Archives du mot-clé Union Européenne

Ukraine: le temps de l’argent facile touche à sa fin

hryvnia

Après des années à bénéficier des revenus stables et importants de la rente gazière russe, l’Ukraine doit se préparer à un réveil douloureux. Cette manne devrait en effet se tarir ou du moins considérablement diminuer. L’Occident, qui a encouragé le divorce entre Kiev et Moscou, devra en assumer les conséquences.

Les années passent, la rhétorique russophobe atteint désormais son summum au niveau des élites de Washington, mais aussi de tous leurs affidés —la fameuse affaire Skripal n’en est qu’un épisode supplémentaire. Les satellites étasuniens ont beau reprendre en chœur les chants antirusses, il suffit que leur portefeuille soit menacé pour qu’une vive inquiétude s’installe…

C’est notamment le cas du pouvoir de Kiev, issu d’un coup d’État armé soutenu par l’Occident. L’année 2019 approche et avec elle la perspective de la fin du transit gazier russe via le territoire ukrainien, qui ne sera utilisé dans le meilleur des cas qu’en qualité de hub supplémentaire avec des volumes nettement moins importants que ce n’était le cas jusqu’ici. Et même ces volumes réduits d’au moins quatre fois ne seront aucunement garantis.

Et malgré toutes les belles promesses faites à l’Ukraine par Washington et Bruxelles sur leur avenir commun «radieux», ces derniers ne souhaitent vraisemblablement guère en prendre la responsabilité économique. Alors que la diminution significative des relations à tous les niveaux entre Kiev et Moscou a considérablement désavantagé en termes économiques la première, mais pas la deuxième, le fait de devoir sur le court terme perdre près de 3 milliards de dollars annuels supplémentaires ou l’équivalent de 3% du PIB ukrainien (selon l’aveu de l’ambassadrice étasunienne en poste à Kiev) n’arrange en rien les choses.

En passant, le montant de ces recettes annuelles que l’Ukraine reçoit grâce au transit du gaz russe est plus ou moins équivalent au budget annuel ukrainien de l’éducation et dépasse de 1,5 fois les dépenses destinées à la santé, au sport et à la protection de l’environnement. Ajoutez à cela les millions de crédits qui pèsent sur le budget ukrainien et que Kiev ne peut simplement pas rembourser, et vous comprendrez les peu radieuses perspectives du régime de Kiev.

Au sud, les travaux du gazoduc Turkish Stream reliant la Russie à la Turquie —le deuxième principal marché gazier pour Gazprom- via la mer Noire, avancent rapidement. La première conduite est destinée à acheminer le gaz russe sur le marché turc, la deuxième fournira en gaz plusieurs pays de l’UE en passant par la Turquie —permettant par la même occasion à cette dernière de devenir un important hub gazier. En mars 2018, 53% des deux conduites de la section offshore du gazoduc avaient déjà été installées et tant Moscou qu’Ankara souhaitent que le Turkish Stream soit opérationnel aussi vite que possible. Techniquement, il n’existe aucune raison pour que le projet soit retardé, surtout connaissant le degré d’indépendance du gouvernement turc, malgré l’appartenance du pays à l’Otan.

Pour sa part, le projet Nord Stream 2, qui a pour objectif de doubler d’ici fin 2019 les capacités de son «grand frère» Nord Stream 1, qui passe sur le fond de la mer Baltique, avance bien. Berlin vient de donner son feu vert pour la construction du pipeline sur les 31 km appartenant à la zone économique allemande. Et malgré une pression étasunienne sans précédent en vue de faire retarder ce projet à tout prix, avec le soutien de ses «meilleurs» satellites européens —en l’espèce, la Pologne et des pays baltes- le fait est que le pragmatisme économique allemand semble de plus en plus prendre le dessus. Évidemment, c’est tout sauf l’amour pour la Russie qui motive Berlin, mais bel et bien l’absence d’alternative digne de ce nom en termes du rapport prix/logistique/sécurité de l’approvisionnement gazier. Sachant que l’Allemagne est elle-même un très grand consommateur de gaz, et malgré tout «l’amour» que Berlin dit porter à Kiev, notamment en termes de «solidarité» antirusse, il est évident que sa priorité est d’assurer ses habitants en chauffage à un tarif raisonnable plutôt que de penser aux gains, ou plutôt aux pertes économiques ukrainiennes. C’est connu, les Allemands savent très bien compter.

Bien sûr, Washington comme Bruxelles auraient souhaité maintenir aussi longtemps que possible cette relation de gagnant/perdant: faire miroiter le rêve occidental à Kiev tout en poursuivant leurs avancées géopolitiques et en maintenant l’Ukraine ne serait-ce qu’un minimum à flot avec l’argent de la «méchante» Russie.

