Archives du mot-clé Ukraine

Ukraine: le temps de l’argent facile touche à sa fin

hryvnia

Après des années à bénéficier des revenus stables et importants de la rente gazière russe, l’Ukraine doit se préparer à un réveil douloureux. Cette manne devrait en effet se tarir ou du moins considérablement diminuer. L’Occident, qui a encouragé le divorce entre Kiev et Moscou, devra en assumer les conséquences.

Les années passent, la rhétorique russophobe atteint désormais son summum au niveau des élites de Washington, mais aussi de tous leurs affidés —la fameuse affaire Skripal n’en est qu’un épisode supplémentaire. Les satellites étasuniens ont beau reprendre en chœur les chants antirusses, il suffit que leur portefeuille soit menacé pour qu’une vive inquiétude s’installe…

C’est notamment le cas du pouvoir de Kiev, issu d’un coup d’État armé soutenu par l’Occident. L’année 2019 approche et avec elle la perspective de la fin du transit gazier russe via le territoire ukrainien, qui ne sera utilisé dans le meilleur des cas qu’en qualité de hub supplémentaire avec des volumes nettement moins importants que ce n’était le cas jusqu’ici. Et même ces volumes réduits d’au moins quatre fois ne seront aucunement garantis.

Et malgré toutes les belles promesses faites à l’Ukraine par Washington et Bruxelles sur leur avenir commun «radieux», ces derniers ne souhaitent vraisemblablement guère en prendre la responsabilité économique. Alors que la diminution significative des relations à tous les niveaux entre Kiev et Moscou a considérablement désavantagé en termes économiques la première, mais pas la deuxième, le fait de devoir sur le court terme perdre près de 3 milliards de dollars annuels supplémentaires ou l’équivalent de 3% du PIB ukrainien (selon l’aveu de l’ambassadrice étasunienne en poste à Kiev) n’arrange en rien les choses.

En passant, le montant de ces recettes annuelles que l’Ukraine reçoit grâce au transit du gaz russe est plus ou moins équivalent au budget annuel ukrainien de l’éducation et dépasse de 1,5 fois les dépenses destinées à la santé, au sport et à la protection de l’environnement. Ajoutez à cela les millions de crédits qui pèsent sur le budget ukrainien et que Kiev ne peut simplement pas rembourser, et vous comprendrez les peu radieuses perspectives du régime de Kiev.

Au sud, les travaux du gazoduc Turkish Stream reliant la Russie à la Turquie —le deuxième principal marché gazier pour Gazprom- via la mer Noire, avancent rapidement. La première conduite est destinée à acheminer le gaz russe sur le marché turc, la deuxième fournira en gaz plusieurs pays de l’UE en passant par la Turquie —permettant par la même occasion à cette dernière de devenir un important hub gazier. En mars 2018, 53% des deux conduites de la section offshore du gazoduc avaient déjà été installées et tant Moscou qu’Ankara souhaitent que le Turkish Stream soit opérationnel aussi vite que possible. Techniquement, il n’existe aucune raison pour que le projet soit retardé, surtout connaissant le degré d’indépendance du gouvernement turc, malgré l’appartenance du pays à l’Otan.

Pour sa part, le projet Nord Stream 2, qui a pour objectif de doubler d’ici fin 2019 les capacités de son «grand frère» Nord Stream 1, qui passe sur le fond de la mer Baltique, avance bien. Berlin vient de donner son feu vert pour la construction du pipeline sur les 31 km appartenant à la zone économique allemande. Et malgré une pression étasunienne sans précédent en vue de faire retarder ce projet à tout prix, avec le soutien de ses «meilleurs» satellites européens —en l’espèce, la Pologne et des pays baltes- le fait est que le pragmatisme économique allemand semble de plus en plus prendre le dessus. Évidemment, c’est tout sauf l’amour pour la Russie qui motive Berlin, mais bel et bien l’absence d’alternative digne de ce nom en termes du rapport prix/logistique/sécurité de l’approvisionnement gazier. Sachant que l’Allemagne est elle-même un très grand consommateur de gaz, et malgré tout «l’amour» que Berlin dit porter à Kiev, notamment en termes de «solidarité» antirusse, il est évident que sa priorité est d’assurer ses habitants en chauffage à un tarif raisonnable plutôt que de penser aux gains, ou plutôt aux pertes économiques ukrainiennes. C’est connu, les Allemands savent très bien compter.

