Archives du mot-clé Sergueï Lavrov

Premier Forum social russo-africain: pour un envol des relations bilatérales

Afrique

Les relations russo-africaines ont le vent en poupe. Le premier Forum social russo-africain à Moscou confirme l’étroitesse des liens entre l’Afrique et la Russie. Un succès qui en annonce d’autres, puisque cet événement prépare notamment le premier Sommet Afrique-Russie de 2019. Retour sur un colloque riche en enseignements.

C’est une innovation dans la relation entre la Russie et les pays africains: l’African Business Initiative a organisé le premier Forum social russo-africain à Moscou.

Cette rencontre, organisée dans le cadre de la promotion des relations russo-africaines, notamment au niveau économico-commercial, prépare le terrain au premier forum d’affaires, et surtout au premier Sommet Afrique-Russie, qui devrait avoir lieu en 2019.

Y ont pris part des représentants russes et africains du monde diplomatique, politique, scientifique, des affaires, des médias et de la société civile. De nombreux représentants africains étaient d’ailleurs diplômés des universités soviétiques et russes. Côté pays hôte, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, ainsi que le vice-ministre des Affaires étrangères et représentant spécial du président russe pour l’Afrique et le Moyen-Orient, Mikhail Bogdanov, étaient présents.

Ce colloque comprenait plusieurs séances plénières et tables rondes, qui ont couvert presque tous les sujets d’intérêt russo-africain. Plusieurs points importants ont été soulevés, notamment l’objectif d’augmenter considérablement le nombre d’étudiants africains dans les universités russes, de faciliter aux étudiants l’accès aux stages et au marché du travail russe durant leurs études et d’assurer le suivi des succès post-études des diplômés africains. Sur le plan des affaires, l’accent a été mis sur la nécessité de collaborer dans un esprit gagnant-gagnant, de créer des projets avec une responsabilité sociale des entreprises et bien sûr la création d’emplois pour les populations africaines.

Sur le plan politico-diplomatique, M. Lavrov n’a pas manqué de rappeler plusieurs points importants, des points ayant reçu l’approbation des participants, dont deux méritent une attention particulière. Le ministre des Affaires étrangères a souligné que «la Russie n’a pas à se reprocher des crimes coloniaux. Au contraire, elle a accompagné les luttes d’indépendance en Afrique». Il a aussi martelé un slogan —«aux problèmes africains, des solutions africaines»- qui mettait l’accent sur le respect de la souveraineté de l’Afrique, tellement de fois remise en cause par certains États.

La Russie en Afrique peut déjà compter sur plusieurs atouts: absence d’histoire coloniale, soutien aux luttes d’indépendance des nations africaines, mais également durant la période post-indépendance; en outre, la Russie n’a jamais pillé les ressources du continent. À ce titre, le Dr Edimo Mongory, économiste camerounais qui est récemment intervenu en qualité d’expert dans l’une des émissions de la chaîne TV Afrique Média —la télévision panafricaine- a déclaré que «la Russie est probablement le seul pays du monde qui a plus donné à l’Afrique qu’il n’en a pris». Déclaration difficilement contestable.

L’autre atout évident de la Russie en Afrique, ce sont effectivement les milliers de cadres africains ayant été formés dans les universités soviétiques et russes et qui, dans leur grande majorité, continuent de porter le pays de leurs études dans leur cœur. Plusieurs d’entre eux occupent aujourd’hui des positions de haut rang dans leurs pays respectifs.

Mais ce qui peut paraître paradoxal, c’est qu’au-delà des amis naturels de la Russie sur le continent africain —comme ces diplômés- la Russie peut compter sur des milliers de représentants de la société civile africaine, notamment de la jeunesse, qui bien que n’ayant pas été formés sur le sol russe et ne parlant pas la langue de Pouchkine, soutiennent néanmoins activement la politique actuelle de la Russie. Et c’est probablement cette jeunesse aussi qui jouera un rôle stratégique dans la suite des relations Afrique-Russie, n’en déplaise aux détracteurs de la Russie et de sa présence en Afrique.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201810241038623076-russie-afrique-relations-forum/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

Tournée africaine de Sergueï Lavrov: ce n’est qu’un début

Sergueï Lavrov

Alors que la Russie réaffirme et développe ses positions en Afrique, l’heure est au renforcement des liens avec les partenaires historiques de Moscou sur ce continent. Décryptage des réalités politico-historiques et des perspectives dans les relations russo-africaines.

