Archives du mot-clé Washington

Afrique-Chine: Pékin remet les points sur les «i» face à Washington

30.01.2023

Pendant que l’establishment occidental, et notamment étasunien, s’active dans l’objectif de combattre ses adversaires sur le continent africain, plus particulièrement la Russie et la Chine, il devient aujourd’hui totalement évident que l’Occident, dont Washington, a très peu à proposer de sérieux et fiable aux nations du continent. Et ce de l’avis des analystes chinois.

L’agence de presse internationale chinoise Xinhua publié un article qui remet les pendules à l’heure face aux accusations washingtoniennes à l’encontre de ses principaux adversaires en Afrique, dont évidemment la Chine. Les rappels qui y sont étalés confirment les analyses précédentes d’Observateur Continental.

L’article en question d’un des principaux médias chinois rappelle en effet que pendant la visite de la secrétaire étasunienne au Trésor, Janet Yellen, dans trois pays africains, à savoir le Sénégal, la Zambie et l’Afrique du Sud (dans ce dernier pays – pratiquement juste après la visite du chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov) – durant laquelle elle visait à poursuivre les tentatives de contrer l’influence croissante des rivaux des USA, dont la Chine, de nombreuses contradictions dans la ligne étasunienne apparaissent clairement.

Comme le note Xinhua – les contradictions commencent depuis la passerelle d’embarquement de l’avion de Yellen – sachant qu’elle y trouvera un terminal construit par une entreprise chinoise. Le véhicule la transportant sera également susceptible de rouler sur une route ou un pont bâtis par un constructeur de Chine. Et que les infrastructures modernes construites par la République populaire se trouvent un peu partout dans les pays africains. Chose effectivement que les Occidentaux n’avaient jamais pu, ou peut-être surtout n’avaient jamais voulu, proposer de manière honnête et sincère aux nations africaines.

Au cours dudit voyage, la représentante du régime washingtonien s’est tout de même vantée que les Etats-Unis offraient un «moyen meilleur et plus fiable» pour la croissance et la prospérité du continent et, à l’instar du régime qu’elle représente, a pointé du doigt sur les pratiques et les investissements chinois, en faisant mention de «l’héritage d’une dette insoutenable».

Pourtant et toujours selon l’article concerné – les gouvernements africains ont trois fois plus de dettes auprès de prêteurs privés occidentaux qu’avec la Chine. Cela sans oublier que ces prêteurs occidentaux facturent deux fois plus d’intérêts que la Chine. Selon Charles Onunaiju, directeur du Centre pour les études chinoises, basé au Nigeria, le récit du prétendu piège de la dette si activement exploité par l’Occident est injuste.

Pour lui, la question du piège de la dette a été une diffamation politique et de telles affirmations ne représentent qu’une diversion occidentale pour tenter à décharger justement l’Occident de toute responsabilité. On pourrait d’ailleurs rajouter – surtout lorsqu’on sait quel lourd bagage porte justement l’action néfaste de l’Occident à l’encontre de l’Afrique – historiquement parlant et à ce jour.

Cela sans oublier que malgré toutes les belles paroles de l’establishment washingtonien et plus généralement occidental – il est aujourd’hui admis qu’ils ne pourront jamais faire ni quelque chose de mieux que la Chine – ni de manière générale offrir quelque chose d’honnête et de constructif au continent africain. Ni sur le plan économique, ni sécuritaire, ni dans nombre d’autres domaines.

A notre niveau, il faudrait certainement rajouter qu’il serait très grand temps pour les élites occidentales au contraire d’apprendre et de s’inspirer de la sagesse chinoise, au lieu de poursuivre la promotion d’une mentalité néocoloniale et arrogante d’un autre âge. D’autant plus à un moment de l’histoire mondiale contemporaine où toute la prétendue puissance occidentale – n’impressionne plus. Et surtout que dans les actions actuelles des régimes occidentaux – la grande partie des peuples du monde, et notamment africains, voit surtout comme une extrême nuisance à l’encontre des intérêts de l’écrasante majorité de l’humanité.

Mais l’Occident n’apprend pas de ses erreurs. Et n’apprendra pas dans un avenir proche. Laissant aux partisans de l’ordre multipolaire international comme seules options la poursuite de l’interaction commune pour mettre un terme définitif à l’arrogance et l’hypocrisie de l’Occident. Et avec comme résultat – la chute finale des rêves des nostalgiques atlantistes de l’unipolarité. Quant à l’interaction de l’Afrique avec la Chine et la Russie – l’impuissance étasunienne et occidentale à l’encontre de cette interaction – n’est pratiquement plus à présenter

Mikhail Gamandiy-Egorov

Lorsque Paris et Berlin espèrent recoloniser l’Afrique

18.01.2023

Les régimes occidentaux sont tout de même têtus. Là où aujourd’hui ils sont fortement rejetés, ils persistent et insistent. En oubliant que le rejet vis-à-vis de l’Occident ne fera qu’augmenter et que les nouvelles sorties des représentants des élites occidentales ne font qu’attiser le rejet en question.

