continent.

Les deux pays contribuent également à la formation des cadres africains. En ce sens, l’Etat chinois accueille annuellement environ 50 000 étudiants en provenance du continent, la plaçant parmi les principales destinations pour les étudiants africains. Côté russe et rien que pour l’année 2020 – plus de 10 000 étudiants du continent se sont inscrits dans les établissements russes de l’enseignement supérieur. Un nombre appelé à croitre dans les prochaines années.

L’essentiel à retenir dans la relation de l’Afrique avec la Chine et la Russie, c’est qu’effectivement les domaines de fortes compétences chinoises ne sont pas forcément ceux de la Russie, et ceux de Moscou pas forcément ceux de Pékin. Et même dans le secteur stratégique de l’enseignement, il est aujourd’hui beaucoup plus possible de parler de complémentarité, que de concurrence.

Dans une Afrique en plein développement, mais dont le potentiel véritable n’a toujours pas été atteint en raison des périodes sombres allant de la colonisation jusqu’aux méthodes néocoloniales d’interférence et de déstabilisation courantes, il est plus jamais important de pouvoir unir les efforts conjoints sino-russes afin de soutenir les visions panafricaines de la large partie des peuples de l’Afrique. Le tout dans un esprit gagnant-gagnant.

L’implication de la Chine et de la Russie auprès des partenaires africains, dans un cadre aussi bien bilatéral que multilatéral, pourra à terme apporter deux résultats majeurs: faire de l’Afrique un bloc continental puissant et renforcer plus que jamais le concept multipolaire mondial. Et au vu de la dynamique observée actuellement, y compris malgré les défis existants, ces objectifs sont aujourd’hui pleinement réalisables.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2890

https://t.me/observateur_continental/1319

https://web.facebook.com/mikhail.egorov.5/posts/10224084659157571

RCA: le sale jeu de Washington et de Paris

Les Etats-Unis et la France ne ménagent aucun effort pour tenter à faire réduire la popularité de l’interaction avec la Russie au sein de l’opinion publique africaine. La Centrafrique en représente l’un des principaux exemples courants. Le souci pour l’establishment occidental c’est que devant faire face aux succès de l’implication russe aux côtés des alliés africains, le message propagé par les Occidentaux ne convainc pas les peuples de l’Afrique.

Les élites étasuniennes et françaises, de plus en plus devant faire à une perte évidente d’influence à divers endroits du monde, y compris sur le continent africain, tentent aujourd’hui par tous les moyens de s’accrocher de ce qu’il reste du schéma qu’elles avaient établi dans le cadre du concept unipolaire – dépassé et révolu. En oubliant bien souvent que la décision finale reviendra désormais aux peuples concernés, et non pas aux bonhommes prétendant vivre encore à une autre époque.

Plus particulièrement en République centrafricaine, Paris comme Washington activent des campagnes coordonnées, aussi bien au niveau politique, diplomatique, médiatique que militaire dans le but à essayer de stopper la contagion. Après tout, le cas de la RCA – d’un exemple d’un Etat caractérisé par le chaos durant de longues années – devient aujourd’hui positif et fort inspirant pour bien d’autres nations africaines. Bien que les dites campagnes prouvent très clairement aujourd’hui plusieurs aspects des concernés: un état hystérique, une arrogance comme toujours au summum et l’absence d’un minimum de honte et de dignité.

Après les récentes campagnes médiatiques du mainstream occidental, notamment de la part de RFI et CNN, visant à dénigrer les succès de l’interaction russo-centrafricaine, c’est désormais au tour de certains personnages appartenant à l’establishment politique et militaire de rentrer dans la danse.

A cet effet, Hervé Bléjean, citoyen français, vice-amiral d’escadre et l’actuel directeur général de l’état-major de l’Union européenne, intervenant depuis Washington lors d’un forum a déclaré avoir tenté à convaincre le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra de mettre fin à l’interaction avec les instructeurs russes. Dans le but, également déclaré, de les remplacer par des «partenaires onusiens, de l’UE, américains et africains».

Tout d’abord ce qu’il faut voir dans cette déclaration, c’est la mention des partenaires proposés au remplacement des Russes: les Occidentaux bien évidemment, comment peut-on se passer d’eux? Un peu plus surprenant de parler de l’ONU sachant qu’elle y est déjà à travers la Minusca. Quant aux partenaires africains, le responsable hexagonal doit certainement faire référence aux pays se trouvant sous la coupe occidentale et qui sont bien connus.

D’une certaine façon, le militaire français en question a le droit de proposer à un Etat souverain des alternatives sécuritaires, pour tenter à réduire l’influence grandissante des adversaires géopolitiques, dont fait partie indéniablement la Russie. Ceci étant dit, on peut se demander s’il le fait en qualité de représentant bruxellois de l’UE ou celui de Paris? En effet, il aurait été très peu probable que le chef précédent de l’état-major de l’Union européenne, le général finlandais Esa Pulkkinen, puisse faire des déclarations similaires.

Mais ce n’est pas le point principal, car le principal justement en parlant d’absence de minimum de notions de honte et de dignité, c’est que ledit personnage semble complètement faire abstraction du rôle néfaste joué par son pays de citoyenneté en RCA. En effet, la France était omniprésente durant de longues années en Centrafrique, à l’instar d’autres pays faisant partie de ses anciennes colonies. Des milliers de militaires français se trouvaient en mission sur le sol centrafricain, le tout pour quel résultat? Eh bien de-facto aucun, et même pire encore. Les violences n’avaient non seulement pas pu être stoppées mais avaient atteint à une période un tel niveau que les médias hexagonaux semblaient vouloir donner l’impression que la violence dans ce pays est chronique, et que les tensions communautaires et confessionnelles, notamment entre chrétiens et musulmans, seraient prétendument insurmontables. Cela sans oublier les viols avérés de la part de ces militaires, venus normalement dans un but de stabilisation, vis-à-vis de mineurs centrafricains.

