Archives du mot-clé Sommet

Quand l’Iran et la Russie mènent la danse du monde multipolaire

Vladimir Poutine et Ali Khamenei

Énergie, commerce, mais aussi diplomatie internationale, autant de thèmes abordés au Sommet Iran-Russie-Azerbaïdjan qui vient de se clore. Un sommet qui a renforcé sur tous ces sujets le basculement vers un monde multipolaire, et dans lequel les rapports russo-iraniens jouent un rôle clé.

«Nous sommes en mesure de parer les sanctions américaines et d’isoler l’Amérique en renonçant au dollar pour le remplacer par nos devises nationales aussi bien lors de transactions bilatérales que multilatérales». Par ces mots prononcés après sa rencontre avec Vladimir Poutine l’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique d’Iran, donne la mesure des ambitions du Sommet Iran-Russie-Azerbaïdjan. La promotion d’un monde multipolaire —multilatéral, dit Ali Khamenei-, qui ne ferait plus des États-Unis et du dollar le pivot du monde et de son économie, était en effet le fil conducteur de ce sommet qui s’est clos à Téhéran le premier novembre.

Un défi qui requiert de solides qualités, selon Ali Khamenei: «Poutine est une personnalité forte, c’est justement pour cela qu’il est possible de coopérer avec la Russie sur les questions d’envergure qui demandent de la détermination et de la persévérance en tant que superpuissance. Et on peut coopérer avec elle d’une manière logique».

Cette plateforme, qui s’est tenue pour la première fois en 2016 à Bakou, capitale azérie, a abordé de nombreux thèmes d’intérêt pour L’Iran, La Russie et l’Azerbaïdjan. Citons notamment le projet de corridor de transport international «Nord-Sud», qui est parmi les canaux de transport les plus importants au monde du point de vue économique. Énergie, électricité, coopération pétrolière et gazière étaient eux aussi à la une des discussions.

En effet, ces trois nations sont des puissances déclarées en ressources pétrolières et gazières. Mais ce n’est pas leur seul point commun. Ainsi, l’Azerbaïdjan est un pays musulman laïque, ayant fait partie de l’Empire russe et de l’URSS (liens étroits avec Moscou), turcophone (liens étroits avec Ankara) et dont les 85% des plus de 94% de musulmans du pays sont chiites (similitude évidente avec l’Iran voisin). Ajoutez à cela des liens économico-commerciaux étroits aussi bien avec la Russie, l’Iran et la Turquie et vous commencerez à comprendre le puzzle qui se forme.

Pour en revenir aux relations entre la Russie et l’Iran, soulignons que Moscou et Téhéran ont signé un mémorandum portant sur les livraisons de gaz iranien à destination de l’Inde, projet dans lequel le géant gazier russe Gazprom compte s’engager. À ce titre, Aleksandr Novak, ministre russe de l’Énergie, a affirmé que Gazprom prévoyait de participer à l’extraction du gaz iranien et de construire un gazoduc en Inde d’une longueur de 1.200 kilomètres. Les gisements spécifiques sur le territoire iranien seront déterminés dans le cadre d’étude de faisabilité du projet. L’autre géant russe, le pétrolier Rosneft, prévoit lui aussi d’élargir considérablement sa participation dans des projets en territoire iranien.

L’énergie n’a toutefois pas été le seul point de convergence entre Moscou et Téhéran. Le président iranien Hassan Rohani, qui a discuté en détail avec Vladimir Poutine de la Syrie, a déclaré que «la coopération entre l’Iran et la Russie se poursuivra jusqu’à la victoire complète sur le terrorisme». Il a ajouté «qu’il est très agréable qu’outre leurs relations bilatérales, nos deux pays jouent un rôle important dans la garantie de la paix et de la stabilité dans la région». Hassan Rohani soulignait ainsi que la Russie et l’Iran sont les acteurs clés dans la lutte contre le terrorisme salafiste et dans la résolution du conflit syrien.

Cela s’est traduit par les victoires sur le terrain, où la secte de Daech vit ses dernières heures. Un groupe qui contrôlait plus de 70% du territoire national syrien il y a deux ans de cela, avant que les Forces aérospatiales russes n’interviennent. Le rôle positif de la Russie et de l’Iran dans la région se traduit aussi au niveau diplomatique avec les pourparlers d’Astan, bien plus efficaces, y compris en ce qui concerne l’aspect humanitaire, que ceux de Genève. Des pourparlers auxquels s’est également jointe la Turquie, l’autre puissance eurasienne qui s’éloigne progressivement de son «entourage» atlantiste.

