Archives du mot-clé salafisme

Les tentatives de percée wahhabite en Afrique

245-

Alors que l’Afrique représente désormais un terrain majeur de concurrence géopolitique et géoéconomique pour les principales puissances internationales, en premier lieu les pays occidentaux et la Chine, sans oublier le retour désormais confirmé de la Russie, il n’empêche que plusieurs autres Etats, principalement des puissances régionales, confirment leur grand intérêt pour ce continent. Y compris dans la propagation d’une idéologie radicale.

Au-delà des acteurs cités ci-haut, le continent représente un terrain propice pour plusieurs autres pays : Inde, Brésil, Turquie, Japon, Corée du Sud, Emirats arabes unis, Iran ou encore l’Arabie saoudite. Cette dernière, bien que ne faisant pas partie des principaux partenaires économico-commerciaux d’Afrique, ne frémit pas dans ses tentatives d’étendre maximalement son influence, principalement au sein des pays d’Afrique subsaharienne possédant des populations majoritairement musulmanes, ou d’importantes minorités.

A la base le concept est tout à fait normal, sachant que la tradition de collaborer entre pays musulmans, y compris appartenant à des régions et continents différents, reste une pratique répandue, et ce pour de nombreux pays. Plusieurs d’entre eux exercent d’ailleurs aujourd’hui une influence au-delà de leurs frontières : que ce soit la Turquie, le Maroc, l’Egypte, l’Iran, ou encore le Qatar et les Emirats arabes unis – ces deux derniers devenus très actifs depuis les dernières années grâce aux énormes capacités d’investissement, et souvent dans une optique de confrontation idéologico-politique qui les oppose. Le cas saoudien, lui, reste tout de même un cas particulier. Et ce pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, il serait juste de rappeler que les tentatives de répandre son influence, notamment via son idéologie wahhabite, remonte déjà aux années 1960, et ce dans le but de contrer aussi bien l’idéologie panarabe nationaliste, que des courants modérés ou encore dits « réformistes ». Cette offensive va en outre dépasser les frontières du monde arabe, pour s’étendre jusqu’à l’Afghanistan, où durant la guerre de 1979-1989 l’idéologie wahhabite s’est radicalement confrontée à l’URSS et à ses alliés progressistes afghans, le tout en alliance avec Washington.

« L’exportation » wahhabite ne s’est d’ailleurs pas limitée à la seule période de guerre froide. La Russie post-soviétique en sait quelque chose. A ce titre, les prédicateurs wahhabites furent très actifs durant les deux guerres en Tchétchénie, durant lesquelles leur objectif était clair et radical : imposer aux populations musulmanes russes une vision de l’islam qui ne correspondait aucunement aux valeurs et traditions de celles-ci. Dans le cas russe et bien vite, les antagonismes monteront entre les musulmans tchétchènes d’un côté, y compris ceux qui avaient au départ soutenu l’option séparatiste vis-à-vis de la Russie, et les « prédicateurs » golfistes non invités avec leurs adeptes de l’autre.

Au final, les extrémistes wahhabites ne réussiront pas à mettre à bien leurs projets en terre russe et seront anéantis dans le cadre de la lutte antiterroriste, conduite aussi bien par les forces spéciales fédérales, que les unités tchétchènes, sans oublier la mobilisation populaire, comme celle de la République fédérée russe du Daguestan en 1999.

Pour autant, les tentatives de poursuivre l’exportation wahhabite n’ont jamais vraiment cessé de la part de l’Arabie saoudite. Si dans la crise syrienne et à l’instar des autres forces ayant souhaité détruire la République arabe, le projet est tombé à l’eau, et que dans les pays d’Afrique du Nord ces projets ont peu de chance, malgré les tentatives, d’aboutir connaissant un fort attachement de la plupart des pays concernés à un islam traditionnel, conforme aux traditions des nations concernées et possédant une capacité souveraine de défense (hors la Libye version actuelle), le cas de l’Afrique subsaharienne diffère.

En effet, les nombreux pays du sud du Sahara confrontés à des problèmes d’instabilité et d’insécurité, restent des terrains propices à la propagation d’idéologies extrémistes, parmi lesquelles le wahhabisme et le salafisme occupent une place de « choix ». Dans la zone de mire : les pays du Sahel, qui sont confrontés à de nombreuses cellules terroristes, ces dernières idéologiquement proches de la vision wahhabite. Et le danger ne cesse de croitre.