Evidemment Bléjean, en bon représentant du réseau françafricain, n’est pas une exception. Les diplomates US, y compris au niveau de l’ONU, s’activent pour tenter, de façon assez similaire que lors de l’opération antiterroriste russe en République arabe syrienne, à y mettre aussi du sien. Notamment, là aussi – comme en son temps en Syrie – à faire référence à des prétendus experts «indépendants» (financés par les Occidentaux), les médias mainstream et à des témoignages selon de nombreuses sources locales arrachés en échange d’une compensation financière.

Pour conclure, il serait juste de faire mention de quelques points essentiels en rapport avec le sale jeu en question mené vis-à-vis non seulement de la Russie, mais aussi de ses alliés africains, par Washington (en chef de projet) et Paris (en bon sous-traitant). Tout d’abord, cette campagne hostile visant l’interaction russo-centrafricaine, est fort justement due aux succès évidents de ladite interaction. Après des années de chaos et d’absence de contrôle de la part des autorités nationales sur la large partie du territoire centrafricain, désormais la situation est à l’inverse – la grande partie du territoire du pays est sous contrôle gouvernemental.

D’autre part, ce qu’il faut mentionner – c’est le timing et l’effectif. Quelques centaines d’instructeurs russes ont réussi à largement réformer les Forces armées centrafricaines (FACA) pour les rendre aptes à mener des combats contre les groupes rebelles et ainsi pouvoir défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale de la nation. Puis, les récents succès des forces armées et de sécurité centrafricaines, ainsi que des alliés, face à ces groupes rebelles ont été obtenus en l’espace seulement de quelques mois. Plus exactement – depuis l’échec des groupes rebelles ayant voulu empêcher par la voie armée le bon déroulement des élections présidentielles de fin décembre dernier, en violation par ailleurs de l’accord de paix de Khartoum.

Question logique: comment se fait-il que les troupes françaises, qui fut présentes dans le passé en nombre plus conséquent que les instructeurs russes, n’aient pas pu arriver à un résultat ne serait-ce qu’un tout petit peu semblable? Réponse probable: certainement en raison de l’absence de volonté de contribuer à la stabilisation de la RCA de la part de l’establishment politico-militaire hexagonal. Quant à la force onusienne de la Minusca, présente depuis 2014 en Centrafrique, avec un effectif d’environ 15 000 hommes – elle n’a également pas été en mesure de pouvoir apporter une quelconque stabilisation digne de ce nom, mis à part les efforts et sacrifices qu’il faut reconnaitre de certains pays africains ayant dépêché des hommes dans le cadre de cette mission multidimensionnelle, notamment du Burundi.

Dernier point. Ce que les représentants washingtoniens comme parisiens semblent oublier, c’est qu’au final les meilleurs juges ne sont que les populations concernées. Et c’est d’ailleurs également la raison évidente de l’hystérie observée côté occidental. Aujourd’hui, ces personnages occidentaux observent avec une très vive inquiétude non seulement la perte de leur influence géopolitique et stratégique, mais également l’opposition de plus en plus ferme de l’opinion publique centrafricaine, et plus généralement africaine, quant à leur présence. Les élites occidentales, étant dans l’incapacité la plus totale de s’adapter au monde contemporain multipolaire, risquent à terme de devoir faire face à des évacuations humiliantes de leurs troupes et mercenaires – en Afrique, comme à d’autres endroits du monde – avec en prime l’obligation d’observer la joie des populations des pays concernés qui les accompagneront jusqu’à la piste de décollage.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2879

https://t.me/observateur_continental/1308

https://web.facebook.com/mikhail.egorov.5/posts/10224072024721718

ONU: une nouvelle coalition pro-multipolaire se forme

La récente initiative à l’ONU de plusieurs pays voulant défendre la Charte des Nations unies et contrer les attaques visant le multilatéralisme dans les relations internationales confirme une fois de plus la détermination évidente des partisans du concept multipolaire mondial.

17 pays membres de l’ONU s’unissent dans la création du Groupe des amis pour la défense de la Charte des Nations unies, en mettant un accent particulier sur la défense du multilatéralisme, tout en repoussant le recours à la force ou même à sa menace, ainsi que l’imposition des sanctions unilatérales.

Les membres fondateurs du groupe étant: la Chine, la Russie, l’Iran, la Syrie, la Bolivie, l’Algérie, l’Angola, la Biélorussie, Cuba, le Cambodge, la Corée du Nord, l’Erythrée, le Laos, le Nicaragua, la Palestine, le Venezuela, ainsi que Saint-Vincent-et-les-Grenadines. D’autres nations sont par ailleurs invitées à se joindre à cette initiative dans le cadre onusien.

Les initiateurs de cette coalition indiquent dans une note explicative que «le multilatéralisme, se trouvant au cœur de la Charte des Nations unies subit actuellement une attaque sans précédent, ce qui menace à son tour la paix et la sécurité mondiales». En ajoutant que l’on observe aujourd’hui dans le monde le recours de plus en plus actif à des actions unilatérales, marqué par des mesures isolationnistes et arbitraires, y compris des mesures coercitives unilatérales ou le retrait d’accords historiques et d’institutions multilatérales.

Les auteurs notent également que le groupe d’amis s’efforcera de préserver, promouvoir et défendre la primauté et l’importance de la Charte des Nations unies, ce qui est indéniablement très important dans l’environnement international actuel. Le groupe s’efforcera par ailleurs d’assurer le respect intégral, de façon permanente et efficace, et non sur une base sélective ou purement bénéfique, des obligations découlant de la Charte onusienne, ainsi que le respect de sa lettre et de son esprit.

La note explicative à la lettre annonciatrice du lancement de cette coalition indique en outre que le groupe d’amis servira de plateforme pour discuter et coordonner des initiatives conjointes. Ces initiatives devront contribuer à assurer le respect des principes de souveraineté, d’égalité des Etats, et de non-ingérence dans leurs affaires intérieures. Les dites initiatives devraient également contribuer à la mise en œuvre du principe de règlement pacifique des différends.