Une situation sur laquelle peu de monde aurait parié en 1992 et même au début des années 2000, tant l’Occident politico-économico-médiatico-militaire paraissait invincible. Tout a changé aujourd’hui. Et les gesticulations des élites atlantistes ne changeront pas grand-chose au processus déjà lancé, dans lequel des pays comme la Russie, la Chine, l’Iran, la Syrie, la Turquie, l’Inde, plusieurs pays ex-soviétiques d’Asie centrale et tous ceux qui souhaiteront se joindre à eux décideront de la marche à suivre, sans pour autant l’imposer aux autres, y compris à ceux qui préféreront encore jouer les suiveurs de Washington.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201711031033731410-iran-russie-azerbaidjan/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

8ème Sommet des BRICS : l’unité inébranlable

8ème Sommet des BRICS : l’unité inébranlable

L’Alliance BRICS poursuit toujours son renforcement dans le cadre du monde multipolaire. Cela a été une fois de plus confirmé lors du 8ème Sommet des BRICS qui cette année s’est déroulé dans l’Etat de Goa, en Inde.

Plusieurs questions étaient à l’ordre du jour lors de ce sommet. Questions économiques, crise en Syrie et lutte antiterroriste, coopération militaire, échanges dans le domaine de l’enseignement et de la culture. Une fois encore et à l’instar de ce qui s’était passé lors du récent Congrès mondial de l’Energie à Istanbul, en Turquie, le président russe Vladimir Poutine était au centre de l’attention, dans une atmosphère fortement positive. Oui, l’Occident politique malgré toute sa rhétorique antirusse, y compris via les médias du mainstream, a obtenu l’effet totalement à l’inverse du désiré.

Tout d’abord les BRICS ne toléreront aucune pression extérieure. Et restent fermement opposés à la violation de la souveraineté des Etats du monde. Un message qui a été annoncé avant même le début du sommet. En parlant de la crise syrienne, les pays BRICS ont réitéré leur soutien à une issue politique de la crise en Syrie tout en insistant sur la nécessité de poursuivre la lutte antiterroriste dans ce pays contre les extrémistes, aussi bien liés à Daech qu’à Fatah al-Cham (précédemment Front al-Nosra, filiale d’Al-Qaïda en Syrie). Une position que réitère la Russie sur l’arène internationale et que refuse à tout prix les élites occidentales en épargnant largement les groupes terroristes faisant partie ou étant directement liés aux extrémistes de Fatah al-Cham, de leurs propres aveux.

En plus des pourparlers collectifs, plusieurs rencontres tête à tête ont eu lieu au cours du sommet. A ce titre, Vladimir Poutine a eu des entretiens avec le Premier-ministre indien Narendra Modi, le président chinois Xi Jinping, et le président sud-africain Jacob Zuma. Dans le cadre des relations avec l’Inde, pays hôte du sommet 2016, plusieurs importants accords ont été signés: dans le domaine de la Défense, la Russie fournira à l’Inde (en passant le plus grand marché étranger de l’armement russe) le système sophistiqué de missiles antiaériens S-400, ainsi que d’autres appareils de pointe, confirmant par la même occasion le leadership des technologies militaires russes au sein des forces armées indiennes.

Sur le plan énergétique la Russie via la compagnie Rosneft prévoit de livrer à l’Inde 100 millions de tonnes de pétrole sur les dix prochaines années. Le géant gazier russe Gazprom entend lui assurer à la République indienne sur le long terme la livraison de 2,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an. Les deux pays poursuivent également leur large coopération dans le domaine de l’industrie nucléaire.

Dans le cas des relations sino-russes et au vu du renforcement de l’alliance russo-chinoise, y compris dans le domaine de la Défense, comme l’ont d’ailleurs démontré les récentes importantes manœuvres militaires conjointes en mer de Chine méridionale, et de la coordination diplomatique sur les principaux sujets de l’actualité internationale, les leaders des deux pays ont réitéré des « positions similaires » sur la situation en Syrie et en Afghanistan, y compris sur la question de la lutte antiterroriste. Par ailleurs, Poutine et Jinping ont mis l’accent sur le caractère inadmissible de l’ingérence d’acteurs externes dans les affaires de l’Asie centrale. On comprend à ce titre qui est visé. Plus que cela, le leadership chinois a proposé d’augmenter encore plus la coordination déjà fortement importante entre la Russie et la Chine au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU. Une proposition qui veut tout dire.