Eh bien non. Soyez responsables de vos promesses, messieurs et mesdames de l’establishment occidental. Si, comme vous le prétendez, le «meilleur» avenir se trouve à l’Ouest, prouvez-le par les faits, et surtout par des opportunités économiques réelles pour les pauvres Ukrainiens. On connaît cependant déjà le résultat: la Géorgie et la Moldavie, qui ont également misé sur l’intégration atlantiste n’ont pas mis longtemps pour finalement vouloir raviver au maximum leurs relations économico-commerciales avec la Russie.

Pour finir, une simple question logique: comment se fait-il que le pays qui à la chute de l’URSS était la république ex-soviétique la plus développée économiquement —oui, oui, il s’agit bel et bien de l’Ukraine- ait pu si rapidement se retrouver dans un tel marasme économique? Et le comble, c’est que c’est depuis l’intégration «historique», annoncée en grande pompe, avec l’Occident et le divorce avec la Russie, que la situation économique et sociale est la plus terrible, mettant l’Ukraine au niveau de certains des pays les plus pauvres du monde. À méditer.

Peu étonnant d’ailleurs que le rêve à l’occidentale impressionne de moins en moins de peuples du monde, y compris leur jeunesse. Le temps des illusions appartient au passé. Pour le reste, il est aujourd’hui évident qu’il faut toujours réfléchir deux à trois fois avant de cracher dans sa soupe.
Quant aux technocrates occidentaux, vos ambitions géopolitiques, vous les paierez de votre propre poche.

https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201803291035717311-ukraine-argent/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Moscou révisera les principes de sa coopération avec l’UE

Le ministère russe des Affaires étrangères, conjointement à d’autres ministères et départements, a l’intention de réviser les principes de sa coopération avec l’UE, rapportent des médias russes.

« Nous consultons tous les ministères et départements impliqués dans les relations avec l’UE dans divers domaines, ce qui représente 18 dialogues sectoriels, où chaque dialogue a ses propres sous-groupes, pour savoir ce qui représente un intérêt à leurs yeux, et de quoi il serait possible de se débarrasser », indique une source du ministère russe.

Selon la source, les affaires ne peuvent plus être menées selon le schéma antérieur, car l’UE s’octroie au sein des relations un rôle de leader, s’estimant habilitée à indiquer à ses collègues russes « ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire ». La source a indiqué que la Russie n’avait pas besoin d’une telle coopération.

CQFD.

https://fr.sputniknews.com/international/201603161023406759/

Pas de gaz russe en Europe cet hiver ?

(…) « aucune préférence ne serait accordée à l’Ukraine »; « il n’y aura pas d’avance pour le transit de gaz en Europe; « pas d’accords supplémentaires sur les Accords de Minsk »; « et pas de concessions sur la Syrie »

Alexeï Miller, PDG de Gazprom

http://fr.sputniknews.com/presse/20150911/1018111605.html

Crise des migrants : les élites occidentales doivent assumer leurs responsabilités

Chaque jour qui passe, on voit sur les médias du mainstream ces images de migrants : hommes, femmes, enfants, qui arrivent massivement en Europe. Certains en perdant la vie avant de débarquer sur les côtes européennes, ce qui nous rappellent les images choquantes, notamment des derniers jours. Beaucoup admettent que c’est une tragédie humaine, d’autres appellent ouvertement à fermer les frontières et chasser les immigrés. La réalité est que c’est effectivement une véritable tragédie et les élites occidentales, médias comme politiciens, oublient incontestablement certaines choses qu’il faudrait absolument leur rappeler.

Les Occidentaux parlent d’un « déferlement », voire d’un « tsunami » de migrants. Avant de commenter, il serait bon de rappeler ce qu’avait dit le leader de la Jamahiriya libyenne, feu Mouammar Kadhafi, à savoir que le chaos orchestré par l’Occident dans différents pays, y compris le sien, finira par détruire ce même Occident, en premier lieu l’Europe. Passons à la suite.

Les élites de l’Occident sont soit véritablement aveugles, soit font une fois de plus semblant de l’être. Après la guerre orchestrée par la junte kiévienne contre son propre peuple, en premier lieu contre la population du Donbass, plus de deux millions de citoyens ukrainiens ont fui en Russie. Remarquez : pas en Europe qui porte pourtant une responsabilité évidente dans ce qui est arrivé dans ce pays entre novembre 2013 et février 2014, pas même dans les autres régions de l’Ukraine, dont ces personnes sont pourtant citoyens, mais bien en Russie.

Les représentants de l’ONU ont déjà admis le fait qu’un très grand nombre de réfugiés en provenance de l’Ukraine se trouvent à ce jour sur le territoire russe (les mêmes réfugiés que la sulfureuse étasunienne Jen Psaki, actuellement directrice des Communications de la Maison-Blanche, appelaient des « visiteurs temporaires » allant visiter leurs babouchkas en Russie)… Les médias occidentaux en parlent-ils ?

