Archives du mot-clé Syria

De quel droit les élites occidentales s’autoproclament «communauté internationale»?

De quel droit les élites occidentales s’autoproclament «communauté internationale»?

Fait assez incroyable et pourtant si l’on suit les nombreuses sorties en rapport avec l’actualité internationale, y compris syrienne, aussi bien des élites politiques comme médiatiques de l’Occident, on les entend constamment parler d’eux-mêmes à titre de « communauté internationale »… On se demande sur quelle base ?

En effet à chaque fois qu’il est question de tenter de réaffirmer le diktat occidental s’approchant de sa fin irrémédiable, les dirigeants à Washington, Londres ou Paris ressortent la, ou plutôt leur, notion de communauté dite internationale. Vraisemblablement les habitudes coloniales ont vraiment du mal à disparaitre.

On se pose donc à juste titre la question afin de savoir et de comprendre sur quelle base les élites politiques et médiatiques de l’Occident parlent d’eux-mêmes à ce titre ? Qui les a autoproclamé (si ce n’est eux-mêmes) à se prendre pour la communauté internationale ? Le fait qu’ils représentent d’une certaine manière la communauté occidentale, certes. Tout en sachant quand même que de plus en plus de citoyens des pays occidentaux sont loin d’approuver la politique de leurs « représentants ». La France en est d’ailleurs un cas très représentatif. Mais même à titre de communauté occidental et dans le cadre de l’humanité toute entière, cela ne représente qu’une infime partie de la véritable communauté internationale, de la véritable communauté mondiale.

De quel droit une assemblée très réduite de personnes se prend pour l’unique pouvoir décisionnel au niveau planétaire ? Comme si la Russie, la Chine, l’Inde, l’Iran, les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine n’existaient pas. Il serait bon de rappeler que le monde occidental dans sa définition la plus juste (Europe de l’Ouest, Amérique du Nord, Australie et Nouvelle-Zélande) représente environ 950 millions d’habitants, donc moins d’un milliard. Au moment où la population mondiale tourne aujourd’hui à 7,43 milliards d’habitants (chiffres au premier juillet 2016, selon l’ONU). Donc un peu plus de 10 % de la population terrestre, tout en sachant encore une fois que les populations occidentales sont aujourd’hui bien loin de suivre les actions de leurs gouvernements respectifs, serait la « communauté internationale » ? Incroyable…

Il faudrait quand même aussi rappeler que c’est justement la communauté non-occidentale qui représente aujourd’hui plus des ¾ de l’humanité et qui pèse de plus en plus sur le plan économique, politique, diplomatique, militaire et même culturel. Au moment où au contraire l’influence unipolaire occidentale diminue à grands pas. Il suffit d’ailleurs de prendre l’exemple d’organisations telles que l’OCS ou les BRICS pour comprendre une évidence simple : l’Occident politique ne peut plus dominer. Plus que cela, les actions du bloc non-occidental sont aujourd’hui de plus en plus soudées. Il suffit pour cela d’observer la coordination de la Russie et de la Chine sur plusieurs niveaux, allant des manœuvres militaires conjointes jusqu’à la coordination diplomatique sur nombreuses questions de l’actualité, de la Syrie jusqu’au Burundi. Tout en rappelant aussi qu’ils sont deux des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU.

En parlant d’ailleurs de ce Conseil de sécurité onusien, la Russie et la Chine sont justement ouverts à l’élargissement pour d’autres pays de ce conseil jusqu’ici très fermé. Pourquoi ? Car ni la Russie, ni la Chine, n’ont peur de voir leur influence se réduire dans le cadre du monde multipolaire, tout au contraire des dirigeants occidentaux.

Les élites occidentales sont-elles donc si aveugles ? Aucunement. Mais l’héritage colonial de ces élites est tellement ancrée, qu’il leur est jusqu’à maintenant toujours impossible de se débarrasser une bonne pour toute de cette maladie. Car il s’agit bien de maladie. Et comme toute maladie, elle se soigne. Donc de la même manière que l’on soigne les personnes souffrantes, nous (la vraie communauté internationale), soignerons ensemble les prétendues élites de l’Occident. Le monde multipolaire, dans lequel d’ailleurs l’Occident aura toujours sa place, gagne du terrain chaque jour qui passe. L’unipolarité s’éloigne comme un mauvais rêve ayant duré un peu longtemps. Près de vingt ans pour être exact. Et l’hystérie collective des élites de l’Occident n’y changera rien.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201610141028197609-elites-occidentales-communaute-internationale-droit/

https://fr.sputniknews.com/authors/mikhail_gamandiy_egorov/

Publicités

Rencontre entre le pape François et Poutine : une visite à haute valeur symbolique

