Archives du mot-clé Système international

Les perspectives des BRICS en tant que base de la nouvelle réalité internationale

21.04.2022

Dans le cadre du monde multipolaire post-occidental, les discussions s’activent sur les modèles qui joueront un rôle clé dans la nouvelle architecture internationale. Le groupe des BRICS fait partie des options qui méritent un grand intérêt.

Dans le contexte des bouleversements en cours et à venir sur la scène internationale, avec comme résultat la marginalisation de plus en plus visible de l’establishment occidental, il est désormais très important de mettre en place les mécanismes de cette nouvelle réalité mondiale qui s’impose, et s’imposera.

Les nostalgies du système unipolaire vivent les dernières heures et laisseront la place à une nouvelle configuration des relations internationales et de blocs régionaux/continentaux. On sait également que les forces motrices de cette architecture seront les grandes puissances mondiales non-occidentales, ainsi que les communément appelés pays du Sud. A cet effet, de nouvelles institutions verront certainement le jour, de même que de nouveaux mécanismes d’intégration régionale, voire inter-régionale, sans oublier les systèmes financiers correspondants.

Evidemment, les BRICS constituent l’un de ces exemples d’inspiration pour la suite des événements à venir. Parmi les orientations que pourra offrir l’organisation, on peut faire mention du redémarrage des échanges mondiaux sur de nouvelles règles et bases, la création d’un nouveau système institutionnel qui permettra la modernisation des pays alliés et partenaires, la mise en place de nouvelles plateformes régionales, et bien évidemment la création d’un système financier nouveau, qui privilégiera les échanges en monnaies nationales/régionales, sans oublier la ferme nécessité de s’éloigner vis-à-vis des réserves en monnaies occidentales.

Ces schémas, ainsi que certainement beaucoup d’autres, pourront être coordonnés et mis en œuvre dans le cadre du format BRICS+, un format qui ouvre l’interaction entre les pays membres des BRICS avec les autres nations, et plus généralement le reste de l’économie mondiale. En ce qui concerne plus précisément les organisations avec lesquelles les BRICS peuvent déjà interagir, on peut mentionner l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) – cette grande organisation eurasiatique internationale, ainsi que l’Union économique eurasiatique (UEEA).

Aussi, les interactions et coordinations de divers mécanismes supplémentaires, peuvent et doivent être étendues aux autres parties du monde, notamment l’Afrique et l’Amérique latine. Il est également évident que lors de la création de telles nouvelles plateformes d’interaction, l’esprit du multilatéralisme, ainsi que de la construction d’une nouvelle architecture internationale – dans l’intérêt de l’ensemble de ses participants – seront des orientations de première importance.

Si l’esprit des groupes des BRICS et de l’OCS est devenu aujourd’hui inspirant pour de nombreuses régions terrestres, il est évident qu’il faudra faire preuve d’adaptation à leurs besoins, le tout dans l’objectif de reformater l’économie mondiale dans un cadre réellement inclusif, juste et durable. En cela les BRICS comme l’OCS peuvent devenir les initiateurs de processus d’interaction avec à terme une grande plateforme de coopération regroupant tous les pays du Sud. La présidence chinoise des BRICS de cette année peut d’ailleurs donner une impulsion à toutes ces initiatives.

En ce qui concerne les grandes puissances non-occidentales, il est évident qu’il faut dès maintenant construire ces mécanismes qui à terme tourneront définitivement la page du système libéral occidental. Dans cette optique, l’Occident pourra choisir de rester isolé en poursuivant ses fameuses références à un système international qu’il contrôlait – révolu, ou d’ici là s’adapter aux nouvelles règles. Bien que cette question ne soit pas prioritaire. La priorité est représentée par la majorité de la population du globe terrestre.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3806

Monde post-occidental: les ressources naturelles comme clé du nouveau système international

09.04.2022

Si le monde est déjà dans un concept multipolaire depuis plusieurs années – nous avançons à pas certains vers un monde multipolaire post-occidental. Et dans cette réalité, l’Occident ne sera pas seulement représentatif d’une minorité mondiale du point de vue démographique, mais également en ce qui concerne le manque criant de ressources naturelles allié à des endettements extérieurs par habitant de loin les plus importants au niveau mondial.

Lorsqu’on analyse la crise actuelle, probablement sans précédent, entre non seulement l’Occident et la Russie, mais plus généralement entre les nostalgiques de l’unipolarité et les partisans résolus de l’ère multipolaire – on s’aperçoit d’un constat assez révélateur. Celui qu’en regardant la carte mondiale des pays ayant largement élargi les sanctions contre la Russie (dans l’écrasante majorité les nations occidentales) – il s’avère que c’est également les Etats possédant les plus importantes dettes extérieures par habitant.