On se croirait vivre dans la pire et la plus cruelle période de la colonisation: Paris et Berlin discutent ensemble de l’avenir africain. Heureusement tout de même que cette fois-ci, les cheffes des diplomaties française et allemande ressemblent beaucoup plus à des mendiantes venues supplier un soutien africain pour une Europe prétendument «agressée». Le tout, symboliquement, dans le pays de l’Afrique n’ayant justement jamais été colonisé, malgré plusieurs tentatives occidentales – l’Ethiopie.

En effet, la visite conjointe dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba des ministres des Affaires étrangères des régimes français et allemand avait un objectif clair : appeler une énième fois les pays africains à condamner la Russie. Sans grand succès jusqu’à présent.

«Il est important (à propos du dossier ukrainien) de se souvenir qu’il y a un agresseur et un agressé, et il est important que tous disent à l’agresseur qu’il doit cesser son agression» – déclare Catherine Colonna. En ajoutant, dans la pure tradition arrogante et néocoloniale hexagonale: «Nous avons des intérêts communs et nous avons des attentes à l’égard de nos amis africains et nous vous en avons fait part». Le tout à l’issue d’un point de presse au siège de l’Union africaine. Un siège offert par la République populaire de Chine, juste au passage. 

Même son de cloche de la part de sa collègue allemande Annalena Baerbock: «La paix en Europe est attaquée, nous avons besoin de vous, nous avons besoin de l’Afrique pour défendre la paix». On se demande juste où était Frau Baerbock lorsque cette même Europe, en complicité avec Washington, détruisait grand nombre d’Etats souverains, dans le pur esprit du néocolonialisme occidental, y compris d’ailleurs des Etats africains. La Libye de Mouammar Kadhafi n’en est qu’un des exemples récents

Au-delà de cela, les deux personnages pensent-elles sérieusement qu’une grande partie des Africains ne connaissent pas l’historique du dossier ukrainien? Et plus particulièrement que la guerre contre la paix en Europe ne se déroule pas depuis 2022, mais bel et bien depuis 2014? Et que dans la tragédie vécue par la population du Donbass – Berlin comme Paris ont une énorme part de responsabilité. Et dont ils devront certainement rendre des comptes le moment venu.

Surtout après les récents aveux des Merkel et Hollande, ayant confirmé que les Accords de Minsk, dont l’Allemagne et la France étaient des co-garants, n’étaient en réalité qu’une manière de gagner du temps en faveur du régime kiévien. Et au détriment depuis toutes ces années des civils du Donbass, avec toutes les tragédies et le martyr de cette courageuse population qui en découlaient.

Le ridicule dans toute cette situation, c’est que les deux dames, indignes d’un quelconque respect pour elles, ont tenté de nouveau à utiliser la rhétorique des céréales ukrainiennes, prétendument indispensables pour les Etats africains. Pensant certainement que là aussi les dirigeants et peuples africains ne maitrisent pas les statistiques internationales à ce sujet, sachant que l’Ukraine n’est que le cinquième exportateur de blé à l’échelle internationale, pendant que la Russie en est largement première. Et ce – depuis plusieurs années maintenant.

Donc s’il y a bien un risque d’un manque de céréales à destination des pays non-occidentaux, y compris bien sûr africains, cela est le résultat direct des sanctions des régimes de l’Ouest à l’encontre de la Russie et dans le cadre de la logistique internationale. D’autant plus lorsque nous savons que même l’exportation des céréales ukrainiennes, qui fonctionne via le corridor mis en place avec l’accord de la Russie et la médiation de la Turquie, fonctionne largement en faveur des régimes là encore occidentaux, et aucunement en faveur des besoins des nations non-occidentales, dont africaines.

Enfin, le cinéma des deux citées atteint le comble – car se déroulant en terre éthiopienne – nation africaine n’ayant jamais été colonisée par l’Occident et qui sort actuellement d’une nouvelle période de résistance (efficace) face au néocolonialisme occidental. Une résistance ayant été d’ailleurs renforcée via le soutien chinois, russe et turc, entre autres.

Les efforts conjoints de Paris et de Berlin sont dans une certaine mesure compréhensibles, car si le premier continue de voir son influence chuter sur le continent, y compris désormais avec un nouvel échec – le Burkina Faso, dans le cas allemand, il y avait un espoir de pouvoir regagner en tant qu’ancien colon une influence dans une partie de l’Afrique… Mais face à la présence chinoise, russe, turque, et d’autres nations non-occidentales – les Allemands n’auront vraisemblablement rien à proposer.

Mais l’essentiel à retenir dans cette énième, et probablement vaine, tentative occidentale, c’est les points suivants: les deux représentantes ne font qu’appliquer les ordres washingtoniens, c’est la première chose. Et de deux – sont prêtes à continuer à se ridiculiser, pour ne pas dire s’humilier, dans l’espoir de faire basculer une grande partie de l’Afrique dans le camp occidental. Le tout bien évidemment en maintenant un ton et une posture d’héritiers des pires années du colonialisme. Rien n’y fait – l’Afrique et les Africains ne sont pas dupes, et sont parfaitement capables de voir qui sont les partenaires sincères, et qui sont des chacals sans foi ni loi. L’Occident continuera donc à subir d’autres échecs importants – sur le continent africain, comme dans d’autres régions du monde.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=4570

Le saut stratégique vu de Turquie

13.01.2023

Les principaux analystes turcs considèrent que tous les empires ayant tenté de faire asseoir une domination sans partage sur les affaires internationales ont au final toujours subi des échecs, faisant le parallèle direct avec le cas contemporain des Etats-Unis. Cette analyse confirme une fois de plus une vision géopolitique particulière de la Turquie, ainsi que le rôle qu’elle entrevoit pour elle-même dans les relations mondiales.

