Archives du mot-clé Politique

Entretien avec Edouard Bizimana

Assemblée générale de l'ONU

Un grand nombre de dirigeants africains ont fait le déplacement à New York pour la 73ème Assemblée générale des Nations unies. Analyse de cet événement d’envergure mondiale et de la place de l’Afrique dans la conduite des affaires internationales avec Edouard Bizimana, ambassadeur de la République du Burundi en Russie.

 

Sputnik: Comment analyseriez-vous le contexte international dans lequel s’est tenue la dernière Assemblée générale de l’ONU?

Edouard Bizimana: La 73ème Assemblée générale des Nations Unies s’est tenue dans un contexte d’incertitudes et de tensions consécutif à la crise conceptuelle du multilatéralisme. Les ingérences de certaines grandes puissances dans les affaires intérieures des autres Etats, les conflits en Syrie, en Libye, au Yémen, les guerres commerciales entre les Etats Unis d’Amérique et leurs partenaires européens et asiatiques, l’instrumentalisation des Nations unies et de ses organismes, la crise migratoire, le terrorisme, la montée du populisme en Europe, etc. donnent l’image d’un monde en pleine mutation.

Sputnik: Quels sont selon vous les grands enjeux internationaux du moment?

Edouard Bizimana: La 73ème Assemblée Générale des Nations Unies qui s’est tenue à New York du 25 septembre au 1er octobre 2018 s’est déroulée à un moment où le monde fait face à des défis majeurs, notamment les changements climatiques, la crise migratoire, le terrorisme et les guerres. Pour ce qui est des changements climatiques, il est à noter qu’ils constituent un danger mondial qui nécessite des solutions concertées et globales. L’Assemblée Générale des Nations unies s’est tenue quelques jours seulement après la tempête Florence qui a balayé le sud-est des Etats-Unis d’Amérique (les deux Carolines et la Virginie) faisant des dégâts humains et matériels importants. Ici, je ne parle pas du tsunami en Indonésie qui vient de balayer les Iles des Célèbes (Palu) et a fait plus de 1.500 morts et des dégâts matériels importants. Toutes les parties du monde font face à des inondations qui ravagent tout sur leur passage: en Afrique, en Asie, en Amérique. Malgré les efforts et certaines initiatives, notamment le « One Planet Summit », le retrait de certaines puissances de l’accord sur le climat inquiète plus d’un. Quid des engagements déjà pris dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre? Il faut signaler ici que certaines parties du monde comme l’Afrique ne font que subir, comme des victimes innocentes, car n’ayant pas d’industries. Les grands pollueurs continuent à polluer et le monde continue à compter ses morts.

Pour ce qui est de la crise migratoire, il faut noter que la question est prise au sérieux en Europe et risque de bousculer le paysage politique dans certains pays. Les migrations nourrissent actuellement le populisme, l’extrémisme en Europe et inspirent des politiques de repli identitaire. Actuellement, toute personne de couleur noire en Europe est perçue comme immigrant illégal, comme un crachat de la Méditerranée. Il suffit de voir comment les Africains sont fouillés et interrogés dans des aéroports en Europe. Mêmes les délégations officielles subissent le contrecoup tandis que les conditions d’obtention de visa pour l’Europe se durcissent de plus en plus. Inutile de revenir sur les pertes en vies humaines et les humiliations subies par les candidats à l’exil. Pourtant, dans la plupart de cas, c’est le chaos créé par certains pays occidentaux dans les pays africains et asiatiques qui sont à l’origine des mouvements. Les politiques de changement de régime, l’exploitation illégale des ressources dans certains pays africains créent le chaos et contribuent à la paupérisation des populations. On a l’impression que les leaders africains semblent ne pas se soucier du sort de leurs populations et dans leurs propres pays et dans les pays d’exil. Certains pays n’ont commencé à réagir qu’après la diffusion des images d’esclavage en Libye diffusées par la chaîne américaine CNN. Mêmes les milliers de cadavres des migrants rejetés par les mers ne semblaient pas émouvoir les pays d’origine. Logiquement on s’attendait a ce que les pays africains fassent front commun pour lutter contre ce fléau en créant des conditions permettant à leurs populations de se sentir en sécurité (économique et physique) chez elles, d’une part, et surtout en prenant des mesures contre les pays occidentaux qui maltraitent les migrants, d’autre part.

Le terrorisme et les guerres qui ont cours dans plusieurs parties du monde sont, dans la plupart des cas, le produit des actions unilatérales de certaines puissances occidentales. Les guerres en Libye, en Syrie, au Yémen s’inscrivent dans cette logique. Les nations du monde doivent se lever pour bloquer des actions susceptibles de créer le chaos dans les pays. Cela ne peut être possible que si les Nations unies, son Conseil de sécurité et ses agences des droits de l’Homme cessent d’être instrumentalisés et politisés pour servir les intérêts des uns contre ceux des autres. Le cas du Burundi avec le Conseil des droits de l’Homme des Nations unies, avec la Cour pénale internationale est là pour rappeler, à qui veut l’entendre, cette instrumentalisation des agences des Nations unies. Les actions inamicales à l’encontre du Burundi reposent souvent sur les rapports de ces agences, qui pourtant sont loin de refléter la réalité sur terrain. Les menaces des Etats-Unis d’Amérique et d’Israël contre l’Iran pourraient constituer une menace contre la paix et la sécurité internationales si jamais ces menaces devaient se concrétiser. Ici, les Nations unies doivent être très vigilantes pour éviter les erreurs du passé: Irak, Libye.

Sputnik: Quelle analyse feriez-vous des interventions des chefs d’Etat africains lors de cette 73ème Assemblée générale des Nations unies?

Edouard Bizimana: S’il est évident qu’il faut prendre la parole aux Nations unies, un symbole d’égalité juridique et de reconnaissance internationale, il est aussi légitime de se poser la question de ce qu’il faut dire ou ce qu’il ne faut pas dire. Faut-il aller aux Nations unies pour défendre sa politique intérieure, défendre son bilan, accuser ses ennemis ou faut-il simplement parler pour parler? On a vu de tout cela au cours des assemblées générales des Nations unies. Il est devenu possible de prévoir le contenu des discours à l’ONU et le fait que ces discours donnent l’impression d’une sorte de lamentation devant le mur des Nations unies font que souvent la plupart des orateurs parlent dans une salle presque vide. Pourtant, écouter l’autre est aussi un signe de respect qui devrait caractériser les Nations unies.