Ainsi, il est prévu que le groupe coordonnera la préparation des déclarations conjointes, ainsi que l’organisation d’événements supplémentaires dans le cadre de l’Assemblée générale des Nations unies. Le groupe se réunira régulièrement au niveau des représentants des pays concernés auprès de l’ONU – au moins une fois tous les trois mois. Les participants se réuniront également une fois par an au niveau des ministres des Affaires étrangères – si la situation à New York le permet en marge de la semaine de haut niveau de l’Assemblée générale des Nations unies. Le coordinateur du groupe sera l’un de ses membres au cours de l’année. Il changera chaque année sur une base de rotation.

Maintenant et en parlant de perspectives dans le cadre de cette initiative internationale, il serait juste de dire qu’elle est incontestablement à saluer. S’il est clair qu’elle réunit et réunira en soi les partisans affirmés de la multipolarité, et qu’elle vise indéniablement à contrer les actions des nostalgiques de l’ordre unipolaire révolu, en premier lieu les Etats-Unis, elle a le grand mérite supplémentaire de renforcer, une fois de plus, la véritable notion de communauté internationale, qui ne peut aucunement se limiter aux pays occidentaux et à leurs proxys. Surtout dans la réalité mondiale actuelle.

D’autre part, les actions coordonnées des pays initiateurs de ce groupe d’amis, ainsi que d’autres qui seraient amenés à rejoindre ledit groupe, représenteront sans aucun doute des réponses efficaces à l’unilatéralisme étasunien et occidental, y compris lorsqu’il s’agit justement pour ces derniers d’adopter des mesures de sanctions unilatérales visant des Etats souverains, ou encore dans le cas d’une interprétation purement néocoloniale du droit international, comme cela fut souvent le cas dans le passé. Et même d’ailleurs au présent bien qu’avec beaucoup moins de résultats pour les nostalgiques unipolaires – capacité de résistance des forces pro-multipolaires oblige. Comme le rappelle d’ailleurs à juste titre le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi durant la récente conférence de presse en marge de la quatrième session de la 13ème Assemblée populaire nationale (APN). Notamment sur la question de la défense et de la promotion du multilatéralisme dans les relations internationales.

Last but not least, cette initiative renforce considérablement les efforts conjoints sino-russes dans le cadre du Conseil de sécurité de l’ONU – où l’axe occidental, y compris à travers ses instruments médiatiques, tente sans grand succès de présenter les capacités de blocages et de vétos de Pékin et Moscou comme une volonté minoritaire face à la prétendue «communauté internationale». Une notion qui continuera d’être dépassée pour la simple et bonne raison que la véritable communauté internationale est tout, sauf, la communauté occidentale. Et le monde, dans sa large majorité, n’a jamais adoubé l’Occident d’en être le porte-parole.

Justement et dans le cadre du Conseil de sécurité, bien que la Chine et la Russie réunies ont beaucoup plus de légitimité à parler pour une large part de la communauté réellement internationale, ne serait-ce que du point de vue démographique, économique, politique et sécuritaire que les trois membres occidentaux du CS, il n’empêche que voir une large solidarité internationale, aussi bien dans le cadre eurasien avec l’axe Moscou-Pékin-Téhéran, que de la part des nations africaines, latino-américaines et asiatiques – permettra indéniablement de remettre les pendules à l’heure vis-à-vis de ceux qui n’ont aucune légitimité à parler pour la planète.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2537

https://t.me/observateur_continental/955

L’Iran ouvert au dialogue avec ses voisins du golfe Persique

Téhéran se déclare prêt à des négociations avec les Etats voisins du golfe Persique en vue de résoudre les différends dans la région. La position iranienne est confortée par des efforts de nombre d’autres Etats souhaitant qu’un tel dialogue prenne place au plus vite.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Djavad Zarif a déclaré que « l’Iran était toujours prêt à renforcer le dialogue avec les pays de la région du golfe Persique, en soulignant que la région et sa sécurité appartiennent à toutes les nations régionales. Il a également noté que pour cette raison, l’Iran avait accepté la proposition du Qatar de faciliter les dites négociations pour pouvoir résoudre les différends régionaux.

En ce qui concerne justement l’appel de Doha, c’est à travers le chef de la diplomatie qatarie Cheikh Mohammed Abderrahmane Al-Thani qu’il a été proposé aux autres pays arabes du golfe Persique à tenir des discussions avec Téhéran. Toujours selon lui, « c’est aussi un désir d’autres pays du Conseil de coopération du Golfe » (composé du Qatar, de l’Arabie saoudite, du Bahreïn, des Emirats arabes unis, de l’Oman et du Koweït). Bien qu’il n’ait pas précisé les autres pays intéressés par un tel dialogue, il faudrait certainement penser entre autres au sultanat d’Oman qui au-delà d’entretenir des relations diplomatiques et économiques avec l’Iran, ne le considère pas comme étant une menace pour les Etats arabes du Golfe.

Les puissances internationales comme la Russie et la Chine, intéressées par une région stable et sécurisée, soutiennent un tel dialogue et plus généralement une normalisation des relations entre la puissance perse et les pays arabes du golfe Persique. A ce titre, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de sa récente rencontre à Moscou avec son homologue saoudien avait fait un appel en ce sens. Auquel Riyad semble pour le moment réticent.

Parmi les raisons d’une telle réticence, plusieurs faits devraient être pris en compte. Tout d’abord, c’est effectivement l’Etat wahhabite qui s’était placé à la tête de la coalition arabe hostile à Téhéran. Mais au-delà des ambitions personnelles de l’establishment saoudien et de l’animosité qu’il puisse avoir en direction de l’Iran, il y a deux facteurs qui jouent dans le blocage de toute normalisation, même relative, entre Téhéran et Riyad. A savoir les USA et Israël.

Le dernier ne cache pas le fait qu’il voit en la République islamique le principal « danger » pour sa sécurité. Quant à Washington, il applique (et continuera certainement d’appliquer) une politique qui place Tel-Aviv non seulement comme une priorité dans sa politique au Proche-Orient, mais de façon générale sur l’arène internationale. Les récentes normalisations entre l’Etat sioniste et certains pays arabes sous la médiation washingtonienne le confirment d’ailleurs pleinement.