Bercan Tutar, analyste turc dans son récent article Stratejik sıçrama (Le saut stratégique) pour le quotidien Sabah (l’un des trois principaux en Turquie) décrit les bouleversements stratégiques internationaux, en mettant l’accent sur la position des Etats-Unis, de la Russie, de la Chine et de la Turquie.

L’auteur de l’article rappelle que toutes les tentatives des Etats impériaux, anciens ou nouveaux, ayant cherché à devenir les seuls maîtres du monde – se sont toujours soldées par des échecs. Pour Bercan Tutar, le dernier exemple étant la défaite de la politique de «la Nouvelle Rome», que les Etats-Unis ont tenté à mettre en œuvre sous prétexte de « guerre contre le terrorisme » après les attentats du 11 septembre 2001. L’échec des USA à devenir le seul hégémon mondial a d’ailleurs selon lui paradoxalement conduit vers une fin progressive du chaos dans de nombreuses régions du monde, en particulier au Moyen-Orient, où un certain équilibre a été rétabli.

Ces processus ont ainsi permis à des pays comme la Russie, la Chine et la Turquie – à maximiser leur influence respective dans différentes parties du monde. Et après que Washington ait défini son objectif principal de stratégie de sécurité nationale dans les nouveaux processus en cours à combattre des acteurs mondiaux comme la Russie et la Chine, à la place de la guerre contre le terrorisme, le visage du Moyen-Orient a commencé rapidement à se transformer.

L’un des pays qui a le plus profité de cette nouvelle transformation et qui a élargi sa sphère d’influence a été la Turquie. L’Etat turc ayant été capable de lire le cours des processus mondiaux, a ainsi pu devenir un important acteur régional et même international. Un peu plus loin dans le même article, l’auteur décrit le rôle central de la Turquie aussi bien vis-à-vis de l’Occident, avec lequel Ankara partage l’appartenance à l’Otan, mais également avec la Russie avec laquelle la Turquie possède de nombreux projets et orientations stratégiques.

Bercan Tutar fait notamment référence au projet conjoint avec Moscou de faire de la Turquie le principal hub pour l’énergie russe, ainsi qu’aux contacts bilatéraux étroits sur les questions du Moyen-Orient et de nombreux autres sujets stratégiques. L’auteur parle également de la Chine et rappelle que son pays représente un corridor sûr aux yeux de Pékin, dans le cadre du grand projet international chinois de la Ceinture et la Route.

Maintenant et en termes de perspectives suite à cet article, il serait juste de rappeler plusieurs faits que nous avons déjà abordé dans le passé. La Turquie se positionne effectivement comme un Etat ayant la particularité d’être un membre du bloc otanesque (dont pour rappel elle représente la deuxième force en termes d’effectif armé), tout en refusant obstinément à suivre aveuglement l’hystérie anti-russe et anti-chinoise de l’establishment occidental. Tirant ainsi profit de cette capacité assez unique à défendre et promouvoir ses intérêts avec toutes les parties.

A ce titre, et étant probablement le seul pays réellement souverain du bloc atlantiste vis-à-vis de Washington, la Turquie est effectivement devenue un acteur incontournable non plus seulement dans de nombreuses affaires régionales, mais de plus en plus à l’international. Ses relations stratégiques dans de nombreux domaines avec la Russie, la Chine, l’Iran et d’autres grandes puissances non-occidentales y ont d’ailleurs beaucoup contribué. En faisant la sourde oreille à la colère de ses partenaires occidentaux.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que de plus en plus de voix étasuniennes et plus généralement occidentales s’élèvent contre Ankara et appellent ouvertement à remettre en question l’appartenance turque à l’Otan, du fait justement des liens étroits de la Turquie avec les principaux adversaires des nostalgiques otanesques de l’unipolarité, dont bien évidemment les liens avec la Russie. L’Etat turc ayant été jusqu’à présent le seul membre de l’Otan à avoir fermement refusé à se joindre aux sanctions occidentales contre Moscou. Et même plus que cela – ayant au contraire fort largement élargi l’interaction économico-commerciale avec la Russie.

Dans ce paradigme, la Turquie joue parfaitement son jeu. Comprenant que l’Otan ne peut se permettre de perdre dans un avenir proche un membre aussi important, du point de vue aussi bien stratégique qu’idéologique, Ankara enfonce le clou en continuant à renforcer son orientation eurasienne et de plus en plus pro-multipolaire. D’autant plus lorsqu’on observe actuellement le processus probable de normalisation des relations avec le leadership syrien, le tout avec la médiation russe.