Bien sûr, Washington comme Bruxelles auraient souhaité maintenir aussi longtemps que possible cette relation de gagnant/perdant: faire miroiter le rêve occidental à Kiev tout en poursuivant leurs avancées géopolitiques et en maintenant l’Ukraine ne serait-ce qu’un minimum à flot avec l’argent de la «méchante» Russie.

Eh bien non. Soyez responsables de vos promesses, messieurs et mesdames de l’establishment occidental. Si, comme vous le prétendez, le «meilleur» avenir se trouve à l’Ouest, prouvez-le par les faits, et surtout par des opportunités économiques réelles pour les pauvres Ukrainiens. On connaît cependant déjà le résultat: la Géorgie et la Moldavie, qui ont également misé sur l’intégration atlantiste n’ont pas mis longtemps pour finalement vouloir raviver au maximum leurs relations économico-commerciales avec la Russie.

Pour finir, une simple question logique: comment se fait-il que le pays qui à la chute de l’URSS était la république ex-soviétique la plus développée économiquement —oui, oui, il s’agit bel et bien de l’Ukraine- ait pu si rapidement se retrouver dans un tel marasme économique? Et le comble, c’est que c’est depuis l’intégration «historique», annoncée en grande pompe, avec l’Occident et le divorce avec la Russie, que la situation économique et sociale est la plus terrible, mettant l’Ukraine au niveau de certains des pays les plus pauvres du monde. À méditer.

Peu étonnant d’ailleurs que le rêve à l’occidentale impressionne de moins en moins de peuples du monde, y compris leur jeunesse. Le temps des illusions appartient au passé. Pour le reste, il est aujourd’hui évident qu’il faut toujours réfléchir deux à trois fois avant de cracher dans sa soupe.
Quant aux technocrates occidentaux, vos ambitions géopolitiques, vous les paierez de votre propre poche.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201803291035717311-ukraine-argent/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Publicités

La résistance du Donbass ne faiblit pas

La résistance du Donbass ne faiblit pas

L’offensive de Kiev dans le Donbass, en plus de violer les accords de Minsk-II, rencontre une résistance farouche. Devant l’impossibilité de gains militaires, le régime de Kiev en est réduit à avoir recours au terrorisme pour affaiblir ses adversaires. Une stratégie contre-productive ?

Drôle de façon de vouloir gagner les cœurs des habitants du Donbass, en visant régulièrement les habitations civiles. Pire, Kieva même a utilisé des missiles balistiques tactiques Totchka-U, de près de 500 kg de charge utile, lors de pilonnages de cibles civiles. Kiev semble désormais ne reculer devant rien pour anéantir ceux qui ont refusé de reconnaître le « gouvernement » issu à d’un coup d’État armé.

L’utilisation de méthodes terroristes s’amplifie elle aussi. On se souvient de l’attentat à la bombe qui a tué en octobre dernier Arsen Pavlov, dit Motorola, l’une des figures des indépendantistes. Le 8 février, ce fut au tour d’une autre figure du mouvement, Mikhail Tolstykh. Surnommé Guivi, de périr lors de l’attaque au lance-roquettes thermobariques Shmel contre le quartier général de son bataillon Somali.

Réponse de la population: des dizaines de milliers d’habitants de Donetsk ont rendu hommage à Mikhail Toltstykh lors de ses funérailles.

À défaut de pouvoir remporter des victoires militaires, le pouvoir de Kiev semble désormais privilégier ces méthodes, selon Alexandre Zakhartchenko, président de la République populaire de Donetsk (DNR):

« Les putschistes de Kiev enragent, car ils ne peuvent toujours pas nous battre sur la ligne du front. Ils passent donc de plus en plus aux attaques terroristes, car étant perdants. Qu’ils continuent s’ils le souhaitent. Nous, on continuera à les vaincre dans les combats au front ».

Pour beaucoup d’observateurs, Kiev souhaite surtout jouer le tout pour le tout au moment où la menace de perdre le soutien occidental, en premier lieu étasunien, se précise, au besoin en risquant de s’attirer des critiques, certes bien timides, de la part de l’UE. Kiev sait aussi pertinemment qu’elle aura énormément de mal à garder le pouvoir, notamment en raison du marasme économique ambiant, si elle venait à perdre le soutien américain, qui est vital pour elle.
Et si l’argument est fondé, il n’en reste pas moins que même si l’occident continue à soutenir le pouvoir ukrainien, le Donbass, lui, ne compte pas reculer. Et malgré toutes les attaques subies, les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk (DNR-LNR) ont déjà prouvé leur efficacité défensive.