Le souci pour l’axe Washington-Tel-Aviv, c’est que le monde actuel n’est plus celui des années 1990, ni du début des années 2000. La preuve de cela, est qu’au-delà de la montée en force des puissances internationales reconnues comme telles, en premier lieu la Russie et la Chine, étant par ailleurs membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, une nation comme l’Iran – formant d’ailleurs un triumvirat avec les deux premiers cités, n’a probablement jamais eu autant d’influence sur la scène régionale et internationale dans son histoire contemporaine. Et ce malgré les innombrables pressions économico-politiques, agressions et intimidations la visant. Confirmant par la même occasion que le grand espace eurasien constitue le fer de lance du monde multipolaire actuel. Et qui d’ailleurs renforce chaque jour un peu plus l’idée que la vraie communauté internationale se trouve dans le camp eurasiatique.

Pour autant, il est pratiquement inconcevable que les représentants étasuniens et israéliens puissent s’adapter, de façon civilisée, à cette réalité mondiale. Et continueront sans aucun doute à défendre avec nostalgie le concept unipolaire définitivement révolu. Quant aux pays arabes qui restent des alliés de cet axe pro-unipolaire et néocolonial, il serait probablement légitime de poser la question s’ils ne seront tout simplement pas retardataires, avec tout ce que cela implique, vis-à-vis du train multipolaire roulant à grande allure.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/798

C’est une formidable leçon de démocratie, selon la ministre des Affaires étrangères de la RCA

La Centrafrique qui retrouve progressivement la stabilité après des années de conflit a vu le déroulement des élections présidentielles et législatives le 27 décembre dernier. Cet entretien exclusif pour Observateur Continental avec Sylvie Baïpo-Temon, ministre des Affaires étrangères de la République centrafricaine, est consacré aux défis que le pays continue de relever, ainsi qu’à l’interaction avec la communauté internationale.

Madame la Ministre, vous êtes en poste en qualité de cheffe de la diplomatie centrafricaine depuis maintenant un peu plus de deux ans. Depuis vous avez mené une activité intense en matière de relations internationales pour le compte de votre pays. Quelles sont aujourd’hui pour vous les principales orientations de la politique extérieure de votre nation?

Sylvie Baïpo-Temon: La République centrafricaine du fait de ces trop nombreuses crises, a longtemps été mise en marge sur la scène internationale. Davantage connue pour ces troubles à répétition, l’orientation du Président de la République a été de travailler à faire revenir la République centrafricaine dans le concert des Nations. D’adapter la diplomatie centrafricaine aux enjeux du monde, qui aujourd’hui sont sécuritaires et économiques.

La RCA s’est ainsi ouverte au monde, tant au niveau bilatéral en raffermissant et renforçant ses relations de coopération bilatérale, qu’au niveau multilatéral en contribuant par son expérience aux défis communs de la Sécurité, la Paix durable et la croissance économique menacées par les groupes armés, le terrorisme, l’extrémisme violent.

La politique extérieure de la RCA s’est principalement concentrée sur une ouverture de la République centrafricaine au monde afin de puiser de l’expertise des autres et partager aussi de la sienne.

L’une des caractéristiques de la politique internationale du président Faustin-Archange Touadéra a été la diversification des partenariats extérieurs de la RCA. Cette approche, logique pour un pays souverain, a connu nombre de critiques de la part des partenaires «traditionnels» de la Centrafrique. Pensez-vous que ces critiques étaient justifiées?

– Il est important de ne pas tomber dans le piège des incompréhensions, interprétations et rumeurs qui font des frasques actuellement en mettant en avant une tension entre deux partenaires de la République centrafricaine que sont la France et la Fédération de Russie.

La RCA est un pays qui s’évertue à chercher de sortir de cycles de violences et crises qui ont mis à mal le tissu économique et social. Pourquoi s’obstiner à vouloir la placer au milieu de deux grandes puissances qui d’ailleurs entretiennent une excellente relation de coopération entre elles.

La République centrafricaine pour sortir de la grosse crise de 2012, a fait appel à tous ces partenaires et cela de manière totalement transparente avec d’ailleurs une démarche naturelle en premier lieu vers le partenaire traditionnel.

La RCA a besoin de la synergie de tous ces partenaires, de la solidarité de tous ces partenaires pour la seule cause qui est le retour à la paix et à la stabilité en RCA.

Dans toutes relations, il y a des divergences et si divergences il y a entre deux de nos partenaires et pays amis, je voudrais dire que ces divergences ne concernent pas la RCA qui a des préoccupations à des années lumières de celles des grandes puissances.

Je déplore tout ce cocktail journalistique qui s’entête à parler de rapprochement entre la RCA et la Russie, alors que ces deux pays ont établi des relations diplomatiques et de coopérations depuis 1960. Tout ceci ne concoure pas à instaurer et à pérenniser un climat d’apaisement dans un pays qui pourtant, en a le plus besoin

Pratiquement à la veille des élections, certains groupes armés ont violé leurs engagements dans le cadre de l’Accord de Khartoum et avaient menacé d’empêcher le déroulement des élections. Pourtant les élections se sont déroulées à la date prévue, dans un climat globalement calme et avec une mobilisation active des citoyens centrafricains. Considérez-vous le déroulement de ces élections comme une réussite?

– Je ne considère pas ces élections comme une réussite, ces élections sont une réussite. Il s’agit avant tout d’une formidable leçon de démocratie exprimée par une population lassée des violences et perpétuels recours à la force pour accéder au pouvoir.

Le message adressé par le peuple centrafricain à la classe politique centrafricaine est, pour moi, sans appel. Ce peuple ne souhaite plus être pris en otage de calcul fallacieux et malicieux.

L’audace et le courage de la population centrafricaine est à féliciter, à encourager et à vulgariser.

