Archives du mot-clé Sud global

La ligne de démarcation Est-Ouest et l’agitation de l’axe occidental

26.05.2023

Face aux initiatives des principales puissances non-occidentales et d’autres nations du Sud global – les régimes occidentaux et kiévien tentent par tous les moyens de faire entendre leur voix. Une voix qui a de plus en plus de mal à être entendue de manière sérieuse par la majorité planétaire, sachant que l’axe otanesque a tout fait sauf rechercher une solution pacifique jusqu’à présent dans le dossier ukrainien.

Les peurs washingtoniennes et occidentales quant au fait qu’une large partie du monde prennent position en faveur des initiatives de paix de la République populaire de Chine et d’autres nations des BRICS semblent se confirmer plus que jamais. A l’heure où la majorité planétaire s’est définitivement rendu compte que c’est précisément le bloc des nostalgiques de l’unipolarité qui refuse obstinément la paix, tout en cherchant à chaque fois l’escalade face aux partisans de l’ère multipolaire contemporaine.

Evidemment et à cet effet, l’establishment otanesque mobilise inlassablement son représentant sous tutelle, à savoir Kiev. Les récents contacts des représentants du régime kiévien, notamment en direction des pays africains et arabes ne font d’ailleurs que confirmer cette thèse. Fait d’ailleurs assez comique, mais tellement typique pour ce régime – l’utilisation d’un ton condescendant de la part d’un régime fantoche, calqué sur celui de ses maîtres occidentaux, vis-à-vis des pays concernés. Pour autant – aucune illusion à avoir, car pratiquement personne n’est aujourd’hui dupe parmi les pays concernés par cette mobilisation de l’axe otano-kiévien.

Les raisons pour de telles démarches sont quant à elles une fois de plus parfaitement compréhensibles et prévisibles. Face à l’incapacité de réaliser le scénario tellement promu par l’Occident d’infliger une défaite stratégique à la Russie, chaque jour qui passe les nations non-occidentales du monde – en d’autres termes la seule et véritable communauté internationale car représentant l’écrasante majorité de l’humanité – prennent de plus en plus position en faveur d’une ligne de démarcation entre l’Otan et Moscou, représentant un véritable dilemme pour l’Occident.

En effet et comme Observateur Continental l’avait plusieurs fois soulevé – cette ligne de démarcation, même dans l’état actuel des choses – représente un aveu d’une défaite du bloc otanesque. Peut-être pas une défaite complète, mais une défaite néanmoins. Et cela sans même aborder de nouveau le sujet que cette ligne de démarcation puisse continuer à être étendue vers l’Ouest dans le cadre de l’opération militaire spéciale russe, et ainsi se retrouver encore plus près des frontières des régimes atlantistes. De même que personne ne peut aujourd’hui garantir, malgré tout le contrôle occidental sur l’Ukraine contemporaine, combien de temps pourra tenir le régime kiévien dans cette perspective.

Evidemment, l’option qui semble pouvoir arranger les Occidentaux, y compris via les déclarations du régime kiévien, représente un secret de polichinelle. A savoir que la Russie se retire de tous les territoires libérés depuis le commencement de l’opération militaire spéciale – pour énième rappel après les multiples violations et non-respect des Accords de Minsk par Kiev et dont les régimes français et allemand se portaient en passant comme co-garants, et en retour entrevoir une possible reconnaissance occidentalo-kiévienne de la Crimée comme partie intégrante de la Fédération de Russie.

Sauf que cette option est évidemment inacceptable pour Moscou. Le cas de la Crimée est résolu depuis 2014. Pour rappel en passant sans qu’il y ait eu une seule victime dans le processus de réintégration de la péninsule à la Russie et à travers un référendum qui avait largement confirmé la volonté de l’écrasante majorité du peuple multiethnique de Crimée. Et dans le cas précis du Donbass et des autres territoires majoritairement russophones, l’Etat russe ne se permettra pas de trahir les populations concernées et les laisser à l’abandon face à un génocide que les otano-kiéviens n’hésiteront pas à mettre en œuvre, dans le cadre d’une épuration ethnique. Une épuration ethnique que les représentants du régime kiévien assument ouvertement dans leurs déclarations, avec la «bénédiction» des parrains bien évidemment.

Dans cette perspective, le dilemme de l’Occident se retrouve d’autant plus renforcé. A savoir que la poursuite de la guerre par procuration, et désormais avec la montée des enchères une guerre quasi-directe entre l’Otan et la Russie, place cet axe occidental non plus seulement devant une condamnation de l’écrasante majorité mondiale, mais également face à la réalité de voir d’autres territoires de la Novorossia (Nouvelle Russie) à être libérés par les Forces armées russes. Et le tout avec une perspective très incertaine quant à l’avenir du régime kiévien, envers lequel d’énormes investissements de l’Occident politique avaient été placés, dans l’espoir justement d’infliger une défaite non seulement à la Russie, mais à tout le monde multipolaire. Sans succès jusqu’à présent.