Passons à la Syrie. Le pays qui à ce jour a accueilli un très grand nombre de réfugiés syrien sur son sol n’est autre que la Turquie. Là aussi et selon les sources officielles, le chiffre de ces réfugiés approche deux millions de personnes. D’autant plus que les deux pays sont voisins et partagent une frontière commune. Le Liban est lui aussi très peu mentionné, pourtant accueillant lui aussi un nombre énorme de réfugiés : 1,2 million de réfugiés dans un pays dont la population totale est à peine de quatre millions. Pourtant, ils sont loin de faire le buzz comme l’Europe bruxelloise, ce qui fait croire à l’opinion publique internationale (merci encore au mainstream) que c’est l’Europe qui est devenue le principal « centre d’accueil » de tous ces gens, fuyant la guerre.

Passons maintenant aux responsabilités de chacun. Le leadership de la Turquie a effectivement joué un rôle négatif dans la crise syrienne, notamment par ses appels radicaux contre le président syrien Bachar al-Assad, surtout au début de cette crise (bien qu’aujourd’hui cette approche semble progressivement s’atténuer, le leadership turc ayant commencé à comprendre le danger extrémiste qui peut à l’instar de la Syrie, frapper également la Turquie). Néanmoins, la Turquie est-elle plus responsable de ce qui arrive en Syrie, que les élites occidentales avec leurs alliés du Golfe ? Très loin de là. Donc que ces derniers prennent eux aussi et pleinement leurs responsabilités.

Dans le cas européen, le problème qui se pose effectivement, c’est que tout ce chaos a été initié principalement par les USA. Donc logiquement, c’est ce pays qui doit accueillir la grande majorité des réfugiés, en provenance de tous ces pays où la main étasunienne a été fortement active. Pourtant, les USA ont d’ores et déjà annoncé qu’ils n’accueilleront que 1500-2000 réfugiés syriens. Intéressant comme approche mais très loin d’être nouveau et qui ne fait que confirmer une fois de plus la situation de sous-traitance dans laquelle se trouve l’Union européenne face aux Etats-Unis, chefs indiscutables. Un peu comme la guerre des sanctions Occident/Russie, dans laquelle c’est l’Europe qui sort la grande perdante (2 millions d’emplois perdus, 100 milliards d’euros en termes de perte financière, et ce n’est pas encore la limite). Parallèlement, les USA sortent évidement bien moins touchés, dû simplement au fait que les relations économico-commerciales entre ce pays et la Fédération de Russie étaient bien moins intenses qu’entre l’UE et la Russie. Par ailleurs et pour anecdote, alors que l’Europe a perdu et continue de perdre d’énormes parts de marché sur le territoire russe, principalement dans le secteur agricole et alimentaire, le business américain en Russie progresse…

Revenons à la question des migrants et répondons à deux questions simples. La Libye de Mouammar Kadhafi était-elle un pays émetteur de migrants ? Non, les Libyens immigraient peu et le pays se permettait même d’accueillir un nombre important de migrants en provenance d’autres pays africains et même d’Europe (principalement de l’Est : Bulgarie, Roumanie, Ukraine,…). Et aujourd’hui ? En plus d’être l’un des hauts-lieux du terrorisme international, la « nouvelle Libye » bhlienne, est devenu l’un des principaux points émetteurs de migrants, aussi bien de Libyens que de représentants d’autres pays, africains ou du Moyen-Orient. Et la Syrie d’avant la crise émettait-elle beaucoup de migrants à l’étranger ? Là encore la réponse est non, si ce n’est les hommes d’affaires et entrepreneurs syriens qui opéraient hors des frontières syriennes, l’immigration elle était minime. En tout cas très loin de ce que l’on observe aujourd’hui, lorsque des familles entières fuient pour ne pas se retrouver décapitées par des extrémistes barbares…

Conclusion : l’Occident, ou plutôt une fois encore ses élites doivent assumer le chaos qu’ils ont eux-mêmes créé. Après que cette responsabilité soit partagée à part égale entre USA et UE, ce serait la moindre des choses, le seul problème est que le premier ne le voit pas de cette façon et l’Europe bruxelloise sera une fois de plus obligée de subir. D’autre part, ces mêmes élites, politiques comme médiatiques, doivent cesser de pleurnicher en répétant sans cesser et chaque jour qui passe le fait qu’ils accueillent quelques dizaines de milliers de migrants, venant de pays qu’ils ont eux-mêmes mis à feu et à sang, alors qu’en parallèle des pays comme la Russie et la Turquie accueillent des millions de réfugiés en provenance de la Syrie, du Yémen et de l’Ukraine. Sans oublier d’autres comme le Liban mentionné plus haut, ou encore la Serbie, pays non-membre de l’UE, n’ayant aucune responsabilité à porter dans le chaos orchestré par ses voisins occidentaux dans les pays aujourd’hui émetteurs de tous ces pauvres gens, et qui pourtant adoptent une approche beaucoup plus humaine.

http://fr.sputniknews.com/opinion/20150909/1018078093.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Tentative de révolution colorée à Erevan: l’Arménie tient bon

Protestations à Erevan, Juin 22, 2015

Il fallait bien s’y attendre. L’Arménie était dans le collimateur de Washington depuis un bon bout de temps.