Des paroles aux actes: voilà comment se traduit la relation entre la Russie et les pays du continent africain. Alors que l’Afrique redevient une priorité de la politique extérieure russe, Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, a commencé sa tournée africaine, lors de laquelle il visitera cinq pays: l’Angola, la Namibie, le Mozambique, le Zimbabwe et l’Éthiopie.

Un choix qui ne doit rien au hasard, histoire oblige: ces cinq pays ont tous ont été des alliés de l’URSS en Afrique durant la Guerre froide.

Ainsi, le parti au pouvoir en Angola, le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), a-t-il été activement soutenu en son temps par Cuba et l’URSS. Grâce à ce soutien, ce pays lusophone a non seulement pu se libérer du colonisateur portugais, mais aussi vaincre l’interventionnisme sud-africain du régime d’apartheid allié à la CIA, qui soutenait à l’époque l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA) de Jonas Savimbi, un mouvement qui luttait contre cet allié de l’Union soviétique en Afrique. Au prix d’innombrables victimes et de longues années de guerre, le MPLA a eu le dessus sur l’UNITA. Aujourd’hui, l’Angola est un pays pleinement souverain, dont les citoyens n’immigrent pas ou peu, et qui se permet même d’accueillir un grand nombre de migrants occidentaux, dont pas moins de 200.000 Portugais qualifiés, venus chercher une vie meilleure. Cela sans oublier d’importants investissements angolais dans l’économie de Lisbonne: quelle meilleure revanche sur l’ancienne métropole coloniale?

Il en est de même pour la Namibie, où le parti au pouvoir, l’Organisation du peuple du Sud-Ouest africain (SWAPO), était, comme le MPLA angolais et le Congrès national africain (ANC) sud-africain, soutenu par Moscou et La Havane. Et après des années d’occupation par l’armée sud-africaine, le pays accéda à l’indépendance en 1990. Depuis, son gouvernement n’a cessé de rappeler le rôle de la Russie et de Cuba dans l’obtention de sa liberté. Par ailleurs, la Namibie est aussi un pays dont les citoyens n’immigrent pas ou peu, surtout en comparaison avec les pays sous «tutelle» occidentale, pourtant «disposant» eux aussi d’importantes ressources naturelles.

Le Mozambique était à l’époque lui aussi un partenaire privilégié de l’URSS. D’ailleurs, le drapeau et les armoiries du pays sont là pour le rappeler:

Drapeau du Mozambique et armoiries du Mozambique

En ce qui concerne la symbolique, côté russe, une des rues de Moscou proche de l’Université russe de l’Amitié des Peuples (RUDN) —au passage, l’une des plus internationales au monde- porte le nom de Samora Machel, le père de l’indépendance mozambicaine.

Au Zimbabwe, plusieurs membres du parti au pouvoir, à savoir l’Union nationale africaine du Zimbabwe —Front patriotique (ZANU-PF), sont historiquement liés pour certains à Pékin, pour d’autres à Moscou, et ce depuis la lutte pour l’indépendance.

Enfin et en ce qui concerne l’Éthiopie, au-delà d’avoir été l’un des principaux alliés africains de l’URSS au temps de la Guerre froide, ce pays partage des relations historiques et spirituelles avec la Russie, et ce depuis l’époque des Tsars.

Cela s’est notamment traduit par le soutien accordé par l’Empire russe à l’Éthiopie durant la Première Guerre italo-éthiopienne (1895-1896), qui a permis à cette dernière de rester le seul pays africain à n’avoir jamais été colonisé.

Autre point important, Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, accueille le siège de l’Union africaine (UA), avec laquelle la Russie souhaite développer ses relations. Ainsi, Sergueï Lavrov a-t-il programmé plusieurs rencontres avec de hauts diplomates de l’UA durant sa tournée

Mais les liens entre la Russie et ces cinq pays ne sont pas uniquement historiques et politiques. De nombreuses entreprises russes opèrent sur place, notamment dans le secteur minier en Angola, en Namibie et au Zimbabwe.

Des projets dans les domaines de l’énergie sont tout à fait possibles au Mozambique. Par ailleurs, le Zimbabwe et l’Éthiopie présentent un intérêt particulier pour les entreprises russes spécialisées dans la production et l’exportation d’engrais, à un moment où la Russie renforce ses partenariats directs avec ses clients sur place, au détriment des intermédiaires, bien souvent ni Russes ni Africains. L’Angola, lui, fait partie des principaux partenaires africains de la Russie dans le domaine de la Défense. Une interaction appelée à croître avec les quatre autres pays cités. Ainsi, la Banque russe pour le commerce extérieur (VTB), deuxième banque de Russie, dispose-t-elle d’un bureau de représentation à Luanda. Tout est donc là pour faciliter les échanges entre la Russie et ces pays.