Rencontre entre le pape François et Poutine : une visite à haute valeur symbolique

Le président russe Vladimir Poutine a été reçu le 25 novembre au Vatican par le pape François. Une rencontre importante et bien plus qu’une simple visite de courtoisie. A noter que Vladimir Poutine est le troisième chef d’Etat d’un pays membre du G8 à rendre visite au pape François, élu à la tête de l’Eglise catholique depuis le 13 mars de cette année.

Pour le président russe, il s’agit de la quatrième visite au Vatican. Déjà au cours de son premier mandat présidentiel, Vladimir Poutine a rencontré à deux reprises le pape Jean-Paul II, béatifié par l’Eglise catholique le 1er mai 2011 et dont la canonisation est prévue pour fin avril 2014. Le président Poutine rencontrera par la suite en 2007 Benoît XVI, aujourd’hui pape émérite.

Plusieurs thèmes importants ont été abordés lors de cette rencontre, comme les relations entre l’Eglise catholique romaine et l’Eglise orthodoxe russe, la vie de la communauté catholique en Russie, et un grand accent a été mis sur la situation en Syrie et au Moyen-Orient. Le pape François et Vladimir Poutine ont tous deux préconisé « des initiatives concrètes pour une solution pacifique du conflit », ainsi « qu’une solution qui privilégie la voie de la négociation et qui implique les différentes composantes ethniques et religieuses, en reconnaissant leur rôle indispensable dans la société ».

Le président de la Russie n’a pas manqué de remercier le pape pour la lettre qu’il lui a envoyé début septembre à la veille du sommet du G20 à Saint-Pétersbourg, et dans laquelle le souverain pontife exprimait clairement son opposition à toute intervention armée en Syrie : « Les leaders du G20 ne peuvent pas rester indifférents à la situation dramatique du bien aimé peuple syrien, qui dure depuis bien trop longtemps et qui risque d’apporter une plus grande souffrance à une région amèrement touchée par des conflits et en quête de paix. Aux leaders présents, à chacun, je lance un appel sincère pour permettre de trouver des moyens de surmonter ces conflits et de mettre de côté la poursuite futile d’une solution militaire »… Une position très courageuse et en nette opposition donc au projet franco-étasunien d’intervenir militairement dans le pays-martyr qu’est la Syrie. L’appel de paix lancé par le pape a fait écho à travers plus d’un milliard et 200 millions de fidèles à travers le monde et a montré la plus que visible différence de position entre l’Eglise catholique et les « élites politiques » de certains pays occidentaux.

Le chef d’Etat russe a également noté « la contribution fondamentale du christianisme dans la société russe ».En outre, il a transmis au pape les salutations du patriarche de l’Eglise orthodoxe russe, Cyrille. A noter que plus tôt ce mois-ci, le métropolite Hilarion, responsable des relations extérieures du patriarcat de Moscou, a lui aussi rencontré le pape François dans une atmosphère très cordiale. Après l’entretien, lors du traditionnel échange de cadeaux, le pape François a offert à Vladimir Poutine une mosaïque représentant les Jardins du Vatican. Le président russe quant à lui a remis au pape une icône de la Vierge de Vladimir. Tous deux ont embrassé par la suite l’image de la Vierge Marie.

Une visite donc à connotation très forte. Le président russe n’a jamais caché son appartenance chrétienne et cette visite a souligné la similitude d’approches et de positions du Vatican et de Moscou sur bon nombres de questions, y compris de portée mondiale. Aussi, et c’est un point très important, nous avons toutes les chances d’être optimistes quant à un rapprochement encore plus important entre chrétiens catholiques et orthodoxes, ce qui ne ferait que renforcer définitivement toute la grande famille chrétienne.

http://french.ruvr.ru/2013_11_28/Rencontre-entre-le-pape-Francois-et-Poutine-une-visite-a-haute-valeur-symbolique-6230/

Mikhail Gamandiy-Egorov

 

 

La Russie, véritable prix Nobel de la paix 2013 ?