Et lorsque viendra le moment pour la Turquie de quitter effectivement l’Otan, au-delà du fait que ce sera une énorme défaite stratégique pour l’Occident, l’Etat turc d’ici là aura pu profiter au maximum de tout ce dont il a besoin actuellement. Avec par ailleurs à la clé – l’intégration dans le Top 10 des principales économies mondiales en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat, pendant que des France et Royaume-Uni quitteront vraisemblablement ce même Top 10.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=4561

Le nouveau fiasco étasunien face à la Chine

28.12.2022

Le positionnement stratégique chinois en faveur du monde multipolaire et les liens privilégiés avec la Russie inquiètent fortement Washington. Et si ce dernier considère qu’il a toujours la main pour pouvoir jouer le gendarme mondial, Pékin démontre clairement que cette posture lui est complètement inacceptable.

«Un triangle Allemagne-Chine-Russie sur l’Ukraine» – s’interroge M.K. Bhadrakumar, ancien diplomate indien, dans sa tribune pour Asia Times – groupe médiatique basé à Hong-Kong. Pour cela, l’ex-diplomate de la troisième puissance économique mondiale et membre des BRICS se réfère aux récents contacts de la Chine avec le président allemand Frank-Walter Steinmeier et l’ancien chef d’Etat et l’actuel chef adjoint du Conseil de sécurité russe Dmitri Medvedev, ce dernier ayant été dernièrement reçu personnellement par le chef d’Etat chinois Xi Jinping.

Ainsi, M.K. Bhadrakumar indique que le secrétaire d’Etat US Antony Blinken pensait probablement que dans son rôle autoproclamé de gendarme du monde, c’était sa prérogative de vérifier ce qui était en train de se passer entre la Chine, la Russie et l’Allemagne. Cependant, l’appel téléphonique de Blinken au chef de la diplomatie chinoise Wang Yi du 23 décembre s’est avéré être un fiasco pour la partie étasunienne.

Comme le précise l’auteur de l’article, l’intention de Blinken était très certainement de recueillir des détails sur les échanges de haut niveau que le président chinois Xi Jinping a eus successivement avec le président allemand et le haut responsable russe. Tout en supposant que l’inquiétude de Blinken était également liée au fait que ces contacts pratiquement au même moment n’étaient pas une coïncidence. D’autant plus que si l’establishment US n’a évidemment pas de capacité d’influence sur Moscou, le contrôle sur Berlin lui est tout simplement indispensable.

Si dans le cas de Medvedev, il était question de transmettre au leader de la République populaire de Chine un message important et vraisemblablement «sensible» du président russe Poutine, dans le cas de Steinmeier il est surtout important de rappeler qu’il a joué un rôle déterminant dans la négociation des Accords de Minsk, dont l’Allemagne était l’un des co-garants. Cela sans oublier que le président allemand fait partie des rares figures politiques allemandes qui est nettement en froid avec le régime kiévien.

Le tout après les fameuses révélations de l’ex-chancelière Merkel qui a affirmé que les Accords de Minsk sur le Donbass n’était qu’une tentative occidentale d’acheter un temps inestimable pour le régime de Kiev. Y compris dans le but de se réarmer. Des révélations en totale opposition avec les déclarations des régimes occidentaux accusant Moscou d’avoir lancé une prétendue agression contre l’Ukraine, surtout lorsqu’on connait les innombrables crimes commis par le pouvoir ukrainien post-Maïdan depuis 2014 à l’encontre de la population civile du Donbass, abordés de nombreuses fois par Observateur Continental.

Pour revenir à la rencontre entre Xi Jinping et Dmitri Medvedev, bien que de nombreux détails de ladite rencontre ne sont pour le moment pas connus, le président chinois avait souligné que la Chine est prête à travailler avec la Russie pour faire avancer constamment les relations sino-russes dans la nouvelle ère et rendre la gouvernance mondiale plus juste et équitable. Confirmant à cette occasion au plus haut sommet de l’Etat chinois ce qui avait été déjà déclaré maintes fois par les hauts responsables de Chine, dont le ministre des Affaires étrangères Wang Yi.

Enfin et en ce qui concerne l’Allemagne, la première économie de l’UE, elle avait en effet raté sa chance de jouer un rôle constructif en qualité non seulement de la locomotive économique européenne, mais également en qualité de pays ayant de larges intérêts économiques avec la Russie, notamment dans la sphère énergétique. Quant à la Chine, elle est depuis les dernières années tout simplement le premier partenaire économique de Berlin.

Faut-il s’attendre pour autant à une approche plus constructive de l’Allemagne dans un avenir proche? Rien n’est moins sûr. L’alignement sur Washington, au détriment de ses propres intérêts pragmatiques, traduit l’état d’asservissement dans lequel se trouve non seulement l’Etat allemand, mais toute l’Europe dite bruxelloise. Un réveil trop tardif de certains représentants allemands ne pourra pas globalement parlant changer la posture européenne de sous-traitance, pour ne pas dire d’esclavage, vis-à-vis de Washington. A l’énorme différence de l’axe sino-russe et plus généralement parlant des véritables partisans et promoteurs de l’ordre multipolaire international.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=4519

Le Qatargate ou les nouvelles difficultés énergétiques pour l’UE

24.12.2022

Le scandale de corruption ayant ébranlé Bruxelles avec l’implication présumée du Qatar représente un défi supplémentaire sur le plan énergétique pour l’Union européenne, à l’heure où l’espace européiste n’a toujours aucune alternative digne de ce nom aux livraisons de gaz russe. Et si Washington tire son épingle du jeu des problèmes économiques et industriels européens, les responsables de l’UE ne font que s’enfoncer dans les dits problèmes, le tout sans aucune solution fiable.