Revenant sur les interventions des uns et des autres, je constate une certaine constance dans tous les discours des représentants africains: la réforme du conseil de sécurité des Nations unies est reprise par tous les intervenants. Reste à savoir s’il y aurait du changement même si cette réforme était réalisée. Est-ce que l’influence des grandes puissances, qui financent le gros du budget de cette organisation, changerait? Est-ce que les menaces et intimidation de certaines grandes puissances vis-à-vis des membres du Conseil de sécurité pour influencer leur vote vont pour autant s’arrêter? Etonnant aussi de constater que certains discours manquent de substance et se contentent des formules toutes faites et sans trop de conviction. Sinon comment comprendre la référence au panafricanisme faite par le président rwandais quand on connaît le rôle déstabilisateur joué par le Rwanda dans la région des Grands Lacs? Comment comprendre cette référence au moment où le Rwanda est le seul pays africain qui a voté une résolution de la Commission des droits de l’Homme des Nations unies qui étrangle injustement le Burundi, un pays voisin? L’Afrique ne pourra pas trouver sa place dans l’économie mondiale, ne pourra pas être gérée autrement tant que ses leaders continueront d’imiter l’Occident, continueront de servir de têtes de pont ou de jouer les pions.

Certains représentants vont même défendre leur bilan aux Nations unies comme s’ils avaient été élus à la tête de leurs pays par les Nations unies. D’autres manquent l’occasion de soulever les questions qui peuvent fâcher ou mettent l’organisation elle-même devant ses responsabilités. Ils préfèrent rester dans le vague en évitant de pointer un doigt accusateur. La Libye n’a-t-elle pas été saccagée par l’Occident avec l’accord des Nations unies? Les résolutions du Conseil des droits de l’Homme sur le Burundi ne sont-elles pas motivées par la volonté de changer le régime en place à Bujumbura, initié par certains pays occidentaux bien connus des Burundais? N’est-ce pas que les Nations unies et son Conseil de sécurité n’ont jamais voulu condamner l’agression du Rwanda contre le Burundi malgré les preuves fournies?

Enfin, on constate plutôt que le siège des Nations unies est devenu un lieu de confrontation entre souverainetés, entre idéalisme et pragmatisme, un lieu où les consensus sont devenus très difficiles à trouver, car l’Assemblée générale devient une occasion rêvée pour certains de régler leurs comptes. Au moment où certains viennent prêcher dans le désert pour se donner bonne conscience, les autres disent et font, voire font sans dire, car ils n’ont plus confiance en cette institution. Le doute sur la possibilité d’une action collective pousse certains pays à privilégier des solutions radicales, non concertées et à court terme. L’absence des présidents chinois et russe à cette assemblée générale, deux membres permanents du Conseil de sécurité, montre en partie cette perte de confiance. Il pourrait en être de même pour la moitié des chefs d’Etat africains qui n’ont pas fait le déplacement à New York cette année.

Sputnik: On remarque assez souvent l’absence de l’Afrique dans les débats sur les sujets qui la concernent directement. Cela est particulièrement visible de la part des élites politiques occidentales. Qu’en pensez-vous?

Edouard Bizimana: C’est malheureusement devenu une tradition depuis la conférence de Berlin de 1884-1885 qui consacra le partage de l’Afrique entre puissances occidentales. Depuis longtemps, l’Afrique est perçue comme objet et non comme sujet des relations internationales et c’est probablement cela qui a poussé le président Sarkozy à déclarer que « L’Afrique n’était pas suffisamment entrée dans l’Histoire ». Pour plusieurs pays occidentaux, l’Afrique est perçue seulement comme un réservoir de matières premières destinées à développer les autres. Pour le reste, l’Afrique est généralement perçue dans sa dimension pathologique: migrants, maladies, pauvreté, guerres, etc. Ce qui est drôle, c’est le fait que les Africains eux-mêmes ont fini par s’accommoder de cet état de fait. Ils ont tendance à esquiver les sujets qui touchent directement l’Afrique. Il suffit de voir comment l’Europe est très préoccupée par l’immigration alors qu’en Afrique le sujet reste presque tabou. Pourtant, ceux qui meurent dans les mers sont des Africains pour la plupart. La participation de l’Afrique à la 73ème Assemblée Générale des Nations unies est de 21,80% au niveau des chefs d’Etat et cela montre que si les Africains s’unissaient autour d’un sujet, ils pourraient facilement influencer la décision. On a vu cela avec la résolution de la Commission des droits de l’Homme sur le Burundi adoptée le 27 septembre 2017 à Genève où les pays africains ont apporté leur soutien au Burundi (même si en 2018 ils n’ont pas maintenu l’élan) faisant ainsi pencher la balance.

Sputnik: Quelles sont pour vous les voies possibles pour que l’Afrique puisse pleinement jouer le rôle qu’elle mérite sur la scène internationale? Pour cela, l’Afrique devrait-elle miser encore plus sur le panafricanisme et une interaction encore plus importante avec les puissances dites « émergentes », dont les pays Brics?

Edouard Bizimana: La seule façon pour l’Afrique d’avoir sa place dans la gestion des affaires internationales serait de pouvoir parler d’une seule voix à travers l’Union africaine. Malheureusement, cette dernière est en panne sèche et manque d’indépendance. Cela est dû en grande partie au fait que certains dirigeants africains sont plus préoccupés par leur propre survie que la survie de leurs peuples. C’est cela qui explique pourquoi certains préfèrent jouer le jeu du colon en déstabilisant les voisins qui osent défier l’Occident. Le Burundi en a fait l’expérience en 2015, année où le Rwanda et la Belgique ont joué un rôle majeur dans la déstabilisation du Burundi à la suite des élections de 2015. La Libye reste une illustration parfaite du manque de solidarité entre pays africains et cela constitue un coup très dur au panafricanisme. En effet, très peu de chefs d’Etat africains ont levé le petit doigt pour condamner l’agression contre ce pays. Actuellement, tous les voisins de la Libye sont confrontés aux problèmes de terrorisme. Etant devenus incapables de se défendre eux-mêmes contre les groupes terroristes, ils font appel à l’Occident pour assurer la protection de leurs frontières.

Le Burundi reste un cas d’école en termes de résistance et de promotion du panafricanisme. En effet, ses dirigeants ont décidé de prendre la destinée du pays en mains sans fléchir et céder aux injonctions occidentales. L’histoire retiendra que le Burundi a tenu tête face à l’Occident pendant des années et des années malgré les moyens colossaux investis pour opérer un changement de régime au Burundi depuis 2015. Il a pu financer des programmes politiques et des projets de développement, il a pu payer les salaires des fonctionnaires et totalement financer son budget après les sanctions imposées par l’Union européenne. Le Burundi est un des rares pays qui développe un panafricanisme digne de nom et qui fait peur aux Occidentaux qui craignent un effet de contagion dans la région, sur le continent et dans le monde entier.