Vous savez dans certaines localités dans l’arrière-pays, la population et les femmes en particulier se sont tenues debout face aux groupes armés pour revendiquer leur droit au vote. Elles sont sorties unies pour aller voter. Le déroulement et calendrier des différents pactes et alliances pour mettre en place la Coalition des patriotes pour le Changement met en évidence que les attaques et menaces perpétrées étaient relatives à la peur d’une sanction sévère des urnes.

Vous savez, ce processus électoral traduit une belle citation de Nelson Mandela, qui disait à juste titre: «Il est difficile d’expliquer à quelqu’un qui a les idées étroites qu’être ‘éduqué’ ne signifie pas seulement savoir lire et écrire et avoir une licence, mais qu’un illettré peut être un électeur bien plus ‘éduqué’ que quelqu’un qui possède des diplômes».

Compte tenu de la violation des engagements de la part de ces groupes armés, doit-on s’attendre selon vous à une autre phase d’instabilité, dont la République centrafricaine a globalement tourné la page au cours des dernières années? Ou au contraire peut-on espérer une sécurisation et une plus grande stabilisation à venir? 

– Je pense et plaide pour que cette énième violation, de la part des groupes armés de leurs engagements, soit fermement sanctionnée.

Cette recrudescence de violences, contre la population et le territoire centrafricain marquée par d’énormes violations des droits internationaux, est une menace pour la paix dans le monde car elle met en danger les idéaux de nos organisations multilatérales.

Il nous faut, non pas espérer une sécurisation et stabilité mais répondre à cette agression par une solidarité unanime pour asseoir la sécurité et la stabilité.

Le peuple de Centrafrique observe.

Depuis que la RCA soit entrée dans la phase d’un développement plus stable et sécurisé, de nombreux Etats et acteurs privés étrangers s’intéressent à des projets économiques en Centrafrique. Aussi bien africains qu’extracontinentaux. Selon vous, comment les intéressés doivent s’y prendre pour le lancement de projets en République centrafricaine dans un cadre gagnant-gagnant, notamment pour que ces projets puissent contribuer au bien-être de la population du pays?

– La RCA a besoin de relancer son économie et se développer tant économiquement que socialement. Les investisseurs sont invités à présenter des projets prometteurs à fort potentiel de développement. Après tant d’années de guerre, il nous faut reconstruire le pays avec des partenaires engagés et dans un esprit gagnant-gagnant.

Le gouvernement a travaillé justement à améliorer le climat des affaires afin d’inciter à l’investissement.

La porte d’entrée de la RCA étant le Ministère des Affaires étrangères, les investisseurs sont encouragés à prendre contact avec mes services afin d’être orientés vers les départements compétents.

Comme tout Etat indépendant et souverain, une question de première importance concerne la capacité défensive des forces armées du pays. On sait que depuis la diversification des relations extérieures opérée par le Président Touadéra, un grand travail a été réalisé en ce sens. Quelles sont les choses qui doivent encore être réalisées pour que les Forces armées centrafricaines (FACA) puissent atteindre le niveau si souhaité par la population centrafricaine et le leadership du pays? Y compris en termes de soutien des alliés internationaux de la RCA.

– La RCA a entamé un programme de reconstruction de ses forces de défense et de sécurité.

Avec l’appui de nos partenaires et pays amis, les éléments ont bénéficié de formations au pays ou à l’extérieur et continuent d’en bénéficier. En effet, la diversification de nos partenariats est d’une importance non négligeable dans cette phase de reconstruction.

Il reste à poursuivre les efforts nécessaires pour mettre sur pied une armée digne de ce nom avec tout l’encadrement, dispositif et équipement appropriés.

Un soutien au plaidoyer de la RCA pour la levée de l’embargo car il devient insoutenable devant l’opinion nationale et internationale de condamner les agissements de groupes armés tout en leur offrant, par un embargo sur un Etat légitime, les moyens de s’armer de manière complaisante.

https://t.me/observateur_continental/750

La Syrie de l’après-guerre n’a pas besoin de l’Occident

Les élites occidentales, n’ayant toujours pas complètement digéré le fait que leurs plans pour la Syrie soient tombés à l’eau, sur le plan militaire et géopolitique, espèrent vraisemblablement jouer la carte économique et celle en lien avec le retour des réfugiés. Avec comme suite un autre probable échec.

Vraisemblablement, les leçons du monde contemporain ont toujours du mal à être appris au sein de l’establishment de l’Occident – restant dans sa globalité résolument atlantiste et pro-unipolaire. Dans le cas de la Syrie – bien que reconnaissant la victoire du président Bachar al-Assad et de ses alliés sur le terrain, les mêmes espèrent néanmoins que Damas, tout comme Moscou et Téhéran, iront dans le sens de certaines conditions occidentales. Probablement à tort.

Evidemment que la Syrie doit se reconstruire après la guerre de plusieurs années menée contre le terrorisme international et ses parrains extérieurs. Et aujourd’hui, l’heure est effectivement à la discussion et aux préparations pour mettre le plus rapidement possible les mesures nécessaires d’un retour à une vie normale pour le pays et ses citoyens. Et cela passe inévitablement par la reconstruction complète des infrastructures et le retour des réfugiés syriens. Bien que et sur ce dernier point, il serait correct de rappeler que de nombreux réfugiés ayant fui la guerre sont déjà rentrés, ou continuent de le faire. Rayant ainsi la théorie longtemps propagée par l’élite politico-médiatique occidentale – à savoir que les Syriens fuyaient non seulement les terroristes de Daech, mais également le gouvernement de Bachar al-Assad.

Mais pour atteindre ces objectifs – Damas a-t-il réellement besoin de la participation occidentale ? Le tout, en sachant que le président syrien avait maintes fois déclaré qu’il était opposé à toute participation dans le processus de l’après-guerre de la part d’Etats ayant soutenu l’agression terroriste contre son pays. Faisant ainsi une allusion claire aux pays occidentaux et quelques autres. Et ce tout en indiquant que les pays alliés de la République arabe syrienne seront privilégiés dans ledit processus.