Une question demeure: quelle sera la suite des événements? Kiev n’a pas abandonné l’idée d’une solution violente, au mépris des accords conclus et surtout de la vie des civils. Les républiques du Donbass comptent poursuivre leur résistance aux attaques, mais entrevoient même la possibilité d’une contre-offensive en cas de besoin. Et au vu des précédents affrontements, l’armée ukrainienne et les différents bataillons « punitifs » d’obédience ouvertement extrémiste (néonazie et ultranationaliste) risquent une fois encore de subir des revers. On se souvient d’ailleurs du résultat catastrophique pour les forces de Kiev du fameux chaudron de Debaltsevo. Les forces de la DNR-LNR promettent de nombreux autres chaudrons dans le cas où Kiev s’obstinerait à poursuivre les pilonnages de quartiers civils et l’offensive contre le Donbass.

Et si cette dernière hypothèse venait à se réaliser, le risque pour Kiev de perdre de nouveaux territoires serait très important. En conséquence, un Minsk-III ou autre accord se négocierait alors avec de nouvelles réalités territoriales. Kiev en est-elle consciente? En même temps, il faut garder en tête que le régime de Kiev sait pertinemment que sans la poursuite de la guerre, il aura le plus grand mal à garder le pouvoir, car il est devenu aujourd’hui simplement impossible de cacher les énormes problèmes économiques et de corruption auxquels l’Ukraine fait face, et qui sont bien fois pires qu’au temps de Ianoukovitch. La thèse de « l’agresseur russe » passe aussi de moins en moins.

Une question que beaucoup d’Ukrainiens aujourd’hui se posent: c’est donc à cela qu’a servi le fameux Maidan? On verra aussi si les mentors occidentaux de Kiev sauront jouer un rôle au minimum positif, pour forcer Kiev à respecter les accords déjà conclus. Le Donbass, lui, malgré les pertes subies, compte tenir.

 

Heureusement que l’Euroligue n’est pas l’Eurovision

Le CSKA Moscou de Nando De Colo a remporté l'Euroligue

Deux grands événements continentaux viennent de se clôturer. Concours Eurovision de la chanson et l’Euroligue de basketball, la plus prestigieuse compétition de ce sport au niveau des clubs européens.

Si dans le deuxième cas on a eu droit à une saison fantastique, notamment au niveau du Final 4 (carré final des quatre meilleures équipes de la saison) qui s’est déroulé ce week-end et où l’aspect fair-play du sport a bien été au rendez-vous, on ne peut malheureusement pas en dire autant de l’Eurovision.
A vrai dire, ce qui s’est passé au niveau du concours de l’Eurovision n’est même pas très digne de commentaire. Mais lorsque la politique antirusse en arrive à rentrer au niveau d’un concours qui prétend « promouvoir les valeurs de paix et de tolérance en Europe et au-delà », il devient impossible de ne pas commenter.

 

Pour résumer: le représentant russe Sergueï Lazarev, qui était d’ailleurs le favori annoncé du concours, remporte le vote du public européen. Mais le vote du « jury », si on peut parler de jury, lui est tout autre. Au final, c’est la représentante ukrainienne qui remporte le concours alors qu’elle n’a pas gagnée ni au niveau du public, ni même au niveau de ce fameux jury (deuxième dans les deux cas) avec une chanson ouvertement politisée.

Une « victoire » donc tirée par les cheveux et arrangée vraisemblablement par ceux désireux « récompenser » les élites ukrainiennes pour leur bon « travail » dans l’intégration atlantiste. D’autre part et pour revenir à la politisation de la chanson, les organisateurs de l’Eurovision ont donc violé une autre règle du concours: celui de l’interdiction de chansons politiquement engagées. Ces organisateurs affirment pourtant n’avoir pas vu de « message politique ». Suivant cette logique, si l’année prochaine une chanson sera dédiée aux milliers de victimes du Donbass, on ose alors espérer que les organisateurs ne la bloqueront pas? D’autant plus que ce n’est pas politique: c’est la simple et triste réalité.