Le danger est d’autant plus visible que les pays africains s’appuient eux-aussi sur un islam traditionnel, pour beaucoup d’ailleurs sur la tradition soufie, et en conformité avec les traditions ancestrales des peuples concernés. En ce sens la situation rappelle fortement celle du Caucase russe des années 1990, où une vision extrémiste et étrangère ait tenté d’imposer aux populations locales une idéologie radicale et qui ne pouvaient être acceptée par la très grande majorité des musulmans de Russie.

Si en Russie comme en Syrie, ces projets ont échoué, l’Afrique subsaharienne doit faire face à de nombreux autres défis qui l’empêchent de contrer efficacement une idéologie extrémiste et étrangère aux traditions africaines. Et parmi ces défis, on retrouve la question de la souveraineté nationale, sans laquelle il sera toujours très compliqué, voire impossible, de pouvoir assurer une défense efficace face aux menaces extrémistes et terroristes. A ce titre, la situation au Mali en est d’ailleurs très révélatrice. Du moment que la pleine souveraineté est obtenue, il est alors possible de choisir les partenaires pouvant proposer une collaboration efficace, notamment sur le plan sécuritaire, tout en respectant la souveraineté du pays concerné. Et tant que cette étape ne sera pas franchie, les pays concernés resteront vraisemblablement sous la menace extrémiste, mettant en danger non seulement la vie des populations, mais aussi leurs traditions et valeurs ancestrales.

Quant à l’implication de l’Etat saoudien dans la propagation de l’idéologie wahhabite, bien que les autorités de Riyad aiment rappeler à chaque occasion leur opposition au terrorisme et à l’extrémisme, le fait est que de nombreuses structures d’obédience wahhabite et liées à des prédicateurs saoudiens, poursuivent leurs activités à l’international, avec vraisemblablement l’accord tacite du leadership de ce pays. Le tout sans oublier, que de nombreux partisans de cette idéologie se trouvent également au-delà des frontières saoudiennes, notamment chez le voisin devenu concurrent – le Qatar, lui aussi ayant de grandes ambitions sur l’arène internationale. Des ambitions dans lesquelles l’Afrique ne fait pas exception.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1200

Esclavage en Libye : que les vrais responsables assument leurs actes !

Des réfugiés, le port de Benghazi, Libye. Photo d'archive

L’Occident se rend à l’évidence: le chaos qu’il a créé en Libye par son intervention militaire de 2011 a les pires conséquences: trafic d’esclaves et développement de l’islamisme radical. Si l’on constate un début de prise de conscience, elle restera insuffisante tant que les vrais responsables de cette tragédie ne répondront pas de leurs actes.

Le cas de la Libye est désormais un cas d’école —d’école néocoloniale, faut-il le préciser?— . Il s’agit d’un échec occidental considérable.

En mars 2011, l’Otan lance une intervention militaire contre la Jamahiriya libyenne de Mouammar Kadhafi. Un viol de la souveraineté d’un pays, outrepassant le mandat onusien accordé sous prétexte «d’intervention humanitaire» qui aboutira à l’assassinat sauvage de Kadhafi, de milliers de Libyens et d’autres Africains. Ce pays était l’un des plus prospères sur le continent africain: il accueillait un grand nombre de migrants d’Afrique et même de l’UE et pratiquait une politique sociale assez unique.

Tout cela est du passé.

Il est maintenant détruit et connaît l’une des pires formes de «somalisation» qui puissent être. La Libye actuelle, si on peut encore parler de Libye, est devenue une plaque tournante de trafics en tout genre, notamment d’êtres humains. Et l’un des hauts lieux du terrorisme salafiste international. Un pays que chaos, racisme et extrémisme caractérisent, comme le démontrent les dernières révélations des médias mainstream.