L’un des grands atouts dont dispose indéniablement la Russie pour la suite de cette collaboration est qu’une large partie des élites politico-économiques de ces pays sont prorusses, notamment pour les raisons mentionnées plus haut.
S’ajoute à cela la poursuite de la formation dans les universités russes d’un grand nombre d’étudiants africains issus de ces pays, une jeunesse appelée à prendre le flambeau des relations russo-africaines.

Le choix des pays de cette tournée de Lavrov en Afrique est donc tout à fait pertinent, mais la Russie ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et interagira activement avec tout pays du continent qui le souhaitera. C’est probablement le message principal de Moscou à destination de l’Afrique: l’alternative russe est bien lancée et ne compte pas reculer.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201803061035404676-serguei-lavrov-relation-russo-africaine/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Un vent venu de Russie souffle sur la Moldavie et la Bulgarie

Les élections présidentielles en Moldavie

Beaucoup sont toujours dans l’enthousiasme, d’autres dans « l’incertitude », d’autres encore dans la vive inquiétude, depuis l’élection que le mainstream occidental n’attendait pas, à savoir de Donald Trump à la tête des USA. Mais ce n’est qu’une partie du processus désormais global. Les grands changements ne font que commencer.

Pour fermer le chapitre des élections présidentielles US, il a été certainement le mieux résumé par le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, à savoir que la Russie attend des améliorations dans ses relations avec les Etats-Unis et que nous jugerons selon les actions du président élu et non pas sur les paroles. Revenons à l’Europe. Le deuxième tour des élections présidentielles vient de prendre fin en Bulgarie, membre de l’Union européenne, ainsi qu’en Moldavie, ex-république soviétique ayant signé, à l’instar de l’Ukraine, le fameux accord d’association avec l’UE. C’était en juin 2014. Que dire d’autre que les résultats obtenus dans les deux pays rentrent parfaitement dans le cours multipolaire du monde actuel et par un rejet évident de l’Occident politique.

En Moldavie, la victoire a été obtenue par le charismatique Igor Dodon. En passant, il s’agissait de la première élection présidentielle au suffrage universel direct depuis 1997. Le candidat prorusse du Parti des socialistes de Moldavie l’emporte sur la rivale de la coalition pro-occidentale Maia Sandu (coalition au pouvoir depuis 2009) avec environ 53 % des voix contre près de 47 %. Le taux de participation au second tour a été plus élevé qu’au premier (53,27 % contre 49,18 %). Les médias occidentaux reconnaissaient que le candidat prorusse était favori mais « espérait » que la diaspora moldave vivant en Europe pourrait éventuellement faire la différence, notamment via la diaspora vivant en Italie (pays accueillant la plus importante diaspora moldave en Europe occidentale) et qui représente plus ou moins 150 000 personnes. Mais les mêmes médias ont oublié d’indiquer que la plus importante diaspora moldave à l’étranger se trouve en Russie: sur une population totale du pays de 3,5 millions d’habitants, plus de 500 000 citoyens de Moldavie vivent et travaillent sur le territoire russe et ont largement soutenu la candidature d’Igor Dodon.

Son programme était clair et net: renégocier (au moins) l’accord d’association avec l’UE qui selon le nouveau président moldave a plombé l’économie du pays, revenir au partenariat stratégique avec la Russie, négocier la réouverture du marché russe aux produits moldaves et à terme pouvoir rejoindre l’Union économique eurasiatique dont font partie la Russie, le Kazakhstan, la Biélorussie, l’Arménie, le Kirghizistan et bientôt le Tadjikistan (et d’éventuels autres pays de l’ex-URSS). A l’inverse de sa rivale qui tout en souhaitant avoir « des relations normales et non-conflictuelles » avec la Russie, souhaitait poursuivre le cours pro-UE et plus généralement pro-occidental. La phase donc du pouvoir pro-atlantiste en Moldavie est actuellement close. Au moins pour les quatre prochaines années. A noter que le président élu Dodon a également su être le candidat de tous les Moldaves (roumanophones comme russophones) et soutenu également par l’autonomie gagaouze (turcophone et pro-russe). Il s’est ouvertement opposé aux rêves des nationalistes roumains de voir la Moldavie intégrer l’Etat roumain et a même promis de pénaliser de tels appels en cas d’élection — c’est désormais chose faite.