En effet, si l’on prend à ce titre le Top 10 de pays par dette extérieure – 8 sont occidentaux. Et dans le Top 20 – 14 des pays, soit 70%. Evidemment, les «grands» spécialistes économiques du monde occidental vous diront que c’est normal, car l’Occident était la référence pour d’autres pays du monde (non-occidentaux) pour y placer leurs avoirs.

Le souci pour cette théorie, est que nous approchons sa fin. Le monde entier a été témoin du hold-up occidental vis-à-vis des réserves russes – en Occident. Face à cela et au-delà du fait que la Russie a su trouver les instruments nécessaires pour non seulement compenser cela, mais aussi de mettre les instigateurs des sanctions en grandes difficultés, le fait est que cette situation a le mérite d’apporter plusieurs autres éclaircissements.

Tout d’abord – que l’Occident collectif ayant définitivement montré son visage de véritable cambrioleur à ciel ouvert – s’appropriant ce qui ne lui appartient pas – observera un effet catastrophique pour le système financier occidental sur le court, moyen et long terme. Le processus de perte de confiance vis-à-vis des monnaies que sont le dollar et l’euro ne fera que s’accélérer désormais. Tout comme la multiplication des accords bilatéraux et multilatéraux de commercer en monnaies nationales non-occidentales.

De deux: que sans les principales matières premières, énergétiques et pas seulement, l’Occident ne peut pas grand-chose. Ni pour son industrie, ni pour ses consommateurs lambda. Toutes les discussions sur les énergies «renouvelables» restent des projets n’ayant aucune chance d’être réalisés dans un avenir proche, ni même certainement sur le moyen terme. Toujours sur le même volet: toute cette arrogance de l’Occident collectif a toujours été basée, entre autres, sur le fait que l’industrie occidentale exporte des produits technologiques à haute valeur ajoutée.

Sauf que cette industrie technologique ne peut pratiquement rien sans les ressources naturelles dont elle a besoin pour travailler, vendre, exporter. Toute comme il serait totalement naïf de croire que l’industrialisation de l’Occident n’était pas directement liée à la colonisation et aux pillages des ressources naturelles des peuples colonisés.

Là aussi ce n’est pas tout. Les nations non-occidentales ont d’ores et déjà démontré, et continueront indéniablement à le faire – d’avoir tout le potentiel scientifico-intellectuel nécessaire pour pouvoir compenser ou créer à terme les alternatives nécessaires aux technologies occidentales. Les cerveaux russes, chinois, indiens, iraniens, et en provenance de beaucoup d’autres endroits du monde ne font d’ailleurs que le confirmer. Et si l’Occident arrivait dans un passé relativement proche à prendre une partie de ces cerveaux, ce processus va indéniablement ralentir dès à présent. Pour quelles raisons? Pour certains par patriotisme, pour d’autres par opportunités de créer de grandes choses (et donc gagner beaucoup d’argent) chez soi, au lieu d’être salariés pour le compte de compagnies occidentales. Pour beaucoup – les deux raisons seront de la partie.

Aussi, et lorsqu’on assiste à ce système qui se met en place, et qui n’est encore une fois que très logique, l’Occident risque de se retrouver dans une situation où:

1) Il ne sera plus le pôle d’attirance par «excellence».

2) Aura de plus en plus de mal à obtenir les matières nécessaires pour son industrie technologique, à moins de suivre à la lettre les conditions des pays à qui appartiennent les dites ressources.

3) Verra l’apparition de concurrents à grande échelle, y compris dans la sphère technologique, en provenance du monde non-occidental, représentant l’écrasante majorité planétaire par la même occasion. 

On comprend maintenant beaucoup mieux certains processus qui touchent à l’Afrique. Et notamment pourquoi les pays occidentaux prenaient avec autant d’hystérie la montée en puissance de la coopération entre la Chine et la Russie avec les pays africains. La Chine – première puissance économique mondiale en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat et ferme partisan de la multipolarité. La Russie – l’une des deux principales puissances militaires du monde, de même que sur le plan des ressources naturelles à l’échelle planétaire, et elle aussi fer de lance clé des règles multipolaires internationales. L’Afrique – continent si riche en ressources naturelles, mais que l’Occident a si longtemps rabaissé – pour pouvoir mieux piller ces ressources dont il avait si besoin afin de maintenir l’idée d’une domination justifiée de ce même Occident.

Ce schéma vicieux approche la fin. Et le fait que même les partenaires «traditionnels» des USA et de l’Occident se détournent d’eux – ne fait que renforcer cette thèse. Oui, le monde occidental devra apprendre à vivre sur de nouvelles bases et de nouvelles règles, même si cela paraissait inimaginable pour nombre de prétendus experts de ce petit monde. L’Occident avait encore récemment une chance de prendre le tout dernier wagon du train multipolaire. Il l’a raté. Et c’est pourquoi le monde ne sera que post-occidental.

Mikhail Gamandiy-Egorov