La Russie, véritable prix Nobel de la paix 2013 ?

On a appris récemment que le prix Nobel de la paix de l’année 2013 a été décerné à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). D’un côté cela nous rassure. Au moins cette fois-ci, ce ne sera pas les « faiseurs de paix » Barack Obama ou l’Union européenne, respectivement nominés en 2009 et 2012, mais bien un organisme qui on espère aura un rôle positif dans la mission que s’est fixée la Russie, ainsi que d’autres pays dont la Chine, afin d’empêcher une escalade du conflit syrien. Néanmoins, on peut se demander pourquoi la Russie n’a pas été nominée à ce prestigieux prix…

 En effet la question de la nomination du prix Nobel de la paix de cette année a été vivement discutée durant les dernières semaines. Beaucoup plus en tout cas que pour les autres catégories de nominés. Peut-être pour la simple raison que le monde était très récemment au bord d’une nouvelle et grande guerre. Tout présageait même à un certain moment l’inévitabilité d’un tel scénario. Pourtant, le scénario catastrophe a été évité de justesse. Et heureusement pour nous – pour toute l’humanité.

 Les vives discussions concernaient donc les acteurs principaux en faveur de la paix cette année. Beaucoup ont parlé du président russe Vladimir Poutine. Il est indéniable que le président de la Fédération de Russie a joué un rôle clé dans la solution pacifique face à « l’inévitabilité » de la guerre qui se profilait. D’autres avaient mentionné Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères. Une candidature tout à fait pertinente compte tenu du travail de très longue haleine qu’il a du faire pour essayer ne serait-ce que pour un peu raisonner les « partenaires » occidentaux. Un travail réalisé avec brio, non sans mentionner Vitali Tchourkine, l’ambassadeur permanent de la Russie auprès de l’ONU, ainsi que tous les autres diplomates qui ont contribué à ce que la guerre soit évitée.

 Néanmoins, aucune personnalité mentionnée ci-dessus n’aura été nominée. Trop difficile ? On doit imaginer que oui. Vraisemblablement beaucoup plus difficile en tout cas que de nominer Barack Obama, président d’un pays responsable des pires crimes contre l’humanité et qui a préféré oublier toutes ses promesses de « paix » faites au monde. Si le comité du Prix Nobel avait tellement de difficulté à nominer un haut responsable russe, pourquoi ne pas avoir nominé tout simplement un pays ? En l’occurrence la Russie. Trop compliqué aussi ? Probablement que oui. Toujours préférable de nominer une organisation comme l’Union européenne qui doit être certainement fière de sa participation dans la tragédie libyenne qui se faufile de « mieux en mieux » chaque jour qui passe, depuis la chute du colonel Kadhafi. Et qui doit certainement se « réjouir » pour le drame humain qui se déroule aux larges de ses frontières du Sud, surtout autour de la petite île italienne de Lampedusa… Tous de vrais « pacifiques » quand tu nous tiens.

 Le plus intéressant, c’est que le choix de nominer Poutine en tant que leader politique ou la Russie en tant que pays a été largement soutenu par une bonne partie de l’opinion publique occidentale. Une campagne a même été menée dans plusieurs capitales et grandes villes européennes et ailleurs, où l’on pouvait voir des graffitis à l’effigie du président russe et en gage de remerciement pour sa contribution à l’arrêt du chaos total tant espéré par certains va-t-en-guerre. En ce qui concerne l’opinion publique russe, on pouvait lire l’effet de surprise pour le manque de reconnaissance du rôle de la Russie, pour que justement, une organisation comme l’OIAC puisse mener à bien sa mission en Syrie. Un rôle décisif, il faut tout de même l’avouer.

 Le ministère russe des Affaires étrangères a tout de même salué l’attribution du Prix Nobel à l’OIAC à travers un communiqué publié sur son site. On peut effectivement se réjouir de ne pas voir de nouveau Obama, voire encore Fabius, Hollande et compagnie être nominés pour leurs rôles de grands « pacifistes ». Néanmoins, il y a tout de même de quoi être triste. Lorsqu’on sait qu’Obama porte le même prix qu’une aussi grande personnalité que Nelson Mandela…

http://french.ruvr.ru/2013_10_17/La-Russie-veritable-prix-Nobel-de-la-paix-2013-9076/

Mikhail Gamandiy-Egorov