Mikhail Gamandiy-Egorov

La dédollarisation en marche

11.04.2023

Le processus de l’affranchissement par la communauté internationale vis-à-vis du dollar suit son cours et atteint de plus en plus le stade pratique des choses. Et si du côté occidental et libéral – les analyses des événements tentent d’être rassurantes quant à l’avenir de la monnaie étasunienne à l’échelle internationale, du côté des grandes puissances non-occidentales et des pays du Sud global – l’heure est résolument à l’action et à la détermination.

La chose qui pouvait paraître presque impossible pour certains analystes, surtout occidentaux, il y a de cela quelques années – a bel et bien pris son envol, et avec assurance. Lorsque le processus de dédollarisation à l’international est observé aujourd’hui, il faut certainement comprendre qu’il était complètement inattendu, surtout au vu du rythme observé actuellement, ni par Washington, ni ses principaux suiveurs de l’espace occidental.

Cela est d’ailleurs peu surprenant. Le premier considérait que personne ne pourra toucher à sa domination mondiale, ni à l’hégémonie établie durant de longues années. Les suiveurs, notamment européistes, pensaient à tort se trouver dans le camp victorieux et par « essence » intouchable. Sauf que le monde dans sa globalité n’est pas, à la différence de l’Europe bruxelloise, un pseudo-jardin totalement endormi par des illusions du passé. Et complètement dépassé par les événements contemporains de l’ère multipolaire.

Pendant ce temps les chiffres et événements en rapport avec ledit processus parlent d’eux-mêmes : les accords en matière de dédollarisation des échanges réciproques et le passage vers l’utilisation des monnaies nationales concernées ne cessent de s’élargir. L’un des plus récents en dates étant d’ailleurs entre l’Inde et la Malaisie. Et cela faisant suite à d’autres accords entre Etats allant dans la même direction.

Notamment entre la Chine et la Russie (respectivement la première et la sixième économies mondiales en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat). Entre la Chine et le Brésil (respectivement première et huitième économies mondiales), la Chine et l’Arabie saoudite (première et 17ème), la Russie et l’Iran (sixième et 21ème). Dans le cas de l’Inde et de la Malaisie, cela concerne respectivement la troisième et la 31ème économies du monde.

Et cela en tenant compte que le processus en question ne fait réellement que commencer. Du côté occidental, les «spécialistes» d’obédience libérale tentent toujours de vouloir être rassurants quant à l’avenir du dollar à l’international, mais néanmoins se retrouvent obligés à reconnaitre qu’il faut se préparer à un monde monétaire multipolaire.

Pourtant et du côté des pays dits du Sud global, la constatation et l’analyse des faits est beaucoup plus réaliste et pleine d’espoir quant à l’avenir de la dédollarisation, cette dernière définie par l’utilisation à outrance de l’extraterritorialité du droit étasunien en qualité de levier juridique de coercition, créant de-facto un contrôle global sur l’ensemble des agents économiques utilisant la monnaie US. Et cette vision, notamment en Afrique, se ressemble bien souvent au Nord comme au Sud du continent, ainsi qu’à d’autres endroits à l’échelle continentale et internationale.

De manière générale et encore une fois l’extrême arrogance de Washington et de ses principaux suiveurs, de même que leur ferme conviction de pouvoir agir en toute impunité, y compris vis-à-vis des avoirs financiers étrangers ne leur appartenant pas, représentent les quelques aspects du processus désormais clairement enclenché aux quatre coins du monde. Le plus important maintenant est de maintenir la ferme motivation dans le cadre de ce processus au sein des nations non-occidentales. Fort visiblement – la motivation y est pleinement.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les BRICS dépassent le G7 et les nouvelles opportunités pour les pays du Sud

14.03.2023

Les principales puissances non-occidentales s’affirment de jour en jour, y compris économiquement. Et commencent à prendre progressivement le dessus sur le bloc occidental, ne faisant que confirmer les nombreuses prévisions des dernières années.

A l’issue de 2022, l’association des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) a dépassé le club du G7 (composé des Etats-Unis, Royaume-Uni, Canada, Allemagne, France, Italie, Japon) en termes de PIB combiné, écrit le portail indien The Eastern Herald. Ainsi, dans l’économie mondiale les BRICS avaient désormais une part de 31,5% contre 30,7% pour le G7.

Cette réalité confirme les nombreuses prévisions datant d’il y a plusieurs années et démontre que le bloc des BRICS pèse désormais pratiquement d’1/3 sur le PIB mondial. Et non plus d’1/4 comme cela était le cas dans un passé pas du tout lointain. Le tout à l’heure où les pays membres du bloc augmentent les actions en vue d’obtenir la pleine indépendance vis-à-vis des instruments financiers occidentaux, comme Observateur Continental l’avait récemment rappelé

Une autre analyse intéressante vient quant à elle de l’hebdomadaire sud-africain Mail & Guardian qui soulève la question du comment les pays du Sud global peuvent échapper à la mainmise du dollar étasunien, écrit par Nontobeka Hlela, qui collabore avec l’Institut de recherche sociale Tricontinental et est détachée au bureau du conseiller à la sécurité nationale de l’Afrique du Sud en qualité de chercheuse.