«Qatargate: Doha menace de couper le gaz à des Européens encore trop dépendants» – titre le magazine hexagonal Marianne. En précisant que le Qatar n’avait pas attendu la fin de la Coupe du monde de football pour adresser un sérieux avertissement aux pays européens, dans le cas où l’UE prendrait des sanctions après la révélation du Qatargate. Tout en menaçant de lourdes conséquences sur la sécurité énergétique mondiale.

Pour rappel, l’émirat qatari a été largement courtisé par les représentants européistes tout au long des derniers mois, dans l’objectif à réduire la dépendance de l’UE au gaz russe, sans grand succès jusqu’à présent. Comme Observateur Continental l’avait noté précédemment, Doha est depuis longtemps spécialisé sur les marchés asiatiques, et si bien même qu’il augmenterait ses livraisons aux clients européens – ce serait alors sur la base de contrats signés sur le long-terme, option qui déplait fortement aux bureaucrates de l’Europe bruxelloise.

Cela sans oublier que le leadership qatari avait clairement fait entendre ne pas être en mesure de remplacer complètement et dans un avenir proche le gaz russe sur le marché européen. Tous ces faits mettant Doha en position de force indéniable.

D’autant plus et qu’au-delà du scandale de corruption éclaté à Bruxelles, le Qatar n’oublie certainement pas les diverses campagnes hostiles à son encontre, notamment avant et durant le déroulement de la principale compétition footballistique internationale, en provenance de l’Occident. Les appels au boycott, les tentatives agressives de nombre de pays occidentaux à promouvoir la propagande lgbtiste, en d’autres termes – l’arrogance si traditionnelle des régimes de l’Occident – restent fort certainement dans la mémoire des citoyens qataris, et de leurs représentants.

Tout cela se déroule au moment où les livraisons pétrolières et gazières russes, malgré toutes les sanctions occidentales à l’encontre de la Russie, continuent d’augmenter sur les grands marchés asiatiques comme ceux de la Chine et de l’Inde, ainsi que sur d’autres marchés non-occidentaux. Et le tout également au moment où le risque de désindustrialisation dans l’espace bruxellois est de plus en plus ouvertement abordé – y compris par les Européens eux-mêmes. Un processus qui semble d’ailleurs déjà suivre son cours, avec comme l’un des résultats – la délocalisation des industries européennes sur le sol étasunien. Pour le plus grand bonheur de Washington, chef incontesté de l’axe atlantiste nostalgique de l’unipolarité, et pour le plus grand malheur des industries basées en Europe, incapables d’être compétitives sans l’énergie russe. Un fait totalement évident aujourd’hui.

Pour revenir au Qatar, ses mises en garde à destination des responsables européistes représentent tout simplement l’option que l’UE a longtemps cherché elle-même. A force de pratiquer l’arrogance et l’ingratitude, et cela depuis de bien longues années et non pas seulement depuis quelques mois, le résultat était largement prévisible et attendu. Peut-être pas pour les bureaucrates bruxellois, bien souvent ne possédant pas les capacités intellectuelles et analytiques nécessaires, mais pour toute personne censée – indéniablement.

Et en ce sens le petit émirat qatari possède aujourd’hui tous les moyens de remettre à sa place le nain géopolitique nommé Union européenne. Et peut-être bientôt non plus seulement un nain géopolitique, mais également et de plus en plus économique. Car lorsqu’on ne possède pratiquement rien en termes de ressources stratégiques – il faut avoir un minimum de bon sens de savoir faire profil bas et avaler son arrogance.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Le Sommet USA-Afrique ou les tentatives de Washington à contrer Pékin et Moscou

16.12.2022

Malgré les tentatives étasuniennes de voiler les véritables objectifs du sommet avec les Etats africains, la campagne de séduction washingtonienne à l’encontre de l’Afrique confirme sa volonté à nuire aux relations stratégiques des pays du continent avec la Chine et la Russie. Mais également de tenter à repositionner une domination occidentale, face au rejet de la politique hexagonale et d’autres régimes européens sur le continent.

Comme le note l’un des principaux porte-voix de l’Hexagone France 24 – les Etats-Unis, qui se gardent de parler d’une compétition ouverte en Afrique, ont alerté, sur l’influence croissante «déstabilisatrice» de la Chine et de la Russie sur le continent, tout en promettant des milliards de dollars d’aide, lors du sommet avec les pays africains organisé à Washington. Confirmant par la même occasion les véritables intentions étasuniennes.

Du côté d’un autre porte-voix des intérêts hexagonaux, et plus particulièrement françafricains, en l’occurrence le magazine Jeune Afrique, ledit sommet pourrait également être vu comme «un pied de nez à Macron», et une réaction étasunienne aux récentes déconvenues françaises en Afrique.

Ce dernier point est particulièrement intéressant dans le sens que c’est une réalité qu’Observateur Continental avait maintes fois abordé, plus exactement que l’allié washingtonien de Paris tente de surfer sur le sentiment général hostile à son allié français, et ce pendant que le réseau néocolonial françafricain continue en bon sous-traitant de Washington à accuser la Russie, la Chine et la Turquie de ses propres échecs sur le continent africain.