Sur le plan économique et là aussi peu importe ce qu’en diront les jaloux, la coordination bat son plein. La Nouvelle banque de développement créée par l’alliance BRICS en juillet 2014 avec son siège à Shanghai passe à l’action. Ainsi, plusieurs grands projets, y compris dans le domaine de l’infrastructure, seront financés par ladite banque aussi bien dans les pays BRICS qu’ailleurs, notamment dans les pays du continent africain. De plus, les BRICS ont annoncé leur ferme volonté de s’occuper de la reconstruction en Syrie, principal défi du pays après la victoire tant nécessaire sur le terrorisme. Tout comme un autre fait qui devrait fortement déplaire à Washington: celui de favoriser les échanges au sein des BRICS en devises des pays membres de l’alliance.

Last but not least, un tournoi des équipes de football des nations BRICS (des moins de 17 ans) a été organisé en marge du sommet, sous la supervision de l’organisation brésilienne Brazsat. En effet quoi de mieux qu’un tournoi sportif pour raffermir les liens entre les jeunes représentants des pays de l’alliance ?

Bref, les BRICS ne faiblissent pas. Et même les mauvaises langues qui espéraient voir l’affaiblissement de notre alliance, notamment après la destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff, peuvent désormais se taire un moment : le Brésil reste au sein de l’alliance. Les BRICS continueront donc de se renforcer aussi bien grâce à la coordination interne qu’avec les alliés non-membres de l’union qui ne manquent pas. Ajoutez ces pays à ceux des BRICS qui représentent désormais à eux seuls 53 % de la population mondiale et vous comprendrez ce que représente la véritable communauté internationale. Une communauté qui en plus de se renforcer sur le plan démographique, le fait aussi et très activement au niveau économique, politique, diplomatique et militaire. Que les faux apôtres autoproclamés à parler au nom de la communauté internationale le comprennent bien une bonne fois pour toute.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201610171028234265-brics-sommet-unite/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

 

Le chef de la diplomatie allemande, Franck-Walter Steinmeir, appelle au retour de la Russie dans le G8…

Sérieux ? Vous nous invitez à revenir ? Non, merci. A titre personnelle, je suis contre. Et je vais vous dire pourquoi.

A la base, on avait le « club » des élites néocoloniales, le fameux G7. Puis à une époque, ces « gentils » personnages ont eu la « bienveillance » d’inviter la Russie à les rejoindre dans le cadre du G7+1. En gros cela signifiait la chose suivante : « Allez, la pauvre Russie, l’ex-superpuissance devenue si pauvre et à genoux maintenant, viens à nous, qu’on se foute un peu de toi ». C’était d’ailleurs à peu près cela qu’on nous apprenait au lycée français dans lequel j’étudiais au Maroc.

Aujourd’hui, les temps ont tellement changé. Et lorsque la confrontation actuelle a commencé entre l’Occident politique et la Russie (Syrie, les événements du Maïdan à Kiev, le retour de la Crimée à la Mère-Patrie, les événements du Donbass), les élites occidentales pensaient encore que mettre la Russie hors du « G8 » serait un acte punitif qui nous ferait tant de mal.

Moi, je pense, que c’était une bénédiction, tout comme les sanctions occidentales actuelles visant la Russie le sont, offrant d’énormes opportunités aussi bien à nous Russes, qu’à nos véritables amis. Et compte tenu, de l’agenda très chargé de nôtre Russie dans le monde multipolaire actuel : intégration eurasiatique, l’OTSC, l’alliance BRICS et dans le cadre de l’Organisation de coopération de Shanghaï. Sans oublier le renforcement de l’alliance avec les pays du continent asiatique, l’Amérique latine et j’espère de tout coeur l’Afrique, nous avons d’autres chats à fouetter que d’être membre ou pas de ce fameux G8.

Vous avez compris que la Russie se passe complètement de vous ? Vous avez compris que l’on ne discute pas avec la Russie actuelle sur la base d’ultimatums, de menaces et de pressions ? C’est déjà pas mal. Mais gardez votre G7+1 pour vous. Cette réalité est aujourd’hui complètement dépassée, alors n’essayez pas de nous faire revenir. Bienvenue dans la nouvelle réalité, mes amis !

http://fr.sputniknews.com/international/20150604/1016403574.html

Russie – Iran : un soutien mutuel au plus haut niveau

L'Iran est prêt à fournir toute assistance à la Russie

Téhéran considère les sanctions imposées à son encontre par l’Occident comme un « mauvais outil » et entend renforcer ses relations avec la Russie. C’est ce qu’a déclaré le président de l’Iran, Hassan Rohani.

Il y a des façons différentes pour contrer les sanctions, on peut renforcer les relations entre les voisins, et dans le contexte actuel l’Iran est prêt à fournir toute assistance au peuple et au gouvernement de la Russie, a déclaré le président iranien. Rohani a exprimé l’espoir que les relations commerciales entre les deux pays continueraient à s’améliorer et les produits agricoles iraniens apparaîtraient sur le marché russe d’ici la fin de 2015.