Le fait que l’Arménie soit visée par une révolution de couleur made in USA n’a donc effectivement rien de surprenant. Et ce pour plusieurs raisons:

1) L’Arménie est un allié de longue date de la Russie. Les peuples russe et arménien partagent une relation plus qu’étroite depuis de longs siècles.

2) Une position géographique du pays réellement stratégique: frontières communes avec la Turquie et l’Iran, ainsi qu’avec l’Azerbaïdjan et la Géorgie.

3) L’Arménie a fait le choix de l’intégration eurasiatique et est devenue membre à part entière de l’Union économique eurasiatique avec la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie. A laquelle s’est jointe également le Kirghizistan en mai dernier (le Tadjikistan en cours). Une union qui donne beaucoup de stress à l’administration étasunienne, pour qui l’UEEA représente une nouvelle URSS. Le tout en refusant de signer l’accord d’association avec l’Union européenne, tant voulu par les Occidentaux (cela ne rappelle rien à personne?…).

4) Last but not least, le leadership arménien a adopté une position diamétralement opposée aux élites occidentales sur la Crimée. Durant la tentative ukraino-étasunienne à l’Assemblée générale de l’ONU en mars de l’année dernière de faire « condamner » le retour de la Crimée à la Russie, l’Arménie n’a pas soutenu l’initiative occidentale.

Le temps est donc bien arrivé pour les Soros & Co. de s’en prendre à l’Arménie. D’une part pour punir les élites arméniennes, résolument pro-russes et de l’autre tenter de faire passer la République d’Arménie dans le giron occidental. Les méthodes n’impressionnent plus personne. Plus encore: cela devient un peu « old school » et pas très innovant. Des manifestants sortent pour manifester contre la hausse du prix de l’électricité. Jusqu’ici tout est relativement compréhensible: les citoyens expriment leur désaccord sur une question d’ordre économique et social d’actualité. Puis, quelques représentants radicaux lancent des provocations aux représentants des forces de l’ordre avec des appels n’ayant plus rien à avoir avec les réclamations initiales. En bref, rien de nouveau à l’horizon. Une tentative de révolution de couleur, tout ce qu’il y a de plus simple. D’ailleurs beaucoup de spécialistes arméniens sont unanimes: « l’œuvre » des services secrets et organismes affiliés étasuniens est évidente.

A noter que les forces de l’ordre arméniennes ont fait preuve de beaucoup de retenue. Les députés arméniens sont mêmes sortis dans les rues pour proposer aux manifestants de nommer un groupe de contact et avoir une rencontre avec le leadership du pays, y compris le président. Les USA et l’UE ont tout de même eu le culot de dire que les policiers arméniens ont utilisé la force d’une manière « excessive ». Révoltant une fois encore d’entendre cela en voyant la retenue évidente des policiers arméniens et parallèlement l’extrême violence des « forces de l’ordre » étasuniennes, ne serait-ce qu’à Ferguson et dans d’autres localités environnantes, avec d’autant plus des tendances policières ouvertement racistes.

Affaire à suivre donc. Mais à souligner quand même que beaucoup d’Arméniens et de leurs amis partagent un optimisme assez évident:

— Les instigateurs ne font aucun doute. Ils sont connus et reconnus.

— L’Arménie était visée depuis longtemps et cela était connu par les experts et organes compétents.

— Les Arméniens, en tant que peuple digne et fier, ne permettront pas le chaos dans leur pays, à l’instar de la sauce Maïdan. De la même manière qu’ils ne permettront certainement pas que de personnages outre-Atlantique, choisissent leur destin à leur place. Cela n’arrivera pas.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150624/1016693541.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les sanctions occidentales ont renforcé l’unité des Russes

Des Russes soutenant le président Poutine

Les effets escomptés par ceux qui ont lancé le « jeu des sanctions » n’ont pas abouti. Au contraire, on voit aujourd’hui clairement l’effet totalement inverse.

L’économie russe se porte pas mal du tout. La monnaie russe, le rouble, en moins de trois mois a récupéré une bonne partie de sa valeur face aux devises étrangères, le tout après les différentes phases des sanctions occidentales à l’encontre de la Russie (on ne peut pas en dire autant de l’Ukraine voisine, pourtant pleinement « soutenue » par l’Occident…). Plus encore, même les élites financières occidentales avouent que la monnaie russe a prouvé pleinement sa fiabilité et représente une valeur sûre (y compris Bloomberg). Et surtout beaucoup de nouvelles perspectives se sont offertes à différents secteurs de l’économie russe « grâce » aux dites sanctions de l’Occident politique.

