Archives du mot-clé Ossétie du Sud

L’Ossétie du Sud organisera un référendum sur l’adhésion à la Russie

Les drapeaux de l’Ossétie du Sud et de la Russie

Les autorités sud-ossètes ont annoncé l’organisation d’un référendum sur l’adhésion à la Fédération de Russie. Le référendum est prévu pour 2017.

Il fallait s’y attendre. La République d’Ossétie du Sud revient à la question du rattachement à la Russie. Les habitants de la république devront prendre cette décision courant 2017. A noter que la « république-sœur » d’Ossétie du Nord fait partie intégrante de la Russie. Plus que cela, le peuple ossète fait certainement partie des peuples les plus patriotes composant l’Etat russe, aussi bien en tenant compte de l’histoire récente et plus ancienne. Il est logique qu’un même peuple puisse se rejoindre. 

Pour rappel, l’Ossétie du Sud était de facto indépendante depuis l’éclatement de l’URSS car ayant refusé de faire partie de la Géorgie post-soviétique. On se souvient aussi d’août 2008, lorsqu’en pleins Jeux Olympiques d’été de Pékin, l’ex-président géorgien pro-US Saakachvili (aujourd’hui gouverneur en Ukraine de la région d’Odessa…) lance une opération génocidaire contre Tskhinval, la capitale sud-ossète, en tuant par la même occasion plusieurs représentants des forces de maintien de la paix de la CEI et en massacrant de nombreux civils. La Russie interviendra et sauvera le peuple sud-ossète du génocide pur et simple, longuement préparé depuis Washington et Tbilissi. Et reconnaitra par la suite l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie (autre république ayant refusé de faire partie de la Géorgie suite à l’éclatement de l’Union soviétique).

Depuis pour les Ossètes du Sud, la réunification avec les Ossètes du Nord et donc avec la Russie est inévitable, selon leurs propres aveux. Evidemment cela ne plait guère à Washington qui a d’ores et déjà déclaré que les USA ne reconnaitront pas les résultats du référendum sud-ossète. La réponse d’Alexey Pouchkov, le président du Comité de la Douma (chambre basse du Parlement russe) pour les affaires internationales, ne s’est pas faite attendre elle aussi: « L’opinion des Etats-Unis sur le référendum en Ossétie du Sud n’a aucune importance ». 

Comme quoi, les USA et leurs satellites ayant organisé l’arrachement pur et simple du berceau historique de la Serbie en la qualité du Kosovo, pour y faire l’une des plus grandes bases de l’OTAN en Europe et dans le monde, et ce sans aucun référendum, juste sur la base d’une « décision » de personnes vraisemblablement responsables d’exactions sur les civils, notamment de trafic d’êtres et d’organes humains, reconvertis en « politiciens » fréquentables pour Washington et Bruxelles, n’apprécient évidemment guère lorsqu’ils ont en face l’expression d’une volonté populaire véritable et démocratique, d’autant plus allant à l’encontre de leurs intérêts géopolitiques.

Mais il faudra bien s’y faire car le monde multipolaire continuera de s’imposer et ce malgré les nouveaux défis qui lui sont lancés par ceux refusant ardemment la nouvelle réalité. Pour revenir à l’Ossétie du Sud, il faut de toute façon se rappeler que les Sud-Ossètes ont déjà pris leur destin en main en 1992 lorsqu’ils ont obtenu de facto leur indépendance. Puis une seconde fois en août 2008 lorsqu’ils ont dû faire face à la tentative d’éradication de leur peuple et de leur république. Désormais en 2017, ils auront l’occasion de prendre la décision historique de se rallier à leurs frères du nord, en la qualité des Nord-Ossètes et des citoyens de Russie en général.
Publicités

Plusieurs de mes amis et lecteurs souhaitaient avoir mon avis sur les raison d’une « avancée » vers l’objectivité de certains médias du mainstream, notamment vis-à-vis de l’Ukraine et de la Syrie. Le voici.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20160224/1022032651/medias-russie-abkhazie-gorgie-information.html

La trêve olympique, moment « idéal » pour déstabiliser un pays ?

La trêve olympique, moment « idéal » pour déstabiliser un pays ?

La déstabilisation de pays en y créant le chaos, via le sponsoring « d’opposants » aux gouvernements, formation de ces derniers dans des centres spécialisés, création de rébellions armées pour provoquer des putschs et destituer des chefs d’Etat et gouvernements légitimes,… Tout cela ne date pas d’hier. Bien que certaines de ces tactiques évoluent, si l’on peut dire ainsi, d’autres éléments se retrouvent eux dans la constante.

Août 2008. Ouverture des Jeux Olympiques d’été de Pékin. Le monde entier a les yeux rivés sur le principal événement sportif planétaire, organisé pour la première fois par l’empire du Milieu. Un événement durant lequel traditionnellement, tous les conflits au niveau global doivent être mis de côté, c’est ce qu’on appelle la trêve olympique.