La dépendance financière de l’Union africaine vis-à-vis de l’Union européenne est un autre handicap. En effet, le budget et les programmes de l’organisation dépendent des contributions de l’UE sans lesquelles l’organisation ne peut pas survivre. Les pays membres ne parviennent plus à s’acquitter de leurs contributions vu que même leurs budgets de fonctionnement sont financés par l’Occident. C’est pour cela que l’Union européenne pèse très lourd dans certaines décisions de l’Union africaine tel qu’observé par rapport au paiement des soldes des soldats burundais de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM). Il a fallu le courage de certains leaders africains pour faire fléchir l’Union européenne qui voulait à tout prix déstabiliser la mission et mettre en péril les acquis de plusieurs années.

Le renforcement des organisations régionales reste une bonne voix pour l’Afrique de consolider sa position sur la scène internationale. Mais là aussi, tout dépend de la stature des chefs des Etats membres. On a vu le rôle de l’IGAD, de l’ECOWAS, de l’East African Community dans la prévention et résolution des crises régionales. La position sans équivoque du président Yoweri Kaguta Museveni de l’Ouganda et du président Magufuli de la Tanzanie par rapport au Burundi post 2015, et en dépit des pressions de l’Union européenne, est à saluer. Dans la plupart des cas, la fragmentation est telle que mêmes sur des sujets qui concernent la survie de l’Afrique, les dirigeants ne s’entendent pas. Certains leaders ont peur de prendre position pour ne pas fâcher les Occidentaux qui les maintiennent au pouvoir.

L’interaction avec les Brics ne peut pas constituer une alternative, car ces pays défendent d’abord et avant leurs intérêts respectifs. Lors du vote de la récente résolution contre le Burundi, le 28 septembre 2018 à Genève, l’Afrique du Sud n’a pas osé voter contre la résolution tandis que le Brésil post-Rousseff a voté pour la résolution. On constate que c’est d’une part l’état des relations bilatérales et les intérêts nationaux, d’autre part, qui dictent la conduite que les Etats adoptent au sein des organisations internationales quand il s’agit de soutenir ou d’étrangler tel ou tel pays. Les relations diplomatiques et économico-commerciales entre le Burundi et le Brésil ou entre le Burundi et l’Afrique du Sud, ne sont pas plus fortes que les relations que ces pays ont avec les Etats-Unis d’Amérique, avec la France, avec le Royaume-Uni, par exemple. Dans le cas où il faut ménager la chèvre et le chou, certains pays préfèrent s’abstenir. C’est ce que plusieurs pays (dont 9 africains) ont fait lors du vote de la résolution contre le Burundi, le 28 septembre 2018.

Sputnik: Qu’en est-il de la Russie et de la Chine? N’ont-ils pas plusieurs fois soutenu et défendu le principe de la souveraineté du Burundi?

Edouard Bizimana: La Russie et la Chine ont un double statut particulier et cela fait d’eux les piliers des Brics. D’abord les deux pays sont des membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies et, à ce titre, ils ont pu éviter des situations dont les conséquences pouvaient être difficilement gérables. Ils ont toujours plaidé pour le respect des principes du droit international et leur détermination à défendre ces principes a permis de freiner les élans hégémoniques et d’ingérence des Occidentaux dans les affaires intérieures d’autres Etats, dont le Burundi. Ces deux puissances se complètent parfaitement, car à elles deux elles réunissent deux aspects importants de puissance: l’économie et la puissance militaire. C’est pour cela qu’elles peuvent s’opposer à l’Occident sans trop de craintes. Ce qui n’est pas le cas avec d’autres membres des Brics. Ce sont les bonnes relations historiques entre le Burundi et ces deux pays qui les poussent à soutenir le Burundi dans sa lutte contre l’impérialisme occidental. Donc, les relations entre le Burundi et ces deux puissances précèdent la naissance des Brics en tant que bloc organisé.

De surcroît, les Brics semblent privilégier l’aspect économique et ses positions politiques ou idéologiques ne sont pas encore très perceptibles sur la scène internationale. Les prises de position des Brics, en tant que bloc, (à l’instar de l’Union européenne ou du G7) sur des sujets politiques, diplomatiques et idéologiques d’envergure internationale sont rares, voire inexistantes, pour le moment. La stratégie visant à se consolider économiquement d’abord pour ensuite bâtir un socle politico-diplomatico-idéologique solide me semble la meilleure. Je pense que l’Occident a pris conscience de cette option et tente d’affaiblir économiquement les pays membres des Brics: les sanctions prises contre la Russie et la Chine, la guerre commerciale lancée contre la Chine entrent dans cette optique. A noter que les économies brésilienne et sud-africaine ne sont pas dans leur meilleure forme pour le moment. Inutile de signaler que la prédominance du dollar américain dans les transactions commerciales internationales, comme l’un des vestiges de la Deuxième Guerre mondiale, est une question de vie ou de mort pour les Américains. Il y a donc la crainte qu’une autre monnaie de change utilisable dans les transactions internationales, puisse avoir le jour. C’est pour cela que les Américains sont prêts à tout faire pour affaiblir les Brics pour garder le monopole du dollar dans les échanges commerciaux internationaux. Le jour où le baril de pétrole et d’autres matières premières stratégiques seront vendus dans une autre monnaie que le dollar, où le prix de l’or se fixé dans une autre monnaie que le dollar, le monde pourra s’attendre à une autre guerre mondiale. Pour le moment, tous les autres litiges peuvent se résoudre pacifiquement tant que le dollar reste la principale (voire l’unique) monnaie dans les échanges internationaux.

Idéologiquement, ce sont la Russie et la Chine qui peuvent porter les Brics et l’Inde et la Chine, économiquement. L’éloignement géographique du Brésil risque aussi de se transformer en éloignement idéologique des autres membres des Brics. C’est en définitive signifier que l’interaction avec l’Afrique doit plutôt se faire plus avec les pays membres des Brics individuellement et moins avec les Brics en tant que bloc, en attendant que le bloc se consolide idéologiquement.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201810051038390103-ambassadeur-edouard-bizimana-entretien/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Quand la présence russe en Centrafrique agace la France

 

Bangui

Le rapprochement Bangui-Moscou, suscite inquiétude et agitation dans les milieux politiques, diplomatiques et médiatiques occidentaux. La Centrafrique, longtemps considérée comme partie intégrante du «pré-carré» de l’Élysée, semble de plus en plus en route pour prendre en main son destin sans demander l’avis de l’ancienne métropole coloniale.