Les sanctions de réponse russes visant les produits agroalimentaires occidentaux ont fortement frappé les pays concernés, surtout européens. Quant à la Russie, ces sanctions ont au contraire permis aux producteurs nationaux d’avoir beaucoup plus d’opportunités sur le marché de leur pays. D’autre part, cela a ouvert énormément plus de possibilités aux pays amis de la Russie, afin d’occuper de nouvelles niches sur le marché russe, qui auparavant étaient détenues principalement par les exportateurs de l’UE. Les pays de l’espace eurasiatique, d’Amérique latine, d’Asie et d’Afrique, ainsi que des pays comme la Turquie sont donc véritablement ravis de la situation créée. Une situation pour rappel créée par les élites occidentales. En ce qui concerne les producteurs russes, ils ont d’ores et déjà lancé un appel au gouvernement de Russie pour faire savoir qu’ils espèrent fortement que même en cas d’annulation des sanctions occidentales visant la Russie, la Russie elle conserverait les siennes. Une initiative fortement soutenue par la très grande partie de la population du pays. C’est dire.

Mais ce qui faut probablement noter dans toute cette situation, c’est que ces pseudo-sanctions made in USA et appliquées par les satellites étasuniens, et qui avaient pour but évident de déstabiliser la société russe, d’y créer le chaos, la panique, au final n’ont fait que cimenter la société russe et renforcer le patriotisme de tous les composants ethniques et religieux de la Fédération de Russie.

En effet les Russes dans toute leur multiethnicité et multiconfessionalité, sans oublier les représentants étrangers vivant en Russie et ayant obtenu (ou qui obtiendront à l’avenir) la citoyenneté russe, n’ont probablement jamais été aussi unis et ce depuis l’éclatement de l’URSS. En plus du soutien massif des citoyens russes au gouvernement, en premier lieu au président Poutine, on ressent aujourd’hui une véritable symbiose au sein de la société russe. D’autre part, l’amitié des peuples est comme on l’espérait redevenue l’une des principales notions de base de cette nouvelle Russie, forte, puissante, indépendante. Une notion que les ennemis de la Russie ont toujours tenté de détruire mais en vain.

On est aujourd’hui bien loin des tumultueuses années 1990 et du début des années 2000. Ces dernières représentaient le début de la renaissance de la Russie et du peuple russe. Elles étaient loin d’être faciles mais le fait est qu’à l’heure d’aujourd’hui, l’année 2015, on peut ouvertement parler même pas de deux pays totalement différents, mais peut-être même de trois, en rapport direct avec les périodes traversées.

Pourtant et on le voit parfaitement à l’heure actuelle, la Russie doit et devra encore faire face à de nombreux défis. Des défis aussi bien intérieurs qu’extérieurs. Mais tant que l’on gardera cette unité que l’on observe aujourd’hui, nous avons toutes les raisons de croire que la grande marche en avant ne fera que se poursuivre. Tant pis pour les ennemis et les jaloux. Et tant mieux pour tous les partisans du nouveau monde ayant émergé. Ils ne seront sûrement pas déçus.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150526/1016277588.html

Mikhail Gamandiy-Egorov

Elections en Gagaouzie : la région à majorité turcophone choisit de nouveau la Russie et s’éloigne largement de l’UE

Gagaouzie

Une nouvelle que les médias du mainstream ont vraisemblablement encore préféré éviter. En effet, très peu de médias occidentaux ont abordé les toutes récentes élections de gouverneur (« Başcan ») en Gagaouzie, région autonome au sein de la République de Moldavie.

Et pour cause, encore une gifle porté aux intérêts bruxellois (et donc à ceux de Washington) et de nouveau un vouloir-vivre ensemble avec la Russie simplement évident.L’élection a été remportée par Irina Vlakh, candidate pro-russe, avec 51,01% des voix. Une victoire dès le premier tour. A noter aussi que mis à part Irina Vlakh, grand nombre d’autres candidats ayant participé à l’élection, étaient eux-aussi ouvertement pour l’intégration économique avec la Russie. Le candidat soutenu par l’alliance pro-UE de Kichinev (la capitale moldave), Nikolay Dudoglo, n’a obtenu que 19,05% des voix, même si ce dernier insistait que lui aussi est « un ami de la Russie »…

Irina Vlakh sera par ailleurs la première femme à diriger la région. Ses priorités sont le renforcement des liens économiques et politiques avec la Fédération de Russie. Une notion que la très grande majorité des Gagaouzes partagent. Peuple turcophone très majoritairement chrétien, les Gagaouzes étaient très largement opposés à l’éclatement de l’URSS, mais à cette époque la voix des populations comptaient malheureusement peu. Depuis les Gagaouzes ont maintes fois exprimé leur désir de se rapprocher de la Russie. En février de l’année dernière, la population locale état invité à participer au référendum pour répondre à deux questions: la première: « Désirez-vous que la Gagaouzie rejoigne l’Union douanière Russie-Biélorussie-Kazakhstan? ». La seconde: « Etes-vous pour l’autodétermination de la Gagaouzie dans le cas où la Moldavie perdrait son indépendance? » (En cas d’un scénario de réunification avec la Roumanie, un projet de longue date des nationalistes roumains et de leurs mentors de l’OTAN).