En Bulgarie, le second tour des élections présidentielles a été remporté par Roumen Radev, candidat indépendant soutenu par le Parti socialiste bulgare et général des forces armées aériennes, lui aussi haut la main: près de 60 % des voix sur sa rivale Tsetka Tsatcheva (environ 36 %), issue du parti au pouvoir orienté sur les intérêts atlantistes. Enfin près de 4 % des votants ont voté contre tous. Le président élu Radev, que les uns appellent comme étant pro-russe, d’autres comme étant un sympathisant du rapprochement avec la Russie, estime en effet que la politique des sanctions antirusses doit cesser. Il est partisan également du renforcement des liens économico-commerciaux avec la Russie, forts dans le passé et beaucoup moins aujourd’hui, ce qui selon lui pénalise l’économie bulgare. Une approche soutenue par un large nombre de ses compatriotes. Fort de ce soutien qui traduit aussi la déception d’une partie importante des citoyens bulgares de leur membership au sein de l’Europe bruxelloise. Sur un autre sujet, le nouveau président bulgare estime également que la « Crimée est de fait russe ». Position au minimum logique mais ayant choqué nombre de « bien-pensants » atlantistes.

Principal constat donc: les atlantistes perdent sur beaucoup de fronts. Les partisans de la multipolarité, eux, poursuivent leur avancée victorieuse. Un processus qui sera vraisemblablement poursuivi pour plusieurs raisons: les promesses bruxelloises d’un « avenir radieux » dans le domaine économique n’aboutissent pas et la situation s’empire, les belles « valeurs européennes » à la sauce de Bruxelles séduisent de moins en moins compte tenu des contradictions énormes des annonces faites et de la réalité obtenue. Des « valeurs » dans lesquelles les citoyens même des pays occidentaux croient de moins en moins. Enfin la rhétorique du « danger russe » émises tellement de fois par les élites occidentales, politiques comme médiatiques, ne passe simplement plus auprès des populations concernées.

Evidemment ces victoires en Moldavie et en Bulgarie sont avant tout celles du bon sens. Et aussi des leaders souhaitant défendre en premier lieu les intérêts de leurs peuples. Des peuples revendiquant plus de justice, aussi bien chez eux qu’au niveau global, au moment où certaines forces souhaitaient ardemment faire monter les tensions existantes en flèche, en soutenant des extrémistes en tout genre, en faisant la propagande de guerre et en poursuivant la pratique d’une politique purement néocoloniale.

Quant aux « incertitudes » et aux peurs de certains représentants de cette même élite occidentale et comme dit précédemment: qu’ils s’y habituent. Le grand changement multipolaire désiré par la grande majorité de l’humanité se poursuivra, qu’ils l’acceptent ou non.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201611141028677230-presidentielles-moldavie-bulgarie/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

L’Organisation de coopération de Shanghai : élargissement à l’horizon

Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à Tachkent

Tachkent, la capitale de l’Ouzbékistan vient d’accueillir le Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Plusieurs questions étaient à l’ordre du jour : le développement de l’organisation, lutte contre le terrorisme et les défis liés à la sécurité régionale, élargissement de l’OCS.

En parlant de développement, le président du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev a parlé de la possibilité de créer une zone de libre-échange dans le cadre de l’OCS. Une proposition qui a trouvé beaucoup d’échos positifs. En parlant d’élargissement et c’est en effet un sujet de grande importance, l’Inde et le Pakistan deviendront vraisemblablement membres à part entière lors du prochain sommet de 2017 qui aura lieu à Astana, la capitale kazakh.

L’Iran qui est observateur au sein de l’organisation a lui aussi de sérieuses chances de devenir membre de plein droit au sein de l’OCS. La candidature de l’Iran est d’ailleurs soutenue aussi bien par la Russie que par la plupart des autres membres, notamment les autres pays d’ex URSS. A ce titre le président kazakh, qui est en outre l’un des principaux initiateurs de l’intégration eurasiatique, a parlé des perspectives dans le cadre d’un tel élargissement: « L’entrée possible à l’avenir de l’Iran au sein de l’OCS élargira les possibilités de notre interaction commune. En tenant compte de l’entrée des nouveaux membres, l’OCS représentera plus de 60% du territoire de l’Eurasie, 45% de la population mondiale, plus de 19% du PIB mondial ».