 

Depuis déjà quelques semaines, les principaux médias mainstream, dont France 24, Le Monde, RFI et d’autres ne cessent de commenter le rapprocher russo-centrafricain au grand dam des Occidentaux, notamment de Paris:

Cette inquiétude est d’autant plus justifiée que l’opinion publique centrafricaine donne largement raison aux instructeurs militaires russes, venus former les Forces armées centrafricaines (FACA) au maniement des armes livrées par la Russie. Dans un Vox Pop réalisé par la chaîne TV panafricaine Afrique Média TV dans la capitale de la RCA, les langues des citoyens centrafricains se délient:

Cerise sur la gâteau, cette opinion clairement anti-française et largement favorable à la Russie est loin de se limiter à la Centrafrique. Il suffit de poser ces mêmes questions n’importe où en Afrique, notamment francophone, pour s’en rendre compte. De Bamako à Abidjan, de Douala à Conakry, de Brazzaville à Niamey — partout, cette opinion est partagée.
Faut-il en être surpris? Aucunement. Violation constante de la souveraineté des pays africains, pillage des ressources naturelles, soupçons de viols sur mineurs — notamment en Centrafrique par les soldats français de l’opération Sangaris et la liste est loin, bien loin, d’être exhaustive.

Et la Russie? Son absence d’histoire coloniale en Afrique, son ferme soutien durant la Guerre froide aux mouvements africains de libération nationale, la formation de milliers de cadres africains dans le cadre de l’assistance et les succès récents de la politique extérieure russe — tout cela facilite largement le renforcement des relations russo-africaines, à l’heure du plein retour de la Russie postsoviétique en terre africaine.

Maintenant, parlons perspectives. Face à cette «révolte» politico-diplomatico-médiatique française face à «l’insolence» russe de venir mettre à mal la politique néocoloniale française et plus généralement occidentale, que va entreprendre la France? Il est assez clair que les forces spéciales françaises, tellement «efficaces» lorsqu’il est question de violer la souveraineté d’un pays africain, comme ce fut le cas en Côte d’Ivoire, n’oseront certainement pas attaquer directement des forces plus professionnelles qu’elles. Peut-on pour autant dire que leur capacité de nuisance est entièrement mise à zéro? Certainement pas. Les élites françaises, à l’instar des autres élites occidentales, vont certainement miser sur le financement de rébellions — existantes et nouvelles pour maintenir le chaos et entraver tout développement durable.

Comment réagir face à ces provocations? Le plus important selon moi, c’est de ne pas reculer. La Syrie, aujourd’hui un cas d’école, en représente certainement la preuve éclatante. Pour vaincre les forces néocolonialistes nuisibles, il faut rester debout, même lorsque l’ennemi pense qu’il est arrivé à son but. Évidemment, des alliés, et plus encore des alliés fiables, sont aussi un élément très important. Aujourd’hui, la République centrafricaine s’en rend compte chaque jour un peu plus. Les néocolonialistes, eux, peuvent continuer à fomenter de sales coups en prenant des calmants pour réduire leur stress, le fait est que face à des gens déterminés et surtout qui comprennent désormais les défis auxquels leurs nations font face, ils ne sauront vaincre. Le cadre multipolaire du respect de la souveraineté et de la dignité de chaque peuple s’impose. Et avec lui les nouvelles réalités. Dernier point: la rue africaine est aujourd’hui géopolitiquement clairement plus instruite que la rue européenne. Et cela aussi, c’est une garantie de la victoire à venir.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201805071036260444-russie-centrafrique-france/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Pourquoi la France finira-t-elle par perdre l’Afrique?

Maroc

Malgré toutes les tentatives de maintenir ce que l’Élysée continue de considérer comme son «pré carré», les événements en cours confirment l’hypothèse d’une perte d’influence de l’Occident sur le continent africain.

Au moment où la Chine est en train de devenir la partenaire privilégiée d’un grand nombre de pays d’Afrique et que la Russie confirme son retour sur le continent, l’Occident politique ne cache pas sa vive inquiétude. Et il y a de quoi. Car au-delà de la puissance sino-russe, ce dont il faut tenir compte en premier lieu, c’est de la volonté des Africains eux-mêmes. Il s’agit de leurs pays respectifs, de leur continent, de leur avenir.

Evidemment, dans cette défaite qui se profile pour les intérêts occidentaux en Afrique, Paris sera certainement la grande perdante. Certes, les USA et la Grande-Bretagne sont dans le viseur des panafricanistes et des patriotes africains. Mais c’est la France qui est en première ligne, pour une raison simple: c’est elle qui dispose du plus grand nombre de bases militaires étrangères et extracontinentales en Afrique. Et bien que justifiant sa présence par la «protection» de la sécurité et de la stabilité des États concernés, il est aujourd’hui clair qu’il n’en est rien. La seule raison réelle de cette présence réside dans la nécessité de contrôler les ressources naturelles africaines, dont la France a tellement besoin pour maintenir sa relative puissance économique.

Le franc CFA est une autre pierre d’achoppement entre Paris et le continent africain, la majorité de panafricanistes considérant cette monnaie comme l’une des principales émanations du néocolonialisme en Afrique. Il y a bien sûr aussi le non-respect de la souveraineté africaine et l’ingérence non voilée dans les affaires intérieures de plusieurs pays, comme en Côte d’Ivoire, en Libye, au Mali, en Centrafrique, au Cameroun et bien d’autres. D’ailleurs, les récents événements en Syrie ont une fois de plus montré aux yeux de l’opinion internationale, y compris africaine, ce que représentait la politique internationale «française».

Et ce n’est pas tout. Lorsqu’on se trouve par exemple au Maroc ou en Algérie, et que l’on y observe les nombreux migrants d’Afrique subsaharienne cherchant à parvenir dans «l’eldorado» européen, on se rend compte d’une réalité indéniable: Sénégalais, Maliens, Ivoiriens, Guinéens et d’autres représentants de pays appartenant encore au fameux système de la Françafrique représentent probablement pas moins de 90% de ces migrants.

On n’y croise pas d’Angolais, de Namibiens ou d’Équato-Guinéens. Pourquoi, me direz-vous? Car il y a une différence majeure entre les pays en question: ces derniers assument leur souveraineté et leurs dirigeants ont pu faire profiter leurs populations des dividendes des ressources naturelles nationales. Les premiers, pourtant eux aussi très riches en termes de matières premières, voient la France, ou plutôt l’élite atlantiste de l’Élysée et ses affidés, les piller sans vergogne, ce qui pousse leurs citoyens, notamment la jeunesse, à aller chercher une vie meilleure ailleurs, y compris au péril de leur vie.