L’analyste sud-africaine rappelle à juste titre que le dollar US depuis qu’il était devenu la monnaie de réserve internationale, cela a permis aux Etats-Unis de contrôler les marchés financiers et d’imprimer de l’argent comme bon leur semble. Cette réalité avait donné aux USA un pouvoir mondial extraordinaire et, avec la structure de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international (FMI) et du Conseil de sécurité des Nations unies, cela signifie que bien qu’il existe des Etats dits démocratiques, il n’existe en réalité pas de démocratie des Etats.

Toujours selon elle – au fil des années, on a souvent soutenu que la construction d’un monde plus équitable exige, entre autres mesures, la démocratisation du système financier mondial. Et à cet effet – cela nécessiterait, au même titre qu’avec d’autres mesures, de s’éloigner du dollar comme principale monnaie de réserve mondiale.

Il y a eu selon Nontobeka Hlela des propositions justement pour rompre avec l’emprise du dollar. Et ces projets visant à lutter contre cette emprise sur les économies des pays du Sud se trouvaient au cœur des motivations étasuniennes à chasser Saddam Hussein en Irak et Mouammar Kadhafi en Libye.

Aujourd’hui, de nouvelles tentatives visant à contourner le quasi-monopole du dollar en tant que principale monnaie du commerce international ont vu le jour. L’analyste sud-africaine cite la décision de l’Arabie saoudite d’accepter d’autres devises en échange de son pétrole – faisant référence au yuan chinois. Mais pour elle la question de l’abandon du dollar a été soudainement intensifiée par le conflit en Ukraine.

Rappelant que suite au gel des avoirs de la Russie par l’Occident et à son expulsion du système bancaire international SWIFT, Moscou a répondu en exigeant le paiement des livraisons de son gaz dans sa propre monnaie – le rouble russe. Cela a été une démonstration claire que le commerce international peut être effectué sans en dépendre du dollar étasunien. Toujours selon elle le développement rapide des possibilités de commerce international sans la médiation du dollar représente un moment important pour les pays du Sud global, qui se sont longtemps retrouvés considérés comme des Etats vassaux des Etats-Unis en particulier, et de l’Occident de manière générale.

Ces relations avec l’Occident sont d’ailleurs devenues si grossières que, comme nous l’avons vu récemment en Afghanistan où Washington s’est approprié 9,5 milliards de dollars de la Banque centrale afghane – cela n’a fait que confirmer que les réserves en dollars d’autres pays détenues à la banque centrale étasunienne ne sont pas sécurisées.

Plus généralement parlant, l’experte sud-africaine rappelle également qu’il s’agit d’un processus de longue date, où les USA cherchent à isoler économiquement et à sanctionner les Etats qu’ils perçoivent comme une menace pour leur pouvoir. Et ce – depuis la révolution haïtienne contre l’esclavage en 1804 ou encore au cours du XXème siècle, notamment avec l’assassinat par la CIA du président chilien Salvador Allende.

Quant à la guerre économique déclenchée par l’Occident contre la Russie, y compris le gel de ses réserves libellées en dollars, cela a largement prouvé qu’aucun pays qui va à l’encontre des USA ne pourra se sentir en sécurité. Et cela devrait être un signal d’alarme urgent pour les pays du Sud afin de se lancer pleinement dans un système financier alternatif qui ne dépende pas du dollar étasunien.

L’analyste sud-africaine rappelle elle aussi encore une fois que le PIB combiné des pays BRICS est désormais supérieur à celui du groupe G7. Et que les nations BRICS peuvent très certainement trouver une meilleure façon de travailler ensemble afin de construire un système financier qui ne soit pas sous contrôle des USA, ces derniers ayant continuellement bloqué les tentatives de développer de nouvelles règles plus justes pour le commerce mondial.

Pour Nontobeko Hlela, les BRICS doivent également renforcer leurs institutions et celles de la Nouvelle banque de développement afin qu’elle puise être ce point d’ancrage qui crée et soutient un système alternatif pour les pays du Sud. Enfin, l’experte sud-africaine rappelle que l’ordre mondial construit par les Occidentaux (communément appelé l’unipolarité) – correspond effectivement à la description de néocolonial. Et que cet ordre ne fonctionne pas pour les pays du Sud. Tout en insistant que le système plus multilatéral de gouvernance mondiale concerne non pas seulement l’aspect économique de la question, mais également politique.

Pour conclure, il devient aujourd’hui évident que quelle que soit l’entêtement des élites occidentales qui continuent de faire référence à «un ordre mondial basé sur des règles» (occidentales), un ordre représenté désormais par les vestiges de l’unipolarité – au sein des principales puissances mondiales non-occidentales et plus généralement dans les pays justement du Sud global, représentant ensemble l’écrasante majorité de l’humanité – il sera complètement inacceptable de vivre selon les prétendues règles d’une extrême minorité planétaire. Une minorité bien souvent ne représentant même pas ses propres populations.

Mikhail Gamandiy-Egorov