Archives du mot-clé ségrégation

Covid-19 aux USA: révélateur des divisions raciales omniprésentes

La propagation du coronavirus au niveau mondial a non seulement montré toute la vulnérabilité de l’humanité face aux pandémies liées à l’apparition de nouveaux virus, mais a également mis en avant les divisions criantes qui continuent d’exister, y compris au sein d’Etats se prétendant être des modèles pour la planète entière.

Alors qu’à l’heure actuelle, les Etats-Unis sont de loin le pays au monde comptant le plus grand nombre de contaminés – plus d’un 1,4 million de personnes (un tiers du total mondial) et le plus grand nombre de décès – plus de 85 000 personnes à ce jour (un peu moins d’un tiers du total mondial), ladite pandémie a révélé que cet Etat reste profondément divisé sur le plan racial et ethnique.

Là encore, il ne s’agit que de statistiques. Ainsi et à titre d’exemple, dans l’Etat de Caroline du Sud (sud-est étasunien), un habitant sur trois est Afro-Américain. Mais à ce jour ils représentent près de la moitié des personnes infectées par le coronavirus dans cet Etat et la moitié des personnes décédées. Autre exemple: dans l’Etat du Wisconsin, les représentants de la population noire comptent seulement pour 7% de la population de l’Etat – mais près du quart des malades et du tiers des morts.

De façon générale, le taux élevé de mortalité dû au coronavirus au sein de la population afro-américaine est reconnu y compris par les experts étasuniens, dont les analystes de l’Université John Hopkins – source de nombreuses publications, statistiques et analyses en rapport avec le Covid-19. D’ailleurs, les exemples des Etats de Caroline du Sud ou du Wisconsin sont bien loin d’être des cas uniques. Ainsi, dans l’Illinois, où les citoyens afro-américains représentent 15% de la population, ils représentaient au même temps 40% des décès dus au Covid-19 (données du mois dernier).

Et de l’aveu de nombreux Afro-Américains, y compris ceux ayant perdu plusieurs membres de leurs familles suite aux conséquences de la pandémie, les soins nécessaires n’ont pas été accordés de manière appropriée pour nombre d’entre eux. Plus que cela, certains hôpitaux auraient même refusé l’hospitalisation pour des personnes contaminées, stipulant qu’il n’y avait pas de certitude qu’elles soient atteintes du coronavirus.

Le souci supplémentaire, c’est que ce sérieux problème d’inégalités criantes et souvent même de discrimination pure et simple, ne se limite pas à l’exemple afro-américain. Car les populations de souche, pour beaucoup vivant toujours dans des réserves qui leur avaient été créées suite à la spoliation de leurs terres par les colons blancs anglo-saxons, font face également à un risque majeur dans le cadre de la propagation du Covid-19 aux USA. De même que la population latino-américaine.

Cela signifiant qu’un pays qui se prétend être le modèle mondial par excellence en termes de démocratie ne peut être considéré comme tel alors qu’en 2020 une partie de ses citoyens se retrouvent ouvertement, pour des raisons raciales, ethniques et sociales, par-dessus-bord des droits les plus élémentaires. Mais surtout qu’un pays ayant de tels problèmes à l’interne, et qui ne font que réapparaitre de façon plus notable à la surface au moment d’une pandémie globale, ne peut et ne doit pouvoir prétendre à posséder le droit de vie ou de mort vis-à-vis de nations du monde qui ne lui ont rien demandé.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1595

Situation dans le Missouri, USA : une révolte légitime

Situation dans le Missouri, USA : une révolte légitime

Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour mettre à l’épreuve « l’exceptionnalisme étasunien » dans le domaine de la « démocratie et des droits de l’homme ». Le pays, ou plutôt son élite, qui insiste jusqu’à aujourd’hui sur le fait d’avoir une « mission spéciale » pour l’humanité toute entière, en donnant des leçons de « morale » aux quatre coins du monde et en détruisant ceux n’ayant pas les capacités de lui résister, se voit aujourd’hui, une fois de plus, confrontée à une situation qui montre clairement son vrai visage.

Rappel des faits. Le samedi 9 août dernier, Mike Brown, un jeune adolescent noir, âgé d’à peine 18 ans, est abattu par un policier de la ville de Ferguson, dans l’Etat du Missouri. Selon plusieurs témoins sur place, le jeune homme marchait dans la rue lorsqu’un agent de police lui tire dessus. Au moment des faits, la victime est non armée et a les mains en l’air. A noter également que selon le rapport d’autopsie, ledit policier a tiré six fois sur sa victime, dont deux à la tête. De fortes chances de croire que le crime était raciste.