Les Gagaouzes avaient alors dans l’écrasante majorité (plus de 95%) voté pour l’Union douanière (et donc contre l’Union européenne), ainsi qu’en faveur de l’autodétermination en cas de radicalisation du nationalisme roumain. Une chose donc devient très claire. Le projet nommé « UE » n’attire pas aujourd’hui. Les contes romantiques de l’Europe bruxelloise ne peuvent plus cacher la triste réalité. Celle d’une partie de l’Europe (celle de Bruxelles) complètement vassalisée aux USA.Dans le cas de la Moldavie, il s’agit d’un cas très sérieux, et les élites occidentales le savent parfaitement. Tout d’abord il y a déjà depuis plus de 24 ans une autre Moldavie qui vit parallèlement: la République moldave du Dniestr (PMR) ayant fait sécession de Kichinev durant la période d’éclatement de l’Union soviétique et qui est depuis un Etat indépendant de fait. Sa capitale est Tiraspol. Malgré toutes les tentatives de Kichinev et des élites occidentales d’isoler la PMR, notamment par des mesures économiques (les sanctions on connait), cet Etat vit mieux économiquement parlant que la Moldavie de Kichinev.

D’autre part et il ne faut pas l’oublier, à Kichinev même, un bien grand nombre de voix s’élèvent contre l’intégration atlantiste et en faveur de l’intégration eurasiatique, avec la Russie. Les médias occidentaux ont là aussi essayé de ne pas trop se focaliser sur le sujet des dernières élections législatives moldaves, qui se sont déroulés en novembre dernier. La raison est simple. Le parti qui est arrivé en tête de ces législatives n’est autre que le Parti socialiste de Moldavie, ouvertement pro-russe. Sa priorité est l’intégration avec la Russie et l’Union économique eurasiatique et l’annulation de l’accord d’association avec l’UE. A noter qu’un autre parti favorable à la Russie, le Parti communiste moldave, est arrivé lui troisième de ces élections législatives.Pour conclure donc, Bruxelles (et Washington aussi puisque c’est de lui qu’il s’agit en premier lieu), doivent se rendre à l’évidence que leurs « projets » n’attirent pas. Dans le cas moldave, cela est évident. La République moldave du Dniestr sécessionniste en 1991 vit mieux que la Moldavie version Kichinev, et ce malgré l’embargo et les sanctions la visant. La Gagaouzie turcophone a fait son choix elle aussi: celui de la Russie et de l’Union eurasiatique. Et à Kichinev même, la coalition pro-occidentale est très fragile et perd chaque jour qui passe le soutien des citoyens moldaves. Dans cette situation et surtout au vu des événements dans l’Ukraine voisine, la Moldavie devra trouver la voie qui lui convient. Et cette voie, ce n’est certainement pas Bruxelles.

A noter d’ailleurs, que la Turquie a salué tout comme la Russie l’élection d’Irina Vlakh. Evidemment Ankara entend jouer de son influence au sein d’une entité turcophone mais c’est aussi un nouvel exemple de la politique turque qui défend avant tout ses intérêts et non pas ceux de Washington et de l’OTAN. A la très grande différence des élites politiques bruxelloises.Quant à l’espace eurasiatique, j’avais déjà dit précédemment que personne ne pourra stopper le processus des retrouvailles observées dans ce qu’on appelle l’ex-URSS. Depuis l’éclatement du projet soviétique et après l’échec des expériences libérales pro-occidentales, les peuples cherchent à se rapprocher de nouveau afin de créer une union capable de défendre leurs intérêts légitimes. L’Union économique eurasiatique et bientôt l’Union eurasiatique tout court représentent cette aspiration. Avec la Russie, le Kazakhstan, la Biélorussie, l’Arménie, le Kirghizistan, le Tadjikistan, on est vraisemblablement qu’au début du processus. Peu importe, que Mme Clinton & Co. n’apprécient pas.

http://fr.sputniknews.com/points_de_vue/20150325/1015336624.html#ixzz3VQyrQALz

Mikhail Gamandiy-Egorov

République centrafricaine : promouvoir la réconciliation au plus vite

République centrafricaine : promouvoir la réconciliation au plus vite

A l’heure où la République centrafricaine continue de vivre de nouvelles péripéties, l’avenir du pays reste toujours indécis y compris après la formation d’un gouvernement de transition en la personne de Catherine Samba-Panza, qui a succédé à tête de l’Etat à Michel Djotodia.

Aux dernières informations, la France enverra 400 militaires supplémentaires en RCA. Le contingent français passera ainsi de 1600 à 2000 soldats. L’Union européenne prévoit d’envoyer de son côté un millier d’hommes, soit 500 de plus que prévu au départ. Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense, en visite il y a quelques jours dans la capitale centrafricaine Bangui, a déclaré pour sa part que vraisemblablement « l’intervention française sera plus longue que prévue ».