Tout récemment, ce qui se disait déjà depuis longtemps dans les médias alternatifs a été confirmé par la chaîne étasunienne CNN, probablement car l’évidence était devenue impossible à cacher: l’existence d’un sinistre système de marchés d’esclaves sur le territoire libyen. En effet, des ressortissants d’Afrique subsaharienne transitant par la Libye pour tenter d’arriver en Europe et y trouver une vie meilleure, venant le plus souvent de pays se trouvant toujours sous mandat occidental, car vous n’y trouverez pas de Sud-Africains, d’Angolais ou de Namibiens (ceux que l’URSS avait soutenus en son temps), sont vendus quelques centaines de dollars par des extrémistes salafistes —les mêmes sur lesquels l’Otan s’est appuyés pour éliminer Kadhafi.

C’est une honte. Pour ne pas revenir sur des sujets précédemment traités, à savoir que la Russie et certains autres pays responsables ne permettront certainement plus au Far-West d’agir impunément, parlons justement de responsabilité.

Un millier de personnes est descendu dans les rues de Paris pour manifester; notamment devant l’ambassade de Libye. C’est bien, mais est-ce suffisant? Probablement pas. Car tous les responsables de la tragédie libyenne doivent rendre des comptes et notamment l’ex-président Nicolas Sarkozy ou encore le «philosophe» de guerre Henri-Levy, alias BHL (persona non grata en Russie), tous deux de grands «artisans» de la guerre contre la Libye.

Car même si ces fameux représentants de l’establishment occidental pensent encore être intouchables, ils doivent bien garder une chose en tête: dans ce Nouveau Monde et le système qui l’accompagne, il n’y a plus «d’élus». Ce qui signifie que d’une façon ou d’une autre, il va falloir rendre des comptes. D’autant plus que ces élites occidentales refusent de faire leur mea culpa. Et lorsqu’ils le feront, il sera déjà trop tard, sans aucune possibilité de pardon.

Et ce n’est pas à La Haye qu’ils seront jugés, mais bien dans l’un de ces pays ayant souffert de cette arrogance occidentale. Ils ne manquent pas, tant il est vrai que l’histoire de l’Occident se répète ad nauseam: possédant peu de ressources naturelles, l’objectif a toujours été de les chercher et de les trouver ailleurs, même si pour cela il fallait massacrer les populations locales.

Et même aujourd’hui, en ce XXIe siècle, l’Occident arrogant ne souhaite toujours pas accepter une autre réalité: celle d’une concurrence loyale où chacun pourrait présenter au mieux ses atouts, dans une optique gagnant-gagnant. Cette logique ne rentre évidemment aucunement dans la mentalité des élites occidentales, pour qui seule la force paie.

Quant à la Libye, personne ne peut aujourd’hui dire quand est-ce qu’elle pourra retrouver ne serait-ce qu’une partie de sa stabilité d’antan. Personne. De plus en plus de Libyens regardent de nouveau en direction de Moscou, mais aussi de Pékin pour tenter de sauver la situation de leur pays. Rien n’est à exclure.

Mais pour commencer, il faudra déjà éliminer les intérêts occidentaux responsables de ce chaos et les extrémistes salafistes, alliés par excellence de cet Occident politico-médiatique irresponsable.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201711201033961981-libye-esclavage/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Terrorisme en Tunisie: conséquence de l’intervention de l’OTAN en Libye

Après l'attentat de Sousse

La belle Tunisie a été de nouveau frappée par la vermine terroriste. Cette fois-ci, l’attaque a visé le site touristique Marhaba Beach Hotel à Sousse, ayant fait près de 40 victimes décédées et autant de blessés, de différentes nationalités.

Une touriste russe faisait également partie des victimes n’ayant pas survécu. Le tout après l’attentat contre le musée du Bardo à Tunis, en mars de cette année, qui a fait 22 morts.

Une fois encore donc la Tunisie a été visée par les terroristes salafistes et a dû payer le prix fort. Un coup dur pour ce pays, d’abord sur le plan humain car toute perte humaine est une rude épreuve. D’autant plus que cela touche l’un des secteurs les plus importants de l’économie tunisienne, en l’occurrence celui du tourisme.

La gangrène extrémiste s’exporte donc à différents endroits du globe. Et la Tunisie, pays connu et reconnu pour son accueil chaleureux, doit aujourd’hui réagir d’une manière radicale. C’est le désir de la grande majorité des Tunisiens, sortis massivement pour exprimer leur colère et leur ferme opposition au terrorisme et à tous ceux qui ternissent leur pays.