Si bien même que l’élite hexagonale comprendrait être, dans un dossier de plus, le dindon de la farce – la marge de manœuvre de la France macronienne est extrêmement limitée, pour ne pas dire – nulle.

Quant à la Chine et la Russie, qui sont les seuls et réels opposants puissants à la domination occidentalo-atlantiste sur le sol africain – comme Observateur Continental l’avait également soulevé précédemment – Washington malgré toutes les belles paroles et promesses possibles – ne pourra ni surpasser Pékin sur le plan de l’interaction économique avec les pays africains, ni faire mieux sur le plan sécuritaire que Moscou.

Le tout à l’heure où la Chine et la Russie confirment de plus en plus l’approche de complémentarité bilatérale de leur politique à destination de l’Afrique, et que même économiquement parlant Moscou est en train de rattraper le retard par rapport à ses concurrents occidentaux opérant en Afrique, à un moment où tout ne fait encore que se construire.

Pour revenir au sommet organisé à Washington, il faut noter également de nombreux absents : les leaders du Mali, du Burkina Faso, de Guinée et du Soudan n’ayant pas été invités, tandis que ceux du Zimbabwe et de l’Afrique du Sud ont pris la décision de ne pas se déplacer, confirmant qu’au-delà de ses alliés hexagonaux et britanniques – Washington a lui-même du pain sur la planche.

En parlant justement de la République d’Afrique du Sud – l’une des principales puissances africaines et membre des BRICS – le président Cyril Ramaphosa avait pris la décision de ne pas prendre part audit sommet, sans en préciser les raisons exactes.

Et si selon certaines sources, les raisons peuvent être simplement internes, le fait est que l’Afrique du Sud fait partie des pays africains n’ayant pas apprécié les pressions et menaces washingtoniennes de faire rompre les relations avec la Russie, sous peine de sanctions. Cela sans oublier que le président sud-africain Ramaphosa faisait partie des chefs d’Etat internationaux ayant ouvertement critiqué le rôle néfaste de l’Otan dans les événements ukrainiens.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=4502

Le déclin de la francophonie en Afrique

28.11.2022

Pendant que les réseaux françafricains s’inquiètent de la montée en puissance de la Chine, de la Russie ou encore de la Turquie sur le continent africain, tout en maintenant une posture ouvertement arrogante vis-à-vis des Etats d’Afrique, les amis anglo-américains de Paris la surclassent dans la tranquillité, sans que l’élite hexagonale soit capable d’y faire quoi que ce soit.

Alors que l’Elysée et le Quai d’Orsay s’obstinent à maintenir une ligne d’approche ouvertement arrogante et néocoloniale vis-à-vis des pays africains, Paris continue de se mentir quant aux véritables raisons du rejet de sa politique par les populations africaines, mais également de plus en plus par des gouvernements qui écoutent les aspirations de leurs citoyens.

Le récent exemple en date: l’interdiction par les autorités du Mali avec effet immédiat de toutes les activités des ONG françaises. Le tout après une énième provocation hexagonale, et toujours sur un ton condescendant.

Ce que Paris semble largement oublier, c’est qu’au moment où il tente de sauver son fameux projet de la Francophonie, l’avenir de la langue française se trouve précisément en Afrique. Sachant que plus de la moitié des locuteurs francophones à l’échelle mondiale habitent justement le continent africain et selon une étude de l’Organisation internationale de la Francophonie – l’Afrique représentera vers 2050 environ 85% des francophones du monde.

Il est donc évident que le maintien d’une posture qui provoque un large rejet populaire n’est certainement pas l’approche la plus intelligente, mais tellement caractéristique de l’élite hexagonale contemporaine, axée complètement sur Washington.

En parlant justement de Washington, mais également de Londres, pendant que les pseudo-spécialistes hexagonaux dans la pure arrogance qui les caractérise, tentent à se moquer des projets linguistiques et culturels russes comme chinois sur le continent africain – les «fidèles» alliés anglo-américains poursuivent activement le déclassement du français en Afrique.

Et cela, également dans la pure tradition d’arrogance qui caractérise l’élite politico-médiatique hexagonale qui oublie d’indiquer que la Chine est dans le Top 4 mondial pour le nombre d’étudiants étrangers accueillis sur son territoire, de trois places devant la France. Tandis que la Russie accueille un nombre de-facto similaire d’étudiants étrangers que l’Hexagone…

Dans tous les cas et au lieu de chercher à nouveau les raisons de ses échecs dans la faute des Africains, des Russes, Chinois ou Turcs – l’élite française ferait bien mieux à changer de stratégie et surtout de mentalité. Et peut-être parfois regarder un tant soit peu les actions de ses amis anglo-américains. Peut-être alors que les échecs répétés diminueront, mais ce ne sera certainement pas pour demain.