Pourtant et en cette période de paix, de joie et de respect mutuel, la paix sera justement rompue. Dans la nuit du 7 au 8 août 2008 (le 8 ayant été le jour d’ouverture des JO de Pékin), les forces armées géorgiennes attaquent la République d’Ossétie du Sud et par la même occasion les forces de maintien de la paix russes et de la CEI chargées d’assurer la paix et de faire éviter les affrontements. Une attaque préparée d’avance et dans laquelle les USA joueront le premier rôle. Sans oublier les autres pays ayant participé à l’armement massif du régime criminel de Saakachvili, dont la Grande-Bretagne et Israël.

En effet, les Etats-Unis ont non seulement armé et formé l’armée géorgienne, mais des formateurs-soldats étasuniens participeront même à l’assaut de Tskhinval, la capitale d’Ossétie du Sud. Cette brève attaque fera tout de même 1600 victimes au sein de la population civile ossète (1600 sur un total d’environ 30 000 habitants que compte la ville). Brève car la Russie interviendra et sauvera le peuple ossète d’un véritable génocide massif. C’était donc en 2008.

Février 2014. Jeux olympiques d’hiver de Sotchi. Un événement organisé avec brio et que l’on a déjà traité précédemment. Une victoire de la Russie sur tous les plans, aussi bien organisationnel que sportif. Sauf que pendant ce temps, des forces malsaines pousseront définitivement l’Ukraine voisine dans le chaos. Une « révolution » selon les Occidentaux. Un coup d’Etat armé de tout ce qu’il y a de plus pur en réalité. Un putsch qui voit l’avènement de forces extrémistes dans cette « nouvelle Ukraine ». Tout ce qu’il y a de plus « démocratique » selon les élites politiques occidentales. Le problème, c’est que ces « élites » jouent avec le feu, dans le vrai sens du terme.

Pas tellement vis-à-vis d’eux-mêmes, mais surtout à l’égard des peuples qu’ils prétendent représenter. L’alliance avec les extrémistes wahhabites et salafistes en Syrie, dont bon nombre sont citoyens des pays de l’UE, qui rentreront demain (c’est déjà fait en grande partie pour ceux restés en vie) dans les pays de leurs citoyennetés respectives, représente une véritable bombe à retardement pour les populations des pays en question. Et à l’instar de la Syrie, en Ukraine, ceux que le Département d’Etat étasunien a massivement soutenus, en l’occurrence les groupes néo-nazis qui aujourd’hui contrôlent les rues d’une partie importante de l’Ukraine, représenteront demain eux aussi un vrai danger pour l’Europe. Cette Europe oublie trop souvent que le nazisme à une époque était justement venu par la violence des rues. Et les néo-nazis ukrainiens sont aujourd’hui tout aussi déterminés à prendre contrôle du pouvoir en Ukraine que l’étaient les nazis allemands avant que cela ne devienne le cas. D’ailleurs, le leader du tristement célèbre Praviy Sektor, Dmitri Iaroch, a désormais affirmé ouvertement son intention de se porter candidat à « l’élection » présidentielle en Ukraine. Le noyau dur fasciste de la « révolution pro-occidentale » aujourd’hui montre-t-il clairement ses visées pour demain ? Fort malheureusement pour l’Ukraine, oui.

Certains diront que les extrémistes existent partout. C’est vrai. Mais lorsqu’on arrive à la situation où ils font la loi, où ils affirment dorénavant représenter les « forces de sécurité » de tout un pays et où ils déclarent ouvertement leur désir de prendre officiellement le pouvoir, il y a de quoi à avoir peur. En Russie, où fort heureusement les organisations extrémistes ultra-nationalistes sont depuis déjà un certain temps dans l’illégalité, il serait impossible de voir un leader néo-nazi de skinheads racistes et xénophobes faire partie d’une « coalition » de pouvoir. Simplement impossible. Si tel était le cas, tout Russe censé passerait soit dans la résistance, soit quitterait le pays.

Maintenant, pour revenir à la relation Russie – Occident politique, les USA jouent leurs cartes géopolitiques, et l’Europe en paie les frais. Et la Russie dans tout cela ? Elle ne compte nullement se laisser marcher sur les pieds. C’est aussi simple que cela. Et ceux qui pensaient que la victoire diplomatique en Syrie n’était qu’un mirage d’un monde nouveau, qui pensaient aussi que l’Amérique latine redeviendrait leur arrière-cour, que le retour de la Russie n’était qu’un mythe, se sont terriblement trompés une fois encore.

Comme on le disait au tout début, certaines tactiques des USA & satellites changent et évoluent. D’autres restent les mêmes. Sauf qu’à notre niveau, on observe, on analyse et on prend note. Et déstabiliser des pays et nations en période de paix et de trêve olympique en dit long sur l’aspect moral des instigateurs. Quoiqu’il en soit, à toute tentative malsaine et néfaste se trouvera toujours une réponse digne et efficace. Que les faiseurs de troubles en prennent désormais bien note…

http://french.ruvr.ru/2014_03_12/La-treve-olympique-moment-ideal-pour-destabiliser-un-pays-0105/

Mikhail Gamandiy-Egorov