On se demande d’ailleurs si la Russie devrait encore participer à des événements « européens » de ce type. A méditer. Mais heureusement qu’il existe encore des compétitions où le fair-play n’est pas une vaine notion et où la victoire est obtenue au mérite et non pour servir des intérêts ouvertement politiques. La finale de l’Euroligue de basketball, tout comme les demi-finales, l’ont prouvé une fois de plus.
La finale opposait le CSKA Moscou au club turc de Fenerbahçe Ülker Istanbul, dans la capitale allemande Berlin, ce qui favorisait évidemment le club stambouliote compte tenu de la très importante diaspora turque, qui s’est fait entendre tout au long du match. Bien que nombreux ont fait le parallèle dans cette opposition sportive aux problèmes politiques actuels entre les deux pays, et cela a été en partie confirmé par quelques provocations côté turc dans les tribunes qui ont résulté à des affrontements aussi bien au sein des supporters qu’au niveau des loges VIP, néanmoins et sur le terrain la bataille était purement sportive.

 

Les deux équipes avaient réalisé une saison pratiquement sans faute et tout le monde s’attendait à un digne combat. Ce fut le cas. De l’aveu de tous, experts comme supporters, le match fut véritablement haletant. Au final, le CSKA Moscou a remporté le match après prolongation 101 à 96, avec un superbe Nando de Colo, meilleur joueur français et MVP de la saison.

Bien sûr que cela fait bien plaisir de voir le club moscovite champion d’Europe, de même que de savoir un autre club russe parmi les quatre meilleures équipes de la saison. En l’occurrence le Lokomotiv Kouban-Krasnodar (troisième). Mais la principale question n’est pas là: les victoires, qu’elles soient sportives ou artistiques, il faut les obtenir dans la compétition juste et non sur ordre d’intérêts n’ayant rien à avoir ni avec le sport, ni avec la chanson. Peu importe après qui est le vainqueur.Quant à l’Eurovision, le show de cette année rappelle en effet la réalité géopolitique: les populations européennes largement favorables à la Russie, les élites et experts autodéclarés russophobes jusqu’au cou… Pas de soucis, on fait avec et toujours avec le sourire.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201605161025034549-euroligue-eurovision-basket/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Crimée de nouveau russe : deux ans déjà

Célébration de l'anniversaire du retour de la Crimée

Le temps passe vite. L’impression est comme si c’était encore hier : les drapeaux tricolores russes dans les rues des villes criméennes. Des habitants émus et heureux : jeunes, personnes âgées, enfants, une joie véritablement sincère. La Crimée est de nouveau russe.

Tout cela est devenu, ou plutôt redevenu, réalité en mars 2014 après le référendum qui devait déterminer le futur de la péninsule en réponse au putsch armé du Maïdan, à Kiev. Le référendum aura lieu le 16 mars 2014. Deux questions y seront posées aux habitants: « Etes-vous favorable à la réunification de la Crimée avec la Russie dans les droits de la Fédération de Russie? » ou « Etes-vous favorable au rétablissement de la Constitution de la République de Crimée de 1992 et pour le statut de la Crimée dans le cadre de l’Ukraine ».

Le résultat sera sans appel. L’écrasante majorité des Criméens, autour de 97% des votants (taux de participation de 83,1%) choisiront la première option, celle d’une réunification avec le pays qu’ils ont toujours considéré comme le leur, la Russie. Faut-il le rappeler que durant la période 1990 (avant l’éclatement officielle même de l’URSS), les habitants de la Crimée avaient déjà très largement exprimé d’abord leur désir de quitter l’Ukraine soviétique et de créer la République socialiste soviétique autonome de Crimée comme sujet de plein droit de l’URSS. Là-aussi, plus de 80% des habitants prendront part au vote, plus de 93% des votants soutiendront la proposition. C’était en janvier 1991. 

Cependant, le 12 février, le Conseil suprême de la RSS d’Ukraine adopte une loi sur la restauration de la République socialiste soviétique autonome de Crimée en tant que partie de la République socialiste soviétique d’Ukraine. Un peu plus tard ce sera la fin de l’URSS. Et la Crimée se retrouve de fait intégrée de force au sein de l’Ukraine indépendante (ce que les Criméens redoutaient). Pourtant la Crimée ne va pas baisser les bras. Et le 5 mai 1992, le parlement de la Crimée adopte l’acte de l’indépendance de la République de Crimée. Le 13 mai, le Conseil suprême de l’Ukraine annonce que la décision criméenne est « contraire à la constitution ukrainienne » et suspend le résultat.