En attendant et alors que les sentiments hostiles à la politique hexagonale en Afrique aient atteint le summum, l’obstination de Paris à se considérer «supérieurs» aux autres en perdant des positions économiques, culturels et stratégiques à l’échelle internationale n’arrangeront en rien les choses. Et fort probablement beaucoup plus rapidement même que prévu.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=4447

Les différents visages des sous-traitants de Washington

18.11.2022

L’événement récent en Pologne ou en quelque sorte le dossier Kiev-Varsovie-Washington, a mis en exergue un certain nombre de faits intéressants. Notamment celui que si les deux premières citées se ressemblent à bien d’égards, il y a tout de même quelques différences.

Si dans l’événement récent du village polonais Przewodow le doute ne plane presque plus quant à la responsabilité de ce qui est arrivé, il serait néanmoins intéressant de se focaliser sur le comportement des différents acteurs concernés. Et peut-être plus particulièrement en ce qui concerne les régimes ukrainien, polonais et bien évidemment étasunien.

Si ce dernier s’est voulu dès le départ être assez prudent pour au final aller dans la confirmation de ce qui avait été déclaré du côté des experts militaires et civils russes dès le départ, à savoir que la responsabilité incombe au système anti-missiles du régime kiévien, du côté de Varsovie et de Kiev le ton était dès le départ fortement accusateur vis-à-vis de la Russie.

Ce qui est intéressant à observer, c’est la réaction qui s’en est suivie du côté polonais et ukrainien après que le chef washingtonien n’ait pas soutenu la thèse d’une attaque aux missiles russes contre le territoire de la Pologne. Du côté de cette dernière et des autres membres otanesques, le positionnement était alors de se ranger derrière le discours officiel de Washington. Du côté de Kiev, l’heure était aux caprices et à la persistance de poursuivre la thèse accusant Moscou.

Cette situation est en fait révélatrice à bien d’égards. Tout d’abord et en ce qui concerne le régime polonais, l’un des plus russophobes par la même occasion, sa politique est dictée par l’obéissance totale au maître étasunien, avec la ferme conviction qu’il ne faut surtout pas le contrarier, à quelque niveau que ce soit. Du côté kiévien, il s’agit également d’une ferme obéissance, mais avec une conviction parallèle que tout lui est également permis, y compris si ses déclarations peuvent aller quelque peu à l’encontre du chef du groupe. A tort.

Et en ce sens les déclarations qui s’en ont suivi, notamment la déclaration du président US Biden quant au fait que les paroles du président ukrainien Volodymyr Zelensky «ne constituent pas une preuve», et les multiples déclarations des experts autoproclamés sur les divers plateaux occidentaux, habitués à chanter les louanges en faveur de l’ex-comédien devenu président, auront également et largement confirmé cette orientation. A savoir que Zelensky aurait dû «se taire».

De manière générale, Kiev devra vraisemblablement apprendre que dans la famille otanesque tout rappel à l’ordre doit être appliqué strictement à la lettre, et prendre exemple de ses semblables baltes et polonais, entre autres. Et le fait de jouer au rebelle tout en n’étant qu’un régime fantoche, hérité du coup d’Etat du Maïdan de 2014, ne sera visiblement pas toléré par Washington. Volodymyr Zelensky devra apprendre cette leçon une bonne fois pour toute. D’autant plus que sans le soutien washingtonien/otanesque, le régime fantoche en question ne tiendrait pas bien longtemps.

Mikhail Gamandiy-Egorov

http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=4426

L’Arabie saoudite poursuit son rapprochement avec les BRICS

21.10.2022

Riyad aurait confirmé son intention de rejoindre les BRICS, selon le président sud-africain. S’il est encore trop tôt pour dire que cette intention annoncée ira jusqu’au bout, le fait est que cela confirme une fois de plus les grands bouleversements en cours sur l’arène internationale, aux dépens de l’Occident collectif.

L’Arabie saoudite souhaite rejoindre les BRICS – c’est ce qu’a déclaré Cyril Ramaphosa, le président de l’Afrique du Sud, suite à sa visite d’Etat de deux jours dans le royaume. Comme le note le principal quotidien économique indien The Economic Times, cela signale une expansion potentielle spectaculaire du bloc composé déjà du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud, et le tout dans un contexte de tensions croissantes avec les USA, dans le cadre notamment de la crise ukrainienne.

Le chef de l’Etat sud-africain a par ailleurs rappelé que d’autres nations aspirent également à rejoindre les BRICS. Faisant certainement référence à l’Iran, l’Argentine, l’Egypte, l’Algérie ou encore la Turquie. Toujours selon lui la question d’adhésion des nouveaux membres sera étudiée lors du sommet à venir des pays membres, qui aura lieu l’année prochaine, à Johannesburg.

Comme le rappelle encore une fois The Economic Times, les pourparlers entre l’Afrique du Sud et l’Arabie saoudite se sont déroulés en plein milieu d’une dispute entre Riyad et Washington au sujet de la décision de l’OPEP à réduire la production pétrolière à hauteur de deux millions de barils par jour, qu’Observateur Continental avait déjà traité

Le quotidien indien rappelle également que le président étasunien Joe Biden avait menacé la semaine dernière l’Etat saoudien de «conséquences» non précisées et accusé l’allié de longue date de sa ranger du côté de la Russie dans la crise ukrainienne. Les législateurs US avaient appelé à mettre fin à la coopération avec l’Arabie saoudite, notamment dans le domaine de la vente d’armes ou encore dans le cadre d’un retrait du soutien militaire.