 

Pour rappel, l’Organisation de coopération de Shanghai réunit en son sein six membres fondateurs: 5 issus de l’ex-URSS, à savoir la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Tadjikistan et l’Ouzbékistan, ainsi que la Chine. L’Empire du Milieu place d’ailleurs un très grand espoir en l’OCS et n’a pas manqué d’afficher plusieurs fois son attachement à cette organisation qui représente l’une des priorités de la politique extérieure chinoise. Cela a été d’ailleurs été confirmé à maintes reprises dans les principaux médias chinois. L’Inde et le Pakistan deviendront donc eux membres à part entière sous peu. L’Iran a de grandes chances de les suivre. La Biélorussie, la Mongolie et l’Afghanistan sont pour le moment observateurs. Des pays comme la Syrie, l’Egypte ou encore le Bangladesh ont quant à eux exprimé leur volonté de devenir membres-observateurs.

Bref, le monde poursuit son avancée. Et cette avancée n’est plus dictée par l’Occident. En tout cas de moins en moins. Ce qui prouve une fois encore que la multipolarité se renforce de jour en jour. Il était assez drôle d’observer les réactions hystériques de certains politiciens et diplomates occidentaux par rapport au fameux Brexit, en allant même d’accuser ouvertement la Russie et Poutine d’être les « grands gagnants » de cette histoire. Pour répondre à cela, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait parlé de « cas cliniques » et qu’il n’était pas habilité à faire d’autres commentaires car n’ayant pas reçu de formation médicale… Difficile de dire mieux. 

En effet, l’Occident politique s’est tellement obsédé à l’idée de son « exceptionnalisme » et de son « rôle spécial » pour l’humanité, qu’il en devient hystérique à voir qu’à d’autres endroits du monde il ne représente plus un intérêt si important. Le Brexit, le Frexit, ou quoi d’autres encore: tout cela est le choix souverain des Européens. Que nous respectons.

Mais pour autant il serait surtout bon que les Occidentaux comprennent, en premier lieu les élites occidentales, qu’un autre monde a déjà vu le jour. Et ce nouveau monde, c’est cela notre priorité. Le modèle occidental de la vision du monde a montré toutes ses limites, et surtout ses bassesses. Une large partie de l’humanité n’en veut tout simplement plus. Donc il faudra s’y faire à cette réalité. 

Et pendant que les élites washingtoniennes et bruxelloises continueront leurs « débats » sans fin sur l’avenir de l’UE, à notre niveau on poursuivra l’intégration eurasiatique, tout comme celle de l’OCS et des BRICS. A chacun ses priorités.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201606271026187776-ocs-tachkent-elargissement/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Monde multipolaire contre vents et marées

Conférence de presse du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s’est exprimé lors d’une conférence de presse mardi et a notamment répondu aux questions des journalistes, russes comme étrangers.

Les thèmes mentionnés étaient variés. Une attention particulière a été évidemment accordée à la Syrie, Sergueï Lavrov n’ayant pas manqué de rappeler que les actions des Forces aérospatiales russes ont permis d’inverser la situation dans le pays. « Suite à cela, le tableau de ce qui se passe dans le pays est devenu beaucoup plus clair, permettant de voir qui lutte contre les djihadistes, qui les soutient et qui essaie de les utiliser pour atteindre ses objectifs unilatéraux et égoïstes ».

En effet, depuis la participation de l’aviation militaire russe dans la campagne antiterroriste en Syrie, tout le monde a pu noter une intensification pratiquement immédiate de la « lutte » côté coalition étasunienne, ou du moins une tentative de montrer des résultats. Car il est vrai qu’après maintenant un an et demi de « campagne anti-terroriste », la coalition occidentalo-golfiste dirigée par les USA est bien loin des résultats de la coalition Syrie-Russie-Iran-Hezbollah (sans oublier l’Irak qui coordonne activement la lutte avec la dernière), obtenus en un temps bien moins important. D’autre part, ce n’est plus Daech qui avance mais bien l’armée syrienne, et ce sur plusieurs axes du territoire de Syrie. Les terroristes sont forcés de reculer. A certains endroits la débandade est telle qu’ils sont forcés d’utiliser les civils comme boucliers humains. D’autre part, et cela est également un résultat direct de la participation russe, les revenus de Daech issus de la vente illicite de pétrole volé ont été divisés par plus de deux, et continuent de diminuer, forçant les extrémistes takfiristes non invités en Syrie à voir fondre leurs propres revenus journaliers. Côte occidental, il n’est plus fait mention d’un départ du président syrien Bachar el-Assad comme condition obligatoire à tout processus politique, ou en tout cas beaucoup moins ardemment.