Côte criméen, les tentatives de justice historique se poursuivront tout au long des années 1990. Le problème est que la Russie post-soviétique de l’époque, bien mal au point, dirigée par des libéraux pro-occidentaux ayant plongé la grande partie du peuple dans la misère, avait évidemment d’autres intérêts. Il a fallu donc aux Criméens reporter leur volonté de justice à de meilleurs jours, tout en oubliant jamais qui ils sont. 

Le putsch armé du Maïdan à Kiev, capitale d’un Etat que les Criméens n’ont jamais dans l’écrasante majorité considéré comme le leur, sera la goutte de trop. Surtout au vu des menaces proliférées de la part des mouvements néonazis et ultra-nationalistes ukrainiens à l’égard des russophones, dont bien sûr les Criméens, si ces derniers ne reconnaitraient pas leur « nouveau pouvoir ». La réponse ne se fera pas attendre. Des groupes d’auto-défense s’organisent. Les témoignages des unités anti-émeutes Berkout, pour certains originaires de Crimée et de retour chez eux, ayant tout vu de leurs propres yeux au Maïdan de Kiev, ne font que confirmer les craintes des habitants et renforcent leur désir d’en finir avec l’Etat ukrainien une bonne fois pour toute.

La suite on la connait. La volonté populaire ne peut pas mentir et toutes les pseudo-accusations visant la Russie quant à une éventuelle « annexion » ou « occupation » de la Crimée ne sont rien, surtout lorsqu’on pose aujourd’hui, en mars 2016, deux années plus tard, aux jeunes et moins jeunes Criméens, Russes, Ukrainiens, Tatars, Grecs, Arméniens, Karaïmes,… la question s’ils sont heureux d’être en Russie et s’ils ne regrettent pas le choix de mars 2014. Je vous laisse deviner la réponse donnée dans l’écrasante, je dis bien écrasante, majorité des cas. D’ailleurs c’est l’aveu même des centres de sondages d’opinion occidentaux, qui sont forcés de reconnaitre une réalité tellement évidente. Les médias du mainstream, francophones, anglophones, germanophones et autres sont eux aussi forcés de le reconnaitre. 

Quant à la Russie, qui n’est heureusement aujourd’hui pas celle des années 1990, elle n’a que fait que soutenir le choix légitime des habitants de la Crimée. L’Ukraine, elle, se préparait déjà depuis un bon bout de temps au « divorce » avec la Crimée, terme qui a été employé dans un célèbre talk-show politique ukrainien avant même le référendum criméen mais au moment des violences du Maïdan. Un divorce qui n’a fait que se confirmer. D’ailleurs dans le cas Crimée/Ukraine, y-a-t-il eu mariage au départ? Probablement non, si ce n’est un mariage forcé.

Oui, la Crimée est bien russe. Elle bien rentrée à la maison qu’elle ne compte plus jamais quitter. Et toutes les sanctions que l’Occident politique maintient vis-à-vis de la Russie, en menaçant d’en engager d’autres, n’y changeront rien. La Crimée ne reculera pas, la Russie non plus. Plus jamais.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201603211023537205-crimee-russie-anniversaire/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Plusieurs de mes amis et lecteurs souhaitaient avoir mon avis sur les raison d’une « avancée » vers l’objectivité de certains médias du mainstream, notamment vis-à-vis de l’Ukraine et de la Syrie. Le voici.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20160224/1022032651/medias-russie-abkhazie-gorgie-information.html

Monde multipolaire contre vents et marées

Conférence de presse du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s’est exprimé lors d’une conférence de presse mardi et a notamment répondu aux questions des journalistes, russes comme étrangers.

Les thèmes mentionnés étaient variés. Une attention particulière a été évidemment accordée à la Syrie, Sergueï Lavrov n’ayant pas manqué de rappeler que les actions des Forces aérospatiales russes ont permis d’inverser la situation dans le pays. « Suite à cela, le tableau de ce qui se passe dans le pays est devenu beaucoup plus clair, permettant de voir qui lutte contre les djihadistes, qui les soutient et qui essaie de les utiliser pour atteindre ses objectifs unilatéraux et égoïstes ».