S’il est encore trop tôt pour savoir dans quelle direction iront à moyen-long terme les relations entre Riyad et Washington, au moment où certains pensent qu’une séparation totale d’une alliance datant de plusieurs dizaines d’années soit peu probable, et que d’autres pensent au contraire que dans le cadre des événements contemporains la rupture de ladite alliance est tout à fait possible, l’essentiel est que les BRICS continuent d’être la référence pour des pays émergents ou en voie de l’être. Et plus généralement parlant – pour les nations non-occidentales, qui comprennent parfaitement désormais toute l’arnaque du système économico-financier construit par l’Occident.

Une chose est également sûre. La décision ferme de l’OPEP+, où l’Arabie saoudite et la Russie jouaient les principaux rôles – en opposition aux pressions washingtoniennes, ainsi que la volonté transmise au leader sud-africain, confirment que Riyad ne compte pas rater l’occasion de faire pleinement partie de l’ère multipolaire, ni à se retrouver parmi les retardataires et mauvais élèves, représentés par les nostalgiques de l’unipolarité. Et ces événements constituent un casse-tête indéniable pour l’ex-hégémon international, ainsi que pour ses fidèles sous-traitants.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Turquie: prochain hub gazier de toute l’Europe?

14.10.2022

Les relations économiques et énergétiques entre Moscou et Ankara sont au beau fixe. Et dans la conjoncture actuelle, avec une UE complètement vassalisée à Washington, la Turquie a l’occasion de devenir le grand hub du gaz russe, y compris si besoin sera – à destination de l’Europe.

Les présidents russe et turc, qui sont à leur quatrième rencontre en trois mois, cette fois-ci dans le cadre du 6ème Sommet de la Conférence pour l’interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA), dans la ville d’Astana, au Kazakhstan, ont abordé la possibilité de faire passer le partenariat énergétique à un stade supérieur, voire même largement supérieur.

En effet, Vladimir Poutine a proposé à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan la création d’un hub gazier pour des livraisons vers d’autres pays, notamment vers l’Europe. En rappelant que la Turquie s’est avérée être actuellement l’itinéraire le plus sûr pour les livraisons de gaz russe.

Le président russe a par ailleurs indiqué que cette plateforme gazière servira non seulement pour assurer les approvisionnements, mais également dans la détermination des prix. Si ce projet se concrétise, et selon de nombreuses sources turques, il devrait probablement se concrétiser, le rôle de l’Etat turc deviendra crucial dans un domaine aussi stratégique que les fournitures énergétiques internationales. Tout en permettant à Ankara d’avoir un levier supplémentaire face à une Europe bruxelloise, qui ne manque toujours pas d’arrogance.

Pour la Russie, l’intérêt est évidemment d’avoir un partenaire énergétique fiable. Et en ce sens – la Turquie a amplement prouvé cette capacité. Etant le seul pays membre de l’Otan à ne pas avoir adhéré aux sanctions occidentales contre la Russie, développant activement ses relations avec Moscou, sachant d’autant plus que cette année sera certainement celle du plus haut niveau historique des relations économico-commerciales entre les deux pays, ainsi que disposant d’une capacité à mener une politique souveraine et pragmatique.

Ce n’est pas tout. A l’inverse des représentants masochistes européens, notamment allemands, qui assistent devant leurs yeux à des actes terroristes visant leurs propres intérêts économiques et énergétiques sans aucune réaction digne de ce nom, les autorités turques ont jusqu’à maintenant toujours assuré une sécurité de haut niveau pour le gazoduc Turk Stream, en coordination avec leurs homologues russes. Tout comme dans le processus des livraisons gazières.

Evidemment il est plus que probable que si ce projet se concrétise, il déplaira énormément à Washington, comme à Bruxelles et d’autres capitales occidentales. Si dans le deuxième cas et les suivants, il n’y a même pas besoin de faire des commentaires lorsqu’il s’agit de nains géopolitiques et de vassaux purs et simples, dans le cas étasunien il est tout à fait possible de s’attendre à des attaques économiques, notamment à travers des sanctions, ou tout simplement à de nouveaux actes terroristes, qui font partie intégrante du « savoir-faire » et du « savoir-vivre » des cow-boys washingtoniens.

Sauf que ce qui marche si facilement avec les élites européistes, dont le masochisme est peut-être également lié aux quartiers de mauvaise réputation de Bruxelles, ne marche pas forcément avec la Turquie, qui possède suffisamment de volonté, mais également de leviers à pouvoir riposter là où cela fera mal à l’establishment occidental. Surtout lorsqu’il s’agit d’intérêts nationaux, y compris économiques.

Dans tous les cas et malgré les désaccords qui existent entre Moscou et Ankara dans un certain nombre de dossiers, lorsqu’il s’agit d’une relation entre deux Etats souverains, pensant chacun à leurs propres intérêts pragmatiques nationaux, il est toujours beaucoup plus facile à arriver à des résultats positifs. Tellement plus simple que de faire affaire avec des enfants obligés d’aller automatiquement demander la permission à un grand-père saluant des ombres inconnues. Ou peut-être connues que pour lui-même.

Mikhail Gamandiy-Egorov