Lors de la conférence il a été également fait mention de la Corée du Nord, des relations de la Russie avec la Chine, la Turquie, la Bulgarie, la Grande-Bretagne et les USA (et plus globalement avec l’Occident), le Japon et la liste n’est pas exhaustive… Les journalistes internationaux voulaient avoir l’avis du chef de la diplomatie russe sur pratiquement toutes les questions de l’actualité internationale, ou du moins liées aux relations bilatérales de leurs pays avec la Russie. Assez étonnant pour une « puissance régionale », notion que certains tentent encore d’utiliser lorsqu’ils font mention de la Russie. Non… La Russie est bien une puissance globale et personne ne pourra désormais dire le contraire. En parlant des relations avec l’Occident, le ministre Lavrov a souligné un point fort important: la Russie est ouverte aux relations d’égal à égal avec le monde entier, dont bien sûr les pays occidentaux, mais la Russie ne va pas dépendre des caprices de l’Occident… 

En parlant de caprices, il fallait voir et entendre la question de la correspondante du quotidien espagnol El Pais, qui n’a pas manqué d’humour (bien qu’étant vraisemblablement stressée par la tournure de la conférence) en demandant au ministre russe quand la Russie rendrait la Crimée à l’Ukraine… Sergueï Lavrov, dans le style qui lui est propre, n’est pas lui aussi passé aux émotions, se contentant juste de rappeler que la Crimée fait partie intégrante de la Fédération de Russie à tous les niveaux et que pour s’en rendre compte il faudrait y faire tour, comme l’ont d’ailleurs fait et font plusieurs hommes politiques européens. On peut bien sûr comprendre le ton hautain néocolonial de certains représentants de l’Espagne, pays qui possède jusqu’à aujourd’hui des colonies sur le continent africain, plus précisément en terre marocaine: Ceuta et Melilla (sans oublier les Iles Canaries) et le stress subi par Madrid à l’idée de perdre à terme la Catalogne, le poumon économique du pays, mais faut-il quand même garder un minimum de sérieux. Probablement difficile lorsqu’on a encore des tendances coloniales.

Marie-Christine Dalloz
© AFP 2016 JACQUES DEMARTHON
En tout cas, pour revenir au thème du monde multipolaire dont Sergueï Lavrov a fait également mention aujourd’hui encore, est qu’il est bien une réalité malgré les défis qui lui sont lancés par les restes de l’unipolarité. Nous nous trouvons effectivement dans une période de transition, lorsque les partisans du monde unipolaire et néocolonial veulent à tout prix mettre des obstacles au monde multipolaire, récemment devenu réalité et soutenu par la majorité de l’humanité. 

Et à ce sujet, j’aimerai partager une réflexion personnelle du jour:

Le monde multipolaire c’est un peu comme une course de 100 mètres. On peut la courir avec ou sans haies.

Supposons que le monde multipolaire c’est nous (tous ses partisans), le coureur. Quant aux haies, ce sont les obstacles que les élites occidentales placent sur notre chemin.

Mais du moment que le coureur est un bon professionnel et qu’il sait ce qu’il fait, même en ayant des haies en face de lui, il finira la course. Certes, ce ne sera pas aussi rapide que si la piste était sans haies, mais il y arrivera quand même.

La victoire sera à nous!

 

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20160127/1021248721/lavrov-russie-conference-presse.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Lutte contre le terrorisme et le respect de la souveraineté des Etats

La campagne anti-terroriste russe en Syrie bat son plein et les résultats sont plus qu’encourageants, surtout en tenant compte du début tout récent de cette campagne.

Beaucoup de voix s’élèvent pour dire que la Russie en à peine deux semaines de frappes contre les positions terroristes en Syrie a obtenu des résultats concrets et efficaces, à la grande différence de la coalition menée par les Etats-Unis, avec leurs alliés européens et de certains pays du Golfe, qui prétendent « lutter » aussi contre Daech, depuis plus d’un an. En effet, l’Etat islamique, le Front al-Nosra (filiale d’Al-Qaïda) et les autres groupes salafistes ne se sont probablement jamais portés aussi mal qu’actuellement. La panique atteint grand nombre de terroristes, beaucoup d’entre eux fuient vers la frontière turque pour s’y réfugier, d’autres se préparent carrément à quitter le théâtre des opérations pour rejoindre leurs pays d’origine, notamment européens. Cela est confirmé par les services de renseignement syrien. Et tout cela, après le début de la participation russe aux combats contre les terroristes.