En effet, depuis la participation de l’aviation militaire russe dans la campagne antiterroriste en Syrie, tout le monde a pu noter une intensification pratiquement immédiate de la « lutte » côté coalition étasunienne, ou du moins une tentative de montrer des résultats. Car il est vrai qu’après maintenant un an et demi de « campagne anti-terroriste », la coalition occidentalo-golfiste dirigée par les USA est bien loin des résultats de la coalition Syrie-Russie-Iran-Hezbollah (sans oublier l’Irak qui coordonne activement la lutte avec la dernière), obtenus en un temps bien moins important. D’autre part, ce n’est plus Daech qui avance mais bien l’armée syrienne, et ce sur plusieurs axes du territoire de Syrie. Les terroristes sont forcés de reculer. A certains endroits la débandade est telle qu’ils sont forcés d’utiliser les civils comme boucliers humains. D’autre part, et cela est également un résultat direct de la participation russe, les revenus de Daech issus de la vente illicite de pétrole volé ont été divisés par plus de deux, et continuent de diminuer, forçant les extrémistes takfiristes non invités en Syrie à voir fondre leurs propres revenus journaliers. Côte occidental, il n’est plus fait mention d’un départ du président syrien Bachar el-Assad comme condition obligatoire à tout processus politique, ou en tout cas beaucoup moins ardemment.

Lors de la conférence il a été également fait mention de la Corée du Nord, des relations de la Russie avec la Chine, la Turquie, la Bulgarie, la Grande-Bretagne et les USA (et plus globalement avec l’Occident), le Japon et la liste n’est pas exhaustive… Les journalistes internationaux voulaient avoir l’avis du chef de la diplomatie russe sur pratiquement toutes les questions de l’actualité internationale, ou du moins liées aux relations bilatérales de leurs pays avec la Russie. Assez étonnant pour une « puissance régionale », notion que certains tentent encore d’utiliser lorsqu’ils font mention de la Russie. Non… La Russie est bien une puissance globale et personne ne pourra désormais dire le contraire. En parlant des relations avec l’Occident, le ministre Lavrov a souligné un point fort important: la Russie est ouverte aux relations d’égal à égal avec le monde entier, dont bien sûr les pays occidentaux, mais la Russie ne va pas dépendre des caprices de l’Occident… 

En parlant de caprices, il fallait voir et entendre la question de la correspondante du quotidien espagnol El Pais, qui n’a pas manqué d’humour (bien qu’étant vraisemblablement stressée par la tournure de la conférence) en demandant au ministre russe quand la Russie rendrait la Crimée à l’Ukraine… Sergueï Lavrov, dans le style qui lui est propre, n’est pas lui aussi passé aux émotions, se contentant juste de rappeler que la Crimée fait partie intégrante de la Fédération de Russie à tous les niveaux et que pour s’en rendre compte il faudrait y faire tour, comme l’ont d’ailleurs fait et font plusieurs hommes politiques européens. On peut bien sûr comprendre le ton hautain néocolonial de certains représentants de l’Espagne, pays qui possède jusqu’à aujourd’hui des colonies sur le continent africain, plus précisément en terre marocaine: Ceuta et Melilla (sans oublier les Iles Canaries) et le stress subi par Madrid à l’idée de perdre à terme la Catalogne, le poumon économique du pays, mais faut-il quand même garder un minimum de sérieux. Probablement difficile lorsqu’on a encore des tendances coloniales.

Marie-Christine Dalloz
© AFP 2016 JACQUES DEMARTHON
En tout cas, pour revenir au thème du monde multipolaire dont Sergueï Lavrov a fait également mention aujourd’hui encore, est qu’il est bien une réalité malgré les défis qui lui sont lancés par les restes de l’unipolarité. Nous nous trouvons effectivement dans une période de transition, lorsque les partisans du monde unipolaire et néocolonial veulent à tout prix mettre des obstacles au monde multipolaire, récemment devenu réalité et soutenu par la majorité de l’humanité. 

Et à ce sujet, j’aimerai partager une réflexion personnelle du jour:

Le monde multipolaire c’est un peu comme une course de 100 mètres. On peut la courir avec ou sans haies.

Supposons que le monde multipolaire c’est nous (tous ses partisans), le coureur. Quant aux haies, ce sont les obstacles que les élites occidentales placent sur notre chemin.

Mais du moment que le coureur est un bon professionnel et qu’il sait ce qu’il fait, même en ayant des haies en face de lui, il finira la course. Certes, ce ne sera pas aussi rapide que si la piste était sans haies, mais il y arrivera quand même.

La victoire sera à nous!

 

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20160127/1021248721/lavrov-russie-conference-presse.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

La Crimée : vers l’indépendance énergétique à grands pas

Ligne à haute tension. Crimée.