Mais ce qu’il faut chercher aussi dans toute cette situation tragique, aussi bien pour la Tunisie que globalement l’Afrique du Nord, ce sont les raisons de l’expansion du terrorisme. Et ce depuis le soi-disant « printemps arabe » jusqu’à aujourd’hui avec la montée en puissance des différentes sectes pseudo-religieuses, y compris l’Etat islamique, le plus « coté » en ce moment parmi elles.

L’une des principales raisons du chaos créé dans la région et ailleurs, ainsi que le renforcement des mouvements terroristes, réside sans aucun doute dans l’intervention de l’OTAN contre la Jamahiriya de Mouammar Kadhafi. Aujourd’hui, plus aucun « intellectuel » terroriste occidental ne devrait avoir le droit de s’exprimer publiquement après tous les mensonges qu’ils avaient lancé contre ce pays pour justifier l’intervention impérialiste. Un pays pour rappel qui avait véritablement du succès dans tellement de domaines. Rien à avoir avec ce qu’il est devenu aujourd’hui: un pays ouvertement raciste et terroriste. Et l’une des nouvelles bases de l’Etat islamique. Les Libyens rencontrés à Moscou et partageant comme feu Kadhafi les valeurs panafricaines regrettent énormément la perte de leur leader et la destruction de leur pays par les prédateurs néocolonialistes alliés avec les salafistes.

Plus encore, même certains journalistes du mainstream occidental aujourd’hui finissent par reconnaître la responsabilité de leurs gouvernements dans le chaos en Libye. Ainsi que dans l’expansion du terrorisme, aussi bien en Afrique du Nord qu’au Moyen-Orient, et au-delà. Fini donc les « cris de joie » célébrant la mort honteuse du leader libyen. Fini les belles « promesses » d’un avenir « radieux » pour la Libye et la région. Aujourd’hui, comprenant parfaitement que le terrorisme qui a déjà frappé l’Europe et notamment la France risque de monter encore plus en puissance avec toutes les conséquences qui en découlent, on commence à voir un début de bon sens, ne serait-ce que minime, chez certains. Bienvenue maintenant dans la réalité.

Pourquoi les pays occidentaux ne se pressent-ils pas d’en finir avec l’Etat islamique aussi bien en Syrie/Irak qu’en Libye? Ont-ils encore besoin de ces terroristes comme ce fut le cas en Libye contre Mouammar Kadhafi et en Syrie contre Bachar al-Assad (qui fort heureusement résiste toujours et malgré tout)? Il est à croire que la réponse est évidente. Pourtant le cynisme est une fois de plus au summum. S’étant pressé pour détruire la Jamahiriya libyenne, le tout dans des justifications habituelles d’une intervention humanitaire, pour soi-disant protéger les civils, alors qu’en réalité dans le pur objectif de prendre contrôle des ressources du pays et éliminer un leader dont les idées très révolutionnaires ne pouvaient en aucun cas être acceptées par ces élites occidentales. Aujourd’hui? Des civils sont tués et torturés quotidiennement. Et rien. Tant que les puits du pétrole restent sous contrôle, pas de raison d’intervenir.

Pendant ce temps, les vrais intéressés pour en finir avec la vermine terroriste continuent le combat. A ce titre, le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, était en visite à Moscou où il a rencontré son homologue russe Sergueï Lavrov, ainsi que le président Vladimir Poutine. Le thème principal lors de la discussion avec le président russe a justement concerné les efforts communs pour éliminer la secte du pseudo Etat islamique. Il est pratiquement certain que des résultats concerts, même si cela risque de prendre du temps, viendront de l’axe Moscou-Damas-Téhéran-Pékin, mais certainement pas des « exceptionnels » USA et des suiveurs bruxellois.

Quant à la Tunisie, une fois de plus, condoléances au pays et aux familles de toutes les victimes, quelles que soient les nationalités. A souhaiter également que les autorités tunisiennes fassent les efforts nécessaires pour empêcher que de telles tragédies se répètent. Et que ce beau pays qu’est la Tunisie puisse continuer à recevoir les touristes du monde entier sous son attrayant soleil. Les extrémistes eux doivent être anéantis.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150630/1016776473.html

Mikhail Gamandiy-Egorov