Revenons à la « coalition » étasunienne. Etonnant tout de même qu’après plus d’une année « d’action », les terroristes non seulement n’ont pas été affaibli, mais au contraire n’ont fait que se renforcer, étendre leur contrôle sur nombre de territoires, et activement développer leurs activités commerciales. Comment expliquer d’une façon censée cette différence de résultats, d’autant plus lorsque ceux n’ayant rien obtenu de concret, avait l’avantage évident du timing?

La première raison est la motivation. Les Occidentaux, USA en tête, leurs alliés européens (Grande-Bretagne, France) et du Golfe (Qatar, Arabie saoudite) n’avaient jamais caché que leur but principal en Syrie était de se débarrasser du président Bachar al-Assad, leader arabe laïc et patriotique. Les discussions côté occidental sur la nécessité de combattre Daech n’ont commencé que lorsque le niveau des atrocités commises par cette secte a atteint des proportions énormes et que leurs exactions barbares ont été découvertes au grand jour par l’humanité (tout en fermant les yeux sur les crimes et exactions des autres groupes takfiristes). La Russie de son côté est restée fidèle à ses principes. Dès le début de la crise syrienne, elle n’a pas caché son soutien au gouvernement légitime de Syrie. Ce soutien se caractérisait par un soutien diplomatique, humanitaire et par la livraison d’armement. Et n’a pas changé sa position en réaffirmant la priorité de combattre le terrorisme.

L’autre raison concerne la coordination des frappes aériennes contre les terroristes avec les troupes au sol. Et sur ce plan-là également, la Russie a un avantage de taille. L’aviation russe coordonne directement ses frappes avec l’Armée arabe syrienne. Et n’est intervenue qu’après réception d’une demande officielle émanant du gouvernement syrien. Rien de tel côté occidental & golfiste. Plus encore, ces derniers ne possèdent aucun mandat de l’ONU pour mener des frappes en Syrie. Mais après tout, est-ce si nouveau? En 2003, lorsque les USA avaient accusé l’Irak de Saddam Hussein de posséder des armes de destruction massive, l’ONU n’avait accordé aucun mandat aux USA pour envahir ce pays. Peu importe, les USA & satellites le feront malgré tout. Les prétendus armes de destruction massive ne seront jamais trouvés. Le pays sera néanmoins déjà envahi et en très grande partie détruit.

Cette différence d’approche pousse aujourd’hui justement le voisin de la Syrie, l’Irak, à réfléchir sur une éventuelle demande à la Russie de bombarder les positions des terroristes en territoire irakien. La volonté a déjà été exprimée par le premier ministre irakien, Haider al-Abadi, lors d’un échange avec France 24. Le ministre irakien de la Défense, Khaled al-Obaidi, partage aussi cette opinion. La Russie de son côté avait déclaré via le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, que si l’Irak transmettait, à l’instar de la Syrie, une demande officielle en ce sens, la Russie l’étudierait avec le plus grand soin.

Comme quoi la lutte anti-terroriste russe séduit et pour deux raisons principales: son efficacité et le respect de la souveraineté des pays concernés. La Russie ne se permet pas d’intervenir à droite ou à gauche sans avoir été invitée. Le terrorisme est un défi pour toute l’humanité, mais là aussi il faut avoir d’une part une approche franche et non pas hypocrite comme certains. Et coordonner le tout avec les gouvernements des pays en question. Voilà la différence.

Certains hystériques tenteront de faire reparler de l’Ukraine, certes un peu oubliée ces temps-ci, en accusant une fois encore la Russie d’être soi-disant intervenue dans le Donbass. Le problème pour ces propagandistes, c’est que jusqu’à maintenant personne n’a pu présenter ne serait-ce qu’un semblant de preuve valable sur la prétendue « présence » russe dans le Donbass, pas même l’OTAN.

Pour revenir à l’approche russe dans le combat contre le terrorisme en Syrie et conclure, il faut dire que cette approche séduit également en dehors de la région du Moyen-Orient. Notamment en Afrique. Le Cameroun par exemple dont les forces armées mènent une lutte sans relâche contre la secte islamiste de Boko Haram ont déjà pu apprécier le soutien militaire russe, après n’avoir obtenu aucun soutien véritable de la part des « partenaires traditionnels ». Des partenaires traditionnels qui risquent d’être revus par nombre d’Etats africains dans un avenir plus ou moins proche.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20151013/1018807556/terrorisme-lutte-russie-syrie.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Le système de domination unipolaire touche-t-il à sa fin?

Légion

Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, a été fort explicite en annonçant tout récemment que la domination politique et économique de l’Occident sur le monde touche à sa fin.