A ce titre, ce que les analystes occidentaux oublient – c’est que mis à part Moscou et Téhéran, Damas pourra également compter sur Pékin – soutien actif au niveau politico-diplomatique de la Syrie, y compris en tandem résolu avec la Russie dans le cadre du Conseil de sécurité de l’ONU. Et lorsqu’on dit Chine – on pense évidemment à la puissance économique de premier plan. Le pays étant tout simplement la première puissance économique mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat (PPA). Et les contacts entre les hauts responsables syriens et chinois furent réguliers tout au long des dernières années. Plusieurs pays arabes manifestent également leur intérêt, bien qu’il reste à confirmer leur motivation véritable.

Maintenant pour revenir aux erreurs occidentales. Notamment sur cette conviction suprême des élites concernées que sans leur participation, rien ne peut être fait, ou peu. La guerre en Syrie a montré que sur le plan militaire, ce n’est pas tant les budgets militaires qui comptent – mais bel et bien la détermination d’éradiquer le foyer terroriste. Le tout allié à des armements et équipements efficaces, un personnel qualifié et une capacité analytique certaine. Pouvant utiliser l’art de la diplomatie militaire lorsque cela est nécessaire ou mieux adapté. Chose importante – tout en tenant compte des réalités culturelles et religieuses sur le terrain. En les respectant et en s’y adaptant. 

Mais au-delà de l’art militaire et politico-diplomatique, l’économie n’est certainement plus elle aussi un instrument de la domination occidentale. Y compris pour le fait que sur les dix principales puissances économiques mondiales actuelles en termes de PIB-PPA, aujourd’hui quatre sont des pays occidentaux, donc moins de la moitié. Signifiant par la même occasion une chose simple : dans le monde multipolaire, et à condition de le vouloir, il est toujours possible de trouver une alternative.

Il suffit pour cela de prendre l’exemple de l’Iran. Les sanctions étasuniennes visant la République islamique étaient censées tout simplement anéantir l’économie iranienne. C’était le but recherché et le gouvernement US le déclarait ouvertement. Au final, non seulement la résistance de l’Iran a tenu bon mais les perspectives de la coopération économique entre Téhéran et Pékin ont laissé de nombreux observateurs occidentaux bouche bée. A savoir des centaines de milliards d’équivalent de dollars d’investissements chinois, le tout sur une période d’un quart de siècle. 

De façon générale, le cadre multipolaire renforce l’idée quant aux capacités de règlement des grands dossiers internationaux avec la participation exclusive des puissances non-occidentales. Le cas récent du Haut-Karabakh n’en est qu’une confirmation supplémentaire. C’était peut-être inimaginable en 1995 ou en 2000. C’est une réalité aujourd’hui. Et au lieu de stigmatiser les adversaires géopolitiques et gesticuler sur l’exceptionnalisme occidental, il serait fort mieux pour les concernés de s’adapter de façon constructive à la nouvelle réalité mondiale.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/567

L’OCS se prépare pour la 20ème réunion du Conseil des chefs d’Etat

Le Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) se tiendra le 10 novembre par visioconférence. L’occasion pour les pays membres de mettre l’accent sur plusieurs aspects importants pour l’organisation internationale. 

Selon les déclarations du vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Le Yucheng, les dirigeants des pays de l’OCS adopteront un ensemble de documents relatifs à la coopération multilatérale lors du prochain sommet.

Toujours selon le vice-ministre, la partie chinoise espère que ledit sommet aidera à trouver de nouvelles mesures pour le développement de la coopération, et deviendra également une impulsion puissante pour le développement global de tous les pays.

«Je suis convaincu que l’OCS, en tant que modèle pour une nouvelle organisation internationale, défendra fermement le multilatéralisme, la justice internationale et contribuera à la construction d’un nouveau type de relations internationales», a déclaré Le Yucheng.

Par ailleurs, le président chinois Xi Jinping prononcera un discours lors de cette 20ème réunion du Conseil des chefs d’Etat de l’Organisation de coopération de Shanghai. Cela a été annoncé dans un communiqué par la représentante officielle du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying.

«Le président de la République populaire de Chine a répondu à l’invitation du président russe Vladimir Poutine (la Russie préside actuellement les activités de l’OCS, ndlr) et participera au sommet du 10 novembre. Xi Jinping y prononcera un discours important», indique le communiqué.

Du côté du service de presse de l’OCS il a été signalé que lors de l’événement à venir, une attention particulière sera accordée à la promotion de l’interaction pratique des Etats membres de l’organisation dans le domaine de la politique, de la sécurité, du commerce et de l’économie, des liens culturels et humanitaires, en renforçant les efforts pour approfondir le dialogue politique, principalement dans l’intérêt d’assurer la stabilité dans l’espace de l’Organisation de coopération de Shanghai, accroître l’efficacité de la coopération commerciale et économique, ainsi que d’améliorer la coordination au niveau des principales plateformes internationales.

Maintenant en parlant des perspectives, il serait probablement important de mettre un accent sur plusieurs points. Le premier étant l’importance accordée par le leadership chinois à l’OCS et à ses activités. Le deuxième n’est autre que le fait que l’Organisation de coopération de Shanghai représente en effet et plus que jamais aujourd’hui la plateforme qui contribue énormément sur la scène internationale à la promotion des intérêts du monde multipolaire. Cela a également, et une fois de plus, été rappelé dans les déclarations des hauts responsables chinois.

Le troisième point concerne quant à lui l’importance d’assurer la stabilité dans l’espace des pays membres et plus généralement dans l’espace eurasien – à l’heure où les tentatives de déstabilisations émanant des partisans du concept unipolaire ne cessent d’aller à la hausse. Et enfin un autre point fort important, c’est effectivement l’augmentation de la coordination chez les Etats membres de l’organisation au niveau des autres grandes structures internationales, notamment onusiennes.