Pendant ce temps les exactions se poursuivent. Et les exemples, fort malheureusement, ne manquent pas. Que ce soit le lynchage d’un homme par des militaires centrafricains, suspecté d’appartenir à la coalition Seleka (composée majoritairement de combattants musulmans), le tout devant des dizaines de témoins. Ou encore la découverte de 13 cadavres non-identifiés dans une citerne vide située dans un camp de Bangui, où sont cantonnés des combattants issus de l’ex-Seleka. Pour info et à l’heure actuelle, la capitale Bangui a été vidée de près de 75 % de sa population musulmane. Dans d’autres localités, le chiffre tourne autour de 90-100 %.

Les milices anti-balaka (balaka signifiant « machette » en langue sango) sont souvent pointées du doigt quant à la responsabilité de ces tueries. Une milice au départ composée majoritairement d’animistes mais suite au conflit intercommunautaire qui a débuté en septembre 2013, un certain nombre de combattants se revendiquant chrétiens et opposés à la coalition Seleka (également responsable de crimes et massacres, en premier lieu de populations chrétiennes) rejoindra ladite milice. A en croire les différents représentants de ces milices anti-balaka, leur nombre serait compris entre 55 et 70 000 hommes, dont environ la moitié serait basée à Bangui. Selon certaines sources, les anti-balaka se divisent entre modérés et extrémistes, ces derniers étant le plus souvent responsables des massacres récents en RCA.

Le problème qui se pose aujourd’hui est effectivement celui du désarmement de ces milices. Car à l’image de la Seleka que le président Djotodia avait tenté de désarmer en vain, ainsi que de mettre fin entièrement aux exactions, de la même manière se pose aujourd’hui le problème avec les anti-balaka, qui ne comptent pas déposer les armes pour le moment. La présidente centrafricaine de transition, Catherine Samba Panza, a déclaré il y a quelques jours qu’elle compte de son côté s’attaquer aux miliciens anti-balaka : « Les anti-balaka, on va aller en guerre contre eux. Ils pensent que parce que je suis une femme je suis faible. Mais maintenant ceux qui voudront tuer seront traqués », a-t-elle déclaré. « Déclarer la guerre aux anti-balaka, c’est déclarer la guerre à la population centrafricaine », aurait rétorqué Richard Bejouane, l’un des chefs auto-proclamés des anti-balaka devant une centaine de miliciens.

Du côté des ONG, Amnesty International parle elle de nettoyage ethnique. Quant à Peter Bouckaert de Human Rights Watch, il n’a pas hésité à parler d’échec en ce qui concerne l’opération de l’armée française Sangaris et a critiqué ouvertement l’immobilisme des troupes françaises. Il est vrai que lorsqu’il était question de destituer un chef d’Etat légitime, comme ce fut le cas en Côte d’Ivoire, l’armée française a su se montrer beaucoup plus « efficace », bien que ce mot ne soit aucunement approprié. Mais visiblement en Centrafrique, où la situation est véritablement critique et où il y a une nécessité pressante de sauver des vies humaines, il y a vraisemblablement de la place à un immobilisme pour le moins incompréhensible.

L’ONU quant à elle redoute le risque d’une partition de la RCA. Un avis partagé par un certain nombre de spécialistes. La violence a engendré la violence et personne ne peut prédire la tournure exacte des événements. Près de 30 % de la population centrafricaine est aujourd’hui déplacée. L’économie du pays tourne au ralenti (compte tenu notamment du fait qu’un nombre conséquent de commerces appartiennent aux Centrafricains musulmans). Une pénurie sur un certain nombre de produits est déjà à observer et le risque d’une très sérieuse crise alimentaire plane lui aussi.

Une chose reste sûre dans cette tragédie, c’est que sans une réconciliation rapide de toutes les composantes du pays, les conséquences éventuelles seraient des plus tragiques. A notre niveau, nous ne pouvons que souhaiter à tous les Centrafricains de retrouver la sagesse, de prendre leur destin en main, de trouver la voie du pardon et du dialogue, ainsi que de permettre une véritable réconciliation nationale au plus vite.

http://french.ruvr.ru/2014_02_18/Republique-centrafricaine-promouvoir-la-reconciliation-au-plus-vite-7311/

Mikhail Gamandiy-Egorov

Victoria Nuland/UE : quand les USA ne respectent plus leur sous-traitant

Victoria Nuland/UE : quand les USA ne respectent plus leur sous-traitant

On connait le rôle néfaste des USA et de l’UE dans la crise ukrainienne. On connait également la relation qu’entretiennent ces deux protagonistes : un rapport, il faut bien le dire, entre maître et sous-traitant. Mais lorsqu’on l’entend de vive voix, c’est toujours plus intéressant.

« Que l’UE aille se faire foutre ! ».Tels était les principaux titres de pratiquement tous les médias il y a à peine quelques jours. Blague ou provocation ? Non. Simplement les propos tenus par Victoria Nuland, la secrétaire d’Etat américaine adjointe chargée de l’Europe, tenus vraisemblablement lors d’une discussion téléphonique avec l’ambassadeur étasunien en Ukraine, Geoffrey Pyatt.