Cette annonce a été faite lors du forum international Terra Scientia, sur les rives de la rivière russe Kliazma, le tout devant un grand nombre de jeunes participants. « Aujourd’hui, le centre d’intérêts de la politique extérieure, comme le centre d’intérêts de chacun de vous, est directement lié à la lutte des idées. Cette lutte consiste notamment à choisir ou à imposer son choix sur les modèles de développement et des valeurs. Nous observons la fin d’une très longue époque, celle de la domination économique, financière et politique de l’Occident historique », a déclaré le ministre Lavrov.

Analysons ces dires. Globalement et c’est le principal à noter dans cette déclaration, c’est qu’elle confirme une fois de plus l’avènement de l’ère multipolaire, tant attendue. Après l’éclatement de l’URSS et la fin de la guerre froide, les élites occidentales, principalement étasuniennes, s’étaient autoproclamées gendarmes du monde. Cette domination, une bonne part de l’humanité l’a ressenti et ce à différents endroits de la terre: Balkans, Moyen-Orient, Afrique, Amérique latine. A un moment il fallait bien dire stop. Le chaos créé en Libye suite à l’intervention de l’OTAN en alliance avec les salafistes locaux, a été l’une des gouttes de trop et il a bien fallu que certains pays prennent leurs responsabilités.

Depuis, la Russie et la Chine, soutenues par leurs alliés, ont décidé de bloquer à tout prix les tentatives occidentales, ne serait-ce qu’au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU. Une partie de l’humanité a commencé alors à mieux respirer. D’autre part et il est également important de le noter dans la déclaration de Sergueï Lavrov, c’est lorsqu’il parle de « la fin d’une très longue époque ». Il fait évidemment ici référence non pas seulement à toute cette époque assez récente qui a suivi la fin de l’URSS, mais bien toute celle datant de plusieurs siècles.

Mais tout change et continuera à changer. D’autant plus, et il faut le rappeler aussi, nous ne sommes non seulement plus à une époque unipolaire, révolue et ayant montré toute sa dangerosité pour l’avenir de l’humanité, mais nous ne sommes pas non plus dans une optique bipolaire, comme durant la période ayant suivi la fin de la Seconde guerre mondiale, avec deux superpuissances. Aujourd’hui, la multipolarité confirme la présence de plusieurs blocs, des blocs représentants des pays concrets ou des groupes de pays. On retrouve bien évidemment la Russie et la Chine, deux grandes puissances mondiales et membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU opposés à la nostalgie unipolaire du bloc occidental. Mais aux côtés de l’ours russe et du dragon chinois, on retrouve aussi de grandes puissances régionales, telles que l’Inde, l’Iran, le Brésil et d’autres.

Ou encore le bloc uni et à part entière de la majorité des nations latino-américaines ayant réussi à former ensemble une alliance fermement opposée au néocolonialisme US. On ne peut se permettre de ne pas mentionner aussi d’autres grandes alliances multipolaires comme les BRICS, l’OCS ou encore l’Union eurasiatique, qui portent en eux un grand espoir pour une partie du monde. Ajoutés encore à cela plusieurs pays africains et asiatiques, et on arrive tout simplement à une forte majorité de l’humanité. Sans oublier de prendre en compte le fait que nombre de citoyens de pays occidentaux sont également des partisans assumés du monde multipolaire.

Mais il ne faut pas oublier pour autant que les partisans de l’unipolarité, bien qu’étant clairement minoritaires, feront en sorte de ne pas reconnaitre la nouvelle réalité à l’immédiat. Au contraire, il faudra encore du temps pour que les élites occidentales acceptent, d’une manière ou d’une autre, l’avènement du nouveau monde. Jusque-là, ils continueront à tenter de rassasier cet appétit hégémonique, et c’est ce qui a également été souligné par Sergueï Lavrov: « L’Occident tente de maintenir sa domination de manière artificielle en faisant pression sur les autres pays, au moyen de sanctions et de forces militaires, de violations du droit international et de la Charte des Nations unies, contribuant ainsi au chaos dans les relations internationales ».

Un chaos auquel on devra certainement faire face encore un certain temps et que l’on observe en ce moment même à différents endroits de notre planète. Mais du moment que la majorité de l’humanité soutiendra aussi activement que possible cette ère nouvelle, la multipolarité finira bien à anéantir une bonne fois pour toute l’unipolarité n’ayant plus aucune place dans nos vies à tous.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150826/1017793880.html

Mikhail Gamandiy-Egorov