Et il y avait aussi la Jamahiriya libyenne de Kadhafi, qui pouvait se permettre d’accueillir un bon nombre de ces migrants et de leur offrir une vie décente sur le continent africain, sans avoir à traverser la Méditerranée. Mais cela, c’était avant. Avant que des personnages tels que Sarkozy ou Bernard Henri-Levy ne transforment ce pays tantôt prospère en une nouvelle zone de chaos et d’extrémisme.

Évidemment certains «bien-pensants», en lisant ces lignes, crieront haut et fort: «et les leaders africains alors?» N’est-ce pas à eux que d’assurer une vie digne à leurs concitoyens? Oui, encore faut-il leur en donner les moyens. Et c’est là justement que l’on en revient à la question des bases militaires. Il suffit qu’un leader patriote africain essaie de faire bouger les lignes, ou en d’autres termes de diversifier ses partenariats avec le monde extérieur, pour qu’il fasse certainement face à une rébellion armée orchestrée par l’Occident, à une tentative de putsch —suivez mon regard…-, et si les deux premières «options» ont échoué, à une intervention des forces spéciales françaises, dans la pure tradition néocoloniale. Clin d’œil au passage à la force Licorne en Côte d’Ivoire.

Mais le monde a déjà beaucoup changé, continue de changer et continuera de changer. Dans cette nouvelle optique, et vu de ce que pense la grande majorité de la rue africaine, de Bamako à Bangui et d’Abidjan à Douala, les forces néocoloniales finiront par perdre pied. Pas de doute là-dessus. Les puissances partisanes du monde multipolaire, elles, continueront de coopérer avec l’Afrique dans le strict respect de sa souveraineté, de ses traditions et de ses valeurs. C’est aux Africains que de choisir leurs partenaires. Pas à Washington, Paris ou Londres. Cette normalité deviendra réalité dans un avenir proche.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201804201036034935-france-afrique-perdre/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Multipolarité, la fin de l’apartheid dans les relations internationales?

globe

Un système injuste qui prétend agir au nom du bien de tous, un système où une minorité entend imposer sa volonté à la majorité, un système par là même condamné. À l’instar du régime d’apartheid en Afrique du Sud, la vision unipolaire du monde porte en elle sa propre fin, comme le confirment les succès des tenants de la multipolarité.

Monde unipolaire = apartheid? Le parallèle entre le système politique raciste d’Afrique du Sud et la gestion internationale du monde voulu par les élites occidentales a de quoi étonner, il n’est pourtant pas si absurde. Qu’on en juge.

Lorsque l’apartheid s’installe en Afrique du Sud, une minorité ethnique, issue de l’immigration occidentale en Afrique, domine tous les domaines du pays —politique, économie, défense…- aux dépens de l’écrasante majorité de la population, et notamment celle de souche. Prenez maintenant le système de gestion du monde qui s’est imposé à la chute de l’URSS, le fameux système unipolaire. À ce moment, les élites de pays ne représentant pas plus de 10% de la population terrestre se sont instituées décideurs de toutes les affaires de la planète, à commencer par les USA, devenus les gendarmes autoproclamés du monde.

Autre similitude. Malgré la base raciste et injuste du régime d’apartheid sud-africain, qui a oppressé de longues années durant les représentants aussi bien de la majorité noire que ceux issus des minorités indiennes, métisses et blanches opposées audit système, le gouvernement sud-africain de l’époque affirmait toujours penser au «bien-être» de toutes les composantes ethniques du pays. Vraisemblablement une habitude au sein des élites occidentales, qui après avoir détruit tellement de pays pour le compte de leurs intérêts géopolitiques et géoéconomiques, continuent malgré tout de crier haut et fort que tout cela se fait pour y apporter «la démocratie, les droits de l’homme et les valeurs universelles».
Des «valeurs universelles» dont eux seuls ont le secret. Et même si la majorité de l’humanité ne veut pas de ces prétendues «valeurs», on pense notamment au «mariage pour tous» et à d’autres exemples, eh bien tant pris: cette majorité terrestre est alors taxée d’extrémisme et déclarée non conforme à la prétendue «communauté internationale», une communauté qui ne rassemble, rappelons-le, tout au plus 10% de la population planétaire. Ceci sans même compter la large opposition, au sein même des pays occidentaux et notamment européens, des citoyens qui refusent d’être associés à la politique de leurs gouvernements et qui rejoignent volontiers le groupe des partisans de la multipolarité.

Après ces parallèles politico-historiques, évoquons maintenant les perspectives d’avenir.

Le régime raciste sud-africain d’apartheid, bien qu’ayant existé des dizaines d’années et pensant pouvoir encore perdurer autant, a fini par tomber. Et c’était tout à fait logique et prévisible. Car malgré toute la puissance oppressive dudit régime, il était devenu clair qu’une minorité ne pouvait pas dominer éternellement une majorité. Et c’est ce qui confirme qu’au niveau global, le système occidental de gestion du monde est appelé lui aussi à tomber.

(Géo) politiquement, c’est déjà de facto le cas. Observez notamment la stricte séparation au sein du Conseil de sécurité de l’ONU (CS) où le bloc Russie/Chine réussit de plus en plus à restreindre les appétits néocoloniaux de la coalition USA/Grande-Bretagne/France. Cette coalition tripartite est d’ailleurs fermement opposée à toute idée d’élargissement du CS, comprenant parfaitement le rôle qui lui serait alors laissé. L’élargissement est au contraire soutenu par Moscou et Pékin (dont la population dépasse, en passant, de plus de trois fois celle du bloc occidental). Pour ces deux capitales, les pays asiatiques, africains et latino-américains, ont également leur mot à dire sur l’avenir du monde, de façon permanente et non pas en qualité d’invités de passage. C’est cela aussi, l’idée de la multipolarité.

Une chose est pour autant certaine: plus le temps passe et plus les réformes observées à divers endroits du monde confirment le succès du bloc russo-chinois, dans sa volonté de modifier définitivement les réalités géopolitiques et géoéconomiques du monde.

Prenons l’exemple de deux structures qui, précisément, jouent un rôle clé dans ce bouleversement du système néocolonial, à savoir l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et les BRICS.