Incroyable ? Pas tant que cela. Car derrière la pseudo « amitié et alliance » qui unit les Etats-Unis d’Amérique et l’Union européenne, il y a une nette subordination qui ne manque pas d’être rappelée à chaque nouvelle occasion par le leader du « groupe », en l’occurrence les USA. Le plus terrible dans cette situation n’est pas tant l’insulte et la gifle que donne la représentante du pouvoir étasunien à ses homologues européens, qui humilie par la même occasion toute l’Europe (dans sa version UE), mais le fait que des représentants d’une nation donnée « discutent » sans vergogne de l’avenir d’un pays indépendant et souverain, en l’occurrence l’Ukraine.

Pire que cela, dans le même enregistrement, on les entend parler de la « future composition idéale » du gouvernement ukrainien, en accord avec leurs intérêts. Le tout bien évidemment à condition de faire tomber Viktor Ianoukovitch, le président légitimement élu par le peuple ukrainien… Et l’UE dans tout cela ? A en croire Nuland, les fonctionnaires européens font bien mal leur travail et ne sont vraisemblablement pas assez actifs dans leur rôle de faire destituer le gouvernement ukrainien, ayant fait marche arrière dans la signature d’un accord d’association avec l’Union européenne, signifiant par la même occasion le renforcement des liens avec la Russie, pays-frère.

En tout cas, ladite discussion, si l’on peut l’appeler ainsi, a confirmé non seulement l’implication des pays occidentaux dans la situation interne en Ukraine, mais aussi les relations entretenues entre les Etats-Unis et leurs satellites. A savoir des relations dans lesquelles manque cruellement la notion de respect. Mais si cette absence de respect de la part des USA envers ses « alliés » n’est nullement surprenante pour un pays qui ne veut toujours pas lâcher son désir de domination sur le monde, le manque de réaction adéquate de la part du bloc de pays qui affirme « représenter » le continent européen, lui l’est beaucoup plus…

Car si bien que l’UE n’est de loin pas le représentant de toute l’Europe, cette organisation pourrait néanmoins ne serait-ce qu’essayer de montrer qu’elle a un peu de poids et de dignité. Nous avons vu la « puissance » de l’UE lorsque des pays européens ont appliqué les ordres de Washington dans le cas de Julian Assange. Nous l’avons également vu après les révélations d’Edward Snowden lorsque le monde a appris que les USA nous espionnent pratiquement tous sans exceptions, y compris leurs dits alliés : ces mêmes fonctionnaires de l’UE. Après des réactions de certains leaders européens qui avaient exprimé leurs « surprises » et le fait d’être si « scandalisés » par ces informations quant à l’écoute de leurs conversations, il n’y a eu véritablement aucune suite donnée à cette affaire par les technocrates de Bruxelles. Vraisemblablement, Bruxelles fait entièrement confiance à Washington quant à sa sécurité et toutes ces écoutes et espionnages se font au final pour le grand « bien » des Européens. Il faut bien le croire. On se doit de faire confiance à ses alliés, y compris lors d’humiliations.

Plus que cela, l’UE ayant refusé toute assistance et asile politique au courageux Edward Snowden, et avait même tenté de le livrer à la direction étasunienne : on se souvient tous de la situation avec Evo Morales, président de la Bolivie, qui rentrait d’une visite à Moscou et dont l’avion présidentiel a été interdit d’accès dans l’espace aérien des pays de l’UE, notamment celui de la France, et forcé à une escale en Autriche où il sera fouillé pendant près de 13 heures (http://french.ruvr.ru/2013_07_15/Desespoir-du-comportement-occidental-et-exemple-a-suivre-sud-americain-4608/), en violant l’immunité diplomatique, d’autant plus d’un chef d’Etat en fonction avait alors confirmé par la même occasion sa vassalité envers les USA.

Pour finir et en parlant des Etats-Unis d’Amérique, qui ont été un peu plus de 15 ans la seule superpuissance du monde depuis l’éclatement de l’URSS, il faut admettre qu’ils se ridiculisent de plus en plus à l’heure actuelle. En effet, un pays qui s’est habitué à dominer et à imposer sa volonté à toute l’humanité a bien trop de mal à accepter la nouvelle donne au niveau mondial, de même qu’à reconnaitre l’apparition d’autres pôles d’attractivité dans un monde tout simplement fatigué d’une époque unipolaire. Ce qui pousse bien souvent ce pays à commettre des maladresses évidentes qui ne font que confirmer la fin de toute une époque : une époque révolue et dont on ne sera pas nostalgique.

http://french.ruvr.ru/2014_02_11/Victoria-Nuland-UE-quand-les-USA-ne-respectent-plus-leur-sous-traitant-8402/

Mikhail Gamandiy-Egorov