Depuis le ralliement historique de la Crimée à la Russie, l’un des problèmes majeurs de la péninsule restait sa dépendance en matière de livraisons d’électricité par l’Ukraine.

Il fallait de toute manière s’attendre à ce que les extrémistes ukrainiens tentent par tous les moyens de faire payer à la Crimée son choix historique. C’est ce qui va arriver. Ils pensaient avoir réussi. Coup raté: la Crimée a tenu bon et la Russie a pris les mesures efficaces en un laps de temps réduit.

Petit rappel des faits. Le 22 novembre dernier, des groupes ukrainiens de mouvance néonazie et ultra-nationaliste, font exploser des lignes à haute tension, faisant ainsi couper l’approvisionnement en électricité pour la péninsule criméenne. En d’autres termes: un acte terroriste. Sur le coup, ce ne sera d’ailleurs pas seulement la Crimée qui sera touchée, mais aussi certaines régions ukrainiennes voisines (notamment la région de Kherson).
Les services ukrainiens régionaux compétents tentent d’intervenir pour faire réparer les dégâts. Mais les extrémistes leur bloquent l’accès, en les laissant uniquement réparer les lignes approvisionnant les régions ukrainiennes. La Crimée plonge dans le blackout électrique pour près de deux semaines. Les extrémistes poursuivent alors le blocus en empêchant tout accès aux lignes électriques concernées.

Ravis de leur action, ils pensaient pouvoir mettre la péninsule criméenne en position de faiblesse et poursuivre sans vergogne leur chantage. D’autant plus ayant le soutien affiché des autorités kiéviennes. Plus que cela, Piotr Porochenko en personne soutiendra ouvertement « l’initiative des patriotes ukrainiens ». A l’instar d’une autre « initiative », initiée un peu plus tôt avec un nom fort révélateur: le « blocus alimentaire », dont le but devait être la « restauration de la souveraineté ukrainienne », selon les dires du même Porochenko (approche effectivement « intéressante » et surtout très « humaniste ») en empêchant tout camion transportant des produits alimentaires depuis le territoire ukrainien d’entrer en Crimée. Un blocus pour rappel n’ayant rien donné puisque la Crimée est entièrement autosuffisante en livraisons alimentaires depuis la Russie continentale, les seuls perdants ayant été les producteurs ukrainiens privés de la possibilité de faire vendre leurs produits en terre criméenne. Kiev a préféré donc passer à l’étape « supérieure »: faire vivre les habitants de la Crimée dans le noir en espérant que cela puisse durer. Seul bémol: les Criméens n’ont une fois de plus pas fléchi et les autorités russes ont intensifié l’organisation de l’indépendance énergétique de la presqu’île.

En effet, un pont énergétique reliant la péninsule à la Russie continentale a été mis en place en un temps pratiquement record. Pour la Crimée, cette nouvelle victoire était surtout celle de l’acquisition d’une indépendante énergétique tant attendue. Dès l’annonce du retour de l’électricité dans les foyers criméens et l’arrivée du président russe en personne pour suivre le processus, sentant le fiasco évident (une fois de plus), le gouvernement de Porochenko déclare depuis Kiev la reprise des livraisons d’électricité en Crimée… Sauf que Poutine rétorque: « Moscou ne doit avoir aucun contrat en vigueur avec Kiev lorsque le pont énergétique sera complètement opérationnel ». Point à la ligne.

Il est vrai que les derniers temps, l’Ukraine fait bien peu parler d’elle. Le monde aujourd’hui l’a un petit peu oublié, y compris les « alliés » occidentaux. Tout est donc bon pour faire parler de soi, d’autant plus lorsque cela peut frapper des gens ayant refusé catégoriquement de vivre au sein de cette « nouvelle » Ukraine pseudo-démocratique, fascisante et pro-occidentale. Mais une fois encore fiasco évident. Quant aux habitants de la Crimée, l’épreuve « électrique » qu’ils ont vécue n’a fait que renforcer encore plus le bons sens de leur décision de mars 2014, ainsi que le sentiment d’être protégés par leur pays, la Russie. L’Ukraine elle perd sur tous les fronts: non seulement elle se ridiculise une fois de plus, mais elle perd par la même occasion une énième source de revenue, et non des moindres… Sans oublier que la banqueroute arrive à grands pas. Pauvre Ukraine.

 

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20151216/1020316425/crimee-energie-electricite-russie-ukraine.html

Mikhail Gamandiy-Egorov