Ce dernier point est particulièrement important. Et ce pour plusieurs raisons. En effet, la coordination sino-russe au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU – bien souvent en opposition au trio occidental USA-Royaume-Uni-France, a atteint un niveau probablement inégalé. Il est vrai que les deux grandes puissances internationales – la première économie mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat (PPA), étant également par la même occasion le pays le plus peuplé du monde avec le plus grand pays du monde en termes de superficie et sixième économie mondiale en termes de PIB-PPA, par ailleurs tous deux faisant partie du Top 3 des principales puissances militaires du monde, ont considérablement contribué à la compréhension véritable du sens accordé à la notion de communauté internationale.

Mais ceci étant dit, en joignant les efforts à tous les pays membres de l’Organisation de coopération de Shanghai – représentant tous ensemble près de la moitié de la population mondiale, 60% du territoire de l’Eurasie, 20% des ressources mondiales pétrolières, près de 40% du gaz naturel, 30% de l’aluminium et 40% du charbon, il devient évident que certains acteurs prétendant représenter la communauté internationale en étant une minorité planétaire, devraient rapidement se mettre à jour des réalités mondiales contemporaines. Le reste étant à suivre.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/538

Iran-Chine-Russie: nouvelle étape pour le triumvirat?

L’embargo interdisant la vente d’armes et d’équipements militaires lourds à l’Iran est arrivé à expiration le 18 octobre. Désormais, la République islamique entrevoit déjà de nouvelles perspectives en matière de Défense, y compris à travers de possibles contrats avec ses principaux alliés.

C’est officiel : l’embargo sur les armes à l’encontre de l’Iran est terminé. Et ce malgré des mois d’intenses lobbyings de la part de l’establishment étasunien en vue de le faire prolonger. Après l’énième double-véto sino-russe et l’abstention des alliés européens de Washington au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU, l’échec du côté des USA est retentissant. Au point pour ces derniers de menacer unilatéralement tout contrat d’armement allant être signé avec l’Iran. Mais du côté de Pékin comme de Moscou, ces menaces ne semblent être en mesure de stopper la nouvelle étape de coopération militaro-technique avec Téhéran.

En effet, du côté russe comme chinois, l’heure semble être aux préparatifs et aux négociations. Mais au-delà de l’aspect purement économico-commercial, une attention particulière doit être accordée justement aux volets sécuritaire et… géopolitique. Concernant le premier volet, du moment que l’interaction dans la sphère de la Défense et de la sécurité s’intensifiera encore plus au sein du trio Téhéran-Moscou-Pékin, cela aura bien évidemment des répercussions sur les rapports de force dans la région stratégique du Moyen-Orient – dans laquelle les USA ont pris l’habitude de se considérer longtemps et à tort « intouchables ». Et plus généralement dans l’espace eurasien.

Et c’est là que l’on arrive au second volet – géopolitique. En effet, le triumvirat Chine-Russie-Iran semble aller clairement dans le renforcement. Et pour cela plusieurs raisons. Une vision commune, ou du moins très proche sur une grande partie des dossiers internationaux, y compris sur le volet antiterroriste. Un soutien affiché au sein des trois puissances en faveur du monde multipolaire. Sans oublier le fait que les trois pays concernés sont officiellement considérés du côté washingtonien comme étant ses trois principaux adversaires géopolitiques au niveau mondial.

Ceci étant dit, la réalité est que l’alliance sino-russo-iranienne est d’autant plus naturelle qu’elle n’est pas liée au départ aux pressions étasuniennes, mais représente tout simplement un concept géopolitique viable et logique pour trois grandes puissances internationales souveraines – étant par la même occasion trois civilisations mondiales. Cet aspect, ainsi que l’opposition aux interférences unilatérales étasuniennes et plus généralement occidentales, renforce évidemment ladite alliance.

Un autre fait qui renforce la viabilité du triumvirat, c’est que malgré les innombrables tentatives de divers lobbies de nuire au rapprochement entre les trois nations – pas seulement du côté occidental, mais également israélien ou de certains pays du Golfe – les trois ont réussi à maintenir le cap nécessaire en vue de renforcer leur interaction bilatérale, comme trilatérale.

Ces interactions concernent aussi bien la sphère politico-diplomatique et notamment la coordination des positions sur nombre de dossiers internationaux, mais également et de plus la partie militaro-sécuritaire, avec l’organisation d’exercices militaires conjoints entre les forces armées des trois pays et l’échange d’information en matière de renseignement.

Et lorsqu’on rajoute à cela l’accord « du siècle » entre Pékin et Téhéran – programmé sur une période de vingt-cinq ans, économiquement ouvrant l’Iran à de très importants investissements chinois et raffermissant l’alliance sino-iranienne dans la sphère militaro-sécuritaire, il devient assez évident que la levée actuelle de l’embargo sur les armes à l’encontre de l’Iran ouvre des perspectives fortement intéressantes pour l’Axe Pékin-Moscou-Téhéran.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/490

Les élections présidentielles en RCA pour un développement durable

Les élections présidentielles et législatives en République centrafricaine prévues pour le 27 décembre prochain sont importantes à plus d’un titre. Le pays qui récupère après des années de conflit et de déstabilisations, a plus que jamais besoin d’une stabilité qu’il semble avoir déjà en partie retrouvé.

Depuis l’annonce par le président en exercice Faustin-Archange Touadéra de sa candidature pour le prochain scrutin présidentiel, les observateurs et connaisseurs de l’Afrique ont les yeux rivés sur cet Etat stratégique du continent.

Une élection dans laquelle il fait figure de favori au vu des réalisations et des avancées acquises au cours des années de sa présidence, surtout sur le plan sécuritaire et de la relance économique. En effet, le chef de l’Etat sortant, après avoir été élu dans un cadre démocratique dans un pays meurtri par la guerre et les violences, s’est positionné dès le départ comme un homme souhaitant de façon ferme la paix et le développement pour sa nation.

