Archives du mot-clé Pays-Bas

Tragédie du vol 17 de Malaysia Airlines : complot ukraino-occidental ?

Plus de cinq années se sont écoulées depuis la tragédie du vol 17 de la compagnie aérienne Malaysia Airlines, lorsque le Boeing 777-200ER fut abattu. Une catastrophe ayant emporté la vie de 298 personnes. Depuis les accusations ne cessent de viser la Russie, ainsi que les représentants de la République populaire de Donetsk (DNR), aussi bien de la part de Kiev que des capitales occidentales. Le tout en ignorant tout simplement des faits fortement révélateurs.

Pour rappel, dès les premières heures de la tragédie, Kiev a immédiatement accusé les Forces armées du Donbass et la Russie d’en être responsables. Une accusation largement suivie par ses alliés occidentaux, d’outre-Atlantique comme européens. Depuis une enquête internationale est menée afin de déterminer les circonstances du crash. L’Ukraine a confié la coordination de l’enquête aux Pays-Bas. La Russie, de son côté, a fourni plusieurs preuves de sa non-implication dans cette tragédie – des éléments bien souvent et simplement ignorés par les membres occidentaux de l’enquête. Connaissant toute la sensibilité de la question, et ce surtout pour les familles des victimes de cette catastrophe criminelle, allons droit au but et aux faits concrets.

Premièrement, la société russe Almaz-Antei, le développeur du complexe de défense aérienne Buk – dont le tir de missile a été nommé comme étant responsable de la catastrophe – a mené une expérience à grande échelle en lien avec l’abattage d’avions par des missiles appartenant à ce complexe. Les résultats de l’expérience ont prouvé de manière irréfutable que, compte tenu de tous les paramètres, le lancement du missile sur le Boeing malaisien a été effectué au niveau du village de Zaroshchenskoye – qui se trouvait au moment des faits sous contrôle des militaires ukrainiens.

Deuxièmement, le ministère russe de la Défense est allé jusqu’à déclassifier les informations sur le missile, qui selon les enquêteurs néerlandais, ait abattu l’avion. Selon les documents déclassifiés, le missile portant le numéro de série 8-8-6-8-7-2-0, a été transféré à l’Ukraine – et ce encore à l’époque soviétique – plus exactement le 29 décembre 1986, et envoyé au sein de l’unité militaire vingt-cent-cinquante-deux, disloquée dans la région de Lvov (ouest ukrainien).

En outre, de nombreux éléments supplémentaires ont été recueillis par des experts internationaux indépendants. Cependant, la partie occidentale de l’équipe d’enquête conjointe les ignore tout simplement. Vraisemblablement pour une raison simple : car ces informations ne s’inscrivent pas dans le scénario de provocation préétabli.

A titre d’exemple, le blogueur néerlandais Max van der Werff a visité à plusieurs reprises le site du crash du Boeing. Les résultats de ses enquêtes réfutent les allégations de l’implication de la Russie. Un détective privé allemand, Joseph Resch, était prêt quant à lui à communiquer aux Néerlandais des informations sur les causes de la tragédie, les noms des responsables, ainsi que les données des satellites américains. Cependant, les enquêteurs occidentaux ont également rejeté son offre.

Mais là aussi ce n’est pas tout. Plusieurs informations ont fuité au sein des services secrets ukrainiens. Dans ces fuites, un élément très intéressant vient s’ajouter aux informations citées ci-haut. Il ressort d’une réunion du 7 septembre 2014 à laquelle avaient pris part le président ukrainien et quatre hauts cadres de son gouvernement (Pavlo Klimkine, Valéri Heletei, Viktor Gvozd, Valentyn Nalyvaitchenko) que « toutes les questions de participation de la partie malaisienne sur le lieu du crash du Boeing doivent être coordonnées exclusivement avec la Commission d’enquête néerlandaise ». Au-delà du fait que le chef de l’époque du renseignement ukrainien – et non pas les organes responsables de l’enquête – prenne part à cette réunion en cercle limité, le fait assez incroyable de cette décision étant de limiter la participation de la Malaisie – le pays-propriétaire de l’avion abattu – dans les travaux de cette enquête. Pour quelle raison ? Pour une raison simple, la Malaisie a été probablement le seul pays membre de l’équipe des enquêteurs à avoir adopté une position objective dans la mise en œuvre de l’enquête, sans lancer d’accusations fortement précipitées.

Aussi, les représentants de la République populaire de Donetsk ont été plus que coopératifs afin de faciliter le travail des enquêteurs internationaux et à cet effet ont fait preuve d’incomparablement plus de transparence que les autorités kiéviennes. Et ce malgré le fait que là aussi les éléments fournis ont été presque complètement ignorés par les Pays-Bas et les autres représentants occidentaux.

Quelle conclusion en faire ? Etait-ce une provocation préparée à l’avance en coordination des services secrets occidentaux et ukrainiens pour faire porter l’accusation de terrorisme à la Russie et aux républiques populaires du Donbass ? Ou était-ce un crime odieux réalisé par les putschistes de Kiev sur le coup et sans préparation au préalable, pour ensuite mettre le tout sur le dos de Moscou et de la DNR ?