Quelques statistiques éclairent le débat: la première (Chine, Russie, Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Ouzbékistan, Inde, Pakistan + certainement bientôt l’Iran) représente 60% du territoire eurasien et presque la moitié de la population terrestre. L’OCS dispose de 20% des ressources mondiales de pétrole, 38% du gaz naturel, 40% du charbon et 30% de l’uranium sur la planète.
La seconde (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) représente quant à elle 26% de la surface terrestre, plus d’un tiers du PIB mondial (appelé à augmenter dans les années à venir) et près de la moitié de la population du monde. Ajoutez à cela les pays qui rejoignent —et rejoindront prochainement- ces deux blocs et vous comprendrez que les injustices néocoloniales de l’unipolarité sont destinées à devenir de mauvais souvenirs.
En attendant, le travail doit se poursuivre.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201803121035469310-multipolarite-relations-internationales/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Pourquoi Israël ne peut pas être un partenaire de confiance de la Russie?

Benjamín Netanyahu

Nouvelle visite de Netanyahu en Russie est une nouvelle tentative de convaincre le leadership russe de changer de cap géopolitique. Pourquoi probablement en vain ?

Avant de rentrer dans les détails des cartes contemporaines, il est essentielde rappeler brièvement l’historique des relations entre l’URSS et l’État sioniste. Le principal à retenir étant que depuis l’apparition de l’État d’Israël et dans le contexte de la Guerre froide, les relations diplomatiques entre l’État sioniste et l’URSS se remarquaient surtout par leur absence. L’opposition était nette: les USA soutenant Israël (qui est encore leur principal allié à ce jour dans la région et l’un des principaux en général), l’URSS ayant au contraire toujours soutenu la cause des pays arabes opposés à Israël.

Mais les tensions existantes ne se limitaient pas à l’absence des relations diplomatiques. Il est en effet important de rappeler que plusieurs attaques visant des représentations soviétiques à différents endroits du monde et imputées aux extrémistes radicaux sionistes ont eu lieu durant cette période. Les relations diplomatiques n’ont été officiellement rétablies qu’à l’éclatement de l’Union soviétique, avec l’arrivée dans la Russie post-soviétique d’une équipe dirigeante ouvertement libérale et orientée vers l’Occident. Depuis lors tout semblait aller bien dans ces relations bilatérales mais qu’en était-il vraiment? Et surtout qu’en est-il aujourd’hui?

Si la Russie tente de garder un maximum de contacts avec les citoyens israéliens russophones, c’est effectivement dans le cadre du concept de « Monde russe » visant à garder un maximum de liens avec les personnes parlant la langue russe où qu’ils soient, tout en assurant la promotion de la langue et de la culture russes dans divers endroits du monde. Mais politiquement parlant, les relations russo-israéliennes étaient-elles si « appaisées », notamment à partir des années 2000 — période à partir de laquelle la Russie commence, progressivement, à récupérer la place qui lui revient dans l’arène internationale? Pas vraiment. Ne serait-ce que pour la raison que la Russie continue d’insister sur la création d’un État palestinien en bonne et due forme, avec Jérusalem-Est pour capitale. Et les nombreux votes à ce sujet au niveau de l’Organisation des Nations Unies, comme les nombreux rappels de la diplomatie russe à ce sujet ne font que le confirmer. Et même les représentants du lobby pro-israélien basés à Moscou n’ont pas réussi à faire abandonner à la Russie cette position que ce soit au niveau politique ou diplomatique.

Tout s’accélère avec la crise en Syrie, la République arabe syrienne étant un allié de Moscou depuis des dizaines d’années. C’est dans le cadre de cette alliance que la Russie intervient militairement en Syrie à la demande officielle du gouvernement légitime de Damas afin de l’aider à lutter contre les groupes terroristes présents sur son territoire. Israël, de son côté, faisait partie dès le départ de ce conflit de la «coalition» de pays souhaitant faire tomber le président al-Assad (ennemi de longue date de Tel-Aviv), mais aussi faire perdurer le chaos autant que possible. Sachant d’autant plus que la République syrienne a le soutien (en plus de celui de la Russie) de l’Iran et du Hezbollah libanais — ennemis jurés de l’État sioniste.

Pour cela, Israël ne s’est pas seulement limité à une rhétorique hostile à Damas et à un soutien verbal aux terroristes: il l’a confirmé par les faits. En effet, des représentants de plusieurs groupes terroristes ont reçu des soins dans des hôpitaux israéliens, tandis que des armements et des moyens de transport de production israélienne ont été retrouvés au sein de plusieurs groupes terroristes. Enfin, et cela est le comble: l’aviation israélienne a effectué plusieurs frappes en territoire syrien, visant les forces gouvernementales sans jamais (!) s’attaquer à un quelconque groupe terroriste, Daech ou Al-Qaida compris. Évidemment, ces actions ont fait apparaitre au grand jour les tensions existantes entre Moscou et Tel-Aviv.

Et là encore ce n’est pas tout. Alors qu’Israël reste l’allié par excellence de Washington au Proche et au Moyen-Orient (dépassant par la même occasion l’Arabie Saoudite), un rapprochement évident a été observé entre Téhéran et Moscou. Aussi bien en raison d’une vision de facto similaire en ce qui concerne la lutte antiterroriste en Syrie, mais également d’une convergence de points de vue sur plusieurs dossiers régionaux et internationaux. À ce titre, il ne faut pas oublier qu’au-delà de la lutte armée fructueuse contre le terrorisme en terre syrienne, les deux pays jouent (avec la Turquie) un rôle clé dans l’espace diplomatique en charge de résoudre une bonne fois pour toute la crise syrienne dans le cadre des pourparlers d’Astana. D’ailleurs, là aussi les résultats sont plus qu’encourageants.

Tout cela ne plait pas à Israël, qui ne cache pas son opposition à l’accord de cessez-le-feu en Syrie (qui ne concerne évidemment pas Daech, Al-Qaida et affiliés), ce qui revient à dire que Tel-Aviv souhaite tout simplement la poursuite du bain de sang en territoire syrien. Évidemment, sa peur est motivée par plusieurs facteurs: l’alliance russo-iranienne, le renforcement de l’État syrien qui aura lieu après la victoire totale sur les groupes terroristes et la relance de l’économie (avec le soutien des alliés de la Syrie). Mais aussi par le fait que désormais il y aura face à l’État sioniste un Hezbollah encore plus expérimenté et renforcé par l’expérience unique des combats acquise grâce à la lutte contre les terroristes en territoire syrien (d’autant que la douloureuse expérience de 2006 n’est toujours pas oubliée du côté des responsables à Tel-Aviv).

Plus récemment, un autre dossier a ravivé les tensions russo-israéliennes. L’ambassadeur israélien en Russie, Gary Koren, a été convoqué par le ministère russe des Affaires étrangères, suite à la décision de la Pologne de ne pas autoriser la Russie à participer à la construction d’un musée et d’un lieu commémoratif pour les victimes du camp d’extermination de Sobibor. Décision qu’Israël a soutenu. Voici sur ce sujet le commentaire de Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères: « À titre personnel, je refuse d’accepter la position d’Israël. La décision des autorités israéliennes est inacceptable et cynique. Cette position est à la limite d’une trahison historique ». Trahison historique en effet lorsqu’on connait les sacrifices de l’armée rouge et du peuple soviétique pour anéantir la peste brune nazie. Et lorsqu’on sait ce qui aurait pu advenir du peuple juif sans les sacrifices consentis par l’URSS.