La révolte commence et la colère grandit très vite au sein des habitants locaux, d’autant plus que ni le gouverneur, ni le chef de la police locale ne veulent dans un premier temps annoncer le nom du policier ayant commis ce crime. Ce qui ne fait bien évidemment qu’ajouter de l’huile sur le feu dans une ville et un Etat déjà en crise de nerfs. Pendant ce temps, les forces de l’ordre réagissent avec extrême violence face aux manifestants, ainsi… qu’aux journalistes. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à lancer des bombes lacrymogènes et des bombes de fumée aussi bien envers les habitants que sur les reporters des différents médias venus couvrir cette situation explosive. Par ailleurs, plusieurs journalistes, locaux comme étrangers, affirment avoir été menacés par les représentants des forces de l’ordre, notamment s’ils n’éteignaient pas leurs caméras et ne quittaient pas les lieux. C’est sûr que les autorités du principal pays donneur de leçons au monde entier ne désirent pas que le monde justement voit ce que représente en chair et en os cette « démocratie » étasunienne.

Pendant ce temps et face à la violence des policiers, ainsi que le refus de condamner le tueur de Mike Brown, les manifestations se radicalisent et la situation commence véritablement à dégénérer. Pour le moment rien ne semble annoncer que les manifestations baisseront d’intensité. Au contraire, il y a de sérieuses chances de croire qu’elles peuvent s’étendre à tout l’Etat du Missouri, voire bien au-delà. D’autant plus qu’en février dernier, un autre jeune afro-américain, Trayvon Martin (âgé de 17 ans) a été abattu à Sanford, en Floride, par un certain George Zimmerman (qui sera acquitté). La victime, à l’instar de Mike Brown, ne portait également aucune arme…

Le racisme aux USA est une réalité. Certains tentent de nous faire oublier que des lois ségrégationnistes, sur le même modèle que celles qui seront mises officiellement en place en Afrique du Sud dès 1948, y étaient établies entre 1875 et jusqu’en 1960 ! C’est-à-dire qu’après même le milieu du XXème siècle, des lois de discrimination raciale étaient d’actualité dans ce pays de « démocratie par excellence ». Quant à Barack Obama, de plus en plus de ses concitoyens, y compris afro-américains, se rendent compte qu’il n’est rien d’autre qu’une simple marionnette aux mains des plus puissants qui dirigent et contrôlent entièrement ce pays, depuis bien longtemps.

Mis à part l’aspect évident du racisme qui prévaut dans la société étasunienne, un autre point ressort clairement de ces situations. Celui, une fois encore, de l’hypocrisie maximale des élites occidentales. En février dernier, alors que le chaos gagnait pleinement la capitale ukrainienne Kiev, les pays occidentaux, USA en tête, criaient à corps et âme que le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, n’avait aucunement le droit d’utiliser la force face aux « revendications légitimes » des « manifestants ». Y compris lorsque ces soi-disant manifestants (armés !), attaquaient violemment les forces de l’ordre, les prenaient en otages, les brûlaient et leur tiraient dessus. De vrais « manifestants pacifiques », dont un très grand nombre membres d’organisations néonazis et ultra-nationalistes. De toute façon, l’élite US a vraisemblablement une préférence réelle pour les mouvements extrémistes.

Dans le Missouri, ce n’est pas ce que l’on voit. Ce qu’on voit ce sont des habitants locaux, dont un grand nombre de familles sortis avec leurs enfants, et qui se font lancer dessus des gaz lacrymogènes par des policiers très violents. Evidemment la violence engendre la violence, et les jeunes de la ville de Ferguson se radicalisent eux aussi. Peut-on vraiment leur en vouloir ? Je ne crois pas. Car leurs revendications sont tout à fait légitimes.

Comme le disait hier devant les caméras l’un des représentants du Mouvement des Black Panthers (Panthères noires) : « Obama a le culot de donner des leçons de démocratie à la Russie, à la Chine, au Moyen-Orient, à l’Afrique et au reste du monde. Pourtant, il devrait déjà ouvrir sa propre fenêtre pour voir que dans son propre pays des jeunes se font tuer par pur racisme ! ».

Difficile d’y ajouter quelque chose. Reste uniquement à souhaiter que les parents et les proches de Mike Brown obtiennent justice. Quant à l’élite des USA, elle devrait effectivement et rapidement commencer à s’occuper de ses propres et grands problèmes internes, au lieu d’aller prêcher la mauvaise parole sur la planète toute entière. Mais les connaissant, il y a très peu de chance que cela arrive dans un avenir proche.

http://french.ruvr.ru/2014_08_18/Situation-dans-le-Missouri-USA-une-revolte-legitime-6828/

Mikhail Gamandiy-Egorov