Last but not least, le suicide soudain de Vladislav Volochine – pilote de l’armée de l’air ukrainienne qui participait aux bombardements du Donbass et qui se trouvait dans la zone où a été abattu le Boeing malaisien, une tragédie ayant emporté pour rappel la vie de 298 personnes. Selon l’enquête ukrainienne la mort dudit pilote a eu lieu sans « interférence extérieure ». Sa mort est-elle due en raison des remords quant aux actions commises contre la population du Donbass ? Ou connaissait-il d’autres informations qui auraient pu être utiles pour élucider cette tragédie ? Aujourd’hui, il est impossible de répondre à cette question. Le mystère ne s’arrête pourtant pas là : le contrôleur aérien Anna Petrenko, ayant opéré en Ukraine le 17 juillet 2014 le vol de la Malaysia Airlines est disparue des « radars » jusqu’à ce jour et n’a toujours pas été entendu dans le cadre de l’enquête que les spécialistes occidentaux affirment mener « objectivement ». A chacun de faire sa propre conclusion.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1311

Incident diplomatique aux Pays-Bas, simple hasard ?

Бородин нападение нидерланды

Les derniers jours ont été de nouveau assez agités pour la diplomatie russe. Après l’agression de Dmitri Borodine, conseiller de l’Ambassade de Russie aux Pays-Bas, le ministère russe des Affaires étrangères a clairement indiqué que la Russie attendait des excuses officielles de la part de l’Etat néerlandais, ainsi que des sanctions à l’encontre des responsables de cette violation flagrante de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

 Parmi les points principaux de ladite convention : l’immunité du personnel diplomatique et l’inviolabilité des ambassades. Et qu’apprend-t-on ? Sous un prétexte vraisemblablement créé de toute pièce, des policiers en camouflage ont pénétré le domicile du diplomate russe, l’ont tabassé et menotté devant ses enfants, puis emmené au poste de police. Dmitri Borodine sera relâché le matin du jour suivant sans aucune explication, ni excuse…

 L’ambassadeur des Pays-Bas en Russie sera immédiatement convoqué au ministère russe des Affaires étrangères où il recevra une note de protestation. La Russie y a exigé des excuses officielles de la part de l’Etat batave, de même que des sanctions contre les fonctionnaires néerlandais responsables de l’attaque contre le diplomate de l’ambassade de Russie. Le président russe Vladimir Poutine s’exprimant à ce sujet depuis l’île indonésienne de Bali où il participait au sommet de l’APEC (Coopération économique pour l’Asie-Pacifique), a clairement fait comprendre que la Russie ne tolérerait pas ce genre d’attaques à l’encontre des officiels et citoyens russes où qu’ils soient, et que d’autre part la Russie allait attentivement suivre cette affaire. Les principaux partis politiques russes ont appelé quant à eux à une mobilisation, notamment à travers des manifestations devant l’ambassade des Pays-Bas à Moscou.

 Finalement, les Pays-Bas ont présenté officiellement mercredi dernier leurs excuses à la Russie pour cet incident diplomatique sans pour autant et pour l’instant punir les responsables. Le ministère russe des Affaire étrangères a réagi en affirmant que « la Russie a clairement déclaré qu’elle attendait toujours de nouvelles avancées concernant, entre autres, la mise en accusation des fonctionnaires hollandais coupables d’une violation du droit international, qui est reconnue par les Pays-Bas », lit-on dans le communiqué du ministère. Si ces responsables ne sont pas sanctionnés, il est à penser que les relations bilatérales seront réexaminées par la Russie.

 L’autre question que se sont posées plusieurs analystes russes concerne le fait de savoir si cet incident était purement lié au hasard et à l’incompétence de certains fonctionnaires hollandais, ou bien si c’était une provocation planifiée. Il est vrai que cette dernière version est tout à fait possible et peut avoir plusieurs raisons. Selon Valeri Vlassov, ex-ambassadeur de l’URSS et de la Fédération de Russie en Libye (1990-1995), cette action peut-être une sorte de vengeance suite à l’arrestation récente du bateau de Greenpeace battant pavillon néerlandais. Pour rappel, cette arrestation s’est déroulée après l’attaque d’une plateforme pétrolière russe par l’équipage dudit navire.

 Selon d’autres opinions, cela peut être également dû au fait que les Pays-Bas en veulent toujours à la Russie d’avoir adopté la loi interdisant la propagande de l’homosexualité auprès des mineurs. Compte tenu du fait que les Pays-Bas ont été le premier pays à avoir autorisé le mariage des homosexuels et comptant un puissant lobby LGBT très actif, cette version ne serait donc pas si surprenante. Plus globalement, il est vrai que les récents succès de la Russie au niveau international, notamment après avoir empêché une intervention armée contre la Syrie, déplait à un certain nombre de pays. Non seulement pour avoir mis à mal leurs plans malsains, mais aussi pour avoir définitivement remis en cause l’hégémonie et « l’exclusivité » occidentale.

 Quoiqu’il en soit, la Russie a prouvé une fois de plus qu’elle ne comptait nullement fermer les yeux sur des provocations et des attaques la visant elle, ses représentants et ses concitoyens.

http://french.ruvr.ru/2013_10_14/Incident-diplomatique-aux-Pays-Bas-simple-hasard-2775/

Mikhail Gamandiy-Egorov