Plusieurs choses sont certaines: Israël reste l’un des principaux alliés des États-Unis — dont la Russie reste un adversaire indiscutable et de premier plan. En outre, il est fermement opposé à l’ère multipolaire qui s’ouvre et dans laquelle il voit clairement un danger pour lui (création tant attendue de l’État de Palestine, évolution des alliances et des réalités régionales). Tout cela pour dire que Netanyahou peut faire autant de visites en Russie qu’il le souhaite, Moscou sait ce qu’il a à faire. Les changements au niveau international ne sauront être stoppés, Tel-Aviv doit en prendre bonne note.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201708241032775850-israel-russie-partenaire/

Mikhail Gamandiy-Egorov

La géoéconomie des relations Russie-Turquie

Poutine et Erdogan

Lorsque deux pays sont liés par un partenariat stratégique dans la sphère économico-commerciale, les leaders des deux pays en tiennent logiquement compte. Et malgré des divergences sur certains dossiers de l’actualité internationale, le bon sens finit généralement toujours par triompher.

Ce n’est évidemment pas toujours le cas. La preuve : la différence de visions entre d’un côté les entreprises européennes travaillant en Russie et de l’autre l’élite politico-médiatique de ces pays. Mais dans le cas des relations russo-turques, l’heure est effectivement au développement encore plus actif des relations bilatérales stratégiques.

Chiffres tout frais. Pour le seul mois de mai 2017, 505 000 touristes russes ont visité la station balnéaire turque d’Antalya. Représentant par la même occasion près de 50 % du nombre total de touristes étrangers. Ainsi, les touristes russes ayant visité la principale station balnéaire de Turquie ont été de plus de 2 fois plus nombreux que les touristes allemands, 4 fois plus nombreux que les Ukrainiens, 10 fois plus nombreux que les Néerlandais et 23 fois plus nombreux que les Britanniques.

En outre, la Turquie s’attend à ce que cette année le nombre de touristes en provenance de Russie dépasse le chiffre de 3,5 millions de personnes ( un chiffre standard d’avant la crise de novembre-décembre 2015, une crise ayant duré pour rappel près de sept mois ). Certains spécialistes turcs du secteur se disent même encore plus optimistes et attendent près de 5 millions de touristes russes en Turquie pour l’année 2017.

Pour ce qui est du secteur du BTP, autre secteur stratégique de l’économie turque qui a été fortement pénalisé par la crise des relations entre les deux pays, l’heure est à l’optimisme, voire à la liesse. Ainsi, le chef de l’Association turque des entreprises de construction Mithat Yenigün, ne cache pas sa joie suite à la levée des restrictions côté russe visant les intérêts turcs, en premier lieu dans ce domaine qui le concerne. En outre, l’expert du domaine a rappelé un chiffre clé : « les entreprises turques du BTP ont réalisé à ce jour des travaux à divers endroits du monde pour des contrats d’une valeur totale de 340 milliards de dollars. Sur ce montant, 65 milliards ont été obtenus grâce aux travaux en Russie ». Ce qui signifie que près de 20 % des travaux de BTP réalisés par des entreprises turques au niveau international ( sachant que les sociétés turques font partie du TOP 3 des meilleures au monde en la matière ) reviennent au seul marché russe. Très révélateur.

Enfin, le secteur de l’export agroalimentaire turc attend lui aussi de décoller depuis la levée des restrictions, mis à part les tomates turques. Cela est dû aux investissements importants qui ont été réalisés par les producteurs nationaux russes ( pendant la période de crise entre les deux pays ) et qui doivent attendre la fin du cycle de production pour récupérer leurs investissements avec profit. Néanmoins, une libéralisation là aussi aura certainement lieu côté russe pour faciliter l’accès des tomates turques sur les étals russes ( sachant qu’avant la crise de novembre-décembre 2015, la part des tomates en provenance de Turquie représentait 65 % des importations russes sur cette position ). Une chose est pratiquement sûre : d’ici 2 à 3 ans il ne restera probablement plus aucune restriction sur les importations agroalimentaires en provenance de Turquie. En attendant, les exportateurs turcs de la filière y trouvent leur compte ( sauf pour les tomates déjà citées ), sachant que le marché russe est pour nombreux d’entre eux de loin le principal.

Clin d’œil en passant aux producteurs de l’Union européenne qui peuvent « remercier » la politique de leurs gouvernements respectifs, en réalisant qu’ils ne pourront probablement jamais retrouver leurs positions d’antan ( même dans une moindre mesure ). Sachant par exemple que la Turquie, qui n’avait pas participé aux sanctions contre la Russie et dont la crise bilatérale avec Moscou n’a duré que sept mois ( la normalisation a commencé après les excuses officielles transmises par la Turquie à la Russie, c’était fin juin 2016 ), il a néanmoins fallu tout de même près d’une année après l’annonce de la normalisation entre les deux pays pour arriver à un accord de levée des restrictions ayant permis de relancer pleinement le partenariat stratégique des deux nations. Evidemment, dans le cas de l’UE, dont les sanctions visant la Russie sont selon Moscou clairement injustifiées, et qui durent depuis déjà plusieurs années, les dirigeants russes ne permettront donc certainement pas un retour rapide des produits occidentaux frappés par les contre-sanctions russes à ce jour.

D’autre part, et de l’aveu de plusieurs analystes internationaux, y compris de l’Onu, la Russie a bien adapté son économie et sa production intérieure en tenant compte des sanctions qui la visent. Et autre point fort important : les producteurs russes ont d’ores et déjà lancé un appel à Poutine lui demandant de ne pas annuler les contre-sanctions russes visant les produits occidentaux, même en cas d’annulation des sanctions occidentales visant la Russie. Poutine leur avait promis d’en tenir compte.