Cela s’est notamment traduit par des pourparlers avec les représentants des groupes armés. Avec comme résultat obtenu le treizième accord de paix en Centrafrique, appelé communément Accord de Khartoum – les pourparlers se sont tenus dans la capitale soudanaise et la signature dudit accord a eu lieu dans la capitale centrafricaine. Un accord, signé le 6 février 2019, qui reste jusque-là globalement respecté par tous les signataires, à l’exception de trois groupes armés qui violent leurs engagements. La normalisation de la situation sécuritaire a permis depuis une relance de plusieurs projets socio-économiques dans le pays et de donner lieu à un intérêt de la part des investisseurs étrangers pour des projets en RCA – aussi bien africains qu’extra-africains.

La période de présidence de Faustin-Archange Touadéra a connu également une diversification des partenariats extérieurs, notamment avec la Chine et la Russie. Sans pour autant fermer la porte aux pays occidentaux. Ceci étant dit cette politique d’ouverture vers un plus large nombre de partenaires extérieurs a été fortement mal vue par plusieurs puissances occidentales – la France en premier lieu, ainsi que les Etats-Unis.

Aujourd’hui, plusieurs analystes des médias du mainstream parlent des risques liés au report éventuel des élections présidentielles de décembre, de même que sur des prétendues possibilités d’ingérence dans ces élections. Mais ce que ces analystes oublient bien souvent de noter, c’est que les diverses tentatives d’interférence dans les affaires intérieures et souveraines de la République centrafricaine étaient justement celles des représentants des pays occidentaux, notamment de la France et de certains lobbies affiliés. Le tout pour une raison simple : n’ayant toujours pas accepté qu’un pays issu du soi-disant pré-carré de l’Elysée puisse se permettre à aller dans le sens d’une réelle indépendance et souveraineté.

D’autre part, ce que certaines forces hostiles oublient, c’est qu’au final c’est le peuple centrafricain qui prendra la décision quant à son avenir. Et s’il en a été capable en 2016, il en sera très certainement capable en 2020. Surtout en prenant en compte la nette amélioration de l’aspect sécuritaire sur le sol du pays.

En attendant, du côté onusien a été déclaré le soutien au déroulement des élections le 27 décembre prochain, ainsi qu’à la mise en œuvre intégrale et effective de l’accord de paix. Le reste sera à suivre.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/441

Washington n’obtient pas les sanctions onusiennes contre l’Iran

Malgré un intense travail de plusieurs mois en termes de lobbying et de pressions multiples, Washington n’a pas réussi à réaliser l’un de ses principaux objectifs à l’international du moment : celui de faire prolonger l’embargo sur les armes contre l’Iran et à relancer des sanctions onusiennes à son encontre.

Pour la République islamique, il s’agit évidemment d’un succès. D’ailleurs, lors de son allocution à la 75ème session de l’Assemblée générale des Nations unies par visioconférence depuis Téhéran, le président iranien Hassan Rohani n’a pas manqué de pointer du doigt la politique étasunienne. Il a notamment déclaré «que les Etats-Unis ne peuvent nous imposer ni des négociations, ni une guerre», soulignant pour que pour le monde, il est aujourd’hui temps de dire «non» aux brimades et à l’arrogance. Tout en ajoutant que «la vie est dure sous sanctions, mais encore plus difficile sans indépendance», accentuant ainsi sur la détermination iranienne à ne pas céder face aux pressions et sanctions US.

En effet, le dossier sur lequel misait tellement l’establishment washingtonien résonne comme un échec évident. D’ailleurs, nombre de médias occidentaux ont fait état de l’échec américain dans ce dossier, ainsi de que de « la fracture sans précédent entre les Etats-Unis et l’Europe à l’ONU». 

Pour le leadership iranien, il s’agit évidemment d’une victoire, tant sur le plan extérieur qu’intérieur. En conseil des ministres, le chef d’Etat iranien le confirme: «La nation iranienne a remporté un grand succès politique, juridique et diplomatique aux Nations unies. La raison de cette victoire réside uniquement dans l’adhésion et la résistance du peuple (…) La grandeur de l’Amérique s’est effondrée, tout comme l’hégémonie mondiale dont ils pensaient disposer».

En parlant maintenant de perspectives, évidemment l’obtention de ce succès politico-diplomatique pour Téhéran est à mettre à l’actif de sa capacité de résistance aux sanctions et pressions, visant notamment son économie et son secteur énergétique, sans oublier les menaces régulières d’agression militaire à son encontre. C’est un fait qu’il est aujourd’hui fort difficile de nier.

D’autre part, il est également assez évident que la puissante solidarité sino-russe au Conseil de sécurité de l’ONU, y compris dans le soutien à l’allié iranien sur ce dossier, a joué un rôle de poids majeur. Poussant vraisemblablement par la même occasion les alliés européens de Washington à se désolidariser de lui sur ledit dossier – évidemment non pas par un désir de justice ou par un soutien au monde multipolaire, mais probablement bien plus par calculs mesquins. Le manque de soutien de leur part aux actions étasuniennes peut être vu comme une façon de jouer, une fois n’est pas coutume, la carte de souveraineté dont les pays en question manquent cruellement dans leur suivi constant, remarqué par les observateurs, des prérogatives de Washington.

Ceci étant dit, il apparait aujourd’hui qu’au vu des déclarations émanant d’outre-Atlantique, l’establishment US, malgré l’isolement, ne prévoit pas de reculer. Et menace déjà ouvertement non seulement Téhéran, mais également ses alliés chinois et russe. Bien que cette obstination washingtonienne à prétendre rester l’hégémon mondial et à vouloir à tout prix à imposer sa volonté au reste de la planète, semble plus que jamais compromise. Et cela, même les élites occidentales, bien que nostalgiques de l’ère unipolaire révolue, semblent comprendre de plus en plus.

Deux choses sont néanmoins sûres. Pour Washington, cette défaite évidente dans sa volonté d’isoler l’Iran est dure à avaler. Quant à l’Iran, il aura encore une fois démontré être une nation qu’il est fort compliqué à faire plier. Grande civilisation oblige.

Mikhail Gamandiy-Egorov

https://t.me/observateur_continental/395