Quant à la Russie et à la Turquie, c’est donc officiellement reparti pour l’objectif annoncé précédemment par les élites des deux côtés, à savoir 100 milliards d’échanges bilatéraux annuels à l’horizon 2020-2023. Cela sans compter le partenariat politique engagé entre les deux pays avec la participation de l’Iran en Syrie. Notamment dans le cadre du processus d’Astana. Voire d’un partenariat dans la sphère de la défense, ce qui serait une première historique dans la relation entre la Russie et un pays lié ( bien que de moins en moins ) à l’Otan. Enfin, et fait tout aussi important, les échanges éducatifs et culturels entre la Russie et la Turquie sont appelés à augmenter considérablement au cours des prochaines années.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201706071031738916-geoconomie-russie-turquie/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Thierry Mbepgue: «La jeunesse africaine est prête à défendre sa souveraineté»

Thierry Mbepgue

Activiste camerounais, Thierry Mbepgue n’est pas qu’un souverainiste convaincu. Il a également créé plusieurs projets pour l’indépendance du continent vis-à-vis des grandes puissances. Il évoque pour Sputnik les perspectives du panafricanisme et les prochaines échéances du Cameroun.

Thierry Mbepgue est un activiste patriote et souverainiste camerounais. Président fondateur du Mouvement Africain pour la Libération du Continent (MALCON), il est également l’initiateur du projet UNIRTA, destiné à rassembler les différents mouvements panafricains, notamment en Afrique francophone. Il est auteur panafricaniste et Secrétaire général du Réseau Mondial des Défenseurs de la Cause Africaine (RMDCA).

Sputnik: Bonjour. Lors de notre dernier entretien, il y a près d’un an, vous veniez de lancer le projet panafricaniste UNIRTA. Où en est-il aujourd’hui?

Thierry Mbepgue: Bonjour et merci pour cette occasion d’échanger qui m’est offerte. Le projet UNIRTA suit son bonhomme de chemin, nous continuons à sensibiliser et à enregistrer l’adhésion des cibles de notre projet. Plusieurs coordinations sont installées à travers l’Afrique ainsi que des représentations dans le monde. Cependant, comme il fallait s’y attendre, nous rencontrons d’énormes difficultés quant au déroulement de notre feuille de route globale, mais nous progressons.

Sputnik: Deux de vos principales idées au moment du lancement de l’UNIRTA étaient de rassembler le plus de mouvements possibles aux idées panafricanistes, ainsi que de forger des liens entre l’Afrique et les BRICS. Avez-vous réussi à avancer à ce niveau?

Thierry Mbepgue: L’objectif principal de ce projet est de réunir au sein d’un Conseil africain de la résistance (CAR) le maximum de mouvements possibles aux idées panafricanistes, nationalistes, les patriotes, les souverainistes, les anticolonialistes, les anti-impérialistes, les leaders d’opinion et tous ceux qui aiment l’Afrique et luttent pour son émancipation. Il a été atteint à 85 %. Je peux d’ores et déjà vous annoncer qu’au courant de cette année, ledit conseil verra bel et bien jour.

Sputnik: Au-delà de l’actualité africaine, beaucoup d’Africains s’intéressent à la situation en Syrie. Un grand nombre d’entre eux soutient avec ferveur l’intervention antiterroriste russe. Pourquoi cet engouement, selon vous?

Thierry Mbepgue: L’Afrique est tout simplement une victime qui compatit aux malheurs d’une autre victime (la Syrie), qui comme elle, fait face au même bourreau. Sauf que cette fois-ci, le problème est beaucoup plus spirituel et engage un ordre de valeurs mondial, jusqu’ici fondé sur le christianisme et l’islam. Par cette intervention, le président Vladimir Poutine sauve non seulement la Syrie, mais également le monde entier et ses valeurs.

Sputnik: L’année prochaine, des élections présidentielles auront lieu au Cameroun. Quel pronostic faites-vous? Comment la jeunesse camerounaise compte-t-elle s’impliquer?

Thierry Mbepgue: Constitutionnellement, les élections présidentielles sont prévues pour 2018 au Cameroun. Très peu de candidatures potentielles se démarquent pour l’instant et il est donc difficile de faire un pronostic. Comparé à la précédente élection de 2011, ce scrutin ne suscite pas de grands appétits de la part des politiciens. Que se soit du côté du pouvoir ou de l’opposition classique, aucun signe ne trahit de dynamique ou de montée de fièvre autour de cet événement. Mais, tout porte à croire que le président actuel va remettre son mandat en jeu. Une chose est certaine, c’est que c’est une année électorale qui sera riche en incertitudes, actions et rebondissements.

Pour ce qui est du rôle des jeunes dans cette élection, il sera sans doute engagé et déterminant. Taxée de jeunesse passive, la jeunesse a décidé de prendre le taureau par les cornes. Le mouvement « le Cameroun, c’est nous », qui regroupe de jeunes Camerounais du monde entier, entend présenter des jeunes aux autres élections à venir, et travaille dans le sens de faire de cette élection celle des jeunes. La jeunesse camerounaise sera donc bien présente à cette élection, plus que l’on ne l’imagine.

Sputnik: Parlons des relations russo-africaines. La Russie entretient des relations privilégiées et de plus en plus fortes avec plusieurs pays d’Afrique du Nord et du Sud, principalement arabophones, anglophones, voire lusophones. Pourquoi selon vous les relations entre la Russie et l’Afrique du Centre et de l’Ouest francophone restent-elles relativement à la traîne?

Thierry Mbepgue: Les pays d’Afrique francophones ne sont pas encore libres, les cerveaux sont encore enchaînés et on a comme l’impression de vivre dans un enclos détaché des réalités du monde. La Russie, bien que perçue comme étant un sauveur par beaucoup d’Africains, doit être plus présente à travers sa culture, sa science et autres.

Je vous avais dit que l’intégration se ferait à travers les différents peuples. Savez-vous que le mythe selon lequel la Russie est un pays négrophobe continue d’être entretenu en Afrique francophone, notamment via le mainstream médiatique, alors que nous savons parfaitement que c’est faux? Les relations diplomatiques au sommet sans les échanges culturels entre peuples n’aboutiront certainement pas à l’harmonisation des relations. Il y a encore donc du travail à faire. Notre association « le Club des Amis Africains des BRICS » (CAA-BRICS) fait de son mieux pour y contribuer.

Sputnik: Dernière question. Votre pays, le Cameroun, continue de faire face à plusieurs tentatives de nuire à sa souveraineté par des forces extérieures, à l’instar de beaucoup d’autres pays africains. Est-ce que la jeunesse camerounaise est prête à défendre la souveraineté de son pays?
Thierry Mbepgue: C’est la chose qu’elle sait faire le mieux, défendre sa souveraineté. La réponse est oui! La jeunesse camerounaise est prête à la défendre jusqu’au sacrifice ultime. Nous ne devons plus permettre la réalisation de scénarios que l’Occident politique avait l’habitude de réaliser sur notre continent.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201704271031128556-jeunesse-africaine-souverainete/

Mikhail Gamandiy-Egorov